Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Communiqué de l’Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme à propos de la résolution 2371 de l’ONU sur la Corée du Nord

 

 

La République Populaire Démocratique de Corée (RPDC), est un pays indépendant, souverain et membre de l’ONU. Il n’a jamais agressé militairement aucun pays au monde, car profondément pacifique. Cependant, il a été une nouvelle fois victime d’une résolution scélérate, injuste et criminelle du Conseil de sécurité de l’ONU. En effet, ladite résolution n°2371 initiée par les États-Unis, adoptée le 5 août 2017, a pour unique objectif d’asphyxier économiquement le pays, voire d’affamer sa population afin de l’asservir.

 

Le crime de lèse-majesté commis par le Dirigeant suprême de la RPDC, le Commandant suprême de l’Armée populaire de Corée (APC) le Maréchal Kim Jong-un, est d’avoir testé le lancement le 4 juillet 2017 du missile Hwasong-14, missile balistique intercontinental (ICBM).

Cette nouvelle résolution répond au premier tir nord-coréen d’un missile balistique intercontinental le 4 juillet, suivi le 28 juillet du tir d’un engin similaire.

Notre Parti, ACTUS/prpe, condamne avec fermeté ce crime contre l’humanité institutionnalisé par les USA, qui ont transformé le Conseil de sécurité de l’ONU en un organisme du gouvernement fédéral étasunien, prompt à punir, voire anéantir tout état du monde insoumis ou manifestant la moindre velléité d’insoumission, d’indépendance, de souveraineté à son égard.

Nous exprimons solennellement ici, notre solidarité militante anti-impérialiste, révolutionnaire et internationaliste au peuple de la RPDC et à son dirigeant clairvoyant et protecteur de la nation, le Commandant suprême de l’Armée populaire de Corée, le Maréchal Kim Jong-un, Président du Parti des travailleurs de Corée, et Président de la Commission des Affaires d’État.

Dès sa création le 9 septembre 1948 après sa guerre héroïque de libération (dirigée par le Grand Leader Kim Il-sung) contre les impérialistes colonisateurs japonais, la RPDC a du affronter par la suite l’agression militaire étasunienne (guerre de Corée de 1950 à 1953). Le vaillant peuple coréen est sorti victorieux en renforçant davantage sa souveraineté et son indépendance. Depuis lors, les provocations militaires des USA, les campagnes mensongères, injurieuses, ordurières de dénigrements contre le pays et ses dirigeants successifs (Kim Jong-il et Kim Jong-un) n’ont jamais cessé.

Les actes des USA contre la RPDC sont une violation flagrante de la charte des Nations Unies adoptée à San Francisco le 26 juin 1945, en son chapitre 1. Ce dernier stipule : le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, ou droit à l’autodétermination, est le principe issu du droit international selon lequel chaque peuple dispose d’un choix libre et souverain de déterminer la forme de son régime politique, indépendamment de toute influence étrangère.

Pourquoi la RPDC n’aurait-elle pas le droit internationalement reconnu de défendre sa souveraineté au profit de son asservissement par les USA ? Pourquoi les puissances impérialistes occidentales qui enfreignent constamment les dispositions de la Charte des Nations Unies persistent dans une imposture intellectuelle prétendue « défense » du droit international ? Pourquoi la RPDC devrait-elle se soumettre aux injonctions impériales et impérialistes injustes des USA, alors que l’ONU est fondée sur le principe de l’égalité souveraine de tous ses membres ?

 

Le Commandant suprême de l’Armée Populaire de Corée,
le Maréchal Kim Jong-un devrait-il laisser anéantir la RPDC
par les puissances impérialistes occidentales et notamment les USA ?

 

Dans le nouveau contexte actuel d’escalade guerrière initiée par le Président des USA, Donald Trump, il serait utile de rappeler certains faits historiques qui permettraient à tout esprit humain doté de la moindre honnêteté intellectuelle, d’accuser sans retenue aucune les USA de géniteur et agent zélé d’entretien de la tension sur la péninsule coréenne :

- La guerre impérialiste d’occupation déclenchée par les USA de 1950 à 1953 a causé plus de 520 000 morts en RPDC. Depuis lors, l’absence d’un traité de paix entre les USA et la RPDC, la présence de 30 000 soldats étasuniens équipés d’armes nucléaires, qui continuent de camper dans plusieurs de leurs bases en Corée du Sud occupée depuis 1953, le déploiement par Washington ces derniers temps en Corée du Sud du système de missiles antimissile Terminal High Altitude Defence Area (THAAD), outre la présence des bases militaires en Corée du Sud, il faudrait mentionner les 50 000 autres soldats étasuniens avec leurs armes nucléaires au Japon, tous prêts à envahir la RPDC si l’ordre leur était donné.

- Le programme nucléaire nord-coréen est né au lendemain de la Guerre de Corée (1950-1953), au cours de laquelle, par deux fois, les États-Unis ont menacé de frappes nucléaires la Corée du Nord. Enfin, il n’y a jamais eu un traité de paix sur la péninsule coréenne et de non-agression entre les USA, puissance occupante de la Corée du Sud et la RPDC, et ce depuis l’accord de cessez-le feu de 1953. Ces cinq éléments susmentionnés sont entre autres autant des dangers réels gravissimes qui menacent en permanence la sécurité et la souveraineté nationales voire l’existence de la RPDC.

- Les USA persistent dans leur doctrine d’agression de terrorisme d’État. Ils ont la volonté inébranlable de détruire la RPDC et assassiner ses dirigeants, afin d‘instaurer un État fantoche capitaliste sous leur domination. Ces faits furent confirmés par Jonathan Cheng and Alastair Gale, dans « North Korea missile test stirs ICBM fears », The Wall Street Journal du 7 mars 2017.

- Les bombardements des puissances impérialistes de l’Irak en 2003, de la Libye en 2011 suivis des assassinats de leurs dirigeants respectifs Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi ; en Côte d’Ivoire l’armée française a bombardé le palais présidentiel le 11 avril 2011, elle a capturé le président légitime et insoumis Laurent Gbagbo, puis l’a déporté à la Haye pour y être jugé par la Cours pénale internationale (CPI ) ; la récente frappe américaine du 7 avril 2017 contre une base militaire en Syrie qui a fait plusieurs morts sont aussi des raisons objectives, impératives et impérieuses pour que, le Camarade Maréchal Kim Jong-un, Commandant suprême de l’Armée populaire de Corée, Président du Parti des travailleurs de Corée, et Président de la Commission des Affaires d’État de la RPDC, prenne la sage, courageuse, pertinente, juste et rationnelle décision de renforcer la capacité défensive nucléaire du pays.

C’est suivant cette logique de défense de la patrie et de son peuple que le dirigeant suprême Kim Jong-un a déclaré :

« Si nous avons effectué le second lancement d’essai de la fusée balistique intercontinentale en simulant sa portée maximale, c’est pour envoyer un message d’avertissement énergique aux États-Unis qui se démènent follement contre nous. La force de dissuasion nucléaire est donc, pour notre Peuple qui a connu toutes affres de la guerre provoquée par eux, un choix stratégique indispensable et un capital stratégique inappréciable. S’ils osent jouer avec le feu en brandissant les armes nucléaires, nous leur donnerons une leçon retentissante avec les nôtres que nous avons préparées jusqu’ici. » [Source : KCNA]

La RPDC a aussi le droit et le devoir comme tous les États du monde de défendre sa souveraineté, son indépendance et son intégrité territoriale, comme les stipulent les traités internationaux. Alors de quel droit ces puissances impérialistes occidentales, notamment les USA qui disposent et fabriquent en quantité illimitée les ogives nucléaires pour la prétendue « défense de leur territoire », s’arrogent-elles le droit de priver la RPDC de ces mêmes prérogatives ?

Pourquoi les puissances impérialistes occidentales dénient-elles à la RDPC le droit à défendre sa souveraineté son système politique ? Pourquoi la RDPC n’a-t-elle pas le droit légitime à développer un système défensif et non offensif ? Quel dirigeant sensé au monde, qui, face aux menaces gravissimes susmentionnées qui pèsent sur la RPDC, ne prendrait-il pas des mesures adéquates proportionnelles à la gravité des menaces qui pèseraient sur le pays ?

Les tragédies irakienne et libyenne susmentionnées sont incontestablement de nature à instaurer un pessimisme sur le désarmement unilatéral d’un pays du sud, car seules les puissances impérialistes occidentales auraient le monopole exclusif de la puissance militaire nucléaire comme moyen de pression, de chantage, de menace, d’humiliation, de mépris, afin d’asservir par la puissance du feu nucléaire les autres peuples du sud.

Cette injustice est insupportable. C’est un mépris, un véritable déni d’existence de souveraineté d’indépendance des peuples du Sud. Face à cet affront, le Camarade Maréchal Kim Jong-un, Commandant suprême de l’Armée populaire de Corée, Président du Parti des travailleurs de Corée, et Président de la Commission des Affaires d’État de la RPDC a raison de maintenir la capacité, le renforcement par le perfectionnement constant de la puissance nucléaire défensive du pays.

Il serait utile de rappeler ici, si besoin en est, que c’est sous le fallacieux prétexte de la prétendue « arme de destruction massive » que détiendrait l’Irak de Saddam Hussein que les impérialistes étasuniens ont assassiné son président, détruit et occupé l’historique Mésopotamie en 2003. À ce jour, quatorze ans après, la moindre trace d’ADM n’a été trouvée. Le mensonge érigé en mode de gouvernance dans les relations internationales par les puissances impérialistes est, est une réalité.

Le mensonge récurrent érigé en doctrine politique du droit international, justifiant la primauté de l’usage du droit de la force militaire sur la force du droit international, afin d’assassiner les dirigeants insoumis du sud et asservir leurs peuples, est un crime contre l’humanité. Ce comportement indigne, de terrorisme d’État jette incontestablement l’opprobre sur les puissances impérialistes occidentales. Leur lyrisme sur leur auto-proclamation de leur « sacrée mission divine » sur la défense de la « démocratie, des droits de l’homme », ne résiste guère face aux preuves de leurs crimes et forfaitures dans les pays du sud.

En Libye, les USA et les autres puissances impérialistes ont exigé au préalable le démantèlement des installations et centres de recherches nucléaires en échange de la levée de l’embargo économique. Le dirigeant libyen, le Colonel Kadhafi, avec sincérité entaché d’une certaine crédulité a procédé à la destruction totale de ces installations par les experts de ces mêmes puissances impérialistes occidentales. Le terrain étant préparé, l’étape suivante du plan criminel des prédateurs revanchards et rancuniers occidentaux, qui n’ont jamais digéré l’insoumission du Guide libyen Mouammar Kadhafi, l’ont froidement assassiné en 2011.

C’est aussi dans la même optique de stratégie de domination des peuples par la détention exclusive de l’arme nucléaire, que les puissances impérialistes occidentales ont exigé le démantèlement des installations des recherches nucléaires en Afrique du Sud alors sous apartheid (dominée par des blancs), dès l’accession au pouvoir de la majorité noire (représentée par Nelson Mandela ).

L’Afrique, un grand continent, en plein essor démographique et dotée d’immenses ressources naturelles, serait-elle vouée à être asservie éternellement par les puissances impérialistes occidentales ? Quand pourra-t-elle imposer du respect, arracher sa véritable indépendance et souveraineté ? L’exemple de la RPDC, un petit pays du Sud devrait inspirer ce grand continent pillé et paupérisé par les multinationales prédatrices occidentale, et certains de leurs valets locaux (comme notre pays le Tchad). Ces dirigeants fantoches, ou en réalité « Gouverneurs généraux délégués » de la France sont imposés, protégés militairement, financièrement et diplomatiquement contre la volonté des peuples, afin de protéger les intérêts impérialistes.

Il va de soi que si le dirigeant de la RPDC, le Maréchal Kim Jong-un se soumettait aux diktats, oukases et appliquait leur système politique capitaliste, alors cette haine viscérale et cette volonté tenace d’anéantir ce pays et ses dirigeants disparaîtraient comme par enchantement. La presse bourgeoise au service du capital couvrirait alors d’éloges dithyrambiques ce même dirigeant qu’ils fustigeaient naguère.

C’est ainsi que certains dirigeants valets des impérialistes occidentaux, véritables dictateurs et prédateurs par excellence, ne sont jamais vilipendés par cette presse bourgeoise, voire parfois ils sont choyés. Ces mêmes puissances impérialistes occidentales dites démocratiques, qui s’autoproclament « défenseurs » des droits de l’homme et de la démocratie, demeurent pourtant aphones et aveugles face aux multiples violations gravissimes des droits de l’Homme commis par leurs « Gouverneurs généraux délégués ». Ces crimes contre l’humanité ne sont pas sanctionnés, offrant ainsi à leurs valets, gardiens de leurs intérêts, l’impunité totale, une assurance tous risques pour continuer à infliger aux peuples africains des traitements dégradants et humiliants et des massacres.

Cette prétendue « défense » des « Droits de l’Homme, de la démocratie » est à géométrie variable. Selon la conception impérialiste : est qualifié de « dictateur » et « violeur » des droits de l’Homme, tout dirigeant du sud insoumis comme l’étaient ou le sont les dirigeants de la RPDC (Kim Il-sung, Kim Jong-il, Kim Jong-un).

Les campagnes mensongères et ordurières de diabolisation des dirigeants :

- de la RPDC, le Maréchal Kim Jong-un

- de Cuba socialiste, le Commandant Fidel Castro et le Général Raúl Castro

- du Venezuela, le Commandant Hugo Chávez et Nicolás Maduro

- de la Syrie, le Général Hafez el-Assad et Bachar el-Assad

- de Zimbabwe, Robert Mugabe

- du Nicaragua, le Commandant Daniel Ortega

- du Burkina, le Capitaine Thomas Sankara

- de la RD Congo, Patrice Lumumba, Pierre Mululé et Laurent Désiré-Kabila

- d’Iran, Mahmoud Ahmadinejad et Mohammad Mossadegh

- de Libye, le Colonel Kadhafi

- d’Algérie, le Colonel Houari Boumediene

- de Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo

- d’Égypte, le Colonel Gamal Abdel Nasser

- d’Albanie, Enver Hodja

- du Viêt Nam, Ho Chi Minh

- du Chili, Salvador Allende

- du Congo Brazzaville, le Capitaine Marien Ngouabi

de l’Angola, Agostino Neto

- de la Russie, Vladimir Poutine

- de la Biélorussie, Alexandre Grégoriévitch Loukachenko

- du Mozambique, Samora Machel

- de Guinée-Bissau, Amicar Cabral

- du Ghana, Kwame Nkrumah

- du Togo, Sylvanus Olympio

- de Bolivie, Evo Morales

- de Guinée-Conakry, Sékou Touré

ne résisteront pas au temps, car les peuples de plus en plus conscientisés se rendent compte de l’ampleur effroyable des crimes contre l’humanité, de la forfaiture, de l’imposture diplomatique et intellectuelle des puissances impérialistes occidentales dans le monde.

Exiger le désarmement unilatéral de la RPDC afin de réaliser les objectifs impérialistes, sous prétexte de sauvegarder la paix mondiale est un mensonge. Non à une telle imposture intellectuelle dans les relations internationales. En effet, une véritable paix, par ailleurs salutaire pour tous les peuples du monde, exige la signature d’un véritable traité mondial de paix suivi d’un désarmement général concomitant de toutes les puissances nucléaires sans exception aucune.

 

La République Populaire et Démocratique de Corée (RPDC)
accède au club très fermé des puissances nucléaires

 

La RPDC a procédé à son premier essai nucléaire le 9 octobre 2006. Depuis lors, six essais nucléaires au total ont été effectués, provoquant ainsi la furie guerrière des USA et des autres puissances impérialistes occidentales. Elles ont instrumentalisé le Conseil de sécurité de l’ONU, transformé en un état-major de neutralisation des dirigeants des pays insoumis. Le Conseil de sécurité a imposé en rétorsion aux six essais nucléaires de la RPDC, six trains de sanctions économiques de plus en plus criminelles contre ce pays insoumis aux oukases des impérialistes.

Depuis les recherches sur l’atome qui ont conduit à la première fission nucléaire réalisée en décembre 1938 à l’institut Kaiser Wilhelm de Berlin d’Allemagne, par Otto Hahn et son collaborateur Fritz Strassmann, la course aux armements pour la première mise au point de la bombe atomique a été engagée principalement entre les puissances impérialistes occidentales Allemagne, USA, France, et Angleterre.

La RDPC désignée aujourd’hui par les USA et ses alliés impérialistes comme menace contre la paix mondiale et initiatrice de la course à l’arme nucléaire, n’existait alors pas. Ce gros mensonge ne saurait poser de sérieuses questions à la conscience de tout homme doté de la moindre honnêteté intellectuelle et morale. En effet, comment un pays qui vient d’essayer seulement sa sixième explosion nucléaire défensive expérimentale pourrait-il menacer la paix mondiale, et de surcroît qui n’a jamais utilisé une telle arme contre un autre pays à l’instar des USA ? Combien d’explosions nucléaires ont déjà été effectuées par chacun des États possédant l’arme nucléaire ? Par quel miracle l’arsenal nucléaire de ce jeune pays en la matière, pourrait-il supplanter la somme d’ogives nucléaires détenues par les pays vétérans de la recherche, de la fabrication et de la détention impressionnante d’ogives nucléaires ?

Non à cette imposture intellectuelle et à ces mensonges abyssaux que les puissances impérialistes veulent imposer à l’opinion internationale comme vérité historique. Ces dernières insultent par ce comportement abject l’intelligence des peuples, qui par ailleurs manifeste sa forte incrédulité en condamnant leurs crimes contre l’humanité dans les pays du sud.

Le masque est tombé car les USA et les autres puissances impérialistes ne peuvent indéfiniment tromper les peuples.

Les mensonges des USA et autres puissances impérialistes ne résistent guère aux données sur le nombre d’ogives nucléaires par pays, fournies par plusieurs instituts et médias. En effet, neuf États possèdent à ce jour l’arme nucléaire (États-Unis, Russie, Grande-Bretagne, France, Chine, Israël, Inde, Pakistan, Corée du Nord), totalisant environ 17 300 ogives nucléaires.

Au demeurant, il serait utile de rappeler que les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU sont considérés comme puissances nucléaires officielles : États-Unis, Russie, Grande-Bretagne, France et Chine. Tous possèdent la bombe atomique (bombe A) et la bombe thermonucléaire ou la bombe à hydrogène (bombe H) encore plus puissante. La répartition de ces armes montrent à suffisance que la RPDC détient un nombre insignifiant d’ogives nucléaires que celui des seuls USA : « États-Unis 7 700 ogives, Russie 8 500 ogives, Royaume-Uni 225 ogives, France 300 ogives, Chine 250 ogives, Inde 90-110 ogives, Pakistan 100-120 ogives, Israël 80 ogives, Corée du nord <10 ogives » [Source : Federation of American Scientists 2013]

Les estimations surévaluées du nombre d’ogives nucléaires de la RPDC se situeraient à 16 et pourraient atteindre « 20 à 30 unités d’ici 2020 » [Source : « Corée du Nord : Le difficile accès à la dissuasion », Défense et sécurité international, Paris, no 121,‎ janvier-février 2016, p. 21 (ISSN 1772-788X, OCLC 644528273)]

Selon un autre rapport officiel américain, la RPDC dispose de quelque 60 bombes atomiques, note le Washington Post, qui souligne toutefois que beaucoup d’experts jugent ce nombre beaucoup trop élevé.

La volonté de tous les États à défendre leur souveraineté, indépendance, territoire et peuples, est leur devoir inaliénable et régalien. Celle de la RPDC est d’autant plus aiguë pour des raisons susmentionnées. Les menaces des USA d’anéantir ce pays insoumis ont été réitérées ces derniers jours par le nouveau président étasunien Donald Trump en des termes guerriers sur son compte Twitter : il a promis « feu et la colère », promettant une « réaction d’une ampleur que le monde n’a jamais vue jusqu’ici » et enfin d’ajouter que « les solutions militaires sont totalement en place, verrouillées et chargées ».

Le mépris des puissances impérialistes et leur complexe de supériorité à l’égard des « minables » pays du sud en général et de la RPDC en particulier, les ont conduit à faire des déclarations infamantes, injurieuses et contradictoires. Elles ont la certitude d’être les seules détentrices de l’intelligence humaine, scientifique et technologique, elles avaient, dans une première campagne de dénigrement et de scepticisme, mis en doute les paroles du Commandant suprême de l’Armée populaire de Corée, le Maréchal Kim Jong-un, rapportées par l’agence officielle de presse KCNA. Cependant, l’héroïque peuple de la RPDC et son dirigeant suprême Kim Jong-un, refusent d’essuyer cet affront. Ils relèvent le défi.

L’Expert nucléaire, le professeur Siegfried Hecker de l’Université de Stanford, a été plus « nuancé et optimiste » sur la capacité réelle de la RPDC de fabriquer le système complet de l’arme nucléaire. Selon lui, « il faudra probablement encore cinq ans de travail pour y arriver. Je ne pense pas qu’ils aient suffisamment d’expérience en matière de missiles ou d’essais nucléaires pour être capables de mettre en œuvre une ogive nucléaire suffisamment petite, légère et robuste pour survivre à un tir par missile balistique intercontinental », a-t-il en effet expliqué. Par ailleurs, toujours selon lui, la Corée du Nord aurait assez d’uranium et de plutonium pour fabriquer 20 à 25 têtes nucléaires. Soit trois fois moins par rapport à l’évaluation de la DIA. [Source : AFP].

Un autre expert, M. David Wright, scientifique membre de l’association Union of concerned scientists, a estimé sur la base des données disponibles que la Corée du Nord « pourrait atteindre une portée maximale d’environ 6 700 km sur une trajectoire standard ». [Source : Journal de Montréal du 27.06.2017]

Un rapport établi en mars 2017 par la Defense Intelligence Agency (DIA), une agence dépendant du Pentagone, avance pour la première fois l’hypothèse que la RPDC serait en mesure de lancer un missile équipé d’une tête nucléaire. Cette information fut confirmée officiellement par le gouvernement étasunien le 5 juillet 2017 suite au dernier essai nucléaire de la RPDC. [Source Le Figaro]

- Le lancement avec succès le 4 juillet 2017 du missile Hwasong-14, missile balistique intercontinental (ICBM) reconnu par ailleurs par les USA démontre à suffisance la haute capacité et le très haut niveau scientifique atteints par les chercheurs et savants nord-coréens, malgré les sanctions économiques imposées par les USA via le Conseil de sécurité des Nations Unies.

- Le 9 octobre 2006, la Corée du Nord procède à son premier essai nucléaire de la bombe A, dans le nord-est du pays.

- Le 6 janvier 2016, l’Agence officielle de presse KCNA avait annoncé le premier essai réussi de la bombe H de la RPDC, affirmation mise en doute par les spécialistes occidentaux qui avaient jugé que l’énergie dégagée était trop faible.

- La RPDCC a réalisé, le 9 septembre 2016, son cinquième essai, portant sur une ogive nucléaire miniaturisée susceptible, selon Pyongyang, d’équiper un missile.

Ces différentes étapes de la recherche nucléaire susmentionnées relative à l’ultra complexité technique de miniaturisation de la bombe, sont une phase décisive dans la fabrication complète de l’arme nucléaire. En effet, elle permet de monter cette dernière sur des ogives de missiles. La capacité de miniaturiser une ogive nucléaire naguère détenue exclusivement par les puissances impérialistes est dorénavant brisée. Ce succès a été confirmé en mars 2016 par le Commandant suprême de l’APC, le Maréchal Kim Jong-un en ces termes : « Son pays avait réussi à miniaturiser une tête thermonucléaire pouvant équiper un missile balistique ».

La sécurité d’un peuple, son indépendance et sa souveraineté ne se monnaient pas. C’est ainsi que le Commandant suprême de l’APC le Maréchal Kim Jong-un en a cure des sanctions économiques, menaces nucléaires, et autres fébriles intimidations.

Il ordonne, encourage et soutient fermement sans retenue aucune les talentueux scientifiques nord-coréens qui poursuivent imperturbablement les essais de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) jusqu’à la maîtrise présente de la technologie balistique. Il en est de même pour les ogives nucléaires, pour la bombe atomique (Bombe A) et la bombe thermonucléaire ou à hydrogène (Bombe H).

Le perfectionnement constant des armes nucléaires permet aussi de renforcer la capacité de défense du pays contre toute éventuelle agression militaire étasunienne.

 

Les dirigeants de la République Populaire et Démocratique de Corée (RPDC)
œuvrent inlassablement pour la paix sur la péninsule coréenne

 

La RPDC a montré à maintes reprises depuis sa création le 9 septembre 1948, sa bonne volonté d’œuvrer pour la paix et la réunification pacifique des deux États de la nation coréenne, forte de plus de 82 millions de citoyens. À cet effet, le Grand dirigeant le Maréchal Kim Il-sung avait déjà initié des pourparlers politiques de haut niveau entre le Nord et le Sud les 3 mai et 3 novembre 1972. Le pertinent communiqué final de ces rencontres a conclu un accord sur les trois principes suivants pour la réunification du pays [Sources : AAFC et The People’s Korea]

- Premièrement, la réunification devra être atteinte de manière indépendante, sans recours aux forces étrangères ni ingérence ;

- Deuxièmement, la réunification devra être atteinte par des moyens pacifiques, sans recours aux armes d’une partie contre l’autre ;

- Troisièmement, une grande union nationale devra être encouragée, transcendant les différences d’idéologie, d’idéal et de système.

C’est dans cet esprit de paix et d’unification pacifique de la nation coréenne, initié par le Grand Leader Kim Il-sung, que fut signée à Pyongyang, capitale de la RDPC, la Déclaration du 4 octobre 2007 pour le développement des rapports Nord-Sud, la paix et la prospérité entre le Leader Kim Jong-il, Président du Comité de la Défense nationale de la République populaire démocratique de Corée, et Roh Moo-hyun, Président de la République de Corée.

La RDPC est bien une nation pacifique à travers toutes ses initiatives de paix. Cependant, hélas, les puissances impérialistes et notamment les USA s’opposent et exercent des pressions militaires grâce à leurs troupes d’occupation sur les dirigeants sud-coréens, lesquels sont pris en otage. Les USA multiplient aussi des sanctions économiques (qu’ils rédigent) contre la RPDC par le truchement du Conseil de sécurité des Nations Unies qu’ils ont instrumentalisé.

Une guerre impérialiste sur la péninsule coréenne menacerait incontestable la paix dans le monde, voire déclencherait incontestablement une troisième guerre mondiale. En effet, la République populaire de Chine et la Fédération de Russie seraient de facto situées sur la ligne de front et parties prenantes. De plus, elles auraient raison de ne jamais accepter un encerclement impérialiste étasunien dont la volonté de domination du monde est insatiable. C’est aussi une question de souveraineté et de survie pour leurs peuples, à l’instar de la RPDC.

Dans le marathon pour la détention maximale de l’arme nucléaire, les USA, grâce à leur projet Manhattan, furent les premiers à créer la bombe atomique et aussi les premiers à ce jour à l’utiliser. L’impérialisme étasunien largua la bombe atomique :

- le 6 août 1945 sur la ville japonaise d’Hiroshima. « Une zone d’environ 12 km2 fut dévastée et les Japonais estimèrent que 69 % des bâtiments de la ville avaient été détruits. De 70 000 à 80 000 personnes, soit environ 30 % de la population de Hiroshima, furent tués immédiatement et 70 000 autres furent blessés » [Source : U.S. Strategic Bombing Survey : The Effects of the Atomic Bombings of Hiroshima and Nagasaki, Harry S. Truman Presidential Library and Museum, 19 juin 1946 Lire archive p.6, 36 [ https://www.trumanlibrary.org/whist... ]

- le 9 août 1945 sur la ville japonaise de Nagasaki. « Environ 44 % de la ville fut détruite et il y eut 35 000 morts et 60 000 blessés » [(Leslie Grov142es, Now it Can be Told : The Story of the Manhattan Project, New York, Harper & Row, 1962)]

 

L’arme nucléaire défensive et dissuasive de la RPDC n’est pas négociable

 

La RPDC a rejoint incontestablement le cercle très fermé des puissances nucléaires. Elle dispose des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) capables de transporter les ogives nucléaires. C’est une réalité incontournable et irréversible, n’en déplaise aux puissances impérialistes occidentales, la patrie de Kim Il-sung est une puissance nucléaire à part entière. Elles doivent intégrer cette nouvelle donne dans les relations internationales.

La RPDC dispose dorénavant d’une très puissante force de défense nucléaire. Elle est capable de riposter et d’anéantir impitoyablement toute puissance impérialiste quelle que soit sa puissance militaire, économique, politique, sa grandeur et sa position géographique dans le monde.

Rappelons aussi que la RPDC est une nation pacifiste qui n’a jamais agressé aucun pays. De plus, elle a été à l’initiative de multiples dialogues de paix sur la péninsule coréenne et de l’unification pacifique des deux pays.

Les USA feraient mieux de dialoguer avec la RPDC dans le respect mutuel et d’égal à égal comme deux puissances nucléaires responsables. En matière de respect, le président Donald Trump a eu un langage irrespectueux à l’égard de son homologue nord-coréen en ces termes : « Ce type n’a-t-il rien de mieux à faire de sa vie ? » . C’était sa réaction à chaud suite au dernier essai nucléaire de la RPDC.

Le président des USA, Donald Trump porterait l’entière et lourde responsabilité en cas de troisième guerre mondiale qui anéantirait l’humanité. Ces gravissimes déclarations guerrière à l’emporte pièce ont provoqué indignation chez certains parlementaires étasuniens. En effet, le démocrate Eliot Engel, membre de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants a dénoncé « l’emportement impulsif » et d’ajouter : « La sécurité de l’Amérique est basée non seulement sur la force de notre armée mais aussi sur la crédibilité de notre commandant en chef » [Sources : Reuters, Afp]

La détention de l’arme nucléaire par la RPDC a un objectif défensif. Elle permet d’assurer la souveraineté, l’indépendance, et l’existence de son peuple contre les menaces permanentes de frappes nucléaires que les USA font peser sur le pays depuis sa création le 9 septembre 1948.

Les puissances impérialistes, notamment les USA doivent en toute humilité respecter la RPDC, son dirigeant suprême, le Maréchal Kim Jong-un et son peuple.

Elles doivent accepter cette vérité que sont la souveraineté, le droit à l’existence, la construction du socialisme à la lumière de la pensée juchéenne du père fondateur de la RPDC le Maréchal Kim Il-sung, et le droit au développement harmonieux de ce jeune état. À cet effet, les États-Unis doivent une reconnaissance diplomatique et engager dialogue bilatéral d’égal à égal avec la RPDC afin de garantir la paix sur la péninsule coréenne.

Obliger la RPDC à un désarmement nucléaire unilatéral alors que les USA, qui possèdent à eux seuls des milliers d’ogives nucléaires, et qui de surcroît menacent en permanence de les utiliser contre ce pays insoumis, est une injustice caractérisée et inadmissible. À ce sujet, suite à la dernière résolution du Conseil de sécurité des nations unies, le Communiqué de presse du gouvernement de la RPDC dit : « Nous ne mettrons pas notre force de dissuasion nucléaire sur la table ronde ni ne reculerons d’un seul pas de la voie du raffermissement de nos forces nucléaires quoi que l’on en dise, tant que continuent les manœuvres subversives et la menace nucléaire des États-Unis contre notre République ».[sources : KCNA et Le Monde du 07.08.2017]

Le désarmement unilatéral de la RPDC, exigé par les USA, est profondément injuste et révoltant, alors que les membres du Conseil de sécurité (France, Russie, Angleterre) et d’autres pays notamment ceux du sud (Pakistan, Inde et Israël) sont aussi des puissances dotées d’armes nucléaires. La bombe nord-coréenne serait mortelle et celle des autres puissances nucléaires ne l’est pas ?

Un désarmement juste et équitable, serait bénéfique pour une véritable paix dans le monde. À cet effet, toutes les puissances nucléaires devraient procéder dans un premier temps à la destruction concomitante de toutes les ogives nucléaires dont le nombre est supérieur à celui de la dernière puissance nucléaire. Lorsque toutes les puissances nucléaires disposeront alors du même nombre d’ogives nucléaires avec la même puissance, il faudra procéder dans la deuxième phase et aussi de manière concomitante à la destruction totale et irréversible des dernières ogives nucléaires.

 

La position de notre parti, ACTUS/prpe

 

Notre Parti, ACTUS/prpe :

- réitère son soutien indéfectible révolutionnaire communiste au peuple de la RPDC et à son dirigeant suprême, le Maréchal Kim Jong-un, Commandant suprême de l’Armée populaire de Corée, Président du Parti des travailleurs de Corée.

- demande la levée immédiate et inconditionnelle de toutes les sanctions économiques injustes du Conseil de sécurité, et un dédommagement proportionnel : matériel, financier et une réparation morale (par une repentance solennelle écrite) pour les préjudices subies par la RPDC.

- demande le retrait inconditionnel et immédiat des troupes militaires étasuniennes de la Corée du Sud, et ainsi que la fermeture de toutes leurs bases.

- encourage la réunification pacifique de la nation coréenne, forte de 82 millions d’habitants.

Non à toute guerre impérialiste étasunienne contre la RPDC. Bas les pattes devant la RPDC !

Non à un désarmement injuste unilatéral de la RPDC afin de la soumettre à la puissance nucléaire étasunienne.

Vive la RPDC, pour que vive l’unité, la solidarité entre les peuples et les nations insoumises et anti-impérialistes.

Vive la construction du socialisme en RPDC à la lumière de la pensée juchéenne.

 

Le secrétaire général d’ACTUS/prpe
Dr Ley-Ngardigal Djimadoum

Le 12 Août 2017

À ne surtout pas manquer, sur E&R :

Les nations souveraines face à l’Empire, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.