Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Youssef Hindi – Bible hébraïque et Évangiles : continuité ou opposition ?

« Bible hébraïque et Évangiles : continuité ou opposition ? » : Youssef Hindi répond aux questions de l’équipe niçoise de l’association Culture Populaire.

 

 


 

Retrouvez Youssef Hindi dans le cadre des formations E&R :

 

Retrouvez Youssef Hindi sur E&R et ERFM :

 






Alerter

175 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Je reste épatée par tant de commentaires si "intelligents" et revendiquant tant de savoir par les pseudo corrections, que je me dis que que vous devriez tous pondre un livre et ensuite prendre le droit d’en parler, en défendant une thèse, allez les hâbleurs à la sauce culture confiture, fichtre !!! que diable....

     

    Répondre à ce message

  • il manque beaucoup de charité chez certains, ils en oublient l’essentiel : l’infinie miséricorde de NSJC...trop se prennent carrément pour Dieu le Père...je le dis en tant que catholique, je pense qu’il y a plusieurs chemins pour aller vers le Père, amen .

     

    Répondre à ce message

  • Les notions de Cieux, âme, paradis, enfer et jugement dernier sont présentes dans l’Ancien Testament.

    Par exemple :
    Psaume 122 :
    "J’ai levé les yeux vers toi, qui habites dans les cieux, comme l’oeil du serviteur vers la main de son maître,"

    Psaume 1 :
    "C’est pourquoi, les impies ne se lèveront pas au jour du jugement, ni les pécheurs dans l’assemblée des justes."

    Psaume 90 :
    "Celui qui habite sous la protection du très Haut, repose à l’ombre du Dieu du ciel."

    Psaume 14 :
    "Seigneur, qui habitera dans ton tabernacle ? Qui reposera sur ta montagne sainte ?"
    Image du paradis

    Psaume 9 a :
    "Il a dressé son trône pour le jugement ; il juge le monde avec équité, il juge les peuples avec justice."

    Référence au jugement dernier

    Psaume 6 :
    "Car ceux qui meurent ne se souviennent plus de toi ; qui te louera dans le séjour des morts ?"
    Séjour des morts en latin : "inferno", c’est une image de l’enfer.

    Psaume 6 :
    "Mon âme est dans un trouble extrême, mais toi, Seigneur, que fais-tu ?"

    Psaume 123 :
    "Notre âme s’est échappée, comme le passereau du filet du chasseur."

    Psaume 15
    "Car tu n’abandonneras pas mon âme au sombre séjour "en latin : inferno", tu ne permettras pas que ton saint voie la corruption."
    Tu me fais voir le chemin de la vie, tu me remplis de joie par ton visage ; les délices à ta droite sont éternelles."

    Délices éternelles auprès de Dieu = image du paradis

    Youssouf Hindi expose des idées bien connues que l’on retrouve dans des Gnoses, comme le Marcionisme ou le Catharisme, Gnoses selon lesquelles le Dieu de l’Ancien testament est en fait Satan.
    L’Eglise catholique a toujours combattu ces doctrines.

     

    Répondre à ce message

    • Excellent, merci Alfredo.

       
    • Oui tout à fait. Je ne pense pas que ces gnostiques appelle le "démiurge" satan mais le Dieu mauvais. Ils ne l’appelleront pas satan puisque c’est lui qui est derrière cette prétendue connaissance (gnose) et que c’est un terme utilisé par le "Dieu mauvais".
      "Mais à vous, aux autres fidèles de Thyatire, qui ne reçoivent pas cette doctrine, qui n’ont pas connu les profondeurs de Satan (comme ils les appellent), je vous dis : Je ne vous imposerai pas d’autre fardeau ; (Apocalypse 2:24)"

      Vraiment je crois que la gnose et toutes ses émanations viennent tout droit du malin. C’est en quelque sorte la pensée, la philosophie qu’il a conçue pour tromper les hommes et se faire passer pour la lumière.

      Voici une conférence très intéressante d’Etienne Couvert qui a étudié à fond la gnose : https://www.youtube.com/watch?v=oC1...

       
    • #2259826

      @Alfredo
      Dieu (NSJC) sonde les cœurs
      Moi je peux pas croire que Notre Seigneur ait pu écrire le Deutéronome, Livre d’Isaïe
      Désolé

       
    • #2259869
      Le 17 août à 02:47 par Ma main invisible aussi !
      Youssef Hindi – Bible hébraïque et Évangiles : continuité ou opposition (...)

