Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les troubles cognitifs liés à la prise de médicaments ?

Cerveau rétréci, pensée ralentie...

Une étude menée par l’École de Médecine de l’université de l’Indiana vient de révéler l’impact de nombre de médicaments fréquemment prescrits sur le cerveau, à travers des scanners réalisés sur 451 participants dont 60 prenaient habituellement des molécules présentant une activité anticholinergique moyenne ou forte. Leur âge moyen était de 73 ans.

 

La conclusion est inquiétante : des remèdes pour le rhume, la grippe, les remontées acides et certains somnifères « font rétrécir le cerveau et ralentissent la pensée ». Les scientifiques estiment que les personnes âgées devraient les éviter dans la mesure où elles sont déjà vulnérables sur le plan de la mémoire et des capacités cognitives.

Les chercheurs de l’université de l’Indiana se sont penchés plus avant sur les médicaments contenant des anticholinergiques — qui bloquent l’acétylcholine chargée de transmettre les impulsions électriques entre cellules nerveuses — parce que ceux-ci sont déjà associés avec un risque accru de démence, de chutes et de troubles cognitifs.

 

Les médicaments anticholinergiques ont des effets néfastes sur le cerveau

Une étude de 2013 montrait ainsi que les médicaments à fort effet anticholinergique sont associés à des troubles cognitifs s’ils sont pris en continu pendant 60 jours. Lorsque l’effet est moins marqué, les troubles pourraient paraître dans les 90 jours.

Les médicaments en question sont prescrits pour de nombreuses maladies et symptômes : la maladie de Parkinson, certaines affections pulmonaires, la nausée et les vomissements, les troubles du sommeil, l’hypertension artérielle, la dépression et la psychose. Les effets négatifs sur le cerveau constatés par l’étude de l’université de l’Indiana sont tels, et leur persistance est si importante – elle peut atteindre un mois après l’arrêt de la prise – que cela justifie le choix de traitements alternatifs chez les personnes âgées, dans la mesure du possible.

Lire la suite de l’article sur reinformation.tv

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • J’ai tendance à ne jamais prendre de médicaments. Je suis jeune et mon corps marche bien, alors quand j’ai un rhume, une grippe ou des petites merdes du genre, je me repose et j’attends que la viande fasse son travail.

     

    • "La médecine a fait tellement de progrès que plus personne n’est en bonne santé."
      Dixit : Aldous Huxley.


    • #1448109

      Très bien mon jeune ami. Mais n’oublions pas de fait que la médication peut aussi être source d’un prompt rétablissement, et ce afin d’éviter que des gens bien sûrs d’eux-mêmes pensent pouvoir s’en sortir par la simple et pure homéostasie. La médecine, bien que souvent clairement dévoyée, prend ses racines dans la nature et ce par adjonction ( souvent de plantes médicinales) . Ne l’oublions pas.


    • Bien joué ! Personnellement quand je tombe malade j’arrête de manger, je fais une douche bien chaude puis je reste allongé bien au chaud quitte à transpirer.
      la chaleur permet de combattre plus facilement le virus.
      en 2 jours j’ai toujours guéri


    • Je suis jeune et mon corps marche bien aussi. Je remarque que ce sont souvent les dégénérés, les "dépressifs" (comme si la dépression existait vraiment), les alcooliques notoires et les abuseurs de substances chimiques néfastes qui tombent malades. Bref les faibles.
      Suffit de voir ce qu’ils mangent, dans quel environnement ils vivent, quelle (manque d’) activité physique ils fournissent, etc.


    • Bien d’accord avec vous . Je n’ai jamais vu un médecin depuis 40 ans : jamais malade ! Une douche froide tous les matins , végétarienne , nourriture simple tirée du verger et du potager, un jus de citron de mes citronniers tous les matins ,, beaucoup de potage-maison l’hiver , jamais de beurre , marche avec mon chien -19 ans - tous les jours , bains de mer tous les jours d’avril a octobre dans la petite crique qui jouxte la maison. Vie simple mais saine .


  • le pire de tous : les antidépresseurs et les anxiolitiques. Une "tuerie" à p’tit feu...irréversible !
    destruction des fonctions cognitives/neurologiques, effets secondaires top niveau (cancers...métabolisme général) et dépendance à 100 %.
    Grand sujet d’actualité en ce moment (après les 4 millions de burn out chez les salariés et les 8 millions de burn out chez les étudiants-dont personne ne parle),"le burn out" des enfants à qui on administre, dès le plus jeune age et sans se poser de questions, des tonnes d’antidépresseurs et autres médicaments. Une bombe à retardement catastrophique. "Les maux du siècle soignés par le mal du siècle". Une camisole bien ficelée pour tous les ages.

     

  • Oui mais ce phénomène à lui seul ne peut pas expliquer le nombre toujours important d’électeurs socialistes.

     

  • La dépression... j’appelle cela la maladie des pays riches...

    C’est marrant dans les pays pauvres ils n’ont pas la "chance" d’être en dépression... pas de télé, pas de consumérisme à tout crin, pas de culte de l’argent, la famille et le village avant tout...

     

    • Certes, mais la dépression a aussi des origines physiologiques. Ce n’est pas seulement "dans la tête" que ça se passe...

      De "simples" carences, par exemple, peuvent tout à fait entraîner une dépression.


    • #1448399

      En général, toutes les populations rurales non exposées à la pollution se portent en meilleure santé que les citadins des pays développés.
      Pollution de l’air, de l’eau, ondes électro-magnétiques, vaccination, alimentation transformées, conservateurs, manque de soleil, médicaments et autres psychotropes dont on ne connait pas les effets à long termes expliquent l’explosion des maladies modernes.

      Mais bon, si le "docteur" Cohen nous dit que tous nos maux sont dus à l’allongement de l’espérance de vie et à nos mauvais gènes, on est bien obligés de le croire.


  • Cette étude m’étonne le moins du monde, j’avais observé le phénomène, des gens rentrent bien portant en maison de retraite et au bout de 6 mois on ne les reconnait plus. Par ex le voisin de chambre de ma mère, par contre elle qui ne se soigne qu’a l’homeopathie et qui refuse (elle a son caractère) les poutingues de l’infirmière pour ne pas souffrir elle se porte comme un charme (à son âge 92 ans) web cam, tuto sur you tube etc... mes copains agriculteurs l’avaient observé aussi...


  • #1448209

    Ceux qui contrôlent Big pharma contrôlent le monde, car c’est comme s’ils pointaient un flingue sur la tempe de chaque Français, de chaque Allemand, de chaque américain, de chaque être de cette planète...je suis sûr qu’ils sont capables de mettre des substances abortives dans les aliments- dans des proportions infinitésimales, s’entend- et dans les vaccins....


  • #1448215
    le 20/04/2016 par la pince mon seigneur
    Les troubles cognitifs liés à la prise de médicaments ?

    malheureusement, faut être réaliste, faut remplacer les médecins par les algorithmes de google, avant un médecin était capable de t’opérer des trippes, aujourd’hui on en a fait des branleurs de bureau qui pourraient largement être remplacés par un roumain qui a fait deux ans d’étude, ils te disent "n’allez pas lire sur internet" normal leur métier n’est que de l’information , le sujet est capable de s’auto-diagnostiquer sans lui, sans compter les intérêts big pharma et les mauvaises prescription , c’est à se demander s’ils ne sont pas pousser à liquider de la population discrètement façon réduction lente et progressif en provoquant de la maladie chronique, en écourtant les retraite, en bref un corps de métier-assassin au service de la ripoublik


  • #1449170

    Ajoutons les pilules contraceptives qui se dispersent dans les nappes phreatiques, par les urines, ainsi que les oestrogenes injectees dans les animaux destinés à la consommation. Ces molecules reintegrent nos organismes et les féminisent.