Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Une liste "Gilets jaunes" aux élections européennes favoriserait-elle le pouvoir ?

Selon un sondage repris par Europe 1, la hiérarchie des partis lors des élections européennes du 26 mai 2019 pourrait évoluer si une liste Gilets jaunes participait au scrutin. Il s’agit évidemment d’un cliché pris à un instant T d’une population P très relativement représentative de l’ensemble des Français qui votent. Mais cela peut donner lieu – le sondage n’a pas été fait par hasard – à une inévitable ingénierie sociale.

 

L’élément nouveau introduit par les sondeurs dans leur étude d’opinion est l’hypothèse d’une liste Gilets jaunes. On sait pourtant que ce mouvement, né d’en bas et développé horizontalement, est allergique à toute forme de démocratie participative viciée. Car comme disait Coluche, si le vote changeait quelque chose, il y a longtemps qu’il serait interdit. Traduction : le pouvoir visible peut changer, le pouvoir invisible lui reste. Et c’est ce qui compte, in fine.

 

 

Quand on voit les photos de Jacques Attali avec les cinq derniers présidents de la République, on saisit le problème. N’importe qui est capable de comprendre qu’il suffit d’inverser les rôles entre le conseiller et le président pour savoir qui commande, au fond.

Il faut donc prendre ce sondage, probablement commandé par le pouvoir, comme un pré-test du marché électoral. Autrement dit, est-ce qu’une liste GJ pourrait faire baisser le RN pour laisser LReM devant ? Le président et son camp ne pouvant pas se permettre une claque magistrale, un désaveu violent dans les urnes du genre 85/15, 85% contre et 15 pour, ou une majorité de vote populiste en additionnant les bulletins RN, LFi et DlF, plus les groupuscules d’extrême gauche. Déjà, à la dernière présidentielle, le camp populiste a frôlé les 50%. La France n’est pas loin d’une situation à l’italienne. Sauf que chez nous le CRIF interdit l’union des populismes de droite et de gauche.

Voici les résultats pour un scrutin avec GJ :

« Dans l’hypothèse de la présence d’une liste "gilets jaunes" à 8%, le parti de Marine Le Pen recueillerait 21% d’intentions de vote, devant la liste La République en marche-MoDem (19%), La France insoumise (10,5%) et Les Républicains (8%). Suivent Debout la France (7%), le PS (6%) et Europe Écologie-Les Verts (6%) devant le Nouveau parti anticapitaliste (3,5%), Générations (3%), l’UDI (2%), la liste conduite par le député Jean Lassalle (2%), le PCF (1%), les Patriotes (1%) et l’UPR de François Asselineau (1%). » (Source : Europe 1)

L’autre hypothèse, celle d’un scrutin sans liste GJ, donnerait le classement suivant :

- RN : 24
- LReM-MoDem : 19
- LFi : 11,5
- LR : 8
- DLF : 7
- PS : 7
- EELV : 6,5
- Générations : 3
- Lassale : 3
- UDI : 2,5
- NPA : 2,5
- PCF : 2
- Patriotes : 1
- UPR : 1

Des commentaires s’imposent, et là on va se la jouer à la Duhamel-Aphatie, nos deux grands observateurs de la vie politique qui ont autant de crédit dans leur spécialité qu’une mère de famille de 7 enfants qui a une ardoise de 3km chez l’épicier du coin et qui n’a pas payé son EDF depuis des lustres.

D’abord, la montée du parti de Nicolas Dupont-Aignan, que le Système disait définitivement déconsidéré depuis son union d’entre les deux tours en mai 2017 avec Marine Le Pen. On voit que les journalistes-système prennent leurs désirs pour la réalité. Aujourd’hui, Debout la France fait plus que le Parti socialiste. Si on avait dit ça à Mitterrand en 1995 ou à Jospin en 2001 (juste avant leur mort), ils seraient tombés de leur chaise à porteurs. Le temps politique est un temps long, et ça Mitterrand le savait.

La traduction politique dans les institutions des grands mouvements sociologiques ne se fait pas en un éclair. Ce que la pensée politique nouvelle a initié sur l’Internet depuis le début des années 2000 est en train de porter ses fruits : 15 ans plus tard, la contestation abat un par un tous les piliers du pouvoir visible. Sa presse est virtuellement morte, ses assemblées représentatives sont loin de représenter le peuple, et ses gouvernements successifs sont démonétisés en des temps records. Il ne reste que les présidents, tiraillés entre les ordres des puissances occultes et les besoins du peuple, des présidents qui donc sont obligés de mentir de plus en plus et de mieux en mieux, jusqu’à la catastrophe.

Et la catastrophe, pour le pouvoir, quoi qu’en disent les supercomplotistes qui voient dans le mouvement populaire la main du pouvoir profond (c’est plutôt la fiche de paye qu’il faut regarder), c’est la réaction populaire des Gilets jaunes, qui ont mis un énorme « Stop » à la politique de mensonge et de destruction du pays. Depuis, les GJ sont l’objet de toutes les attentions, de toutes les déstabilisations, de tous les pièges, de toutes les tentations. Rien de mal là-dedans, c’est la loi du jeu politique : il faudra en sortir renforcés ou morts !

C’est ça la France !
Lire sur Kontre Kulture

Les Gilets sur le bon chemin, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Cinque stelle est devenu le premier parti d Italie des leurs premieres legislatives, et a pris le pouvoir pour sa seconde participation. Pourquoi les francais devraient ils rester dans l impuissance en ne creant pas leur propre structure de representation politique ? Quand au pouvoir profond croyez vous vraiment que vous allez le renverser a coup de referendum d initiative populaire ? Bien sur que non. Je ne comprend pas ce refus de lutter dans le cadre existant (le fameux et stupide #elections piege a cons#). Bien sur que c e n est pas l ideal, bien sur que les des sont pipes, il n empeche que les italiens ont repris leur destin en main a partir d une election. Et Renzi ou Lega / Cinque stelle au pouvoir, ce nest pas la meme chose. Pouvoir profond ou pas. L ideal n existe pas, mais on peut toujours lutter avec les armes a disposition. C est beacoup mieux que de se percher sur l Aventin en repetant #elections pieges a cons#. Je ne comprends vraiment pas ce type de positionnement. Les italiens nous ont montre la voie avec succes. Pourquoi rejeter cette option sans y reflechir serieusement ? Je ne poste pas ce commentaire pour polemiquer ni pour receuillir les sarcasmes des esprits forts, mais pour suggerer que nous devrions reflechir a deux fois avant que de nous priver d un levier qui pourrait etre une solution non utopique a l impuissance citoyenne. Cordialement.

     

    • L’Italie n’est pas la France.
      Comparaison n’est pas raison.
      Si vous structurez verticalement les jaunes, vous donnez le bâton pour vous faire battre.

      Ses représentants seront taxés de populistes, de racistes voire d’antisémites par la bien-pensance médiatique aux ordres.

      Tout l’arsenal de la réduction ad hitlérium du débat sera utilisé pour les disqualifier.
      Des débats foireux seront organisés sur les plateaux et les représentants jaunes seront décrédibilisés par les commissaires communautaires au service du politique.

      A coté, le RN passera pour des néo UMP, c’est dire !

      Il n’y a aucune perspective d’alliances avec Mélenchon donc la FI, je crois que c’est désormais acté eu égard au positionnement de Mélenchon dans ce conflit social : Très absent aux cotés des jaunes, donc très présent aux cotés de Macron à l’instar de Cohn Bendit et Goupil, sans oublier Minc, Sarko, Raffarin, Moscovici ou Juppé.

      J’ajoute que le vote débouche sur une dictature déguisée par son mode opératoire, on l’a très bien constaté lors des dernières présidentielles et législatives.

      Il permet un coup d’état dit démocratique afin de placer un Macron au pouvoir qui ne représente que 8.7 millions de voix soit 18.2% du corps électoral.

      Entendu que le second tour est pipé, puisque qu’il est un référendum pour ou contre Le Pen.

      Continuez l’horizontalité et ne pas céder aux injonctions de structuration.


    • Ils ont la proportionnelle en Italie, donc des gouvernements de coalition, parfois carpe et lapin .En France nous aurions aussi une coalition de partis patriotes au pouvoir si nous avions la proportionnelle . Mais comme le dirait Attali s’il l’osait " la politique de la France est une chose trop sérieuse pour être laissée aux Français " .


    • Point de polémique mais un brin de nuance. La présidentielle à deux tours est un piège dans lequel la majorité des électeurs n’est pas tombée (plus de 50% de votes blancs ou non-exprimés) car elle ne voulait pas choisir entre la peste et le choléra.

      C’est une réalité qu’on le veuille ou non. Jusqu’à présent le système ignorait cette masse silencieuse uniquement parce qu’elle était minoritaire. Maintenant qu’elle est devenue majoritaire et manifeste son mécontentement, le gouvernement est bien obligé de reconnaître son existence. Voter revient dans les faits à masquer cette réalité.

      Le bon sens l’emporte enfin sur les règles iniques d’un jeu ayant fait son temps. Ce ne sont ni les partis, ni les hommes (façon de parler) mais bien les idées qui importent aux électeurs. La démocratie demande des élections, certes, il serait toutefois grand temps de se focaliser sur les idées récemment proposées et réduire le rôle des serviteurs de la nation à sa portion congrue : appliquer les décisions du peuple.

      Qui a vraiment besoin d’un président et d’un gouvernement ? Quatre pouvoirs indépendants (dont la presse), soit quatre chambres véritablement représentatives et des décisions prises par voie de référendum. Point barre. Le reste, c’est du gras.

      On y serait arrivé depuis des lustres, si ce n’était pour ce système électoral conçu pour le seul bénéfice d’une classe politique parasitaire. Au lieu de critiquer les beaux-parleurs, il serait plus efficace de leur ôter leur jouet. On y arrivera. Tout doucement parce que certains ont cru au père noël et permis à Macron de rêver mais on y arrivera. C’est une certitude.


    • Parce que nous ne voulons pas jouer à ce jeu. Ce n’est pas notre jeu. Il faut balancer leur échiquier et non pas tenter de faire un mat dans une partie truquée. Une liste gj serait une erreur mortelle. Comme le dit E. CHOUARD tout élu est corruptible d’une manière ou d’une autre donc refusons d^’être élu.


    • Qui a vraiment besoin d’un président et d’un gouvernement ? Quatre pouvoirs indépendants (dont la presse), soit quatre chambres véritablement représentatives et des décisions prises par voie de référendum. Point barre. Le reste, c’est du gras.

      Quelques soient les canaux par lesquels passent la prise de décision, il faut bien in fine un gouvernement exécutif ; Sinon rien ne se passe à la suite d’un referendum.


    • Sherlock, vous trouvez que la majorité n’est pas tombée dans le piège lors des dernières présidentielles ?
      Vous êtes sérieux ?

      - Hamon utilisé pour ajuster Mélenchon en fonction du risque Le Pen, en gros, plus Marine était haute plus Hamon se faisait dépouiller par Mélenchon afin de s’assurer que Macron termine bien premier avant le second tour.
      - Valls candidat de la primaire sans aucune chance de victoire, juste pour calmer l’aile droite du PS qui aurait exigée la présence de Macron pour les primaires, ce qui compromettait la suite.
      - Le bourrage d’urne pour Fillon lors des primaires, une fois Sarko éliminé, les dossiers étaient déjà prêts.

      Donc à minima, Mélenchon, Hamon, Valls et Macron étaient dans le plan du couple Hollande(?)/Jouyet, eux-mêmes déroulant l’ingénierie sociale et le marketing politique imaginés par des réseaux supra nationaux et transpartisans.

      Se pose donc la question de savoir si Fillon n’a pas été manipulé pour qu’il maintienne sa candidature post Pénélopegate et contre toute logique.
      Son appel à voter Macron au second tour et à se défausser pour les législatives, en un temps record, posent toujours question.

      Moi je trouve, au contraire, que c’est suffisant quant à décréter que le peuple s’est fait enfumer lors de l’élection de Macron.

      Quant aux votes blancs ET l’abstention, c’est le premier parti de France et ce n’est pas récent.
      D’ou l’urgence de légiférer quant à annuler des élections non significatives pour cause de défaut d’expression (quorum).
      Parce que le pouvoir ne veut toujours pas reconnaitre le premier parti de France et fera tout pour continuer à en ignorer l’existence et en cacher la signification.


  • Le mouvement des gilets jaunes doit déboucher sur la formation d’une multitude d’assemblées citoyennes dont le but principal est d’obtenir le RIC. Les gilets jaunes ne doivent surtout pas se perdre dans ces élections européennes où ils n’obtiendront rien en voulant jouer à leur jeu. Ils ne serviraient en plus que de diviseur des partis et ça leur retombera dessus après : "c’est la faute des gilets jaunes si.....melenchon n’a pas réussi à .... si Marine n’a pas réussi à....si Macron a reussi à.....etc. Et les gilets jaunes sont aussi des électeurs de différentes tendances, se présenter aux élections les divisera inmanquablement.Qu’ils restent surtout un mouvement de citoyens et ne deviennent pas un parti.

     

    • Il y eu un précédent fameux : aux législatives de 1956 (à la proportionnelle) percée spectaculaire des Poujadistes (les ancêtres des GJ) : 52 députés ! Les Européennes se faisant égalemnt à la proportionnelle, si les GJ s’y présentent ils peuvent faire aussi bien que les poujadistes : 12,88% des voix ! C’est d’ailleurs pour éliminer les poujadistes patriotes que les sionistes supprimèrent la proportionnelle en 1958 : aux législatives de novembre 1958 - au scrutin majoritaire à deux tours ! - TOUS les députés poujadistes furent battus - ou plutôt éliminés par le mode de scrutin . Et ça continue jusqu’à aujourd’hui !


  • Attalope s’est fait braquer son écharpe rouge par le crétin de l’Express. J’espère au moins qu’il a demandé des droits d’auteur........


  • Les photos où est représenté Attali de 1981 à 2017 en disent long sur lui, alors qu’il est dans l’ombre du pouvoir et qui se l’est attribué indirectement aujourd’hui, c’est incontestable . On sait très bien ce que veut Attali, la capitale mondiale à Jérusalem .36 années à ramper pour arriver au but de ses idées, après avoir tissé sa toile ,et cette façon de parler comme un curé dans un confessionnal.Il rampe encore et toujours , mais le chemin est encore long pour lui, repéré depuis toutes ces années , il arrive au noyau dur .Et là, ce n’est pas encore gagné .


  • La réponse est oui.

    Mécaniquement, elle ponctionnera chez RN, bien plus que chez FI, de toute manière cette dernière est consentante, car affiliée au pouvoir maçonnique.

    Je le répète, le gros avantage de la bande à Macron est qu’elle a l’Italie dans le rétro et les Européennes dans le viseur.
    Comme lors des présidentielles, la République avait Trump dans le rétro et le Frexit dans le viseur.

    Une verticalisation de force du mouvement jaune signera non seulement la fin de ce dernier, mais la maintien voire la victoire des progressistes aux Européennes.

    Si les jaunes veulent rester efficaces, il faut conserver l’horizontalité qui pose tant de problèmes au triangle de l’establishment, incapable de diviser sociologiquement, économiquement, socialement et sociétalement le mouvement.

    Ses relais communautaires sont inefficaces tant que l’horizontalité est maintenue.
    Ne pas céder à l’injonction politico-médiatique de la structuration.

     

    • Mais où voyez-vous donc une "verticalisation" ?
      Actuellement les gens réclament avec le RIC le pouvoir de contrôler leurs élus, et les virer s’ils n’obéissent pas. Vous imaginez sérieusement le GJ du rond-point se mettre au garde-à-vous derrière son député européen ? La réflexion gagne à ne pas couper le lien avec la réalité du terrain.

      En quoi le fait d’avoir des députés européens affaiblirait-il la capacité des GJ à s’organiser et travailler horizontalement ?


  • C’est évidemment un piège.
    A part quelques arrivistes, quels GJ voudraient faire de la politique dans un jeux politique aussi truqué ?
    En plus les GJ n’ont ni représentants , ni ligne politique , et encore moins de programme .
    Le seul mot d’ordre de ce mouvement est de redonner un peu de pouvoir au peuple en se passant de ces pièges à con que sont les partis politiques et les élections.

    Participer a une élection est totalement à l’opposé de cette démarche.
    De plus , absolument n’importe qui peu se présenter sous cette étiquette y compris des Macronistes, étant donné qui’il y a aussi des électeurs de Macron parmi le GJ.

    Le principe même des GJ est de changer le système depuis l’extérieur .
    Ceux qui voudraient se présenter sous l’étiquette GJ qui est une appellation complètement "libre de droit et d’utilisation" , sont juste des imposteurs, qui rêvent de salaire de député, et de voiture de fonction.

    Le plus emblématique de ces arrivistes , est un ex " porte parole" renier depuis par 100% des GJ , qui a quand même crée son mouvement GJ , et qui s’est permis sur sa page, de critiquer le soutien de Dieudonné aux GJ ( En parlant d’une "radicalisation" du mouvement GJ car soutenu par une personne condamnée pour antisémitisme blabla.. )

    Autrement dit les GJ sont des fachos extrémistes , mais moi, non ! Mais, je vais quand même faire mon parti GJ, pour ne pas les représenter !
    C’est dire si avec des lèches cul , arrivistes et des guignols comme ça , un mouvement politique GJ augure des grands changements..

     

  • Le mouvement semble être à la croisée des chemins (qui seraient tous des impasses ?). Force d’inertie ou pouvoir profond ? Sachant que le RIC en Suisse d’après certains experts n’a que peu de prise sur le jeu politique

     

    • Peu d’emprise ? Grâce au référendum, ils ont pu décider (et obtenir) de ne pas être dans l’UE !


    • Le constat de l’expert sur Europe 1 était que peu de référendum se traduisaient par une loi. Mais bien sûr que c’est mieux que rien


    • L’expert en question est un escroc qui s’est contenté de ne parler que des référendums ayant eu lieu. Il fait semblant de pas savoir que l’effet est beaucoup plus lourd que cela ; le principal effet est dissuasif : le pouvoir ne se risque plus à faire passer une décision qui se ferait rapidement retoquer par un référendum.

      Prenons un exemple concret : Qui croit que en 2007 Sarkozy aurait eu le culot d’imposer le traité de Lisbonne, après le refus du TCE en 2005, si le RIC avait existé ? S’il avait osé, il aurait pris une grande baffe référendaire immédiatement.
      Donc il ne l’aurait pas fait et par conséquent il n’y aurait pas eu de référendum.
      Ah bien sur il y aurait eu un expert escroc pour dire que le référendum ça sert pas beaucoup, et d’autres pour le croire sans réfléchir plus loin que le bout de leur nez.


    • En fait tout dépend sûrement du champ d’application. Mais quand on voit la frilosité à modifier la Constitution de la Ve République (proportionnelle...)...
      Sur la Suisse, en tout cas ce qui marche bien est l’articulation locale et fédérale
      Sur l’éventualité d’un RIC, au mois de janvier E&R s’est réjoui (et moi aussi) de l’abandon du projet Notre Dame des Landes. Or la consultation organisée en Loire-Atlantique avait donné la majorité au oui...
      Donc la démocratie participative et le bon sens peuvent être à géométrie variable


    • @clem4484
      La question est de savoir à quel niveau de compétence se situe le référendum d’initiative populaire en Suisse...
      Si l’on veut un RIC efficace il faut, comme le préconise Chouard, qu’il soit placé au-dessus de tous les organes de pouvoir et que ces organes aient des comptes à rendre par le RIC.


  • "les supercomplotistes qui voient dans le mouvement populaire la main du pouvoir profond" C’est aller vite .

    Il me semble légitime de penser qu’une crise assez sévère profiterait plus au pouvoir profond qu’aux citoyens.
    C’est un peu leur spécialité aux dits "soft power" (qui n’enont que l’apparence)...la crise et le traumatisme social pour induire des changements.

     

    • Macron et Philippe ont eu peur, peur physiquement. Ils ont du lâcher du lest et Macron a bel et bien terminé son mandat dès maintenant. Tout ce qui se passe n’est pas dans leur intérêt.


    • Oui bah j’ai vu passer ça, moi aussi, me demandant si ce n’était pas pour ma pomme, puisque j’ai plusieurs fois défendu l’idée que le mouvement a été organisé au départ comme une révolution colorée par les USA (même si, héhé, les gaulois réfractaires ne suivent pas tout à fait le plan)

      Quant à l’hypothèse d’un complot d’origine francaise, européenne ou sioniste, elle est évidemment peu plausible, le scénario pouvant déraper et se retourner méchamment contre ces instigateurs supposés (par contre à Langley-VA, on resterait au chaud quoiqu’il arrive)


  • Tout ce qui peut foutre la merde et donner un coup de pied dans cette fourmilière est bon à prendre. Donc oui à une liste GJ (qui ne donnera évidemment rien de concret car qui dit politique dit corruption, mensonges et sectarisme).
    Mais au final, ce qui compte et ce qui sera vraiment révolutionnaire, c’est le RIC (sans filtre ni limite) permettant au peuple de reprendre le contrôle de son propre pays et de revenir, peut-être, sur 40 ans de politique néfaste.


  • La France est enfermée dans le carcan Européen, depuis le traité de Lisbonne qui a eu lieu le 13 décembre 2007 , pour contrecarrer l’avis du peuple français qui avait refusé lors du referendum du 29 mai 2005, l’entée dans l’UE à 54,68 % .
    Ne serait il pas plus judicieux pour les Gilets Jaunes et tous les Euroceptiques, d’exiger (par tous les moyens) réparation de ce délit démocratique plutôt que de vouloir un R I C ou un R I P ou de participer encore à des élections européennes aux urnes truqués ?
    Gagnerions nous du temps, pour retrouver notre souveraineté sans entrer dans les nombreux pièges qu’ils nous ont établi depuis longtemps ?

     

    • Une petite anecdote au sujet du vote de la Constitution Européenne.
      À l’époque, je retrouvais une fréquentation américaine, une petite histoire qui n’a pas duré.
      Alors que le "NON" était tombé depuis quelques jours, elle me soutenait mordicus que c’était le "OUI" qui l’avait emporté, elle qui arrivait des States depuis quelques jours... On s’est bien engueulés sur le sujet.
      Avec le recul, je me demande si elle était juste conne ou si la presse américaine racontait des conneries..


  • Ceux qui figureront sur cette liste seront grillés illico dans le mouvement. Que les traîtres se dévoilent ! il faudra ensuite assumer sa traîtrise...

     

    • Liste de Gilets Jaunes ou pas liste ?? La première pomme de discorde balancée par le "système" et qui risque de diviser le mouvement citoyen des Gilets jaunes. Voilà ce que c’est lorsque l’on veut jouer au jeu de l’adversaire avec les règles de l’adversaire. Surtout ne tombons pas dans le piège et devenons un raz de marée citoyen, sans tête ef sans chef.


  • Moi ce qui me troue le c..
    C’est que la Rem soit encore a 19% ! On ne vit pas dans le même pays, ce n’est pas possible !

     

  • ATTENTION !
    URGENT !

    L’arrestation de M. Eric Drouet
    va provoquer de graves troubles
    avec réactions en chaînes
    pour Macron !

    Que l’Etat réflechisse bien.

    Cette provocation ne va pas manquer de provoquer...

    Ce n’est pas sans rappeler...


  • Il est absurde d’invoquer l’argument de la division des forces contre une liste GJ
    1) Parceque ces élections sont proportionnelles, il n’y a aucun risque que des voix soient perdue sur des candidats non éligibles (sauf cas des listes à 0,1% d’électeurs, mais c’est hors-sujet).
    2) Parce qu’en multipliant et diversifiant l’offre, on peut ratisser plus large. Beaucoup ne veulent ni Mélenchon ni Le Pen, c’est-à-dire ni l’immigrationnisme, ni le national-sionisme. Et beaucoup de ces voix seront perdues pour le noble prétexte de ne pas se diviser.
    3) Parceque le seul chemin vers la victoire est d’avoir une passerelle, un Programme Commun, pouvant réunir et la vraie gauche et les nationalistes, et que cette passerelle existe, prête à l’emploi, c’est le programme des GJ même s’il est perfectible. Il attend juste que l’on soit lucide au lieu de faire de la théorie.
    4) Parce que dans toute l’Europe les gens se réveillent. Pouvons-nous nous permettre de laisser passer ces élections ?


  • Très intéressant, ça expliquerait peut-être la phrase d’Attali qui prédisait une révolution d’ici 2022. Je ne comprenais pas en quoi selon lui, ça ferait partie du processus.


  • L horizontalite implique une mobilisation elevee tant par son niveau que par sa duree. Je doute qu aucun mouvement horizontal ne puisse durer tres longtemps. J aimerais y croire, mais je ne partage pas l enthousiasme general pour ce concept. Toutes les revolutions se structurent a un moment ou un autre. Et le faire en suivant les idees d Etienne Chouard (tirage au sort de representants ayant un mandat imperatif, duree limitee des mandats le temps de mettre en place, de structurer legalement, des assemblees constituantes, etc) ne me parait pas etre une abomination. L horizontalite est une tres belle idee. Je suis romantiquement de tout coeur avec cette idee. Toutefois, si le peuple francais se libere ainsi, nous assisterons a une premiere dans l histoire de l humanite. Permettez moi d avoir quelques doutes. De toute facon nous serons vite fixes.


  • On pourrait souhaiter que Jean Lassalle rejoigne NDA comme ce dernier le lui a demandé...


Commentaires suivants