      @ Doctrine & Dialectique




      Dieu (NSJC) sonde les cœurs
      Moi je peux pas croire que Notre Seigneur ait pu écrire le Deutéronome, Livre d’Isaïe
      Désolé



      Ne soyez pas désolé. Moi, je peux pas croire que que Notre Seigneur ait pu écrire quoi que ce soit, vu qu’il n’a pas de mains :-)

       
    • Vous n’y êtes pas... c’est supposé être écrit de la main de Moïse... y compris la rubrique nécrologique sur sa propre mort...

      Doit on le rappeler (?) Moïse écrivant sous inspiration divine ou sous la dictée de Dieu, Lui-même...

      À vous de voir si par exemple la Torah (Nombres 31, 1-20) qui fait de Moïse et son peuple des conquérants sanglants de Madian est un récit qui a été altéré par des scribes fourbes afin de servir des desseins politiques... Et finalement est ce que Jésus fait allusion à une altération des textes par les scribes ?

       
  • La Sainte Bible, Ancien Testament & Nouveau Testament est un viatique pour le passage de l’âme de la vie terrestre à la vie après la mort ET le viatique des périples de l’âme avant son incarnation, pendant notre existence terrestre et après.

    L’hébreu n’a pas de mot pour dire le « corps », seulement le substantif Goph qui désigne le « cadavre ». Il signifie par là que le seul corps vivant est celui qui est devenu « chair », non par la chair que dénonce l’Apôtre Paul lorsqu’il l’oppose à l’esprit chez l’Homme en exil, mais la « chair » telle qu’elle est révélée en l’Homme ontologique. Celui qui prend contact vivant avec ses profondeurs, son autre côté de lui même, ces cieux intérieurs sa Adamah, sa Mère des profondeurs en l’ÊTRE, la semence divine, son Nom-Germe, le noyau de son être , le Verbe qu’il est en puissance et qui, avec son esprit, est appelé à devenir « chair ». (voir l’œuvre d’Annick de Souzenelle sur ces sujets).

    Distinction fondamentale pour certes comprendre (mettre en soi, déposer comme une graine), et faire l’expérience féconde de cette remontée de l’ETRE en Soi, afin que le moi-ego, ne reste prisonnier de la Matrice.

    Et si, ouverture et éveil sont suffisants apprendre à cheminer consciemment et avec amour de découverte en découverte vers cet autre aspect de soi-même non révélé.

    Faire « œuvre mâle » en hébreu signifie « se souvenir ». Et se souvenir de quoi ? Pas que de ses origines. Mais de l’Or de ses gènes. Et puis d’éveil en éveil de son autre côté de soi-même, de cette terre intérieure non encore fécondée, ses champs de consciences encore voilés, ses Ténèbres à éclairer. Ève est cet autre côté de chacun. Cet autre côté, est le Féminin sacrée de l’ÊTRE, qui éveille.

    La femme si ancrée en son Féminin redevenu consciemment sacré apporte la dynamique de son supplément d’âme à son prochain. Quant à l’homme si ancré en son Masculin redevenu sacré apporte la dynamique du Logos (Esprit), l’étoffe nécessaire à la Verticalisation par la puissance.

    Dans une maison n’y-a-t-il pas un grenier et une cave, lieux clos, sombres. Et dans une grotte, une caverne ? Celle de Platon par ex. ? Ces Ténèbres sont confondues avec le Mal, le Féminin de l’ETRE, la Femme.

    La « Sainte » Bible raconte ce voyage intérieur en nommant la géographie du corps humain, non pas le cadavre, la coquille, mais le Corps à l’image du Corps habité par la Présence divine, Vivante. Ce Corps est pour chacun notre Temple.

    Le terme châkra a donné « sacré » ...

     

    Répondre à ce message

  • Petit rappel de la part d’un chrétien orthodoxe parcourant parfois les coms de ce site : Le Christ est proclamé grand prêtre selon l’ordre de Melchisédech le prêtre du Dieu Suprême (c’est écrit dans la Genèse et il s’agit bien dans le passage de El Elion et non de Yavhé), il est proclamé ainsi dans l’Épître aux hébreux et dans l’AT au psaume 109 ou 110, selon les numérotations différente. Il n’est pas grand prêtre selon l’ordre d’Aaron, tout simplement parce que le Christ, s’il est venu accomplir il est aussi remonté à la source car le culte au Vrai Dieu avait déjà existé même s’il a été dévoyé par le peuple juif, surtout par ses élites. Qu’il y est un discernement à faire en tant que chrétien par rapport à l’AT à la lumière de l’Évangile est une évidence. Il contient de nombreux passages inspirés et prophétiques des livres de sagesses et des cantiques mystiques universels, c’est indéniable, mais aussi des passages insupportables pour un chrétien. Les catholiques n’osent pas faire ce discernement préférant en s’en remettant à des "autorités", certainement celles qui ont déclarés "Nous sommes tous spirituellement des sémites" ou celle du pape François (oui, mais lui ce n’est pas un vrai pape... on n’en sort pas). Un tel cléricalisme culbénisme me laisse pantois. Même si je ne suis pas d’accord sur tout et si je connais pertinemment les accusations du Coran à l’égard des chrétiens (Associateurs), je renvoie d’ailleurs la pareille aux musulmans en les accusant à la suite de saint Jean Damascène de : "Mutilateurs (de Dieu)", je reconnais que toutes les questions que pose M HINDI, je me les suis posées et que sur ses conclusions je suis proche de lui. Le discernement fait aussi partie du combat spirituel, sinon nous sommes et serons toujours les dindons de la farce.

     

    Répondre à ce message



    • Même si je ne suis pas d’accord sur tout et si je connais pertinemment les accusations du Coran à l’égard des chrétiens (Associateurs), je renvoie d’ailleurs la pareille aux musulmans en les accusant à la suite de saint Jean Damascène de : "Mutilateurs (de Dieu)"




      Il est interdit aux musulmans de se marier avec les polythéistes... Pourtant ils ont le droit (et le devoir..) de se marier avec des personnes de bonnes morales et comportements : des musulmanes ou d’autres femmes qu’elles soient juives ou chrétiennes... Vous voyez @JeanMarius que c’est plus subtil qu’il n’y parait...

      Si je peut avoir une femme chrétienne ou juive (au titre honorifique de gens du Livre ; le Livre = le Qur’an céleste ?) qui élève mes enfants, c’est que je ne me sens pas menacer de ce côté là ?..

      La question de la théologie (et l’historiographie) dépasse l’appartenance à une chapelle (un temple ou une mosquée). Il s’agit d’un débat sur le bien... et non pas sur les religions !

      Dans la Tradition (avec un grand T) les envoyés de Dieu, les prophètes se sont toujours opposés à leur peuple et à leur prêtres... Et pour Jésus ce fut contre les pharisiens.. Or comme l’a signalé Y.Hindi, Jésus a rappelé à ces derniers qu’ils étaient des hypocrites et en partie les doctrines qu’ils enseignent ne sont que préceptes humains...

      Je crois que tout est dit...

      Les musulmans comme les chrétiens sont des adeptes de Jésus et de ce fait ils peuvent regarder l’Ancien Testament et essayer de faire le tri de ce qui fut écrit de la main des scribes et ce qui fut écrit de la main de Moïse... C’est ce qu’exige Jésus dans sa critique...

       
    • #2261042

      @peter Je ne crois pas que ce soit une question de tri mais plutôt d’interprétation

       
  • Grand sujet complexe que celui du faux en écritures religieuses !
    Du point de vue du judaïsme, les évangiles et le coran sont faux.
    Du point de vue du christianisme, le coran est faux.
    Du point de vue de l’islam, le coran affirme que la bible est en partie falsifiée.
    Dieu les a cependant toutes permises.
    Difficile donc de s’appuyer pleinement sur l’une d’entre elles. La conviction n’étant pas une preuve puisqu’il y a des convaincus dans chacune.
    Pour ma part, c’est le principe de prophétie qui guide en partie ma croyance. Un prophète prophétise, et seul Dieu connait le futur.
    Par exemple dans Le Livre des Psaumes 44.7 :
    " ils ont sondé tout ce qui se peut sonder, même ce qui peut être au dedans de l’homme et dans le plus profond des cœurs."
    Quel civilisation a sondé tout ce qui se peut sonder, même l’homme ? Sonde spatiale, océanique, météorologique, urinaire, gastrique, sondage d’opinion etc...
    Par cette méthode, je valide Le Livre des Psaumes comme venant de Dieu mais en restant prudent, car preuve est faite pour moi que les humains peuvent mentir sur des paroles qu’ils attribuent faussement à Dieu.

     

    Répondre à ce message

  • Brillant, comme à l’accoutumée. Mais, trop court (sauf à rechercher). Aller à l’essentiel c’est bien, il est vrai, mais bon...

     

    Répondre à ce message

  • Les religions sont avant tout des croyances, c’est à dire des refuges mentaux qui aident à supporter l’angoisse de l’inconnu, la peur du vide, l’absence de repères...
    Certes, trouver une raison divine de vivre peut sembler louable, mais en général, trouver UNE raison, c’est perdre LA raison.
    Quand bien même on apporterait la preuve irréfutable que telle religion est une supercherie, leurs adeptes ne l’admettrons jamais, et seront même prêts à tuer pour se donner bonne conscience. Supprimez l’alcool à un alcoolique, ou la cigarette à un fumeur : vous allez voir que le résultat est toujours violent.
    Les croyances cherchent leur légitimité dans l’ Histoire, quitte à la façonner, la falsifier, voire carrément l’inventer. Plus c’est gros, plus ça passe !
    Malheureusement, le vrai historien, c’est à dire le courageux qui ne recherche que la vérité des faits, sera toujours un danger, à la fois pour le crédule et pour celui qui profite du crédule, et sera unanimement condamné pour éréthisme, négationnisme... car, pour le système en place, c’est la croyance qui doit créer l’ Histoire, et non l’inverse.
    Les supercheries religieuses perdureront tant que les humains préféreront des mensonges qui rassurent plutôt que des vérités qui dérangent.

     

    Répondre à ce message

    • Les religions sont avant tout les tentatives des Hommes qui ont compris que Dieu existait de se conformer à ce qu’il souhaite. Mais tout le monde ne l’a pas compris ou ne l’a pas accepté, car c’est plus confortable de nier son existence : on est plus libre, notamment moralement, comme l’affirmait Aldous Huxley :

      “I had motives for not wanting the world to have a meaning ; and consequently assumed that it had none, and was able without any difficulty to find satisfying reasons for this assumption. The philosopher who finds no meaning in the world is not concerned exclusively with a problem in pure metaphysics. He is also concerned to prove that there is no valid reason why he personally should not do as he wants to do. For myself, as no doubt for most of my friends, the philosophy of meaninglessness was essentially an instrument of liberation from a certain system of morality. We objected to the morality because it interfered with our sexual freedom. The supporters of this system claimed that it embodied the meaning - the Christian meaning, they insisted - of the world. There was one admirably simple method of confuting these people and justifying ourselves in our erotic revolt : we would deny that the world had any meaning whatever.”

       
    • Vous vous bercez d’illusions (bien modernes soit dit en passant...).

      Les religions sont une réalité anthropologique... impossible de retirer la part de bienfait qu’on apportés les religions.

      Vous insistez sur le mal qu’elles sont censées avoir aussi apportés... mais vous savez que l’espace aurait été occupé par une idéologie et rien ne garanti que ça n’aurait pas été pire.

      Jusqu’a preuve du contraire l’athéisme, le siècle dernier, a créer deux monstres qui ont fait les plus grands massacres qu’on connus l’humanité ; ça n’est pas rien. Le communisme et le nazisme. Sans compter l’oeuvre continus du capitalisme.

      J’ajouterais que votre discours est faussement une remise à zéros des compteurs... comme si un changement de chiffre vous permettrait d’avoir une clôture (?).. pouvait nous laver de tout... et avoir un nouveau début. L’an zéro/un.. abolition des « croyances »...

      Ce qui est discuté ici, c’est de l’Histoire... le Jésus historique existe... les textes existent... Si il y a des choses à corriger, c’est l’interpretation erronée qui a pu en être fait.... Il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va... Connaître les erreurs passés pour ne pas les commettre de nouveau...

      On oublie tout ce qui existe, ce qui a déjà servi et on repart de zéro ? C’est tout le résumé de vos propositions ? Il ne faut pas s’encombrée des documents qui ont inutilement servi à avancer dans des directions sans réelle issue ? Un autodafé nihiliste peut être ?

