Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

2035 : le rapport catastrophiste du renseignement américain

Cyberguerre, terrorisme NBC, pandémies, pénurie d’eau, propagande...

Les projections du renseignement américain à moyen terme, qu’elles soient optimistes ou pessimistes, indiquent deux choses en creux :

1- la volonté de poursuivre la politique de domination mondiale, quitte à provoquer des conflits si la puissance américaine ne suffit plus,

2- la volonté de poursuivre la politique de contrôle social par la peur, qui devient la partie essentielle du discours et des programmes politiques, et qui permet tous les chantages sur le mode « tenez-vous tranquille, sinon ».

Le renseignement américain, pilier du pouvoir profond, n’est pas prêt de changer. Pas la peine d’imaginer 2035 : les pouvoirs se maintiennent de plus en plus contre la volonté des peuples. C’est pourquoi l’information – et son contrôle – devient vitale. Si l’Internet existe toujours, il a des chances d’être sous surveillance électronique absolue. Les hommes libres redécouvriront alors peut-être la relation humaine.

- La rédaction d’E&R -

 


 

À quoi ressemblera le monde dans vingt ans ? Pour répondre à cette question, chaque président élu américain reçoit, lors de son entrée en fonction, un rapport du National Intelligence Council (NIC), une des nombreuses branches des services de renseignement américains. Nous avons lu la dernière édition de ce rapport intitulé Global trends 2035, rendu public début janvier 2017. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les perspectives ne sont pas réjouissantes…

 

« Le risque de conflits, y compris de conflits interétatiques, va augmenter dans les vingt prochaines années  », prophétise le rapport. Les intérêts divergents entre grandes puissances, les menaces terroristes, l’instabilité des États faibles, ajoutés à « la propagation de technologies disruptives et mortelles », constituent le terreau de ces menaces belliqueuses. Afin de tuer tout résidu éventuel d’optimisme chez le lecteur, le NIC précise que si le nombre et l’intensité des conflits ont bien baissé au cours des vingt dernières années, la tendance s’inverse depuis 2011.

 

 

Cyberguerre et guerre spatiale

La nature des conflits va également changer. Les groupes non-étatiques – insurgés, activistes, terroristes, gangs criminels – vont continuer à accroître leurs capacités d’action et leur rôle dans les conflits à venir. Et l’accès de plus en plus facile à des armes de haute technologie (missiles sol-air, drones, missiles anti-tank portables, etc.) renforce leur capacité de nuisance.

Autre tendance qui devrait se confirmer, celle de la «  guerre à distance ». Le développement rapide d’armes robotiques, téléguidées et de haute précision, ainsi que les cyberattaques, ont en commun de nuire à l’adversaire sans mettre en danger des vies humaines. La guerre déshumanisée (en tout cas du point de vue de l’assaillant) devrait donc devenir la norme. La guerre pourrait également s’étendre à l’espace où « le déploiement de technologies antisatellites destinées à mettre hors d’usage ou détruire des satellites pourrait intensifier les tensions mondiales ».

 

 

L’effondrement d’États faibles pourrait mettre à disposition de groupes terroristes des armes de destruction massive, notamment biologiques

Pour compléter le tableau, les risques liés aux armes de destruction massive devraient aussi augmenter, estime le NIC. La prolifération nucléaire risque de s’accentuer, notamment dans des États se sentant menacés par les programmes nucléaires nord-coréen et iranien. L’effondrement d’États faibles pourrait aussi mettre à disposition des groupes terroristes des armes de destruction massive, notamment biologiques.

 

 

Haro sur les gouvernants

En matière de politique intérieure, « gouverner va être de plus en plus difficile », prévient le NIC. Le divorce entre les populations et leurs dirigeants va s’accentuer dans les prochaines décennies. La capacité d’action limitée d’Etats aux marges de manœuvre fiscales réduites va accentuer l’insatisfaction et la défiance des citoyens. L’emploi continuera notamment d’être une source d’inquiétude pour ces derniers. Les services de renseignement américains reprennent aussi les éléments d’analyse classiques de nombreux prospectivistes : la robotique, l’automatisation, l’intelligence artificielle, l’Internet des objets, la blokchain, les nouvelles énergies et les biotechnologies – en gros tout ce qu’Usbek & Rica passe son temps à décortiquer – devraient complètement bouleverser le marché du travail, les systèmes de santé, l’énergie, les transports et l’économie dans son ensemble.

[...]

La moitié de la population mondiale fera également face à des pénuries d’eau potable en 2035 et la dégradation des sols va s’accélérer

La montée du niveau des mers, l’acidification des océans, la fonte des glaciers et du permafrost, la dégradation de la qualité de l’air « vont changer la façon et les lieux où vont vivre les gens  ». En 2035, la pollution atmosphérique devrait être la première cause de mortalité environnementale. La moitié de la population mondiale fera également face à des pénuries d’eau potable à cette date, et la dégradation des sols, qui concerne déjà plus du tiers des terres mondiales, va s’accélérer et dégrader la productivité agricole dans les années à venir. Pour finir, le réchauffement climatique va accélérer les pertes de biodiversité, affectant notamment les forêts, les zones de pêche, les zones humides et les coraux.

[...]

Le monde est-il donc condamné au chaos ? Pas forcément, admet le NIC, qui imagine trois scénarios pour l’organisation du monde dans le futur, selon la façon qu’auront les pays de réagir face à tous ces enjeux.

