Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Aux États-Unis, il est possible de louer une foule de manifestants

Le rêve "américain" d’Adam Swart

Photo : Adam Swart, fondateur de « Crowds on Demand »

 

 

En novembre dernier, nous évoquions la possibilité que des activistes anti-Trump aient été payés pour manifester. Une semaine après le drame de Charlottesville, la question se pose de nouveau.

 

Une annonce postée lundi 7 août 2017 sur craigslist.org a éveillé des soupçons sur Internet : pourquoi l’entreprise Crowds on Demand a-t-elle loué les services de manifestants dans la région de Charlotte la semaine dernière ?

 

 

Dans cette annonce, Crowds on Demand annonce chercher des « acteurs enthousiastes et des photographes » pour participer à des événements dans la région de Charlotte, en Caroline du Nord. La société se dit prête à les ayer environ 25 dollars de l’heure.

Précisons tout de suite que la ville de Charlotte, en Caroline du Nord, et la ville de Charlottesville en Virginie sont deux localités bien distinctes. Pas si éloignées, néanmoins (430 km, une petite distance aux États-Unis) :

 

 

Crowds on Demand (littéralement : « Des foules à la demande ») est une société qui se décrit elle-même comme « une entreprise de relations publiques basée à Los Angeles et spécialisée dans les événements innovants ». Sur son site Internet, on trouve une description plus détaillée de ses activités :

« Vous cherchez à créer un buzz n’importe où aux États-Unis ? Chez Crowds on Demand, nous fournissons à nos clients des manifestations, des mobilisations, des flash-mobs, des événements de paparazzi et autres spectacles innovants de relations publiques. Ces services sont disponibles dans tout le pays dans toutes les principales villes américaines, toutes les principales régions métropolitaines américaines et même les plus petites villes. Nous fournissons tout, y compris les personnes, le matériel et même les idées. Vous pouvez nous soumettre un plan d’action spécifique et nous pouvons le réaliser. OU, vous pouvez nous approcher avec une idée générale et nous pouvons vous aider à planifier une stratégie puis à l’exécuter. »

Interrogé par Snopes, le PDG de Crowds on Demand, Adam Swart, a affirmé que sa société n’était impliquée d’aucune manière dans les récents événements de Charlottesville.

 

Qui est Adam Swart ?

En 2011, Adam Swart répondait à la chaîne Jewcy Tv [1] concernant les relations entre Israël et les États-Unis :

« Mon nom est Adam Swart et vous pouvez me trouver sur J Street parce que je crois en une alliance des États-Unis avec Israël mais je crois aussi que nous devons être honnêtes avec nos alliés et dire à Israël que la solution à deux États est la seule voie vers la paix et que des négociations de bonne foi doivent avoir lieu de la part de toutes les parties. »

 

J Street est une association qui se définit en ces termes :

« J Street est la demeure politique des Américains pro-Israël et pro-paix, qui veulent qu’Israël soit sûre, démocratique et le foyer national du peuple juif. »

Notes

[1] "Jewcy" : jeu de mots basé sur les termes "jew" (juif) et "juicy" (juteux).

Sur le mensonge et les affaires, chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants