Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

L’anticomplotisme du gouvernement contesté par des enseignants

"Une volonté contre-productive de normalisation des représentations"

Dans le cadre de la lutte contre la radicalisation, le ministère de l’Education recommande au corps enseignant de prévenir et de sensibiliser les élèves contre les « théories complotistes ». Une approche précipitée et dogmatique. Une incitation à « penser droit » ?

Le gouvernement a lancé un plan d’action contre la radicalisation et le terrorisme qui mobilise les fonctionnaires de l’État en leur recommandant d’« agir avec trois principes : fermeté, sérénité, unité ». Parmi les nouveaux appelés de cette lutte contre les égarements idéologiques, figurent les enseignants. Dans le dossier de presse de ce plan d’action, daté du 9 mai, il est indiqué que « les agents publics, notamment les enseignants, qui sont quotidiennement au contact avec les jeunes, constituent des acteurs de premier niveau essentiels pour détecter des dérives pouvant conduire à la radicalisation et pour entraver l’adhésion aux théories du complot, aux comportements de rupture et aux discours de haine qui favorisent de telles dérives ». Haro sur la jeunesse et appel à la vigilance de ses professeurs !

L’intransigeance est mauvaise conseillère pédagogique. Elle peut être une vertu morale pour ceux qui ont la conviction d’avoir toujours raison ; elle est surtout la marque d’un dogmatisme qui, une fois mis en œuvre, fait échouer toute pédagogie. Il y a fort à parier que la fermeté, précipitée et irréfléchie, ruinera la sérénité et l’unité, installant la crispation, la suspicion et le conflit dans les établissements scolaires.

Nouvelle marotte du moment : la lutte contre le complotisme ! Organisée sans préparation ni sensibilisation des enseignants à une connaissance des théories du complot (infiniment plus complexes à comprendre qu’à dénoncer), elle repose sur une volonté contre-productive de normalisation des représentations. Au mieux, les élèves les plus malins ou les plus provocateurs sauront piéger les commissaires politiques de la rééducation mentale ; au pire, les contre-feux maladroitement allumés ne feront que transformer les convictions timides en brasier. Les outils offerts par le ministère de l’Éducation nationale sont indigents, et ne sauraient remplacer une formation en histoire des idées et philosophie politique.

Lire la suite de l’article sur liberation.fr

 

À lire également : « Peut-on critiquer l’anticonspirationnisme ? » (slate.fr)

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Enseignants, ne tombez pas dans le piège de l’opposition contrôlée. Courbez l’échine, mais pas l’esprit. Ne leur servez pas de recruteurs bénévoles pour leurs sombres projets.


  • le lavage de cerveau c’est maintenant


  • Bonne analyse .C’est très juste.les racines de la radicalisation sont ailleurs et sont communes a toutes les sociétés humaines.


  • Si le gouvernement et les médias ne racontaient pas autant de salades...
    Toujours "la laïcité" mais on a pas le droit de "croire" ce que l’on veut ?
    Et puis qu’est ce que ca peut faire qu’on adhère à un mensonge officiel ou à un mensonge alternatif ?

    Dans la majorité des cas les théorie du complot sont inoffensives..Et ce n’est pas ça qui sape la crédibilité du pouvoir, il le fait très bien tout seul...à tous les niveaux.


  • #1499975

    Le problème c’est que si on étudie l’histoire, et la philosophie et la politique sérieusement on se rend compte que l’histoire elle même n’est qu’un tissus de complots, de chantages, manipulations, rapports de force, faux drapeaux, etc
    Je me demandais pourquoi on appelait ça l’éducation nationale je mettais cette imprécision dans le choix des mots sur le compte d’une négligence acceptée de longue date. Mais c’est bien ça il ne s’agit pas de former des hommes et des femmes libres, ni d’enseigner , ni de transmettre mais bien d’éduquer ce qui est le terme politiquement correcte pour conditionner, ou formater. La société libérale a besoin de personnes éduquées pour avoir peur de penser différemment , de groupes uniformes et hostiles a toute réflexion non communément admise. Le complotisme c’est le résultat de la réflexion par déduction , induction , l’accumulation de données, la synthèse, la confrontation de point de vue, la création d’hypothèses, le remise en question d’hypothèses, en gros c’est le résultat d’une démarche scientifique et logique basée sur l’observation et l’ouverture d’esprit, la recherche de la vérité, une sorte d’idéal qui permet a tous d’élever le niveau des débats.
    Bien sur on peut être un complotiste stupide qui s’élève contre tout sans réflexion aucune mais dans ce cas on peut se faire manipuler par n’importe qui et ça n’a rien a voir avec le complotisme c’est juste qu’on est non structuré et prêt a adopter de manière fanatique un point de vue ou son contraire. Autrement dit ceux qui condamnent fermement le complotisme sont du même niveau que ceux qui voient des complots partout sans aucune réflexion ni aucune remise en question possible. Ce n’est donc pas contre le complotisme qu’il faut lutter mais contre l’étroitesse d’esprit , la flemme intellectuelle, l’absence d’écoute, la perte de capacité d’analyse.
    Mais bien sur ce ne sera pas fait car le système politique en place trouve ses plus ardents défenseurs chez ceux qui ont renoncé et à réfléchir et a écouter et à se cultiver ainsi que chez ceux qui en profitent cyniquement.
    Car en fait rechercher la vérité, est très formateur ça devrait être une discipline enseignée au même titre que les mathematiques ou la physique dès le plus jeune âge.


  • La famille de Robert Boulin est-elle complotiste ?


  • Comment ça se passe pour les enseignants passionnés par leur métier qui se réinforment ?

     

  • En somme, l’article de Libération reconnaît que la vérité est entrain de progresser et que l’organisation de la société actuelle n’est pas efficiente pour la censurer.

    Recommandation de Libération ? : Plus d’endoctrinement à l’école ! Avec de nouvelles matières enseignées aux plus jeunes, spécifiquement pour endoctriner mieux.

    Comme si cela n’était déjà pas possible par le biais de l’enseignement de l’Histoire, du français, de la philosophie ou des sciences éco et sociales du parcours SES en lycée.

    Ils vont vouloir former spécifiquement des professeurs pour cette nouvelle matière dont ils font la promotion pour le collège...
    Sauf que, si les professeurs actuels font déjà de la résistance ou ne sont pas capable d’aller contre le réveil des consciences et des connaissances, où vont-ils trouver suffisamment de professeurs débiles et efficaces pour leur nouveau machin ?

    Libération et assimilé (Lemonde, et tous les autres)Vous avez déjà perdu le combat des idées.
    Il ne vous reste que la répression, il faudra vous y faire.

    Nous, nous n’avons plus qu’à être patient, continuer d’améliorer nos connaissances pour mieux les divulguer.

    Un jour, la société sera prête.


  • dans tout pays totalitaire qui se respecte la pensée unique distillée par les médias aux ordres doit toujours avoir le dernier mot,il est strictement interdit de réfléchir de se poser des questions ou d’en débattre publiquement.


  • #1500074

    C’est normal qu’ils veulent pas, si un élève leur dit qu’il n’y a pas d’avion qui s’est écrasé sur le Pentagone, que y a pas de place pour que l’avion se soit foutu dans la fente du mur, que c’est un missile qui a été lancé et que la caméra de surveillance ne filme pas d’avion et que le professeur répond que la caméra n’est active que toutes les dix secondes, que les ailes se sont recourbés,que la taule de l’avion a fondu et qu’accessoirement il y a les témoignages des familles des victimes et qu’un monument constitués de bancs au nombre de victimes avec leur nom a été érigé devant le lieu de la catastrophe, faudrait créer une matière spécifiquement pour le complotisme, tout le monde sait ce qu’est le complotisme : un individu aimerait avoir une plus grosse bitte que ce qu’il a, il en veut à la nature d’avoir doté les acteurs porno plus que lui, il n’arrive pas à se sublimer dans un domaine car il a cette idée obsédante, il finit complotiste !


  • On comprend mieux l’augmentation de salaire récente ...


  • L’article dit que les enseignements ne sont pas formés sur les théories du complot... Certains si, quand même. La preuve :
    https://www.youtube.com/watch?v=ZvX...

    Tristan Mendès France (petit-fils de Pierre Mendès France), un proche de Thomas Huchon et Rudy Reichstadt (Conspiracy Watch, Spicee...), donne à des profs des "cours" (de propagande gouvernementale) sur le complotisme. Dans celle-ci, en collaboration avec le Mémorial de la Shoah, il dénonce notamment Alain Soral, Egalité et Réconciliation, Panamza, Russia Today, Vladimir Poutine, etc.


  • Les dirigeants de tous les pays favorisent le "roman national" qui les arrangent.
    Tout le monde ne peut pas être historien et passer des années sur tous les sujets en profondeur de tout façon (et merci à Marion Sigaut et autres pour faire ce travail éclairant à plus d’un titre). Donc que l’enseignement de base soit "recentré" sur certains événements et passe sous silence les autres est pour moi "logique" on va dire. On va pas non plus mettre dans la tête de nos enfants tout les complots possibles et imaginables. Les enfants ont besoin de repères structurants. Appelez cela lobotomie si vous le voulez mais c’est comme cela que marche l’apprentissage des enfants : on ne peut pas leur foutre le doute sur la véracité de ce qu’on leur dit à chaque phrase ou alors l’enseignant perd toute crédibilité.

    PAR CONTRE ce qui enseigné devrait se baser sur des faits et rien que des faits et non sur des points de vues (ou le moins possible). Surtout pour ce qui est de l’histoire récente. Quand je vois sur une page un Obama tout souriant avec un texte qui le porte au pinacle et un Poutine sombre avec un texte à faire peur, je me pose des questions sur la partialité de l’équipe de rédaction...
    Savoir inculquer mais également favoriser la curiosité de l’enfant et un équilibre qu’il faut savoir trouver. En donnant des faits on laisse la jugeote fonctionner. En donnant trop de points de vues déjà pré-mâchés on ne fait que remplir l’enfant de certitudes.
    (Bien sur qu’il faut aussi enseigner aux enfants des points de vues sur ce qui est bien ou mal. Mais cela est normalement plus le travail des parents)

    Après pour ce qui des études supérieures c’est à mon avis une autre affaire. A ce stade l’élève devrait pouvoir apporter son point de vue. Tant que l’argumentation tient la route il ne devrait y avoir aucune réticence de la part du corps enseignant qui, à ce stade, n’est plus seulement là pour apprendre mais pour accompagner l’élève dans la direction qui est la sienne.

     

  • #1500305

    Dans la "boite à outils" des *anticomplotistes*, les prochains trois principes : Silence Remord Pénitence.
    Jusqu’à ce que les complotistes exposent les comploteurs, ce qui ne saurait tarder.
    Ubuesque !


  • #1500442

    Je ne comprends pas pourquoi ils se cassent la tête. Ils n’ont qu’à rendre obligatoire l’apprentissage du programme du PS à l’école et au moins ça ira plus vite.


  • Faut-il rappeller que la moitié des familles des victimes du 9/11 ainsi que 1500 ingénieurs et architectes et 300 premiers répondants réclament une nouvelle enquête publique sur ces événements car ils ne croient pas la version officielle.

    Tous ces gens seraient-ils fous, paranos ou agités du bocal ?

    L’histoire politique n’est qu’un enchaînement de complots. De l’assassinat de César en passant par les Borgia jusqu’au meurtre de Raspoutine, dans tous les pays, de toutes les époques, le pouvoir rime toujours avec complot.

    Taire les complots c’est censurer l’histoire. Tel est peut-être le but réel de la manoeuvre ? Ah, encore du complotisme !


  • Normalisation,endoctrinement,propagande d’état....Fort bien et pourquoi pas dans une dictature comme la notre.. !!!

    Sauf que tout cela se heurte à un mur qui s’appelle le temps !

    L’efficacité réclame,au moins,l’appropriation de la moitié du programme scolaire et l’embauche de milliers de commissaires politiques musclés et donc d’un budget conséquent qui n’existe nulle part...et de la fermeture d’internet.... !!!!


  • #1500918

    Lisez l’article de slate.fr : il y est, même si cela est bien enrobé, essentiellement question de casser du sucre sur le dos des "fans d’Alain Soral qui voient des sionistes partout" ! Propagande anti-ER grossière mais qui vous fera surement rire comme moi !


  • On nous aura toujours menti : soit disant que de croquer la pomme était accéder à la connaissance et au savoir. Tout ceci n’était que mensonge. Pour obtenir la vérité, les sans-dents n’ont d’autre choix que la complote...de pomme !


Commentaires suivants