Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

28 avril 1945 : la mort de Mussolini

Quelques rappels historiques sur le fascisme et l’Allemagne nazie

Exécuté il y a 70 ans, Benito Mussolini a marqué l’histoire de l’Italie du XXème siècle en y instaurant le fascisme. N’en déplaise aux nostalgiques de toute sorte comme aux antifascistes, qui croient voir la renaissance de ce mouvement à chaque instant, le mouvement fasciste est propre à l’Italie de l’entre-deux-guerres et appartient irrémédiablement à l’histoire.

Souvent assimilé au nazisme dans l’inconscient collectif, le mouvement fasciste n’a pourtant mené qu’à un nombre infime d’exécutions politiques avant la Seconde Guerre mondiale contrairement aux autres grandes idéologies de la même époque que sont le communisme et le nazisme. Quant à l’antisémitisme racial, il est absent de l’idéologie fasciste. Mussolini eut d’ailleurs pour maitresse Margherita Sarfati, issue d’une riche famille juive vénitienne, qui l’a beaucoup influencé intellectuellement et politiquement. Les déportations de juifs italiens n’auront lieu qu’à partir de 1943, sous l’occupation allemande.

Contrairement à Hitler, qui ne faisait qu’un avec le parti national-socialiste allemand, Mussolini n’a jamais entretenu un tel lien avec le parti fasciste. Ce dernier est la traduction politique du squadrisme, mouvement paramilitaire né dans le début des années 1920 par opposition au communisme. Si Mussolini partage avec les membres du parti fasciste une foi indéfectible en le pouvoir de la volonté, le leader italien est convaincu que ces hommes manquent de sens politique et n’ont pas les compétences nécessaires à la direction du pays.

Cette relation ambiguë entre Mussolini et son parti a perduré jusqu’au 25 juillet 1943. Ce jour-là, le Grand Conseil fasciste renverse Mussolini. Le roi le fait alors arrêter. La chute de Mussolini est essentiellement liée aux défaites militaires que subissent les puissances de l’Axe (Italie, Allemagne, Japon). L’alliance tragique de l’Italie fasciste avec l’Allemagne nazie n’était pourtant pas une évidence. En effet, dans un premier temps, Mussolini est davantage proche de la France et de l’Angleterre, avec qui il forme le « front Stresa » en avril 1935, lors de la conférence du même nom. Ce rapprochement des trois puissances était motivé par l’opposition au IIIème Reich, qui venait de rétablir la conscription en Allemagne. Winston Churchill a également fait part de son admiration pour le Duce dès les années 1920. Mais, soucieux d’entretenir l’élan qui l’a mené au pouvoir et grisé par ses utopies impérialistes, Mussolini entame en 1935 la conquête de l’Éthiopie. Cette entreprise marque la fin de l’entente entre l’Italie mussolinienne et les puissances d’Europe de l’Ouest, qui condamnent ces velléités coloniales. Le leader italien se rapproche alors de l’Allemagne hitlérienne.

Nazisme allemand et fascisme italien sont donc des alliés de circonstance, le second soutenant le premier dans sa démesure expansionniste. S’ils partagent notamment leur autoritarisme et le fait d’être des mouvements paramilitaires directement issus de la Première Guerre mondiale, ces deux idéologies se distinguent sur d’autres points essentiels. Pour le fascisme, le progrès doit venir de la primauté de l’État, tandis que l’analyse du national-socialisme hitlérien est essentiellement fondée sur la primauté de l’appartenance raciale.

Après son arrestation en 1943, Mussolini est libéré par des commandos SS. Il appelle alors ses partisans à la résistance et fonde la République sociale italienne, soutenue par les Allemands, tandis que le régime officiel italien a déclaré la guerre à l’Allemagne. Cette guerre civile aboutit à l’arrestation de Mussolini en avril 1945. Le Comité de libération nationale, composé d’une très large coalition de partis, décide l’exécution du Duce. Celui-ci est fusillé le 28 avril 1945.

Sur les enjeux politiques italiens contemporains, chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1172105
    le 28/04/2015 par Clio
    28 avril 1945 : la mort de Mussolini

    Walter Audisio, le "communiste" qui commandait le groupe qui a assassiné Mussolini et sa maîtresse, a été élu député aux élections législatives de la République Italienne en 1948 : là les macars ont fait fort, en France on n’aurait peut-être pas osé .


  • #1172113
    le 28/04/2015 par titi
    28 avril 1945 : la mort de Mussolini

    Avant Mussolini on disait de l’Italie qu’elle était "la plus grande des petites puissances", avec Mussolini on disait que l’Italie était devenue "la plus petite des grandes puissances"...


  • #1172126
    le 28/04/2015 par toto
    28 avril 1945 : la mort de Mussolini

    Durant l’été 1939 et jusqu’au printemps 40, autour de Mussolini certains, comme Ciano, son gendre et ministre des affaires étrangères, étaient des pacifistes convaincus qui ne voulaient pas suivre Hitler dans sa belle aventure... Mais le Duce leur ferma la bouche en leur disant : " Non siamo puttane ! "


  • #1172133
    le 28/04/2015 par Marko
    28 avril 1945 : la mort de Mussolini

    Merci E&R pour cet article faisant bien la différence entre le fascisme et le nazisme. Mussolini fut arrêté alors qu’il fuyait vers la Suisse, et exécuté par des partisans communistes. Après l’exposition ignoble de son corps à Milan, il fut enterré par des sympathisants fascistes en lieu sûr. Gloire à toi Duce, je te salue le bras tendu !

     

    • #1172352
      le 28/04/2015 par Aglagla
      28 avril 1945 : la mort de Mussolini

      Ben moi je le salue les doigts dans le nez.
      Comme tous ces "grands" hommes de l’ère moderne qui ne sont que des pantins fabriqués pour l’occasion et manipulés par des intérêts au delà de la nation et du peuple. Ce clown n’aura fait illusion que quelque temps, avec un certain succès, il faut admettre, histoire pour cette Italie toujours à la dérive de se redresser et partir en conquête de quelques colonies, puis revenir et faire ses prières à l’église.
      Si, il aura fait une chose positive, c’est avoir contenu la mafia, bien plus dangereuse que vos communistes tant crachés, mais vous semblez l’ignorer ou l’accepter sans problème.

      Pour le reste, pendu, troué, traîné, ce ne sont là que quelques avatars du fanatisme courant, c’est à dire le comportement des foules d’où personne ne fait dépasser sa tête.


    • #1173862
      le 30/04/2015 par 3888
      28 avril 1945 : la mort de Mussolini

      Outre que Mussolini n’était pas un clown (au moins aussi impressionnant que Clemenceau, et bien moins manipulé que lui), l’idéal d’égalité communiste était porté par des élites étrangères au sentiment national ("sozial denken", comme disait Céline dans Bagatelles) qui les écartait du peuple au point d’en faire, souvent, une mafia paranoïaque. En 1939, il y avait 21 000 détenus dans les camps du IIIe Reich, mais 1 670 000 dans ceux de l’U.R.S.S. ...


  • #1172137
    le 28/04/2015 par Paul
    28 avril 1945 : la mort de Mussolini

    Quand il était médecin missionné par la SDN, Céline a rencontré Mussolini ; la seule chose qu’il en aie dite c’est "qu’il était pour la terrasse" . Ah j’oubliais : il a aussi engueulé Malaparte qui était venu le visiter à Meudon en lui reprochant d’avoir abandonné le grand homme .


  • #1172174
    le 28/04/2015 par Robin
    28 avril 1945 : la mort de Mussolini

    N’oublions pas la fin : fusillé puis pendu à un croc de boucher pour être soumis à la haine de la foule qui le glorifiait juste avant sa défaite.
    Je pense qu’il faudrait aussi parler de l’injustice faite au fascisme : celle de l’associer à la violence politique. À cette époque, si les fascistes (et les nationaux-socialistes en Allemagne) s’étaient montrés faibles comme les partis politiques traditionnels, c’eût été les communistes, eux-même très violents, qui auraient pris le pouvoir. La violence était donc de circonstance face à des adversaires armés jusqu’aux dents.

     

    • #1172339
      le 28/04/2015 par manganello
      28 avril 1945 : la mort de Mussolini

      Exact . Les fascistes ont seulement tapé plus fort que les communistes, c’est pour cela qu’ils ont emporté le ballon . Et puis en Italie comme en Allemagne, ils ne voulaient surtout pas connaître ce que subissaient les Russes, le "communisme" à la sauce talmudique .


    • #1172353
      le 28/04/2015 par .voronine
      28 avril 1945 : la mort de Mussolini

      Comme en ESPAGNE,en ALLEMAGNE , en ITALIE Le parti fasciste n’a fait que s’opposer aux communistes qui menaçaient de prendre le pouvoir .Les meilleurs ont gagné, c’est la loi du sport !


    • #1172386

      Certains individus parviennent a condenser un tel quantum de haine qu’ils finissent là où tout le monde veut les voir, ceux-là ont payé, ce ne sont ni les premiers ni les derniers. En fait personne ne devrait jamais oublier comment peut finir l’existence de quelqu’un qui a outrepassé les limites. Personne n’est à l’abri d’une telle fin.


    • #1172823
      le 29/04/2015 par Robin
      28 avril 1945 : la mort de Mussolini

      Les masses vont là où on leur dit d’aller. Elles étaient hystériques sous le fascisme et le haïssaient à l’arrivé des amerdicains, comme en France. Et puis ne dit-on pas que les meilleurs partent les premiers ?


  • #1172323
    le 28/04/2015 par anti ce mythe
    28 avril 1945 : la mort de Mussolini

    Bonnne analyse, j’ajouterai à cela que Mussolini est encore tres populaire en Sicile, vu qu’il a débarrassé cette ile de la Mafia durant son régne, une partie d’entre elle a pu s’enfuir vers New York, l’autre emprisonnée qui fut libérée à la fin de la guerre, malheureusement...


  • #1172411
    le 28/04/2015 par 3888
    28 avril 1945 : la mort de Mussolini

    Mussolini eut quatre maîtresses juives, dont Anghelika Balabanova, révolutionnaire d’un certain renom ; il fut, lorsqu’il était un agitateur révolutionnaire, admiré par Lénine.

    L’impérialisme ne me semble pas être le terme adéquat pour désigner la politique du IIIe Reich. Très longue discussion sur ce thème, où j’explique ce que je crois être vrai, sous le tout premier message de cette page-ci :

    http://www.egaliteetreconciliation....

    ...S’il y a des amateurs pour reprendre la discussion avec le grand entêté que je suis...


  • #1172469
    le 28/04/2015 par Mich
    28 avril 1945 : la mort de Mussolini

    Ce que je trouve curieux, c’est qu’il n’y a pas plus d’enquêtes sur les liens entre le fascisme et la franc-maçonnerie. Suivez mon regard : Matteotti allait révéler ces liens avant de se faire assassiner. Autrement dit, le fascisme est une création de la franc-maçonnerie qui aurait échappé, plus ou moins, à son contrôle. Sinon pourquoi le fasce, d’où tire son nom le fascisme, est aussi affiché comme symbole de la franc-maçonnerie (il apparaît par exemple dans la DDHC) ? Sinon pourquoi P2 a eu une si grande influence dans les milieux d’extrême-droite ? Le piège est parfait...

     

  • #1172617
    le 29/04/2015 par Adam
    28 avril 1945 : la mort de Mussolini

    J’ai souvent remarqué que les Israélites éprouvent autant de haine pour Mussolini que pour Hitler, alors qu’l n’est pas accusé de génocide - à moins que...