Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Comment les États-Unis ont organisé la famine de 1996 en Corée du Nord

Jusqu’en 1992 la Corée du Nord, comme d’autres pays de l’orbite soviétique comme Cuba ou le Viêt-Nam, bénéficiait de tarifs préférentiels sur les importations de pétrole en provenance d’URSS. Avec l’effondrement de cette dernière, ces aides furent brutalement interrompues et la Corée du Nord accéléra donc son programme nucléaire civil afin de remplacer ses centrales thermiques gourmandes en pétrole par des centrales nucléaires au graphite de technologie soviétique.

Ces mesures étaient d’autant plus urgentes que l’agriculture hautement mécanisée et largement planifiée de ce pays dépendait davantage qu’ailleurs de carburant, engrais et pesticides dérivés du pétrole et du gaz naturel. La réussite nord-coréenne en matière de production agricole menaçait donc de se transformer en catastrophe humanitaire.

Le pays était depuis 1985 signataire du Traité de non-prolifération, devait se conformer aux dispositions de ce traité à l’horizon 1992, puis soumettre un rapport et enfin se plier à des inspections de l’Agence internationale à l’énergie atomique. Cette dernière dénonce alors des « incohérences » dans le rapport fourni et une probable existence de plutonium non déclaré, puis demande aux autorités nord-coréennes de donner à ses inspecteurs un accès complet à ses installations nucléaires, demande qui lui est refusée, suite à quoi Pyongyang se retire du TNP.

Après de longs mois de négociations, la Corée du Nord accepte finalement ces « activités d’inspection » en échange de la suspension des exercices militaires conjoints « Team Spirit » (esprit d’équipe) entre les États-Unis et la Corée du Sud. Rappelons que jusqu’en 1989 la Corée du Sud était une dictature militaire contrôlée par les États-Unis qui y disposaient, et disposent toujours, de bases militaires. Le régime « démocratique [1] » qui fut ensuite instauré continua de tolérer ces bases malgré de nombreux incidents et protestations populaires.

Craignant à juste titre que le programme nucléaire civil nord-coréen comporte un volet militaire, tout en constatant le caractère urgent d’un approvisionnement régulier du pays en pétrole, l’administration Clinton propose en 1994 un accord cadre (« Agreed Framework ») à Pyongyang, prévoyant un gel du développement, puis un remplacement de ses réacteurs au graphite existants et en cours de construction par des réacteurs à eau légère moins susceptibles d’alimenter en plutonium un programme de mise au point d’armes nucléaires.

En contrepartie de l’arrêt du programme existant et du respect par la Corée du Nord du TNP, les États-Unis proposent notamment de lui livrer 500 000 tonnes de mazout lourd par an pour alimenter ses centrales thermiques, en attendant la livraison et l’installation des réacteurs à eau légère que le pays rembourserait sans intérêts dans un délai de 20 ans.

Durant les négociations, la Corée du Nord affiche clairement une volonté de renouer des relations pacifiques avec son ancien ennemi, tandis que les États-Unis semblent davantage préoccupés par la non-prolifération nucléaire, sans toutefois insister sur l’apaisement. En outre, le Washington Post rapportait en 2005 que des membres de l’administration Clinton affirmaient en privé qu’ils s’attendaient à ce que le gouvernement nord-coréen s’effondre avant la mise en œuvre des accords [2].

Quoi qu’il en soit, il est avéré que le Congrès états-unien ne prit pas les mesures financières et logistiques nécessaires pour livrer en quantité et en temps voulus le mazout à la Corée du Nord, qui avait planifié son économie en conséquence : les pénuries s’aggravent, le pays manque cruellement d’énergie et donne la priorité à l’armée pour l’approvisionnement en carburant.

En 1996 le secteur agricole nord-coréen est littéralement à l’arrêt faute d’énergie, ce qui entraîne une famine dont il est difficile de déterminer l’ampleur car peu de journalistes étrangers sont sur place, mais il est certain que les victimes se comptent par dizaines de milliers.

Le cynisme de l’administration Clinton et plus généralement de la politique étrangère de Washington se révèle alors au grand jour à qui veut bien ouvrir les yeux, tandis que la presse inféodée aux États-Unis se borne à attribuer la responsabilité de cette tragédie à Pyongyang seule.

Le grand géologue pétrolier Jean Laherrère insiste souvent sur le fait qu’ « un graphique parle davantage que mille mots ».

Dans ce cas précis, son graphique mettant en parallèle la consommation de pétrole et la production agricole de la Corée du Nord dans les années 1990 illustre malheureusement très bien la catastrophe que représente une pénurie de pétrole pour un pays dont l’agriculture est très mécanisée et planifiée.

 

JPEG - 23.3 ko
Corée du Nord : consommation de pétrole (en rose) et production agricole (en bleu).
Source : hubbertpeak.com

 

On imagine plus facilement l’horreur vécue par la population de Corée du Nord dans ces années sombres, alors que le cynisme des autorités états-uniennes faisait également des dizaines de milliers de victimes en Irak, qui ne pouvait pas importer de lait en poudre prétendument à cause du danger des armes chimiques.

Notes

[1] J’emploie des guillemets car il est difficile de concevoir une démocratie, qui implique l’autonomie en matière de défense, dans un pays occupé : ainsi l’Irak n’a retrouvé de relative démocratie qu’après le retrait du gros des troupes états-uniennes, remplacées par l’embryon de l’État islamique destiné à déstabiliser le pays qui était désormais et naturellement davantage sous l’influence de l’Iran en raison de sa majorité chiite.

[2] http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2005/07/12/AR2005071200220.html

Sur l’empire et ses méthodes, chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 
 






Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1762441

    Grand Satan

     

    Répondre à ce message

  • encore une preuve de l’importance de la mesure et de la pondération dans nos discours anti-qqch...

    moi-même, je ne connaissais pas la situation de la Corée du Nord dans les années ’90, singulièrement le rôle (relatif) US dans la famine - relatif parce qu’il faut rester pondéré (cet article n’est pas parole d’Évangile non plus...)

    Geof’, neo-communiste - on apprend tous les jours...

     

    Répondre à ce message

  • Voilà ce qui arrive à un pays qui soutient la cause palestinienne .

     

    Répondre à ce message

  • #1762491

    la catastrophe que représente une pénurie de pétrole pour un pays dont l’agriculture est très mécanisée et planifiée.



    C’est pour cette raison que paradoxalement se sont les pays les plus arrièrés sur le plan économique qui s’en sortiront le mieux en cas d’une crise majeure provoquant une rupture des approvisionnement en énergie fossile. Dans beaucoup de pays d’Afrique et même encore en Inde il y a des centaines de millions de paysans pratiquant de la polyculture vivrière gourmande en main d’oeuvre mais très économe en énergie fossile. Ils savent encore comment produire de la biomasse nutritive sans pesticides ni engrais dérivés du pétrole.
    Or dans les pays où l’agriculture est hautement mécanisée et n’emploie qu’une fraction marginale de la population une rupture en approvisionnement énergétique et c’est la catastrophe ! Un homme seul ne peut pas cultiver 100 hectares de blé sans pétrole. La logistique nécessaire pour trouver la main d’oeuvre et les animaux de trait afin pallier au manque d’énergie fossile, ainsi que la transition de la monoculture à de la polyculture vivrière ne peut pas se faire du jour au lendemain !

     

    Répondre à ce message

    • "les premiers seront les derniers". Les paysans ont cet avantage qu’ils survivront en cas de crise grave, contrairement aux citadins assistés, qui vivent dans le confort certes mais ne sont pas autonomes, et dont je fais partie.

       
    • #1769924

      Exact camarade,

      Pour citer encore Jean Laherrère (absolument aucune implication politique) lorsque les commerciaux de Total lui mettaient la pression pour extraire davantage et plus rapidement d’un gisement (davantage de puits = la pression diminue plus vite) :
      "Une femme peut engendrer un enfant en 9 mois, mais 9 femmes ne peuvent pas engendrer un enfant en 1 mois".

       
  • #1762608

    Je viens de terminer en tant que guide mon parcours touristique avec des ricains ce qui bizarrement augmente mon plaisir à vouloir commenter cet article. And you know what ? I don’t believe in this bullshit.. It’s a preposterous story. Il est un fait que les ricains (politiciens) sont des êtres diaboliques mais de là à vouloir les mettre tout sur le dos. Que la France balaie un peu devant sa porte...

     

    Répondre à ce message

    • #1764122

      C’est étrange que le seul commentaire négatif n’apporte aucun argument pour réfuter le fond de l’article. Donc ai-je raison ?
      J’ai volontairement "exagéré" le titre, mais j’attends toujours de vrais contre-arguments authentiques. Genre des chiffres prouvant que les USA n’ont pas affamé la Corée du Nord volontairement en 1996.
      Bon courage.

       
  • #1762640

    Sans les états unis il y aurait qu’une seul Corée !Seul le démon divise

     

    Répondre à ce message