Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Qui est Pierre Maudet, chargé de la sécurité à Genève ?

Un participant de Bilderberg et admirateur des Klarsfeld

L’arrivée d’Alain Soral à Genève, le 12 novembre prochain, suscite déjà des commentaires dans la presse. Tandis qu’une conférence sur le nationalisme, prévue le 5 novembre à Lausanne, a été interdite par les autorités vaudoises, les autorités genevoises n’ont, pour l’instant, pas pris de décision formelle par rapport à l’événement du 12 novembre. L’un des plus hauts représentants de ces autorités genevoises se nomme Pierre Maudet, Conseiller d’État chargé du département de la sécurité et de l’économie. Qui se cache derrière cet homme politique ? Portrait.

 

Pierre Maudet, binational helvético-français, est né le 6 mars 1978 à Genève. Engagé depuis son très jeune âge en politique, il a gravi les échelons du conseil municipal puis du conseil administratif de la Ville de Genève, pour lequel il a officié en tant que maire entre 2011 et 2012, sous les couleurs du parti libéral-radical genevois. Il a ensuite rejoint le Conseil d’État en juin 2012 pour y être largement réélu en 2013. En charge du Département de la Sécurité et de l’Économie (DSE), il est titulaire d’une maîtrise en droit et possède également le grade de capitaine à l’armée.

 

Ses relations avec les réseaux

Dans un article du journal L’Hebdo, datant de 2011, on apprend qu’il n’est pas maçon mais qu’il apprécie « la forte émulation intellectuelle que l’on trouve chez les francs-maçons et qu’on n’observe pas forcément dans les partis ». En 2015, la presse révèle sa participation à la réunion annuelle Bilderberg. Pierre Maudet a pu notamment y côtoyer l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger, José M. Barroso, Alain Juppé ou encore le président de Fiat, John Elkann. Autres Suisses présents : l’ancien président de la BNS, Philipp Hildebrand, et l’industriel André Kudelski.

Tandis que la presse mainstream se contente de qualifier Bilderberg de « club ultra select et international fondé en 1954 qui rassemble chaque année de façon informelle environ 130 personnalités, essentiellement américaines et européennes, issues du monde de la diplomatie, des affaires, de la politique et des médias », l’essayiste franco-suisse Alain Soral utilise le terme de « maçonnerie mondialiste ». D’après Alain Soral, on assiste à un déclin de la maçonnerie traditionnelle de type IIIème République au profit de ces maçonneries au sens large qui sont des « groupes qui se réunissent en douce à côté des instances officielles » et qui ont pour nom Bilderberg, Trilatérale, CFR, etc. Ces réseaux d’influence ont probablement compris que Pierre Maudet, dirigeant d’un canton qui est une des plus grandes places financières au monde, était une personne incontournable.

 

Pierre Maudet et l’islam

Lors d’une émission de septembre 2014, consacrée à la menace terroriste islamiste, Pierre Maudet avait utilisé le terme controversé d« islamo-terroriste ». Le directeur du centre islamique de Genève, Hani Ramadan, le lui avait reproché (séquence à partir de 55’31). Le conseiller d’État s’est défendu de faire un amalgame malveillant et c’est alors que le prédicateur suisse d’origine égyptienne lui a posé la question du deux poids, deux mesures :

« Est-ce que vous parleriez de “judéo-terrorisme” en pensant à Gaza ? »

Malgré les demandes réitérées de Hani Ramadan qui exigeait une réponse à sa question, le politicien genevois a botté en touche et a réussi à éviter que sa réponse soit audible pour les téléspectateurs.

Autre affaire : dans le rapport du Groupe de travail sur la laïcité (GTL), rédigé à la demande du conseiller d’État Pierre Maudet, on découvre qu’une large partie est consacrée à l’islam. On apprend notamment que ce rapport est présidé par Jean-Noël Cuénod. Ce dernier est un journaliste qui assume son appartenance à la franc-maçonnerie. Cette personne est-elle la mieux mandatée pour effectuer un rapport objectif sur la laïcité, si l’on considère que la franc-maçonnerie est la religion de la laïcité ? En tout cas, cela ne semble pas émouvoir ou déranger son commanditaire, Pierre Maudet. Le Groupe de travail est composé de diverses personnalités laïques ou religieuses. La communauté juive est représentée par François Garaï, rabbin de la communauté israélite de Genève, tandis que la communauté musulmane semble être représentée par Zidane Mériboute, docteur en droit et en relations internationales de l’Université de Genève. Ainsi la communauté juive a le droit d’être représentée par un religieux tandis que la communauté musulmane doit se contenter d’un universitaire laïc. Encore une fois, ce deux poids, deux mesures ne semble pas déranger le moins du monde le conseiller d’État.

 

Pierre Maudet et la communauté juive organisée

C’est de notoriété publique, les dirigeants politiques à Genève entretiennent de bons rapports avec la CICAD (Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation). L’une des missions de la CICAD est notamment :

« 
- la défense de l’image d’Israël lorsqu’elle est diffamée ;
- la défense du droit à l’existence d’Israël ;
- la lutte contre l’antisémitisme déguisé en critique d’Israël ;
- les réactions lorsque des dérapages, amalgames et propos mensongers sont constatés dans le traitement de l’actualité sur le Proche-Orient. »

Le conseiller d’État Pierre Maudet ne fait pas exception à la règle et est même allé jusqu’à accorder une interview à la CICAD. L’organisation communautaire lui adressait diverses demandes, notamment en matière de sécurité.

Lors d’un discours prononcé à l’occasion de la Journée du souvenir de la Shoah, le 3 mai 2016, Pierre Maudet a exprimé son admiration pour Serge et Beate Klarsfeld :

« Le 7 mars dernier, au cours d’une soirée au GIL, j’ai eu la chance de rencontrer et d’entendre Serge et Beate Klarsfeld. Ce moment absolument incroyable laissera en moi une trace indélébile. Leur vie est une véritable page d’histoire contemporaine et leur témoignage un exemple de courage. »

Le choix du vocabulaire, empreint d’emphase, « trace indélébile », n’est pas sans rappeler le fameux « par ma femme je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël » de Manuel Valls.

Retrouvez Alain Soral et Sheikh Imran Hosein chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.