      La tâche difficile et qui portera ses fruits...c’est justement les progrès fait sur ces questions... des dossiers qu’il était impossible d’ouvrir hier... et qui vous tient hors des cercles du pouvoir tant les questions sont importantes.

       
    • @ Titus

      Il y a des hommes qui croient en Dieu et qui ne croient en aucune religion, Dieu merci.
      Ce n’est pas nier l’existence de Dieu qui rend libre, c’est de l’aimer en connaissance et avec intelligence.
      En revanche, croire en Dieu selon des injonctions religieuses, c’est s’emprisonner dans un dogme, abandonner tout esprit critique, et se complaire dans un confort intellectuel intolérant et souvent désastreux.

       
    • "Communisme et le nazisme."
      D’abord le nazisme n’est pas athée, Hitler était catholique, les nazis ont eu le support de Pi XII qui est sur le point d’être canonisé !!
      Ensuite ces deux idéologies avec le fascisme et la république de 89 viennent toutes de la parousie.
      Parousie laïc. Avec une vision du temps linéaire, un progrès et une résolution finale, définitive avec création d’un homme nouveau.

      Ce qui m’étonne toujours c’est que dès qu’on parle de religion, il y a un court circuit dans le cerveau des croyants et plus rien ne fonctionne, c’est la même chose quand on parle des chambres à gaz qui petit à petit remplacent la crucifixion du Christ, les fils se touchent aussi.

       
    • @jay

      Hitler a peut-être reçu une éducation catholique, mais le nazisme est un mouvement athée. Il n’y a aucune référence à Jésus Christ ni aucune soumission à l’Église catholique dans le nazisme !
      Idem pour le communisme, l’autre grande idéologie athée du XXe siècle, responsables également de millions de morts et de la persécution des Chrétiens.

       
    • L’Église a soutenu le nazisme.
      En 1937, l’encyclique Divini redemptoris condamne le communisme, on cherche en vain une autre encyclique condamnant le national-socialisme, il n’y en aura pas.
      Comme Mussolini, Hitler entend faire de l’Église catholique un partenaire, elle ne dira pas non, Pi XII dira même plutot oui....
      Mein kamph, ne fut jamais mis a l’index ! Alors que Descartes, le rationaliste, Bayle le tolérant, Berkeley l’idéaliste, Comte le positiviste, Érasme, l’humaniste, Hume l’empiriste, Hobbes, le matérialiste, Kant le criticiste, Locke, le libéral, Pasca le janséniste, Rousseau le déiste, Spinoza le juif, Voltaire l’anticlérical, etc..le furent.
      Gott mit uns était l’inscription qu’on trouvait sur la boucle de ceinture des soldats du III°Reich
      Alors le nazisme athée, à d’autre.

      L’Église n’excommunie et n’excommuniera jamais aucun nazi, alors qu’en 1949 elle exclut de l’Église tout communiste, quel qu’il soit en arguant de la collusion avec le bolchevisme.

      Titus, l’histoire, l’histoire, et les faits, c’est cela qui est important. Vos commentaires sont toujours vagues et purement émotionnels.

       
    • "on est plus libre, notamment moralement, comme l’affirmait Aldous Huxley :"
      Cela dépend. Aldous ne parle que des athées nihilistes qui de toute manière ne croient en rien et ils sont très peu nombreux.
      Le monde peut avoir un sens ainsi que la morale sans être chrétien, musulman ou juifs.
      D’innombrables philosophes grecques avaient de la morale et voyait un sens que ce soit les platoniciens ou les anti platoniciens, comme le hédonistes, les épicuriens, les atomistes, les cyniques, les cynéraiques etc...
      Et en Inde, les bouddhistes, les mimamsakas, les karma yogis etc...
      Et en Chine avec les taoïstes....

       

    • Ce qui m’étonne toujours c’est que dès qu’on parle de religion, il y a un court circuit dans le cerveau des croyants et plus rien ne fonctionne, c’est la même chose quand on parle des chambres à gaz qui petit à petit remplacent la crucifixion du Christ, les fils se touchent aussi.




      @Jay, CAP ou pas cap électricité ?
      préservez nous de votre expertise...

      Hitler à chercher à réduire l’influence du christianisme sur sa société... Ne jouez pas les cancres...

      La Croix gammée* venant remplacer La Croix des chrétiens, ça me paraît assez claire comme volonté de minorer une influence majeure à l’époque. Donc mon assertion est correct... le darwinisme, l’athéisme, le rejet de la civilisation chrétienne... cette putréfaction a créer un nihilisme particulièrement dévastateur... Les croyants ont leur bigots, leur fanatiques extrémistes... mais jamais ils n’auraient pu faire ces massacres sur une telle ampleur.

      *si vous me parlez des svastikas indiens dans l’hindouisme... je vais faire un anévrisme.

       
    • C’est marrant, mais dès qu’on critique les religions, y’a toujours un illuminé qui débarque pour vous faire la morale en vous considérant comme un renégat, un hérétique, un égaré, un être immoral et fou. Et encore, ça, c’est dans le meilleur des cas...
      Ces pseudo-croyants ont le cerveaux tellement étriqué qu’ils n’arrivent même pas à concevoir qu’on peut aimer Dieu sans faire partie de leur putain de secte débile (je fais bien sûr allusion aux trois sectes abrahamiques qui ont réussi à entuber les trois quarts de l’humanité).
      Comme dit Dieudonné, il n’y pas mieux que les religieux pour enrhumer du crétin !

       
    • @Steph
      mais critiquez les religions autant qu’il vous plaira... je vous vois plein de tolérance et de compréhension... ça fait plaisir ce sens du dialogue... et vous avez tant de choses (jamais’entendus) à dire c’est incroyable... quand tant de gens jouent les ventilateurs en vous passant leur humeurs... mais SVP pour l’amour de Dieu justement... éteignez la lumière en sortant !

       
    • @jay



      L’Église a soutenu le nazisme. En 1937, l’encyclique Divini redemptoris condamne le communisme, on cherche en vain une autre encyclique condamnant le national-socialisme




      C’est intellectuellement malhonnête de confondre non-condamnation et soutient.
      L’idéologie nazie ne fait strictement aucune référence à Jésus Christ. C’est un fait historique indéniable.

      Quant à la morale des athées, elle est simplement incohérente avec leur vision d’un monde matérialiste et absurde.

       
    • @jay



      L’Église a soutenu le nazisme. En 1937, l’encyclique Divini redemptoris condamne le communisme, on cherche en vain une autre encyclique condamnant le national-socialisme




      C’est intellectuellement malhonnête de confondre non-condamnation et soutien.
      L’idéologie nazie ne fait strictement aucune référence à Jésus Christ. C’est un fait historique indéniable.

      Quant à la morale des athées, elle est simplement incohérente avec leur vision d’un monde matérialiste et absurde.

       
    • Jay , arrête avec tes mensonges stp
      Informe toi : Mit brennender Sorge
      condamnation du nazisme....
      pour l’existence de Jesus Christ, meme les historiens juifs du second siècle parle d’un certain yeshua qui a etait crucifié et que ses fidèles deja à l’epoque Disaient qu’il était Dieu fait homme
      tu veux parler de fait, informe toi

       
  • Le marcionisme va revenir à la mode je pense. Vous me direz l’Église a combattu cette hérésie comme d’autres... Tout ça pour avoir le pape François au bout du compte. Il y a eu erreur quelque par à mon avis...

     

    Répondre à ce message

  • Encore des discussions inter-minables. Si au moins les uns et les autres reconnaissaient faire de l’analyse de texte (surtout de la psychanalyse de bas étage), et abandonnaient cette prétention à défendre des « entités omnipotentes », alors qu’ils ne défendent en fait que leurs opinions personnelles, ce serait déjà beaucoup moins minables.

    Or, bien loin d’analyser quoi que ce soit, une simple lecture du discours sur la montagne (Matthieu, chapitre 5, 6 et 7) devrait répondre à la question posée. À aucun moment Jésus ne parle de l’Ancien testament pour débattre des multiples péripéties qui s’y rattachent. Il n’a en bouche que le Décalogue et conseille de l’appliquer de façon radicale (voire extrême) : « Tout homme qui regarde une femme avec désir a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur » (Mt 5 : 28). Plus tard dans le texte (Mt 19 : 16), à la question « Que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? », il répondra « Respecte les commandements » avant de les citer à nouveau.

    Jésus n’a en vu que les décrets divins et fait fi de toutes les contingences humaines (qu’elles aient été falsifiées ou pas !).

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents