Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Une dentiste lyonnaise licenciée pour des tatouages nazis grâce à des antifas

C’est grâce à de courageux délateurs antifas lyonnais qu’une dangereuse dentiste nazie a été découverte dans la banlieue de Lyon (à Sathonay-Camp), là où 77 ans auparavant officiait Klaus Barbie, le bourreau de la Gestapo. La filière nazie constituée par une jeune dentiste a donc été démantelée grâce à des citoyens vigilants et au parquet de Lyon – une sorte de Kommandantur locale – qui a immédiatement diligenté une enquête, tant le nazisme est contagieux.

 

Le nazisme, c’est un peu comme la peste : il suffit qu’un seul l’ait pour que tout le monde ou presque l’attrape. La maladie doit donc être prise à la fois très au sérieux et très au départ.

Les tatouages sur le bras de la demoiselle, qui se surnommait « 88 Girl » sur Instagram (son compte a heureusement été fermé, sinon des jeunes auraient pu aller dessus et attraper la maladie) ne laissent aucune place au doute : sur sa nuque on peut voir l’horrible signe Totenkopf, du nom des la 3e division SS qui faisait régner la loi et l’ordre dans les camps de concentration de sinistre mémoire, et sur son bras elle reproduit une bouteille de Zyklon B, un produit chimique.

 

D’autres armées ont arboré la tête de mort comme insigne
 

Cela a suffi pour la jeter à la vindicte populaire, grâce aux courageux antifas qui ont placardé sur les murs du centre dentaire les photos agrandies de l’horreur, d’après Le Figaro. L’enquête est partie dans deux sens puisque le groupe pour lequel travaillait la dentiste a porté plainte « pour identifier les auteurs de cette campagne de dénigrement » et ensuite, évidemment, une enquête a été lancée pour « provocation à la haine raciale » contre la dentiste.

Il faut savoir qu’en 2020, 75 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale (Dieu fasse que ce soit la dernière !), la réputation de « nazi » peut gêner l’ascension sociale. Parfois, cela peut même faire rétrograder, ou aller en prison, même si on n’a tué personne, et surtout pas les ennemis du régime nazi : les juifs (après 1933), les Français (après 1918), les Tziganes, les communistes (après 1934) , les Slaves (après juin 1941) et les Anglo-Américains (après décembre 1941).

Le Figaro a interrogé le Conseil de l’Ordre des chirurgiens-dentistes du Rhône, qui a convoqué la jeune femme :

L’instance n’a pas à connaître des opinions politiques de ses membres, « à moins que cela nuise à l’éthique ou à l’honneur de la profession », explique son président, Alain Chantreau.
« Ce qui est préjudiciable, c’est de s’afficher avec des tatouages comme ça sur un réseau social ouvert à tout le monde, en se montrant dans sa salle de soins et en tenue professionnelle », considère le responsable. « On a un rappel à l’ordre à lui faire et en fonction de ses réponses, on décidera d’éventuelles poursuites disciplinaires », précise Alain Chantreau.

 

 

Pour ceux qui ne connaissent pas la région, Sathonay-Camp est une petite ville située au nord de Lyon, près de Caluire, là où Jean Moulin a été balancé lors de la fameuse réunion de Caluire. Théoriquement par René Hardy, mais rien n’est moins sûr : à l’époque, en 1943 (le 21 juin), les communistes (dont Moulin était membre) et les gaullistes se livraient déjà une vraie guerre pour l’après, l’Allemagne étant battue depuis la catastrophe de Stalingrad (hiver 1942-1943). Le contexte est important.

Cette affaire est donc chargée symboliquement car si arborer des insignes nazis est aujourd’hui quelque peu déplacé, cela ne fait pas de soi un nazi, et donc un assassin. Il y a amalgame, et surtout, il peut s’agir de provocation, comme les jeunes savent le faire. On l’a vu, beaucoup d’ados qui vont visiter le camp de prisonniers d’Auschwitz situé en Pologne (Silésie) font les andouilles dans le lieu de sinistre mémoire, alors que beaucoup de gens sont morts là-bas entre 1942 et 1945. Ce n’est pas très malin, mais les jeunes sont comme ça, insouciants, fous fous. Ils ne pensent pas aux vieux et aux souffrances passées.

 

 

Il est évidemment plus grave de se faire tatouer des insignes nazis, car cela reste sur la peau ; il aurait été plus judicieux, dans les temps que nous vivons – qui ont pas mal changé depuis les années 40 – de se tatouer un numéro, mais là, on tombe dans l’escroquerie à la Shoah, et ce n’est pas super malin non plus. Bref, mieux vaut ne pas se faire tatouer des trucs insolents, plutôt des Mickeys ou des smileys, ou alors privilégier les décalcomanies, ça peut se retirer très vite.

Par exemple, nous, quand on marche dans la ville, on ne met pas de masque mais si jamais un flic montre le bout de son képi, alors on sort une clope pour faire semblant de fumer ou alors on fait semblant de téléphoner (à personne). Voilà, ce sont des petits trucs qui peuvent éviter des emmerdements ou des licenciements, comme celui de la dentiste.

Dernière chose : « 88 Girl » était peut-être nostalgique du régime nazi (et encore, ce n’est pas prouvé), mais elle n’a sûrement pas torturé ses clients comme le faisait le méchant dans Marathon Man, avec Dustin Hoffmann qui joue un jeune juif qui tombe dans les mains d’un Mengele dentaire. La preuve, ses employeurs ne trouvaient rien à redire à son travail. Ce qui n’est pas le cas du « Weisse Engel », l’ange blanc, qui arrachait des dents en or :

 

 

Notre question est la suivante : peut-on confondre un simple tatouage avec les crimes des dignitaires nazis ? Dans le même ordre d’idée, arborer un tee-shirt à la gloire de l’armée israélienne qui tue des femmes et des enfants palestiniens (on ne parle même pas des hommes), est-ce condamnable ?

C’est un point de droit délicat et nous laisserons les spécialistes de la question en débattre, nous nous bornons à poser le problème. Et puis il y a évidemment la jurisprudence Charlie et le droit au blasphème, mais apparemment, il y a des exceptions.

 

Bonus pour les amateurs de mystères et de coïncidences

 

 

C’est la photo que nous avons prise à l’entrée de cette petite ville. Nous voyons que Sathonay, d’abord s’appelle Camp, ce qui rappelle camp de concentration de sinistre mémoire, mais ce n’est pas tout ! La ville du Rhône est jumelée avec une ville polonaise et, tenez-vous bien parce que ça va tanguer, la ville de Lubin !

Hélas, ce n’est pas Lublin, ville de sinistre mémoire parce que c’était là que des juifs étaient emprisonnés au début de l’invasion allemande et triés entre travailleurs et non travailleurs. Le camp de Lublin était aussi appelé Maïdanek, et beaucoup de gens y ont été tués, soit par la faim, soit par les coups. C’est d’ailleurs en octobre 1941 que le chef de la SS Heinrich Himmler y a fait une visite ; des images existent.
Mais bon, c’est Lublin c’est pas Lubin, avouez que c’est passé par loin de la super coïncidence ! En fait les deux villes sont distantes de 497 km...

Voici maintenant une photo de la visite du chef de l’Ordre noir (rien à voir avec le Conseil de l’Ordre des arracheurs de dents ou la Ligue de défense noire africaine) au camp de Lublin :

 

 

Après vérifications, il s’avère qu’il s’agit de Heini en visite au camp de prisonniers soviétiques de Minsk, en Biélorussie, pas de Lublin en Pologne. Toujours vérifier ses sources historiques, beaucoup de gens se trompent sur la WW2 !

 

 

On sent sur ces images que les officiers et soldats nazis ont autant les pétoches de Heini que les prisonniers, voire même plus. La terreur, à l’époque, n’était pas un vain mot. Heureusement, aujourd’hui, les choses vont mieux, mais il y a le Covid, qui fait peur à beaucoup de gens.

Comme d’habitude, sur E&R :

 






Alerter

67 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • En même temps,je vais me faire l’avocat du diable mais faut bien être un peu debile pour un tatouage pareil...
    - déjà tous les moutons qui se scarifient le corps à coup de tatouages « PoUr ExPrImEr QuI jE SuIs, jE SuIs TrOp Un diFfeRenT, tRop ReBeLle, tRop CoOl » comme pensent exactement tous les autres tatoués (donc zéro originalité), c’est faire preuve d’un manque de projection dans l’avenir .. tu as pensé à quand tu devras travailler ? Quand ta peau sera toute vieille et flétrie ?? (Je parle bien sûr des rigolos qui se font des tatouages énormes bien visibles et sous idéologies, de ce type). Bref, un truc d’immature.
    - Quand bien même ce serait une erreur de jeunesse, sauf s’il s’agit d’une vieille photo d’époque, quel est l’intérêt de le rendre visible à tous ? Il existe des moyens actuels d’effacer les tatouages (laser)... ou alors en assumer les conséquences...
    ce qui lui arrive n’est pas cool, je ne souhaite bien sûr Ca à personne mais si tu vis dans une société qui a certains « codes » et que tu ne veux pas faire de vagues, tu fais ce qu’il y’a à faire.

     

    Répondre à ce message

    • ...
      Les gens qui ont des tatouages vieillissent bien avec leur tatouages et ils n’en chient pas une pendule, ils forcent personne à faire pareil ni à les valider ..
      L’apparence extérieure, ça reste de l’apparence extérieure. C’est une affirmation de soi comme une autre, juste en un peu plus extrême et "à la vie à la mort" , vous êtes pas obligé de regarder ni d’aimer, moi j’aime bien ces déco corporelles uniques et indélébiles, quelque chose qu’on pourra pas nous prendre déjà...le reste des organes c’est beaucoup moins sûr ...

       
    • Le diable n’a pas besoin d’avocat, encore moins pour déblatérer des conneries. Ce n’est donc pas le sujet. Le sujet ce n’est pas ce que l’on peut penser de tel ou tel tatouage (on s’en cogne) mais du fait d’une délation (phénomène de plus en plus répandu et encouragé) qui n’a pas de raison d’être et d’un licenciement qui en a encore moins. Conclusion : il n’y a pas à « assumer les conséquences » (sic) puisque ces « conséquences » n’ont pas lieu d’être.

       
    • @eric
      Désolé elle a joué un jeu elle a perdu. Délation ou pas, le fait est qu’elle est porteuse d’un tatouage ostentatoire (?) qui peut heurter la sensibilité de certains, d’autant plus travaillant dans le milieu médical ou tu es appelé à travailler avec des personnes de diverses origines ou sensibilités. C’est au delà de la simple expression artistique ou l’opinion politique dans un cadre privé. Qu’il y’ait des dentistes de gauche, de droite ou autre personne nen doute. Mais je pense pas que ce soit la meilleure idée d’en faire étalage dans ton lieu de travail. Il y’a des lois, tu as le droit de pas être d’accord mais en attendant elles s’appliquent et elle tombe sous le coup de la loi.
      après j’ai extrapolé en donnant mon opinion personnelle sur les tatouages, mais en attendant son choix est stupide non seulement pour son mauvais goût mais en plus dediffuser des photos... et elle est paie le prix. Les antifas n’ont pas le monopole de la délation dans ce pays non plus, on est entourés de lâches de tout bord.

       
    • « Désolé elle a joué un jeu elle a perdu. »
      Ça ne veut rien dire, c’est une formule creuse qui ne correspond en rien à la réalité. Remettez-vous les idées à l’endroit, ça vaudra mieux.
      « Délation ou pas, le fait est qu’elle est porteuse d’un tatouage ostentatoire (?) qui peut heurter la sensibilité de certain ... »
      Ce n’est pas « délation ou pas », c’est délation tout court et c’est minable. La « sensibilité » a bon dos, et ça aussi ça ne veut rien dire et ça ne vaut rien. Quant à son choix, s’il est
      stupide, on peut en penser autant de votre commentaire.
      « Les antifas n’ont pas le monopole de la délation dans ce pays non plus, on est entourés de lâches de tout bord. »
      C’est certain, malheureusement ! Et il y a aussi pas mal d’ânes bâtés pour leur trouver des justifications.

       
    • @Eric,
      ce n’est pas parce que les tirs viennent du camp “ennemi” (les antifas) qu’il faut dédouaner la responsabilité de lui qui s’est mis à découvert et par là, s’est fait canarder. C’est tout aussi de sa faute.
      Ok on va partir du principe que cette demoiselle cache bien son tatouage sous sa blouse, sa tenue de travail, etc.
      alors :
      - d’où sort cette photo ? Elle l’a bien prise et/ou diffusée à un moment...
      - si la photo etait anonyme, comment a t on pu identifier que c’était elle la porteuse du tatouage ?
      Alors, soit elle a une “taupe” dans son entourage qui a fuité et diffusé le truc (dans ce cas, ses fréquentations = son problème) soit elle en a fait diffusion décomplexée sur internet, réseaux sociaux (sa décision = son problème).
      Encore une fois, on pourra se traiter de cons à longueur de journée si tu veux, mais le problème avant la délation est là : mise en visibilité d’un tatouage de mauvais goût. Personne n’est dupe ici pour penser que c’est un hommage à ses cours de chimie du lycée mais bien expression d’une idéologie meurtrière (la encore, qu’on soit négationniste ou pas n’est pas le débat).
      La sensibilité des autres, tu n’en as peut être rien à foutre, mais encore une fois il y’a des lois dans ce sens. Ça marche pour ce genre de tatouage, le voile, la nudité sur les lieux publics etc. Tout ceci ne me gêne pas personnellement, mais tu franchis la ligne rouge de la loi telle qu’elle est actuellement, tu en paies les conséquences. C’est aussi ça assumer sa “rebellitude”.

       
    • « ce n’est pas parce que les tirs viennent du camp “ennemi” (les antifas) qu’il faut dédouaner la responsabilité de lui qui s’est mis à découvert et par là, s’est fait canarder. C’est tout aussi de sa faute. »
      Non, c’est injustifié. En tout cas, ceux qui le justifient ne vantent pas mieux que ceux qui ont officié.
      « La sensibilité des autres, tu n’en as peut être rien à foutre, mais encore une fois il y’a des lois dans ce sens. »
      La « sensibilité » comme prétexte à se croire tout autorisé en termes de répression ne vaut rien sinon le mépris. Le problème c’est quand elle s’autorise bien pire que ce qu’elle critique et croit nécessaire de combattre. Il est difficile de n’en avoir rien à foutre dans la pratique puisqu’on la subit quotidiennement au nom des heures les plus sombres. Il n’est pas interdit de travailler sur sa sensibilité et ses dérives, surtout une fois atteint l’âge adulte. Il y aurait aussi fort à dire sur le légalisme comme seul refuge pour tout justifier et en arriver à faire des inversions accusatoires. Bref, intervention lamentable et malheureusement répétée alors qu’il faudrait plutôt caler l’affaire. C’est digne de la LiCRA.

       
    • « ce n’est pas parce que les tirs viennent du camp “ennemi” (les antifas) qu’il faut dédouaner la responsabilité de lui qui s’est mis à découvert et par là, s’est fait canarder. C’est tout aussi de sa faute. »
      Non, c’est injustifié. Et ceux qui le justifient ne valent pas mieux que ceux qui ont officié.
      « La sensibilité des autres, tu n’en as peut être rien à foutre, mais encore une fois il y’a des lois dans ce sens. »
      La « sensibilité » comme prétexte à se croire tout autorisé en termes de répression ne vaut rien sinon le mépris. C’est abstrait et parfaitement arbitraire et donc ça ne peut avoir aucune limite, la preuve avec cette navrante histoire. Le problème c’est quand cette « sensibilité » s’autorise bien pire que ce qu’elle critique et croit nécessaire de combattre. Il est donc difficile de n’en avoir rien à foutre dans la pratique puisqu’on la subit quotidiennement au nom des heures les plus sombres. Cependant, il n’est pas interdit de travailler sur sa propre sensibilité pour éviter ce type de dérives, surtout une fois atteint l’âge adulte. Il y aurait aussi fort à dire sur le légalisme comme seul refuge pour tout justifier et en arriver à faire des inversions accusatoires. Bref, intervention lamentable et malheureusement répétée alors qu’il faudrait plutôt caler l’affaire car c’est digne de la Licra.

       
  • #2568518

    Moi je trouve ça bien qu’un membre du personnel de santé fasse la promotion d’un traitement contre le typhus qui est une maladie bien plus mortelle que le covid comme le montre l’histoire.

     

    Répondre à ce message

  • Alors je vais peut être allé loin dans l’analyse, mais c’est une simple éventualité.
    C’est plutôt assez rare de voir une femme assumer de tels actes. Des types tatoués croix gammée et tout le reste, pour rien vous cachés, j’en connais.
    Mais de femmes, non.
    Il faut dire que la Waffen SS s’est drapée d’une sorte de "glamour sinistre" depuis les années 70 au moins. Et c’est là où je vais peut être allé loin, mais nous ne connaissons pas les pratiques sexuel de cette femme. La méchante SS qui vient vous fouettez par exemple, avec képi et bottes de cuir qui vont avec...
    Si ça se trouve, c’est n’est même pas par conviction politique, mais peut être bien un jeu sexuel dans sa vie privée... On sait pas avec qui elle sort cette nana !
    Et vu que c’est une dentiste, donc appartenant à une classe sociale assez "respectable" , rapport à la médecine, allez savoir ce qu’il se passe dans des soirées "branchés".
    Pour vous dire la côte des nazis dans certaines soirées mondaines, souvenez vous du prince Harry pris en flague en costume SS ! Sans le paparazzi, le prince aurait peut être pu avoir un grand succès à cette soirée, allez savoir !

     

    Répondre à ce message

  • #2568679

    1/ D’abord, pour être dentiste il faut être dans les premiers de la PACES. 1ere année de médecine que seulement réussissent un faible % de ceux qui ont passé un bac scientifique avec mention TB.
    Donc la môme n’est pas bête.

    2/ Le tatouage en 2020 ? C’est comme être rebelle en 85 et donner le prénom de Dylan ; Kévin à son enfant.
    Moi en 2020 j’ai plutôt l’impression d’un grand conformisme à se faire tatouer.

    3/ Sincérement je crois que si un pouvoir plus autoritaire s’installait en France, les 1er à s’y engager seraient ces antifas.
    Ce sont des merdes intégrales.
    On l’a vu avec leur idôle Clement meric.

    4/ Je ne m’inquiéte pas pour cette dentiste. Elle peut travailler en Suisse, et dans plein d’autres pays.
    Par contre la France, faut oublier.

     

    Répondre à ce message

    • #2568785
      Le 15 octobre à 21:11 par lefoutagedegueulepermanent
      Une dentiste lyonnaise licenciée pour des tatouages nazis grâce à des (...)

      Non, avant pas besoin de mention TB pour faire médecine... Mieux valait avoir un bac scientifique effectivement pour optimiser ses chances de réussites mais l’obtention du bac suffisait pour rentrer en fac de médecine... Le haut niveau d’études ne préfigure pas de l’ "intelligence", ça se saurait...

       
    • @leperigourdin,
      je ne sais pas pourquoi elle est décrite ici comme une dentiste mais il s’agit plutôt d’une assistante de dentiste. Donc ce n’est pas la diplômée que tu crois etre (métier par vocation) mais fort probablement quelqu’un qui a suivi une formation par (ré)orientation, donc pas forcément ‘dentiste’ par vocation
      Bref, tout ça ce n’est pas forcément dire quelle est moins intelligente qu’un dentiste de formation, les études ne sont pas la démonstration de l’intelligence de quelqu’un sinon nos énarques et autres Sciences Po qui nous gouvernent.. enfin tu vois où je veux en venir.
      en tout cas sa décision de porter ce tatouage et le montrer (elle sort d’où cette photo) ni de l’effacer dans le cas d’une “erreur” de jeunesse n’est pas preuve de grande intelligence non plus...

       
    • « en tout cas sa décision de porter ce tatouage et le montrer (elle sort d’où cette photo) ni de l’effacer dans le cas d’une “erreur” de jeunesse n’est pas preuve de grande intelligence non plus... »
      Je crois qu’on a compris, vous ne faites que rabâcher cela et revenir inlassablement à la « bêtise » de l’intéressée. Et que dire de la votre d’intelligence ainsi que de celle des gens qui lui sont tombés dessus quand vos critiques reviennent avec un acharnement aussi obtus qu’imbécile sur cette pauvre histoire de tatouage ?! M’est avis qu’il est plus que probable que son « intelligence » au sens large dépasse possiblement celle des petites salopes auxquelles elle a eu affaire ainsi que la vôtre, ce qui n’est pas une gageure.
      P.S : une pensée pour le regretté Lemmy ! S’il pouvait ressortir de sa tombe pour effrayer toutes ces petites chattes et leur régler leur compte, quel bonheur ce serait ! Infarctus assuré.

       
  • #2568930

    vous êtes sûr que Hitler n’était pas un agent du mossad , il n’avait pas la tête d’un aryen et en plus que Timsit lui trouve du génie , bizarre !!!!!!!

     

    Répondre à ce message

  • #2569076

    Elle n’a plus qu’à les faire recouvrir avec un portrait de Adama Traourè et des chandelier à 7 branches et à s’écrire pardon sur le front
    Après ils lui feront faire des conférences dans les écoles et collèges avec une survivante de la shoah ou elle racontera son parcours de haine honteux, pour que les enfants ne tombent pas dans le nauséabonde des z’heures les plus sombrero de notre story 
    C’est quoi la prochaine histoire, un burger cacher saccager par un skinhead de 11 ans et demi , une stèle Malek Oussekine vandalisée par un mâle blanc cisgenre de Brive-la-Gaillarde, une pauvre gentille lesbienne défiguré à vie, par un œil au beurre noir, fait par son copain de lycée fan de Dieudo ??
    Waouhhh quelle révolution et quels révolutionnaires, ces antifas

     

    Répondre à ce message

  • #2569177

    au lieu de nous emmerder avec des tatouages , est ce que les médias mainstream ( BFM , LCI ou Cnews ou d’autres ) peuvent enquêter sur le témoin oculaire qui parle des rituels d’Hillary Clinton et de la vidéo qui serait contenue dans le portable de weiner , je voudrais que ces grands journalistes prouvent que c’est des complotistes et que tout ça n’est pas vrai
    parce que sinon les Nazis , faut les chercher ailleurs qu’à Lyon - torturer une gamine de 10 ans , c’est bien pire que ces tatouages .....

     

    Répondre à ce message

  • Moi je lui ferai bien confiance pour s occuper de mes dents.

     

    Répondre à ce message

  • "Après vérifications, il s’avère qu’il s’agit de Heini en visite au camp de prisonniers soviétiques de Minsk, en Biélorussie, pas de Lublin en Pologne. Toujours vérifier ses sources historiques, beaucoup de gens se trompent sur la WW2 !"

    Et moi, je dirais qu’il s’agit plutôt d’une photo d’avant-guerre, plus probablement à Dachau en Allemagne, pas tant pour les conditions de détention des prisonniers..mais plus prosaïquement pour l’uniforme d’Himmler.

    En effet, même en restant "l’Ordre Noir", l’uniforme noir si célèbre était déjà abandonné, autant pour les personnels administratifs, de bureau si j’ose dire que , policier ou carcéral, il n’a bien sûr jamais été revêtu par les unités combattantes, ni même dès la guerre commencée, par les gardes d’honneur (personnel détachée de la Leibstandarte à la Chancellerie) ou protocolaires.

    Sauf évidemment pour les unités tankistes en tenue de combat, mais c’était aussi le lot des unités blindés de la Wehrmacht. (Eh oui, le noir masque mieux les taches d’huile, entre autres..) , y compris la tête de mort, mais sous un graphisme différent, les unités tankistes étant traditionnellement héritières des.. hussards montés.. ceci pour expliquer cela également.

    Il en est de même tant pour Himmler que pour Heydrich ou autres, passant du noir au gris (gris SS, lui-même à nuancer du feldgrau unités combattantes et Wehrmacht) dès le début des hostilités.

    Mais l’image est forte, autant entretenue par les images d’archives des congrès de Nuremberg (le dernier a lieu en 1938) que par... Hollywood et le cinéma en général très friands du côté obscur Hugo Boss.

    Un SS en noir, ça claque toujours plus et ça "envoie sa race", si j’ose dire.

    Par contre les SS en noir qui apparaissent dans "Indiana Jones et la dernière croisade", par exemple, sont tout à fait crédibles historiquement, car la scène se déroule avant-guerre :-)

     

    Répondre à ce message

  • #2569992

    A-t-elle décapité un prof ?
    Est-ce si grave d’être punk, skin, rappeur, skater en 2020 quand on a 17, 18 ans ?
    Est-ce que le problème français, sont les skinheads ?
    Zeon gaffeur condamné, Soral penseur condamné, Dieudo comique condamné, Ryssen auteur, emprisonné.... Il y’a comme un problème ici, non ?

     

    Répondre à ce message

    • #2570453
      Le 17 octobre à 19:20 par Raie-volution de trous du cul
      Une dentiste lyonnaise licenciée pour des tatouages nazis grâce à des (...)

      Désigner cette fille comme un combattant politique, c’est d’un ridicule, ces antifas sont des révolutionnaires en cartons
      Cette greluche fait sa crise de puberté... en 50/60 on était fifty’s, en 68 on était hippi, en 77 on était punk, en 80/90 on était skinhead ou redskins, aujourd’hui on est rappeur ou straight edge, teuffeur ou je ne sais quoi...c’est de la gamineries, y’a rien de politique là-dedans, c’est de la crise d’adolescence pré pubére
      Quel jeune est le même à 14 ans, à 25, à 30
      Combien de militants E&R étaient skin, ou coco ou anar, combien ont été punk, supporter de foot ou gaffeur, et combien vont aujourd’hui à la messe, combien aujourd’hui sont père de famille, maraîcher ou artisan ?
      C’est le niveau zéro de la réflexion politique
      Et à ce genre de réflexion, j’aimerai les connaître, savoir qui donne les directives et qui finance
      Petit rappel Julien Terzig antifa chasseur de skin, et , Julien Dray du Parti Socialiste, les skinheads de Carpentras et l’affaire du cimetière, le SCALP Reflex, les Phantoms des halles, les Black dragons... j’en passe et des meilleures
      La politique c’est pas une chanson la jeunesse emmerde le front national, ni Dr skinheads de evil skin, ou ni oubli, ni pardon de Cutter et Druide
      Soral explique très bien, cette arnaque
      Une arnaque qui fonctionne,, le rebelle sans cause ou le révolutionnaire autonomiste qui vit son autonomie du RSA et de l’argent de poche de papa et maman
      De la guignolerie

       
    • #2570625
      Le 17 octobre à 23:34 par Fais pas ton Dajana Pospiš
      Une dentiste lyonnaise licenciée pour des tatouages nazis grâce à des (...)

      Comme disent Choron et Soral le jeune est un con

       
Afficher les commentaires précédents