Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Alain Soral sur la visite du ministre syrien des affaires étrangères en Iran et l’échec du clan américano-sioniste

Entretien avec la radio francophone iranienne


Transcription de l’entretien

french.irib.ir – Monsieur Alain Soral, vous êtes sociologue français, président d’Égalité et Réconciliation. Je vous remercie infiniment d’avoir eu la gentillesse d’accorder cet entretien à la radio francophone iranienne. Monsieur Soral, la Syrie retient ces jours-ci toutes les attentions. Le ministre syrien des Affaires étrangères s’est rendu en visite à Téhéran, capitale de la République islamique d’Iran où il a eu des entretiens avec les responsables iraniens, y compris avec son homologue iranien, Monsieur Salehi. Au cours d’une conférence de presse avec son homologue iranien, le chef de la diplomatie syrienne a dit que les rebelles qui se trouvent actuellement, qui se concentrent actuellement, à Alep seront certainement vaincus par les forces syriennes. Il a dit que le peuple syrien soutient actuellement les forces gouvernementales. Quelle est votre analyse sur cette visite à Téhéran de Monsieur Mouallem et également sur ses déclarations ?



Alain Soral – Sur la situation, d’après mes informations qui corroborent ce que vous me dites, le clan on va dire onusien occidental américano-sioniste, avec d’ailleurs la France comme relai, a tenté en Syrie, la même entreprise de déstabilisation qu’en Libye. Mais la situation n’étant pas du tout la même, cette stratégie qui consistait à armer des rebelles au niveau local sur des positions confessionnelles et à faire rentrer dans le pays des mercenaires payés dans le but de faire éclater le pays sur des fractures confessionnelles, cette stratégie a totalement échoué. Et elle est même en train de se retourner totalement, puisque les rebelles que finalement l’Occident a envoyés au massacre se sont fait réduire, détruire, à Damas. Et il est en train de leur arriver la même chose à Alep. C’est-à-dire qu’ils sont en train de subir un juste châtiment.

Et grâce au véto soviétique et chinois, contrairement à l’affaire libyenne, les puissances occidentales ne peuvent pas intervenir autrement qu’en faisant passer des armes et des conseillers militaires, mais ne peuvent pas intervenir directement, ce qu’ils essayent d’ailleurs en exigeant un couloir aérien. Ils nous ressortent le même baratin qu’ils nous ont fait pour la Libye. Mais ça ne se fera pas grâce aux Chinois et aux Russes.

Donc finalement, le camp occidental américano-sioniste est en train d’assister à la débâcle de sa stratégie, et finalement a envoyé au massacre ses mercenaires dont je rappelle que ce sont en général des voyous ou des sunnites extrémistes sur la ligne wahhabo-salafiste saoudienne, payés en général par le Qatar sept fois le prix du salaire minimum syrien. Donc nous sommes face à une espèce de cohorte de mercenaires manipulés de l’extérieur un peu sur le principe d’Al-Qaïda qui sont en ce moment en train de se faire massacrer par une armée régulière et par un peuple qui est face à cette entreprise de déstabilisation et de destruction qui amènerait la Syrie à la situation de l’Iraq ou de la Libye actuelle. Ils sont face à une armée, un peuple, qui est solidaire derrière son régime légitime et derrière son président. Donc, c’est la situation actuelle, elle est objective.

Après, est-ce que les Occidentaux vont admettre cette défaite et renoncer à leur calendrier de redécoupage violent du Moyen Orient ? Ou vont-ils essayer de monter encore d’un cran dans l’officialisation et l’universalisation du conflit en faisant directement intervenir des États étrangers et non plus seulement des milices mercenaires ?

Ça, je n’ai pas la réponse. Mais nous en sommes là aujourd’hui : soit l’Occident et l’oligarchie américano-sioniste admet sa défaite et la défaite de sa stratégie, soit elle passe à la vitesse supérieure dans le déclenchement d’un conflit qui deviendrait un conflit d’État à État, et qui serait comme je le dis depuis longtemps, les prémices, les débuts, de la Troisième Guerre mondiale.



french.irib.ir – Oui. À propos aussi des visites en Iran du chef de la diplomatie syrienne, peut-on dire que contrairement à ce qu’ils font, les Occidentaux, pour ne pas permettre toute implication de l’Iran, tout rôle de l’Iran, dans la recherche d’une solution au problème syrien, l’Iran reste toujours incontournable ?



Alain Soral – Il est évident que de toute façon, cette déstabilisation de la Syrie participe aussi d’un projet préalable à l’agression de l’Iran, puisque les puissances occidentales, la coalition occidentale, ne peut pas penser écraser ou renverser le régime iranien par la force, sans avoir préalablement pris le contrôle de la Syrie. Donc, c’est pour ça que dans ce calendrier, tant que la Syrie ne tombe pas, l’agression de l’Iran est compliquée pour eux.

C’est pour ça que les deux situations de la Syrie et de l’Iran sont une même situation et que ces deux pays, de toute façon, quels que soient leurs liens confessionnels d’ailleurs assez spécieux, puisque les alaouites ne sont pas strictement réductibles au chiisme, mais disons que ces deux pays sont forcément liés et la main dans la main. Et il est normal et évident que l’Iran soit impliqué dans la table ronde de discussion sur la Syrie. Et c’est d’ailleurs tellement évident et tellement logique, que c’est pour ça que les Américano-sionistes, dans leur stratégie systématique de mensonge et de manipulation, ne le veulent à aucun prix. Alors que les Chinois et les Russes, très logiquement, exigent que les Iraniens participent à la table de négociation.



french.irib.ir – Alors vous êtes d’accord, là, avec le ministre iranien des Affaires étranges lorsqu’il dit, au cours d’une conférence de presse conjointe avec son homologue syrien, que ce qui se passe en Syrie fait partie, en fait, d’un complot sioniste.



Alain Soral – Oui. Et là d’ailleurs, je pointe du doigt les mensonges éhontés de plus en plus suspects de quelqu’un qui a beaucoup d’influence, chez nous, sur les musulmans, qui est Tariq Ramadan qui prétendait que le régime syrien était un régime ami des sionistes, et que les sionistes le protégeaient. Il est pris en flagrant délit de mensonge comme agent qatari.

Il est évident que le régime syrien, si on connaît l’histoire du baasisme syrien, est quelque chose qui est haï, pour des raisons géostratégiques mais aussi pour des raisons idéologiques, par le sionisme et Israël. Et que dans le calendrier de la domination sioniste sur la région, il est impératif, à la fois de protéger le régime totalement illégitime des Saoud ou totalement artificiel du Qatar, mais qu’il est absolument fondamental pour ces gens de faire tomber le régime syrien baasiste, qui je le rappelle est un régime laïque et multiconfessionnel.

Et que systématiquement, l’Occident qui prétend défendre la séparation de l’Église et de l’État et qui prétend défendre effectivement la laïcité, mise en ce moment systématiquement depuis ces soi-disant Révolutions de jasmin sur des renversements violents par des wahhabo-salafistes, ultraradicaux, stratégie qui systématiquement se solde par un régime religieux, enfin théocratique sunnite radical violent, et par une persécution systématique, et automatique, et immédiate des minorités chrétiennes, par exemple.

Et il est absolument scandaleux que l’État français à travers notamment notre président Hollande qui est le président des Pays-Bas maintenant – qui mérite bien son nom –, soutienne des processus de déstabilisation dont le résultat concret sera la fin de systèmes politiques qui protègent les diverses confessions et surtout qui protègent les minorités chrétiennes d’Orient. C’est absolument scandaleux. C’est qu’appuyer des extrémistes wahhabo-salafistes, c’est pour les pays occidentaux comme la France et chrétiens, jouer systématiquement la persécution de ses propres frères chrétiens d’Orient. Ce qui est absolument scandaleux, et qu’il faut noter.



french.irib.ir – Une dernière question monsieur Soral. Vous venez de faire allusion un pays de la région, le Qatar. Il y a également un autre pays qui est très actif. Il fait, en fait, tout pour obtenir à tout prix le renversement du gouvernement syrien : c’est l’Arabie saoudite. Mais ironie de l’histoire, maintenant, l’Arabie saoudite est considérée comme l’allié le plus proche et le plus viable des Occidentaux. Mais ironie encore de l’histoire, quinze des dix-neuf auteurs présumés des attentats du 11 Septembre 2001 étaient d’origine saoudienne. En Arabie saoudite, les Occidentaux aussi l’avouent, il n’y a aucun signe de démocratie. Les femmes, par exemple, sont privées de leurs droits les plus élémentaires. Mais ce pays veut proposer à l’Assemblée générale de l’ONU une résolution sur la Syrie. Et ce pays collecte de l’argent pour venir apparemment à l’aide de la population syrienne.



Alain Soral – Ça fait partie de la mascarade et du mensonge éhonté de nos dominants, de ce que j’appelle l’oligarchie impériale. C’est que ces gens-là prétendent déstabiliser des régimes, comme c’était aussi le cas de la Libye qui protégeaient le droit des femmes et qui étaient des régimes qui permettaient la multiconfessionnalité, pour mettre en place systématiquement, pas seulement des musulmans, mais des musulmans extrémistes sur une ligne takfiriste, je crois, qui systématiquement quand on regarde la manière dont ils sont aidés politiquement, sont toujours liés à des manipulations des services anglais puis des services américains. Donc là, on est dans une mascarade qui confine à l’obscénité.

Et c’est ce que j’appelle, moi, dans mon livre, la coalition des islamo-sionistes et des islamo-racailles. Les islamo-racailles étant ces mercenaires Al-Qaïda qui sont des voyous qui égorgent et qui tuent les femmes, les enfants, les chrétiens, en criant systématiquement devant les caméras occidentales ou les caméras d’Al Jazeera « Allah akbar ! » pour qu’on attribue ça, globalement, au monde musulman, ce qui est déjà une cochonnerie. Et qui sont financés derrière, ces islamo-racailles, par ce que j’appelle les islamo-sionistes, c’est-à-dire l’Arabie saoudite qui fournit le fond théologique, et le Qatar qui fait les chèques.

Et ces deux puissances, Qatar et Arabie saoudite n’ont aucune légitimité historique en tant que pays, et sont des pures créatures de l’impérialisme anglais puis de l’impérialisme américain et aujourd’hui, de l’impérialisme américano-sioniste. Donc, c’est assez facile de comprendre la situation globale et de voir qui est dans quel camp.

Et je refais une petite remarque puisque ça va passer sur les médias français alternatifs. Réfléchissons bien aujourd’hui à la position de Tariq Ramadan sur ces questions-là et à son évolution depuis quelques années et qui est sans doute liée à son financement par le Qatar. Et aussi au jeu très ambigu que jouent aujourd’hui les Frères musulmans dans leur collaboration avec le redécoupage impérialiste des pays du Maghreb et des pays du Moyen Orient sous couvert de soi-disant Révolutions de Jasmin.

>>> Afficher la transcription en pleine page
 
 

Livres de Alain Soral (110)







Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents