Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Des jeunes se moquent de la Shoah sur TikTok

Ils se font passer pour des juifs morts !

Voilà ce qui arrive quand on gave les jeunes avec la Shoah à l’école, dans les médias et sur l’Internet : ils finissent par rendre leur Shoah à leur façon, avec humour et parfois cruauté. C’est la limite du gavage des ouailles de la nouvelle religion éducative.

« Le musée d’Auschwitz a réagi après que des dizaines d’adolescents ont publié des vidéos sur TikTok, en se faisant passer pour des victimes de la Shoah. Une tendance observée sur le réseau depuis plusieurs jours qui interroge aussi la modération des contenus sur ces plateformes. » (France Inter)

Le Mémorial de la Shoah et France Inter ont beau parler d’un « défi éducatif » et d’un « enjeu d’éducation important » (plus que les maths et le français, on dirait), la solution n’est pas plus de Shoah mais moins de Shoah, cela semble évident. Mais pas pour les officines sionistes et les médias soumis qui se trompent et qui ont décidé de gaver encore plus les jeunes qui vont encore plus réagir dans le mauvais sens.

« Ces images sont pour le moins déconcertantes. Sur la plateforme TikTok, une adolescente se filme face caméra. Depuis le paradis, elle prétend avoir été victime de l’Holocauste et raconte qu’elle est morte dans le camp d’Auschwitz. L’image est légèrement sépia, la jeune fille s’est maquillée pour se creuser le visage et faire apparaître des traces, comme des ecchymoses ou des brûlures. Sur l’écran, des messages écrits racontent son histoire fictive. »

 

Dans un monde gagné par la victimologie (sionistes, féministes, antiracistes, homosexuels), rien d’étonnant à ce que des jeunes prennent le pli général et, là encore, le déplient à leur façon, avec les outils modernes et leur imagination débridée. C’est le moyen pour eux de respirer et de penser par eux-mêmes au milieu de propagandes croisées insupportables.

Le musée d’Auschwitz, gardien de la mémoire de la Shoah, a évidemment réagi. Si maintenant les jeunes n’y croient plus, où va-t-on ? Doit-on les gaver plus, ou mieux ? Comment améliorer le gavage, du moins son efficacité ? Hélas, pour ce musée comme pour France Inter, le gavage va de soi, il n’est pas remis en question la moindre seconde. Résultat : on sort la matraque, et la menace :

« La tendance victime sur TikTok peut être blessante et offensante. Certaines vidéos sont dangereusement proches ou sont déjà passées au-delà d’une banalisation de l’histoire »

Par « l’histoire », comprendre la souffrance juive. Suit un pâté invraisemblable sur la haine, l’antisémitisme, l’Internet, bref, le pack habituel, le truc que plus personne ne lit tellement on l’a vu et entendu.

Le musée de la Shoah répond donc aux conséquences du gavage par du gavage, soit un surgavage, ce qui n’est pas la bonne méthode à employer avec ces petites chipies (vous avez vu le nombre de filles qui jouent les victimes juives ?) que sont les jeunes. Mais à trop leur taper dessus, on risque de les perdre, alors il faut faire assaut de tolérance, d’amabilité, d’éducation, comme l’écrit France Inter :

« Pour autant, le mémorial ne souhaite pas "jeter l’opprobre" sur ces jeunes mais pense nécessaire d’ouvrir un dialogue autour de cette question. "C’est un défi éducatif", précise le communiqué. Sur la plateforme, des jeunes ont pris conscience de leur maladresse. Certains se sont excusés face au tollé provoqué par leurs vidéos. »

À notre humble avis, le mémorial ne devrait pas les prendre pour des cons : les jeunes qui ont fait techouva n’en pensent pas moins !

Pour élever un peu le débat, nous dirons que le réseau social des jeunes est dans le viseur mondialiste. À chaque fois qu’une personnalité ou qu’une organisation est accusée de faire le lit de l’antisémitisme (au carré), elle doit faire attention à ses fesses. C’est le cas de TikTok, qui aiguise les appétits de Facebook, le réseau social qui a perdu une grande partie de « ses » jeunes – même s’il en a récupéré une partie grâce à Instagram – au profit de l’entreprise chinoise.

Auschwitz a des soucis

 






Alerter

86 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2536587
    Le 30 août à 23:17 par Jean De La Femme Fontaine
    Des jeunes se moquent de la Shoah sur TikTok

    Quand Roberto Benigni a fait son film « La Vie est Belle » (à ne pas confondre avec le chef-d’œuvre du même titre de Frank Capra de 1948) à la fin des années 90, il s’était fait emmerder par certains qui trouvaient qu’on ne pouvait pas mettre de l’humour dans ce Sujet.
    Il a quand même eu quelques prix, mais c’était ambigu...
    Voilà, c’était mon moment culturel et si je peux me permettre, je conseille plutôt Capra même si mon père est mort à Auschwitz en tombant d’un mirador.

     

    Répondre à ce message

  • #2536604
    Le 30 août à 23:35 par STEF de MARS
    Des jeunes se moquent de la Shoah sur TikTok

    Ces jeunes ne se moquent pas du tout de la Shoah, voyons !
    Au contraire, ils contribuent, avec leurs badineries désinvoltes, à asseoir définitivement la croyance en l’existence des chambres à gaz puisqu’ils en jouent naturellement les victimes !
    Non, ce qui fait polémique, c’est qu’en faisant référence à l’ Histoire de la Shoah, ils s’attaquent en fait, sans le savoir, à La Religion de la Shoah, ce qui n’est pas du tout pareil, vous en conviendrez.
    Sont-ils sans doute encore trop jeunes et naïfs pour comprendre que certains détails de l’ Histoire sont désormais devenus sacrés, au point que toute évocation quelque peu saugrenue peut être facilement considérée comme une inadmissible profanation.
    Même dans un état de droit, il est des cultes qui font loi.

     

    Répondre à ce message

  • #2536628
    Le 31 août à 00:33 par Vanilla Ice
    Des jeunes se moquent de la Shoah sur TikTok

    « Pour autant, le mémorial ne souhaite pas "jeter l’eau propre" sur ces jeunes mais pense nécessaire d’ouvrir un dialogue autour de cette question. "C’est un déni festif", précise le communiqué. Sur la plateforme, des jeunes ont pris conscience de leur maladresse. Certains se sont excusés face au trollé provoqué par leurs vidéos. »

     

    Répondre à ce message

  • #2536751
    Le 31 août à 09:00 par Dudhrhdh
    Des jeunes se moquent de la Shoah sur TikTok

    Rho c est pas bien ! Quand même !

    les stages shoatiques vont pleuvoir dru sur ces petites têtes aryenne !

    le mal rode
    le ventre ect...

     

    Répondre à ce message

  • #2536761
    Le 31 août à 09:27 par BOB
    Des jeunes se moquent de la Shoah sur TikTok

    Le Credo, les croyances et le sacré

    Le sacré est la convergence de deux concepts : le transcendant qui se place au-delà ou au-dessus des choses de la vie "ordinaire" et, le respect absolu d’un « objet » (dans le sens général, matériel ou immatériel).

    Le fait de sacraliser est avant tout un acte de foi, acte qui nait d’un point de vue et d’une croyance. En tant que croyance la foi est inattaquable, car elle ne se situe pas sur le même plan que le domaine scientifique. Comme point de vue, elle peut être soit symbolique, soit une vision du réel.
    Le symbole est l’outil idéal pour partager les concepts « hors d’atteinte de l’expérience ». La symbolique est à la transcendance ce que les nombres complexes sont aux mathématiques : Un moyen de sortir de l’axe horizontal. L’axe vertical créé par cet « outil » offre véritablement des possibilités indéfinies d’entendement. Attention toutefois, René Guénon nous avertit de la possibilité d’interprétation diamétralement opposée d’un même symbole.
    L’appréhension du réel dépend principalement des sens (la vue, l’ouïe…) et des fonctions de traitement des informations produites par ces sens, par le cerveau chez l’homme ou maintenant l’ordinateur chez le scientifique.

    Par nature, les peuples, comme les humains, ont des points de vue. Cette perspective est forgée par le partage d’une histoire commune sur un espace commun. Chez nous, c’est ce point de vue unique qui a permis pendant des siècles d’avoir un objectif commun. (Les générations suivantes reprenaient à leur compte tout le travail de ceux qui les avaient précédées). Cette alchimie a même été sacralisée : n’est-ce pas le sens de : la France « fille ainée de l’église » ? (Eglise comme lieu où se réunissent ceux qui ont la même croyance, le même sens de l’Histoire)
    Mais le sacré a horreur du vide, notre société en y substituant le « tout scientifique » a laissé la place aux idoles d’autres peuples, idoles et peuples qui disparaitront « comme par miracle » le jour où, nous serons à nouveau unis. Le combat étant plus de s’unir que de les chasser. Unis, il n’y a pas de place pour ceux qui ne partagent pas.

    Le fait de sacraliser quelque chose qui dépend du réel, et non du transcendant, comme une période historique ou une réponse scientifique est un aveu de faiblesse, et, le fait d’imposer par la loi, et donc, par la force, l’adhésion à l’objet sacré, est au final l’aveu que plus personne de croit en cet objet.

    Libre selon l’esprit

     

    Répondre à ce message

  • #2536785
    Le 31 août à 10:06 par Adrien
    Des jeunes se moquent de la Shoah sur TikTok

    Au moins Ils accréditent la thèse que les chambres à gaz ont bel et bien existé

     

    Répondre à ce message

  • #2536790
    Le 31 août à 10:15 par Pelagia
    Des jeunes se moquent de la Shoah sur TikTok

    Pendant des dizaines d’années on a appris à la jeunesse à banaliser le sacré et le religieux, et même à s’en moquer cruellement. Et cela bien sûr dans un cadre où le sacré et le religieux ce n’était rien d’autre que la chrétienté. Maintenant que la chrétienté est de plus en plus absente dans la société occidentale, le virus s’attaquant au sacré et au religieux continue de circuler en roue libre et ne peut que finir par s’en prendre à ce qui est de nos jours perçu comme sacré : la sacro-sainte shoah. Juste retour de bâton, car la nature a horreur du vide, et surtout la nature humaine. "L’homme préfère vouloir le néant plutôt que de ne pas vouloir du tout" (Nietzsche). Ces jeunes appellent au néant auquel on leur a appris à croire, voilà tout. C’est en quelque sorte une bribe d’espoir, d’autant plus que pour certains d’entre eux il s’agit peut-être même d’un vrai réveil à la Vie, et pas forcément une permanence dans le néant.

     

    Répondre à ce message

  • #2536980
    Le 31 août à 13:21 par Mercileo
    Des jeunes se moquent de la Shoah sur TikTok

    sans doute touchés par le Covid19 que l’ OMS ou Lancet voulaient combattre !!!!

    c’est pas pire que les spectacles donnés par nos crapules sur les plateaux télé pour nuire à Raoult et d’autres ..........

     

    Répondre à ce message

  • #2537103
    Le 31 août à 15:34 par LEAG
    Des jeunes se moquent de la Shoah sur TikTok

    Au paradis ?

    Là ça va trop loin !

     

    Répondre à ce message

  • #2537484
    Le 1er septembre à 09:01 par Karim
    Des jeunes se moquent de la Shoah sur TikTok

    Ceci nous apprend qu’on ne peut pas tout se permettre avec de l’argent et surtout gagner le coeur des gens à une cause même si elle est juste.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents