Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

A qui le tour ?

Analyse du premier tour de la présidentielle par Alain Soral


A qui le tour ? par ERTV

 

(transcription du texte lu dans la vidéo)

 

La vérité, déprimante, c’est que même après cinq ans de mensonges et de trahisons, Sarkozy a fait un très bon score. 27% des voix pour cet escroc des Carpates, c’est bien plus que Chirac en 2002 ! Voilà la première réalité du scrutin ! Elle est là, et pas ailleurs l’explication de l’absence de Marine Le Pen au second tour.

Malgré l’évidence de la Crise et ses causes parfaitement expliquées - par moi et par d’autres - les deux champions du Système ont raflé la mise ! 28 et demi et 27%, ça en dit long sur la psychologie femelle du peuple de France. Peuple désormais composé majoritairement de salariés de bureau hermaphrodites, sodomites ! Une masse amorphe incapable de voir venir le tsunami financier et qui jouit encore paisiblement des derniers gadgets de la société de consommation : téléphones portables, écrans plats à crédit, prêt-à-porter chinois. Un vote qui en dit long sur sa double démoralisation –plus ni âme ni couilles - et sur la force des médias…

Si on regarde la carte sociale de ce premier tour : plus on est chez les riches, plus les deux de l’UMPS - Hollande aussi bien que Sarko - font des voix. Le seul candidat à y hausser aussi sa moyenne, c’est l’écologiste norvégienne ! Ce qui dit bien ce qu’est devenue l’écologie politique : du snobisme bobo anti-populaire issu des centres-villes privilégiés. Mais avec 2% récoltés dans les urnes, inutile de s’acharner…

A l’opposé, le peuple traditionnel, issu du primaire et du secondaire (agriculture, pêche, industrie) relégué, lui, loin des centres-villes, dans les banlieues hostiles et, au-delà dans les nouvelles friches sub-sub-urbaines désertées par l’emploi et les services publics, ce peuple là, lui, a tenu. Il a fait Front et voté national. Mais ces paysans, ces prolétaires, sur lesquels Karl Marx comptait déjà pour la Révolution, sont désormais minoritaires en France ; minoritaires statistiquement - les paysans sont 2%, les cols bleus 20% - et minoritaires idéologiquement.

Après ce constat plutôt accablant, parlons du 3ème homme. De ce truc monté par le Système bipartite après la claque du 21 avril pour déclasser Le Pen, et qui avait donné Bayrou en 2007. Bayrou le notable de province européocentriste qui veut payer la dette – soit le racket bancaire – est passé de mode. Dégonflée la baudruche. La crise de l’Euro étant passée par là, il a fallu en fabriquer un autre : ça devait être Merluchon, mais cette fois le coup a raté ! Au lieu d’un 18 à 10 comme en 2002 face à Le Pen père, devant la fille ça fait 11 à 18. Ça c’est la bonne nouvelle !

Parlons-en de Merluchon, la plus grosse escroquerie de ces élections. Lui le coléreux servile - deux fois sénateur - aura bénéficié de la plus grosse campagne de promotion du Système : affichage et journalistes. La mission de Merluchon ? En bon trotskiste, ramener au Capital les voix ouvrières parties au FN depuis l’éviction de Marchais, pour cause de cohérence anti-immigrationniste. Et ce avec l’aide massive de la CGT, ralliée à la CFDT de Nicole Notat, aujourd’hui présidente d’honneur du Siècle. Ça ne s’invente pas ! En réalité Merluchon - le chien qui aboie mais que ne mord pas – n’a fait qu’additionner les voix du PC, du NPA et de Lutte Ouvrière - d’où les scores catastrophiques de Poutou et Arthaud – et avec une campagne pas du tout sur la ligne Marchais. Du métissage LCR au féminisme Autain, ça n’a été que de l’anti-populaire. Bayrou c’était le terroir pour masquer Bruxelles et la Banque. Merluchon c’est la vulgarité forcée pour masquer le mépris du peuple PS. La vulgarité pour faire peuple ! Il suffit de regarder ses spots de campagnes, ses soutiens - de Gérard Miller à Paul Ariès - son public de profs crasseux et d’étudiants crétins pour comprendre qu’il n’a même pas essayé d’avoir les ouvriers. Seuls les médias ont fait semblant d’y croire… En fait d’ouvriérisme, il s’est juste appuyé sur les prébendes syndicales ! Au mieux peut-on lui concéder un ou deux points piqués à Marine chez les indécis, la privant ainsi, peut-être, de la barre symbolique des 20%. Mais s’il a gratté des voix au-delà des gauchistes, Merluchon, c’est surtout chez François Hollande. Ce qui a permis à Sarkozy de n’être pas trop distancé le soir du premier tour. A 1 point et demi seulement, ce qui le maintient symboliquement dans la course. Affaiblir Hollande et Le Pen c’était ça la mission qui a valu au Merluchon la complaisance de tous les médias de droite !

