Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Francis Cousin sur l’histoire de l’argent et sa dynamique aliénatoire

« Il y a déjà dans la révolution néolithique Wall Street, c’est ça qu’il faut comprendre. C’est-à-dire que toute cette vampirisation du cosmopolitisme de la marchandise, toute cette gigantesque dictature du mondialisme totalitaire de la marchandise, elle est contenue dans la révolution néolithique. »

Francis Cousin, extrait du Libre journal des lycéens, diffusé sur Radio Courtoisie le 20 août 2016.

 

Un extrait de 7 minutes :

 

L’émission entière est ici :

 

Poursuivre la réflexion avec Kontre Kulture

Les dernières vidéos de Francis Cousin, sur E&R :

 






Alerter

38 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1553789

    Bien sûr que le futur est contenu en germe dans le présent ! Tout comme la révolution néolithique était déjà en germe dans le paléolithique et ainsi de suite jusqu’à la création du monde ! Si le fait d’accumuler des ressources est une forme embryonnaire du capitalisme (ce que je ne crois pas), dans ce cas le capitalisme existe chez les oiseaux, fourmis, rats, écureuils...enfin chez toutes les créatures qui font des stocks de nourriture...je pense qu’entre les comportements amenant des créatures à anticiper des périodes de manque en accumulant des ressources et le capitalisme dans son sens moderne il y a une différence de nature et de très spécifique à l’humain. De même que je ne pense pas que la révolution néolithique mène forcément au capitalisme, elle donne les moyens à ce dernier d’apparaître mais ce n’est pas une fatalité. La preuve c’est que durant des millénaires l’agriculture et la sédentarisation n’ont jamais permis au capitalisme d’émerger, ce dernier est un phénomène très récent apparu dans le monde occidental dans lequel j’inclue le Moyen-Orient. Ailleurs dans le monde, de la Chine au Japon, de la Papouasie à l’Amazonie il n’y a jamais eu de capitalisme authentique, au pire des ébauches en Chine...le capitalisme n’est pas une fatalité mais un épiphénomène occidentale qui a contaminé le reste du monde. On peut en dire de même avec la révolution industrielle...

     

    Répondre à ce message

    • #1553896

      assez d’accord avec toi, d’ailleurs le problème des stocks (qui existent chez les chasseurs cueilleurs) renvoie au début de la sédentarité qui précède de plus de 10 000 ans la révolution néolithique. l’origine de la sédentarité n’est pas l’agriculture mais le plus souvent la pêche. et c’est le territoire qu’il faudra défendre car il est la première forme de propriété. la guerre pour le territoire apparaît bien avant la révolution néolithique (la première guerre connue apparaît voila plus de 15000 ans au Soudan sud à un point d’eau convoité ).
      quant au commerce il est vieux comme le monde, il date du paleolithique. Et pour ce qui est de l’esclavage, les germains de Cousin le pratiquaient.
      l’origine de notre problème se situe donc bien avant la révolution néolithique, et le capitalisme occidental n’en n’est qu’un épiphénomène.
      Cela dit Cousin reste incontournable pour démonter le mécanisme du spectacle de la marchandise, mais comme tout théoricien, il peine à réduire la richesse du réel à la "nécessité de sa théorie.
      Cousin est indispensable car il nous pousse à aller plus loin, à nous bouger le cul.

       
  • #1553815

    la théotie de francis Cousin sur le néolithique pêche par son unilatéralité. L’agriculture ne permet pas plus que la cueillette la formation de "surplus" ce n’est pas le paysan qui travaille plus de lui-même pour remplir son grenier en prévision d’un manque. D’ailleurs le paysan ignore le manque puisque le paléolithique est un "age d’abondance" ce qui provoque cette constitution se stock c’est qu’en fait une nouvelle classe est née - vraisemblablement une classe de prêtres - et qu’il va falloir la nourrir "à la sueur de son front".
    L’archéologie sur laquelle s’appuie COUSIN F. est une archéologie d’inspiration marxiste qui explique l’histoire par l’économie et cette nécessité qu’aurait les hommes à se nourrir. Les hommes ont toujours eu besoin de se nourrir bien évidemment mais ce n’est récemment que cela s’est présenté chez les idéologues comme une nécessité. Ce n’est pas le fait de se nourrir qui est premier pour les hommes , les animaux aussi éprouvent tout autant cette nécessité et ne sont pourtant pas des hommes. La spécificité de l’homme c’est qu’il va retourner cette nécessité en plaisir par l’inclusion de ses semblables.
    Ce que l’archéologie de COUSIN oublie c’est que l’apparition de l’agriculture fut précédée comme tout les vrais changements par un changement des mentalités. Avant même l’Agriculture les hommes se détachent de la croyance en la divinité des animaux pour privilégier la divinité de l’homme, les représentations animales disparaissent ou s’humanisent et les figurines religieuses prennent l’aspect de la femme et du Taureau humanisé. L’agriculture n’est donc pas une nécessité économique mais une nécessité religieuse provoqué par des changements dans la psychologie des hommes de cette époque. pour faire court Cousin lui mêmme reconnaît la puissance des idées parodiant Hegel il soutient que la Banque date du néolitique. De toute évidence la banque n’était pas à cette époque une réalité ou alors si diffuse et si peu développée qu’il lui faudra des siécles pour devenir la réamlité que l’on connaît. Non au néolithique la banque est IDEE avoue inconsciemment Cousin ( qui est psychanalyste) et ses necessités économiques sont bien pensées avant que d’être des réalités. Cousin donc avoue à son insu la puissance des idées et leur antériorité dans l’élaboration de vie humaine. La soit disant révolution neolithique fut en fait une contrerévolution puisque l’homme et la femme perdirent 10cm de taille et connurent des maladies inconnues.

     

    Répondre à ce message

    • #1553999

      ta nouvelle classe, n’est pas obligatoirement le prêtre (pour cela il faut une religion institutionalisée, donc après l’apparition des villes, et d’un pouvoir central. or les villes sont les conséquences de deux facteurs : la sédentarisation et l’agriculture.Auparavant n’existent que quelques villages de chasseurs cueilleurs pêcheurs sédentarisés pas assez conséquents pour produire une caste de prêtres mais assez nombreux pour posséder une classe de guerriers afin de défendre un territoire :
      Un bon exemple : Göbekli Tepe (tu remarqueras que les divinités sont encore totemiques)
      https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%...
      Donc, avant le prêtre, se dessine le guerrier . c’est la caste du guerrier qui va changer la donne religieuse en passant de la matrilinéarité au patriarcat. On parle toujours des nomades attaquant les sédentaires mais on a une multitude d’exemples archéologiques (entre autres dans les régions du Danube) que les peuples agriculteurs à la recherche de nouvelles terres à exploiter, prenaient ces territoires par la force aux chasseurs cueilleurs qu’ils massacraient ou réduisaient en esclavage puis assimilaient. et cette progression migratoire va de l’Anatolie jusqu’en Espagne.
      Rien n’est simple.

       
    • J’ajoute au commentaire de Paramesh que F. Cousin tient un cabinet de philo-analyse, n’a pas titre de psychanalyste et n’y prétend pas. Bien au contraire même puisqu’il est très critique semble-t-il à l’égard de cette même psychanalyse. Si vous avez réellement écouté cette émission, vous n’avez alors pas été très attentif puisqu’il parle même d’une personne qu’il a suivie et qui n’avait pas avancé d’un pouce après des années d’une psychanalyse qui l’avait entretenue dans la culpabilité.

       
  • Il tournera toujours en rond car il lui manque l essentiel...la foi en dieu

     

    Répondre à ce message

  • #1553922

    Selon Cousin, l’argent est une immanence incontrôlable et l’usure n’est pas le problème
    Le capitalisme dit que : commerce = usure = « bon »
    Les communistes disent que commerce = usure = « mauvais »
    Bref les usuriers n’ont pas plus à craindre les capitalistes que les communistes, c’est la même religion. La croyance que l’argent se reproduit (au point même d’être incontrôlable) demeure intacte et empêche de penser que commerce et usure seraient dissociables.
    Pour les croyants, Dieu est l’unique immanence incontrôlable, le commerce licite et l’usure (dans le sens de tout système impliquant que l’argent se reproduirait) illicite

     

    Répondre à ce message

    • Voilà un résumé de la pensée marxiste. J’y ajouterai l’inversion systématique des sentiments humains où M Cousin au nom de l’humilité interdit à l’homme l’utilisation de son libre arbitre, le prive de sa croyance en Dieu brocardant Hegel et Marx avec comme seul argument" moi je l’ai lu"....
      Ensuite, il flatte les natios et autres droitards en leur parlant du Christ et en condamnant Calvin... Chez certains cela prend et c’est bien dommage. Ceux qui portent crédits devraient se poser la question : Qu’apporte le mythe incapacitant de Cousin à notre vie si ce n’est l’orgueil démesuré de cet homme qui affirme qu’il ne faut rien faire car tout adviendra de lui-même et que tout a, a été, sera dit.
      Cousin se prend pour un prophète dont la phénoménologie de l’esprit d’Hegel serait la bible. il n’en est rien, il reste un homme avec un phrasé complexe indiquant à des névrosés qu’ils ne sont responsable de rien car leurs malheurs proviennent de l’automouvement du monde.

       
  • Le 10 septembre à 23:42 par anonyme #1553745
    Francis Cousin sur l’histoire de l’argent et sa dynamique aliénatoire

    « Cette théorie ne vient pas de divers philosophes mais est liée à la doctrine des cycles commune à toute les traditions (islam , judaïsme ,taoisme etc...) et particulièrement bien explicitée dans les doctrines hindoues avec la notion des 4 yugas ( les 4 âges ou periodes subdivisant un cycle appelé manvantara) . »

    D’où l’impérieuse nécessité d’utiliser les conditions actuelles de ce dernier cycle pour progresser rapidement. Les Paroles prophétiques "sortez de Babylone mes frères" et ensemencez en vous un trésor que vous recevrez dans une autre incarnation dans le futur, prennent tout le sens !

    Chacun reçoit ce qu’il aura semé sur Terre mais dans le mental universel (le Ciel) !

    C’est la raison pour laquelle « la réincarnation est un fait et non pas une théorie car jusqu’au IVe siècle, les Chrétiens croyaient à la réincarnation, comme les Juifs, les Égyptiens, les Tibétains ; etc... Mais sans doute, les Pères de l’Église se dirent-ils que cette croyance faisait traîner les choses en longueur, que les gens n’étaient pas pressés de s’améliorer, et ils voulurent donc les pousser à se perfectionner en une seule vie en supprimant la réincarnation. » (in Le Véritable Enseignement du Christ par Mikhael Aïvanhov p. 62 Ed. Prosveta.

    Sauf que les résultats ont été catastrophiques L’Église a donc supprimé la croyance en la réincarnation en pensant obliger ainsi les humains à s’améliorer plus vite , mais non seulement ils ne se sont pas améliorés, mais ils sont devenus pire .... et ignorants par dessus le marché.

    La loi de la réincarnation est implicitement contenu dans les enseignements christiques pour qui veut bien se pencher activement, sincèrement, tenace sur cette question.

    « Cherchez et vous trouverez » à savoir cherchez sans cesse y compris si vous ne trouvez pas de réponse car il se peut qu’elle vous soit donnée au dernier souffle ou après la mort ! donc trop tard pour se perfectionner ici-bas !

    La quête intérieure est une (en)quête, un questionnement permanent sur le JESUIS de l’ETRE évoqué par Francis Cousin ! Une demande en quelque sorte d’où : Demandez et vous recevrez à savoir questionnez vous et ce faisant, vous serez dans l’humilité de celui qui reçoit non dans l’arrogance, ni dans« j’ai enfin trouvé » mais dans une permanence de dialogue intérieur, pas en l’ego limité, mais grâce au Soi (le Christ)

     

    Répondre à ce message

    • #1554289

      À @noel , juste pour info , il n’y a pas de réincarnation dans les doctrines hindoues ou dans quelqu’autre doctrine réellement traditionnel y compris le christianisme . Cela provient surtout d’une mauvaise compréhension par les universitaires qui étudient les choses de façon superficielle d’une part et des sectes theosophiques et neo-spiritualistes d’autre part .
      Il s’agit plutôt de transmigration d’un être vers une indéfinites d’état que ce soit des États individuelles (extension extra corporelle de l’individualité humaine) aux États supra individuelle (qui comprend la manifestation informelle et les États de non manifestation) .
      Quoi qu’il en soit le salut consiste en la survivance dans les états individuels (rites exoteriques) et la délivrance , qui est plus rare est la libération de toute condition limitative de l’existence , l’atteinte des États de non manifestation qui englobe tout les autres , selon les degrés de la connaissance auquel un être est parvenu .
      Dans ses ouvrages sur le theosophisme et le spiritisme , Guénon a clairement démontrer la fausseté et les incohérences de la théorie de la réincarnation .

      Si vous desirez en savoir plus , je vous conseille l’ouvrage " les États multiples de l’être " de René guenon où cette doctrine qui est la base de toute métaphysique, qui est donc universel à l’islam , au taoisme , au judaïsme , au christianisme , à l’hindouisme ... est exposée avec une clarté et une rigueur remarquable .
      Cordialement.

       

    • cette doctrine qui est la base de toute métaphysique, qui est donc universel à l’islam , au taoisme , au judaïsme , au christianisme , à l’hindouisme ...



      Guénon se trompe, comme tous les syncrétistes : il n’y a pas, il ne peut y avoir une tradition commune à toutes les religions, tout simplement parce que la métaphysique monothéiste est radicalement différente de la métaphysique panthéiste.

      Dans un cas, Dieu, transcendant, crée volontairement le monde, distinct de Lui. Les créatures ne sont pas de nature divine.

      Dans l’autre, Dieu, immanent, se confond avec le monde, qui existe non par volonté mais par nécessité. Les êtres sont de nature divine.

      Les conséquences de ces conceptions sont capitales et empêchent absolument de fondre les monothéismes dans les autres religions à moins de les trahir.

       
    • #1554726

      À @ole , guénon n’a rien d’un syncrétiste justement , il a clairement distingué dans ces ouvrages ce qui relève de l’unité des principes métaphysique et transcendant commun à toutes les traditions (donc ce qui a le caractère d’une synthèse) et le syncrétisme qui n’est qu’un assemblage artificielle d’éléments het et ne procédant d’aucune unité principielle .
      la moindre des choses serait de le lire réellement et sérieusement , même pour le critiquer , sinon il est possible d’aboutir à des contresens assez fâcheux .

       
    • #1554763

      À @ole , il ne faut pas confondre le point de vue ésotérique et le point de vue exoterique :
      Toutes les tradition sont basées sur la doctrine de l’unité que ce soit dans le tacawwuf islamique ou la doctrine de non dualité hindoue , dans la kabbale également pour les juifs .
      Il n’y a donc pas de tradition polythéiste sauf dans l’observation superficielle et purement extérieur de ces doctrines .

      Concernant l’hindouisme par exemple , les différents dieux sont différentes manifestations (manifestations formelles et les manifestations informelles qui a pour équivalents les hiérarchies angéliques dans les religions du livre etc...) d’un principe suprême inconditionne qui est infini , n’est soumis à aucune limite et qui recèle en lui la possibilité universelle et cela est exprimé selon des modes d’expression et de conception adapté à la mentalité de divers peuples dans l’histoire .
      D’un point de vue exoterique qui concerne la grande masse des croyants qui ne se limite au salut qui est la survivance dans les états subtils et individuels et ne peuvent le dépasser , la doctrine doit être adaptée pour que ceux ci prient et participe à la tradition dans une mesure limitée à leurs capacités de conception limité.

      En islam , les représentations de la divinité sont interdites en raison des risques de tomber justement dans un panthéisme et perdre de vue l’unité car on avait affaire à des peuples du désert avec une intellectuallite limitée , tandis que chez les hindous , plus contemplatifs , avec une intellectuallite élevée , ce problème ne se pose pas .
      Encore une fois dans son " introduction générale à l’étude des doctrines hindoues ", l’unité transcendante des doctrines y est clairement exposé et les distinctions des différents points de vue d’après lesquels envisagé la vérité y sont clairement expliqués : la nécessaire supériorité de la métaphysique donc de l’ésotérisme sur l’extorisme , sans qu’il y ait exclusion entre l’un et l’autre mais plutôt rapport hiérarchique .

       
    • #1555449

      il ne peut y avoir une tradition commune à toutes les religions




      bien sûr que si quand on parle des religions traditionnelles car elles se recoupent toutes et se respectent.la guerre de religion est une invention biblique.
      Seules les nouvelles religions dites prophétiques s’écartent du tronc commun et se prétendent innovantes en faisant une croix sur le passé : judaisme christianisme et islam.
      En fait, seules les religions dites abrahamiques prétendent détenir la Vérité en dénigrant les autres religions, (le seul problème est qu’elles sont trois pour une seule place). et pourtant ces trois religions qui se prétendent les meilleures n’ont pas réussi à stopper la marche triomphante du capitalisme, au contraire, il est né dans leur sein ( et si l’islam a été historiquement en dehors du coup à l’origine , actuellement, il rejoint parfaitement ses deux concurrents dans l’acceptation de l’argent roi (la finance islamique étant une belle escroquerie) .
      Et oui trois religions guerrières qui se sont répandues par le glaive et donc la guerre et l’état ;
      Or comme le nerf de la guerre comme de l’état c’est le pognon, la boucle est bouclée.
      conclusion, objectivement, personne n’a de solution religieuse au problème de l’argent et Cousin est donc tout à fait pertinent pour en donner une interprétation purement matérialiste.

       

    • il a clairement distingué dans ces ouvrages ce qui relève de l’unité des principes métaphysique et transcendant commun à toutes les traditions



      Je viens de vous expliquer pourquoi cela n’est pas possible.
      J’ai lu Guénon, ce n’est pas un métaphysicien au sens classique du terme, quelqu’un qui pense de façon systématique les causes premières.

      L’opposition ésotérisme/ exotérisme n’a pas lieu d’être.
      L’ésotérisme se veut une mystique, c’est à dire un rapport direct au divin sans médiation. Le problème c’est que sans une solide base doctrinale, celle que procure la religion vraie*, le pseudo-mystique se laisse facilement happer par des influences démoniaques sans aucun moyen de les distinguer des inspirations divines. L’ésotériste sera d’autant plus réceptif aux erreurs, qu’il est souvent animé par l’orgueil (la religion exotérique, il laisse ça aux petites gens !).
      Un vrai mystique ne fait pas l’économie de la religion car elle est le support nécessaire de sa mystique.

      Je persiste et je signe, quiconque s’est un minimum penché sur la métaphysique comprend pourquoi l’idée d’un tronc religieux commun est fallacieux.
      Ce n’est pas possible parce que monothéisme et panthéisme ne disent pas la même chose du monde et du divin.

      * Il n’y en a qu’une !

       
  • #1554027

    D’après F. Cousin, l’argent (comprendre l’accumulation matérielle) ne peut apporter que le mal. Certes. Mais est-ce que l’homme n’est pas faible vis-à-vis de l’argent ? Ou est-ce que créer l’argent n’est pas déjà en soi un acte de faiblesse ?

     

    Répondre à ce message

  • #1554623

    Aussi choquant que cela puisse paraître il ni y a rien dans l’homme qui ne soit porté par sa nature, aux temps derniers comme aux temps premiers...

     

    Répondre à ce message

  • #1555453

    Un débat contradictoire serein et qualitatif est-il envisageable entre Francis Cousin et Alain Soral ? (Thèmes possibles : déterminisme historique, nation et patrie, valeur "travail" ... )

     

    Répondre à ce message

  • #1555729
    Le 13 septembre à 09:43 par Candide, de Sacha Quitriche
    Francis Cousin sur l’histoire de l’argent et sa dynamique aliénatoire

    La psycho-philo-socio... analyse montre son indifférence à l’égard tout de même de ce qui est Capital : la solution.

    Là, guère de dérision.

    Le corps a aussi son mot à dire et pas seulement.

    Le système de projections se Manifeste sur de multiples plans dans la vie.

    On ne traite pas la méchanceté, par exemple, comme l’on répare la pièce détachée d’une machine ou que l’on regarde une scène d’un acte d’une pièce de théâtre ; et on peut la noyer dans un amas d’informations inutiles, dans l’oubli que l’humanité a vécu des millénaires sans cette multitude d’informations - en provenance de l’extérieur - stérilisée par la pensée.

    La méchanceté, pour illustration paradoxale, n’est rien de plus que de la méchanceté et n’a pas d’autre cause que le fait d’être méchant. Et, l’on croit dans l’absurde, à la justifier, qu’elle s’oppose à la gentillesse, qui n’a pas d’autre cause que le fait d’être gentil sans s’opposer à la méchanceté.

    Leurs destins sont parallèles et ne se croisent pas. Ils ne s’enseignent rien de plus que cela.

    A la fin d’un périple, il convient de n’entretenir que son jardin.

     

    Répondre à ce message

  • Question un peu tardive : quel rapport entre la comptabilité (chiffre) et la poésie (lettre) ? Si quelqu’un peut m’éclairer là dessus !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents