Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Abraham Zapruder, l’homme au parapluie et la malédiction des Kennedy

 

 

Le Bâtiment Dal-Tex et Abraham Zapruder

 

Nous ne nous sommes pas attardés, dans le film Israël et le double assassinat des frères Kennedy réalisé par ERTV, sur l’aspect balistique du dossier JFK, jugeant suffisant de rappeler que la principale incohérence dans la thèse gouvernementale est qu’Oswald se trouvait dans le dos du président (dans le bâtiment du Texas School Book Depository), alors que le film d’Abraham Zapruder aussi bien que les témoignages des médecins de Dallas démontrent que la balle mortelle a frappé Kennedy de face, légèrement sur la droite, ce qui correspond également aux témoignages de tirs venant du fameux Grassy Knoll.

Il y a toutefois un détail intéressant à mentionner. Les meilleurs analystes des angles de tirs concluent que les premières balles tirées sur Kennedy provenaient du Dallas-Textiles Building (ou Dal-Tex). Le scénario le plus probable est donc que l’équipe du sniper principal se trouvait dans le Dal-Tex [1], tandis qu’une équipe de soutien se trouvait derrière la palissade du Grassy Knoll. Si tout s’était passé au mieux pour les assassins, Kennedy aurait été tué d’une balle venant du Dal-Tex. Ce bâtiment se trouvant à côté du Texas School Book Depository, la culpabilité d’Oswald n’aurait pas soulevé d’objection majeure, l’autopsie n’aurait pas eu besoin d’être falsifiée à l’hôpital de la Navy, et le film de Zapruder aurait pu être diffusé sans retouche le jour même. Mais le tireur Dal-Tex a manqué sa cible et n’a en tout cas pas atteint Kennedy à la tête. Le tireur du Grassy Knoll a alors dû intervenir. La principale incohérence du dossier, la preuve irréfutable du mensonge d’État, provient de là.

 

 

Or, le Dal-Tex Building était un haut-lieu du milieu d’affaire juif de Dallas (la ville comptant la plus importante communauté juive du Texas, rappelons-le). Il appartenait à David Weisblat, un financier de l’Anti-Defamation League, et à Morris Douglas Jaffe, pétrolier texan décrit comme « un ami et contributeur du président Lyndon B. Johnson » par le New York Times [2]. Un autre occupant du bâtiment était Morty Freedman, avocat militant des causes juives, et beau-frère du directeur exécutif du Dallas Citizens Council Sam Bloom mentionné dans le film. Était encore domiciliée au Dal-Tex, avec le même numéro de téléphone que Freedman, la Dallas Uranium & Oil Company, société écran probablement impliquée dans la contrebande de matériaux et de technologie nucléaire vers Israël.

Enfin, le Dal-Tex était surtout le siège social de l’entreprise de vêtement féminin d’Abraham Zapruder, l’homme qui captura l’assassinat du président en film 8 mm. Ses bureaux occupaient les quatrième et cinquième étages du Dal-Tex. Zapruder était membre du Dallas Citizens Council qui avait sponsorisé et organisé le voyage de Kennedy, et qui semble avoir été une sorte de vitrine locale du B’nai B’rith.

 

 

Parmi les sujets de satisfaction de la famille Zapruder, signalons que non seulement il vendit son film pour 150 000 dollars au magazine Life en 1963, mais qu’en plus, en 1999, ses descendants touchèrent 16 millions de dollars d’indemnité de la part du gouvernement, en raison de la saisie et rétention prétendument illégale du film par le FBI le 22 novembre 1963 (voir l’article du Los Angeles Times).

 

L’homme au parapluie

 

Tournons-nous maintenant vers un détail intriguant capturé sur le film de Zapruder : « l’homme au parapluie ». Et pour introduire le sujet, rien ne vaut cette interview de Josiah Thompson filmée par Errol Morris pour le New York Times à l’occasion du 48e anniversaire de l’assassinat de John :

 

Une traduction ERTV :

 

Le motif du parapluie de Chamberlain et sa signification sont un peu oubliés aujourd’hui, mais étaient encore assez bien connus dans les années 1960. Non seulement le Premier ministre britannique Neville Chamberlain n’était jamais représenté sans son parapluie dans les dessins satiriques, mais, par métonymie, son parapluie devint le symbole même de l’apaisement avec Hitler. Selon son biographe Robert Caro, Johnson lui-même accusa Kennedy d’être le fils d’un « Chamberlain umbrella man » qui pensait que « Hitler avait raison » [3].

 

 

L’interview filmée de Josiah Thompson est intéressante parce que, en plus de résumer les faits, elle illustre la dissonance cognitive que ces faits provoquent, conduisant des gens raisonnables à adopter une explication improbable mais rassurante, plutôt qu’une autre plus logique mais terriblement inquiétante. Thompson admet donc comme allant de soi que le message de l’homme au parapluie et l’assassinat de JFK sont sans rapport, et que s’ils ont eu lieu exactement au même endroit et au même moment, c’est en raison d’une pure coïncidence quantique. En s’accrochant à cette idée, Thompson est visiblement soulagé de ne pas avoir à entrer dans des « théories du complot ».

Ce qui est particulièrement intéressant, c’est qu’en réalité, l’idée d’un lien concret entre l’assassinat de John en 1963 et la politique d’ « apaisement » de son père en 1938 a depuis longtemps été injectée dans la culture américaine par le double mythème des « péchés du père » et de la « malédiction des Kennedy », qu’illustrent par exemple ces deux livres retentissants, traduits en de nombreuses langues, et très représentatifs de l’acharnement à déshonorer les Kennedy par des torrents de calomnies :

 

 

Les « péchés du père » sont une référence peu discrète à Exode 20,5 :

« Moi, Yahvé, ton dieu, je suis un dieu jaloux qui punis la faute des pères sur les enfants, les petits-enfants et les arrière-petits-enfants pour ceux qui me haïssent. »

Le principal péché de Joseph Kennedy, père de John et Robert, est d’avoir été « un antisémite avéré et un partisan de l’apaisement avec Hitler », selon le résumé de l’éditeur du livre de Kessler (version américaine). Le livre rappelle que, selon des documents allemands déclassifiés en 1949, l’ambassadeur allemand à Londres, Herbert von Dirksen, avait rencontré en 1938 son homologue américain, Joseph Kennedy, et en avait retenu que celui-ci « comprenait entièrement notre politique juive », et était « le meilleur ami de l’Allemagne à Londres » [4].

La « malédiction des Kennedy » est une tentative quasi cabalistique d’expliquer comment les Kennedy se sont trouvés sur « une trajectoire de collision fatale avec la réalité » parce qu’ils avaient « commis l’erreur fatale de s’imaginer divins ». Par implication, leurs assassinats sont à mettre sur le compte de « leur comportement autodestructeur » (their self-defeating behavior), selon le résumé de l’éditeur du livre de Klein (version américaine). Klein rapporte en introduction que, « selon une histoire racontée dans les cercles mystiques juifs » (probablement une invention de Klein), la malédiction des Kennedy remonterait à un incident sur un transatlantique transportant Joseph Kennedy et le rabbin Israel Jacobson avec six de ses disciples. L’ambassadeur s’étant plaint qu’ils célébraient Roch Hachana sur le pont, le rabbin lui aurait « lancé une malédiction condamnant toute sa progéniture mâle à un destin tragique. »

Ces deux refrains de hasbara évoquent la notion d’une punition divine. John et Robert Kennedy, mais aussi le fils de John et d’autres encore, auraient été punis pour les péchés du patriarche « antisémite » et « pro-nazi ». C’est la notion de vengeance juive qui est sous-jacente, mais elle n’est suggérée que sous une forme religieuse, magique ou kabbalistique : c’est Yahvé qui se venge, en quelque sorte.

 

 

Avec l’homme au parapluie, ce message prend une dimension concrète. Mais c’est là le problème : à moins de croire que Yahvé ait inspiré à Louie Witt sa « mauvaise blague » (comme il l’a qualifiée dans son témoignage devant la commission sénatoriale), nous voilà propulsés dans une hypothèse si contraire à la bien-pensance, si outrancièrement complotiste, qu’à peine a-t-elle effleuré l’esprit, elle est refoulée comme une pensée honteuse (comment peut-on croire des juifs capables d’une chose pareille !). D’où le dilemme : il faut choisir entre une coïncidence logiquement invraisembable, ou une idée moralement impensable.

Pour ma part, je préfère raisonner en partant du principe que l’homme au parapluie n’était pas là par hasard. Certains pensent qu’il était un complice des tueurs et que l’explication donnée en 1978 par Witt (qui n’était peut-être pas l’homme au parapluie) n’est qu’une diversion. En ouvrant son parapluie, l’homme signalait au tireur l’approche de la limousine, ou bien au chauffeur le moment de ralentir (selon de nombreux témoignages, la limousine s’est pratiquement arrêtée après les premiers coups de feu, ce que les retouches sur le film de Zapruder occultent), ou encore, au tireur du Grassy Knoll que Kennedy était encore vivant. La théorie de « l’homme signal », adoptée par le réalisateur Oliver Stone pour son film JFK, est évidemment plus crédible que celle du parapluie à fléchette que Thompson préfère mentionner pour sa plus grande satisfaction. Mais je dois dire que je ne la trouve pas très satisfaisante. Je ne peux me convaincre que des snipers professionnels aient utilisé un complice aussi voyant.

Je penche donc pour l’autre hypothèse : Witt est bien l’homme au parapluie et son explication est sincère. Cela ne signifie pas nécessairment que Louie Witt soit un agent sioniste, un sayan. Une opération comme l’assassinat de JFK est orchestrée sur le principe need-to-know : chacun ne sait que ce qu’il doit savoir. Witt déclara à la commission sénatoriale de 1978 qu’il n’appartenait à aucune organisation, et que l’idée de son geste lui a été suggérée durant une conversation à son travail à la Rio Grande National Life Insurance Co. in Dallas. Il serait intéressant de savoir si, par exemple, la conversation avait eu lieu dans le bureau de son patron juif, peut-être membre du Dallas Citizens Council comme Abraham Zapruder.

Mais peu importe au fond : même en admettant que l’homme au parapluie était un complice des tireurs et que Witt n’était pas cet homme, il reste à expliquer pourquoi Louie Witt se serait rendu à la commission sénatoriale pour leur raconter une histoire dont l’effet est de connecter dans l’esprit du public l’assassinat de John Kennedy et la compromission de son père avec Hitler. Quelle que soit l’interprétation des faits, le message a été transmis au public (sinon à JFK), par l’intermédiaire de Louie Witt, que JFK est mort pour « les péchés du père ».

L’idée que ce même message ait été transmis à John Kennedy au moment de son exécution publique me semble plausible, et conforme à l’idée que je me fais aujourd’hui de la mafia non sicilienne dont faisaient aussi partie Jacob Rubenstein et son parrain Mickey Cohen.

Dans cette hypothèse, ce n’est pas par hasard que l’homme au parapluie a été immortalisé sur le film d’Abraham Zapruder. C’était aussi un message crypté pour la postérité. Ce serait un peu l’équivalent de l’écriture sur le mur du lieu d’exécution du Tsar et de sa famille le 17 juillet 1917 : « Belsatzar ward in selbiger Nacht / Von seinen Knechten umgebracht » (« Dans la même nuit Balthatsar fut assassiné par ses serviteurs », une citation du poème Belsazar de Heinrich Heine sur le thème de Daniel 5, modifiée de façon à accentuer l’identification du tsar avec l’empereur babylonien Balthazar, dont la mort est prédite par l’écriture sur le mur interprétée par Daniel). Dans les deux cas, le message dit : le roi goy vient d’être assassiné, et c’est une vengeance juive.

Le parallèle n’est pas exagéré : il est souvent dit que les Kennedy incarnaient pour les Américains l’idée de la royauté, à tel point que le nom de la cour du roi Arthur, Camelot, s’était attaché à leur légende. Cette aura royale qui flotte autour des Kennedy est évidemment liée à leur catholicisme, car le puritanisme, ne l’oublions pas, est fondé sur le régicide. De ce point de vue, le triple assassinat du président Kennedy, de son jeune frère et de son fils unique est un peu l’équivalent aux États-Unis de l’extermination de la famille Romanov dans la Russie orthodoxe. C’est pourquoi je crois que, tout comme la Russie avec le culte religieux du tsar et de sa famille, l’Amérique ne pourra être sauvée spirituellement que si, ayant ouvert les archives, elle rend justice aux Kennedy et les honore en tant que martyrs nationaux d’une puissance étrangère.

Mais de même que la vénération pour le tsar s’accompagne nécessairement en Russie d’une prise de conscience de la nature profonde du bolchevisme, à mesure que les Américains prennent conscience que l’assassinat des frères Kennedy fut un véritable coup d’État sioniste qui a corrompu en profondeur leur pays, leur image de la Seconde Guerre mondiale se modifie en conséquence.

Les Kennedy incarnaient une tradition démocrate à la fois progressiste et isolationiste, dont Roosevelt scellera le cercueil. Non seulement Joseph Kennedy avait, de son propre chef, soutenu les accords de Munich signés par Chamberlain, mais, après l’entrée en guerre de l’Angleterre, il avait tout fait pour dissuader Roosevelt d’entrer en guerre à son tour. Dans un télégramme du 11 septembre 1939, il flattait l’orgueil de ce dernier en lui déclarant qu’il pouvait entrer dans l’histoire comme « sauveur du monde » en offrant aux belligérants un plan de paix. Roosevelt lui répondit le jour même qu’il « ne voyait aucune possibilité ou occasion pour le président des États-Unis d’initier une proposition de paix. » [5]

Bien d’autres Américains patriotes s’opposèrent à la propagande de guerre de l’administration Roosevelt, et furent pour cela victimes de campagnes assassines de la grande presse. Ce fut par exemple le cas de Charles Lindbergh, transformé du jour au lendemain de héros national présidentiable en pestiféré pour avoir mentionné en octobre 1940 que les juifs étaient parmi les agitateurs bellicistes qui poussaient l’Amérique dans une guerre inutile.

 

 

Le 11 mai 1962, John et Jackie organisèrent une grande réception à la Maison-Blanche. À la stupeur générale, Charles Lindbergh et son épouse, qui vivaient reclus depuis des années, firent leur apparition parmi les invités de marque. Ils dînèrent à la table présidentielle et dormirent à la Maison-Blanche. On peut difficilement imaginer symbole plus fort de la loyauté de John à la politique de son père. C’était un signe que la roue tournait, et que l’histoire allait pouvoir être écrite de manière plus sereine et équilibrée. L’assassinat de John enraya et inversa ce mouvement. Bientôt allait apparaître, en même temps que l’expansion d’Israël, le culte ténébreux de la Shoah, associé à l’hagiographie de Roosevelt et de Churchill.

 

 

Je sais que certains lecteurs penseront qu’inversement, je verse dans l’hagiographie Kennedy. Je précise donc mon point de vue : il ne s’agit pas de considérer les Kennedy comme des surhommes, ni même comme irréprochables, mais de reconnaître que le destin qu’ils ont assumé avec honneur, jusqu’au sacrifice, possède une dimension historique et collective, indissociable du destin de leur nation.

Par ailleurs, même si les Kennedy avaient leur part d’ombre, il faut aussi savoir que celle-ci a été démesurément gonflée par une véritable industrie de livres anti-Kennedy. Israël n’a pas fait qu’assassiner physiquement les Kennedy. Israël continue inlassablement d’assassiner leur mémoire par un flot incessant d’ordures jetées sur leur tombe. Le meilleur exemple est le pseudo-biographe David Heymann, qui, après avoir travaillé pour le Mossad en Israël (de son propre aveu), n’est retourné aux États-Unis que pour écrire des biographies salaces sur les Kennedy entièrement basées sur des rumeurs qu’il fabrique lui-même, y compris le dégoûtant Bobby and Jackie : A Love Story et, pour finir un livre, délirant basé sur des confidences que John Jr. lui aurait faites personnellement peu avant sa mort. Ce n’est qu’un exemple. Toute personne désireuse de s’informer sur les Kennedy doit être consciente que le marché est saturé de livres principalement destinés à salir la mémoire des Kennedy. Ainsi, la rumeur sur les activités mafieuses de Joseph Kennedy, à laquelle j’ai longtemps cru, n’a aucun fondement solide, sinon le fait qu’il racheta une compagnie anglaise de whisky peu avant la fin de la Prohibition. Celles sur les infidélités conjugales de John ont été également très exagérées dans le but de le dépeindre comme un obsédé sexuel. John aimait les femmes belles et intelligentes, c’est indéniable, mais ce n’était pas un dépravé. Jackie l’aimait profondément, et a souvent dit que leurs trois années à la Maison-Blanche ont été les plus heureuses de leur couple. Quelle plus belle preuve de son amour que sa réaction sous les coups de feu à Dallas, lorsque, au lieu de se protéger, elle se penche sur John, puis, après la balle fatale, se précipite pour rattraper la partie du crâne de son mari éjecté vers l’arrière de la voiture ?

 

 

Laurent Guyénot

 

À ne surtout pas manquer : le documentaire
Israël et le double assassinat des frères Kennedy

 

Découvrez ici la bande-annonce du documentaire :

 

Comment visionner le documentaire ?

 

Pour visionner le documentaire Israël et le double assassinat des frères Kennedy,
une possibilité s’offre à vous :

 

Rendez-vous sur la page de paiement direct (à partir de 3 €) !
(cliquez sur l’image)

Après votre achat, cliquez sur « Mon compte » en haut à droite du site Kontre Kulture puis sélectionnez l’onglet « Mes VOD ».

 

Notes

[1] La thèse a d’abord été développée par Harold Weisberg dans Whitewash, paru en 1965.

[2] Article reproduit ici par Jim Phelps  : http://educationforum.ipbhost.com/t...

[3] Robert Caro, The Years of Lyndon Johnson, vol. IV : The Passage of Power, Alfred Knopf, 2012, p. 104.

[4] Edward Renehan Jr., “Joseph Kennedy and the Jews”, History News Network ; Kellen Perry, “The Dark Side Of Joe Kennedy Sr.” allthatsinteresting.com, 17 avril 2017.

[5] John Weir, Germany’s War : The Origins, Aftermath and Atrocities of World War II, American Free Press, 2014, chapitre 2, sur https://www.unz.com/book/john_wear_...

En lien, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

76 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • ouais ! la "malédiction des Kennedy" ça fait penser à la "malédiction de Toutankhamon"
    Encore un truc ésotérique pour cacher d’autres choses ....


  • Salut et bonne année !
    Il est incontournable que pour ceux qui ont, comme moi-même, vécu cette incroyable période, nous avons pu voir le monde, basculer dans les ténèbres...quasiment du jour au lendemain.
    Mais...N’était-ce pas le but recherché !
    J’adhère pleinement à l’analyse de laurent Guyenot


  • Le cas Jack Ruby est intéressant.. !!!

    Un sicaire qui accepte de se sacrifier pour empêcher un procès....Il était atteint d’un cancer,le savait et n’avait donc pas grand chose à perdre...sauf ses illusions !

    En réponse au film d’oliver Stone JFK,Hollywood a produit un biopic à décharge sur ce type : Ruby de John Mackenzie,en 1992.. !!
    Il n’y a pas de page wiki consacré à ce film et c’est l’acteur décédé il y a peu ,Danny Aiello,qui s’est coller à ce rôle.... !!!

    Un bon maquereau admirateur de Kennedy voulant venger sa mort...Disney n’aurait pas fait mieux !


  • Très intéressant, comme toujours, un travail irréprochable.

    Messieurs Soral et Guyénot , ou quand l’intellectualisme prend ses lettres de noblesse.

    Le vidéaste qui gratte un billet, passe encore, mais la famille qui "passe go,et réclame 200$"... ca force presque l’admiration :-)


  • @ Laurent Guyénot
    "Cette aura royale qui flotte autour des Kennedy est évidemment liée à leur catholicisme, car le puritanisme, ne l’oublions pas, est fondé sur le régicide".

    Vous faites référence au puritanisme judéo-protestant.
    Pourriez-vous développer en quoi il est "fondé" sur le régicide ?
    Merci d’avance.

     

  • Et si l’homme au parapluie était justement là pr aider les tireurs à atteindre leur cible plus facilement.. Je m’explique : au Mali actuellement les poseurs d’IED installent des repères (par exemple un monticule de pierres ou un gros bidon) qui permettent au mec qui actionne la ligne de tir de s’aligner correctement sur son objectif (les mecs sont en général cachés à 100m voir parfois plus de la route piégée)


  • Quel travail remarquable, fait par Laurent Guyenot. On peut discuter ses analyses, mais force est de constater qu il avance ses hypothèses et déductions avec beaucoup de rigueur intellectuelle et des éléments sourcés.
    Chapeau


  • Tous mes respects, M. Guyénot.

    La vérité avance : le sang des Kennedy purifiera l’Amérique et le reste de l’humanité.

    Dans la signature et la documentation des scènes de leurs crimes, par ces ordures de malfaiteurs, le film de Zapruder renvoie aussi aux photographes-danseurs de leur 11 septembre.


  • Quel excellent travail ! Merci Mr Guyenot, une très bonne année 2020 à vous ainsi qu’à toute l’équipe d’E&R !!


  • Excellent boulot !!
    Impressionnant.


  • Guyénot.

    Minute 36, Viméo, Blanche Merz. Bon boulot.


  • il y avait il y a quelques années une vidéo que je ne retrouve plus ; l’intervention de Kennedy dénonçant l’état profond , le pouvoir occulte financier et belligérant , ennemi des états-unis et en son sein au plus haut niveau , lors d’une allocution publique : il a été liquidé peu de temps après.quelqu’un a-t-il un lien pour retrouver ce document ?

     

    • Fausse piste diffusée par les obsédés du Nouvel Ordre Mondial : l’extrait du discours auquel vous pensez a été détourné de son sens général. Si vous lisez le discours entier, adressé à des directeurs de presse, il est clair que Kennedy évoque le complot communiste. Les Kennedy étaient proches de McCarthy (un irlandais catholique) avec qui Robert avait travaillé. L’infiltration de crypto-communistes à tous les niveaux de pouvoir étaient une réalité, surtout depuis Roosevelt. Kennedy s’adressait au directeurs de presse pour les engager à ne pas faciliter la tâches des espions communistes et révélant des secrets d’Etat. On est très loin du sens conspirationiste attribué à ses propos (à moins, bien sûr, de penser qu’il faisait semblant de parler du communisme). Le discours complet est ici : https://www.jfklibrary.org/archives...


    • Laurent, il faut être plus précis dites plutôt judéo bolchévique car l’origine communautaire des espions et manipulateurs d’opinion "communistes" aux USA (Rosenberg, White etc) est loin de vous être inconnue (cf votre livre yahvisme.... que je suis en train de terminer et qui se révèle pour moi aussi important et sérieux que la controverse de Sion pour qui ne veut pas mourir idiot.
      c’est un peu comme de voir l’école de Francfort simplement sous sons aspect marxiste tout en occultant son côté communautaire (et même kabbaliste)
      Merci encore pour votre travail et bravo pour votre interprétation de l’homme au parapluie.


    • @Paramesh
      Oui, ça allait de soi dans mon esprit. En étudiant récemment un peu ce dossier, j’ai d’ailleurs appris que, curieusement, les pro-communistes qui manipulaient Roosevelt devinrent soudain pro-sionistes sous Truman, comme par exemple David Niles (Nyhus).


  • rien à voir avec l’article, mais tout à voir avec son auteur. je viens de découvrir que l’auteur de l’article A Giant Hoax for Mankind ? au sujet des fausses missions Apollo, publié le 1er avril 2019 chez Unz review sous le pseudonyme MoonLandingSkeptic était bien M Guyénot ! je viens de le découvrir en écoutant le podcast d’une émission de Kevin Barrett, ou M Guyénot était l’invité et dans laquelle il a fait son “coming out” en révélant la vraie identité du MoonLandingSkeptic.
    je tiens à remercier M Guyénot pour cet article, car c’est lui qui m’a ouvert les yeux sur ce sujet. par la suite je me suis lancé dans une recherche approfondie sur le sujet, en profitant de mes connaissances du russe pour éplucher plusieurs dizaines de documents en russe disponibles sur Internet (apportant qq détails intéressants que je n’ai pas pu trouver sur des sites anglophones ou francophones) et qui m’ont entièrement convaincu que les américains ne sont pas allés sur la Lune.
    mais, je répète, c’est bien l’article de M Guyénot qui m’a réveillé. grand merci !

     

    • Très heureux d’avoir été utile. Comme je l’expliquais à Kevin Barrett, je n’avais pas signé cet article parce que Ron Unz pensait que ce sujet, qu’il ne prenait pas au sérieux, nuirait à mes travaux sur le 11 Septembre et sur les Kennedy. Je pense que c’était un bon choix. La traduction française de l’article a bénéficié de tout ce que j’ai appris des quelques 1500 commentaires qu’a suscité mon article. La récompense et la motivation de tout ce travail, au-delà de l’amour de la vérité, c’est le sentiment d’être utile, c’est pourquoi votre témoignage me touche.


    • Bonjour @UnautreSkeptic , @Laurent Guyenot
      J ai apprecie les analyses, videos et ouvrage de L.Guyenot sur JFK, mais suis
      tres surpris d apprendre que il/vous est sceptique sur les alunissages. Apres lecture de l’article sur UNZ.com et ecoute de l’interview avec K.Barrrett, je tombe des nues...
      compiler des analyses erronees de multiples sceptiques n’apporte aucune preuve supplementaire. De nombreux arguments utilises ne sont que des reprises de doutes largement debunkes.
      le documentaire de M.Mazzucco n est qu’un mille feuille de doutes systematiques sans aucune valeur scientifique, il n utilise meme pas les photos originales de la NASA, n’a aucune connaissance scientifique...
      Il me semble indispensable de retourner aux faits et aux lois scientifiques plutot que d interpreter des photos ou des evenements sortis de leur contexte pour pouvoir tirer des conclusions.

      etant moi aussi russophone j ai eu l occasion de lire des articles scientifiques de grands specialistes russes d astronautique qui ne nient en rien les missions Apollo.
      Jusqu a preuve du contraire les americains sont alles sur la lune.

      bien a vous


    • merci pour votre réponse, M Guyénot !
      @Loïc : comme l’a dit qqn, on ne peut pas prouver que qqch n’a pas eu lieu ; la charge de la preuve se trouve du côté de celui qui revendique l’exploit. en revanche, ce qu’on peut faire, c’est de pointer du doigt les anomalies dans ce qui est présenté comme preuve. et la liste est longue !
      comme ce n’est pas le sujet ici, je vais juste laisser qq liens vers des sites en russe :

      (1) le livre de Aleksandr Popov "Amerikantsy na Lune"

      https://royallib.com/read/popov_ale...

      (2) le site de Aleksandr Yarmolovich

      http://www.arracis.com.ua/vostok/in...

      ce dernier est assez original car son analyse se base uniquement sur des documents papiers (qu’il est allé chercher dans les archives) contemporains aux missions Apollo, la raison étant qu’aujourd’hui il est très facile de produire des faux ou de modifier des documents numériques présentés comme des preuves (par la NASA ou les debunkers).
      même si on ne comprend pas le russe, ça vaut la peine d’essayer les traducteurs automatiques (e.g. translate.yandex) qui marchent assez bien (sauf pour les vieux documents soviétiques scannés sur le site de Yarmolovich)

      (3) il y a aussi la chaîne youtube d’un certain Gennadij Dmitrievich Kolmogorov

      https://www.youtube.com/playlist?li...

      qui chaque lundi publie une nouvelle vidéo sur le sujet (actuellement il y en a plus de 120 ! bon, il y a pas mal de répétitions, mais ça vaut la peine de les parcourir car on apprend tjs qqch de nouveau).

      bonne lecture. si le sujet vous passionne (comme c’était mon cas) il y a facilement de quoi vous occuper pendant 3 mois :)


    • Loïc, toujours dans la lune, voire l’espace ;-)

      Vous devez admettre que chaques années qui passe (songez à toutes ces nations...) sans que l’exploit soit renouvelé est des plus étrange.

      Des pas de géants ont été accomplis en aéronautique, tout les domaines... sauf en astronomique ?

      Bullshit. Heille, 70 ans...


  • Je suis rarement d’un enthousiasme débordant, surtout étant donné la nature des affaires traitées, mais je ne peux que saluer bien bas Laurent Guyénot pour son travail, une fois de plus.
    Cette affaire fascine tellement le grand public à cause précisément de tout un symbolisme occulté qui échappe à la conscience du-dit public, qui le perçoit néanmoins comme une mythologie moderne. Vision difficile à saisir et retranscrire, et pourtant vous y parvenez.
    Merci pour tous ces documents et sources que vous rassemblez pour nous et mettez à disposition du plus grand nombre grâce à E&R.
    J’espère que les Français (hélas pas tous, y compris au sein de la mouvance nationale) comprennent ce que tout ce travail leur apporte et en quoi il peut les aider.

     

    • "Cette affaire fascine tellement le grand public à cause précisément de tout un symbolisme occulté qui échappe à la conscience du-dit public, qui le perçoit néanmoins comme une mythologie moderne."

      Effectivement, au delà du simple côté "romanesque" du dossier (et ce dans une famille de "puissants" pleine de drames, pour résumer).
      Si cette affaire n’en finit pas de faire couler de l’encre et fascine toujours autant le grand public, c’est forcément que inconsciemment ou non, voir "instinctivement" les gens sentent qu’il s’est passé là quelque chose de déterminant dans l’Histoire, et ne peuvent parvenir à en faire abstraction.
      Même voir surtout les plus perméables à la soumission "doxa-tesque", car demeure toujours au fond d’eux-mêmes ce "malaise" qui les pousse fatalement et régulièrement à devoir reprendre leur dose de déni via un nouvel article ou documentaire.
      "Telle la pilule bleue de Matrix, mais dont ici l’effet ne peut être définitif tellement l’appel de la vérité est indestructible et donc persiste"


  • @ Laurent Guyenot : un grand merci pour vos travaux sérieux et passionnants. Vous faites souvent référence au probable assassinat de John Kennedy Jr, avez vous enquêté sur le sujet et si oui pensez vous pouvoir publier prochainement un article sur le sujet ?
    Et bonne année 2020 !

     

  • Le parapluie c’est la "patte de l"artiste"

     

    • Je ne suis pas expert mais lorsqu’une cible est distante et en mouvement comme le véhicule dans lequel se trouvait les Kennedy, il dévient alors moins risqué de louper sa cible en indiquant par un objet visible ou un point fixe d’ancrage de la zone de tir ; et c’est d’autant plus efficace si cet objet visible est un passant possédant un parapluie et qu’il se trouve vêtu de vêtements sombres et ainsi dénote au milieu de la foule en liesse, un jour de grand soleil. Le contraste saugrenu produit aurait sûrement pour effet d’interpeller le chauffeur du véhicule que le piéton pourrait de manière imminente traverser la route, provoquant ainsi, par réflexe et prudence, un appui sur la pédale de frein : le véhicule s’est alors arrêté pour éviter d’écraser un sympathisant en plein défilé politique ce qui aurait été du plus mauvais effet et "Bang ! Bang ! Bang !" en plein dans le mille. Très astucieux ces sicaires.
      Sans cet homme au parapluie, les tireurs auraient sûrement eu recours à un ou deux tirs d’ajustement avant de faire mouche dans la cible en mouvement.

      "Full Metal Jacket - Charles Whitman - Lee Harvey Oswald" sur YouTube
      https://youtu.be/a5IWK9sRYTs
      Ou la fabuleuse histoire du "One shot (*), one kill"
      (*) avec un angle droit.

      L’homme au parapluie de René Magritte : "Ceci n’est pas un tireur isolé"


  • Johnson ne paraissait pas le moins du monde surpris de la tournure des évènements. Et le soir, après que le décollage fut retardé afin qu’il prête serment (!) comme nouveau président, et ceci alors que la sécurité pensait que tout le cortège risquait sa vie (re !), il mangea sa soupe comme d’habitude. Alors qu’il voyageait avec la veuve de son ennemi, il passa plusieurs coups de téléphone. D’un calme exemplaire.


  • Laurent Guyénot est un des plus grands esprits de son temps. La finesse et la clarté de ses analyses m’a toujours frappé.


  • En plus d’être toujours aussi brillant et précis, Laurent Guyénot a les "cojones " d’énoncer tout cela clairement et sans ambages, la marque des grands et des hommes debout..de la trempe du patron ! Mes respects chapeau bas Laurent.


  • Super intéressant.
    Laurent Guyénot est clair et il écrit bien. Un vrai plaisir !


  • Personnellement monsieur Laurent Guyénot quelque chose m’intrigue.
    Comment se fait il qu’après cet âpre travail sur le 11 septembre et JFK, et cette multitude de détails tout à fait exacts qui montre un cheminent scientifique, vous puissiez encore soutenir la thèse du "no plane" concernant le WTC ?
    Il est évident qu’il y avait bien 2 avions, sans doute vides de passagers et de terroristes, étant donnée la foultitude de témoignages et caméras, et l’impossibilité de numériser quoi que ce soit de réaliste. D’autant que vous avez souligné vous même ces équipes d’étudiants de l’étage 91 il me semble qui ont certainement mis au point un système permettant aux avions de pénétrer plus facilement les tours à cet endroit.
    Pourquoi persistez vous dans cette thèse qui a d’ailleurs été amené par des pseudos dissidents douteux et qui est un point systématiquement attaqué par les chiens de garde pour ridiculiser les "chercheurs de vérité" ?
    Beaucoup de monde aujourd’hui, du fait de vos grands travaux, reprennent très malheureusement à mon sens, cette thèse que vous défendez.

     


    • Comment se fait il qu’après cet âpre travail sur le 11 septembre et JFK, et cette multitude de détails tout à fait exacts qui montre un cheminent scientifique, vous puissiez encore soutenir la thèse du "no plane" concernant le WTC ?



      Peut-être justement parce qu’il est dans un cheminement scientifique, contrairement à ceux qui se contentent de dire "il est évident que" mais ne démontrent rien ?


    • Je ne fais pas de la thèse « no plane » une obsession, car je conçois qu’elle peut être interprétée comme vous le faites, et elle n’est pas essentielle. Je n’en parle donc presque pas. Je la signale simplement, et j’ai proposé la traduction du documentaire d’Ace Baker pour que les Français intéressés puissent se faire leur propre idée. L’avez-vous visionné ? Vous devriez peut-être. C’est ici : https://www.egaliteetreconciliation...


    • @Aristaque,
      Pour faire une remarque comme la votre, vous n’avez visiblement pas assez passé de temps à comprendre ce qui s’est passé ce jour là et les incohérences multiples concernant le scénario des avions. C’est un travail de fourmis. Mais c’est à la portée de n’importe qui (il faut juste un peu d’achernement et d’esprit de synthèse).
      Plusieurs éléments démontrent de façon implacable que la thèse no plane est la plus proche de la vérité. Il n’y a qu’une seule vérité et Laurent Guyénot fait partie des personnes qui la cherchent dans les moindres détails. Respect à lui.

      Merci au passage à Laurent pour ce magnifique article. Je n’avais pas suivi que le cinéaste Zapruder était membre de la communauté aborigène... L’histoire de se répète, on avait eu le coup des personnes de cette même communauté qui avaient filmé à la fois les attentats de Nice et ceux qui s’étaient passé en Allemagne quelques temps après (! !!). Comme on dit : c’est signé.


    • Dans un fil consacré à l’immense Mr Guyenot, il est loufoque de parler de nos propres recherches , mais quand même, pour avoir planché fort sur le sujet, la these du "no-planes" est la plus logique, et cadre bien avec les théories diverses de démolition contrôlée.

      Perso, je penche pour une technologie inédite.


    • Rajout : peut etre les recherches du CERN et autres, commencent à livrer leurs fruits ?


    • Merci d’avoir pris le temps de répondre Laurent Guyénot, et votre réponse me parait satisfaisante, car j’avoue avoir du mal à comprendre les spécialistes qui accordent crédit à cette thèse.
      Au moins, vous aurez toujours la possibilité de reconsidérer cette question.
      La question n’est évidemment pas essentielle dans l’analyse globale de l’événement, mais c’est un angle d’attaque qui suffit à démolir tout le reste, du moins en terme de crédibilité :
      Je me suis évidemment intéressé depuis longtemps à cette théorie "no plane" juste en tant que passionné d’Histoire contemporaine, et je l’ai très vite écarté. Les images sont souvent choisies sans pixels ou bien les ralentis s’arrêtent à un moment précis pour donner des impressions, et à la fin on met du doute là où il n’est pas besoin. Shanksville, ou bien l’avion du pentagone, là vraiment, il y a lieu de douter et même de retourner la version officielle. Par contre, concernant les 2 avions du WTC, c’est vraiment redonner confiance aux anticomplotistes.
      Bon, j’ai trouver ce document très bien fait pour débunker cette thèse : http://911debunkers.blogspot.com/20...
      Certes le site est mi-figue mi raisin sur cet attentat, mais l’analyse sur ce point est bien faite. Celui qui en est à l’origine ne déborde pas du sujet et, au contraire de ce manipulateur et sournois personnage qu’est Olivier Berruyer, il laisse liberté dans les commentaires et y répond.
      On ne peut evidemment pas ici commencer des argumentations sur ce sujet, mais ce point me semble important pour être "quasi" irréprochable scientifiquement parlant.
      Merci également aux autres intervenants. Croyez comme vous voulez. Si vous avez poussé jusqu’à Gelitin et B-thing, E-team etc, vous serez pas loin de mon niveau somme toute moyennement bon. Si demain Laurent Guyénot change d’avis et que vous le suivez, c’est que quelque part vous avez un esprit un peu moutonnier. On peut être du même bord avec des divergences sur des détails. Les faits m’importent plus que l’auteur de l’analyse.
      Bravo encore pour ce fabuleux travail sur JFK et la famille Kennedy. Comme tout bon complotiste, je n’apprend rien de nouveau mais cela démontre votre valeur et vous pouvez être fier de vous. On aurait pu parler du film "I...comme Icare" pour une petite touche culturelle et française !


    • @Aristarque,

      Si ta démarche est pure et que tu es capable de gérer la dissonnance cognitive que crée ce genre de découverte, voici quelques éléments que tu peux chercher :
      - le moteur retrouvé au sol d’un des avions n’a jamais pu équiper les soi disant avions. B767 200 ER (rechercher côté pilots for truth).
      - le film "a psy opera" montre qu’en stabilisant l’image d’un des avions venant s’écraser et filmé par hélicpotère on se retrouve avec un avion qui sautille dans le ciel (ce qui est impossible). Le CV du caméraman de l’helicoptère montre qu’il était expert CGI (images de synthèses).
      - TOUS les "avions" dans les images live sont cachés par les tours lors de l’impact. La première image 3D arrive dans la nuit du 11 au 12 septembre (tout droit sorti d’une modélisation 3D) et présente l’effet "ghost" sur les colones d’acier qui se recomposent après le passage des ailes (!)
      - Les vitesses officielles des avions sont au dessus des vitesses max possibles pour ces appareils à ces altitudes (les avions risquaient de se désintégrer !).
      - les ailes ne pouvaient perforer les colones d’acier carrées disposées tous les mètres de plusieurs cm d’épaisseur. Une aile d’avion (surtout le bout de l’aile) ne peut pas perforer de l’acier de construction certifié (voir les blue prints des tours jumelles et les épaisseurs des colones aux étages, tout est accessible).
      - les pirates ne sont jamais montés à bord des avions, n’ont jamais été filmés dans les aéroports en question (sauf Atta filmé dans le vol qui le menait à Boston mais ce n’est pas un vol concerné par les attentats). Ils n’ont jamais été sur la liste des passagers. De nombreux pirates ont même été retrouvés par des journalistes comme étant vivants (comme pour les passagers de la navette Challenger voir sur KLA tv c’est un classique personne ne vérifie rien chez les journalistes mainstream).
      - Il n’y a pas eu de réponse du NORAD (avions de chasse) car les avions commerciaux détournés n’existaient pas. Des traces radar factices ont été utilisées ce jour là et les chasseurs en exercice ne savaient plus ce qui était réel ou exercice (!) voir toutes les opérations qui avaient lieu dont global guardian, vigilant guardian, etc etc...
      - les journalistes étaient dans le coup dès le début de l’opération du 11 Septembre et ont indiqué de façon lourdingue sur plusieurs chaines qu’il était normal que les gens ne trouvent pas de débris d’avions (ils expliquaient que les avions avaient été intégralement détruits dans les tours).


  • Bonjour mr guyenot
    merci pour cet article. Que pensez vous de Jackie Kennedy de manière generale et aussi de son choix comme second mariage ?

     

    • Jackie Kennedy suscite le respect de tous ceux qui l’ont connue. Je pense que c’était une femme remarquable. Après la mort de RFK, elle a eu peur pour ses enfants et décidé de quitter le sol américain. Onassis lui a offert sa protection (une sécurité de 75 hommes lourdement armés), et un niveau de vie qui correspondait à ses exigences. Nul ne sait la nature de leurs sentiments profonds. Ce qui est sûr, c’est que Jackie a élevé ses enfants dans la mémoire et l’admiration de leur père, et a tenu a être enterrée aux côtés de John, qu’elle aimait profondément.


  • Kennedy qui pourtant savait tout n’avait pas eu la présence d’esprit de se protéger. Peut être qu’il pensait qu’ils n’oseraient pas s’en prendre à lui en plein jour devant des centaines de personnes...On remarquera une fois de plus que chez tout ces grands hommes politiques et dirigeants qui ont été en bute avec le pouvoir profond il y a toujours une forme de naïveté, voire candeur qui finit par les perdre ! Je pense notamment à Saddam Hussein qui s’est fait constamment rouler dans la farine alors que lui même était un vieux de la vieille ! Par exemple ils l’ont piégé avec l’Iran et ensuite rebelote avec le Koweit ! A chaque fois Saddam Hussein est tombé dans le piège !

     

    • Kennedy faisait entièrement confiance à son service de sécurité, et s’était fait une philosophie d’accepter la possibilité d’être assassiné. Il avait déjà frôlé la mort plusieurs fois. Vivre chaque jour comme si c’était le dernier, était sa devise. Mais là, c’est vrai que c’est assez impressionnant de le voir tout sourire à côté de Jackie, dans un tel guet-apens. Pour répondre à un autre commentaire, de lourds soupçons pèsent sur certains membres du service de sécurité, et notamment le conducteur, probablement complices de Johnson. Mais il ne faut pas négliger la possibilité que, comme pour le 11 septembre selon ma thèse, certains aient cru participer à un faux attentat.


  • De plus en plus précis et incisif Laurent !
    J’avais échangé -postillonné- il y a longtemps, quelques mots avec toi dans un "Pub" proche de la préf. de Mtpl. Tu terminais (corrigeais) à l’époque ton JFK sans avoir encore un éditeur. Tu m’avais convaincu !
    Bravo ! Bravo !


  • Grassy knoll = butte herbeuse ou monticule herbeux


  • Et quid du chauffeur ? Les enquêteurs ne lui ont pas demandé pourquoi il roulait si lentement ?

     

  • A Laurent Guyénot (s’il lit ce message) : pensez-vous que Jim Garrison se doutait un peu de l’existence d’un début de piste Israélienne ?

    En mettant de côté la théorie d’Oliver Stone, que pensez-vous de JFK, que je considère comme un chef d’œuvre cinématographique  ?

    Bien à vous.

     

    • Oui, selon Michael Collins Piper, Garrison avait senti la piste israélienne, mais je ne sais pas jusqu’à quel point. Sur le film de Stone : je n’ai pas d’opinion sur sa qualité cinématographique (je n’aime pas beaucoup Costner). Par contre, comme beaucoup, je pense que le scénario a été très encadré par le producteur Arnon Michan qui a veillé à ce qu’Israël soit absent du tableau.


    • @Laurent Guyénot (2) : "le scénario a été très encadré par le producteur Arnon Michan qui a veillé à ce qu’Israël soit absent du tableau"

      Si tant est que lui-même en fut déjà, en 1990, à ce stade très avancé de la connaissance du dossier Kennedy, on peut en douter...

      Me voilà maintenant atteint de "guyenite aigüe"  : parallèlement à the umbrella man, Zapruder, ne serait-il pas lui the camera man ?

      Son film, certes essentiel à la destruction de l’imposture officielle Oswald, ne l’a t-il pas grandement enrichi sur plusieurs générations ? Je ne peux m’empêcher de penser qu’un membre de la communauté juive texane ait pu à l’époque le conseiller vivement de filmer le cortège, avec le timing parfait que l’on sait.Le tuyau en or entre "potes" en quelque sorte...

      A Dallas ce jour-la, avec un temps aussi radieux et un évènement aussi important, seul Zapruder aurait eu l’idée de filmer un cortège présidentiel ?

      A moins que je me trompe biensûr.


    • Oui vous vous trompez, car il existe de nombreux autres films amateurs du cortège présidentiel à Dallas ce jour-là. Ce qui distingue celui de Zapruder de tous les autres c’est sa durée, sa qualité et la position idéale à partir de laquelle il est réalisé.

      Quant à l’idée qu’A.Zapruder ait pu bénéficier d’un tuyau de la part d’un membre de sa communauté, je dois dire qu’elle n’a rien de farfelue ou d’improbable.


  • Absolument fascinant , merci E&R , merci Mr Guyénot. Je suis passionnée par cette famille et par les malheurs qui se sont abattus sur elle . Quelle chance nous avons d’avoir ce site et de tels auteurs


  • Le personnage de Jack rubenstein est très intéressant car dernièrement grâce au document declassifier de Trump.

    Il a le 22/11/63 appelé un informateur du FBI en lui demandant si il voulais ( aller voir le feu d’artifice cet après midi).

    De plus lors d’entretien avec monsieur Warren à lepoque de la commission,
    on vois très clairement qu’il voulais tout balancer en échange de changer d’état pour son jugement.
    Mais personne même pas M. Warren n’a voulus connaître cette vérité.

    Si quelqu’un a le nez dans les derniers documents declassifiers et souhaite échanger je suis preneur.


  • @Laurent Guyenot : tout d’abord merci pour votre travail et votre investissement, c’est vrai que le dossier est passionnant, l’événement en soi et tout ce qui gravite autour ont une dimension quasi mystique je trouve..

    J’avais une question à propos du 11 septembre si toutefois vous voyez mon commentaire, question qui me taraude depuis des années : Dans les grandes social-démocraties occidentales comme les USA ou les pays d’Europe de l’ouest, savez vous ce qu’il en est des protocoles militaires en vigueur en cas de détournement d’avion de ligne ?
    J’ai parfois entendu que les chasseurs qui étaient d’habitude en poste aux environs des événements avaient été envoyés en exercice au delà de la frontière nord (il paraît d’ailleurs difficilement concevable que ça concerne tout l’effectif). Parce que bon, entre le moment où les boeings ont été "piratés" et le moment où ils se sont soi disant pétés contre les tours, sans être spécialiste je pense qu’il s’est écoulé largement assez de temps pour mettre en branle des batteries DCA/missiles par exemple.. Quid du feu vert des autorités dans pareille situation, qui j’imagine a forcément été envisagée.

    Si vous avez des infos là dessus je suis vraiment curieux, merci !

     

    • https://youtu.be/33jlc5gDoUE
      La premiere heure de ce documentaire pourrait peut etre repondre à certaine de vos questions. Bonne année à ER et courage à tous


    • Comme l’indique Dave, le docu de Massimo Mazzuco donne toutes les infos pour répondre à la question. A moins, bien sûr, qu’il n’y ait tout simplement pas eu d’avions détournés ailleurs que sur les écrans des contrôleurs. Comme je l’ai dit, je n’ai pas de dogme sur cette question, mais, tout bien considéré, il me semble que la solution no plane est beaucoup plus économique, comme explication mais aussi en terme d’organisation et de moyens.


    • Simplement dire que les billets concernant les recherches de Mr Guyénot sont les plus passionnants, car ensuite, il y a toujours des échanges, il répond à nos questions, apporte précision sur demande... disponible.

      Vraiment un chic type, grand monsieur de par son engagement. Il faut le souligner.

      Grâce à vous, j’ai changé de regard sur Kennedy... bon travail !


  • #2360640
    le 09/01/2020 par ChercheASortirdelaCavernedePlaton
    Abraham Zapruder, l’homme au parapluie et la malédiction des Kennedy

    Putain, cet article m’a transporté et ébranlé !
    Bravo et félicitations.


  • "..c’est Yahvé qui se venge, en quelque sorte".

    Le Seigneur YHWH ne se "venge pas", il n’y a pas de "Dieu punisseur" et "père fouettard" comme le pensent les religieux de ce monde, puisque le Seigneur YHWH s’est Retiré (et non s’est "reposé") au 7ème jour de la création pour laissé son enfant le Adam (Humanité) continuer son oeuvre, mais surtout Adonaï Elohim à demandé à son Adam de "Retourner" à ses racines spirituelles, de Retourner ("Shouv, Tashouv !") en lui-même afin de reprendre le chemin ontologique de la déité, n’est-il pas créé pour cela ? à l’image d’Elohim et doit être fait à sa Ressemblance ?
    Le 7ème jour c’est le "shabbat" qui signifie aussi "Destruction" nous sommes à l’aube du 7ème millénaire, soit à l’aube de la "Destruction/Shabbat" de cette Humanité animale (âme animale) du 6ème jour de la création.
    Je précise aussi que "Juif" signifie celui qui est "circoncis de cœur" et non celui qui en a les apparences extérieures, dira le rabbi Shau’l de Tarse alias l’apôtre Paul.
    Le véritable Judaïsme est celui là ! et Yeshoua HaMashia’h représente le Judaïsme circoncis de cœur, lui descendant de la tribu de Juda et Messie d’Israël, soit du Monde, et non une religion dite "chrétienne ou juive".


  • Je félicite Laurent Guyénot pour son travail éclairé et je le remercie surtout pour m’informer. Je n’ai rien d’autres à dire, tout est dans les livres et dans l’article.


  • Qui etaient les emissaires de jfk pour visiter la centrale de dimona et comment s’est passée la falsification du rapport ? Merci.


  • Merci pour cet article ! Je suis étonné de ne pas voir dans les commentaires de référence au dollar Kennedy ... il paraît que la 1ere chose qui a été faite après l’assassinat , était d’annuler cette monnaie qui échappait à la Fed... comme le disait Sakozizi, suivez l’argent....


  • Regarder la vidéo de Zapruder, le tueur c’est le CHAUFFEUR.


  • Dans la vraie vie, le réglage d’une lunette de tir ne permet de la précision qu’à une seule distance selon le calibre. Une cible en mouvement passe très vite devant les éventuels repères du croisillon, qui permettent de corriger la hausse de visée. Un tir de face est celui qui assure les meilleurs résultats à condition de rectifier sa visée en permanence, ce qui nécessite de l’entraînement et une excellente habitude de l’arme employée. Un tir latéral sur une cible mouvante offre une ’fenêtre’’ extrêmement courte que la faible dimension de la cible réduit considérablement. Le calibre déterminé, il est impossible de ne pas savoir d’où venait le tir qui a tué Kennedy.


  • Tir de face avec une dizaine de degrés en surplomb pour passer au dessus du pare-brise, probablement en appui depuis le fond d’une pièce fenêtre ouverte. Distance : 150/200 mètres max, si véhicule en mouvement même lent.


  • Article très intéressant et très explicite...on s’aperçoit que beaucoup et peut-être un peu
    trop de coïncidences impliquent des hommes,d’une certaine élite,tous lié a la même communauté,et comme par hasard proche du cercle L. B. Johnson... !!
    Bravo et merci pour ces infos !


  • Salut à tous,

    Tout comme pour 9/11, le problème dans cette histoire, c’est le Zapruder film. Seul film de l’assassinat ! Etrange, n’est-ce pas ? Même si c’est 1963, Kennedy est en visite, il a tout une armée de journalistes, photographes, caméramen, mais nous n’avons que ce film ?...

     

    • Abraham Zapruder était un maçon du 33em degré .... Son film est une manipulation .... Kennedy n’est pas mort ce jour la ....Il (JFK) a joué plus tard
      ( a certains moments ) le role de Jimmy Carter ( comme Bill Hicks a endossé le role d’Alex Jones )
      All The World Is A Stage.


  • C’est indéniable,la discidence complotiste fournit depuis toujours des raisonnements logiques établis par preuves irrefutables alors que les théses officielles sont toujours un peu tirées par les cheveux.
    Longue vie à ER et merci.
    Nous ne sommes pas assez à reflechir ainsi malheureusement alors formez vos gosses et si vous n’en n’avez pas je vous conseille vivement de vous y mettre


  • Hollywood aime les symboles, allusions que l’on aperçoit dans les films, musiques etc... . Le fait qu’un homme ouvre un parapluie par beau temps, et quand même très symbolique et fais penser à une anticipation plutôt que protestation. JFK n’aurait sans doute jamais fais le rapprochement d’une quelconque protestation envers son père en voyant cette homme, allez savoir ? Comme dirait rihanna dans umbrella, il rocaffele.


Commentaires suivants