Venons en maintenant à Marine Le Pen. Là non plus pas de triomphalisme. Elle a repris les électeurs FN qui étaient partis chez Sarkozy en 2007. Ce qui est déjà beau quand on a tous les médias contre soi, et ce depuis l’élimination précoce de DSK pour préliminaires abusifs ! Un score certes réjouissant, mais pas révolutionnaire non plus : juste prometteur. Mais le prometteur, ça fait combien de temps qu’on nous le promet ? 30 ans bientôt depuis 1986 ! 30 ans que le Système, malgré une Crise qui va toujours s’aggravant, garde le contrôle et conserve la main… La petite victoire de Marine pour tous ses efforts politiquement corrects ? La réintégration du Front national dans l’Arc républicain : soit la levée de la fatwa prononcée après le « point de détail » par le B’nai B’rith… Et comme le nationalisme identitaire est devenu, entre temps, le crédo avoué d’Israël et que l’antiracisme antinationaliste n’est plus obligatoire, ça tombe à pic pour Sarkozy et la droite, qui ont cruellement besoin de passer des accords locaux avec le FN aux législatives pour sauver leurs culottes. Un Sarkozy qui peut déclarer, du coup, en Une du journal Libération : « Le Pen est compatible avec la République » sans risquer de déplaire aux Rothschild. Compatible avec la République, Marine ? A condition sans doute qu’elle renonce à s’en prendre sérieusement à la Banque et que pour répondre à la colère du peuple, elle focalise sur le musulman. Nous verrons bien… Mais sachons que c’est sur ça que spécule le Système : parier sur l’embourgeoisement, la gamelle : permettre enfin au Front d’avoir des élus en levant l’interdit des alliances et autres désistements UMP-FN, pour qu’avec la notabilité, la radicalité cesse. C’est ça le piège contenu dans la remise de peine…

Même question pour Nicolas Dupont-Aignan. Que va-t-il devenir lui qui a défié la maison mère sur la même ligne souverainiste que Le Pen fille ? Voyons déjà si l’UMP présente un candidat contre lui aux législatives : un bon moyen de vérifier s’il a dealé en douce, comme feu Philippe de Villiers, ou si c’est un combattant authentique.

Ne parlons pas de Cheminade qui était là pour rembourser ses dettes. Son souci à lui c’est la validation de ses comptes de campagne. Pour le reste, chaque fois qu’il a pointé du doigt Wall Street, les journalistes l’on traité d’antisémite ! Comme quoi ils savent aussi à quel point les deux sujets sont liés. Et s’ils le méprisent, c’est pour sa lâcheté.

Maintenant abordons le second tour. Si tout se passe comme prévu ça sera l’alternance. Le Système aime ça, l’auto-alternance c’est son hygiène, ça lui permet de respirer. Et à défaut de DSK, qui s’est pris les pieds dans sa bite, ça sera Hollande, la pâte molle au nom de plat pays. Hollande le socialiste, fils d’un médecin pied-noir OAS proche de Tixier-Vignancour - soit l’extrême droite de l’extrême droite - une sorte de Francisque que ceux qui l’ont adoubé ne manqueront pas de lui ressortir, si la tentation lui venait de rechigner, comme un certain François Mitterrand.

Avec Hollande, qui n’aura pas non plus le courage d’aller chercher l’argent là où il est, ce sont les classes moyennes qui vont trinquer d’abord, encore plus que sous Sarkozy. Pour répondre à la colère du peuple chacun son bouc émissaire : mépris du basané pour l’un, haine du petit blanc pour l’autre, ce qui compte c’est d’épargner la Banque ! Mais si l’élection de Hollande n’est pas mon intérêt de classe – en tant que petit entrepreneur, je fais désormais partie du bas de la classe moyenne – il en va pour moi de l’intérêt général. Car avec la crise à la grecque qui va s’abattre demain sur le pays, et la soumission inéluctable de Flamby à la pire droite bancaire (celle tant vantée par Attali), il ne faudra pas deux ans - même aux plus cons - pour comprendre. Idem pour la baudruche Merluchon qui se complaira dans le défilé syndical, avec un résultat déjà connu… Et là, avec une UMP dévastée par la fuite de leur chef en Amérique, pour échapper à la justice, même si Copé est déjà en lice pour reprendre la boutique, ce sera le boulevard pour le Front national : une gauche sociale enfin authentique, qui est aussi la droite morale, quand elle a le courage de dénoncer la finance avant l’islamiste… Si ça continue comme ça, le pouvoir tend donc inéluctablement les bras à Marine Le Pen, qui pourrait devenir notre Evita Peron. A moins qu’il y ait la guerre…

Et Egalité & Réconciliation dans tout ça ? Notre tâche à nous c’est de préparer l’après-guerre justement. Former les futures élites de la reconstruction, après l’effondrement ; le prochain CNR, par la formation, l’édition, la pédagogie, le réseau… Au FN la politique politicienne, à nous le métapolitique, l’avant-garde. En espérant d’ici là que Marine Le Pen sache se montrer à la hauteur, en continuant de taper sur la Banque et sur ceux qui la tiennent, et qu’elle n’oublie de tendre la main à tous les patriotes, même s’ils sont noirs ou musulmans.

Quant à moi le dimanche 6, puisqu’on ne comptabilise pas le vote blanc, je vais rester chez moi.

Salut à tous !

Alain SORAL
Président d’Egalité et Réconciliation

Transcription de la vidéo

« À qui le tour ? »

La vérité déprimante, c’est que même après cinq ans de mensonges et de trahisons, Sarközy a fait un très bon score !

27% des voix pour cet escroc des Carpates, c’est bien plus que Chirac en 2002 !

Voilà la première réalité du scrutin ! Elle est là, et pas ailleurs, l’explication de l’absence de Marine Le Pen au second tour.

Malgré l’évidence de la crise et ses causes parfaitement expliquées – par moi et par d’autres – les deux champions du Système ont raflé la mise !

28 et demi et 27%, ça en dit long sur la psychologie femelle du peuple de France. Peuple désormais composé majoritairement de salariés de bureau hermaphrodites, sodomites ! Une masse amorphe incapable de voir venir le tsunami financier et qui jouit encore paisiblement des derniers gadgets de la société de consommation : téléphones portables, écrans plats à crédit, prêt-à-porter chinois.

Un vote qui en dit long sur sa double démoralisation – plus ni âme ni couilles – et sur la force des médias.

Si on regarde la carte sociale de ce premier tour : plus on est chez les riches, plus les deux de l’UMPS – Hollande aussi bien que Sarko – font des voix.

Le seul candidat à y hausser aussi sa moyenne, c’est l’écologiste norvégienne ! Ce qui signifie bien ce qu’est devenue l’écologie politique : du snobisme bobo anti-populaire issu des centres-villes privilégiés.

Mais avec 2% récoltés dans les urnes, inutile de s’acharner…

A l’opposé, le peuple traditionnel, issu du primaire et du secondaire (agriculture, pêche, industrie) relégué, lui, loin des centres-villes, dans les banlieues hostiles et, au-delà, dans les nouvelles friches sub-sub-urbaines désertées par l’emploi et les services publics, ce peuple-là, lui, a tenu. Il a fait Front et voté national. Mais ces paysans, ces prolétaires, sur lesquels Karl Marx comptait aussi pour la Révolution, sont désormais minoritaires en France ; minoritaires statistiquement – les paysans sont 2%, les cols bleus 20% – et minoritaires idéologiquement.



Après ce constat plutôt accablant, parlons du troisième homme. De ce truc monté par le système bipartite après la claque du 21 avril pour déclasser Le Pen, et qui avait donné Bayrou en 2007.

Bayrou le notable de province européocentriste qui veut payer la dette – soit le racket bancaire – est passé de mode. Dégonflée la baudruche ! La crise de l’euro étant passée par là, il a fallu en fabriquer un autre : ça devait être Merluchon, mais cette fois le coup a raté ! Au lieu d’un 18 à 10 comme en 2002 face à Le Pen père, devant la fille, il a fait 11 à 18. Ça c’est la bonne nouvelle !

Parlons-en de Merluchon, la plus grosse escroquerie de ces élections !

Lui le coléreux servile – deux fois sénateur – aura bénéficié de la plus grosse campagne de promotion du Système : affichage et journalistes.

La mission de Merluchon ?

En bon trotskiste, ramener au Capital les voix ouvrières parties au FN depuis l’éviction de Marchais, pour cause de cohérence anti-immigrationniste. Et ce avec l’aide massive de la CGT, ralliée à la CFDT de Nicole Notat, aujourd’hui présidente d’honneur du Siècle. Ça ne s’invente pas !

En réalité Merluchon – le chien qui aboie mais que ne mord pas ! – n’a fait qu’additionner les voix du PC, du NPA et de Lutte Ouvrière. D’où les scores catastrophiques de Poutou et Arthaud – et avec une campagne pas du tout sur la ligne Marchais ! Du métissage LCR au féminisme Autain, ça n’a été que de l’anti-populaire.

Bayrou, c’était le terroir pour masquer Bruxelles et la Banque. Merluchon, c’est la vulgarité forcée pour masquer le mépris du peuple PS. La vulgarité pour faire peuple ! Il suffit de regarder ses spots de campagnes, ses soutiens – de Gérard Miller à Paul Ariès – son public de profs crasseux et d’étudiants crétins, pour comprendre qu’il n’a même pas essayé d’avoir les ouvriers. Seuls les médias ont fait semblant d’y croire…

En fait d’ouvriérisme, il s’est juste appuyé sur les prébendes syndicales !

Au mieux, peut-on lui concéder un ou deux points piqués à Marine chez les indécis, la privant ainsi, peut-être, de la barre symbolique des 20%. Mais s’il a gratté des voix au-delà des gauchistes, Merluchon, c’est surtout à François Hollande. Ce qui a permis à Sarkozy de n’être pas distancé le soir du premier tour.

A un point et demi seulement, ce qui le maintient symboliquement dans la course.

Affaiblir Hollande et Le Pen, c’était ça la mission qui a valu au Merluchon la complaisance de tous les médias de droite !



Venons en maintenant à Marine Le Pen.

Là non plus pas de triomphalisme. Elle a repris les électeurs FN qui étaient partis chez Sarkozy en 2007. Ce qui est déjà beau quand on a tous les médias contre soi, et ce depuis l’élimination précoce de DSK pour préliminaires abusifs ! Un score certes réjouissant, mais pas révolutionnaire non plus : juste prometteur. Mais le prometteur, ça fait combien de temps qu’on nous le promet ?

Trente ans bientôt, depuis 1986 ! Trente ans que le Système, malgré une crise qui va toujours en s’aggravant, garde le contrôle et conserve la main.

La petite victoire de Marine pour tous ses efforts politiquement corrects ?

La réintégration du Front national dans l’Arc républicain : soit la levée de la fatwa prononcée après le « point de détail » par le B’nai B’rith.

Et comme le nationalisme identitaire est devenu, entre temps, le crédo avoué d’Israël, et que l’antiracisme antinationaliste n’est plus obligatoire, ça tombe à pic pour Sarkozy et la droite qui ont cruellement besoin de passer des accords locaux avec le FN aux législatives, pour sauver leurs culottes.

Un Sarkozy qui peut déclarer, du coup, en une du journal Libération : « Le Pen est compatible avec la République  » sans risquer de déplaire aux Rothschild !



Compatible avec la République, Marine ?

A condition, sans doute, qu’elle renonce à s’en prendre sérieusement à la Banque et que pour répondre à la colère du peuple, elle focalise sur le musulman. Nous verrons bien…

Mais sachons que c’est sur ça que spécule le Système : parier sur l’embourgeoisement, la gamelle : permettre enfin au Front d’avoir des élus, en levant l’interdit des alliances et autres désistements UMP-FN, pour qu’avec la notabilité, la radicalité cesse. C’est ça le piège contenu dans la remise de peine.



Même question pour Nicolas Dupont-Aignan.

Que va-t-il devenir, lui qui a défié la maison-mère sur la même ligne souverainiste que Le Pen fille ?

Voyons déjà si l’UMPS présente un candidat contre lui aux législatives : un bon moyen de vérifier s’il a dealé en douce, comme feu Philippe de Villiers, ou si c’est un combattant authentique.

Ne parlons pas de Cheminade qui était là pour rembourser ses dettes.

Son souci à lui, c’est la validation de ses comptes de campagne. Pour le reste, chaque fois qu’il a pointé du doigt Wall Street, les journalistes l’on traité d’antisémite ! Comme quoi ils savent aussi à quel point les deux sujets sont liés. Et s’ils le méprisent, c’est pour sa lâcheté.



Maintenant abordons le second tour.

Si tout se passe comme prévu, ça sera l’alternance. Le Système aime ça, l’auto-alternance. C’est son hygiène ! Ça lui permet de respirer ! Et à défaut de DSK, qui s’est pris les pieds dans sa bite, ça sera Hollande, la pâte molle au nom de plat pays.

Hollande le socialiste, fils d’un médecin pied-noir OAS, proche de Tixier-Vignancour – soit l’extrême droite de l’extrême droite – une sorte de Francisque que ceux qui l’ont adoubé ne manqueront pas de lui ressortir, si la tentation lui venait de rechigner, comme un certain François Mitterrand.

Avec Hollande, qui n’aura pas non plus le courage d’aller chercher l’argent là où il est, ce sont les classes moyennes qui vont trinquer d’abord. Encore plus que sous Sarközy !

Pour répondre à la colère du peuple, chacun son bouc émissaire : mépris du basané pour l’un, haine du petit blanc pour l’autre. Ce qui compte, c’est d’épargner la Banque !



Mais si l’élection de Hollande n’est pas mon intérêt de classe – en tant que petit entrepreneur, je fais désormais partie du bas de la classe moyenne –, il en va pour moi de « l’intérêt général ».

Car avec la crise à la grecque qui va s’abattre demain sur le pays et la soumission inéluctable de Flamby à la pire droite bancaire (celle tant vantée par Attali), il ne faudra pas deux ans – même aux plus cons – pour comprendre.

Idem pour la baudruche Merluchon, qui se complaira dans le défilé syndical, avec un résultat déjà connu…

Et là, avec une UMP dévastée par la fuite de leur chef en Amérique, pour échapper à la justice, même si Copé est déjà en lice pour reprendre la boutique, ce sera le boulevard pour le Front national : une gauche sociale enfin authentique, qui est aussi la droite morale, quand elle a le courage de dénoncer la finance avant l’islamiste.

Si ça continue comme ça, le pouvoir tend donc inéluctablement les bras à Marine Le Pen, qui pourrait devenir notre Evita Perón.

A moins qu’il y ait la guerre…



Et Égalité & Réconciliation dans tout ça ?

Notre tâche à nous : c’est de préparer l’après-guerre.

Former les futures élites de la reconstruction, après l’effondrement. le prochain CNR, par la formation, l’édition, le réseau.

Au FN la politique politicienne, à nous le métapolitique, l’avant-garde !

En espérant, d’ici là, que Marine Le Pen se soit montrée à la hauteur, en continuant de taper sur la Banque et sur ceux qui la tiennent. Et qu’elle n’oublie pas non plus, de tendre la main à tous les patriotes, même s’ils sont noirs ou musulmans.



Quant à moi, le dimanche 6, puisqu’on ne comptabilise pas le vote blanc, je resterai chez moi.

Salut à tous !


Signé, Alain Soral, Président d’Egalité et Réconciliation.

>>> Afficher la transcription en pleine page
 
 

Livres de Alain Soral (80)







Alerter

308 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #144796
    Le 30 avril 2012 à 14:03 par Stev
    A qui le tour ?

    Et voilà, on y est !

    Gollnish et Carl Lang laissent entendre qu’ils voteront sûrement pour Sarko !!!

    Comme quoi, le FN sera toujours un parti de petits bourgeois de droite, qui rentre à la niche au moment opportun !

    C’est bien la peine, ensuite, de fustiger Mélenchon !

     

    Répondre à ce message

    • #146038
      Le Mai 2012 à 00:27 par micka
      A qui le tour ?

      Gollnisch et Lang ne sont pas à la tête du FN que je sache ? Marine Le Pen a-t-elle appelé à voter pour hollande ou sarkozy ?
      Troll mélanchiste, tu n’apportes rien à aucun débat, tu petit antifasciste à deux balles, la prochaine fois essaye d’apporter quelque chose d’un peu constructif et d’abandonner ton obsession malsaine pour les Le Pen et le Front National, psychopathe.

       
  • #144967
    Le 30 avril 2012 à 19:32 par mescalito22
    A qui le tour ?

    B Gollnish et C Lang voteront surement pour Sarko. Normal.
    Ils représentent la ligne "paléo-sectaire" du FN, dont MLP devrait ABSOLUMENT se débarrasser pour rejoindre la ligne E/R.
    Leur rêve ? Passer à la caisse en 2017 dans une coalition des droites sionistes/néolibérales pures et dures, bien planqués dans les fourgons blindés de L’UMP.
    Eux sont encore sur des analyses revanchardes des perdants de la guerre et de la "déco", c’est à dire un logiciel de "guerre froide" anticommuniste primaire et anti-islamique...
    Ils sont 100% empiro-compatibles et T.Ramadan est un "grand résistant" à coté d’eux !
    J’ai déja tenté d’expliquer ça dans plusieurs posts.
    Comment et quand MLP va-t-elle trancher ?
    L’avenir du FN en tant que mouvement potentiellement antisysteme en dépend ou alors, en effet, les "masques vont tomber"...et on aimera pas voir ce qu’il y a derriere >
    C’est pas gagné !

     

    Répondre à ce message

    • #146762
      Le Mai 2012 à 17:56 par vapincum
      A qui le tour ?

      Marine ne tranchera pas. Du moins pour l’instant. Elle continuera à souffler le chaud et le froid. Qui peut dire aujourd’hui si elle ralliera le système ou deviendra le principal pôle de résistance ? Actuellement, les "impériaux" restent méfiant à son égard. La preuve en est la violence verbale de la baudruche Merluche à son encontre. Mais je pense que si elle réussit à faire franchir les 20/25 % à son parti et à l’y maintenir, elle pourra reprendre sa liberté de parole et affronter frontalement le système. Si elle n’a pas ce courage, alors le FN sera frappé de plein fouet par l’abstention et restera dans les 15/20 %. Ce qui ne servira à rien...

       
  • #145043
    Le 30 avril 2012 à 21:37 par FTTH
    A qui le tour ?

    Le système de domination des élites a réussi à mettre au second tour, un remplaçant moitié-bègue de Dominique Strauss-Kahn, contre un gnome teigneux et arrogant, racontant n’importe quoi, vivant dans le XVIe arrondissement de Paris, qui a trahi la France entière pendant cinq ans, et qui se fout ouvertement de la gueule du peuple français. En survendant les deux candidats, en fabriquant d’autres petits candidats chargés d’enrayer la montée du nationalisme, en détournant les français des sujets réellement importants, en cachant son immonde projet de gouvernance mondiale, en enfumant le peuple continuellement, l’oligarchie que constituent les médias, les PDG du cac40, les mondialistes, et l’ensemble de la caste politique française de droite et de gauche, a réussi à placer au second tour, leurs deux marionnettes du nouvel ordre mondial, qui n’ont jamais dénoncé et ne dénonceront jamais la loi " loi Pompidou-Giscard" ou "loi Rothschild" de 1973. Depuis l’instauration de celle-ci, nous avons l’obligation de nous financer sur des marchés privés (pour la plus grande joie de qui ?) Nous avons payé 1400 milliards d’euros d’intérêts sur une dette de 1717 milliards aujourd’hui ! L’un ou l’autre Pantin, va donc vite se charger de diluer un peu plus la nation dans une Europe appauvrie, d’affaiblir la souveraineté nationale, et de diviser un peu plus les français : de créer des tensions entre les diverses communautés ethnico-religieuses, pour que les esclaves se fassent la guerre entre eux, au lieu de combattre le pouvoir totalitaire en place. Le but ultime de la mondialisation n’est pas de promouvoir les identités et les cultures ethniques, mais plutôt de les submerger dans un vaste melting-pot de consumérisme global, de déraciner l’individu de son identité et de son héritage, et de remplacer tout cela par le Centre Commercial mondial, et le cauchemardesque « village global », peuplé d’éternels adolescents abêtis et alimentés par Hollywood, MTV, TF1,le cyberespace, McDonald’s et Pepsi. Je donne pour finir, la seule question que se posent aujourd’hui la gauche et la droite : Qui va gouverner ce putain de monde, ce ramassis d’ignorants serviles pensant que les grands de ce monde œuvrent à leur bien-être, de lobotomisés qui idolâtrent les représentants de leurs usuriers, cette masse de consommateurs attardés, à genou devant leurs maitres ?

     

    Répondre à ce message

  • #145241
    Le 1er mai 2012 à 09:11 par mescalito22
    A qui le tour ?

    Devant tant de duplicité de la part d’au moins une (Carl Lang =2 est encore membre ou ) pas ?) "personnalité" du FN, je me sens obligé d’en remettre une couche.
    Ou il s’agit d’une manoeuvre de diversion organisée avec L’AVAL de MARINE et cette fois-ci, c’est clair : Ce parti rentre en effet "à la niche" des droites Européennes et y’a pas plus à en attendre que de Merluchon...
    Ou MLP doit trancher et LE DESAVOUER Pendant son meeting aujourd’hui en appelant à UNE ABSTENTION MASSIVE.
    Je l’espère, je veux encore y croire...sinon, ç’en sera fini de ce parti en tant que force antisysteme de subversion.
    Une telle décision de M Gollnish, tres commentée à la veille des manifestations du 1er mai est peut-être une revanche, un travail de sape contre la ligne économique sérieuse de Marine et dans ce cas, une fois le train du cirque électoral passé, IL DOIT ÊTRE EXCLU purement et simplement du FRONT NATIONAL !

     

    Répondre à ce message

    • #145346
      Le Mai 2012 à 13:35 par Seber
      A qui le tour ?

      Comme dans tout parti, Républicain ou non d’ailleurs, il faut gérer des tendances et mouvements parfois contradictoires. On ne change pas la Nature humaine et le FN est loin d’être une armée en ordre de marche...Et ce serait le cas du FN, qu’on lui tomberait dessus pour ça comme on vient lui reprocher ses contradictions internes.
      Bref, quoi que dise ou fasse le FN, ce sera toujours mal. Stratégie de journaleux pour affaiblir la puissance politique en faveur de la puissance économique. D’où Leur mépris général de la classe politicienne...

       
  • #146678
    Le 4 mai 2012 à 13:32 par demitrius
    A qui le tour ?

    OK, très bonne analyse, seulement c’est quoi " la psychologie femelle " ???

     

    Répondre à ce message

  • #146787
    Le 4 mai 2012 à 18:58 par Thomas
    A qui le tour ?

    Apparemment NDA est un pion de l’UMP qui ne présenterait pas de candidat sur sa circonscription.

     

    Répondre à ce message

  • #146876
    Le 4 mai 2012 à 23:12 par philippe
    A qui le tour ?

    Je suis étonné par une majorité des propos tenus sur E&R.

    Je me donne le droit d’en faire la remarque car je connais Alain Soral depuis de nombreuses années grâce à ses excellents ouvrages (pas personnellement bien sûr). J’affirme m’intéresser à sa lecture "socio-politico-intellectuelle" depuis toujours, mais je ne peux pour autant partager le choix de l’abstention, ni même celui des insultes de la part de certains intervenants (traiter ceux qui votent de "moutons").

    Prenons une métaphore relativement simple à comprendre : Imaginez que vous soyez à bord d’un avion perdant de l’altitude et preniez conscience que vous allez fatalement vous écraser... Seulement voilà : seules 2 personnes savent piloter afin de sauver les passagers d’une mort certaine. Le problème est que ce sont de dangereux criminels ! Ainsi, 4 choix s’offrent à vous :

    1) vous souhaitez que le premier pilote vous sauve tout en sachant qu’il est une crapule.
    2) vous souhaitez plutôt que ce soit le second pilote qui prenne le contrôle bien qu’il soit lui aussi peu recommandable... Il a l’air moins inquiétant.
    3) vous ne supportez pas les escrocs et préférez mourir plutôt que d’être sauvé par l’un deux.
    4) aucune de ces solutions n’est acceptable à vos yeux alors vous prenez le contrôle vous-même de l’appareil.

    Vous avez donc le choix entre la "soumission", la "résignation, "le "suicide", ou bien l’"anarchie". J’élimine avec lucidité les deux dernières solutions, je n’ai donc plus d’autres choix que de me soumettre ou d’être résigné : je décide donc de me résigner ! En effet je me résigne à bouffer du Flamby jusqu’à ce que l’indigestion soit proche, jusqu’aux premiers vomissements.

    Qu’adviendra-t-il alors ?

    Il s’agira d’aider le seul parti de France responsable à prendre le pouvoir, le FN de Marine : L’intelligence c’est dans la tête, pas dans le froc ! Je ne suis donc pas "émasculé" en allant voter. L’anarchie n’a jamais rien produit, et le désordre social n’améliorera pas nos vies...

     

    Répondre à ce message

  • #147560
    Le 6 mai 2012 à 15:23 par machin
    A qui le tour ?

    Mélenchon n’a servi qu’à une chose : servir de bouclier à l’UPMS contre Marine Le Pen.
    A chaque fois que celle-ci voulait débattre avec eux, l’UPMS refusait et les journalistes la renvoyaient devant Mélenchon qui avait pour rôle l’antifascisme. En fait, cela a permis de protéger l’UPMS d’un opposant au système qui pouvait les mettre face à leur contradiction.
    Quand à Mélenchon, il était programmé pour perdre de toute façon, donc peu importe qu’il prenne des coups.

     

    Répondre à ce message

  • #147668
    Le 6 mai 2012 à 20:51 par chocapic
    A qui le tour ?

    bon... et bien la typologie est modifiée, l’on ne dis plus "umps" ..mais "psump" et oui le changement c’est maintenant.

     

    Répondre à ce message

  • #149886
    Le 10 mai 2012 à 15:08 par Boris_93
    A qui le tour ?

    "Notre tâche à nous c’est de préparer l’après-guerre" Je pensais que le but était de tout faire pour éviter la guerre justement pouvoir renverser les élites par la conviction d’un maximum de gens, forcer les élites a se soumettre a l’humilité mais sans vouloir prendre leur place et faire la même chose.

     

    Répondre à ce message

    • #153586
      Le Mai 2012 à 21:13 par Koro
      A qui le tour ?

      Peut-être considère-t-il qu’avec le choix qui nous a été présenté, une guerre est désormais inévitable ?
      Je partage son avis concernant le possible manque de "jujotte" du peuple Français, il était, pour moi , impensable que le nabot soit au 2nd tour, et pourtant........ et puis je dois avouer que cette petite boutade, "psychologie femelle", m’a fait assez rire ! Ça traduit un agacement que j’ai également ressentis.

      Bonne soirée à vous.

       
Afficher les commentaires précédents