Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

CHU de Rouen : l’unité Covid aux lits vides...

Cette courte vidéo de 67 secondes fait le tour du Net depuis le 11 novembre 2020. Elle montre une unité Covid constituée de lits de réanimations qui sont... vides. Le gouvernement et la presse nous parlent de « saturation » des services de santé, de « pic » d’hospitalisations, de deuxième vague encore « plus violente » que la première, et cela nous rappelle des cliniques vides et des hôpitaux tranquilles (pas tous) lors de la première vague du coronavirus. Qui ment ? Les images ou le lobby médiatico-politique ?

 

 

Le succès viral de cet extrait a fait réagir promptement le service neurologie du CHU de Rouen, par l’intermédiaire de la communication de l’établissement.

« Ça fait partie de nos unités de réserve. Heureusement qu’elle est vide, cette unité : cela veut dire que pour le moment, on n’est pas encore débordés dans l’accueil de nouveaux patients Covid. Lorsqu’elle se remplira, si elle vient à se remplir, alors on en préparera une autre. Le but est de toujours avoir un coup d’avance. » (actu.fr)

Pour information, l’ARS (Agence régionale de santé) de Normandie avait de son côté – avant la diffusion de cette vidéo – communiqué sur « une situation compliquée en termes de places en réanimation »...

En espérant que cette lanceuse d’alerte, si c’en est une, ne risque pas sa place pour une vidéo très parlante... Car les explications du CHU de Rouen, mises en face de celles de l’ARS, font un peu désordre. Les ARS et les CHU devraient peut-être s’aligner sur une version commune, comme lorsque deux menteurs se font pincer par la police. Il est hors de question d’accuser qui que ce soit, mais les informations qui nous sont remontées lors de la première vague nous laissent perplexes. Si la communication est une chose, surtout lorsqu’elle émane de ce gouvernement, qui nous a habitués au mensonge, du moins à l’amateurisme, la réalité en est une autre. Le problème de la psychose du Covid, ou du coronavirus, ce sont les statistiques qui en parlent le mieux : 0,3 % de létalité, soit un peu plus qu’une grippe saisonnière. Jusqu’où devra-t-on détruire l’économie et le quotidien des Français pour une super grippe ?

En avril, le journal collaborationniste Libération avait dû se fendre d’un article pour expliquer :

Après la publication de deux vidéos dans deux hôpitaux, le directeur adjoint s’explique :

Contacté par CheckNews, Nicolas Funel, directeur adjoint de l’hôpital Sainte-Musse, explique que les soignants ont eu vent de cette vidéo et « le vivent mal ». Il dit : « L’hôpital vide, c’est celui qu’on voit tous les jours depuis le début de la crise. Les 250 000 consultations par an non urgentes ont été annulées. Les visites des proches sont interdites. Donc oui, le hall est vide, le parking est vide. On n’a pas le flux de personnes habituel. Tenir des propos pareils, c’est révélateur d’une méconnaissance totale du fonctionnement des hôpitaux. » En termes de chiffres, Nicolas Funel détaille : « Sur 134 lits de réanimation [doublé par rapport à la normale, ndlr] dans le département du Var, 30 sont libres. 61 lits sont occupés par des patients Covid. » Par ailleurs, il nous indique que le service juridique se penche actuellement sur la vidéo afin d’évaluer la possibilité de poursuites.

En réalité, et les auteurs de ces vidéos et les directions des CHU ont raison. La vérité, elle, est ailleurs : dans la réduction progressive du nombre de lits et particulièrement de lits de réanimation dans le service public de la santé depuis les années néolibérales, celles de la TAA ou T2A, la tarification à l’acte.

C’est en 2004 que le pouvoir a lancé ce mode de financement qui a transformé en gros l’hôpital en entreprise qui devait faire du chiffre (même chose dans les commissariats, d’ailleurs, et on a vu le résultat en termes de sécurité publique). La T2A a fait de l’hôpital français un secteur économique en crise et en déficit perpétuels : la dette augmente d’année en année, et les crédits alloués ne couvrent même plus le service de la dette. Du coup, la dette absorbe les hausses de budgets, et plus rien ne va aux soins. Le néolibéralisme a changé l’offre de santé en secteur déficitaire, qu’il fallait alors à tout prix réformer, c’est-à-dire lui infliger la rigueur gestionnaire.

Le résultat de cette politique économiste, 16 ans plus tard, tout le monde le voit : le pays n’est plus capable de faire face à une épidémie de grippe sournoise, tout simplement, obligeant tous les étages du mille-feuilles administratif de la Santé (les ARS, la direction de la Santé, le ministère) à mentir ou à accuser les Français, ces mauvais citoyens, irresponsables ou insouciants, et bien sûr les soignants, qui passent leur temps à râler et à réclamer budgets et effectifs.

Le seul reproche qu’on pourra faire aux médecins (opposés à Perronne ou Raoult), dans ce désastre médico-politique, c’est d’avoir nourri la psychose pour de « bonnes » raisons, le sauvetage de leur outil de travail, en prenant les Français en otages devant un gouvernement qui sera obligé d’augmenter un peu les salaires, les budgets et les effectifs. Et encore, depuis la première vague, si tant est qu’il y en ait une deuxième, le nombre de lits de réanimation n’a pas augmenté, il a même baissé, nous dit Le Figaro. Voici l’extrait de notre article du 28 octobre 2020 :

La lanceuse d’alerte a raison, le CHU aussi : c’est le gouvernement qui ment.

Déjà, lors de la première vague...

 






Alerter

54 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2598899
    Le 19 novembre à 08:15 par Rem
    CHU de Rouen : l’unité Covid aux lits vides...

    " ça fait parti de nos unité de réserve"

    Plus c’est énorme et plus ça passe.
    Il nous prennent plus pour des cons là, mais pour des déchets organiques !

    Tout l’année ils nous les brisent qu’il n’y a pas assez de lits, que les urgences sont pleines, qu’il n’y a pas assez de personnel, de matériel,.....
    ... Et la il nous balance à la tronche des "unité de réserve"

    Faut vraiment que le réel reprenne ses droits !

     

    Répondre à ce message

    • #2598994
      Le 19 novembre à 11:36 par De Rouen
      CHU de Rouen : l’unité Covid aux lits vides...

      Cette “unité de “réserve” est le service de neurologie transformé en réa Covid.
      Donc plus d’intervention en neuro (ou réduction drastique) et pas de covid dans ce service ....
      Soutient à cette infirmière qu risque aujourd’hui sa place.

       
  • #2598905
    Le 19 novembre à 08:34 par Jean
    CHU de Rouen : l’unité Covid aux lits vides...

    Les peuples sont sous le choc parce qu’ils constatent que les prédictions précises relatives à l’Empire, qui ont été conçues par des internautes intelligents, instruits, intègres et influents il y a plusieurs années ou décennies, se réalisent sous leurs yeux.

     

    Répondre à ce message

  • #2598917
    Le 19 novembre à 09:14 par Luigi
    CHU de Rouen : l’unité Covid aux lits vides...

    Une seule question en guise de conclusion, et parce que le foutage de gueule, ça suffit :
    Pourquoi paralyser des nations entières et obliger à terme une vaccination globale pour un virus qui a un taux de létalité de 0,5% et qui touche des personnes qui ont en moyenne un âge au-dessus de l’espérance de vie ? Je connais la réponse, nous connaissons la réponse. Mais c’est LA question à poser à tous les incrédules et à nos soi-disant représentants politiques et médicaux.

     

    Répondre à ce message

  • #2598948
    Le 19 novembre à 10:24 par déconfinement immédiat !
    CHU de Rouen : l’unité Covid aux lits vides...

    Couler la classe moyenne par son économie basée sur les TPE-PME pour favoriser l’emprise des très gros comme Amazon (et de sa classe supérieure) sur le pays, avec la collaboration active de fils de pute comme BRUNO LE MAIRE.

    Il n’y aura plus que deux classes : les très pauvres, esclaves des très riches, réunis au sein d’une gouvernance globale, contre les nations (goys).

    J’ai entendu dire qu’il y aura 3 vagues en tout, correspondant chacune à 3 phases - les trois dernières marches avant le nouvel ordre mondial ?

    Qu’est-ce qu’on peut faire quand on a aucun moyen de contrôle sur notre propre monnaie ?

     

    Répondre à ce message

  • #2598985
    Le 19 novembre à 11:21 par Yucatan
    CHU de Rouen : l’unité Covid aux lits vides...

    Début octobre, ma belle-sœur, 68 ans s’est faite refouler d’un des hôpitaux du CHU de Rouen le jour de son opération PROGRAMMÉE de la hanche (elle ne pouvait plus marcher, elle souffrait le martyre) pcq les lits étaient réservés aux ‘futurs’ covidés. Vous me lisez bien ? ‘FUTURS’ covidés. On lui a simplement dit ‘on vous rappellera’ et on l’a renvoyée.
    Elle est décédée 10 jours après d’une embolie pulmonaire chez elle, laminée par la souffrance, la fatigue, l’immobilisation forcée/prolongée et les médocs à profusion.
    Maudits soient tous les responsables de cette mort (dirigeants de l’hosto, toubibs, mafia gouvernementale…). Maudits à jamais.
    A tous qui me lisaient, faites tout ce qui est possible pour rester en bonne santé (bonne alimentation, compléments naturels, activités sportives-plein air,…), ayez recours -tant que vous pouvez- aux médecins naturopathes/homéopathes. Fuyez les médecins et hôpitaux dits conventionnels suppôts/complices de big pharma.
    Aux professionnels de la santé intègres/lucides, continuez à vous battre et vous faire entendre partout où vous pouvez. Ceux qui ont peur (pour leur place, leur confort), rejoignez aujourd’hui le mouvement de ces soignants intègres.
    Demain, ce sera fichu, et pour nous, et pour vous.

     

    Répondre à ce message

  • #2599004
    Le 19 novembre à 11:49 par Strato
    CHU de Rouen : l’unité Covid aux lits vides...

    Bonjour,

    Je n’ai jamais applaudi pour les infirmiéres qui faisaient des chorégraphies avec leur médecins.Certaines faisaient aussi du Twerk pour nous dirent que le Covid était hyper dangereux.

    Mais ici j’applaudis des deux mains et des deux pieds le courage de cette infirmière qui va à contre courant de la propagande officielle.

    Bravo !

     

    Répondre à ce message

  • #2599031
    Le 19 novembre à 12:31 par ladko
    CHU de Rouen : l’unité Covid aux lits vides...

    Tout va bien en Seine-Maritime.

    Si l’on en croit la page du Figaro qui reprend le nombre d’hospitalisés, de placés en réa, de renvoyés à domicile et de décédés en données cumulées département par département depuis le début de la "crise" sanitaire, on a :

    - 570 morts au 13 novembre
    - 433 morts au 18 novembre.

    Soit 137 résurrections...

     

    Répondre à ce message

  • #2599101
    Le 19 novembre à 14:21 par Heureux qui, comme Ulysse...
    CHU de Rouen : l’unité Covid aux lits vides...

    La médecine contemporaine est une vaste imposture intellectuelle et une grande escroquerie économique, rien d’étonnant à ce que les "soignants" participent avec joie aux mensonges d’Etat.
    Les ARS (avec le concours du CNG qui torpille la carrière des praticiens hospitaliers non alignés) ne sont qu’un ramassis de traîtres ayant pour objectif de démanteler l’Hôpital public (en ne conservant que quelques centres régionaux) au service d’intérêts "supérieurs" qui les récompensent pour leur corruption active.
    Les médecins "de base" sont des religieux parfois honnêtes mais très souvent guidés par de mauvais penchants entretenus par une caste de criminels qui leur dicte "les bonnes pratiques" de manière "confraternelle".
    Soyez assurés que lorsqu’une profession s’organise en "ordre" (médecins, avocats, huissiers etc.) dans une société matérialiste, c’est toujours avec de mauvaises intentions !
    Non, le seul véritable progrès de la médecine contemporaine est sa capacité à produire des diagnostics grâce aux nouvelles technologies les moins invasives (imagerie en particulier).

    Après, tout dépend de ce qu’on en fait (ce qu’ils en font, eux, les médecins), vendre par exemple des prothèses de hanche à des vieux (jackpot assuré) en oubliant que ces implants réduisent considérablement le volume de moelle osseuse est criminel.

    N’accordons aucune confiance à cette "science" mais mettons-nous dans la situation de pouvoir éviter tous les traitements qu’elle propose (par une alimentation saine, une hygiène environnementale et mentale) et évitons les risques d’accident (en particulier domestiques). Notre état de santé s’en trouvera durablement amélioré.
    C’est parfaitement possible dans nos sociétés occidentales sans pour autant se retrancher dans une grotte.

    Prenez de l’acide ascorbique par cures régulières, mais pas dans les dosages recommandés par l’OMS, et vous vous maintiendrez.

     

    Répondre à ce message

  • #2599255
    Le 19 novembre à 18:55 par agri
    CHU de Rouen : l’unité Covid aux lits vides...

    Cà me rappelle la tempète du 26 decembre 1999 , quand chez moi à la campagne, les lignes électriques étaient tombées au sol du fait de la tempête .
    Aussi bien , l ’armée dans sa caserne locale, qu’ EDF avaient en stock des générateurs de secours, de quoi alimenter nos villages, mais il était interdit de les sortir, car ils étaient en réserve, pour pallier au soit disant bug de l’an 2000.

    Finalement, l’électricité nous a été rétabli seulement le 31 décembre à 21h et il n’y a jamais eu de bug à minuit .

     

    Répondre à ce message

  • #2600230
    Le 20 novembre à 23:53 par Yohann
    CHU de Rouen : l’unité Covid aux lits vides...

    "Le but est de toujours avoir un coup d’avance" dixit Actu.fr
    Je pense que le coup d’avance qu’ils avaient commence à fondre comme neige au soleil !
    Ne serait-ce pas encore un coup du réchauffement climatique ?!?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents