Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

À cœur tout vert : épisode 1, partie 2

Par Azim

Azim, contributeur des dessins de la semaine et auteur aux éditions Kontre Kulture, vient d’acquérir une maison et un terrain, et fait part de son expérience de retour à la terre.

 

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1217703

    Je réitère ici : bravo et merci, Azim, pour tout ce travail dont tu nous donnes les ficelles.


  • #1217723
    le 29/06/2015 par co-voiturage commercial
    À cœur tout vert : épisode 1, partie 2

    Le retour à la terre c’est respirer. L’ air est tellement pollué dans les grandes villes...


  • #1217740

    Bonjour azim c’est sympas de voir ce qu’une petite famille peut abattre comme travail au fil du temps, vu que ta surface a l’air assez vaste pourquoi ne pas faire l’acquisition d’un mulet pour déplacer charges et autres encombrant

     

    • #1218427

      Pourquoi pas. Mais je souhaite éviter les contraintes liées aux vétérinaires (coût, réglementation). De mémoire, il faut 5 000m² pour un cheval pour se nourrir correctement. Et comme je veux garder de la surface pour moi et du fourrage pour les animaux... Par contre, un petit mouton Ouessant et une chèvre naine pour la tonte et débroussaillage, c’est possible... quand j’aurais les finances pour acheter une clôture de 2m.


    • #1218680

      OK merci de ta réponse c’est très sympas, continue comme cela, ma famille est originaire de province mais je vis en banlieue parisienne, cité (j’ai la double culture) on sent la fin approcher, dur dur de concilier vie, travail et aspiration d’un retour pour une hygiène de vie m’enfin...


  • #1217790

    J’attends avec impatience ta vidéo sur les lapins.
    J’ai étudié moi même la possibilité de le faire mais j’ai abandonné l’idée à force de lire qu’il fallait les tenir séparé dans des clapiers individuels, et l’élevage concentrationnaire me débecte.
    Ton enclos a l’air sympa.
    Bonne continuation


  • #1217819

    Merci pour ces vidéos Azim, ça donne envie... Je te souhaite bien du courage et continuerai a suivre tes aventures avec plaisir.
    ps : aurais tu des ouvrages/ sites web dont tu te sers a conseiller ?


  • #1217837
    le 29/06/2015 par paix et paix
    À cœur tout vert : épisode 1, partie 2

    Renseignez vous sur les poutres sncf utilisées mais je crois que ce sont des horreurs hyper cancérigènes


  • #1217851
    le 29/06/2015 par savonarole
    À cœur tout vert : épisode 1, partie 2

    Super Monsieur Azim.
    Tu fais rèver.


  • #1217938
    le 29/06/2015 par toujoursplus
    À cœur tout vert : épisode 1, partie 2

    Bravo Azim, que j’aimerais avoir les moyens pour en faire autant ! Ah la droit de propriete...


  • #1217953
    le 29/06/2015 par Sous-Citoyen
    À cœur tout vert : épisode 1, partie 2

    Merci pour ce retour d’expérience et quelle chance d’avoir un aussi beau terrain. L’ail contre le mildiou, je ne sais pas trop si ça marche par contre après un passage pluvieux tu peux vaporiser sur les plants de tomate une solution à base de bicarbonate et de savon noir (1 cuillère à café de chaque par litre d’eau), je l’ai essayé sur des plants de tomates qu’un ami cultive classiquement en coupant les gourmands et je pense que cela fonctionne car il est le seul à ne pas avoir eu de tomates abimées après périodes alternants pluies et chaleur. Dans mon propre potager je cultive les tomates en cage sans couper les gourmands, C’est très productif et plus résistant au maladie à condition d’avoir bien nourri son sol, je ne fais aucun traitement préventif comme la bouillie bordelaise qui s’avère être un poison pour la vie du sol. Sinon cultiver les tomates sous abris dans les régions pluvieuses ou ne pas s’obstiner à cultiver des légumes qui ne sont pas adaptés au climat de son terroir ou préférer une variété très hâtive.

    J’ai la chance de vivre dans le sud, bien qu’actuellement les température sont caniculaires. Les légumes que je cultive ne sont peut-être pas adaptés à ton climat. Toutefois voilà quelques idées d’associations qui marchent très bien chez moi. (je fais la plupart de mes semis et mes planches de culture font 6m x 1.20m alignées à peu près Nord-Est/Sud-Ouest).

    Planche des tomates : 6 plants de tomate espacé d’un mètre, il y a du basilic entre les tomates ainsi que du persil planté côté nord, donc caché du soleil brulant de l’après-midi, puis sur toute la bordure de la planche il y a des œillets d’inde plantés tout les 30 cm.

    Planche aubergine poivrons : 12 pieds de chaque espacés de 50 cm sur la ligne (un côté aubergines et un côté poivrons), à l’ombre de ces plants pousse de la laitue.

    Planche concombre haricots verts : Sur un sol bien nourris je mets que 6 pieds de concombre alignés au centre de la planche de culture tuteuré sur grillage. les concombres sont au milieu des haricotes semés en poquet .

    Planche des courgettes : 6 pieds de courgettes uniquement espacés de 1m car toujours sur sol bien nourrit c’est envahissant.

    Planche des oignons : une planche dédiée uniquement aux oignons.

    etc..

    Je fais aussi le reste de l’année radis, navet, carottes, betteraves, choux, poireaux, fèves,pois que des légumes dont je maitrise la culture et que nous consommons, tout ça dans mon petit potager agro-écologique de 120m2.


  • #1217954
    le 29/06/2015 par Sous-Citoyen
    À cœur tout vert : épisode 1, partie 2

    Suite :

    Je fais mes purins avec ce que je trouve près de chez (prêle et ortie) ainsi que mon compost avec les déchets de cuisine, du jardin et du crottin de cheval. Je sème des engrais vert si une planche reste libre (phacèlie, moutarde ou une céréale). Mon potager est paillé en permanence avec du foin en général et de la tonte de gazon.

    Il faut aussi mettre des aromatiques vivaces qui font fuir les insectes indésirables.

    Ne pas hésiter à faire une petite pépinière, la mienne fait que 1.20 X 1.20 et c’est suffisant, c’est vraiment pratique et ça évite d’encombrer la maison avec des godets un peu partout.

    Le revers de la médaille c’est que ça prend du temps, je passe une heure par jour dans mon potager pour arroser, récolter, observer et parfois plus le week-end pour repiquer les plants ect... Avec l’expérience ça va vite par la suite.

    Les enfants imitent leur père et créent leur propre jardin.

    C’est une passion nourricière, j’ai appris seul et fais mes propres expériences, j’ai appris comme jamais et suis assez fier du résultat. Fier de voir mes enfants poter à leur bouche des légumes vraiment nourrissant que j’ai produit.


  • #1218026
    le 30/06/2015 par tom joad
    À cœur tout vert : épisode 1, partie 2

    bravo Azim ! j’aime ta démarche !! tu offres à tes gosses une qualité de vie inestimable !!

    c’est une vidéo inspirante et respirante !!

    Je suis dans la même optique de rupture progressive.
    Pour cet hiver je compte installer des serres d’hiver ou châssis, en bois imputrescible et fermeture en polycarbonate.
    50cm de haut d’un côté 30cm d l’autre sur 2 ou 3ml de longet 1ml de large orientée sud.
    la hauteur réduites évite les deperditions de chaleur. L’erreur serait d’avoir des serres d’hiver aussi hautes que des serres d’été.
    je vais excaver 20cm de terre pour y restructurer le sol avec des branches mortes qui serviront à retenir l’humidité sous les cultures.

    voila pour moi l’essentiel à réaliser afin d’avoir des légumes cet hiver et démarrer les cultures plus tôt au printemps..

    je me penche aussi sur la culture des légumes vivaces en ce moment. Il ya des variétés incroyables !

    ciao.
    T.Joad


  • #1218048

    Salutations Mr Azim. Je ne peux m’empêcher de vous poser cette question : comment faites-vous contre les escargots ?

     

  • #1218216

    au moins un qui a réussi à se sauver !


  • #1218231

    Très inspirant.

    Je suis dans la même optique, mais moins "radical". J’aime beaucoup mon activité actuelle et n’ai pas envie d’arrêter. Or j’ai l’impression que de gérer les vergers, les poules, les lapins, les enclos, le fumier, les serres, la paille est un boulot à temps complet.

    J’étais plus dans le potager, un peu comme mes parents, et quelques poules. Pour éduquer les enfants et manger de bonnes salades.

    Azim si tu nous lis :

    1. Combien de temps par semaine (en moyenne) passes-tu dans ton activité paysanne ?
    2. Comment parviens-tu à concilier cette activité paysanne avec ton activité professionnelle ?
    3. Que fais ton épouse ?

    Encore félicitation.

     

    • #1218423

      Merci ;)

      Je ne compte pas non plus arrêter mon activité professionnelle. Le projet ne serait pas viable. Je suis à 80% salarié dans le domaine médical. Je compte faire une vidéo sur ces questions bientôt mais pour te répondre :

      QUESTION 01
      - Je passe au moins 1 demi heure par jour (notamment l’hiver) pour nourrir le cheptel même s’ils peuvent se passer de nourriture et se débrouiller seul un ou deux jours si besoin avec abreuvoir plein et mangeoires pleines.

      - Dès les beaux jours, je peux y passer une, deux voir trois heures le soir dès 18h avec grand plaisir. Hier soir par exemple on est resté avec mon fils jusque tard pour ramasser les cerises. On peut arrsoer un peu dans la serre, changer la paille des poules, des trucs simple.

      - Par contre, j’essaie de passer un maximum de temps du vendredi matin 5h jusque dimanche tard si le temps le permet. Je peux œuvrer 4, 5, 6 ou 8 heures dans une journée de weekend et ce plusieurs jours. Je ne pars pas en vacances et je ne regarde pas la télé. Ca laisse donc du temps pour la fermette.

      - Etre dans mon jardin est devenu une vraie raison de vivre et d’espérer un peu. De faire autre chose que d’être sur un ordinateur et de se couper un peu de ce monde qui devient inquiétant.

      QUESTION 02/03
      Comme j’ai une activité d’infographiste et d’illustrateur en complément, je profite des jours ou il pleut, ou il fait froid, sombre etc... (sauf dead line). Je dois gagner 1350€/1400mois en tout. Ma femme est en congé parental et touche elle 700€ jusque décembre (fin). En janvier 2016 elle reprend un 80% à 1 250,00€/mois. On a donc 2650€ (environ) desquels il faudra déduire au moins 800 (emprunt maison + taxes). Reste 1800 € pour 4 personnes dont 900 € de frais mensuels incompressibles (EDF, gaz, bois, carburant, voiture, assurances etc...). L’idée c’est de diminuer la partie coût de nourriture (sans rêver de devenir autonomes) en faisant pas mal de choses nous même...


    • #1218948

      @Azim
      Merci beaucoup pour la réponse ! Vous êtes vraiment très généreux, votre épouse a de la chance.
      Nos situations se ressemblent beaucoup. Vous êtes très motivant.
      Bonne continuation, d’ici quelques années nous échangerons nos graines de légumes ;)


  • #1218359
    le 30/06/2015 par Benjamin
    À cœur tout vert : épisode 1, partie 2

    Bravo pour cette vidéo !
    Vivement la suite !


  • #1218467
    le 30/06/2015 par Heureux qui, comme Ulysse...
    À cœur tout vert : épisode 1, partie 2

    Là, on est loin de l’écologisme bobo des émasculés du Marais ! Et avec la saine humilité qui va bien en plus face à la nature.
    Ce qui est en revanche symptomatique de notre (triste) époque est que cette "aventure" ne devrait interpeler personne car les savoirs dont il est question étaient encore une évidence pour tous quelques décennies en arrière...
    Bravo en tout cas, si cela peut susciter une prise de conscience sur notre bien réelle misère culturelle et intellectuelle, c’est tout bénéfice !
    C’est là que l’on mesure la différence entre l’état d’intelligence et la fonction intellectuelle. Cela emmerde l’élite véritable de vider un poulet mais elle saura le faire pour survivre quand les imposteurs et autres experts de mes c... abonnés des plateaux TV crèveront la gueule ouverte faute de ne plus trouver auprès de leurs maîtres de quoi remplir le frigo !


  • #1218810

    Bravo beaucoup de travail a été fait.

    J’aime bien le style pragmatique, parfois je m’y reconnais, notamment avec les outils suspendus aux arbres.
    Tu rappelles bien qu’il faut faire au max avec ce qui est sous la main.
    Pour le tout outils manuels, je suis d’accord ça permet des efforts utiles, mais faire des buttes à la pelles surtout hautes, c’est un travail d’Hercule !

    Y a des trucs qui me font penser que tu te casses la tête pour pas grand choses :
    * bacs à tomates, pourquoi pas commencer doucement par un simple auvent bricolé ?
    * projet brouette, bah en guettant bien tu en trouves une bonne à 30 euros !

    L’urgent est plus du coté du parc à volailles en plus ça à l’air de t’intéresser.
    Beau boulot sur l’enclos de la lapine !


  • #1219303

    Excellente initiative. Autonomie, indépendance, travail, vertu, humilité. Combos gagnants.
    Petite question, quel est le titre de l’instru à partir de 16min44 en fin de vidéo ?


  • #1219563

    Bravo en tout cas !

    Ca fait un moment qu’avec ma femme ( et mes trois garçons ) nous pensons nous établir dans un projet semblable.
    Comme beaucoup de commentaires le disent ( et même si on a pas mal vadrouillé et était voir des gens qui ont réalisé ce genre de projets ), ca fait du bien de voir qu’avec du courage et de la volonté d’autres y arrivent aussi ! :)

    Nous sommes d’ailleurs pas loin de commencer notre aventure vers l’autonomie. Mon beau-père est en effet déjà autonome en tout ce qui concerne énergie et eau et nous allons nous installer chez lui ( nous avons construit une habitation secondaire en bois et matériaux de récupération ) dans l’optique d’économiser un maximum dans l’alimentation avec mise en place d’un grand potager ( 100 m² pour commencer ) et pourquoi pas des poules par la suite.

    Si nous pouvons nous aimerions acheter un terrain bien à nous avec l’envie d’éliminer comme tu le dis Azim les frais incompressibles, tels que l’électricité et l’eau ( plus compliquer mais pas du tout impossible ). Bien sur ces installations ont un coût et il faudra du temps pour obtenir les économies nécessaires !

    Merci de partager ton expérience, cela aide tout le monde c’est certain, donne des idées pour la suite !

    L’important c’est d’arriver à concilier travail salarié et travail pour la famille, qui peut comme c’est ton cas se pratiquer tous ensembles, les enfants sont toujours ravis :)

    Petite question : tu étais déjà bricoleur avant ton projet ? Avais tu des connaissances particulières en ce qui concerne potager, jardin, etc ? Ou as tu appris sur le tas ?

    Bien à vous

     

    • #1219759

      Merci pour ton commentaire.

      Petit j’étais toujours au jardin avec ma grand-mère l’été. Elle était autonome en légume et je la voyais tuer et préparer les lapins et les poulets, ramasser ses oeufs etc... Elle vivait dans un petit village dans lequel il y avait encore quelques fermes à l’ancienne. Avec des cochons, des poulets dans la coure, des veaux, de vaches, des hangars de paille squattés par des chats (des mouches dans les bols de lait aussi) etc... Mon grand père qui était menuisier, luthier et réparait les horloges (qui sonnaient chez les gens chaque heure) m’emmenait avec lui dans ces fermes. Pendant qu’il devisait et prenait deux ou trois bolées de cidre planqués avec le propriétaire derrière les tonneaux, moi, je visitait tout ça...

      Ensuite, je suis parti à Rennes 7 ans et un an à Paris avant de revenir dans ma campagne et d’y fonder un foyer.

      En couple et avec ma femme enceinte nous sommes tombé amoureux de la maison dans laquelle nous vivons et que j’ai rénovée entièrement avec mon père (et des coups de mains d’amis et de famille de temps en temps) pendant trois ans.

      Les trois ans qui ont suivi, j’ai commencé mon élevage de poules et a jardiner doucement. Mais durant cette période j’avais 3 "jobs" ce qui ne me laissait vraiment pas de temps.

      Depuis mars 2014, je suis libéré de mon mandat d’élu et je pars donc dans cette nouvelle aventure !

      Bon courage à toi pour tes projets... Plus nous serons nombreux et par l’exemplarité, nous arriverons peut être a changer un tout petit peu l’orientation des choses qui viennent.


  • #1231579
    le 18/07/2015 par Phil4478
    À cœur tout vert : épisode 1, partie 2

    Bravo Azim j ai le même état d ’esprit et pratique la permaculture avec animaux "utilitaires".
    J’aspire à acheter en normandie pour avoir plus de surface ...
    Connais tu la ferme du Bec Hellouin qui à pousser l ’autonomie au max ?
    Toi tu es dans quel secteur ?

    (adherent)


Afficher les commentaires suivants