Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Amour paternel et homoparentalité : il tue sa fille adoptive de 18 mois

Que tous ceux qui nous bassinent dans les médias (récemment avec Fogiel qui fait du prosélytisme en matière de PMA-GPA) avec « l’amour parental homosexuel » en prennent de la graine : deux pères ne peuvent pas s’occuper normalement d’un bébé. Il faut une femme pour cela.

 

Quant à un couple de deux femmes, le problème est différent, il tient à la structuration de l’enfant qui grandit sans père. Les sociologues sérieux en connaissent les conséquences : elles ne sont pas mortelles, évidemment, mais sans l’image d’un père, sans son autorité, sans sa présence, la colonne vertébrale morale de l’enfant est plus fragile.

La feinte tient à ce que ce sont des homosexuels occidentaux nantis qui s’achètent des bébés, arrachés contre argent à de pauvres mamans du tiers-monde, et qu’ils ne s’en occupent pas toujours personnellement comme une vraie mère pourrait le faire. Ils ont des nounous à leur service pour ça, et des nounous... femmes.

Les hommes n’ont pas la patience des femmes pour les enfants, ce ne sont pas spontanément des pourvoyeurs de tendresse, et ce n’est pas forcément leur rôle. Le rapport charnel qui unit la mère et l’enfant, le père ne le connaît pas. Le rapport est autre : moins tourné vers l’intime, plus tourné vers le monde.

Les défenseurs de l’homoparentalité masculine ont souvent utilisé la prétendue violence des couples hétérosexuels pour leur propre promotion, l’homoparentalité serait ainsi « tout amour ». Il est évident que quantitativement, il y a plus d’enfants maltraités chez les couples hétéros que chez les couples homos. Mais deux pères pour un bébé acheté, ça présente des risques à tous les niveaux... pour l’enfant.

Pourquoi tenter le Diable ?

- La rédaction d’E&R -

 


 

Il aurait dû l’aimer et la chérir. Un Britannique de 31 ans est accusé de maltraitances répétées ayant entrainé la mort de la petite Elsie, qu’il venait d’accueillir dans son foyer.

 

Il avait mis entre parenthèses sa carrière de professeur de fitness pour être père au foyer et s’occuper de sa fille adoptive. C’est du moins l’image qu’aimait à donner de lui Matthew Scully-Hicks, Britannique de 31 ans, accusé de violences répétées ayant entraîné la mort de la petite Elsie, 18 mois. Depuis des mois, le père indigne « abusait de la fillette et l’agressait », ainsi que vient de l’établir la cour de Cardiff aujourd’hui chargée de le juger.

Avec son mari Craig, Matthew Scully-Hicks avait entamé les démarches en vue d’une adoption en septembre 2015. Une procédure officiellement reconnue huit mois plus tard. Mais moins de deux semaines après cette bonne nouvelle, la petite Elsie est morte des suites de traumatismes crâniens. L’enfant est décédée à l’hôpital universitaire de Wales, à Cardiff, ainsi que le rapporte le Daily Mail. Ses chances de survie étant nulles, son appareil de respiration artificielle a été débranché.

 

« Cette gamine est psychopathe. C’est Satan en grenouillère »

Après le décès tragique de la fillette, la police a saisi les appareils électroniques qui appartenaient à Matthew Scully-Hicks, notamment son iPad. Sur la tablette, les enquêteurs ont retrouvé des messages troublants, envoyés douze jours à peine après l’arrivée d’Elsie. À un de ses amis, l’accusé écrivait :

« Je vis l’enfer avec Elsie ! Les repas et le coucher sont mon pire cauchemar en ce moment. Là, elle hurlait non-stop depuis dix minutes. Elle vient d’arrêter mais je doute que ce soit la dernière fois où je l’entendrai crier ce soir. »

Le même jour, le 22 septembre 2015, Scully-Hicks envoyait à son mari Craig, un message où il traitait la petite de « psychopathe ». Le lendemain, s’adressant encore à son conjoint, il décrivait l’enfant comme « Satan en grenouillère ». Sans antécédents judiciaires, l’accusé s’était marié au Portugal en 2012. La même année, le couple avait décidé de demander l’agrément en vue d’une future adoption.

 

« Il mettait la musique à fond pour couvrir ses cris »

Interrogés par la police, les voisins du couple se souviennent des hurlements de la petite Elsie, de la musique poussée à plein volume pour couvrir ses cris et des insultes qui fusaient, quand Craig était au travail et que Matthew Scully-Hicks restait seul avec l’enfant. « Je l’ai entendu crier : ’Tu vas fermer ta putain de gueule, petite conne ! » raconte l’un d’eux.

Lire l’article entier sur closermag.fr

 

À ne pas manquer :

Homosexualité, minorités et politique,
trois analyses sur Kontre Kulture

 

L’homoparentalité ne se décrète pas, voir sur E&R :

 






Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Même si je suis fermement opposée à l’idée que les couples homosexuels aient des enfants, je trouve qu’on ne peut pas tirer une vérité sociologie d’un fait divers. Des dindes qui maltraitent leurs bébés, y’en a plein. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi le bébé humain est si pénible par rapport aux animaux. Les petits des animaux ne crient pas autant, ne demandent pas tant d’attention, et ne mettent pas des mois à apprendre à ramper. IL faut dire que la race humaine n’est pas très gâtée en matière de petit. Du coup, tous les parents qui sont moins équilibrés, souvent ceux qui sont trop jeunes et donc moins patients, ont beaucoup de mal à gérer un bébé. Ici, on a un gay qui es prof de fitness.... qui doit passer sa vie à regarder ses muscles, faire des selfies et appliquer des crèmes. Déjà pas le candidat idéal pour l’abnégation que nécessite être parent.

     

    Répondre à ce message

    • J’ai observé que les petits Mexicains de mères indiennes ne braillent pas. Portés dans le châle tout le jour, ils semblent très satisfaits. Bien comprendre que le bébé humain n’a que le cri pour alerte et défense. A la différence des petits animaux, il n’a pas l’usage des membres inférieurs pour fuir, ses membres supérieurs ne lui servent qu’à s’accrocher. Il a aussi un très gros cerveau pour sa taille, qu’il emploie énormément à découvrir, apprendre, comprendre, analyser, synthétiser, pendant les premiers mois passionnants (pour lui) de sa vie. Devenir intelligent prend du temps. Et sa grosse tête est fragile, il faut de la douceur féminine pour le manipuler.
      Il a aussi l’instinct d’aimer sa mère, ou la femme qui le soigne, qui aime être aimée elle aussi. L’enfant, à la différence de l’homme, l’aime telle qu’elle est, sans condition ni critique, de tout son être.
      Il faut c’est vrai changer un nourrisson des douze fois par jour. Ce n’est pas drôle, pas intéressant, pas ragoûtant. Mais que font les aide-soignantes, les employées de crèche ? Bien pire, pour des individus qu’elles n’aiment pas particulièrement. Et la mère compense en parlant au bébé avec plaisir, le sien, celui qu’elle a fait ou choisi d’adopter.
      Les autorités qui confient des bébés à des paires d’homos sont coupables et responsables, car on sait tout cela. De plus, ce bébé a été hospitalisé DEUX FOIS avant de succomber, apparemment secoué. Ses cris n’étaient peut-être que l’expression de sa souffrance physique après avoir été très tôt secoué.

       
  • #1818787

    Les gays sont un problème, pas les hommes. Les hommes sont plus forts que ce que cet article laisse penser. Je pense à tous les jeunes hommes veufs qui chaque jour montrent leur amour à leurs enfants. Et à tous les autres qui peuvent partager ce bonheur avec leur petite femme.

     

    Répondre à ce message

  • #1818817
    Le 14 octobre à 04:22 par Anti-américain secondaire
    Amour paternel et homoparentalité : il tue sa fille adoptive de 18 (...)

    Il a crû pouvoir connaitre le plaisir de donner la vie et à brutalement découvert qu’un bébé pleure, fait caca a besoin d’attentions sans contrepartie réelle, alors il s’en est débarrassé comme un appareil défectueux... Il n’était peut être pas fait pour être mère tout simplement...

    Blague à part, que cette petite repose en paix au paradis et que ce psychopathe paie. On sait l’infamie que constitue cette idéologie post-humaine, mais en voir que les enfants puisse en pâtir est particulièrement dégueulasse. Le retour du réel.

    Il y a donc des lois pour confier des enfants à des détraqués mais personne pour en prendre la responsabilité. Révoltant et pourtant cela n’intéresse pas autant que les "actes terroristes" ou les "propos antisémites ou négationnistes".

    Repose en paix ma pauvre enfant...

     

    Répondre à ce message

  • #1818857

    Ce drame ne relève pas d’un simple phénomène de cause à effet entre l’adoption par un homosexuel d’un enfant en bas âge et le meurtre de ce dernier.
    Quand il y a meurtre le profil particulier d’un individu hors-norme,capable de passer à l’acte ultime, dépasse tous les clivages.
    Tout le monde n’en arrive pas à de telles extrémités suite à une frustration, une tension difficile à surmonter ou tout autre état de stress même causé par autrui.
    Quand même.

     

    Répondre à ce message

  • #1818912
    Le 14 octobre à 11:41 par Aiguiseur de guillotines
    Amour paternel et homoparentalité : il tue sa fille adoptive de 18 (...)

    Je suis au royaume uni pour quelques temps.
    Cette histoire n’a été relayée seulement par quelques médias alternatifs nationalistes.
    Absolument RIEN DANS LA GRANDE PRESSE ET LA TELOCHE ANGLAISE !!!
    Les BBC, Skynews ect.... silence total.

     

    Répondre à ce message

  • Scénario probable : la petite est arrachée à sa mère ou la mère de substitution (famille d’accueil). Certains enfants, vers 6 mois, ne le supportent pas, demandez au personnel des crèches. Ils hurlent, réclament, hurlent, réclament.
    L’acquéreur de la fillette tente de se faire aimer : pas moyen, elle veut sa mère ou du moins un sein maternel sur lequel se calmer. Il la raisonne : elle crie. Il s’énerve, la secoue. C’est un sportif, qui croit que la volonté peut tout. Il n’aime pas cette gosse, finalement, qui n’est pas raisonnable. La secouer provoque des lésions non visibles mais une douleur réelle et permanente. La petite ne cesse de crier, n’ayant pas de mots pour alerter sur son état.
    L’homme la hait de plus en plus. Il la frappe, ce qui achève de fracturer l’enfant. Il prétend qu’elle tombe dans les escaliers. On lui passe tout, c’est un homo ; et il présente bien.
    L’enfant est particulièrement énergique, elle ne faiblit pas, proteste, avertit : j’ai mal ! Je veux ma mère, ou du moins une mère ! Une mère comprendra ce qui m’arrive.
    Il n’est évidemment pas une mère et finira par la tuer, après, quand même, deux avertissements sévères. Qu’ont fait les services sociaux ? Pourquoi l’enfant n’a-t-elle pas été suivie après ses hospitalisations et "chutes" ?
    Il y a aussi en Angleterre une espèce de rage des services sociaux de prendre leurs enfants bien blancs (et très demandés) aux Anglais des castes anciennement ouvrières, sur un prétexte ou un autre, souvent justifié d’ailleurs, pour les refiler à des bien-pensants embourgeoisés, des homos bobos par exemple. Même les grands-parents de l’enfant ne peuvent s’y opposer.

     

    Répondre à ce message

  • #1819226

    Quand est-ce que nos enfants passeront avant les nouveaux téléphones et émissions TV toutes aussi débiles les unes que les autres ? Plus le temps passe, plus ça deviendra banal, étant donné que l’on connait les goûts particuliers des organisateurs, comprenez bien, que la maltraitance sur les enfants deviendra rapidement d’une banalité sans nom pour laisser place à des crimes encore plus odieux. On ferme déjà les yeux sur les enfants qui sont d’autres pays, qu’on ouvre en deux pour récupérer quelques organes, après s’en être servi comme esclave juste avant bien sur, bientôt sur les nôtres ... L’administration décidera pour les parents et qu’un seul homme s’y oppose et il ira en prison. Réfléchissez-y à deux fois avant de faire un enfant à votre chéri(e), car vous n’aurez absolument pas la possibilité de les protéger des vrais dangers. Triste époque. Pour ce qui est de l’adoption des couples homos, à quoi bon débattre ou donner son avis, c’est déjà en place.

     

    Répondre à ce message

  • #1819499

    Un enfant c’est le fruit de l’amour d’un homme et d’une femme. Avant même sa naissance c’est inscrit dans ses gênes. Si il évolue sans l’un ou sans l’autre il lui manquera automatiquement quelque chose qui se traduira plus tard.
    Y a pas besoin d’avoir un BAC +12 pour comprendre cela. La connerie ambiante se heurte, et ça me fait plaisir, à la réalité de la Vie, celle de la Nature. C’est cela le miracle de la Vie.
    Et comme si ça suffisait pas, on évolue de nos jours dans une société hyper violente, cet acte ne m’étonne donc pas plus que ça.
    Beaucoup des plus grands tueurs en série ont été affectés à cause justement d’un déséquilibre familial plus ou moins profond, qui peut avoir des conséquences désastreuses sur l’équilibre de l’enfant ...
    Nous sommes dirigés par des adorateurs de Satan, y a plus de doutes possibles.

     

    Répondre à ce message

  • Les homosexuels sont justement homosexuels parce qu’ils ne veulent que du plaisir et absolument aucune contrainte.
    L’Amour pour élever un enfant demande du courage et surtout le courage d’affronter de nombreuses contraintes !!!
    Vouloir donner des enfants à élever aux homosexuels est donc une connerie totale !!!!!

     

    Répondre à ce message

  • #1824423

    L’info sur l’infanticide ne malheureusement que confirmer l’analyse de Lucien Cerise où il précise bien que les constantes anthropologiques sont purement violés.
    https://youtu.be/l8b0HhvNfrk

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents