Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Pédocriminalité : les témoignages se multiplient dans le foot anglais

Barry Bennell, le Jimmy Savile des jeunes footballeurs

Certains le comparent déjà à Jimmy Savile. Mort en 2011, ce dernier, ex-animateur britannique vedette de la BBC, a commis pendant quarante ans des abus sexuels sur des victimes âgées de 5 à 75 ans, dans les studios de la radio, des écoles ou des hôpitaux. Barry Bennell, considéré comme l’un des meilleurs détecteurs de talents du ballon rond en Angleterre, pourrait donc à son tour être qualifié de « pire prédateur sexuel de l’histoire ». Depuis plusieurs jours, des témoignages d’anciens footballeurs victimes d’agressions sexuelles de la part de leur entraîneur se succèdent dans les quotidiens britanniques.

 

David White, 49 ans, une sélection en équipe d’Angleterre, surtout connu comme attaquant à Manchester City, décrit dans le Guardian ses années de souffrance entre 1970 et 1980. Alors qu’il n’était encore qu’un jeune prometteur recruté par le club de Whitehill à Manchester, Barry Bennell, qu’il considérait alors comme « un héros », a abusé de lui dès l’âge de 11 ans.

« Des centaines d’enfants “détectés” par Barry »

« Pendant plus de vingt ans, pour de nombreuses raisons, j’ai gardé cette épreuve secrète auprès de ma famille et de mes amis », a-t-il déclaré. Des années de souffrance qu’il a décidé de raconter dans un livre à paraître d’ici à avril. Ses révélations font suite à celles de deux autres anciens joueurs également entraînés par Barry Bennell, à Crewe Alexandra, au nord-ouest de l’Angleterre. L’ex-joueur professionnel, Andy Woodward, 43 ans, a été le premier à dévoiler son secret.

[...]

L’entraîneur tant idolâtré par ces jeunes prodiges du football anglais n’est pas inconnu de la justice. Aujourd’hui 62 ans, Barry Bennell a déjà effectué plusieurs séjours derrières les barreaux. En 1998, il est condamné à 9 ans de prison après avoir répondu de 23 accusations d’agressions sexuelles sur six enfants âgés de 9 à 15 ans. Il a également été condamné à plusieurs reprises aux États-Unis. Relâché sous caution en 2015, il résiderait désormais à Milton Keynes, en Angleterre.

Lire l’article complet sur liberation.fr

À lire, chez Kontre Kulture :

 

La conférence sur un sujet brûlant :

Des révélations en cascades, sur E&R :

 






Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1608882
    Le 25 novembre à 10:36 par laveritesijemens
    Pédocriminalité : les témoignages se multiplient dans le foot anglais

    Encore des complotistes, c’est grotesque ! La pédophilie n’existe que chez les petites gens, pas dans les hautes spheres. Slate, vite, un article !

     

    Répondre à ce message

  • #1608915

    Je vais finir par croire que les points communs, entre toutes ces victimes d’abus sexuels, c’est la stupidité génétique, ainsi que la lâcheté et le manque de dignité.

    Manque de dignité, car lorsque l’on est abusé sexuellement, on ne passe pas ce détail sous le boisseau, le temps d’accomplir, quand-même, sa carrière, pour venir dénoncer au terme de celle-ci. Lâcheté, parce que ce sont des comportements qu’il faut dénoncer illico. Pas en se levant un beau matin, 40 ans après et se dire : "Tiens, j’écrirais bien un livre, sur ce traumatisme que j’ai subi, dans ma jeunesse"

    Quand on a enduré de telles souffrances pendant autant d’années, sans réagir, on attendra bien encore un peu, sans prendre le public, qui a d’autres chats à fouetter, en otage de ses propres misères. Un peu de bon sens, merde !

     

    Répondre à ce message

    • #1609246

      Ton commentaire est affligeant.
      J’espère pour toi que tu n’auras jamais personne de ta famille qui se fassent violer, parce que si tu leurs dit ça, tu peux être sûr de les retrouver pendu ou au fin d’un lac peu de temps après.
      Sûrement un dernier signe de lacheté et de manque de dignité de leur part, merde !

       
    • #1609306

      J’imagine que tu ne travailles pas dans le médico-social ; tu n’es peut-être pas non plus le confident rêvé des gens que tu côtoies. Et j’imagine enfin que tu n’as jamais fait de mauvaises rencontres - et tant mieux pour toi, Gérard.

      Ce qui serait digne, ce serait que tu te taises au sujet de choses que tu n’as pas vécues.
      "Tu ne jugeras pas", comme on dit, même les gens aisés qui font des livres et vont peut-être gagner plein de thunes sur une souffrance de leur passé. Ça peut donner envie de gerber, mais dénoncer les pédophiles, même des décennies plus tard, n’est jamais du temps perdu (même si le sujet, qui en appelle directement aux émotions et à notre cerveau reptilien - pas à notre cortex - se prête en puissance à beaucoup de manipulations).

      Le pire - imaginons (toujours) juste un instant que tu sois inscrit sur une liste électorale et que tu sois alors sélectionné comme juré à un procès criminel : tu pourrais te retrouver dans un procès d’assises de pédophilie.
      Est-ce que tu feras des clins d’oeil complices à l’avocat de la défense, dans une posture post-Outreau décomplexée ? (Encore sait-on enfin que les enfants n’y ont pas menti).

       
  • Libération ? C’est bien ce journal dans lequel était parue, dans les années 70, une pétition, signée par de grands intellectuels de l’époque, dont certains sont encore là, pour demander la dépénalisation de ces "pratiques". Dolto l’avait signée. Oui, oui, la psy pour enfant, la papesse française de l’éducation qui, par la suite, aurait son émission sur une grande radio périphérique...
    C’est aussi un journal où, dans les mêmes années, un certain Dugué signait des articles faisant l’apologie de la pédophilie. Je suppose qu’on doit trouver ces saloperies sur internet mais, je vous préviens, c’est à vomir.
    Dommage que l’article de Libération ne mentionne pas sa complicité de l’époque...

     

    Répondre à ce message

  • #1609082

    tiens, riolo n’a pas évoqué ce type de racaille dans son livre.

     

    Répondre à ce message