Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Amour paternel et homoparentalité : il tue sa fille adoptive de 18 mois

Que tous ceux qui nous bassinent dans les médias (récemment avec Fogiel qui fait du prosélytisme en matière de PMA-GPA) avec « l’amour parental homosexuel » en prennent de la graine : deux pères ne peuvent pas s’occuper normalement d’un bébé. Il faut une femme pour cela.

 

Quant à un couple de deux femmes, le problème est différent, il tient à la structuration de l’enfant qui grandit sans père. Les sociologues sérieux en connaissent les conséquences : elles ne sont pas mortelles, évidemment, mais sans l’image d’un père, sans son autorité, sans sa présence, la colonne vertébrale morale de l’enfant est plus fragile.

La feinte tient à ce que ce sont des homosexuels occidentaux nantis qui s’achètent des bébés, arrachés contre argent à de pauvres mamans du tiers-monde, et qu’ils ne s’en occupent pas toujours personnellement comme une vraie mère pourrait le faire. Ils ont des nounous à leur service pour ça, et des nounous... femmes.

Les hommes n’ont pas la patience des femmes pour les enfants, ce ne sont pas spontanément des pourvoyeurs de tendresse, et ce n’est pas forcément leur rôle. Le rapport charnel qui unit la mère et l’enfant, le père ne le connaît pas. Le rapport est autre : moins tourné vers l’intime, plus tourné vers le monde.

Les défenseurs de l’homoparentalité masculine ont souvent utilisé la prétendue violence des couples hétérosexuels pour leur propre promotion, l’homoparentalité serait ainsi « tout amour ». Il est évident que quantitativement, il y a plus d’enfants maltraités chez les couples hétéros que chez les couples homos. Mais deux pères pour un bébé acheté, ça présente des risques à tous les niveaux... pour l’enfant.

Pourquoi tenter le Diable ?

- La rédaction d’E&R -

 


 

Il aurait dû l’aimer et la chérir. Un Britannique de 31 ans est accusé de maltraitances répétées ayant entrainé la mort de la petite Elsie, qu’il venait d’accueillir dans son foyer.

 

Il avait mis entre parenthèses sa carrière de professeur de fitness pour être père au foyer et s’occuper de sa fille adoptive. C’est du moins l’image qu’aimait à donner de lui Matthew Scully-Hicks, Britannique de 31 ans, accusé de violences répétées ayant entraîné la mort de la petite Elsie, 18 mois. Depuis des mois, le père indigne « abusait de la fillette et l’agressait », ainsi que vient de l’établir la cour de Cardiff aujourd’hui chargée de le juger.

Avec son mari Craig, Matthew Scully-Hicks avait entamé les démarches en vue d’une adoption en septembre 2015. Une procédure officiellement reconnue huit mois plus tard. Mais moins de deux semaines après cette bonne nouvelle, la petite Elsie est morte des suites de traumatismes crâniens. L’enfant est décédée à l’hôpital universitaire de Wales, à Cardiff, ainsi que le rapporte le Daily Mail. Ses chances de survie étant nulles, son appareil de respiration artificielle a été débranché.

 

« Cette gamine est psychopathe. C’est Satan en grenouillère »

Après le décès tragique de la fillette, la police a saisi les appareils électroniques qui appartenaient à Matthew Scully-Hicks, notamment son iPad. Sur la tablette, les enquêteurs ont retrouvé des messages troublants, envoyés douze jours à peine après l’arrivée d’Elsie. À un de ses amis, l’accusé écrivait :

« Je vis l’enfer avec Elsie ! Les repas et le coucher sont mon pire cauchemar en ce moment. Là, elle hurlait non-stop depuis dix minutes. Elle vient d’arrêter mais je doute que ce soit la dernière fois où je l’entendrai crier ce soir. »

Le même jour, le 22 septembre 2015, Scully-Hicks envoyait à son mari Craig, un message où il traitait la petite de « psychopathe ». Le lendemain, s’adressant encore à son conjoint, il décrivait l’enfant comme « Satan en grenouillère ». Sans antécédents judiciaires, l’accusé s’était marié au Portugal en 2012. La même année, le couple avait décidé de demander l’agrément en vue d’une future adoption.

 

« Il mettait la musique à fond pour couvrir ses cris »

Interrogés par la police, les voisins du couple se souviennent des hurlements de la petite Elsie, de la musique poussée à plein volume pour couvrir ses cris et des insultes qui fusaient, quand Craig était au travail et que Matthew Scully-Hicks restait seul avec l’enfant. « Je l’ai entendu crier : ’Tu vas fermer ta putain de gueule, petite conne ! » raconte l’un d’eux.

Lire l’article entier sur closermag.fr

 

À ne pas manquer :

Homosexualité, minorités et politique,
trois analyses sur Kontre Kulture

 

L’homoparentalité ne se décrète pas, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Appliquant les suggestions de ceux qui nous exhortent à nous exprimer sans détour, je vous fais part de mon opinion au sujet de toutes ces magouilles (PMA-GPA). Je pense ce que je vais écrire, depuis qu’on a conféré aux sodomites, le DRWÂ d’adopter. Tout le reste n’est destiné qu’ à aggraver la situation.

    En obtenant le droit d’adopter, les déviants sexuels, ont trouvé un moyen de perpétuer leur déviance. Car quelle "orientation" sexuelle, risque de prendre un enfant, "élevé" par des homosexuel.les ? Ils tiennent donc là, un moyen de se reproduire, en tout cas, au niveau de leurs mœurs si particulières.

    Une autre raison, pour les plus pervers d’entre eux (et qu’on ne vienne pas me dire, que la corporation en manque...) c’est de disposer de chair, on ne peut plus fraîche. Soit pour "usage" personnel, soit à des fins mercantiles.

    Dans une société aussi dégénérée comme la nôtre, mieux vaut anticiper. Et comme la justice de merde, de tous les états européens, ne cache même plus sa partialité, voire sa préférence pour ces "engeances" je prédis un avenir des plus sombres aux chers petiots.

    Dieu les protège, puisque les Hommes, à de trop rares exceptions, y ont renoncé..


  • Pas de soucis : les assurances marcheront, si ils ont gardé le ticket de caisse et la facture. En revanche pour commander et réceptionner un nouveau bébé, il faut compter de un à deux à ans pour un européen mais trois mois pour un aborigène.

     

    • Aux dernières nouvelles l’assurance ne remboursera rien car Hicks était en état d’alcoolémie, et ensuite le contrôle technique de la petite n’était plus valide.
      Oui je sais, plaisanter sur cette triste affaire peut paraître ignoble, mais qui est ignoble dans cette affaire ? Et bien tous ceux qui, de près ou de loin, transforment des enfants en biens de consommation. Bien entendu, j’inclus dans cette liste les magistrats qui ne servent plus la justice depuis bien longtemps.


  • Cette histoire est triste à mourir, et ce n’est pas un mauvais jeu de mots.De toute façon, un homme (ou deux ?..) ne peut pas s’occuper seul d’un enfant, a fortiori d’un bébé, comme il est dit très justement dans le texte introductif.Ce n’est pas pour rien qu’il existe deux sexes, la nature a très bien fait les choses et réparti les rôles, et il est totalement illusoire de prétendre s’en émanciper, au nom d’une idéologie mortifère qui ne nous conduira à terme que vers l’Abîme, j’ai nommé la franc-maçonnerie.

     

    • Bonjour,
      tout à fait d’accord avec vous. Je ne pense pas que dans ce cas précis le fait qu’il soit homosexuel soit la cause de ce drame. Ce serait plutôt que ce "père" a juste voulu s improviser "papa", se conduire en"maman" (rôle social que la nature /genre induit, même s il y a des exceptions) sans aucune connaissance ni préparation. On est maman ou on ne l est pas. C’est le cas pour les femmes, à fortiori pour les hommes.
      ce qui me gêne aussi, ce sont les termes utilisés : "satan en grenouillère", etc... Ils vont encore pouvoir dire qu’il était un très méchant /vilain /pas beau chrétien ou alors traumatisé par les non moins foldingos chrétiens...
      Voir la suite qui sera donnée...


  • Quand on veut refaire le monde, on s’écrase lamentablement contre le mur de la vérité .Nul ne peut aller contre nature , elle vous rattrape un jour ou l’autre .Malheureusement, les expériences mènent souvent au désastre, et là nous avons le résultat de cette dégénérescence si souvent décrite comme une avancée .Cela dépend dans quel sens on le perçois, moi j’y verrais plutôt un échec cuisant finissant par une tragédie criminelle. Un enfant n’est pas un jouet de rayon de supermarché, mais la fusion d’un père et d’une mère, qu’on le veuille ou non, mais la nature reprendra ses droits, quoi qu’on dise quoi qu’on fasse, un enfant aura toujours besoin d’un père et d’une mère .Quand le cul te gratte camarade, occupes-toi de te le faire gratter, tant qu’aux enfants, faut les avoir créés pour leur apporter ce dont ils ont besoin, dans la facilité, comme dans la difficulté .Mais surtout dans l’amour..


  • “Quant à un couple de deux femmes, le problème est différent”
    En effet, extrêmement différent.

    Afrique du Sud. Johannesburg :

    « Après que les parents du petit Jandre Botha (Photographie) ont divorcé, sa mère obtint sa garde auprès d’un tribunal. Puis, elle se mit en "couple avec une femme"…Au bout d’un moment, celle ci ne supporta pas que le petit garçon de 4 ans refuse de l’appeler « papa », malgré ses injonctions. Elle finit par battre et torturer le petit, pendant des semaines sans que sa mère ne réagisse ni ne proteste, jusqu’à ce que mort s’en suive. Les deux lesbiennes tentèrent sans succès de faire croire que le garçonnet avait glissé dans sa baignoire. Mais les médecins comprirent vite que cette version n’était pas crédible, au vu des terribles blessures subies par l’enfant : jambes, clavicules, mains cassés, bassin fracturé, testicules broyés, et lésions cérébrales qui mirent un terme à cet atroce calvaire. »

    source : E&R

     

  • Le faux père était professeur de "bien-être".
    Un homme n’a ni la patience ni le corps moelleux de la femme pour s’occuper des petits. Les "comédies" et mimiques du gamin ne l’attendrissent pas et il ne supporte pas les cris perçants. Par ailleurs, un enfant bien traité ne pleure pas très longtemps ni souvent. Il est vite consolé par sa mère, recadré par son père, soigné, nourri.
    Mais quand même, cet homme n’était pas le père. Il avait acheté l’enfant comme un faire-valoir, pour jouer à la famille et tenter la quadrature du cercle.
    C’était une très belle petite fille, blonde comme les blés, souriante, telle qu’en rêvent beaucoup de vrais couples prêts à adopter, qui passent après les paires, considérées plus tendance car expérimentales.
    Les homosexuels ne veulent pas de contact amoureux avec les femmes qui les dégoûtent, comment supporteraient-ils les fillettes ? Comment peut-on confier des petits à des narcisses qui s’auto-vénèrent ? Cette petite fut carrément insultée comme l’aurait été une femme haïe. Cet homme au foyer, qui voulait se voir et être vu comme une mère ordinaire, s’est comporté en "marâtre" sorcière jalouse et méchante, assez prévisiblement.
    Il y a aussi dans le milieu lesbien anglophone beaucoup de maltraitantes, en particulier de jeunes garçons. Les faits-divers criminels les concernant ne sont pas reportés dans les journaux français, c’est tabou.

     

  • Les couples homos refusent de prendre en considération les lois naturelles incontournables qui nécessitent qu’un enfant sache qu’il est le fruit d’un homme et d’une femme. Tout discours de récupération tel que "tu as un papa, mais il a donné ses graines..." ou "tu as deux mamans pour t’aimer plus et papa à juste donner sa petite graine" et on en passe, gravent un hiatus de construction d’identité (filiation) dans le psychisme de l’enfant.
    En général, les conséquences, en terme de névrose handicapante voire de psychose, se manifestent à l’âge adulte au moment où l’adulte tente de faire couple à son tour, ou bien après une ou deux générations.
    Les homos n’entravent rien aux lois de la psychologie humaine universelle. Ils sont dans un délire d’auto engendrement. Ils considèrent être en mesure de réécrire la genèse de l’humanité... C’est grave et irresponsable. L’histoire à venir apportera bien d’autres faits divers du même acabit.

     

    • Et arrivée dans l’au-delà, la petite de s’exprimer : « J’avais un faux-père, mais il en avait un grain ; un vrai. »
      Les juge diront que le père avait été traumatisé, ceci, cela : « Envoie-le que l’on te le renvoie avec quelques traumastismes de notre cru... »


  • Quel martyr de cette pauvre enfant :(
    Et puis merde confier une fillettes à deux homos, faut vraiment être limité du ciboulo !


  • Je suis gai...pas de quoi en faire tout un plat...et j’en connais plusieurs qui içi
    au Québe n’acceptent pas mais pas du tout ce ’’ DROIT ’’ même dans notre
    pays... : Égalité ? Réconciliation ? OUI ! Donc j’attire votre attention à la prudence
    en cette affaire .

     

    • En France, on utilise le mot « homosexuel » (voir sodomite) plutôt que « gai » pour éviter la confusion car chez nous la « gaîté » a une toute autre signification ... que cette enfant ne connaîtra jamais. Là où je suis d’accord avec vous, c’est sur la prudence car la source de ce « fait-divers » c’est Closer Magazine. Vous êtes homosexuel ... vous avez dû sacrément offenser Dieu pour qu’il vous envoie une telle épreuve, bon courage.


    • Vous souvenez vous de ce petit garcon dans un couple de lesbienne
      Qui refusait d etre un garcon sans doute pour etre aimé
      et qui a fini par se faire opérer avec le soutien de ses meres...


    • Comme dit Escada, franc-maçonnerie kabbaliste luciférienne et LGBT sont liés puisque leurs membres sont aussi franc-maçons - donc c’est avant tout une revendication de la maçonnerie pas des homos, lesquels n’ont jamais été consulté d’ailleurs. Par contre on les entend pas beaucoup s’y opposer.


    • C’est vrai. Après tout il y a juste la mort d’un bébé de 18 mois parce qu’elle "criait jusqu’à 10 minutes" et lui gâchait ses nuits.

      Or, tous les parents savent qu’à 18 mois, un bébé ne crie jamais, ne vous réveille jamais la nuit pour réclamer le biberon (je ne parle pas pour ce cas de donner le sein, d’ailleurs ne pas avoir le droit au sein c’est pas très "égalité").

      Bref, je pense qu’on a à faire ici à un bébé homophobe.


    • @ réGénération

      On ne les entend pas s’opposer en tant qu’homosexuels parce que, n’en déplaise, un homosexuel ne se limite pas à son orientation sexuelle - contrairement à ce que voudraient faire croire le petit milieu militant "LGBT" (rien que l’acronyme vous donne une notion de sa spontanéité et de sa représentativité sur des millions d’êtres humains) AINSI QUE bien souvent la dissidence, qui ne laisse bien souvent pas place à un dixième de la tolérance et de la compréhension à ses frères homosexuels qu’elle offre à ses frères musulmans.

      Pire, bien souvent quand on lit quelqu’un dans les commentaires dire "je suis homosexuel et je suis horrifié par [tel ou tel faits divers liés au LGBTisme]" il se fait traiter comme un moins que rien et se fait remettre à sa place parce que l’on a "pas envie d’en savoir autant sur sa sexualité" - alors que quand il s’agit d’attaquer, toutes les généralisations et les coups bas les plus crasses sont permis !

      C’est d’ailleurs une grande déception régulièrement entretenue par des propos gratuitement haineux que je ressent à l’égard de tout E&R, alors même que je ne me reconnais pas du tout dans le militantisme LGBT parisien élitiste de gauche caviar. Je trouve cela dommage ce manque de compréhension qui règne sur le fait que le mouvement LGBT est aux homosexuels ce que le féminisme est aux femmes - en effet, qui ici reproche à toute la population féminine les dégâts du féminisme ?!

      Enfin bref il y a un deux poids deux mesures perpétuel ici qu’il me plairait de voir corrigé - je n’aime pas le terme d’ "homophobie", mais comment qualifier un milieu où l’on célèbre l’enlèvement contre rançon, la torture et le meurtre d’homosexuels tchétchènes (en outre rejetés par leurs familles, qui préfèrent ne pas payer la rançon pour assumer la honte d’avoir un fils homosexuel) ?


    • @ Cookie

      Je ne suis ni une Femme, ni un Tchétchène, ni un homosexuel, ni un Musulman, je vais donc vous donner mon avis de « Homme Français hétérosexuel ayant la Foi »
      En comparant les lgbtqpxyz au féminisme, vous considérez implicitement que les homosexuels sont un genre a part entière, je trouve cela choquant. Pour moi, sur Terre, il y a des Hommes et des Femmes, les « autres » ne sont que des « dérivés » en pleine dérive du droit chemin. Dieu nous envoie deux choses dans la vie, des épreuves et des opportunités. L’homosexualité fait partie des épreuves, ceux qui y sont soumis sont condamnés à l’affronter. Un travail d’introspection (hors sodomie) leurs serait salutaire sauf que bien souvent ils préfèrent user et abuser de leurs libre-arbitre. Concernant la Tchétchénie et sans cautionner ce que vous y dénoncer, peut être aimeriez vous voir la république Française s’ingérer là-bas au nom des « droits de l’hommo » et si cela ne suffisait pas, y imposer la « démocratie » comme le font les USA à travers le monde.

      Dieu aime toutes ses créations mais en tant que « bon père de famille », il se doit aussi de punir ses enfants fautifs. Accepter la punition, c’est accéder à son pardon. Je pense sincèrement qu’un homosexuel peut revenir (de lui-même) vers l’hétérosexualité. Dans un autre registre, moi je me trimballe 30 ans d’athéisme (sur 32), je doit bûcher dur ma Foi et il n’y a qu’à la fin que je saurai si j’ai fait « le nécessaire », c’est ça la vie.


    • @ réGénération
      Vous écrivez propos « gratuitement haineux » à l’égard des gais sur E&R. C’est exact et vous avez entièrement raison. MAIS il faut aussi dire plusieurs choses : l’homosexualité est considérée PARTOUT, dans toutes les sociétés (et même chez les Grecs pédérastes d’il y a 2500 ans) comme inconfortablement A-NORMALE.
      C’est une chose qui dérange profondément de subtils mécanismes psychologiques qui se forment très tôt, peu après la naissance, voire avant. Instinctivement elle est ressentie comme une menace à la survie biologique de la société et un trouble à la quiétude de la vie sociale, qui a déjà bien d’autres problèmes à surmonter pour être heureuse.
      Ce qui gêne le plus, est que beaucoup de gens ressentent confusément l’existence de leur part d’homosexualité personnelle et ont peur de l’admettre, ce qui serait le premier pas glissant pour ne pas pouvoir la surmonter. Tout le monde imagine en effet possible que l’homosexualité s’auto-développe, et puisse en bonne partie être « apprise » par une pratique effective avec effets irréversibles, surtout chez les enfants et les ados, qui expérimentent.
      Bref la bonne façon de répondre aux propos « gratuitement haineux », est de les supporter sans aigreur et d’admettre qu’ils ne sont pas si gratuits, inutiles et stupides que ça. Un homosexuel épanoui est celui qui admet, soit d’être éternellement un marginal mal considéré (voire pire) s’il se révèle à ceux qui ne pourraient pas « encaisser » psychologiquement son « coming out », soit de se faire oublier et de ne vivre ouvertement sa condition qu’avec ses semblables.
      La banalisation et la glorification de l’homosexualité (gay pride, etc…) nuit énormément aux homosexuels. L’homosexualité est éternelle et n’a nul besoin de gay prides. Il est sûrement pénible aujourd’hui de se reconnaître homosexuel « comme » cette foison de « peoples » méprisables, alors qu’autrefois on pouvait se réconforter avec des modèles comme Léonard de Vinci, Michelangelo, Proust, Thomas Mann, etc.


  • Voilà, c’est là que ma méthode inclusive (initié par celle du genre) trouve ces limites : tu peux le qualifier « d’encuIé » sauf que cela peut mener à une méprise et l’on pourrait te soupçonner d’homophobie.
    En attendant, si je suis son voisin, la petite est sauve : car pour le coup de la musique à tue-tête et des cris, je l’envoie lui, à l’hosto au regard du règlement intérieur (de mon couloir).


  • En plus des arguments psychologiques et moraux qu’on connaît déjà, les services sociaux sont inexcusables sur cette affaire car plusieurs études ont DEJA prouvé que la pire configuration, c’est une petite fille élevée par 2 hommes (la meilleure étant un garçon élevé par 2 hommes).

    Pour affirmer cela, ces études se sont basées sur des critères objectifs comme l’équilibre psychologique (dépression, tentative de sucide), les parcours scolaire et professionnel.

     

  • Et il y a meme encore plus sordide.. voir cet article à propos d’un couple australien : http://www.sudinfo.be/765102/articl...


  • #1818583
    le 13/10/2017 par Vous n’allez pas rien regretter
    Amour paternel et homoparentalité : il tue sa fille adoptive de 18 (...)

    Tient ils ont pris soin de ne pas parler de "mariage" homo, saleté de dégénérescence !


  • L’adoption d’enfants par des "couples" d’hommes est vouée à produire en séries ce genre de drames.
    Car comme l’explique très bien l’auteur de l’article, l’homme est naturellement (et oui, on en revient toujours à l’ordre naturel) moins porté à la patience que la femme, c’est ainsi. Et je sais de quoi je parle, ayant moi-même 3 enfants.

     

    • un bébé qui pleure c’est souvent parce qu’il a besoin d’être porté et de sentir un contact.Combien de fois j’ai vu des mères laisser pleurer leur enfant dans sa poussette, dans l’indifférence totale, sans même le porter, sans même bercer doucement la poussette. çà fait partie de l’idéologie d’endurcissement de l’enfant et du fait que l’enfant serait une créature mauvaise, qui pleure pour emmerder le monde, et qu’il faudrait abosument dresser


    • Vous avez totalement raison. L’idéologie dont vous parlez est généralement portée par des hommes qui sont mal à l’aise avec l’amour maternel (jalousie masculine ?). Il est normal que les enfants aient peur du noir et réclament la présence de leur mère la nuit. Autrefois, les bébés dormaient dans la chambre parentale. Ce qui était bien plus pratique pour l’allaitement nocturne. Aujourd’hui les mères ne veulent plus allaiter (il faut garder une belle poitrine pour continuer à plaire à monsieur) et laissent leur bébé pleurer seul dans leur chambre. Cela est totalement anti naturel. La preuve en est que, chez les animaux les petits dorment avec leur mère. Mes boucs comme mes chèvres dorment avec leur mère même une fois adultes !


  • Pour les gens qui chialent sur la source de l’article, ça prend juste un peu de force dans les doigts pour aller cliquer sur les liens et trouver l’article original en anglais : http://www.dailymail.co.uk/news/art... . Mais encore là, il vous faudra encore un peu de force pour comprendre l’article.

    Comment il peut y avoir des tdc pour faire ça à un enfant. Non seulement cette enfant a été abandonnée par ses parents, mais en plus un tdc décide de l’adopter et ensuite décide qu’il n’en veut plus. Donc : le tue... pour s’en débarrasser comme on peut se débarrasser d’un objet à la poubelle. Wow. Et comme si ce n’était pas assez, il y en a qui s’en font avec leur condition misérable de leur propre petite personne (voir dans les anciens commentaires) au lieu de s’en faire pour la vraie victime : la petite Elsie.

    Paix à ton âme, petit ange Elsie.

     

    • "adoptive de 18 mois..." donc toujours sous la garantie de 2 ans valable dans toute l’Union européenne, pièces et main-d’oeuvre ainsi que les frais de retour demeurant à la charge du vendeur pour réparation ou remplacement.

      Société du fric à gerber ! Pauvre gamine, véritable martyr.


  • Le fait de prétendre tirer une leçon sociologique à partir d’un cas (et même de plusieurs) est une absurdité.

    En cherchant même sans vous donner trop de peine, vous trouverez moult exemples de mères gravement défaillantes (qu’elles aient ou non un corps "moelleux" et accueillant).

    Dans votre entourage, vous pourrez aussi voir des pères qui se sont parfaitement bien occupés de leurs enfants depuis le plus jeune âge, pour peut que vous y prêtiez attention, même si les pères dans ce cas sont bien sûr bien moins nombreux que les mères...

    Les hommes sont plus grands que les femmes en général mais c’est loin d’être toujours vrai lorsque l’on prend un homme et une femme au hasard dans une population. C’est aussi vrai de toutes les différences ayant trait au sexe.

    Entre la mortifère et délirante idéologie du genre et l’enferment rigide et tout aussi mortifère dans des cases stéréotypées, il y a la place pour une reconnaissance des différence entre les sexes n’excluant pas la variabilité des caractères à l’intérieur de chaque groupe.

     

    • Arrêtez votre baratin, un homme n’est pas fait pour élever un enfant en bas âge. Point barre.


    • #1818752

      Disons plutôt un homme n’est pas fait pour élever SEUL un enfant en bas age. Cela requiert une femme.


    • en fait tu defends la théorie des genres puisque tu diminue pan patos les differences nettes entre sexes ! evidemment tu etablis ton argumentation par une pseudo complexité sur un sujet pourtant simple en prenant 2 individus comme une basketeuse et un nain oui la femme sera plus grande ....mais c est du patos et si tu es honnete tu pourrais dire qu on ne parle pas d individu mais de groupes !


    • @The mediavengeurs : Je n’aurais pas dit mieux.
      @zorg : Purée de bon a rien circonlocuté.


    • Merci Zorg de ton commentaire. Les réponses frôlent le niveau zéro, mais c’est comme ça. Difficile de réfléchir avec ceux qui voient le monde en binaire, en sombrant dans le manichéisme le plus abjecte. Ton commentaire ne sombre pas dans le dogmatisme et ouvre les portes à la réflexion.
      Quand on comprendra que c’est en dialectisant les deux pôles et non en s’adonnant à en défendre un mordicus sans une once de réflexion, on arrivera peut être à quelque chose.
      Un homme peut très bien s’occuper d’un bébé, et une femme très mal, c’est si inavouable ?
      J’ai écume suffisamment d’institution (étant psy, mais mais je dois sûrement aussi être sioniste ou maconnique) pour le remarquer, mais on est jamais plus savant que derrière son clavier au chaud à la maison.
      L’extrapolation arbitraire, faire d’un cas une généralité, suffirait d’ouvrir schopenhauer et l’art d’avoir toujours raison pour déceler les fallacieux commentaires ici bas.
      Enfin bref, discutons.


    • @hysteria bonjour, je veux bien, ici est un cas extrême, mais quelle est la généralité selon vous ?


  • « l’amour parental homosexuel » rien que cette expression, est révélatrice d’une grande confusion mentale...

     

    • oui, en effet, l’expression "amour parental" est très usurpée, y compris et surtout quand les "parents" en question sont les géniteurs : 2 enfants par jour dans le monde sont assassinés par leurs parents. On ne me fera pas croire qu’il s’agit à chaque fois de gays ! La petite Fiona ou récemment la petite Angèle, assassinée par sa propre mère ! Quand même ....


    • en tout cas, une chose est désormais sûre, à mon avis : à partir de ce fait divers (ce meurtre) , les gays ne pourront plus jamais arguer du fait qu’ils feraient (souvent) de meilleurs parents que les hétéros. Cet argument est désormais définitivement et irrévocablement bon à foutre à la poubelle.


  • Peut être aurait il fallut qu’une maman porte cette enfant pendant neuf mois pour créer un lien suffisant lui permettant de s’en occuper comme une vraie maman. Comment avoir l’instinct maternelle en ayant pas porté l’enfant ? Et en étant pas une femme ?!


  • Même si je suis fermement opposée à l’idée que les couples homosexuels aient des enfants, je trouve qu’on ne peut pas tirer une vérité sociologie d’un fait divers. Des dindes qui maltraitent leurs bébés, y’en a plein. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi le bébé humain est si pénible par rapport aux animaux. Les petits des animaux ne crient pas autant, ne demandent pas tant d’attention, et ne mettent pas des mois à apprendre à ramper. IL faut dire que la race humaine n’est pas très gâtée en matière de petit. Du coup, tous les parents qui sont moins équilibrés, souvent ceux qui sont trop jeunes et donc moins patients, ont beaucoup de mal à gérer un bébé. Ici, on a un gay qui es prof de fitness.... qui doit passer sa vie à regarder ses muscles, faire des selfies et appliquer des crèmes. Déjà pas le candidat idéal pour l’abnégation que nécessite être parent.

     

    • J’ai observé que les petits Mexicains de mères indiennes ne braillent pas. Portés dans le châle tout le jour, ils semblent très satisfaits. Bien comprendre que le bébé humain n’a que le cri pour alerte et défense. A la différence des petits animaux, il n’a pas l’usage des membres inférieurs pour fuir, ses membres supérieurs ne lui servent qu’à s’accrocher. Il a aussi un très gros cerveau pour sa taille, qu’il emploie énormément à découvrir, apprendre, comprendre, analyser, synthétiser, pendant les premiers mois passionnants (pour lui) de sa vie. Devenir intelligent prend du temps. Et sa grosse tête est fragile, il faut de la douceur féminine pour le manipuler.
      Il a aussi l’instinct d’aimer sa mère, ou la femme qui le soigne, qui aime être aimée elle aussi. L’enfant, à la différence de l’homme, l’aime telle qu’elle est, sans condition ni critique, de tout son être.
      Il faut c’est vrai changer un nourrisson des douze fois par jour. Ce n’est pas drôle, pas intéressant, pas ragoûtant. Mais que font les aide-soignantes, les employées de crèche ? Bien pire, pour des individus qu’elles n’aiment pas particulièrement. Et la mère compense en parlant au bébé avec plaisir, le sien, celui qu’elle a fait ou choisi d’adopter.
      Les autorités qui confient des bébés à des paires d’homos sont coupables et responsables, car on sait tout cela. De plus, ce bébé a été hospitalisé DEUX FOIS avant de succomber, apparemment secoué. Ses cris n’étaient peut-être que l’expression de sa souffrance physique après avoir été très tôt secoué.


  • Les gays sont un problème, pas les hommes. Les hommes sont plus forts que ce que cet article laisse penser. Je pense à tous les jeunes hommes veufs qui chaque jour montrent leur amour à leurs enfants. Et à tous les autres qui peuvent partager ce bonheur avec leur petite femme.


  • #1818817

    Il a crû pouvoir connaitre le plaisir de donner la vie et à brutalement découvert qu’un bébé pleure, fait caca a besoin d’attentions sans contrepartie réelle, alors il s’en est débarrassé comme un appareil défectueux... Il n’était peut être pas fait pour être mère tout simplement...

    Blague à part, que cette petite repose en paix au paradis et que ce psychopathe paie. On sait l’infamie que constitue cette idéologie post-humaine, mais en voir que les enfants puisse en pâtir est particulièrement dégueulasse. Le retour du réel.

    Il y a donc des lois pour confier des enfants à des détraqués mais personne pour en prendre la responsabilité. Révoltant et pourtant cela n’intéresse pas autant que les "actes terroristes" ou les "propos antisémites ou négationnistes".

    Repose en paix ma pauvre enfant...


  • Ce drame ne relève pas d’un simple phénomène de cause à effet entre l’adoption par un homosexuel d’un enfant en bas âge et le meurtre de ce dernier.
    Quand il y a meurtre le profil particulier d’un individu hors-norme,capable de passer à l’acte ultime, dépasse tous les clivages.
    Tout le monde n’en arrive pas à de telles extrémités suite à une frustration, une tension difficile à surmonter ou tout autre état de stress même causé par autrui.
    Quand même.


  • #1818912

    Je suis au royaume uni pour quelques temps.
    Cette histoire n’a été relayée seulement par quelques médias alternatifs nationalistes.
    Absolument RIEN DANS LA GRANDE PRESSE ET LA TELOCHE ANGLAISE !!!
    Les BBC, Skynews ect.... silence total.


  • Scénario probable : la petite est arrachée à sa mère ou la mère de substitution (famille d’accueil). Certains enfants, vers 6 mois, ne le supportent pas, demandez au personnel des crèches. Ils hurlent, réclament, hurlent, réclament.
    L’acquéreur de la fillette tente de se faire aimer : pas moyen, elle veut sa mère ou du moins un sein maternel sur lequel se calmer. Il la raisonne : elle crie. Il s’énerve, la secoue. C’est un sportif, qui croit que la volonté peut tout. Il n’aime pas cette gosse, finalement, qui n’est pas raisonnable. La secouer provoque des lésions non visibles mais une douleur réelle et permanente. La petite ne cesse de crier, n’ayant pas de mots pour alerter sur son état.
    L’homme la hait de plus en plus. Il la frappe, ce qui achève de fracturer l’enfant. Il prétend qu’elle tombe dans les escaliers. On lui passe tout, c’est un homo ; et il présente bien.
    L’enfant est particulièrement énergique, elle ne faiblit pas, proteste, avertit : j’ai mal ! Je veux ma mère, ou du moins une mère ! Une mère comprendra ce qui m’arrive.
    Il n’est évidemment pas une mère et finira par la tuer, après, quand même, deux avertissements sévères. Qu’ont fait les services sociaux ? Pourquoi l’enfant n’a-t-elle pas été suivie après ses hospitalisations et "chutes" ?
    Il y a aussi en Angleterre une espèce de rage des services sociaux de prendre leurs enfants bien blancs (et très demandés) aux Anglais des castes anciennement ouvrières, sur un prétexte ou un autre, souvent justifié d’ailleurs, pour les refiler à des bien-pensants embourgeoisés, des homos bobos par exemple. Même les grands-parents de l’enfant ne peuvent s’y opposer.


  • Quand est-ce que nos enfants passeront avant les nouveaux téléphones et émissions TV toutes aussi débiles les unes que les autres ? Plus le temps passe, plus ça deviendra banal, étant donné que l’on connait les goûts particuliers des organisateurs, comprenez bien, que la maltraitance sur les enfants deviendra rapidement d’une banalité sans nom pour laisser place à des crimes encore plus odieux. On ferme déjà les yeux sur les enfants qui sont d’autres pays, qu’on ouvre en deux pour récupérer quelques organes, après s’en être servi comme esclave juste avant bien sur, bientôt sur les nôtres ... L’administration décidera pour les parents et qu’un seul homme s’y oppose et il ira en prison. Réfléchissez-y à deux fois avant de faire un enfant à votre chéri(e), car vous n’aurez absolument pas la possibilité de les protéger des vrais dangers. Triste époque. Pour ce qui est de l’adoption des couples homos, à quoi bon débattre ou donner son avis, c’est déjà en place.


  • Un enfant c’est le fruit de l’amour d’un homme et d’une femme. Avant même sa naissance c’est inscrit dans ses gênes. Si il évolue sans l’un ou sans l’autre il lui manquera automatiquement quelque chose qui se traduira plus tard.
    Y a pas besoin d’avoir un BAC +12 pour comprendre cela. La connerie ambiante se heurte, et ça me fait plaisir, à la réalité de la Vie, celle de la Nature. C’est cela le miracle de la Vie.
    Et comme si ça suffisait pas, on évolue de nos jours dans une société hyper violente, cet acte ne m’étonne donc pas plus que ça.
    Beaucoup des plus grands tueurs en série ont été affectés à cause justement d’un déséquilibre familial plus ou moins profond, qui peut avoir des conséquences désastreuses sur l’équilibre de l’enfant ...
    Nous sommes dirigés par des adorateurs de Satan, y a plus de doutes possibles.


  • Les homosexuels sont justement homosexuels parce qu’ils ne veulent que du plaisir et absolument aucune contrainte.
    L’Amour pour élever un enfant demande du courage et surtout le courage d’affronter de nombreuses contraintes !!!
    Vouloir donner des enfants à élever aux homosexuels est donc une connerie totale !!!!!


  • L’info sur l’infanticide ne malheureusement que confirmer l’analyse de Lucien Cerise où il précise bien que les constantes anthropologiques sont purement violés.
    https://youtu.be/l8b0HhvNfrk


Commentaires suivants