Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Au Yémen, des enfants meurent parce que l’aide est bloquée, prévient l’Unicef

Au Yémen, des scènes « à briser le cœur ». Tels sont les mots employés, vendredi 2 novembre, par Geert Cappelaere, directeur du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) pour le Moyen-Orient, pour parler des enfants décharnés dans des hôpitaux de la ville portuaire d’Hodeïda ainsi que dans la capitale Sanaa. Deux théâtres de combats entre les insurgés houthis et la coalition menée par l’Arabie saoudite.

 

 

« Nous avons des preuves qu’au Yémen, toutes les dix minutes, un enfant de moins de cinq ans meurt de maladies qui peuvent être soignées et de malnutrition aiguë sévère », a déclaré Geert Cappelaere, d’Hodeïda. Selon les Nations unies, environ 14 millions de personnes, soit la moitié de la population du Yémen, pourraient bientôt se retrouver au bord de la famine.

Déjà 1,8 million d’enfants sont malnutris et plus de 400 000 d’entre eux souffrent de malnutrition aiguë sévère, a déclaré le directeur de l’Unicef pour le Moyen-Orient. « Mais il y a plus. De nombreux enfants meurent de maladies évitables par la vaccination. Aujourd’hui, au Yémen, seuls 40 % des enfants sont vaccinés », a-t-il poursuivi.

[...]

Ces affrontements ont pour conséquence de bloquer la circulation des marchandises. Ainsi, sept camions transportant du matériel médical et des médicaments vitaux ont été bloqués dans le port de la ville pendant deux semaines, en attente de dédouanement après leur déchargement, a précisé Geert Cappelaere. Les autorités houthies ont donné leur feu vert, vendredi, au départ des camions et les marchandises vont être distribuées, a déclaré une porte-parole de l’Unicef.

[...]

Les combats ne s’arrêtent pas là : la coalition dirigée par l’Arabie saoudite a annoncé avoir aussi lancé vendredi des raids sur une base aérienne proche de l’aéroport international de Sanaa, régulièrement visé par l’aviation de la coalition. Mais, selon un porte-parole saoudien, l’aéroport est toujours ouvert aux activités aériennes des Nations unies et de leurs agences de secours.

Lire l’article entier sur france24.com

Voir aussi, sur E&R :

 

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 






Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes...
    (Bossuet)

     

    Répondre à ce message

  • Ce sont les écolos-sionistes qui vont être contents : "l’empreinte écologique" des Yéménites va heureusement diminuer .

     

    Répondre à ce message

  • #2075532

    Quand france24 commence à faire dans l’humanitaire, il faut s’attendre à une entourloupe. Les sentiments humains ne font pas partie de leur logiciel.

     

    Répondre à ce message

  • « De nombreux enfants meurent de maladies évitables par la vaccination. Aujourd’hui, au Yémen, seuls 40 % des enfants sont vaccinés", a-t-il poursuivi. La rougeole, le choléra et la diphtérie peuvent être mortels pour les enfants, en particulier ceux de moins de cinq ans, notamment en cas de malnutrition. »

    Cet extrait de l’article prouve que la vaccination n’est nécessaire que lorsque les conditions sanitaires dans un pays sont déplorables, ce qui n’est pas le cas de la France de 2018. Ces épidémies de rougeole, de choléra et de diphtérie sont la conséquence de conditions sanitaires déplorables. En France, dans les années 50, la mortalité infantile a décru considérablement avec l’amélioration des conditions sanitaires (eau courante, tout-à-l’égout, amélioration de la nourriture...), mais des menteurs à la solde de Big Pharma ont voulu faire croire que les campagnes de vaccinations en étaient responsables.

     

    Répondre à ce message

    • Pour être parfaitement honnête il convient de remarquer aussi que ces maladies se rependent parce que les conditions sanitaires sont déplorables mais touchent essentiellement les individus les plus jeunes qui n’avaient pas encore été vaccinés, les adultes semblent majoritairement être épargnés...

       
    • @Thinker :

      Effectivement, mais en même temps les individus les plus jeunes (on parle bien d’enfants) sont aussi les individus dotés d’un système immunitaire plus faible, en cours de développement..
      (ce n’est pas une critique, m’interrogeant sur l’efficacité et la dangerosité des vaccins, je trouve votre remarque intéressante)

       
  • Ah, merde ! ´Faut faire appel à MSF, à MDM, à MDS, à Bernard courage, à Soppo, au Cran, à d’autres (non cités)... Il faut fournir des armes au Yemen. Il faut que nos militaires basés à côté (et disposant de moyens maritimes conséquents) déploient l’aide humanitaire. Il faut que la 13ème DBLE (à 2 pas), composée de soldats d’élite, aille mettre de l’ordre là bas, au nom du droit d’ingérence.
    Je me demande si je dis pas des conneries, là.

     

    Répondre à ce message

  • - Le Yémen, la guerre, les enfants meurent
    - La France, la paix, les enfants meurent (ivg)

    Notre avenir n’est viable nul part.
    L’adulte est fou, inconscient, criminel.
    Dieu nous jugera, craignez son courroux.

     

    Répondre à ce message

  • "JPMorgan va faire du mécénat dans les quartiers défavorisés en France" (latribune, 04/11/2018)

    Les idéaux et cultures autres qu’occidentale qu’on pourra pas déloger à coups de bombes, on les corrompra via le portefeuille du big boss, pour les faire adhérer au progressisme d’un beau vert de la place Vendôme.

     

    Répondre à ce message

  • Pour penser à contre courant : https://english.alarabiya.net/en/Ne...
    C’est suite aux déclarations des Saoudiens que l’aide se remet à être déchargé des bateaux ! Les pénuries leurs sont difficilement imputables : ils livrent eux même de l’aide en pétrole et en bouffe par le sud, et ils ont bien pris soin de ne pas totalement bloquer toute les voies d’accès à Hodeida en déclarant la route nord "couloir humanitaire". Quand à l’autre port plus au nord qui sert aussi à débarquer de l’aide à destination des zones du pays sous contrôle Houthi, il reste pour leur moment épargner par la combat.
    Si j’étais complotiste et observateur de la situation dans le détail, je dirais que l’humanitaire revient sur le devant de la scène médiatique chaque fois que la coalition saoudienne est en train de faire des avancés significatives et que les putchistes participent à l’aggraver en perturbant la distribution des vivres !

    Sur le plan militaire et politique leur situation est en ce moment critique : depuis 15 jours 3 semaines les dissensions se multiplient dans leurs rangs. L’un des ministres sunnite de leur gouvernement de transition a fait défection et la chose s’est suivit de trouble et de purges politiques à Saana. De gros désaccords sont en train d’apparaitre au sein même de la famille Houthi et ont donné lieu à des escarmouches fratricides à Saada. Et finalement ce week-end, un chef tribal sunnite de Saana vient carrément de changer en appelant toutes les tribus à l’imiter.

    Sur le terrain à Hodeida les émiratis avancent lentement mais surement. L’adversaire vient de couper internet à la population soit pour empêcher la coalition de prévenir les civils de la localisation des prochaines frappes aériennes et leur faire de la mauvaise publicité après les bavures, soit pour empêcher la population de donner du renseignement à la coalition, soit parce que des milices ont retourner leurs armes contre eux et que c’est par internet que la coalition les dirigent sur les meilleurs objectifs.
    De leur coté les Saoudiens avancent un peu à Hajjah la province au nord d’Hodeida et vont sans doute bientôt prendre le contrôle d’une ville qui verrouille la route Hodeida Saada.
    Dans la province de Saada, la progression a été considérable.
    Je ne sais qui pilote les avions saoudiens, mais les frappes sont devenus très efficace et massacre les troupes fraiches adverses et les stocks de munition.

     

    Répondre à ce message

  • Et finalement hier, les forces spéciales saoudiennes ont été parachuté sur des sites stratégiques au nord de la ville d’Amran. L’objectif est clairement de fermer la route Saada-Saana à cette hauteur la avant qu’elle fasse une fourche vers l’ouest et le port d’Hodeida. C’est la dernière voie encore ouverte qui permet à la province de Saada de communiquer avec le reste du pays. Si elle est fermé, le chef lieu des putchistes sera totalement assiégé et privé de ravitaillement.
    Si ils ne déposent pas les armes pour aller négocier une solution politique, l’hiver s’annonce très rude pour eux...

     

    Répondre à ce message

  • L’Arabie Saoudite ne prend aucune décision, c’est Washington (le marais puant) qui s’en occupe pour elle. On peut raisonnablement penser qu’il y aura de nets progrès d’ici la fin du mois. En effet, il semblerait que 43 pays seront nettoyés de leurs élites "puantes" cela devrait se voir jusqu’au sein de l’UNICEF. Source : Q. A suivre...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents