Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Une étude américaine renforce les soupçons d’un lien entre cancers et téléphonie mobile

Ce ne sont pour l’heure que des résultats partiels, mais ils sont de mauvais augure. Le National Toxicology Program (NTP) américain a mis en ligne, jeudi 26 mai au soir, la première partie d’une étude toxicologique de grande ampleur, suggérant un lien entre deux cancers rares et l’exposition à des radiofréquences de 900 MHz, modulées selon deux normes de téléphonie mobile : GSM et CDMA.

 

Les données rendues publiques mettent en avant une « incidence faible » de gliome cérébral et d’une tumeur très inhabituelle, le schwannome cardiaque, chez les rats mâles ayant été exposés à ces radiofréquences. Aucun des rats du groupe témoin n’a développé ce type de cancers.

Le NTP, un programme de recherche américain associant plusieurs agences publiques, n’a pas lésiné sur les moyens. « C’est la plus vaste étude de ce type conduite à ce jour sur le sujet  », dit le toxicologue Christopher Portier, ancien directeur adjoint du NTP. L’étude, conduite sur deux ans et demi a coûté plus de 20 millions de dollars. Les groupes d’animaux étudiés comptaient chacun 90 individus, afin de maximiser la puissance statistique des résultats.

Outre les animaux témoins (non exposés), certains groupes ont été exposés à des niveaux de rayonnement de 1,5 Watt par kilogramme (W/kg), d’autres à 3 W/kg et à 6 W/kg. Soit des niveaux d’exposition supérieurs à ceux des humains : la plupart des téléphones portables commercialisés ont un débit d’absorption spécifique (DAS) inférieur à 1 W/kg.

En outre, les rats ont été soumis à un niveau d’exposition considérable. Leur corps entier a été exposé, tout au long de leur vie, 18 heures par jour, selon un cycle régulier : 10 minutes d’exposition, suivies de 10 minutes sans exposition, etc.

 

Effet différencié en fonction du sexe

Pour les deux normes d’émissions testées (GSM et CDMA), les résultats indiquent une incidence des deux cancers qui croît globalement avec le niveau de rayonnement reçu par les animaux. La proportionnalité de l’effet dose-réponse est en particulier claire pour le schwannome. Les chercheurs du NTP notent d’ailleurs avoir « une plus grande confiance dans l’association entre radiofréquences et lésions cardiaques, qu’avec les lésions cérébrales ».

Mais, de manière surprenante, seuls les mâles sont touchés. En fonction du rayonnement reçu, le taux d’animaux développant l’une des deux pathologies varie de 1,1 % (un animal sur 90) à 6,6 % (6 animaux sur 90). Les femelles exposées dans des conditions identiques ne contractent pas ces maladies…

Lire la suite de l’article sur lemonde.fr

Sur le cancer, les risques et les études, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Nous ne disposons d’aucun recul sur les effets à moyen/long terme des ondes électromagnétiques à haute fréquence, démocratisées depuis l’avènement du WiFi et de la téléphonie mobile. On ne peut y échapper si l’on vit en ville.

    Les conséquences pourraient être dévastatrices comme elles pourraient être bénignes.

     

  • Et les recherches sur la dégradation des relations sociales, c’est pour quand ?

     

    • Mais ça ne peut pas être étudié dans le contexte actuel.

      Pour parler de dégradation , il faudrait avoir un modèle de référence, hors, c’est interdit !
      Parce que ça reviendrai a avoir une morale, des valeurs, ou un point de vue sur ce que serait des relations sociales "normales" .

      Au mieux, on pourrait sortir scientifiquement quelques chiffres, mais c’est tout.
      Après ce sont des jugements de valeur.
      Quand au "bien être" ou à la stabilité mentale/affective, c’est très subjectif aussi.


  • La justice l’a déjà validé sur plusieurs procès.


  • Encore une étude plus ou moins bidon. La 3G est bien plus nocive, pourquoi donc s’obstinent-ils à faire une étude sur la 2e génération ? Et c’est aussi avec le lancement récent de la 3G/4G que de très nombreux cas d’ électro hypersensibilité a commencé à se développer...

    Sous entendre que les femelles ne sont pas concernées c’est abject. Les ondes électro-magnétiques cassent l’ADN et donc les femmes (et jeunes filles) sont très concernées par ce problème si elles veulent avoir des enfants sains un jour. (A l’heure ou on a une recrudescence de problèmes de fertilité, il va falloir se réveiller). Quant aux mâles, le sperme est très dégradé (motilité, concentration de spermatozoïdes, etc). En gros cela nous stérilise à petit feu !

    Il y a trop de fric en jeu dans cette industrie pour que la vérité soit révélée, mais la dangerosité des ondes électromagnétiques sont connues des militaires depuis toujours ! Et la bande micro-onde n’a pas été utilisée par eux pour une raison : Trop dangereux ! Mais c’est ce qu’on met partout dans nos maisons, écoles, lieux publics (wifi, dect, et téléphonie mobile)...

    Décrochez de vos portables, c’est un conseil...