Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Après 40 ans, 7 mois et 5 jours en prison, le "détenu oublié" Michel Cardon recouvre la liberté

Histoire d’une vie bousillée qui détruit une autre vie...

« Enfant, il est retiré à 8 ans de la garde de ses parents et quitte sa famille (il a 4 frères et sœurs aînés). Il va ensuite se trouver ballotté de familles d’accueil en foyers. Une fois adulte, ayant reçu une très faible instruction (il sait à peine lire et écrire), il doit enchaîner les petits boulots pour subvenir à ses besoins.

À Amiens, dans la nuit du 25 au 26 octobre 1977, Michel Cardon, alors âge de 26 ans, s’introduit avec un complice, Jean-Yves Defosse (29 ans), chez un voisin, René Roullet, sexagénaire invalide, afin de commettre un cambriolage. Les deux malfaiteurs vont torturer le vieillard pour qu’il leur révèle où il cache ses économies. Ne trouvant pas le butin escompté, ils le tuent à coups de silex et de bâton (d’après Cardon, c’est Defosse qui serait l’auteur du meurtre) et emportent sur une carriole un maximum d’objets, y compris des boissons et des boîtes de conserve. Le crime ne leur aura rapporté que 200 francs. » (Source : Wikipédia)

 

Passer 40 ans en taule et sortir en débris humain n’a pas de sens. La peine de mort aurait été plus humaine pour Michel Cardon, coauteur d’un meurtre atroce sur un sexagénaire invalide. Oui mais voilà, son enfance massacrée plaide pour lui, diront les partisans de la circonstance atténuante. Le mal était-il déjà en Michel Cardon ?

Il y aura toujours deux courants dans la société : ceux qui estiment qu’on doit payer le prix de sa faute, et ceux qui invoquent le pardon possible. La France a supprimé la peine de mort sous Mitterrand, grâce ou à cause de Me Badinter. Depuis, on a des peines de prison de plus de 20 ou 30 ans qui ne servent à rien en terme de rédemption. On l’a vu avec le tueur d’enfant Patrick Henry...

Patrick Henry est mort avant sa sortie définitive. Philippe El Shennawy, lui, aura passé 38 ans en prison pour un braquage avec prise d’otages en 1975, avant de sortir en 2014 (par la grâce de François Hollande) avec un bracelet et des conditions spéciales. Mais il avait une famille, des amis.

 

- La Rédaction d’E&R -

 


 

« C’est le grand jour, c’est le jour où il sort », a réagi sur franceinfo Maître Éric Morain, avocat de Michel Cardon. L’un des plus anciens détenus de France est libre depuis vendredi 1er juin, à 8h40. Après 14 827 jours passés derrière les barreaux, l’homme de 67 ans bénéficie d’une libération conditionnelle, en raison de la dégradation de son état de santé.

 

Il a quitté le centre de détention de Bapaume (Pas-de-Calais) pour rejoindre un centre d’hébergement et de réinsertion du Val d’Oise où il devra se soumettre à des soins psychiatriques. « Il va être confronté à une réalité qu’il ne connaît pas mais il va être accompagné par des professionnels à qui je vais le confier en toute confiance et en toute sérénité », a expliqué son avocat, Éric Morain, interrogé la veille de la sortie de son client.

 

 

franceinfo : Est-ce que vous avez eu un contact avec Michel Cardon ?

Maître Éric Morain  : Je n’ai pas eu de contact direct depuis sa première permission de sortie il y a environ un mois. C’était la première fois qu’il passait une journée en-dehors d’un centre pénitentiaire depuis 40 ans. J’ai eu des nouvelles indirectes au mois de mai au cours de ses deux autres permissions de sortie, où il a passé ses premières nuits hors de prison depuis quatre décennies. Aujourd’hui, c’est le grand jour, c’est le jour où il sort.

[...]

Est-ce que vous avez l’impression que la prison a profondément et durablement abîmé Michel Cardon ?

[...]

J’ai vraiment confiance. C’est un projet que nous avons bâti ensemble, sur le long terme, pendant 18 mois. Ce projet tient la route. La plus belle des récompenses sera de le voir marcher dans ce parc.

[...]

Il y a un vrai enjeu derrière : il faut éviter que les décennies s’ajoutent aux décennies et qu’on se retrouve avec des détenus de 80, 85, 90 ans. La prison n’est pas en mesure de s’occuper et d’accueillir des vieux détenus.

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

Qui est violent ? L’homme, ou la société ?
Des réponses sur Kontre Kulture

 

Justice et prison, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Rectificatif : la peine de mort a été abrogée non en raison du combat mené par Robert Badinter pour la voir disparaître du code pénal, mais parce que qu’elle était incompatible à la Conv.EDH dont la France était signataire. L’abolition de la peine de mort a été actée au tout début du mandant Mitterrand sous la houlette de son garde des sceaux et ministre de la justice, Robert Badinter.

     

    • Rectificatif du rectificatif...
      La disparition de la peine de mort est un des éléments de l’agenda mondialiste.
      Je pense qu’elle est, en grande partie, responsable de la montée exponentielle de la délinquance (on a beau déplacé le curseur du "petit délit",depuis des décennies).
      Elle était en tout cas indispensable à la création du "chaos organisé" à l’intérieur même des nations...
      Avant le battage politico-médiatique fait en faveur de la suppression de la peine capitale et orchestré principalement par la bien-pensance de gauche socialo-sioniste, les français y étaient largement défavorables (vous savez, comme avec Maastricht)...
      Donc pas d’inversion accusatoire avec moi, Me Badinter est bien la personnalité qui a largement permis la suppression de la peine de mort !
      Je vous rappellerai, à toute fin utile, que la duplicité est largement répandue dans la famille (voir le changement de paradigme de sa femme Elisabeth à propos de l’immigration musulmane)... et est un marqueur de la communauté de lumière.


    • @ yul : "La disparition de la peine de mort (...) est, en grande partie, responsable de la montée exponentielle de la délinquance"

      C’est-à-dire ?
      Tu peux développer ?


    • La suppression de la peine de mort est bien l’oeuvre de Badinter et personne d’autre. Il disait dans une émission dont je me souviens très bien que le peuple français n’était pas assez mûre pour un référendum.je soupçonne même qu’il ait reçu des consignes d’une certaine loge. Jamais depuis il n’y a eu autant de tueurs en série et de crimes dans ce pays.


    • Il doit y avoir la possibilité du pardon... c’est une avancée très importante dans les religions abrahamique (bien que dans la religion juive ça soit réservé a des juifs, pour une référence sourcée voir Roger Hanin dans " Le Grand Pardon" LOL). Après, je ne suis pas un spécialiste de la religion juive, alors si un rabbin souhaite contredire.

      Trêve de plaisanterie... Il y a une inversion de ce que doit être le pardon... effectivement, le pardon ne peut venir que des victimes... Si il y a la possibilité d’un sincère repentis, il doit y avoir la possibilité de pardon. C’est très important.

      Là on vous fait croire que le pardon ne serais presque pas en relation avec le fauteur mais uniquement la bonté de celui qui pardonne. L’abolition de la peine de mort, serait un choix de civilisation (c’est à dire une civilisation supérieure). Le pardon peut exister sans repentis, mais il est impossible de ne pas se questionner sur les remords du fauteur.

      Car ce qu’il y a de bien pire dans une société ça n’est pas la faute des uns et des autres, mais le problème qu’un fauteur soit récidiviste. La justice est laxiste et démissionnaire... La possibilité du pardon est normalement un rempart contre l’indifférence... Systèmatisé, il devient une raison de l’indifférence.

      Des parents victimes de l’assasinat de leur enfant par exemple doivent être décisionnaire quitte à refuser de prendre part dans la décision des hommes de rendre justice.

      Je suis à priori pour le pardon... ou trouver toutes les possibilités pour protéger les hommes de leur erreurs, mais les pervers sont des oppresseurs qu’il faut absolument neutraliser. C’est pour ça qu’on désigne des juges. Et si la justice est incapable de nous protéger, c’est la société qui doit être mise en question.


    • J’ai encore mieux : l’abolition de la peine de mort est le premier pas vers l’abolition de toutes peines. Oui je sais ca parrait dingue mais c’est pourtant ce qui est en train de se passer quand on y reflechi !


    • Je ne comprends pas trop votre raisonnement finalement.
      Proportionnellement à la population je doute qu’il y eut moins de crimes en d’autres temps, ni qu’ils furent moins odieux. J’aurais plutot tendance à penser le contraire.
      Pourtant il y avait mort et mutilation à la clef.


    • Question passionnante, bien que compliquée à aborder, car elle échappe au sens commun, et ne vaut que par le sens religieux (càd la symbolique sacrée). Nul étonnement alors que personne n’y comprenne plus rien.
      Déjà
      1) Si la Justice ne peut pas donner la mort, alors elle n’a aucun pouvoir en cette vie. Elle est dépossédée de sa nature, car elle redevient à niveau strictement humain, soumise comme lui à la mort.
      2) La mort a une emprise négative, c’est à dire qu’il faut pouvoir la donner pour posséder la vie plus intimement (garder maîtrise sur elle, et ne pas la subir). C’est d’ailleurs pour cela que l’on n’aurait pas pu dire que Dieu ait donné absolument son fils aux hommes si ceux-ci ne l’avaient pas tué (une mort naturelle serait ressentie comme "dieu qui reprend"). Donc une justice sans peine de mort, c’est une justice qui subit la mort, qui lui est soumise "comme le reste"...

      3) la Justice a pour vocation de rétribuer les peines, de peser les douleurs, or il faut comprendre la question de la Valeur. La mort a une emprise originelle sur tout ce qui est terrestre. Bien, corps, désirs, tout cela lui est soumis. Chaque douleur... comment dire ;…Même si la mort n’est pas au bout, même si sa présence n’est que par absolu (càd par unité en regard d’une diversité de maux et de douleurs qui ne sont qu’un chiffre de son Nombre, un degré infiniment variable ou dégradé d’anéantissement, de précarité et de mort), malgré cela, c’est par elle que tout VAUT. C’est par elle que toute souffrance EST. Il faut la voir comme l’unité, le Nombre (1). Alors ? alors plus de valeur si on enlève la mort. Et dans le champ particulier, et ô combien honorable (sacré même !) de la justice, il ne faut pas perdre de vue cette pensée : car la Justice, qui doit régenter les peines, doit être en intelligence avec la source de ces valeurs, et les équilibrer par rapport à elle. Or il doit bien exister une peine, une faute, qui égale l’unité, qui égale la mort (régicide, parricide.. que sais-je..). A chaque civilisation de l’identifier, Mais si elle ne le fait pas, alors c’est qu’elle affirme qu’elle ne VAUT rien...

      3) enfin, rappelez-vous bien, enlever la mort comme réparation, c’est enlever l’unité et la fin, et donc ouvrir sur l’infini. "dette éternelle"... ça vous dit quelque chose ? quelque part, la mort juge définitivement, et apaise...elle est mesurée et mesurable. La négation du pardon, c’est la financiarisation de la justice, et la spéculation sans frein des peines.


    • Pam beach post "cut"
      Alors, le constat de la montée exponentielle de la délinquance, comment dire : c’est comme la courbe du chômage : d’un côté ceux qui ont moins de 10 délits ne sont pas considérés comme de véritables délinquants et de l’autre ont s’arrange pour faire sortir certaines catégories du comptage (radiés, formations bidons...), ..On casse le thermomètre...
      En quoi la suppression de la peine de mort à favorisé cette augmentation : simplement en donnant un signal psychologique que, quel que soit la gravité du délit, le nombre de récidives... il y aura l’absolution républicaine (à la fois morale, la culture de l’excuse et victimisation et pénale, minimisation des peines)...
      En prenant un exemple simple et excessif (raisonnement pas l’absurde) :
      si en volant une orange à l’étalage tu risque de te faire couper une main d’un côté et une petit réprimande de l’autre, dans quel cas seras-tu tenté de faire l’expérience ?
      Si j’osai, je ferai une comparaison avec un dieu devant lequel tu comparaîtra après ta mort et un autre qui te proposes de jouir de la vie sans contrainte et sans risque d’avoir à rendre des comptes, tu vois ou je veux en venir ?
      Je sais que tu vois de quoi je veux parler, tu n’es pas si bête que tu en as l’air...
      Tu voulais simplement faire ton intéressant en me mettant dans l’embarras, hein !


    • @ yul
      La peine de mort, ça peut faire peur aux honnêtes gens.

      Le mec qui va faire un braquage enfouraillé avec son équipe, il a à priori parfaitement conscience qu’il peut mourir dans l’opération, ou être handicapé à vie, ou handicapé à vie en prison.
      Et puis, tu as tous les délinquants, les criminels incapables de se projeter dans l’avenir, ne serait-ce que le lendemain, celui où le jour succède à la nuit.
      Sans compter les tarés qui évoluent dans leur propre réalité, et qui eux, semblent en constante augmentation, à mesure du naufrage de nos sociétés.

      Donc, la peine de mort abolie sert juste à donner bonne conscience aux "progressistes".
      Mais ce n’est que de la lâcheté, une longue peine prononcée est une invitation au suicide.

      Peine de mort ou pas, rien à branler, le crime continue.


    • Le pardon n’est possible que si il y a la possibilité d’une punition sévère... L’un ne va pas sans l’autre... L’abolition de la punition, c’est l’abolition du pardon... Sans la possibilité du pardon, les crimes ne peuvent aller que crescendo... La vie sur terrre n’est qu’une épreuve...

      Si il n’existe plus de notion de ce qu’est le crime, comment connaître ce qu’est le pardon... C’est s’accrocher à des mots vides de sens.

      Dieu mets des obstacles et se réjouis qu’on les surmontent... Lorsqu’on commet des erreurs et qu’on a un sincère repentir (tout en cherchant à réparer les tords commis, chercher le pardon des victimes avant le pardon de Dieu) alors Dieu est très miséricordieux... Ainsi, Dieu ne veut pas que Ses serviteurs s’éloignent de Lui par le péché. Au contraire, Il veut qu’ils se rapprochent de Lui par l’obéissance.

      Le Quran : « Dis : « Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde de Dieu. Car Dieu pardonne tous les péchés » » (39 :53).
      Pourtant, l’enfer sera remplis de gens qui ajournent le repentir en disant : je vais me repentir, je vais me repentir. La punition permet également le repentir aux gens doués d’intelligence.


    • @ Yul
      Je pense qu’elle est, en grande partie, responsable de la montée exponentielle de la délinquance...

      Pas sûr. Le pays qui a le plus haut taux d’incarcération du monde avec 698/100 000 h est aussi le pays où on y applique encore la peine de mort, soit les É-U.


    • A Tetar 1er , vous avez tout dit !


  • Comme il est malade, la pénitentiaire, dans sa grande bonté, a demandé à ce qu’il ne crêve pas en prison, d’abord ça la fout mal, ensuite les soins aux vieux sont onéreux .


  • La prison n’est pas adaptée aux vieux détenus. Il faut donc immédiatement libérer l’historienne âgée emprisonnée en Allemagne récemment suite à ses écrits, de même que d’autres personnes âgées ayant commis le même "crime" d’expression.
    La prison n’est pas adaptée non plus aux personnes plus jeunes qui ont exprimé leur avis et d’importantes observations et informations au public, dans l’intérêt de ce dernier, sans commettre aucun crime de sang ou de vol.
    La prison d’ailleurs n’est en général pas le lieu idéal pour mener une vie d’homme libre, et n’est pas prévue pour les hommes libres, fiers, honnêtes et altruistes.
    La prison n’est pas du tout adaptée aux innocents de tout crime et délit.
    La prison est faite pour les criminels.
    Ce monsieur Cardon a commis un VRAI crime aggravé par l’état de faiblesse de sa victime ; il a mérité sa peine. Il libère une place en prison, tant mieux, vu la propagation du virus crime. Il ne semble pas pour autant libre, le sieur Cardon (est-il atteint d’Alzheimer ?) : une place en psychiatrie.
    Il va regretter la taule !

     

    • Faut juste savoir ce qu’on veut. Moi je ne suis ni pour les longues peines , ni pour la peine de mort.

      A quoi ça sert de rester 40 ans en Prison ? Pas grand chose....Je suis pour qu’on laisse le choix aux détenus lourdement condamné, surtout si on a déjà 30 ans passés, c’est à dire qu’il aient la possibilité de demander à ce que leur peine soit commuée en peine de mort.


    • "La prison n’est pas adaptée aux vieux détenus."
      Et les vieux pédophiles ?

      "Ce monsieur Cardon a commis un VRAI crime aggravé par l’état de faiblesse de sa victime ; il a mérité sa peine."
      40 ans : Michel Cardon a surtout été oublié par la "Justice", par l’administration.
      Tu ne sais pas de quoi tu parles, tu n’en as pas la moindre idée.

      Michel Cardon, c’est rien, c’est personne, au "pays des droits de l’homme"...


    • Oui slim. Mais c’est juste du n’importe quoi. Ça me rappelle les pédagogies "modernes" de début des années 80 , poussées par le miterandisme, qui demandaient aux élèves de se corriger eux memes et de se noter.
      Laisse moi deviner, tu es nouvellement réveillé et tu asvoté PS toute ta vie jusque là ?


  • Condamné sous Giscard, Michel Cardon nous aura probablement coûté moins cher que ce dernier sorti de l’Elysée depuis 37 ans et 22 jours...

     

  • Un référendum sur la peine de mort et les francs-maçons, sur ce point, rendront leurs tabliers.
    Pas de référendum, soit, alors pour les vrais mâles encore existants, la Loi du Talion.
    Les autres ? Marche blanche, fleurs et nounours...
    Et si le crime est le viol de leur femme ou fille, port d’une jupe pendant 1 semaine, par solidarité.
    (Je me demande si, en jupe, ces connards portent ou non un string.


  • Je citerai Pierre Yves rougeyron..."La victime pardonne, la famille pardonne, Dieu pardonne s’il existe...pas la République" , ce n’est pas son rôle elle n’a pas été conçue pour cela.

    Pour un simple point de vue, la République Française a abolie la peine capitale. Qu’en 2018 on soit pour ou contre, et dans quels cas, ce sont des débats interminables que seul un référendum tranchera. Mais comme on vous demandera plus jamais votre avis...

    Robespierre lui-même j’ai cru comprendre qu’il était contre la peine de mort, c’est dire !

    Bref, pour ce qui est de nos jours, la libération de perpétuité ne devrait être possible qu’à la seule condition que le condamné ne puisse plus récidiver. Limite 50 m a pied doivent se faire avec une bouteille d’oxygène et une équipe de réanimation complète.
    C’est le cynisme : tu as payé la société te "pardonne" et t’autorise à sortir pour tes 50 années de prison. Profite maintenant surtout qu’en plus personne ne te jettera de pierres...voici ton fauteuil roulant, comment ça faut te pousser ? et puis quoi encore ?


  • C’est des histoires comme ça que les jeunes maghrébins doivent voir à la télé. Pour qu’ils réalisent tous que la justice de ce pays et la société en général peut être très dure avec des français de souche ,avec des arabes ou n’importe quel pauvre. Le racisme existe mais il n’est pas determinant.

     

    • "C’est des histoires comme ça que les jeunes maghrébins doivent voir à la télé."

      Vu le taux de Maghrébins incarcérés, ils sont très au courant, merci pour eux.
      lol, c’est dingue, ces commentaires complètement envapés...

      Chaque fois que je vois une cité, barres ou/ et tours, je me demande toujours :
      combien de familles ont quelqu’un en prison ?


  • Pardon ! Il n a pas seulement massacré un pauvre vieux pour lui voler ses économies mais il a abattu de sang froid mon compagnon d entraînement ( équipe d halterophilie du "métro") claude Hochard motard qui le poursuivait à moto ds le bois de Boulogne. 2 veuves et 4 ou 5 enfants à l époque.
    Leur pere leur manque toujours et leur souffrance durera jusqu à leur mort. Une bête fauve a été remise en liberté !

     

  • Yul,
    "Je pense qu’elle est, en grande partie, responsable de la montée exponentielle de la délinquance"...
    Cette peine de mort existe encore dans de nombreux pays ,comme dans la plupart des états des USA ce qui n’y empêche pas un taux de criminalité (ce qui est autre chose que la délinquance) très élevé.


  • J’ai lu tous les commentaires, je trouve beaucoup de recherches pour un sujet simple, la peine de mort. On disserte, on argumente, en fait tout ces ajustements philosophiques éloignent la justice de son rôle, être juste.
    Apparemment ça n’échappe à personne de quand on doit l’appliquer, même pour ceux qui sont contre. Je trouve qu’on cherche à trop se justifier face aux adversaires de cette peine, ce qui fait leur force dans le débat pseudo humanitaire de nos jours. La peine de mort est évidente quand tous les éléments de l’enquête aboutissent à la culpabilité certaine avec toutes les preuves. J’entends parler de pardon, le pardon divin n’absout pas de la justice humaine. Le pardon n’a de sens que venant des proches de la victime, autrement il est le fruit d’un montage techno juridique, en aucun cas une sentence. Ce type a assassiné un sexagénaire abattu comme une bête sauvage. je me fous de ces 40 ans ou 150 ans de prison, de sa surdité et de son mal être, encore moins de sa maladie du coeur, aujourd’hui il sort au frais de la belle et on devrait s’apitoyer et finalement accepter, c’est le genre d’affaire faite exactement pour argumenter contre la peine de mort. Demandez au sexagénaire si il n’aurait pas aimé aussi se la couler un peu plus longtemps avec quelques années de vie en plus, sans agresser personne, lui.


  • La peine de mort serait une possibilité pour une meilleure "Justice" mais abolie pour le moment. La perpetuité réelle serait une possibilité pour une meilleure "Justice" mais non prévu par le code pénal. Une possibilité serait le non cumul des peines lors des procés.
    Cumul des peine systématiquement appliqué par les juges et la magistrature gauchisante et maçonne, c’est à dire toute la magistrature.
    En gros tu peut tuer 2 personnes ou 10, la peine sera la même 22ans en France si tu te tiens à carreau.
    Mais la France n’est le pire des cas, en Belgique on a récemment libéré un homme qui avait tué 5 femmes (en violant 2 d’entre elles) au bout de 20 ans (alors qu’il avait pris perpet)
    Plus récemment le pervers qui a tué 1 femme dans son sous-marin après l’avoir violé, torturée puis démembrée a été condamner à la perpet au Danemark et on apprend que dans ce pays perpétuité = 15 ou 16 ans de prison.
    Tu m’étonne si le monde va mal. Je n’admire pas les USA mais sur ce point je les envie, ils ont une justice sévère avec les criminels.


  • Et le sexagénaire René Roullet, on en fait un article, on l’a oublié ?
    J’ai pas de larmes pour cet assassin
    Si je dois pleurer c’est pour René Roullet


  • En ce qui concerne Patrick Henry, condamné à perpétuité pour l’enlèvement et le meurtre d’un enfant de sept ans, il obtient sa libération conditionnelle en 2001, après vingt-cinq ans de détention. L’année suivante, il est arrêté en Espagne avec une cargaison de drogue qu’il tentait de faire passer du Maroc en France, ce qui entraîne son retour en prison. Gravement malade, il est finalement libéré en septembre 2017. Il meurt trois mois plus tard.


Commentaires suivants