 

Scénario 1 : Un monde d’îles retranchées

Dès 2028, le protectionnisme s’est généralisé sur le globe. Des murs se sont dressés partout autour d’États inquiets et sur la défensive face aux vagues migratoires, à la prolifération de la menace terroriste et aux changements climatiques. Le commerce mondial comme le voyage ont largement reculé, surtout depuis la pandémie mondiale de 2023. La croissance est faible, voire inexistante, et la planète segmentée, démondialisée.

JPEG - 289.3 ko
Dans les années 2020, la peur, les migrants et le terrorisme ont fait pousser des murs partout sur le globe. Comme celui-ci, qui séparait déjà en 2011 des colonies israéliennes et un camp de réfugié palestinien

Lire l’article dans son intégralité sur usbeketrica.com

À lire chez Kontre Kulture :

Quelques renseignements sur le renseignement américain, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1652801

    A les entendre seule la mondialisation et le métissage pourront nous sauver.
    A se demander comment on a pu arriver jusque là sains saufs alors que nous vivions "retranchés" derrière nos frontières à toutes les époques et de tous temps.
    Métissons nous et n’oublions pas :
    1/ la guerre c’est la paix
    2/ la liberté c"est l"esclavage
    3/ l’ignorance c’est la force

     

    • #1653159

      On appelle cela le gauchisme, la logique de ce courant de "pensée" consiste à dire que les idéologies à la mode dans les cercles intellectuels sauveront le monde même si la réalité montre le contraire, après tout on parle là des héritiers de Trotsky, de l’école de Francfort ou de la nouvelle gauche américaine.


  • Je me vois déjà défendant ma chaumière normande et son lopin de terre cultivable, façon fort Alamo, face aux hordes de migrants, terroristes, antifas et autres ravageurs. Ça va être grandiose !

     

  • #1652820

    La question est : sont-ce des études prospectives par extrapolation de tendances réellement existantes ou des options stratégiques afin "d’influencer" le monde ?

    Quand je dis "influencer", car on parle bien de "renseignement américain", il faut comprendre infuser/diffuser le chaos afin d’aplanir et réduire les situations, pour en retirer un nombres limités de scénarios et ainsi produire des réponses/contrôles adaptés, le plus proche possible du temps réel.

    Mais ce que je dis, maladroitement, est très bien expliqué dans le livre "Gouverner par le chaos" ou les conférences de Lucien Cerise.

     

    • C’est ce qu’on appelles des « prévisions autoréalisatrices » : on fait tout pour que ce l’on prévoit arrive, surtout si ça va dans le sens de répandre le chaos partout dans le monde, sauf dans certains « sanctuaires » bien préservés...


  • Intéressant, mais s’agit-il de prévision ou de projet ? Le Pentagone avait prévu l’Etat Islamique bien avant sa création... Prédire des guerres alors qu’on fait tout pour qu’elles adviennent est très fort !
    S’agit-il de répandre la peur ? C’est une puissante arme de gouvernement...
    Heureusement, les prédictions oublient les "cygnes noirs" et la liberté humaine. Liberté que nous devrons défendre tant il est vrai que ceux qui nous gouvernent ont nettement tendance à pencher vers l’arbitraire...


  • on cherche encore les graffiti montrant obama embrasser un saoud hahaha


  • Chouette programme de réjouissance pour les 20 prochaines années. Moi qui m’inquiète pour les études des enfants et le financement de la retraite.... Merci Uncle Sam de m’aider à relativiser mes angoisses...

     

    • Alors ça c’est typiquement la mentalité mondaine du citoyen moyen. Bien naïf qui pourrait croire que l’on continuera à vivre de confort, d’amour et d’eau fraîche.
      Regardez ce qu’il se passe en Ukraine le déploiement militaire de l’OTAN et des USA.
      Les attentats un peu partout...


  • Je dis depuis toujours que le communisme aurait pu sauver le monde, mais on va droit vers Mad Max et le retour de la loi du plus fort. Il ne faudra pas avoir de biens ni même des enfants ou une femme à cette époque là. Conan le barbare sera à l’affût de tout !!! Dommage que personne ne veuille lire ou comprendre Marx et Engels ... ou les 10 commandements ou le Coran !


  • Les frontières, dans un pays ,ont une signification. C’est une porte pour
    entrer ou sortir d’un pays .Soit on vous en donne l’autorisation soit-on
    vous refuse.C’est simple. Quand on veut émigrer dans un pays ,on
    commence par s’intégrer à la population , respecter les règles tout en
    apportant sa contribution et son savoir-faire afin d’augmenter la
    richesse du pays qui vous a accueillie. Si ce n’est pas le cas ,il n’y a
    qu’une solution , en partir. Il n’y a rien de raciste ,mais tout
    simplement du respect .Une immigration respectueuse et respectée ,ne
    peut que fonctionner. Quand il s’agit d’asile ,le moindre respect ,c’est
    au moins de demander .En France ,on ne demande rien ,on se sert et on
    s’impose,et on vous traite de raciste .C’est la le malheur .


  • #1653538

    A ce jour il existe un autre type armée , l’armée spatiale , les USA en dispose , les russes voir mais cela mérite des verifications la chine.
    Des engins volants sans bruits ? leur constructions date des années 90 , ils fonctionnes au nucléaire , ces avions prototypes au nucléaire date des années 70.