Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Affaire Mélenchon : le directeur de la radio franceinfo nous prend pour des jambons

Vincent Giret, le directeur de franceinfo, a beau jouer les indignés, convoquer une gestuelle énergique, celle d’un homme sincère blessé par les accusations de complicité avec la politique de répression macronienne contre La France insoumise (et le Rassemblement national, mais tout le monde a l’air de trouver ça normal de harceler les fachos de service), on ne croit pas une seconde à son discours vantant l’indépendance de son média et sa déontologie sans faille.

« "Je veux rétablir des vérités simples face aux accusations extrêmement graves portées contre nous", a indiqué vendredi Vincent Giret, le directeur de franceinfo, après la conférence de presse tenue par Jean-Luc Mélenchon. Le leader de la France insoumise a réagi aux révélations de franceinfo sur les soupçons de surfacturation lors de la campagne présidentielle de 2017. Le député de Marseille s’en est notamment pris au travail de la Rédaction en dénonçant une "opération téléguidée par le pouvoir politique". »

Ça fait un bail que France Info – ça s’écrivait comme ça avant – est devenue une courroie de transmission de l’État et de ses intérêts. La première radio française d’information continue n’est plus qu’une radio de désinformation continue. Toutes les batailles de l’oligarchie y sont menées avec le fracas de la parole et la conscience du juste. Dès qu’il faut attaquer un ennemi du pouvoir, qu’il soit visible ou invisible, franceinfo est là pour rétablir la vérité officielle au détriment des explications alternatives.

« Il [Jean-Luc Mélenchon] nous accuse d’avoir coordonné en quelque sorte notre travail éditorial, journalistique, avec le travail de la justice, bien évidemment, dont nous ne connaissions absolument rien. »

Mais de quoi se plaint le pauvre Giret ? Comme tous les autres médias soumis à la dominance réelle, franceinfo a enquêté sur les comptes de campagne de La France insoumise lors de l’élection présidentielle de 2017. Avec un bon gros coup de vent macronien dans le dos, puisque ce qui arrive à Mélenchon et ses amis, perquisitionnés comme de vulgaires malfrats pour trois broutilles comptables, dont tous les partis sont coupables, est ce qui a touché la fusée Fillon en plein vol vers la présidence au début de l’année 2017. Une campagne orchestrée de l’Élysée, avec la complicité des lobbies, dans le but d’écraser les oppositions dangereuses pour le candidat de la Banque, des Marchés et des Lobbies.

« Franceinfo n’est pas une radio d’État, non, c’est une radio de service public, une radio de service public qui défend une éthique, une responsabilité, une exigence, une charte professionnelle et une conception de l’information impartiale, vérifiée, certifiée, avec du débat contradictoire. C’est bien évidemment un point fondamental et tous nos auditeurs le savent. »

Ah ah ah, tous ses qualificatifs de l’info de service public qui serait « impartiale », « avec débat contradictoire »... Hontologie, oui !
A-t-on jamais vu un dissident, un réinformateur, un opposant profond, un malpensant – vous les appelez comme vous voulez – invité sur le service public audiovisuel alors qu’ils représentent une tendance politique montante et essentielle dans le débat national ? Non, jamais ! Pas une fois ! À la place, la bien-pensance radiophonique incarnée par ce pauvre chien battu de Giret invite des « spécialistes », des « experts » de la contre-information qui viennent vomir la doxa des vrais dirigeants de ce pays...

Quel bouffon ! Qu’est-ce qu’il faut pas entendre ! Décidément, tout le monde ment dans notre élite politico-économique. C’est devenu le royaume des menteurs qui, même pris en flagrant délit de mensonge grossier, continuent de nier en piaillant qu’ils sont les garants de la liberté, de la démocratie, toutes ces foutaises pour abrutis.

 

« Il faut savoir que la cellule d’investigation de franceinfo et de Radio France travaille depuis plusieurs mois sur chacun des candidats qui ont été à la présidentielle, et donc sur leur budget de campagne. Et donc nous avons déjà eu l’occasion de travailler, de faire un certain nombre de révélations sur la campagne de François Fillon, sur la campagne d’Emmanuel Macron, sur la campagne de madame Le Pen. Et bien évidemment tous ces travaux journalistiques sont trouvables extrêmement facilement en allant sur notre site franceinfo.fr qui montre qu’il n’y a pas de parti pris contre Jean-Luc Mélenchon. »

Ce n’est pas le travail de la « cellule investigation » de franceinfo qui interroge, mais la concomitance des révélations de cette radio avec les intérêts de Macron et de sa suite qui voient se profiler une déculottée populiste à la fin mai 2019. Ils doivent, parce qu’ils ont le nez sur les sondages, avoir vent de quelque chose, d’un vent qui tournerait le dos à l’illusion Macron qui a hypnotisé, on le rappelle, deux Français sur trois en mai 2017. Des Français qui aujourd’hui ouvrent les yeux sur l’arnaque dont ils ont été les victimes et les complices.

« Deux surprises ont émané des perquisitions dans l’enquête sur le financement de La France insoumise. La première est la proximité de Jean-Luc Mélenchon et de la communicante Sophia Chikirou, au cœur des investigations, qui se trouvait au domicile de l’ancien candidat mardi matin à l’aube. La seconde est la découverte de plus de 12 000 euros en liquide au domicile d’un des plus anciens proches du leader insoumis. » (Mediapart)

En élevant un peu le débat, on remarque que Mélenchon et les siens subissent les mêmes outrages pour des clopinettes que Fillon et les siens en 2017. Dans cet acharnement disproportionné, Mediapart prend une grosse part du gâteau en révélant le lien entre Mélenchon et Chikirou, une directrice de campagne qui subit tous les feux de la dominance et de ses chiens.

« Je m’attendais à une chose bien glauque. En effet, hier, on a demandé à mon chargé de communication sur mes réseaux : “quelle est la nature de votre relation avec Jean-Luc Mélenchon ?”. À une autre camarade : “vous donnait-il des ordres en dehors de sa fonction de député”. À Sophia Chikirou : “quelle est la nature de vos relations avec Jean Luc Mélenchon ?”. Mot pour mot ce qu’un “journaliste”, fils à papa, m’a demandé en fin de conférence de presse. Je supposais que je serais le centre d’une fresque passionnante... À l’état civil et aux impôts je suis célibataire. Et jusqu’à cet article je me croyais seul auteur de ma vie privée. » (Source : Huffington Post)

 

Macron, élu sur une fraude massive en faisant éliminer Fillon par une coalition médiatique qui y avait intérêt (il a dû leur promettre d’éradiquer la concurrence informationnelle sur l’Internet), tente aujourd’hui d’éliminer ses opposants officiels en dénonçant leur culotte sale, alors que lui-même a la couche pleine.
On peut s’attendre, dans les mois qui viennent, à des révélations très en dessous de la ceinture, voire dans le slip.

La véritable insoumission est chez Kontre Kulture

 

Les déboires du Média et de Mélenchon, sur E&R :

 






Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents