Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Cercle Proudhon, épisode 7 : le Cercle Proudhon et la révolution conservatrice

Entretien en 8 épisodes avec Pierre de Brague

Les éditions Kontre Kulture ont publié début avril 2014 Les Cahiers du Cercle Proudhon avec, en préface à l’ouvrage, le mémoire de Pierre de Brague intitulé « Le Cercle Proudhon ou l’existence d’une révolution conservatrice française ». Dans cet entretien en huit épisodes, l’auteur revient sur les origines, la composition et les positions du Cercle, qui fut l’une des expériences politiques les plus intéressantes de l’histoire des idées.

 

À ne pas manquer, sur E&R, le texte essentiel d’Alain Soral :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Merci Pierre de Brague pour vos interventions : vous maîtrisez vos arguments et vos propos car, contrairement aux pseudo-intellectuels, vous travaillez et questionnez réellement les textes et leurs contextes ; vous ne confondez pas l’historicité avec l’historiographie. Bravo !

     

  • #831871
    le 24/05/2014 par Махсуд Махкамов
    Cercle Proudhon, épisode 7 : le Cercle Proudhon et la révolution (...)

    "Révolution conservatrice" : terme extrêmement mal choisi ! C’est l’expression promue par Reagan, quoi de plus contraire à E&R ?
    Et Hugo Chavez, peut-on parler de lui comme un "conservateur" ? Il le dit d’ailleurs vers 14 minutes, E&R n’est pas conservateur... Conservateur, c’est un mot qui sent la naphtaline, le moisi et la poussière, le bushisme, le thatchérisme et le sionisme.

    A ce propos, Douguine n’aurait pas du brandir, lui non plus, le mot "conservateur"... Tout cela montre que les idées cherchent de nouvelles définitions inclassables dans le paradigme où ont été définis ces mots.

     

    • Oh et puis merde, je continue...(maintenant que j’ai vu la vidéo) :
      "Adeptes d’une vision cyclique de l’histoire et d’une mystique nietszchéenne de "l’éternel retour", les "révolutionnaires conservateurs" se présentent comme des "nihilistes" et se posent en apôtres d’un holocauste rédempteur, d’une "destruction absolue, seule capable de s’inverser en une création absolue". Comme le soulignera justement Armin MOHLER, le nouveau nihiliste se conçoit "comme le seul sincère, comme celui qui ose dire aux autres qu’ils n’habitent plus du tout une maison solide, mais des ruines branlantes et pleines de pourriture (...) qu’il (...) faut raser jusqu’au sol pour faire place à un édifice nouveau". Dans cette optique, le conservatisme se définit "non comme la défense de ce qui était hier, mais comme une vie fondée sur ce qui a toujours de la valeur", comme la "remontée d’un état de choses antérieur", expurgé des derniers résidus d’une civilisation décadente."
      Voilà pour ce qui est de susciter le débat...

      Salutations révolutionnaires conservatrices...


    • Ce n’est pas la première fois qu’un mot aurait un sens très différent de celui utilisé chez les amerlocs (ex : les "libéraux"). Hugo Chavez peut être vu de nos yeux de français comme un conservateur dans le sens où il était très dans la religion, il faisait souvent référence au Christ, imaginez vous un président français faire de même ??
      dans ce sens, le terme conservateur fait référence aux valeurs traditionnelles et religieuses (rien à voir avec le monde de l’agent).


  • J’avais été élogieux dans mon commentaire de la précédente vidéo mais pour celle-ci, je ne vous ai pas trouvé trés clair dans la forme et pauvre sur le fond. Je suis conscient que la critique est plus facile que la réalisation. Cela-dit, on progresse grace aux erreurs que l’on corrige (réussite = échec + rectifications). L’essentiel est de faire le travail, comme vous vous y êtes engagé (l’action est perfectible alors que la perfection bloque souvent l’action). Définir la révolution conservatrice est certes complexe du fait de l’antagonisme présenté habituellement des 2 termes.
    Bon courage.


  • eh bien c’est dommage Monsieur De Brague, que vous ne faites pas ce rapprochement : il faut se mouiller !! car pour moi égalité et réconciliation c’est vraiment une version moderne, dans l’air du temps, de tout ce mouvement ; il faudrait penser justement à travailler sur ce débat d’idées, avec tous les auteurs qui ponctuent régulièrement le site, ça serait intéressant, et permettrait de clarifier certaines choses. après tout E&R c’est pas un parti politique...
    petite remarque : attention au mot "progressiste", je suis pas sûre que ce soit le plus approprié...
    j’ai quand même hâte de lire ces cahiers et le mémoire qui va avec !


  • Ce jeune homme creuse, réfléchit et ne craint pas de se tromper face caméra. Il hésite et c’est bien : l’exemple même d’une démarche scientifique noble, au seul service de la matière étudiée. Il contribue à défricher un terrain qui concerne tous les sympathisants ER : ces lucides qui savent que pour réduire l’emprise du mal ici bas les hommes de bonne volonté doivent se retrousser les manches en se moquant des effets de manche, du coup .