Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Affaire Binti : Alain Soral condamné pour s’être fait piéger !

Comme le rapportent de manière totalement pernicieuse Ouest-France et Le Figaro, la cour d’appel de Paris a condamné Alain Soral à 60 jours-amende à 50 euros pour « menaces de commettre une atteinte à la vie privée ».

 

Une peine de jours-amende implique que le condamné voit cette peine transformée en emprisonnement s’il ne s’acquitte pas de la totalité de l’amende. Selon ce jugement, Alain Soral devra aussi verser à Binti une somme de 6000 euros de dommages et intérêts et frais de justice.

Récapitulons : 9000 euros (3000 euros en jours-amende + 6000 euros) et une potentialité de prison ferme pour une menace non exécutée !

Détail qui a son importance : il n’y a pas de menaces de la part d’Alain Soral ! Les seuls menaces (de divulgation de photographies) émanaient de Mathias Cardet, qui n’était pas son complice mais le complice de la « jeune femme », comme toute l’affaire le démontre.

Alain Soral est donc condamné pour des propos... que ses ennemis ont tenus !

En revanche nous rappelons que Binti et ses complices (tous repris de justice et contre lesquels Alain Soral a déposé plainte) ont bien vendu une photo d’Alain Soral nu diffusée par le journaliste et paparazzo franco-israélien Jean-Claude Elfassi (actuellement écroué pour escroquerie et déjà à l’origine de l’affaire Tariq Ramadan).

Encore une fois la réalité est à l’opposé du jugement rendu et de la version médiatique qui présente Alain Soral comme un harceleur de l’acabit de Frédéric Haziza !

***

La vérité sur l’affaire Binti : réécouter l’émission
« Émission spéciale ERFM – Harcèlement judiciaire : l’affaire Binti »
(décembre 2016)

 

Au sommaire :

Intro
1’42 : Une campagne médiatique bien orchestrée, mais par qui ?
7’22 : Analyse du jugement
11’07 : Premier acte (mars-août 2014) : quand Binti contacte Alain Soral
13’50 : Qui est Mathias Cardet ?
23’30 : Le basculement
25’58 : Deuxième acte (novembre 2014) : l’affaire éclate dans la presse
29’32 : Qui est Jo Dalton ?
36’44 : Pourquoi ne pas avoir porté plainte contre le gang ?
42’00 : Troisième acte (septembre 2015) : deuxième plainte de Binti
42’30 : Maître Honneger, avocat de Binti et du grand banditisme
47’20 : L’affaire Kery James
49’22 : Qui est Street Press ?
50’50 : Pourquoi Binti a-t-elle porté plainte deux fois ?
54’06 : Cette affaire est-elle une succession de coïncidences ?
59’35 : Les grands procès d’E&R
1’01’12 : Le mot de la fin
1’01’53 : Fireball, « Swing me out », Album French Melancholy, Kontre Kulture Musique

 

Écouter l’émission :

 

***

Pour soutenir Alain Soral et E&R
rendez-vous sur la page de don dédiée !

Les tenants et les aboutissants de l’« affaire Binti », sur E&R :

 

Les grands procès d’E&R de Maître Damien Viguier, chez Kontre Kulture :

Pour mieux connaître la vie intime d’Alain Soral, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il devient extrêmement dangereux de vivre en France si l’on ne veut pas se soumettre. Tous les jugement semblent avoir écrits à l’avance et toute dialectique est banie.


  • Pas de police des braguettes !


  • "Souviens-toi de te méfier" (Epicharme) .

     

    • « Souviens-toi de te méfier. » C’est exact (dirait un certain Prof’).
      De quoi ? De qui ? Quand ? ;) Déjà trop de questions qui ouvrent des domaines plus vastes encore.
      Pour parfaire à la quête de sens de l’homme allant se faire voir chez les Grecs de l’Antiquité - dont on connaît l’institution éducative bâtie autour de relations particulières - et pour m’en être toujours souvenu jusqu’à la vigilance, j’ai pu décliner une forme de citation plus contemporaine que tout un chacun - et surtout la jeunesse actuelle en recherche de contexte - perçoit beaucoup plus aisément concernant ce type de « relationnel », qui réagit le plus souvent aux pulsions, lorsque la testostérone et autres phéromones s’en_mêlent, avant tout :



      Tout homme qui croit, chez la femme, pouvoir mettre le doigt, haut la main, finit par l’avoir dans le cuI.*



      Chemin faisant, le fameux doigt au vent, je ne me suis jamais - jusqu’ici - fait prendre : éprendre, certes, pas jusqu’à l’annulaire, mais jamais prendre ; pas même en stop. Pourvu que ça dure : bien que, seul le petit doigt en sache quelque chose ce qui est, somme toute, un atout majeur pour ne pas se faire mettre à l’index.

      * Citation que j’aurais pu fourguer à un certain Doumé, amateur d’hôtels et d’atmosphères et autre Harvey adepte pour embobiner quelques émulsions aux composés sensibles, jusqu’à l’argent... La femme, dans les projections de films qu’elle a à l’esprit, étant le plus souvent duplice.


  • Ah les femmes !... Que ce soit Rachida, Chikirou, Binti, elles arrivent toujours à plumer l’Homme . Mon père me disait : " On est toujours trop bon avec les femmes " .

     

    • Pas d’accord pour Rachida et Chikirou car si ce sont des s...elles ont été avec des connards aussi...
      Pour Binti je ne connais pas trop le personnage mais Il apparaît que c’est un beau traquenard...
      Il y a des femmes prêtes à tout pour du fric, de la notoriété...mais il y a aussi des hommes.


  • #2070972

    D’experience vécue étant enfant, je peux dire qu’à la fin des années 70, il y avait encore un semblant de justice, même si déjà très infiltrées...

    Quand celle-ci, lors d’une enquête grave finissait par marcher sur les plates bande des intouchables, le secret d’état était alors employé pour la museler.

    Aujourd’hui, plus besoin de secret d’état...

    Il n’y aura pas de changement sans véritable révolution.
    A mon humble avis hélas, ce n’est pas près d’arriver.

    Un effondrement est cependant possible.
    Mais ce ne sera pas pour le meilleur...


  • Le patron les rend fou !

    Ils n’ont pas de prise par la raison, alors ils sont obligés de basculer dans l’absurdité morbide....

    Soutien à Soral !
    Que la Force soit avec Vous !


  • Et merde... je vais devoir augmenter mon aide mensuelle à E&R... ;-)

    Courage Alain, tout ça confirme que vous êtes dans la bonne voie.

     

  • Ils ont peur, ses actions révèlent cela. Ils ont pas la sérénité du pouvoir. Comme un autocrate qui passe son temps à déjouer un possible renversement.


  • On a le droit de porter plainte contre la justice ? Franchement c’est une quenelle à faire. Y en a marre, à ce niveau là j’attends que E&R trouve une demarche à établir pour que ça se sache, une demarche different que de soutenir financierement. J’ai pas d’idée, mais sachant que les gens en ont marre de cet état français de merde et de ses élites pourries, je pense qu’il y a moyen de réveiller les esprits qui attendent des solutions. Et là il y a une erreur sur laquelle il est interessant de rebondir. C’est une de plus dans le flot, mais ça peut permettre d’amener plus de soutien, plus de rejet du système, plus de reaction, les moutons sont des moutons, mais ils choisissent le berger à suivre. Alain Soral est ce berger. Il faut le montrer, sinon ils continueront de suivre d’autres baltringues. Si AS se montre réellement, en recréant le bug comme il sait sibien le faire, alors il aura plus de soutien et de réparation que s’il reste sur internet sur un site très suivi mais trop peu encore. Et si la solution n’est pas en France, alors il peut utiliser des appuis en Corée du Sud ou en Russie. Le monde doit savoir.

     

  • Il est impératif que les personnalités publiques (hommes) fassent attention ! Des cas similaires se multiplient en ce moment... Tout est bon pour salir les diseurs de vérités. Tout est bon pour les rabaisser et les affaiblir psychologiquement, c’est connu ! Alain est condamné sans raisons. C’est plutôt la plaignante qui aurait dû l’être pour avoir vendu une photo - d’ordre privé - à M. Elfassi... Elle se retrouve dans le camp des victimes alors qu’elle est à l’origine de cette sordide affaire qui traîne depuis plus de 4 ans !

     

  • C’est un authentique procès kafkaïen pour Alain et nul doute qu’il saura porter sa croix dignement à travers ces marivaudages hideux et abracadabrantèsques. Souhaitons que ce procès d’intentions infondé fera l’objet d’un pourvoi en cassation et qui devrait suffire à briser en petites miettes cette pitoyable décision de justice. Elfe assis dans la geôle et à quatre pattes dans les douches est en train de sentir le bras long de la justice...et il en redemande le bougre, certainement même plus que Binti couche-toi là.


  • C’est l’inversion accusatoire institutionnalisée par les magistrats qui condamnent la victime au profit de ses bourreaux ! On entre dans la Quatrième Dimension.


  • Appelons un chat, un chat.
    Si tant est que l’on soit baptisé, voire même ondoyé, l’on appartient, si ce n’est à l’une des autres Églises chrétiennes, à celle catholique apostolique romaine, sous les bons auspices du Vatican (que l’on considère que le siège de Saint Pierre soit, pour l’heure, vacant ou pas, là n’est pas le sujet). L’on peut donc - à contrario des Évangéliste qui prodiguent le baptême aux adultes - être catholique malgré soi, avant même de professer sa foi.
    Les affaires Finaly et Mortara (plus ancienne encore) en témoignent. À ces sujets d’ailleurs, l’anti-judaïsme de l’Église aura eu tôt fait d’être lui, baptisé, d’antisémitisme... Et bien voyons.
    De la même manière, l’on peut se trouver sémite malgré soi : que l’on soit descendant de Sem par la matrilinéarité (que l’on pratique ou non la religion qui semble en découler), que l’on parle une langue sémitique ou que l’on soit né dans une région de locuteurs desdites langues sémitiques. Le converti ne l’étant pas malgré lui, s’entend.
    Il s’avère que, malgré-moi, je suis l’un de ceux-là.
    Je ne peux donc, à l’instar des méritants Gilad Atzmon ou de Norman Finkelstein et d’autres encore, être antisémite, signifiant, pour l’accusateur, d’avoir à renier les siens : cela n’aurait pas de sens.
    Pour autant, à un degré extrêment moindre, je me sens appartenir par l’esprit, au mouvement calomnié par Ouest-France que l’on pourrait dès lors qualifier, pour son inversion des sens, de France à l’Ouest.
    Si le sionisme s’entendait par la vision éthérée d’une Jérusalem céleste au gré de la pratique de quelques rites personnels de l’ordre de l’intime, cela ne (me) poserait aucun problème éthique. Devenu politique, le fait que ce poison s’insinue dans des affaires publiques qui concernent d’autres entités aux concepts différents me semble déjà une aberration mais, que cette idéologie condamne (à tous les maux possibles du panel) Pierpoljack, en asseyant sa dominance sur des thèmes ou des arguments parfois fallacieux, tout en accusant ce dernier d’antisémite, c’est le pompon.
    En cela, et bien que j’ai d’autres chats à fouetter, si l’on me posait la question, je répondrais être « antisioniste », comme je suis anti-d’autres trucs.
    Comme il m’est impossible d’être antisémite et qu’un certain professeur enseignait l’exactitude, l’affirmation d’Ouest-France qualifiant le mouvement est inexacte (au regard de la formule « si et seulement si »), là où un célèbre humoriste aurait conclu par la fonction « Faux, Nul ».


  • Entendez-vous le cri de la caisse enregistreuse au fond de nos prétoires ?


  • Vivement la prochaine crise financière quand le frigo sera vidé et que les français mâle alpha reprendront le pouvoir. En se débarrassant des francs maçons, des lgbt,des sionistes, des féministes, des sataniques etc. Mais surtout restreindre les droits des femmes comme le divorce etc . En somme une refeminisation de la femme et une revilirisation de l’homme. Mais comme les veaux de français ont été castré par leur mère et que l’état a détruit le patriarcat via des lois féministe, je n’y croit pas trop . Enfin c’est beau de rêver...

     

  • On a le nom du (des) juge(s) ? Du (de la) procureur (procureuse, procureure,procuratrice) ?


  • Encore une fois, l’administration judiciaire s’est déshonorée en condamnant Alain Soral en dépit de toutes les preuves de sa non implication dans les faits incriminés ..... Triste habitude !!!


  • #2071263

    Alain, laisse ! Attribue-lui le prix de sa trahison et dis-lui qu’il est aussi celui de toute l’humanité qu’elle fait vivre en elle, puis, souhaite-lui de s’élever, c’en sera terminé de cette histoire et tu seras sorti par la grande porte, le tout, sans la moindre morgue, juste le sentiment baffoué et ça ira !


  • "Encore une fois, l’administration judiciaire s’est déshonorée".

    Joli pléonasme.


  • Prenons l’affaire au commencement .

    Des gens dans la mouise, j’en ai dans mon coin, je suis sur Tours.
    En ce moment, ce sont des bulgares et je les fréquente pour le boulot et comme ils sont aimables et bien élevés, je me suis lié d’amitié avec certains car ils ont une mentalité à la russe.
    Cependant, quand une petite poupée m’apporte un café, puis deux, me fait un grand sourire, me garnit mon assiette plus que de raison, puis vient me voir discrètement (je suis loin d’être une gravure de mode !) ... je l’envoie gentiment au carmel.

    Il a joué.


Commentaires suivants