Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Comment réussir quand on est con et pleurnichard

C’est tout le problème

 

 

Les dominants légifèrent contre les fake news, c’est très bien. Sauf que ce sont eux qui intoxiquent les dominés et ce, depuis le berceau. Côté dominés, ça débouche logiquement sur de la déception, de l’incompréhension, de la colère. Il faut alors leur taper sur la gueule. La souffrance est la sanction de l’ignorance, pour ne pas dire de la connerie.

 

 

Cette étudiante pleure parce que le réel ne correspond pas à la grille de lecture que l’école de la République et les médias de masse lui ont fourrée dans la tête. Il y a alors deux options possibles pour stopper la pleurniche : soit changer le réel, soit changer la grille. Il semble que la pleureuse continue à choisir la première voie.

En effet, le changement de grille n’est pas une option dans la tête des gauchisés. Cela fait partie du piège gauchiste : ne pas pouvoir admettre une autre grille, plus explicative, plus proche du réel. C’est tout simplement interdit par la Loi supérieure. C’est pourquoi les jeunes gauchistes iront toujours de déception en déception, sans comprendre qu’ils portent en eux la déception.

Il est alors facile de se moquer :

 

 

Cependant, parmi les étudiants, certains ont compris confusément que les jeux étaient faits : ils ne seront jamais des dominants, et ils vont en chier. Mais il s’accrochent, et bossent. Eux ont déjà atterri sur le réel, qu’ils n’ont en fait jamais quitté. Ce sont eux qui sont le moteur de l’ascenseur social, ou ce qu’il en reste.

 

 

De l’autre côté de la barrière sociale, et sans risque de se faire gazer, cette étudiante sup de co (Amiens) évoque son Erasmus aux Pays-Bas :

 

 

Il ne s’agit pas d’opposer l’illusion au cynisme, ou l’inadaptation à l’adaptation. La plupart des gens fonctionnent avec une grille de lecture qui ne correspond pas à leurs intérêts, mais à ceux d’une classe supérieure. C’est ce qu’on appelle la vision bourgeoise des choses.

Des pauvres avec une vision bourgeoise se planteront complètement, comme l’étudiante gazée qui en appelle aux valeurs de la République. Des bourgeois avec une vision bourgeoise, c’est déjà plus cohérent, mais ça ne résout pas la question sociale. Éradiquer la bourgeoisie ne sert à rien, l’histoire le montre : elle renaîtra forcément, voir la bourgeoisie communiste.

 

Comment les dominants baisent les dominés

Si les pauvres, avec leur grille de lecture fausse, ne peuvent pas changer le monde (c’est bien dans ce but précis qu’on les intoxique), et que les bourgeois ne veulent logiquement pas le changer, alors comment changer le monde pour plus de justice sociale ?

Eh bien en changeant la grille de lecture. Les pauvres se sont fait refiler par la dominance un plan du champ de mines – le réel est un champ de mines – volontairement faux, et la seule solution pour arrêter d’en chier inutilement est de changer de plan, sinon ils continueront à sauter sur les mines. Les pauvres pourront alors en chier utilement, car il y aura quelque chose au bout de la souffrance. En attendant qu’ils pigent ça, ils en chient, et sans rien au bout, ce qui veut dire qu’ils en chient pour ceux qui n’en chient pas !

 


 

Vous aimez les articles de la Rédaction d’E&R ?
Participez au combat via le financement participatif :

Pour un vrai changement social,
lire sur Kontre Kulture

 

L’impasse gauchiste, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2015026
    le 30/07/2018 par envolées-des-incultes
    Comment réussir quand on est con et pleurnichard

    " comment changer le monde pour plus de justice sociale ? .../...Eh bien en changeant la grille de lecture. "

    Trop fort l’illusion ... lol

    Si t’en as d’autres des comme ça, n’hésite surtout pas.

    Dans le même genre, il y avait aussi :

    - " comment faire pour réparer une fuite d’eau ? .../...Eh bien en changeant la grille de lecture. "

    ou

    - " comment faire pour se réchauffer quand on est gelé, tout nu sur la banquise ? .../...Eh bien en changeant la grille de lecture. "

    Un ordre qui t’opprime mérite de disparaître. Et c’est la solution qui, à l’évidence, a été choisie plutôt que le changement de "la grille de lecture" ...

     

  • #2015033

    Pourtant quand on voit l’fredo laziza, c’est possible !


  • #2015040

    La souffrance est de toute façon notre lot quoiqu’on fasse - une souffrance relative, tout dépend de l’action entreprise !

    Ce qui compte, c’est l’intention de départ, laquelle s’appuie sur des valeurs (chrétiennes pour ma part) et un sens critique affûté si possible, bref : une con-science.

    - Si l’intention est mauvaise : on souffre, et on se ramasse (au moins spirituellement). Si on continue sur cette voie descendante, c’est du masochisme, de la schizophrénie, de la perversion, bref tout le package démoniaque.

    - Si l’intention de départ est bonne, alors on souffre aussi, mais cette fois-ci en congruence avec ses valeurs.
    Et même si l’action est un échec (on ne réussit pas toujours du premier coup), on obtient néanmoins un "supplément de grâce" qui vient nous élever, subtilement ou au contraire de plusieurs marches d’un coup ! (saut qualitatif hyper-cosmique)
    Nous sommes alors sur une voie ascendante !
    Dans cette acception : "Plus on souffre, plus on reçoit d’amour." - Padre Pio
    (https://fr.aleteia.org/2015/09/28/l...)

    D’où l’importance primordiale avant toute action, de se demander honnêtement si son intention est bonne ou mauvaise, si elle n’est pas la volonté d’autres, car le résultat en sera soit une élévation, soit un avilissement, pour soi !

    Or, en ces temps ténébreux de relativisme, de nihilisme, et d’orgueil mal placé, on peut être convaincu d’emblée que notre intention est bonne (puisque "tout le monde le fait" par exemple) alors qu’elle est mauvaise dans ses conséquences, pour soi-même ou notre entourage.

    Changer le plan, çà n’est que rester con-centrer sur les bonnes intentions, ne pas s’occuper des fruits, ils tomberont ! Çà s’appelle aussi avoir la foi.

    Combattre le mal, c’est se préoccuper uniquement du bien.

     

    • #2015183

      parfaitement d’accord avec votre commentaire, merci de l’avoir formuler ainsi.


    • #2015211

      J’apprécie votre commentaire

      En effet, tout choix s’examine selon la Volonté du PÊRE associée à la volonté personnelle. Donc en relation, avec l’Essentiel. Importance du discernement donc, pour reconnaître en soi dans le SOI divin (le Saint-Esprit) qui nous relie s’il s’agit d’un JE VEUX IMPERSONNEL ou d’un je veux personnel ?
      Tout ceci est l’objet d’une science de la pensée créatrice avec une Temps fort, la conception par la visualisaion du projet même le plus anodin (par exemple, apprendre le piano), puis un temps d’abandon, de mise de côté, si les conditions ne sont pas réunies. Puis un Temps d’accueil, de la réponse Divine, avec parfois des petits miracles, des opportunités. Ce temps d’accueil est fait de disponibilité de la réponse reçue quelle qu’elle soit même si ne correspondant pas directement. Ainsi comme vous le dîtes un échec est un signe non pas pour renoncer mais pour poursuivre indiquant qu’il y a eut une négligence, une erreur qui n’aurait pas été vue sans cet ..... échec. Parfois il s’agit d’une qualité à apporter à un ouvrage ne serait-ce qu’une lettre mieux formulée.
      C’est l’intention première qui compte car elle est dans le PÊRE toujours même, si vous l’aviez à 11 ans et qu’elle se réalise à 65 ans !
      Aussi, ne pas suivre les routes toutes tracées et les conseils y compris les bons : ils ne sont qu’une indication. De bons conseils peuvent s’avérer catastrophiques en pratique.

      Oui, les fruits sont liés à la confiance en soi, dans le SOI divin et donc à la qualité de la Relation que l’on entretient avec le PÈRE. La Foi c’est de la confiance qui se déploie dans le Temps. Confiance vient aussi de fiancé. Se faire confiance c’est écouter sa véritable Promise sa Fiancée* intérieure, son âme, afin que ses Épousailles ou Noces divines se réalisent. En effet, ce contentement, la Grâce divine nous accompagne lorsqu’il y a accord telle une belle harmonie entre la volonté personnelle et la Volonté impersonnelle du PÈRE (ou Dieu). La Joie est au rendez-vous. Il s’agit donc d’un cadeau de la Providence.

      Nous retrouvons ainsi la Trinité, la Tri-Unité dans les trois temps de la pensée dite créatrice connue dans l’Antiquité de rares prêtres. Jésus lui-même l’a utilisée et même dépassée pour en faire une Pensée Vivante, immortelle bien que se renouvelant dans sa forme sans cesse et nourrissant des générations différentes le long des cycles humains.

      * et Fiancé intérieur s’il s’agit d’une jeune femme ou plus âgée.


  • Manichéisme sur fond de vérité...


  • #2015045

    Excellent article ! Bravo à E&R pour sa "grille de lecture" ainsi que sa qualité de rédaction. Quel panache !

     

    • #2015089
      le 30/07/2018 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Comment réussir quand on est con et pleurnichard

      Oui, c’est déjà plus intéressant que certains commentaires en boucle
      "ils sont Noirs, donc ils ne sont pas Français"

      Qui les racistes servent-ils en créant ce genre d’oppositions ?


    • #2015124

      oui d’accord avec vous belle plume bon article.
      pour les etudiants "moyens" ,"pas exceptionnel" dirigez vous plutot vers un bts pour trouver du boulot voir fonder votre petite boite,eventuellement avec des potes.beaucoup de choses peuvent s’apprendre grace au net,avec la pratique et l’experience,pas besoin forcement d’un bac+5.


    • #2015224

      Venir à bout de SOS racisme pour voire une résurgence avec SOS racialistes faut vraiment ne pas avoir de chance...

      Chaque parcours est unique et c’est ce qui est véritablement intéressant. Qui reprocherais à un identitaire d’avoir une bonne estime de soi, un degré de satisfaction élevé à l’égard de soi-même et l’absence d’anxiété, d’irritabilité ou de dépression ?

      Ne pas savoir qui l’on est, ne pas pouvoir distinguer ce qui est soi et ce qui ne l’est pas, ignorer où l’on va, tout ça au fond c’est des menaces à un fonctionnement sain.

      Je n’ai pas de problème avec l’affirmation qu’un musicien noire jouant de la musique bretonne ne vas pas se transformer pour autant en celte breton... c’est logique. Mais comment en arriver à bourrer le mou des jeunes en leur faisant croire qu’un martiniquais n’est pas français bien que cela fait des siècles que des africains sont français dans nos DOMTOM ? Qui a dit que Teddy Rinner était un européen ?!

      Si l’identité... c’est l’idée de l’entité : c’est-à-dire, l’idée que l’on se fait de l’essence de son être. Qui ira leur reprocher de se sentir avant tout et au-dessus de tout européens ? Si c’est ça leur truc ?

      Je sens chez eux une grande difficulté de nommer ce qui ne va pas... Il n’aiment pas être français.. ils n’aiment pas notre Histoire... ils n’aiment pas ce qu’a réussi à faire notre grand pays... ils n’aiment pas le fait qu’il y ai des français d’outre-mer, des français issuent de nos anciennes colonies qui avaient déjà des arrières grand-parents et des grand-parents français à leur naissance...

      Je ne juge pas des trajectoires... chacun se dessine la sienne.. et il est difficile de connaître la valeur des apprentissages réalisés en chemin... mais ce déni de réalité ne me paraît pas être très bon. Ils viennent ici mais sont en admiration devant Papacito, Raptor, Conversano qui n’en ont qu’après leur argent et à leur faire avaler qu’il faut avoir de l’admiration pour Israël... Un pays pourtant détesté sur toute la planète, mais ils acceptent sans broncher la bouture... C’est hyper grave...


    • #2015525

      @Peter
      je me joins à votre raisonnement.
      On arrive toujours à définir l’identité de l’autre, il est plus difficile de définir la sienne. Le réel est une grille tamisé ou certains rayons peuvent tromper beaucoup de gens.


  • #2015046
    le 30/07/2018 par James Fortitude
    Comment réussir quand on est con et pleurnichard

    Avant les étudiants de familles modestes, rentraient chez papa-maman, et maintenant ils veulent tous leur petit appartement au centre ville pour sortir dans les bars et fumer des pétards, bah j’ai envie de dire, travaillez une année sur deux pour payer vos études et apparte, chose que font certains étudiants loin d’être des fainéant. D’autres étaient "pions" dans des collèges et lycées pour gagner leur vie et aujourd’hui on en voit pas beaucoup des étudiants "pions"


  • #2015053

    Je suis fasciné par la bêtise, l’ignorance de ses pauvres étudiants, complètement à l’ouest, pataugeant dans leur méconnaissance du monde, de ce qui les entoure, et surtout de ce pouvoir qui les manipule depuis la révolution soixante-huitarde gauchiasse .Ils n’ont toujours pas compris ,mais heureusement qu’ils font des études, paraît-il, et à la sortie des trois quarts, il en sortira absolument rien, car il faut entendre pour le croire, les arguments de ses étudiants complètement désemparés envahis par la connerie .


  • #2015064
    le 30/07/2018 par mondialisto-sceptique
    Comment réussir quand on est con et pleurnichard

    En n’étant pas indulgent avec la petite gauchiste, je dirais plutôt que la première vidéo c’est "Comment ne pas réussir quand on est con(ne) et pleurnichard(e) ?".

    A part ça, très bonne référence à Audiard. Dans la série des Audiard par Audiard, c’est peut-être son meilleur film, devant "Faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages" qui pourrait certainement servir de titre à un autre article...


  • #2015093

    ’’Comment réussir quand on est con et pleurnichard.. ?’’
    En devenant ’’malin’’, parce que ’’pour survivre un imbécile doit obligatoirement devenir un salaud’’... L’éventail de l’escroquerie de survivance est large et permet le service de toutes les névroses, avec la violence multiforme comme moyen de domination. D’où le déséquilibre chronique des pseudodémocraties hors d’état d’éliminer les nuisibles, champs clos du Conflit Perpétuel qui va du pugilat verbal au massacre de masse.


  • #2015113
    le 30/07/2018 par Aile de Poulet
    Comment réussir quand on est con et pleurnichard

    Quand t’as rien d’autre à foutre de ta vie que manifester avec tes connards de potes, forcément quand t’as plus le droit, t’es dégoûté.


  • #2015137
    le 30/07/2018 par Combattre l’Empire
    Comment réussir quand on est con et pleurnichard

    Mais qui vend les mines ?
    Sûrement les mêmes qui vendent les pantalons à une jambe..
    En parlant de grille, on devrait les mettre derrière les barreaux.


  • #2015143
    le 30/07/2018 par Enculette libérale
    Comment réussir quand on est con et pleurnichard

    Oh punaise ! toutes ces Juliette de Tolbiac, devant ce MacDo sont vraiment d’un ridicule abyssal
    Dire que ces images vont les suivre à vie
    Ma femme aurait un passé (dossier) comme celui ci
    Chaque fois qu’elle me la jouerait intellectuelle ,lors d’un repas avec des amis, je lui ressortirais en direct cette séance de pleurnichouille (je me le garderais sous le coude dans mon téléphone)
    Et je lui dirais fais à manger ou je diffuse a tes copines, fais le ménage ou je diffuse aux voisins, repasses mes chemises ou je diffuse, nettoies les vitres, passes l’aspirateur, etc....
    Mwouaaaaa
    Ça, c’est un vrai lâcher de connasses en plein Paris un 1er Mai, comme dirait J.M Bigard, mais de la connasses d’élevage, certifier Education Nationale


  • #2015154

    Je dois dire que perso, avant d’embaucher, je vais verifier les reseaux sociaux. Et quand je vois ne serait ce que 10% du genre de conneries que ces "jeunes" deblaterent ......c’est non. Basta. Au revoir chez vous. Pas de quartier.
    Quand vous embauchez ces social warriors abrutis vous vous exposez a de profondes deceptions professionnelles.
    Plus facile de ne pas les embaucher.


  • #2015155

    Quelle conne ! On dirait mon fils de 7 ans, le petit dernier, qui pleurniche parce que "Ulysse (son grand frère de 9 ans) lui a pris la manette" !

     

  • #2015184

    Sous la canicule, avant d’aller piquer une tête dans la grande bleue, j’avais envie de rigoler un bon coup ... merci ER pour ce sketch plus que poilant, cette humoriste chialeuse a de l’avenir ...


  • #2015207

    Avis aux linguistes :
    J’aimerai entrer en communication avec ces gens-là (ne me demandez pas pourquoi) alors je voulais savoir comment on disait "putain d’urbain" et "salauds de pauvres" en langage inclusif ?

     

  • #2015230

    La mère de tous les vices est la bêtise du peuple.

    Les gens n’ont jamais été aussi peu instruits qu’actuellement.

    Cela est en grande partie du à la technologie qui fait croire à chacun qu’il sait quelque chose, en tout cas qu’il pourrait savoir tout sur n’importe quoi, puisqu’il a Internet et Google dans la poche.

    J’achète la connaissance donc je suis intelligent.

    Cette approche narcissique prônée par la société du tout marchand est d’évidence un leurre : savoir à quelle page se trouve la table des matières n’a jamais été équivalent à connaître et comprendre le contenu du livre.

    Ce que les gens ne comprennent plus, c’est que le savoir n’est pas qu’informel mais qu’il structure la pensée. Compter sur Google c’est laisser son cerveau vierge de toute pensée de second ordre, c’est-à-dire construite sur des connaissances préalablement acquises et intériorisées.

    L’avantage de l’ignorance partagée, c’est le non-sens donné de fait au concept de hiérarchie, ce qui plaît aux adorateurs de la démocratie ’plate’ !

    Récemment, j’ai constaté à quel point en savoir un peu trop sur un sujet entrainait la suspicion à mon égard et une exclusion quasi immédiate de la discussion, au nom de l’égalitarisme rassurant de ’nous sommes tous des pages blanches’ sans a priori, ce qui nous rend ouvert aux autres (open minded) et libres de nos choix en ni(qu)ant la réalité au passage ! Visiblement, le savoir est devenu un problème, puisque anti-démocratique vu que c’est en comité restreint entre ceux qui savent et à l’abri de la bêtise de ceux qui croient que les décisions risquent d’être prises s’il a le malheur d’apparaître dans un groupe.

    Et ces oies du capital votent, naïvement.
    Et ces oies du capital n’assument aucune conséquence de leur vote, naïvement.

    Dans une société aussi friable, vous avez beau rajouter des lois pour tenter d’armer le béton, rien ne peut tenir.

    Est-il utile de préciser que les parasites sont à la fête ?
    Corruption, mensonge, manipulation... Comme jamais.
    Et l’enfant-(Ubu)roi pleure.

     

    • #2015343

      @ NoHope

      Dieu mis à part, vous pouvez avoir toute la connaissance du monde, celle-ci n’est rien en comparaison de l’expérimentation. Cherchez donc sur google un petit livre qui s’intitule "ce qui est caché aux sages et aux intelligents".


  • #2015239
    le 30/07/2018 par L’après Macron
    Comment réussir quand on est con et pleurnichard

    Que cela nous apportera-t-il de nous énerver contre des français ?
    Leur dire là où ils se trompent, oui, mais que gagnerons-nous à les mépriser ?
    Avons-nous vraiment besoin de cela par les temps qui courent ?

     

    • #2015276

      Vous avez globalement décrit ma pensée à propos de cet article.
      Merci.


    • #2015282
      le 30/07/2018 par France occupée
      Comment réussir quand on est con et pleurnichard

      Je les méprise pas du tout, je trouve çà dramatique et même catastrophique pour la jeunesse de France en 2018.

      L’ignorance d’un côté, un ennui profond de l’autre qui encourage à la déviance, les deux étant inculqués à travers des cours chiants et sans contenu tangible : on forme bel et bien en France du crétin en masse, au cours d’une longue période de minimum 15 ans.
      Vous sortez de là vous êtes une loque dépressive à la merci du monde.

      Çà peut être risible à l’image, mais cette époque de la vie est déjà compliquée, doublée de la conjoncture actuelle, çà crée et çà cache un réel un mal-être. Pourvu qu’ils se sortent de cette sale période par le haut, y’a du boulot pour rattraper la casse scolaire !


    • #2015649
      le 31/07/2018 par L’après Macron
      Comment réussir quand on est con et pleurnichard

      @ France occupée,

      Votre constat est juste et il y aurait encore beaucoup à en dire, je soupçonne notamment les programmes franc maçons d’avoir étaient spécialement étudiés pour créer de réelles, longues et graves séquelles au niveau cognitif chez leur jeune public.
      De toutes façons, on ne fait jamais progresser intellectuellement quelqu’un en lui mentant constamment ou en lui faisant apprendre par coeur et recracher en permanence des absurdités.
      Cependant, ces jeunes ne s’en sortiront qu’avec l’émergence de nouveaux modèles chez leurs pairs, au sein même de leur société.
      Pas facile à faire, certes, mais pas impossible non plus.


    • #2015847

      @ L’après Macron

      Vous avez raison : il faut proposer des modèles à la jeunesse, et non pas faire les vieux cons (comme je le constate hélas trop souvent dans la génération de mes parents, nés au début des années 1950). Il n’y a que comme ca qu’on s’en sortira.


  • #2015242
    le 30/07/2018 par ARNO est un rocker belge
    Comment réussir quand on est con et pleurnichard

    A FREDERIC,deja d’une et sans etre désagréable : oui ont dirait peut etre ton petit dernier qui pleurniche parce que son frangin Ulysse lui a pris sa manette ?????sa manette de jeux video ??alors si c’est ce que je pense, tes enfants seront des pleurnichards a vie : si tu continus a les biberoner aux jeux video.....................je dis ca ,je ne dis rien : je suis aussi père, et mes garcons n’ont jamais joué a ces putains de jeux video qui rendent les momes et les ados CON comme leurs pieds.
    IL faut qu’ils lisent, qu’ils jouent avec des jouets : qu’ils s’habituent au réel,et non au virtuel ou ils seront comme tout ces connards de cette génération de fion : des robots, oui la génération 15/30 ans sont des putains de robots, la gueule vissé sur leurs écrans : et ça ,c’est la mort de l’humanité.
    J’ai 56 ans, et je fus toujours un dominé (etant employé) mais j’ai eu une liberté de vie:c’est la chance, de pouvoir arreter de bosser 10 ans, vivre,vraiment vivre avec peu et la tu emmerdes les dominants : mais pas toujours attendre (comme les gus de banlieue) qu’ont leur donne un boulot et du fric dans les poches : tu bouge ton cul, et surtout l’ironie, oui l’ironie supreme que tu gagne avec l’age, avec cette sagesse de l’age(50 ANS ET PLUS) alain soral me comprendra,tu arrives a avoir de l’ironie sur les choses et les personnes et surtout sur LES CONS.


  • #2015314
    le 30/07/2018 par Sociétal des magots
    Comment réussir quand on est con et pleurnichard

    Mouais, j’en connais plein des étudiants en cinéma, je peux vous dire que même ceux qui arrivent au bout (et finissent guichetiers et chroniqueurs de seconde zone... perchistes au mieux) ne volent pas bien haut...
    Ce n’est pas l’université qui permet de percer dans ce milieu, mais l’origine ethnico-sociale (qui en général exclut d’office les français de souche, excepté femmes physiquement intelligentes)


  • #2015337

    Cette petite devrait manger plus d’Ananas


  • #2015365

    Comment réussir quand t’es con et pleurnichard.

    En habillant ta connerie sous les oripeaux de la culture, un parcours universitaire devrait suffire donc. Pleurnicher, c’est bien de nos jours, ça fait rebelle...
    L’adolescent est un concentré d’incohérences et d’absence critique, sa fonction sociale est bien d’être con, c’est à dire d’offrir la malléabilité et la porosité de son réseau neuronal en formation. Autrement dit, le cerveau d’un adolescent est un espace de colonisation en devenir. D’ici peu, il deviendra ignare et soumis, c’est à dire salarié, obéira à ses supérieurs et fermera bien sa gueule comme tout le monde. Car sa seule et unique ambition est la consommation comme 80% des zombies pacifiés qui déambulent sur cette terre.
    Ce puceau, qui peine à formuler une phrase correctement, nous parle déjà de salaire et de travail tant il est pressé d’appartenir à la masse servile des consommateurs aliénés. Or ce qu’il désire profondément, c’est faire comme ses maitres hédonistes : consumer la totalité en ne travaillant jamais. Pour y arriver il est prêt à n’importe quelle sacrifice, c’est ainsi qu’il passe sa vie à se prostituer dans l’espoir un jour peut-être de devenir un maquereau accompli. Inutile de lui faire un dessin, son seul horizon n’est visible qu’en levrette.


  • #2015383

    Je dois l’avouer, je devais pas être loin d’être aussi c0n quand j’avais 20 piges (né en 71, pré-ado, ado et post ado entre 1980 et 90 sous Mitterrand, imagine le lavage de cerveau).

    Bon, j’ai sauvé l’honneur en tractant et collant contre Maastricht à la fac en 92 93, dans ces eaux là, mais j’étais plus un "suiveur".

    J’ai eu beaucoup de chance de côtoyer des potes plus vieux que moi...et ce sont toujours mes potes.


  • #2015424
    le 30/07/2018 par Le Klub des pantomimes
    Comment réussir quand on est con et pleurnichard

    Bon ! ces guerriers du Kapital (black-blokeuses, pleurnichouilleuses , gauchisteuses, antifafeuses) sont très loin des Chouans ,de la commune, ou des partisans blancs
    On est plus dans la pétasses de super-marché, la speakerine de télé-réalité ou la révolutionnaire du shopping & des soldes
    Mais ça reste un combat comme un autre

     

    • #2015559
      le 31/07/2018 par La traversé.e.s du rectum en solitaire
      Comment réussir quand on est con et pleurnichard

      Peut-être des cousines à Juliette de Tolbiac, Ludovic-Mohamed Zahed et à Monsieur." Arnaud Gauthier-Fawas qui n’est pas un homme blanc


  • #2015569
    le 31/07/2018 par arrête-ton-cirque
    Comment réussir quand on est con et pleurnichard

    La pleureuse sait quand même que un plus un ça fait deux.
    Ouf !
    Je plains son futur conjoint.
    De façon générale, les petites Françaises, issues d’artisans et paysans à l’expression sentimentale plutôt discrète, qui se mettent à imiter l’hystérie proche-orientale stridente et larmoyante, journellement diffusée sur TV, c’est désolant.
    L’esclavage, ça commence comme ça.
    Et qui se posent en défenseurs non sollicités de gens qui n’ont rien à voir avec elles ("parce qu’ils n’ont pas les cheveux blonds et les yeux bleus")...
    Sa revendication légitime : accessibilité financière des études à tous, perd toute crédibilité. Bien joué, cocotte. En plus, elle n’a même pas un bleu. Pourquoi chouine-t-elle ? Pour les Zautres !
    Je connais une gamine de 5 ans qui tombe en courant. Eh bien, elle se ramasse, observe sa petite main meurtrie, et continue ses jeux. Pas un cri, pas un pleur.


  • #2015967
    le 31/07/2018 par STEF de MARS
    Comment réussir quand on est con et pleurnichard

    À quoi bon pleurnicher quand t’as pas la carte ?


  • #2017177
    le 02/08/2018 par L’or en main franche
    Comment réussir quand on est con et pleurnichard

    Ils ont combien de McDo, McDo ?


  • #2018204

    Rester dans l’idée qu’il FAUT en chier est déjà d’après moi une grille de lecture bourgeoise et capitaliste. Ces deux engences ont besoin de gens qui produisent et donc qui en chient...
    À être pauvre, ce que nous resterons (matériellement) autant profiter du temps qui passe à aller à la pêche et mater les étoiles...


Commentaires suivants