Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Canicule mondialiste : le coup de chaud des "climatologues" médiatiques

« Il ne s’agit pas d’une vague menace, incertaine et lointaine, mais d’une réalité dont on prendra pleinement la mesure dans la décennie à venir. » Ainsi nous avertissait James Hansen il y a trente ans. Trente ans se décomposant comme suit : dix ans de hausse de la température moyenne globale, puis vingt ans de stagnation. Ces deux décennies, pendant lesquelles, malgré les fluctuations, la température n’a guère augmenté, ont vu s’épanouir le discours scientifico-médiatique sur le devenir du système climatique de notre planète. Il n’y a qu’à écouter les grands médias pour savoir où nous en sommes rendus : l’apocalypse thermocarbonique est là. Et pourtant, nous n’avons encore rien vu…

 

Promise par le pape du réchauffisme, l’apocalypse thermocarbonique est promue en France par l’incoutournable Jean Jouzel, sur tous les plateaux et dans tous les journaux ces derniers jours. Il faut dire que l’actualité météorologique fournit une excellente justification aux discours simplificateurs, afin d’une part de faire une peinture simpliste de la situation présente et, d’autre part, de tirer des plans sur la comète à propos de la péjoration à venir, car oui, cela sera encore pire. Le réchauffement climatique, c’est comme l’Amour : plus qu’hier et moins que demain.

 

 

Expliquant tout, le réchauffement climatique n’explique en réalité rien. L’hiver, il est convoqué pour justifier aussi bien une grande douceur qu’une franche vague de froid. Il peut aussi expliquer, sur les plateaux télé, un été pourri, à moins que ne soit convoquée la variabilité naturelle, en guise de joker. Les vagues de chaleur estivales sont en revanche du pain bénit. En résumé : On vous l’avait bien dit !

« Mais ce qui se passe aujourd’hui, nous l’avions prévu il y a trente ou quarante ans déjà : une intensification des événements extrêmes et de leur fréquence avec le réchauffement. Année après année, été après été, ils se répètent. Et ce n’est qu’un début. Dans trente ou cinquante ans, ce qui est exceptionnel aujourd’hui sera la norme en Europe, avec des événements encore plus ravageurs et nombreux. » (Jean Jouzel, Le Monde, 27 juillet 2018)

Deux postulats permettent à Jean et ses collègues d’argumenter dans ce sens. Premièrement, le dioxyde de carbone est un gaz à effet de serre. Donc plus on en enverra dans l’atmosphère, plus celle-ci se réchauffera. Avec un corollaire semblant frappé au coin du bon sens, mais en réalité assez fragile : plus il fera globalement chaud, plus on aura de chances d’avoir des vagues de chaleur. Le second postulat est que plus d’énergie dans le système climatique (chaleur = énergie) signifie plus d’événements violents. Encore une hypothèse qu’on dirait frappée au coin du bon sens, mais qui est elle aussi fragile [1].

Bon, ils nous l’avaient bien dit, mais que se passe-t-il au juste ? Il fait chaud et sec de manière réellement remarquable en bien des points de l’hémisphère boréal. Dans l’Ouest américain, au Japon, en Europe du Nord, notamment. Ce dernier cas retient particulièrement l’attention, car l’image d’Épinal qui lui est associée est pour nous le froid.

 

JPEG - 212.3 ko
Rovaniemi, capitale de la Laponie située sur le cercle polaire, en Finlande, et ville de résidence « officielle » du Père Noël, a battu son record de température, avec un peu plus de 32 °C (données à partir de 1959)

 

Le traitement journalistique nous a habitués à l’existence d’un certain nombre de records, qu’on prend bien la peine de ne pas distinguer les uns des autres. Le premier consiste à dire qu’à tel endroit, il n’a jamais fait aussi chaud tel jour de l’année, et peu importe si le record du lieu est plus élevé et se situe quelques jours avant ou après cette date. Compte tenu du caractère exceptionnel de la vague de chaleur scandinave, les journalistes n’y ont pas eu recours. Il est aussi possible de choisir des stations météorologiques n’ayant qu’un faible recul historique : le record en question perd de sa pertinence, sachant que beaucoup de records sont anciens. Nous reviendrons sur ce point. Il y a bien sûr aussi les records absolus, qui concernent toute une région et s’appuyant sur une base de données ancienne.

 

JPEG - 67.5 ko
Jean Jouzel, oiseau de mauvais augure

 

Jean Jouzel souligne le caractère exceptionnel et symptomatique des fortes températures scandinaves, avec l’exemple de Kvikkjokk, localité suédoise située près du cercle polaire, qui a battu son record avec 32,5 °C. Des températures qu’il nous dit être inédites dans ces régions septentrionnales. Le précédent record était pourtant de 32 °C, enregistré le 1er juillet 1945. Ce même jour, une température de 31,6 °C était enregistrée à la station de Kiruna, à 145 km au nord du cercle arctique, une valeur qui n’a pas été atteinte.

Parfois, les journalistes mentionnent simplement une valeur, censée, seule, impressionner. Il a fait à Mourmansk, en Laponie russe, plus de 30 °C, le mercure étant même monté jusqu’à 32,2 °C. Le record n’a pas été battu : 32,9 °C le 9 juillet 1972, au plus fort du refroidissement d’après-guerre, qui ne fut pas que politique.

Le 16 juillet, la ville suédoise d’Uppsala a connu sa plus haute température depuis 1975, avec 34,4 °C. Le péquin moyen est censé être impressionné par la distance temporelle. Si l’on bat un record très, très ancien, c’est que c’est un sacré record ! Mais dans un contexte de réchauffement, un record devrait être d’autant plus emblématique que le précédent serait… très récent. Qui plus est, dans le cas présent, il ne s’agit même pas d’un record. Le journaliste nous dit ainsi non seulement que l’on avait déjà connu cela auparavant, mais aussi qu’on a vu pire il y a plus longtemps.

Le cas d’Uppsala est intéressant, car il s’agit d’une ville universitaire de renom disposant de séries de températures de très longue durée.

 

PNG - 166.9 ko
Températures moyennes annuelles à Uppsala, telles qu’indiquées par l’Institut météorologique suédois

 

Concernant les températures moyennes annuelles depuis 1722, on peut constater qu’il y a bien sûr une vraie hausse depuis la fin des années 1980, et que les températures au XXe siècle ont été plus élevées qu’au XIXe siècle, ce qui est bien normal puisque nous sommes sortis du Petit Âge glaciaire (PAG), ce dont tout esprit sain ne peut que se réjouir. On remarquera toutefois l’existence de fortes valeurs en début de série, lors d’un redoux au sein même du PAG. Entre-temps, l’effet d’îlot de chaleur urbain [2] a nécessairement augmenté de manière considérable, puisque du début de cette série de température à sa fin, la ville est passée de 2 500 habitants à 150 000 (et même 200 000 habitants si l’on considère l’ensemble de l’aire urbaine).

Les températures moyennes mensuelles de juillet et août sont globalement plus élevées ces deux dernières décennies qu’il y a 40 à 60 ans, cependant elles sont désormais assez stables.

 

 

JPEG - 82.3 ko
Températures moyennes mensuelles à Uppsala depuis 1951, pour juillet (haut) et août (bas)

 

Le record pour cette ville est assez éloigné des valeurs récentes puisqu’il s’élève à 37,4 °C, enregistré le 9 juillet 1933. Le même jour, à Ultuna, à quelques kilomètres au sud d’Uppsala, la température a atteint 38 °C, un record pour l’ensemble de la péninsule scandinave, égalé 14 ans plus tard à Målilla en 1947, et toujours pas dépassé.

Ces fortes chaleurs sont associées à un important déficit hydrique : les précipitations ont été rares ces dernières semaines, alors que la saison estivale est dans cette région celle des plus forts cumuls. À Uppsala, le déficit pour ces trois derniers mois s’élève à presque 60 mm (et non 100 mm jusqu’à il y a peu, grâce à de fortes pluies, qui ont d’ailleurs provoqué des inondations).

 

JPEG - 81.8 ko
Précipitations à Uppsala pour les trois derniers mois. En bas, les occurrences de pluie ; en haut, le cumul, comparé à son évolution moyenne

 

Le déficit est réel et se creuse depuis le printemps. Cependant, sur les 365 jours écoulés, le bilan est plutôt excédentaire, grâce aux précipitations de l’automne et de l’hiver dernier.

 

JPEG - 88.7 ko
Précipitations à Uppsala, pour les 365 derniers jours

 

La situation aurait donc pu être pire, mais cela a été suffisant pour créer les conditions nécessaires à d’importants feux de forêt. Jean Jouzel, le géochimiste spécialiste de l’analyse des bulles d’air contenues dans les carottes de glace, mais qui se laisse qualifier de climatologue, mais aussi de récipiendaire du prix Nobel de la Paix avec le GIEC, alors que le Comité Nobel a bien fait savoir que seule l’institution avait reçu cette distinction, pas ses membres, et qu’on qualifie toujours d’ancien vice-président du GIEC, alors qu’il fut l’un des six vice-présidents du groupe 1, qui comptait deux coprésidents, tandis que le GIEC lui-même avait un président et deux vice-présidents, Jean Jouzel donc, trop occupé à courir les plateaux télé et les salons du monde entier pour les petites sauteries onusiennes, a encore commis quelques erreurs. Comment parler de mensonges chez un si éminent scientifique ? Il a en effet affirmé que « ces pays ne sont pas du tout préparés aux incendies ». Un petit détour par les statistiques officielles de la Suède en la matière semblent plutôt infirmer ses propos.

 

 

JPEG - 52.2 ko
Les feux de forêt en Suède, de 1944 à 2014 )
En haut, la « fréquence » (nombre de départs de feux)
En bas les superficies brûlées (en hectares)
En bleu, le total ; en rouge, incendies dus à la foudre

 

Malgré l’interruption des données pour les années 1980 à 2000 (changement de méthode statistique et donc impossibilité de comparer les résultats), il est patent que les autorités suédoises ne se sont pas retrouvées face à l’inconnu. Et l’on remarque de même qu’il n’y a pas de tendance à l’aggravation de la situation avec le réchauffement climatique. Il n’y aurait d’ailleurs aucune raison qu’il en aille ainsi, puisque les précipitations ont eu tendance à légèrement augmenter dans la région. C’est vrai à l’échelle de l’année, mais aussi pour toutes les saisons, dont on représente ci-dessous le printemps et l’été, saisons les plus arrosées et les plus déterminantes pour les feux de forêt dans la région. Ces données sont une synthèse basée sur l’analyse de 87 stations, réalisée par l’Institut météorologique et hydrologique suédois.

 

PNG - 147.6 ko
Évolution de précipitations annuelles en Suède (1860-2017)

 

PNG - 143.2 ko
Évolution de précipitations printanières en Suède (1860-2017)

 

PNG - 166.1 ko
Évolution de précipitations estivales en Suède (1860-2017)

 

Pourtant, pour Jouzel, « on est vraiment dans le contexte du réchauffement climatique lié aux activités humaines, et ces événements – feux de forêts en Europe et décès liés aux canicules - vont se multiplier ». Alors que l’Institut météorologique suédois précise que les modèles, critiquables mais qui ont toute la confiance de Jean habituellement, prévoient une hausse annuelle à l’horizon 2100 de 20 à 60 % par rapport à la période de référence 1961-1990… Les pires prévisions saisonnières montrent peu ou pas d’augmentation des précipitations. La situation exceptionnelle et remarquable que connaît la Scandinavie cet été n’est donc en rien représentative, ni de l’évolution de ces dernières décennies, ni de ce qui est attendu pour les décennies à venir.

 

 

Dans sa lancée prophétique à la Philippulus, Jean Jouzel sonne le Tocsin. Déjà en 2006, à l’occasion d’un épisode chaud, il avait annoncé qu’« un été sur deux sera comme 2003 à la fin du XXIe siècle, si on ne fait pas attention ». Désormais, la surenchère est de mise.

« À la fin de la prochaine décennie, les températures record atteindront les 45 °C. Et après 2050, on pourra arriver à 50 °C, voire 55 °C dans certaines régions. Il sera de plus en plus difficile de vivre dehors, particulièrement dans les grandes agglomérations. » (Jean Jouzel, Le Monde, 27 juillet 2018)

« En cas de réchauffement non maîtrisé, il risque d’y avoir d’ici la deuxième moitié du siècle, 50 fois plus de décès liés aux catastrophes climatiques qu’actuellement. Aujourd’hui, on déplore 3 000 décès par an, on risque d’avoir 150 000 décès par an, en Europe, liés essentiellement aux périodes de canicule. » (Jean Jouzel, France Culture, 25 juillet 2018)

Des annonces apocalyptiques déjà formulées l’an dernier dans un contexte moins favorable à l’écho médiatique. Le météorologue indépendant Frédéric Decker avait alors réagi en s’insurgeant contre les simplifications et les outrances du GIEC. « Il paraît que Jean Jouzel est climatologue… S’est-il seulement intéressé au climat ? Ces 50 degrés annoncés en France sont-ils sérieux ? Non ! » (Édito – Chaud devant !)

Des réactions se sont aussi fait entendre cette année, comme celle du météorologue de La Chaîne météo Régis Crépet.

 

 

Contre toute attente, un peu de raison a pu poindre. À la question « Doit-on s’attendre à ce que ce type de situation se reproduise dans les années à venir ? », le prévisionniste à Météo-France Patrick Galois répond sobrement : « Chaque année a sa particularité. Aujourd’hui (mardi 24 juillet), on a autour de 31 ou 32 degrés à Paris. L’année dernière, le même jour, on avait 21 degrés. On aura peut-être quelque chose de très différent l’année prochaine. Le climat garde sa variabilité. » Une fausse note vite corrigée par un encadré à la suite de l’entretien. « "On peut absolument lier ce phénomène à la question du réchauffement climatique", explique Jean-Pierre Hameau, également prévisionniste à Météo-France. »

Le catastrophisme a besoin d’hypothèses, de supputations. « Et si ? » Robert Vautard, scientifique du climat, se questionne, dans une tribune parue dans Le Monde :

« Et si le changement climatique, en plus d’augmenter la probabilité de certains événements météo extrêmes, se manifestait aussi par des phénomènes radicalement nouveaux ? Que pourrait-on dire si la vague de chaleur actuelle en Scandinavie durait encore tout l’été, ou si la France connaissait un épisode caniculaire comme celui d’août 2003, mais deux ou trois degrés plus chaud encore ? »

Eh oui ! Si c’était pas pareil, ça pourrait bien être différent. Et, en l’occurrence, pire.

D’après nos « climatologues » médiatiques, le réchauffement pourrait bien être responsable. Mais pourquoi, concrètement, une telle situation de sécheresse et de chaleur durables ? La faute à la persistance inhabituelle de hautes pressions plus ou moins centrées sur la péninsule de Kola (Russie).

 

 

Les vents tournant dans les anticyclones (H) dans les sens des aiguilles d’une montre, de l’air continental chaud et sec se dirige vers l’Europe du Nord, où de plus l’absence de couverture nuageuse et la durée du jour à cette période de l’année favorisent l’échauffement des basses couches atmosphériques. Il s’ensuit donc des températures « anormalement » élevées, c’est-à-dire bien supérieures à la moyenne.

 

JPEG - 147.5 ko
Anomalies de températures, autrement dit, écarts à la moyenne

 

En bougeant légèrement, ces centres d’action peuvent envoyer de la fraîcheur là où, auparavant il faisait très chaud. Le nord de la Sibérie occidentale est ainsi passé d’une trentaine de degrés à… -5 °C, avec précipitations neigeuses, ce qui même dans ces régions est exceptionnel.

Si Jean Jouzel et ses collègues n’hésitent pas à incriminer le réchauffement, ils n’apportent aucune explication, si ce n’est que c’est ce que prédisent les modèles. En réalité, il n’y a aucun fondement théorique d’avancé, car cette explication ne tient pas la route. La Terre n’est pas une cocotte-minute, dont la pression atmosphérique monterait à mesure que la température augmenterait. Au contraire, il n’y a pas de couvercle atmosphérique et l’air chaud est moins dense que l’air froid.

Ces hautes pressions persistantes sont dues à l’alimentation constante d’air polaire relativement plus froid et donc dense, ce qu’un pôle réchauffé ne saurait produire aussi efficacement. Si le mantra d’un pôle plus réchauffé que le reste du globe que Jean Jouzel récite à qui veut l’entendre était vrai, la situation présente ne pourrait avoir lieu. En réalité, si les très hautes latitudes se sont réchauffées, c’est surtout vrai en hiver, ce qui ne peut avoir de lien direct avec l’effet de serre (nuit polaire), mais est dû à des effet dynamiques (cet aspect sera abordé dans un prochain article). Et a contrario, l’été a vu la température du pôle Nord légèrement décroître depuis quelques décennies.

 

JPEG - 49.9 ko
Évolution des anomalies de température moyenne annuelle (noir), hivernale (bleu) et estivale (rouge), aux hautes latitudes (80-90 °N) Reconstruction à l’aide de modèle, de l’Institut météorologique danois

 

L’été 2018 est pour l’instant, d’après ces mêmes données, constamment et assez nettement sous la moyenne 1958-2002.

C’est donc à une véritable offensive médiatique que nous assistons. Déclarations péremptoires, dramatisations, science-fiction. Le réchauffement médiatique doit être prégnant pour que les choses bougent. Et elles doivent bouger. Le modélisateur Hervé Le Treut l’a récemment déclaré sur BFM TV, rien n’avance politiquement, parce que tout a lieu à l’échelle nationale. Et d’ajouter qu’une gouvernance mondiale serait la solution. Mais pour cela, il faut bien que chacun en comprenne l’impérieuse nécessité. Quoi de mieux que le caractère inédit de la situation. Il faut donc battre des records. C’est ainsi que, selon Météo-France, reprise par tous les journaux français, le record algérien aurait été battu, avec 51,3 °C à Ouargla, ce qui en ferait aussi le record de l’Afrique, « en tout cas depuis qu’on dispose de relevés fiables ».

Une formulation nouvelle, permettant d’ignorer les records toujours reconnus par l’Organisation météorologique mondiale (OMM). L’ancien record libyen s’élevant à 58 °C et datant de 1922 a été déclassé il y a quelques années. Demeure en revanche celui du sud tunisien, avec 55 °C en 1931. Quant aux États-Unis, « le maximum provisoire de cet épisode a, comme souvent, été observé dans la célèbre “vallée de la Mort” avec 52,9°C à Furnace Creek ce 24 juillet, record égalé pour une fin juillet et à 1,1°C du record mondial fiable [nous soulignons] de chaleur (54°C à Furnace Creek le 30 juin 2013 à égalité avec 54°C à Mitribah, Koweït, le 21 juillet 2016) ». Or, l’OMM reconnaît toujours la valeur de 56,7 °C enregistrée à Furnace Creek en 1913. Le réchauffement sans précédent (et bien sûr anthropique) que nous somme censés vivre ne souffre pas la compétition. Il semble bien que les vieux records soient sur la sellette. Le prévisionniste à Météo-France Jean-Pierre Hameau l’a clairement exprimé : « les records de chaleurs constatés actuellement sont voués à être battus ». Quitte à aider les nouveaux en balayant les anciens ? À ce compte-là, il n’y a plus de doute : le réchauffement est vraiment d’origine humaine.

Les articles toujours précis d’Hacène Arezki, sur E&R :

La science contre la désinformation
sur Kontre Kulture

 

 
 






Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Le graphique concernant l’anomalie de température du 25/26 juillet reflète exactement la situation que nous avons en Bulgarie cet été. Je vis à Varna et la température est la plus basse pour l’été que je connais depuis 5 ans. Jamais il n’a autant plus et les tps sont plus basses à Varna de 4 à 5° mais plus basses de 8 à 10° dans le nord de la Bulgarie.Mais ce n’est guère agréable car l’humidité est très élevée.
    Roberto

     

    Répondre à ce message

  • Encore un petit détail, sur BFMWC, juste après les effets de la canicule, on nous propose un sujet concernant une piste de ski artificielle dans une grande salle. Cela ne choque personne (je parle des journalistes présents sur le plateau de TV). En 2022 la coupe du monde de foot en mode clim pas beaucoup plus.

     

    Répondre à ce message

  • Le "bouleversement" climatique en cours ne devrait pas être vu comme un combat de chiffres ou de manipulation politique. En revanche, ne pas admettre qu’il y a une accélération et une intensification des phénomènes climatiques extrêmes partout sur la planète, en chaud, en froid, en humide, en sec, en hécatombes animales, en tornades, etc, etc, etc... c’est à mon avis soit un manque d’information, soit un aveuglement. Je me fous de savoir qu’il y ait une récupération politique. Je vote pour la Nature.
    Des voitures prises dans la glace à côté de Boston en Janvier 2018 :
    https://www.youtube.com/watch?v=T09...

     

    Répondre à ce message

    • #2022623

      Boston, janvier 2018.

      Les grandes inondations, les grandes sécheresses appartiennent au passé, pour l’instant encore. Il n’y a pas plus de tornades qu’auparavant, ni plus de cyclones. Dire cela, c’est être informé, pas aveugle. On pourrait dire qu’il n’y a pas pire voyant que celui qui ne voit que ce qu’on veut bien lui montrer…

       
  • Il louche. C’est louche.

     

    Répondre à ce message

  • Cher Hacène,
    Cela fait plusieurs années que je regarde très attentivement très et régulièrement les vidéos compilées par ces youtubeurs : Sott (Extreme weather events), Vigilant Angel, End Time Signs, World of Signs, Last Messages, Jason A, SoulJah of God, Fobos Planet.
    Il y a une amplification, une accélération
    Désormais, un événement extrême se produit CHAQUE JOUR QUI PASSE.
    Je le rappelle : dans un contexte temporel où la population mondiale a augmenté de manière exponentielle (elle plus que doublé depuis les années 70), et par dessus le marché, souhaitant dans sa grande majorité, vivre et donc consommer comme "un américain".
    Cela fait plusieurs messages que j’écris à E&R pour demander de relayer ces vidéos (celles que vous trouveriez les plus pertinentes ou les plus artistiques), car enfin, la Nature est de notre côté. S’il y en a bien Une qui peut nous sortir de ce système maudit (impérialo-sionisto-techno-bancaire), c’est bien Elle.
    Certes, il y a chez ces youtubeurs comme chez moi, une composante apocalyptique, une croyance, une perception particulière...
    Je vous pose la question : cette composante n’est-elle pas présente parmi des membres les plus éminents d’E&R ?
    Il est tout à fait bon de s’en tenir à l’exactitude scientifique, comme dirait le Professeur, cela dit, il est aussi bon de montrer des faits objectifs, et de laisser le spectateur libre de sa propre analyse ou sensation.
    D’autant que, le visionnage de ces événements climatiques extrêmes est susceptible de pousser les-dits spectateurs à l’action (en espérant une prise de conscience) : je veux dire par là, mener une vie plus cohérente et harmonieuse en tentant de s’extirper des grands centres urbains surpeuplés et surpollués.
    Merci pour vos articles, votre réponse et ma publication.
    Bien à vous

     

    Répondre à ce message

    • #2023310

      Vous dites : « montrer des faits objectifs ». Mais montrer n’a rien d’objectif. Ces compilations sont faites pour donner l’impression que vous défendez une donnée tangible : « une amplification, une accélération ». Censée justifier cette perception apocalyptique des événements dont vous avez connaissance grâce aux médias. En réalité, vous partez de la conclusion.
      L’explosion démographique peut jouer dans le discours que l’on tient sur ces catastrophes « naturelles ». Un glissement de terrain géant dans une région montagneuse inhabitée n’est pas une catastrophe naturelle. Mettez-y des maisons, un village, alors que la zone est à risque, et d’un coup vous obtenez une catastrophe « naturelle ». Il y a 40 ans, Xynthia n’aurait fait aucun mort, ou très peu (il est toujours possible d’être au mauvais endroit, au mauvais moment), car les maisons touchées n’existaient pas pour la plupart. La dernière fois que cela est arrivé, c’était en 1940, je ne croit pas qu’il y ait eu des victimes. On apprécierait d’entendre les journalistes "scientifiques" montrer les gens touchés par les inondations au Bangladesh en expliquant que la surpopulation les conduit à occuper des terrasses fluviatiles basses autrefois non construites. Ou encore que les plus pauvres sur certaines îles basses occupent des langues de sables submersibles (et hautement mobiles) et se retrouvent logiquement les pieds dans l’eau sans que cela ne soit dû à la montée des eaux pour cause de réchauffement climatique.
      - « cette composante [apocalyptique] n’est-elle pas présente parmi des membres les plus éminents d’E&R ? » Je n’en connais personnellement aucun, demandez-leur.
      - « Il est tout à fait bon de s’en tenir à l’exactitude scientifique, comme dirait le Professeur, cela dit, il est aussi bon de montrer des faits objectifs, et de laisser le spectateur libre de sa propre analyse ou sensation. » Sauf que regarder des compilations d’événements impressionnants avec une musique dramatisante pour penser que c’est pire qu’avant, c’est implicitement poser comme postulat que tout cela n’existait pas avant d’être filmé et mis en ligne sur YouTube. Eh bien c’est faux et si cela ne flatte pas votre « composante apocalyptique », tant pis.
      Quant à l’argument éculé du « c’est pas grave si c’est faux si ça pousse dans la bonne direction », très peu pour moi. Quand on aime les choses de la Nature, on ne raconte pas n’importe quoi sur Elle. Pas besoin d’en dire plus.

       
    • Merci de votre réponse.
      On en reparlera.

       
  • #2022809

    Les climatologues officiels sont peut-être dans l’excès mais ils ont une légitimité scientifique incontestable. Leur pessimisme risque de se retourner contre leur cause en démobilisant les bonnes volontés. Mais ont-ils le choix ?
    Il faut être cohérent, je pense que Jean Jouzel et son équipe sont autant des adversaires du mondialisme que leurs alliés objectifs.
    Et me concernant les climatosceptiques ne sont pas plus crédibles que les alarmistes excessifs.
    Et même si la théorie du réchauffement climatique humain se trouve contredite dans l’avenir, elle aura au moins permis l’émergence d’une sensibilité écologique toujours utile

     

    Répondre à ce message

    • #2023313

      - « Les climatologues officiels sont peut-être dans l’excès mais ils ont une légitimité scientifique incontestable. Leur pessimisme risque de se retourner contre leur cause en démobilisant les bonnes volontés. Mais ont-ils le choix ? » Vous êtes victime de la propagande médiatique. Comme s’il y avait d’un côté les climatologues et de l’autres des urluberlus, ou des scientifiques d’autres disciplines jaloux de ne pas avoir autant de crédits pour leur labo, ou encore de malhonnêtes professeurs cherchant à être stipendés quel que soit le discours à tenir. Je vous conseille de consulter une liste de "sceptiques", vous y trouverez des chercheurs qui ont les mêmes titres que vos « climatologues officiels ».
      - « Il faut être cohérent, je pense que Jean Jouzel et son équipe sont autant des adversaires du mondialisme que leurs alliés objectifs. » Diantre !
      - « Et me concernant les climatosceptiques ne sont pas plus crédibles que les alarmistes excessifs. » Bah vous avez bien le droit de tirer les conclusions que vous voulez ou pouvez…
      - « Et même si la théorie du réchauffement climatique humain se trouve contredite dans l’avenir, elle aura au moins permis l’émergence d’une sensibilité écologique toujours utile ». Oui, c’est sûr qu’en faire la mère des batailles et dire ensuite que non finalement y a pas de problème de ce côté-là, mais qu’il faut rester mobilisés, ça n’aura aucun impact…

       
  • Les années à venir vont être passionnantes car on va enfin savoir qui est dans le vrai entre les climatosceptiques et les tenants de la thèse du réchauffement climatique anthropique. Si les températures restent stables pendant les 15 ans ans qui viennent le GIEC n’aura plus beaucoup de crédibilité (dans la mesure ou ca contredirait tous leurs modèles) mais si en revanche le réchauffement continue au même rythme que ces dernièrs années, les climatosceptiques devront sortir du déni car leur position ne sera plus tenable .

     

    Répondre à ce message

    • #2023316

      « Les années à venir vont être passionnantes car on va enfin savoir qui est dans le vrai entre les climatosceptiques et les tenants de la thèse du réchauffement climatique anthropique. » Vous auriez pu écrire ça il y a quinze ans et constater maintenant ce qu’il en est.
      Le déni n’est pas chez ceux qu’on pointe du doigt. Il est chez ceux qui ont les médias avec eux et l’on voit chaque jour l’avantage que cela apporte.

       
    • Les médias ont été relativement équitables avec les climatosceptiques .Claude Allègre, Vincent Courtillot , François Gervais , Benoit Rittaud, Serge Galam et quelques autres dont j’ai oublié le nom ont tous été invités à exprimer leur point de vue alors même que ce sont de parfaits outsiders en climatologie . Ils n’ont rien publié d’important dans des revues scientifiques à comité de lecture donc je ne vois pas en quoi ils auraient mérité une exposition médiatique supérieure à celle qui leur a été accordée.

       
      • #2023951

        Les médias équitables ?!! Certes, quelques "sceptiques" ont parfois été invités. Mais c’est une goutte d’eau dans le traitement médiatique du sujet. Ce qui est préoccupant, c’est qu’en France, la parole est tellement muselée d’une manière ou d’une autre qu’on ne trouve quasiment pas, du moins officiellement, de "climatologue" (par exemple physicien de l’atmosphère) émettant de vrais doutes sur la version officielle du réchauffement. Je dis bien officiellement, car j’ai eu des retours positifs de quelques personnes qui ne souhaitent pas être connues. Et dans le monde de la météo, certains m’ont dit qu’en fait il y avait pas mal de critiques sur ce qui se dit non seulement dans les médias, mais aussi dans les revues (on sait comment elles fonctionnent !). Mais en France, on peut tranquillement présenter le débat non comme une controverse scientifique, mais comme une polémique, donc sans fondements sérieux. Les climatologues, voire simplement les scientifiques, face aux climatosceptiques, qui peuvent être pourtant et l’un, et l’autre. C’est sûr qu’aux États-Unis, où se passe l’essentiel de ce qui a trait à ce sujet, on peut mettre en face d’un réchauffiste, par exemple un Richard Lindzen, opposant de la première heure, physicien de l’atmosphère au MIT (aujourd’hui retraité), de réputation incontestée. Et bien d’autres.

         
  • #2023583
    Le 13 août à 10:20 par Le Basque Bondissant
    Canicule mondialiste : le coup de chaud des "climatologues" médiatiques

    Qui vivra verra, ou pas. Nous en reparlerons vers 2050, pour ceux d’entre nous qui seront encore là.
    Toujours est-il que je suis en accord total avec l’analyse de Michel Drac au sujet des générations. Les Baby Boomers (les soixante huitards grosso merdo) sont des connards égoïstes, jouisseurs et inconséquents qui ont consommé la moitié des ressources de la planète. Le pire c’est que le désir des milliards de pauvres de ladite planète, Africains, Indiens, Chinois etc..., c’est de vivre comme nous, qui sommes des chancres. Notre fameuse société de consommation, que je préfère nommer société du gaspillage éhonté. Ce qui est dommage c’est que ce n’est pas cette génération de salopards qui sera châtiée. Eux, ils auront eu la baraka : plein emploi, taux de crédits réduits à néant par l’inflation, pas trop de pression fiscale, pas trop de retraites à payer à la génération précédente qui avait le bon goût de mourir jeune (et donc ils ont hérité tôt), retraite entre 55 et 60 ans, trop jeunes ou pas nés pour avoir souffert de la Seconde Guerre et participé à la reconstruction, trop jeunes pour l’Indochine ou l’Algérie...Bref, la génération bingo !
    Je parle d’autant plus facilement que je fais partie de cette génération de connards, juste à la charnière entre Baby Boomers et génération X, laquelle ne vaut pas mieux.
    Quand je me compare avec la génération de mes grands-parents et arrières grands-parents, nés entre 1870 et 1905, j’ai vraiment honte et je me demande ce qu’ils vont me dire quand j’irai les retrouver là-haut. Il s’est passé tellement de choses depuis que nous nous sommes quittés.

     

    Répondre à ce message

  • Entre Jouzel, Arthus-Bertrand et Reeves, on est franchement bercés par des discours alarmistes sans aucun fondement à part qu’il ait fait chaud. Un glacier qui fond ne peut constituer une preuve d’un réchauffement global et encore moins anthropique mais ces faiseurs d’opinion veulent nous faire gober leurs salades. Par contre ceux-ci ne se gènent pas de se promener des dizaines de fois par an en avion, helico, voiture etc... le pire c’est que l’écrasante majorité des gens les croit comme des gourous. Pour moi, tous ces scientifiques de pacotille sont à l’image du gourvernement ; des bonimenteurs ayant usurpé leur fonction par la ruse et la duperie mais totalement incompétents, à l’image des scientifiques du nucléaire, de l’astrophysique et notamment de la magnétohydrodynamique que l’on croyait irréalisable. On commence à se rendre compte de sa profonde bêtise et incompétence et on se fait tout petit (les EPR ne fonctionneront jamais par exemple, et l’on invoquera pendant des décennies pour dissimuler l’arnaque, un manque de fond, pour ne pas passer pour des idiots-escrocs...). Je suis curieux de voir comment ces experts du climat vont s’affranchir de la honte qui les attend au grand jour (Arthus Bertrand n’est pas un scientifique ; juste une humaniste ridicule).

     

    Répondre à ce message

  • La théorie climatique au service du gouvernement mondial. Vu le peu de moralité de son vulgarisateur initial, le sénateur Al Gore, devenu par suite expert en produits financiers "climatiques", et aujourd’hui fort peu visible sur la toile (ne serait il pas opportun de lancer un avis de recherche des fois qu’il aurait été percuté par un iceberg ?), on peut le craindre visiblement. Cet angle d’attaque des mondialistes est fructueux parce que clivant. Leurs opposants apparents en viennent à hurler contre Trump parce qu’il semble opposer un barrage aux réalistes statisticiens dont nous avons cet élément co-nobélisé en France particulièrement convaincu. L’envahissement de l’écologie politique par les conspirateurs mondialistes, a bien été analysé par Meyssan depuis la décade calamiteuse qui nous précède et les techniques de guerre invasive sont les mêmes que pour chaque thématique sociétale, à base quasi exclusive de propagande et de corruption d’experts. Je me souviens très bien de la vague initiale d’alerte aux populations en 2007 ou les politiques nationaux d’abord,se devaient d’aller assister aux projections officielles sous peine de paraître à la masse, vague déferlante en province ensuite,avec dans les salles de véhémentes représentantes du sénateur en question chargées de neutraliser toute remarque non concordante et de désigner à la vindicte générale tout auditeur l’ayant innocemment proférée. L’affaire ayant été probablement juteuse pour quelques uns, même si certains négociants en droits carbone sont légèrement inquiétés pour tenter de contenir les remises en doute du type de votre excellent article, on a même tenté le remake, sorte de "Maman, j’ai fondu mes tongs 2" avec :
    en 2017 par : Une suite qui dérange : Le Temps de l’action, réalisé par Bonni Cohen et Jon Shenk. Bonne nouvelle pour les animaux, non ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents