Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Et le 14 août 1944 Clarence Withfield fut pendu…

Quand la sauvagerie a "libéré" la France

Les troupes américaines engagées ont reconnu avoir commis 208 viols et une trentaine de meurtres rien que dans le département de la Manche.

 

Pour le seul mois de juin 1944, en Normandie, 175 soldats américains seront accusés de viol !

Entre le 14 juin 1944 et le 19 juin 1945, l’armée américaine jugera officiellement 68 cas de viol…

Compte tenu de l’importance du problème qui concerna hélas des milliers de femmes, on peut s’étonner du nombre ridiculement faible de procès instruits, de condamnations prononcées… et surtout effectivement appliquées…

De plus, selon le commandement américain, à l’automne 1944, près de 10 000 GI déserteurs se trouvaient sur le territoire.

Il faudra attendre l’enquête du canadien J. Robert Lilly et son remarquable ouvrage La face cachée des GI’s sur les exactions de l’armée américaine d’occupation à l’encontre des populations civiles, et des femmes en particulier, lors de la « libération » de l’Europe pour saisir l’ampleur de sa sauvagerie…

 

 

Dix ans plus tard l’historienne américaine Mary Louise Roberts publiera ses recherches sur le comportement sexuel des GI’s dans un ouvrage traduit en français sous le titre : Des GI et des femmes – Amours, viols et prostitution à la Libération.

 

 

Elle expose notamment comment le commandement militaire américain a « vendu » le Débarquement à ses GI comme « une aventure érotique et a sciemment exploité le mythe de la femme française experte en matière sexuelle et disponible ». (sic !)

Entre 1942 et 1945, on estime qu’environ 18 000 femmes et enfants furent victimes de viols commis par des soldats américains en Angleterre, puis en France et surtout en Allemagne…

Cette enquête a conduit Lilly a réalisé deux vidéos particulièrement poignantes et documentées que nous avons déjà évoquées, mais sur certains sites, elles ont été retirées, et souvent elles ne sont plus répertoriées !

Apparemment les censeurs n’ont pas encore complètement fait le ménage, nous en faisons donc profiter les lecteurs tant que c’est encore possible…

(Pour ceux qui sont particulièrement intéressés nous les engageons vivement à stocker ces vidéos avant que la bien-pensance ne les fasse définitivement disparaître.)

 

 

 

L’armée américaine jugera 116 de ses soldats, 94 (81 %) noirs et 22 (19 %) blancs.

La grande majorité des soldats jugés pour viol en France n’étaient pas des combattants de première ligne mais des membres d’unités logistiques : des soldats assurant l’approvisionnement du front en munitions, nourriture, essence, pièces de rechange, etc.

Une situation qui mettait les troupes afro-américaines – stationnées dans les sites d’approvisionnement et de stockage – en contact direct et suivi avec les populations indigènes locales (normandes en l’occurrence à l’été 1944).

Il n’y avait là rien de surprenant : à cette époque dans l’armée américaine, les soldats noirs n’étaient pas autorisés à rejoindre des régiments de première ligne et étaient affectés à des fonctions de soutien.

Des 116 soldats qui passent en cour martiale en France pour viol, 67 seront condamnés à des peines d’emprisonnement à perpétuité. Au sein de ce groupe, 81 % sont noirs et 19 % blancs.

En tout, 49 soldats seront condamnés à la peine de mort pour viol, mais plus de la moitié voient leur peine réduite à l’emprisonnement à perpétuité.

L’armée américaine exécutera finalement 29 soldats pour viol dont 25 Afro-Américains.

En France le premier drame connu et sanctionné eut lieu le 14 juin à Vierville…

Le débarquement avait à peine une semaine !

En zone rurale, la traite du soir sera toujours le moment privilégié par les prédateurs.

Les animaux restant à l’herbe en Normandie, de nombreuses femmes, seules ou par deux ou trois, se rendent chaque soir aux champs sans méfiance : quatre ans d’occupation allemande leur ont appris qu’elles n’ont rien à redouter des soldats…Un soldat allemand respecta toujours une femme.

En fin d’après-midi du 14 juin 1944, à Vierville-sur-Mer, à quelques kilomètres de Sainte-Mère-Église, Aniela Skrzyinarz, une jeune réfugiée polonaise, et sa sœur Zofia Sondej vont donc au champ pour la traite.

En chemin, elles croisent quatre soldats afro-américains armés d’une carabine qui les aident à mener leur charrette jusqu’au champ. L’un des soldats demande du lait et reste avec Aniela. Zofia, accompagnée des trois autres soldats, se rend dans un champ voisin où elle est alors victime d’une tentative de viol : l’un des soldats pointant son arme sur elle et la fit tomber en la cognant au visage. Zofia se débattit au sol avec le soldat pendant dix minutes. Le soldat « essaya de la prendre de force mais (…) elle ne voulait pas se rendre ».

Aniela, entendant les appels au secours de Zofia, la rejoint et est à son tour menacée par un GI.

Elle est alors brutalisée et violée par le soldat Clarence Whitfield du 494eme Bataillon, âgé de 24 ans.

 

 

Le 20 juin 1944, se tient à Canisy le procès du GI Clarence Whitfield.

Un avocat demanda à Aniela si elle avait tenté d’empêcher Clarence Whitfield de la violer.

Elle répondit : « Je craignais pour ma vie. Je ne pouvais pas faire grand-chose. »

Clarence Whitfield avait en effet gardé son arme auprès de lui en permanence et menacé Aniela chaque fois qu’elle essayait de se lever.

Le 14 août 1944, Whitfield est pendu par un bourreau civil anglais, recruté pour la circonstance.

(Il suivra désormais les troupes américaines pour exécuter les sentences.)

Ce premier viol reconnu et sanctionné fut suivi de bien d’autres dès les 20, 23 et 29 juin 1944…

 

 

Dès la libération de Cherbourg des milices d’autodéfense locales s’organisèrent.

Comme le dira plus tard un élu cherbourgeois :

« Avec les Allemands il fallait veiller sur les hommes (réfractaires, résistants, etc.) Avec les Américains il a fallu s’organiser pour protéger les femmes. »

Claude Timmerman

 

Retrouvez Claude Timmerman dans le cadre des formations E&R :

 

Retrouvez les articles de Claude Timmerman sur E&R :

 
 






Alerter

92 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2258527
    Le 15 août à 01:20 par reparti pour un tour
    Et le 14 août 1944 Clarence Withfield fut pendu…

    Les Allemands continuent de souffrir, par les migrants.
    Une femme médecin tchèque en Allemagne raconte qu’elle veut claquer la porte et prendre sa retraite anticipée. Les migrants trimballent des maladies inconnues, le sida, des virus très dangereux, font du scandale, ne circulent qu’accompagnés de policiers, tant ils sont dangereux du point de vue sanitaire et comportemental. Deux infirmières et un médecin ont été attaqués au couteau et luttent contre la mort, la presse n’en a rien dit, les tribunaux ne sanctionnent jamais. L’enfant de ces immigrés poignardeurs, trimballé sur les routes des mois durant, venait de mourir à l’hôpital, en dépit des soins de haute qualité qui lui avaient été dispensés.
    Tout doit être gratuit, les hurlements se font entendre quand le médicament est payant, surtout en pédiatrie.
    Etc.
    ce qui me surprend dans le film d’époque, c’est que les personnes (Parisiens ?) venues acclamer les troupes américaines ont l’air très bien nourries... ? Bizarre.

     

    Répondre à ce message

  • #2258592
    Le 15 août à 08:48 par ohaitieaqui
    Et le 14 août 1944 Clarence Withfield fut pendu…

    Dites E&R je veux pas enfoncer les portes mais il faut tout de même parfois le faire, dire que de tout temps les armées ont pillé, violé, massacré, brulés les conquis ce n’est pas une découverte, les Japonais, Allemands, Russes etc. ce sont-ils mieux comportés je pale de 39/45, car c’est les civils pauvres et les soldats les moins éduqués ( Vietnam, voir Platoon) qui paye le plus lourd tribut dans des pays dont "ces libérateurs ou conquérants" ignoraient l’existence avant d’y être envoyé par leurs maitres.

     

    Répondre à ce message

    • #2259310
      Le 16 août à 08:50 par Duende
      Et le 14 août 1944 Clarence Withfield fut pendu…

      Bonjour
      D’après témoignage familial en tant qu’Alsacien : oui, sur les 3 occupants successifs de la ferme familiale à savoir Français puis Allemands puis Américains durant la 2nde GM. Les deux premiers restèrent humainement corrects tout en requisitionnant les lieux mais les GI, eux, ne respectaient absolument rien. C’était en effet de la chair à canon non éduquée qui voulait picoler tuer et violer et sans compassion aucune pour les souffrances déjà endurées par les personnes qu’ils venaient ’’ libérer ’’

       
    • #2259574
      Le 16 août à 15:52 par Ariane
      Et le 14 août 1944 Clarence Withfield fut pendu…

      Ma mère, qui avait 20 ans à l’époque, était une jolie petite parisienne aux cheveux blonds. Elle m’a toujours parlé de la correction du soldat allemand qui ne se serait jamais permis un geste déplacé, ni même une remarque ; ils étaient très respectueux et courtois. Par contre l’attitude des américains était détestable.

       
    • #2259699
      Le 16 août à 19:47 par achem
      Et le 14 août 1944 Clarence Withfield fut pendu…

      @Ariane

      Il y a une provocation que j’aime bien sur un site très très mal pensant. Chaque fois qu’ils évoquent les "bienfaits" apportés par nos libérateurs et leurs conséquences diverses et variées jusqu’à nos jours, ils concluent leur article par :

      Au moins on ne parle pas allemand.

      Laissant entendre que... C’est très drôle !

       
  • #2258640
    Le 15 août à 10:44 par Akira
    Et le 14 août 1944 Clarence Withfield fut pendu…

    finalement il n’y a pas que les migrants qui viol...

     

    Répondre à ce message

  • #2258709
    Le 15 août à 12:29 par Martin
    Et le 14 août 1944 Clarence Withfield fut pendu…

    "Cette enquête a conduit Lilly a réalisé deux vidéos "

    Merci de modifier l’orthographe

     

    Répondre à ce message

  • #2258843
    Le 15 août à 15:41 par Athena
    Et le 14 août 1944 Clarence Withfield fut pendu…

    Effectivement, cette histoire de 1939-45,qui n’ en finit pas, et qui a bien du mal à
    révéler encore toutes les zones d’ombre douloureuses, peu reluisantes et peu glorieuses, mais d’après les témoignages de ma famille, j’ai toujours entendu dire que les soldats allemands avaient été impeccables de ce côté là, et que par contre, les américains n’hesitaient pas à mettre la main aux fesses de toutes les femmes, et ce même devant leur mari, qui n’osait rien dire, ça et le saccage des bars...très peu d’écrits et d’émissions encore moins, sur le sujet des viols et crimes des libérateurs, et sans parler des enfants parfois issus de ces viols, certaines victimes innocentes n’auraient aucun droit à la justice ? Ceci dit, je pense que c’est le prix odieux de toutes les guerres et les dérapages de tout vainqueurs, malheur au vaincu !

     

    Répondre à ce message

  • #2258887
    Le 15 août à 17:00 par Manu
    Et le 14 août 1944 Clarence Withfield fut pendu…

    J’invite les lecteurs de ER à regarder la série de documentaire sur la guerre du Vietnam actuellement en streaming sur le site d’Arte. Les massacres sur la population civile par l’armée américaine y ont été légion...

     

    Répondre à ce message

  • #2259025
    Le 15 août à 19:46 par gyyyzmo
    Et le 14 août 1944 Clarence Withfield fut pendu…

    on peut remarquer qu’une fois la culpabilité établie, la sanction est immédiate et fatale
    _

     

    Répondre à ce message

  • #2259243
    Le 16 août à 01:39 par jeandelalune
    Et le 14 août 1944 Clarence Withfield fut pendu…

    de juin 44 jusqu’en janvier 45 la dégueulasserie a été de partout , de leurs faits et de celui des résistants du "mois de septembre", dégueulasserie résumée sous le terme "d’épuration"

    Robert Aron, historien de la période de l’épuration, note : « C’est un véritable armorial, un annuaire des châteaux ou un bottin mondain de province que l’on pourrait constituer avec les victimes. D’autant que beaucoup d’entre elles ont eu le tort inexpiable, tout en étant anti-allemandes, de faire confiance à Pétain, ou bien d’être, dans la résistance, d’un camp différent de celui de leur assassin… ».

    C’est aussi, cette jeune fille, catholique et cheftaine des guides de France, qu’on viendra chercher le jour de son mariage pour la fusiller devant ses proches au motif que sa famille -mais pas elle !- aurait été « collabo…
    http://marcrousset.over-blog.com/20...

    le camp du troncais dans l’allier, extrait :

    Quand on lui a reproché « un régime dépassant les normes humaines », l’ancien chef du camp, Charles Rodenburger, un ancien inspecteur de police, a répondu qu’il n’avait fait qu’appliquer les normes en usage dans la police.

    Un témoin extérieur, Bernard Turotoski, raconte. « Nous avons découvert un climat insupportable de terreur, car les détenus vivaient dans la crainte des flagellations mais aussi des tortures pratiquées par les policiers

    https://www.lamontagne.fr/montlucon...

    etc etc etc ..... on arrête ! ceux qui veulent d’autres témoignages en trouveront
    abjecte le fait que ceux qui se sont rendus coupables de tout cela l’on fait " a pas cher " sans jamais risquer leurs peaux, contrairement au gi qui , sans l’excuser, pouvait 4 pralines dans le buffet plus tard , ne plus jamais rentrer "at home"

    tous ces messieurs on pu bénéficier de la loi de 1953 amnistiant les personnes ayant appartenu à un mouvement de Résistance pendant la guerre, et hop , blanchis et honorés, comme un certain Georges Rougeron,
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Georg...
    Aurélie Duchezeau écrit que l’existence du camp de Tronçais a entaché « de manière définitive la conduite de l’épuration menée par certaines personnalités locales et notamment Georges Rougeron, futur président du conseil général de l’Allier (et qui était secrétaire du Comité départemental de libération, NDLR) »

     

    Répondre à ce message

  • #2259363
    Le 16 août à 10:30 par bobforrester
    Et le 14 août 1944 Clarence Withfield fut pendu…

    Ajoutons aux exploits sexuels des "liberateurs" 54000 Normands écrasés sous les bombardements à l’ aveugle. A comparer avec les pertes allemandes 13000 tués.
    Faible rendement !
    Ce n était pas necessaire : les Anglais eux utlilisaient des bombardiers en piqué plus perillieux en’effet’plutôt que des superforteresses qui tapaient sur tout. Mon pater en taule à Besançon me disait que les Rosbeefs qui attaquaient la gare n ont js touché sa prison pourtant tte proche !

     

    Répondre à ce message

  • #2260308
    Le 17 août à 20:57 par Jay
    Et le 14 août 1944 Clarence Withfield fut pendu…

    Imaginez ce qui c’est passé en Allemagne ou là on fermait complétement les yeux.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents