Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Du Flic de Belleville à Yann Barthès : Omar Sy en naufrage intégral

Désastreux passage télé que celui du grand (1m92) acteur Omar Sy chez tata Barthès. Toute la vacuité de la nouvelle star française y est apparue dans une lumière crue, malgré les rires de complaisance d’un public conquis à l’avance. On applaudissait l’inculture (même pas foutu de connaître L’Emmerdeur), l’amateurisme (zéro capacité d’improvisation) et l’antiracisme, comme si négritude rimait avec antiracisme. Devant l’agent LGBT numéro 1 des médias, qui a tout fait pour sauver les apparences, l’imposture Sy a explosé aux yeux de tous.

 

 

Nous on savait depuis longtemps que Sy était gonflé au système comme un ballon est gonflé à l’hélium, c’est-à-dire en surclassement total, ce qui n’a pas manqué d’apparaître après le succès commercial d’Intouchables, qui est en réalité le succès du duo Toledano-Nakache, qui a écrit et réalisé ce film aux petits oignons. On adhère ou pas à l’idéologie sous-jacente – la France blanche handicapée sauvée par l’immigration colorée des quartiers – mais en matière d’horlogerie scénaristique, le duo sionard touche sa bille.

Ce n’est pas le cas de la moitié du duo Omar & Fred, dont l’échec des films suivants prouvera une seule chose : qu’Omar a servi de caution antiraciste à des petits malins devenus grands. Un acteur n’est ni noir ni blanc, un acteur est bon ou mauvais. Et Omar Sy n’est pas bon. C’est dur pour la gauche antiraciste mais elle n’a pas été jusqu’à remplir les salles obscures pour sauver Le Flic de Belleville. Pas folle la guêpe bien-pensante : quand l’antiracisme coûte 10 balles, y a plus personne !

 

 

Même le « bon public » a été dégoûté

« Je suis bon public, mais ce film a été très pénible à voir. Assez ennuyeux, pas beaucoup de rythme. Humour qui tombe à plat. Pas beaucoup d’action. Le marketing est de vendre Omar Sy pour faire oublier tout le reste... » (Allociné)

 

Il fallait bien que la baudruche Sy se dégonfle un jour. Les mondialos verront dans cet article la preuve d’un indéniable droitisme raciste, voire d’un exécrable racialisme d’extrême droite, mais les malheureux qui sont allés voir la bouse à Bouchareb – le réal d’Indigènes qui a perdu sa chemise au bouche-à-oreille et qui la sauvera pas au bouche-à-bouche médiatique – sauront qu’il s’agit d’amour du cinéma et non de néocolonialisme, celui que dénonce du matin au soir l’allumé Pascal Blanchard, l’universitaire porteur de la haine de la France et qui porte si mal son nom.

Omar Sy est donc l’acteur racisé qui a été élevé par le Système pour des raisons de préfabrication antiraciste. C’est dur pour lui, mais ses limites d’acteur seront vite atteintes. Dès qu’un film s’est monté sur ses seules épaules, à partir de Knock, le château de cartes bien-pensant s’est effondré. Le Système, pour faire croire à l’égalité des chances, est capable de monter une personnalité malléable (qui aurait tort de refuser le pont d’or, même vermoulu) en épingle pour dire « vous voyez, Je ne suis pas raciste ». Or le Système, qui est globalement socialo-sioniste et libéral libertaire, est éminemment raciste, voire racialiste. Regardez cette vidéo sur la LICRA :

 

 

On a une question pour l’officine israélienne : à quand un racisé à la tête de la LICRA ? Pourquoi pas Omar Sy, qui pourra jouer les Obama de service ?

 

Bonus : leçon d’acting pour Omar avec Jamie Foxx au piano

 

Mais Jamie sait aussi faire l’acteur :

 

Conclusion : Jamie n’est pas un acteur noir, c’est un acteur bon.

Pas la peine de nous faire la leçon sur Django unchained, on sait pertinemment que le film est un clip promotionnel pour l’antiracisme, ce qui laisse entrevoir ce qu’aurait pu être ce Tarantino sans les tartines de bien-pensance avec les gentils Noirs et les vilains Blancs.
Le réalisateur a loupé là l’occasion de faire un très grand film. Si on se pince le nez sur l’idéologie, il reste un chef d’œuvre dans le genre, avec des acteurs au sommet et des dialogues au couteau.

Sur l’antiracisme, cette idéologie antinationale,
lire chez Kontre Kulture

 

L’antiracisme a tué le cinéma français, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

67 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les américains ont Eddie Murphy, Denzel Washington, Jamie Fox, Samuel Jackson qui sont d’immenses acteurs.
    Et nous on a ... Omar Sy, l’acteur racisé qui se voit offrir des rôles non pas pour son talent (sa seule interprétation crédible étant celle de Doudou dans le "service après-vente des émissions") mais par le simple fait de sa couleur de peau.

     

    • J’ai lu les commentaires, certains ont été supprimés tellement virulents : les gens en ont ras les couettes de cette propagande !


    • #2080625
      le 13/11/2018 par The Médiavengers Zionist War
      Du Flic de Belleville à Yann Barthès : Omar Sy en naufrage intégral

      Même si Hollywood est une industrie, les américains ont toujours cette exigence et ce professionnalisme qui nous manque si souvent.
      L’exemple de de film est on ne peut plus représentatif du gouffre en la matière. Paresse totale de la production, zéro ambition. On se demande même comment un tel film peut exister car pour le même budget, je suis certain qu’un réalisateur et un producteur un peu ambitieux aurait pu pondre un film un minimum potable.
      Même les comédies qui ont l’air de tenir à peu près debout possèdent ce parfum de nullité propre au milieu du cinéma français que je ne saurais caractériser en un seul mot, mais qui donne un sentiment de gène intense à la lecture de l’appellation "film français".


    • #2080656
      le 13/11/2018 par Charles-Henri de Lèse-Quinquin
      Du Flic de Belleville à Yann Barthès : Omar Sy en naufrage intégral

      Vous oubliez l’étonnant Djamel de Bouze !! Pas de discrimination !


    • Les américains ont Eddie Murphy, Denzel Washington, Jamie Fox, Samuel Jackson parce que la communauté noire a pris du poids alors qu’elle n’était que la vingt-cinquième image il n’y a pas (si) longtemps. Il en est ainsi au pays de l’Oncle Sam. Puis vinrent les latinos avec - eux aussi - leur rôles de chef lorsqu’un blanc était chef : nous avions un blanc, un noir, un latino, tous chefs. Puis les femmes...
      Et les LGBTQRSTUV.
      Les chiens, les chats, bientôt les hamsters.
      Et ainsi de suite.

      La France tente de copier mais néglige un détail de (son) l’Histoire : cette terre, à l’inverse des U.S.A., n’est pas une colonie : c’est même tout l’inverse. Donc le pécore, avec son cahier de devoirs de vacances en Histoire, s’en tamponne le coquillard d’Abdoul et de N’gouma : seule quatre quartiers, trois cités, deux gauchistes et une cougar se fendent la poire.
      Ce qui tend à prouver que ses productions ne sont pas « françaises ».


    • Meme dans le rôle de doudou il n’arrivait pas à soutirer le moindre sourire ... c’était d’une lourdeur !!!


    • "Les américains ont Eddie Murphy".

      A ce sujet, on dirait que le doublage de la voix de Sy est fait par la même personne que pour Eddie.


    • C’est pas un acteur très versatile.. il joue un seul rôle qui est le sien... Y’a des acteurs ou des seconds rôles qui ont font des belles carrières malgré ça. Mais se planter sur un si gros film...

      Le problème est aussi le star système et le fait que des financements se font souvent sur une tête d’affiche. Omar Sy a eu aussi un sacré boom dans son côté bankable « people » par le fait de ses quelques figurations dans des gros films hollywoodiens...

      Je le trouvait par contre très bien dans « telllement proche » de Toledano et Nakach qui font des films bien fait. Il y a donc un problème de casting et le fait qu’il est très limité dans son jeu...

      De toute façon la comédie est truc bien plus dur... Omar Sy a eu le vent en poupe car il était un acteur atypique... un grand noir ça s’était jamais vu... un acteur noir d’ailleurs c’était et ça reste hyper rare ? Pascal Légitimus et Joey Staar ? Le rappeur de NTM est un autre acteur qui fait des films surtout parce qu’il va attirer la curiosité par rapport à son statut de « célébrité »..

      À savoir, Eddie Murphy dans le flic de Beverly Hills est le premier film à avoir comme acteur principal un noir... Les afro-americains étaient extrêmement rare dans les westerns hollywoodiens alors qu’à l’époque du far-west ils représentaient 25% de la totalité des cowboys...


    • @ Peter

      Shaft les nuits rouges de Harlem...c’était qui le héros ?


    • #2081131

      @ Peter
      J’ai jamais lu un commentaire aussi stupide, tu parles en fonction de tes goûts
      Mais que je sache, tes goûts , ça reste subjectif ,non ?
      Tu donnes des chiffres, comme ça sans sources , et pourquoi te croirait-on ?
      C’est affligeant le nombre de commentaire dirigés, partial, avec un parti pris et comme seul argument, la subjectivité du commentateur (gout & couleur)
      J’aime ça, alors c’est comme ça, « le degrés zéro de l’analyse pertinente »
      Un gamin de 11 ans ferait pareil
      Pardon monsieur mais c’est très limite
      Bien le bonjour


    • Blaxploitation est un terme qui désignait les films destinés à une audience exclusivement black. Il y a même eu au début du cinéma la distribution dans des salles parallèles de films de western avec des acteurs presque tous noirs... Alors oui il a « sweet baaaad aaaass song » par Melvin Van Peebles qui en tant qu’entrepreneur avait fait un film ou il avait la multi casquette de scénariste, producteur, réalisateur, monteur et créateur de la bande originale du film... C’est d’ailleurs ce film qui rencontra un public exclusivement noir dans les salles parallèles qui a convaincus des investisseurs qu’en parallèle ce genre de cinéma pouvait rapporter de l’argent.

      Non, ce que j’ai dit est vrai... Le premier film en 85 ayant comme seul acteur en tête d’affiche un noir c’est bien le flic de Beverly Hills. Et il y a eu ensuite « Action Jackson » en 88... A noter qu’en 82 il y « 48 heures » avec le même Eddie Murphy mais il partage l’écran avec la star Nick Nolte. Eddie Murphy n’est d’ailleurs pas un inconnus puisqu’il fait du stand up en 80 à l’age de 19 ans dans l’emmssion « Saturday Night Live » à l’epoque l’emmission est déclinante et perds de l’audience.. avec un acolyte italo-américain il remet l’emmission au goût du jour dès la première saison.. Les studios ont financés le flic de Beverly Hills car il avait fait ses preuves dans le film de « 48 heures » et ses succès d’audience à la télé.

      Il existait sinon l’acteur Sidney avec en 67 dans « Devine qui vient dîner... » ou il joue le rôle d’un médecin noir fiancé à une « blanche ». Ou plus connus encore la même année « dans la chaleur de la nuit » où il partage vraiment l’écran avec un autre acteur.. Il y avait bien entendus des acteurs et actrices noires mais mais Sidney Poitiers était le seul important pourtant il n’a jamais eu un film fait sur son nom. C’est très tardivement en 85 que cela change. Aujourd’hui dans le star system (financement de film autour d’un acteur en tête d’affiche) il a pléthore d’acteurs afro-américains.


    • et encore avant "in the heath of the night" (1968) avec Sydney Poitier le premier film à ma connaissance avec un noir en premier rôle.
      il y a aussi "les 100 fusils" en 1969 avec la première scène d’amour interraciale explicite entre Jim brown et Raquel Welch


    • @paramesh, ah okay je ne connaissais pas les 100 fusils.
      Par contre je maintient que Rod Steiger qui a obtenu un oscar du meilleur acteur pour le film « in the heat of the night » est l’acteur principal et Sidney Poitiers uniquement un second rôle (d’après les difinitions des studios). D’ailleurs c’est ce même Rod Steiger qui a obtenu une nomination pour l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle, celui de Charlie Malloy dans le film d’Elia Kazan : Sur les quais en 1955...

      J’ajouterais que très peu de films ont abordés l’ascension d’Hitler en Allemagne et la menace anti-semite que cela représentait. Charlie Chaplin le goy a fait un film mémorable avc son « dictateur » ainsi qu’Ernest Lubitsh avec « to be or not to be ». Pourtant tous les dirigeants des studios sont d’origines juives à l’époque. Est ce par peur d’attirer l’attention et réveiller des sentiments anti-juifs alors qu’ils avaient tous choisis l’assimilation.. mais je crois qu’il faudrait regarder l’accord Haavara (signé le 25 août 1933) entre la Fédération sioniste d’Allemagne et Hitler afin que l’international sioniste empêche le boycott de l’Allemagne Nazie principalement aux USA (transfer agreement).

      N’oublions pas The National Legion of Decency qui était une organisation catholique s’immisçant dans la censure afin de contrôler les valeurs morales d’Hollywood... C’est le Golden Age des studios... comme quoi un peu de resserage de vis (vices) faisait du grand bien à Hollywood même lorsque les réalisateurs devaient être inventif pour adresser plus intelligemment certains sujet. Il y a beaucoup à comprendre des Us en connaissant sa culture. Dans un autre sujet le documentarien Mickael Moore se fait descendre lorsqu’il parle d’une élite disparaissante qu’il qualifie de dinausores... Venant d’un descendant d’Irlandais catholique revendiqué lancer un pic à l’elite protestante milliardaire (WASP !) n’a rien de surprenant concernant un irlandais...


    • @Pamfli Les commentateurs chinois sont plus honnêtes dans leurs critiques que les occidentaux. Il suffit de voir comment le film c’est fait dézinguer au box office chinois.


  • Quand le système s’intéresse à toi,c’est comme pour un parpaing dans la construction d’un mur chez un maçon...Il t’achètera le prix convenu,te posera,te scellera et tu n’en bougeras plus...On pourra admirer son élégance parmi les autres mais ce ne sera,en vérité,que par le talent de l’ouvrier l’ayant placer....et on passera à autre chose !


  • Des fois j’écoute france-inter, au bout de 10 secondes un imbécile sort un mot anglais. Alors ça me gonfle mais je m’y attendais quand même un peu. Vos articles sont bons mais Jamie Foxx ne donne pas de "leçon d’acting" ! Même pas sur qu’il les donne en anglais.

    Merci.


  • #2080594

    Être noir quelque part, c’est un talent que l’on ne comprend qu’en Afrique.


  • Il ne s’exprime pas si mal. Et une petite pub de promo, çà ne mange pas de pain. Merci EeR. (sacré Yannou, allez, bisou)


  • Le vrai mec talentueux dans Omar & Fred c’était Fred, car lui seul savait improviser, savait trouver des personnages nouveaux etc. Omar a été favorisé pour sa seule origine ethnique. Il faut certes ne pas ethniciser les problèmes mais on remarque que des milliers de problèmes trouvent leur explication dans le racisme anti-blanc latent de la société dont les 3 principales branches sont la haine talmudique anti-Blanc ("Edom"), la haine de soi des Blancs honteux qui ont avalé le baratin scolaire, et la haine anti-gwère/babtou de la rue.

    Voilà comment Omar se retrouve en bon stéréotype métisseur


  • Pour qui connaît la tragique destinée de Philippe Pozzo di Borgo, il sait qu’on lui a refourgué Omar Sy en lieu et place d’Abdel : il y a donc une imposture ; à quel titre, il faudrait chercher.
    Du frère corse dont la famille soutint Pasquale Paoli, mieux vaut lire son bouquin « Second Souffle » et ses déclinaisons. Cependant ce n’est pas seulement Abdel qui lui a redonné vie, mais le « Maroc », sans qu’il soit possible d’en rajouter pour éviter de froisser les susceptibilités.


  • Celui-là aussi les sondages de Drahi vont le désigner personnage préféré des français entre les innenarables Bruel et druker ! Même la Pravda soviétique avait plus de finesse que ces propagandistes mondialistes !

     

    • Le critère principal pour être acteur en France ce n’est pas le talent, c’est savoir quoi répondre aux questions sur le conflit israëlo-palestinien (cf son "euh j’sais pas, c’est compliqué on a pas tous les éléments), et être toujours d’accord avec la dernière opération humanitaire du moment (lui il est même allé sur place promouvoir les rohyingas).
      Alors tu penses qu’il a gagné sa place pour les 30 prochaines années.... habituez vous.... ^_^

      (J’ai pas parlé du positionnement sur la shounia, car ça c’est pour absolument tout le monde l’obligation...)


  • Bonjour,
    J’ai une question très sérieuse. Pourquoi les stars noires et plus généralement les noirs se marient presque tous avec des blanches : acteurs, joueurs de foot...
    Pourquoi c’est moins observé chez les maghrébins par exemple ?
    Merci

     

    • Une hypothèse : à leurs yeux, la femme blanche est un objet plus luxueux que la femme noire.


    • D une part dans les milieux ou ils naviguent les michetonneuses noires sont proportionnellement moins nombreuses, et de l autre il y a chez les populations noires l idée incidieuse de la honte de leur couleur ( malgré leurs dénégations )et sortir avec une femme blanche ou plus claire qu eux est un signe de réussite sociale.


    • Bonjour,
      il y a une vidéo sur youtube de Stephane Edouard :"Pourquoi les sportifs stars épousent (souvent) des blanches" ? Il repond très bien à ta question je trouve.


    • La femme blanche aime l’argent, c’est évident.
      Regarde les épouses des footballeur toutes des blanches...


    • Le maghrébin est plus fier, je pense, alors il répugne à se métisser.


    • Les Maghrébins ne choisissent pas particulièrement des Maghrébines ; ça dépend surtout du niveau social de l’intéressé, de sa fiche de paie. Et ca vaut pour les blancs comme pour les Africains...


    • Aussi les maghrébins sont plus ancrés dans les valeurs du père. Cela empêche ce type de comportement qui s’appuie sur la destruction du père et donc sur l’anéantissement de l’amour propre de l’individu. Cela leur permet d’être plus résistants (que les blancs y compris) face à cette idéologie cosmopolite.




    • Le maghrébin est plus fier, je pense, alors il répugne à se métisser.




      J’ai toujours été dans des endroits où les noirs et les maghrébins étaient des minorités et non pas des majorités. Au collège lorsqu’on a ses premières copines il aurait été très difficile pour eux de se restreindre aux seuls meufs de leur ethnies...

      Je crois qu’il y a une constante... c’est qu’ils grandissent en regardant la même télé en fantasmant sur les mêmes femmes... en ayant les mêmes amoureuses sur les bancs de l’école.. Ensuite, il y a une familiarité culturelle et une facilité de se projeter plus dans un couple que dans un autre.. Alors lorsqu’on habite le même quartier... lorsqu’on est cadre dans la même entreprise... Ou si on fréquente les mêmes associations ou les salles de sport, clubs sportifs... on peut finir en couple ensemble... La différence ethnique ça joue surment plus du aux craintes par rapport à la transmission de la religion. Et peut être que la religion joue de moins en moins un rôle prépondérant dans la vie des gens.

      ps : non ce qui serait bien plus surprenant c’est un noir qui n’aimerait pas les blanches... C’est comme si il n’aurait pas eu la télévision et vécus dans une bulle pendant toute son adolescence par exemple.. J’ai jamais compris les mecs qui disent ne pas aimer les rousses, les brunes ou les blondes...


    • @Peter
      Au collège on prend ce qui tombe sous les yeux, comme tout le monde maghrébins compris. Par la suite, c’est l’exemplarité qui joue, celle du couple parentale et bien sur l’entourage. Il est évident qu’en ce moment les couples blancs se défont et se refont avec ou sans enfant une vraie calamité. Ces mêmes enfants devraient être un critère important pour la stabilité d’un couple. Les maghrébins garçons voient ça et l’imputent à la pseudo liberté de la femme blanche, automatiquement ils s’en remettent à leur tradition familiale en épousant une maghrébine, quitte à la chercher au bled. Une raison entre un tas d’autres, je ne veux pas faire trop long.


    • @Pitchou,
      effectivement la stabilité est une bonne raison à elle seule.

      Et pourquoi pas une préférence physique sensuelle (l’effet d’un regard partagé) ?.. Je pense tout de même qu’ils devraient faire preuve de bravoure et se mettre en couple si il y a une forte possibilité d’amour réciproque même si ils peuvent avoir des appréhensions... Ne peuvent ils pas aussi tomber sur une mauvaise pioche en allant au bled ?...

      Je me souvient avoir lus il y a très très longtemps un hadith qui interdisait d’aller chercher une épouse dans une contrée, une terre lointaine... C’etait dans un recueil que j’avais alors je l’ai lu plusieurs fois, je ne pense pas l’avoir mal interprété. Après je ne suis pas un spécialiste et l’interpretation du profane vaut ce qu’elle vaut.

      Je ne l’ai jamais revu depuis ce hadith. En tout cas si ce hadith était authentique je lui trouverais une sagesse et une certaine marque d’humilité...

      Mon conseil serais de choisir une fille qui lui plaît et donner une chance à toute femme qui démontre une gentillesse et qui a du potentiel. Les hypocrites musulmans ont la place la plus basse dans les étages de l’enfer... alors une non-musulmane sérieuse il ne faut pas trop se casser la tête... et Dieu dirige qui Il veut, Il égare qui Il veut...

      ps : le métissage a pour but de casser la transmission des religions traditionnelles... tant que l’Homme a l’intention d’être dans la transmission à sa famille le métissage n’est pas un problème. Et les musulmans peuvent marier des juives et des chrétiennes.


    • @Peter
      La très grande majorité des Maghrébins que je connais sont effectivement en couple avec des Maghrébines et ce sont loin d’être des "cassos".
      Cela ne veut pas dire pour autant que beaucoup d’entre eux n’auraient pas d’attirance pour les blanches mais c’est essentiellement dû à des considérations culturelles et religieuses. Ils pensent qu’ils perdront leur culture d’origine et leur religion en franchissant le pas d’une union mixte. Il y a aussi le stéréotype de la femme occidentale libérée réfractaire à une quelconque autorité masculine qui les effraie. C’est aussi la raison pour laquelle de nombreux blancs se tournent vers les femmes asiatiques jugées plus traditionnelles.

      Les noirs quant à eux tant que ça permet de se blanchir tout va bien...


    • #2082311

      @# Inuit

      Ne prend pas tes fantasmes pour la réalité, le réel c’est quand même mieux que ton ordi.
      Deja tu ne connais personnellement aucun Maghrebins j’en suis sur ;

      Dans mon entourage sur 10 potes arabes (c’est exhaustif )
      7 sont avec des Francaises blanches..et les gens se mettent ensemble car il y a une chose qu’on appel attirance et amour qui par définition ne s’analyse pas, se s’explique pas.

      Quant aux Blancs qui seraient attiré par les Asiat, deja le contraire est bien plus vraie et je verrais dans cette quete d’une asiat docile, une perte évidente de virilité et de dignité qui saute aux yeux de tout le monde...des femmes blanches en particulier


    • @Avion À Réaction C’est le cas, beaucoup d’hommes blancs se mettent avec des asiatiques.


  • Les acteurs , comme les chanteurs , les présentateurs TV , les journalistes , artistes , etc , doivent être libres de toute moralité et prêts a faire caisse de résonance pour la pensée dominante afin de pouvoir en croquer . La notoriété des uns savamment construite est ainsi exploitée par le système, comme un retour sur investissement , et si pour x raison tu ne fais plus l’affaire , on te fait disparaître du paysage , ou on te recycle dans une pub , de temps en temps on te ressort de ta cave pour un truc " retro " . De toutes façons ce a quoi tu pourrai postuler est déjà réattribué a de la chair plus fraiche , c’est plus vendeur .


  • Omar Sy est très sympathique mais clairement pas un bon acteur... c’est un bon second rôle, tout au plus.

     

    • Je ne suis pas d’accord, un second rôle, ce n’est pas pour les acteurs plus mauvais ; ce sont des personnages moins présent à l’écran, mais leur prestation n’en est pas moins importante pour un film (Gary Oldman, même en second rôle, ça envoi du lourd).

      Omar Sy est mauvais et ne met en valeur ni premier ni second rôle ; il ne fait que parler devant la caméra et a les mêmes attitudes dans son jeu d’acteur que si il était avec des potes.

      J’ai regardé USS Alabama ce week end, et la grosse performance d’une petite poignet d’acteur fait totalement oublié un scénario convenu...
      Ce n’est pas demain que Omar Sy pourra égaler un Denzel Washighton.


  • Quand je pense que Luis Guzman jouait dans « L’impasse » de Brian De Palma aux côtés d’Al Pacino, de Sean Penn et de Viggo Mortensen. Se retrouver dans une merde pareille, et même si sa carrière n’est pas flamboyante par ailleurs (c’est quand même une gueule de cinéma !), quelle misère tout de même !

     

    • Exact, je le plains sincèrement de devoir subir ça (et même de devoir subir Sy). Luis joue également dans contre enquête, un film de Sidney Lumet, aux côtés de Timothy Hutton, Armand Assante et l’immense Nick Nolte qui y tient un rôle de flic pourri pas piqué des vers, film que je vous conseille.


    • Il joue également dans « Traffic », « Boogie Nights » et dans l’excellent « Magnolia ». Sinon, merci du conseil. Je n’ai pas vu le film que vous évoquez mais je ne doute pas que ce soit bon dans la mesure où j’ai du mal à concevoir que le réalisateur du chef d’œuvre « Un après-midi de chien » puisse avoir commis un film vraiment mauvais ! Et je viens de voir après une rapide recherche qu’en plus des noms que vous énonciez, l’alléchant casting comprenait également Charles S. Dutton que j’ai vu dans de bons rôles. À voir donc.


    • Je suis allé (moi aussi..) voir le flic de Belleville même si je ne m’attendais pas à un miracle... Même un petit film fait avec des grands moyens m’aurait satisfait... mais là c’était une catastrophe...

      L’idée qu’Omar Sy avec sa french connection aux states apporterait techniciens et expertise en donnant une patine un peu US au film était pas forcément ininteressant surtout en se payant les services d’un acteur américain.. J’ai pensé alors à Rachid Bouchared qui avait fait « Bâton Rouge » un petit film franco américain qui m’avait impressionné étant gamin car il mêlait bien un decor américain avec un film minimaliste d’auteur français... Et évidement dans le moule Mouloud dans le mile Émile le producteur c’est ce réalisateur..

      Je savais qu’il était le très bon producteur de Bruno Dumont dont la voix singulière est forte impressionnante (à mon avis et selon mes goûts)... et je me suis aperçu (rappelé) qu’il avait même produit et réalisé le film « La Voie de l’ennemi » avec Forest Whitaker, Harvey Keitel, Luis Guzmán qui franchement se regarde super bien comme film modeste !!

      Alors ouais il y a un eu un sacré problème pour que ce film soit aussi foiré... En tout cas, apparement on est beaucoup à avoir été le voir et ils ne vont pas forcément perdre de l’argent.. La formule était bonne... n’importe quel jeune réalisateur français montant aurait fait mieux. Après peut être que faire des comédies demande vachement de talent et d’expertise justement ? Je me dit à chaque fois que Jacky Chan en a fait des films chinois avant d’en faire des américains avec autant de talent (expertise)... Spécial dédicace à Harold Lloyd cascadeur hors-pair casse-cou hors norme... une véritable fracture de la rétine !


    • En effet, Eric, j’avais oublié Charles S. Dutton. Mais si vous n’avez pas vu le film, ne vous attendez pas à un Nick Nolte façon 48 heures, le prince des marées (excellent film) ou blue chips. Là, il joue le rôle d’une ordure (signe des grands acteurs qui peuvent endosser des casquettes différentes). Désolé de ne plus parler du sujet, à savoir l’inintéressant Omar Sy, mais comme dit Gabin à un député au cours d’une session de l’assemblée dans le film "le président", "votre insignifiance vous tenait lieu de paravent". A vouloir se faire le champion de l’antiracisme, Omar SY la branche sur laquelle il est asSY....


  • #2080747

    vous vous étonnez de quoi ? mais il n’a jamais eu de talent, il fut créé (comme debouze) par anal plus : ces mecs représentaient le multiculturalisme des banlieues fin des années 90S/ l’élite cocainé de canal anal a voulu jouer la branchitude trip banlieue et régulièrement a nulle part ailleurs il y avait debouzze et omar et fred et leurs sketche tout pourri ;
    c’est la que nous mesurons la fin des vrais artiste en France : il n’y a plus personne comparé aux autres pays,ou le cinema a une créativité de dingue : vu dernièrement :
    "sale temps a el royal" une bombe !!rien a voir avec omar sy et autres merde sur pelloche francaise : le cinema Français est devenu naze,creux depuis 20ans.
    les derniers furent carax,beinex,blier,besson jusqu’à "léon" et dupontel "jusqu’a enfermé dehors"

     



    • carax,beinex,besson




      C’est ce qui s’est fait appeler le cinéma du look... Ça me rappel la chanson « T’as le look coco »... préoccupation très années 80...

      Question cinéma j’y vois les partisans du « progrès »... et bien arrêtez moi là chauffeur je descends tout de suite !!!!

      Un cinéma empreint de l’esprit moderne car l’image doit toujours être plus extravagante, plus new-look, spectaculaire (salut à toi Guy Débordé).. tout repose sur le style visuel au dépends du propos et du scénario... Les « acteurs » (des gueules mais attention faut qu’elles soient blasées sans expression) sont des marginaux appartenant à des tribus marginalisées (je sais ça fait redondance mais ça installe un style).. le contre-pied de la famille, la vie professionnel et l’enracinement... et peu le soucis du cinéma français d’avant..

      Ce genre nouveau (et ses talents) fut issu du milieu des films publicitaires, la photographie de mode et des clips musicaux (deconstruction de la narrative et synchronisation de l’image et du son ...et voilà la putain de merde épileptique j’ai encore vomi)...

      Pour me reposer la tête ce soir je vais regarder un film en noir et blanc dans l’esprit français.. Apparement Jean Gabin lisait René Guénon, c’est peut être une question d’époque.

      ps : j’ai malheuresement lu dans un article en ligne par pur hasard que Chris(tine) and the Queens se déclarait épanouie dans sa pansexualité comme lesbienne phallique dans des relations érotiques, avec les filles comme avec les garçons... Elle précise qu’elle aime le trouble que ça génère...


  • En même temps, qui regarde Quotidien en France à part la gauchiasse décérébrée ...
    J’en connais une, son rêve était d’aller assister à cette émission et d’être dans le public ...
    Par conséquent, toute personne qui passe par le plateau n’a pas grande valeur ou grand prestige.


  • Si vous regardez bien ce n’est pas un début dans ce créneau de l’acteur sans aucune valeur que celle de faire passer de la propagande, il y a plusieurs noms de par les époques, comique /acteurs maghrébins, noir africains qui se sont tous ramassés à la fin, ils avaient tous en eux cette médiocrité et ce conformisme de faux culs caractéristiques, ils ont été élevés au panthéon et aux "listes de personnalités préférés des français", certains n’ont pas pu aller jusqu’au bout de leur carrières car grillés pour des "opinions" ou ayant eu trop d’honneur a continuer dans la supercherie, je ne citerais pas de noms je dirais celui qui a précédé celui là et qui vient de la même écurie. Mais il est vrai qu’Omar Sy est un piètre acteur, mais qu’attendre de cette époque de faux culs où les gens rient alors que rien n’est drôle, je crois que la relève est assuré, un autre Sy...arrive et passe partout à la télé alors que lui aussi n’est pas drôle.


  • Regardons de nouveau des épisodes du SAV des émissions : c’était Fred Testot qui était drôle et talentueux. De même, je n’ai jamais vu "intouchables", mais on peut être sûrs que c’est Cluzet qui est bon. Mais il faut glorifier la "diversité", donc promouvons le noir sympa qui rigole tout le temps (un rire forcé comme celui d’Hanouna, mais passons). C’est en tout cas assez savoureux de voir cette gauche anti-discrimination positive la pratiquer à outrance dans son précarré.


  • C’est toujours la mixité homme noir / femme blanche qui est la plus représentée et la plus mise en avant. A l’adn arabe (ou asiatique) c’est celui d’Afrique sub-saharienne qu’ils préfèrent pour l’accomplissement de leur "projet"...


  • Mon pauvre Omar, vont-ils t’ebouillanter ou juste t’echauffer les oreilles


  • voici un extrait d’une interview de Jean Luc Bideau dans le TéléObs Publié le 08 novembre 2013 à 13h35.

    "Ce mec, Sy… nul avec ses téléphones à Canal ! Nul ! J’ai un copain réalisateur qui l’a eu en casting… il a fait une impro et il s’est fait jeter ! Et là, tout d’un coup il est magnifique. Et maintenant, il est habillé en X-Men aux Etats-Unis !"

    voici le lien : https://teleobs.nouvelobs.com/audie...


  • Le cinéma c’est du théâtre. On a besoin de personnages. Les premiers acteurs se recrutaient sur les marchés et les bordels. Et s’ils n’avaient pas d’éducation, ils ne manquaient pas d’humanité, la leur en tout cas. Omar Sy renoue avec la tradition du négro joufflu du temps de la femme à barbe. Son visage est clownesque, il peut jouer le gros comique, comme la brute, les deux n’ayant rien à dire. Et quand il jouera un rôle plus profond, il devra se faire enc-ler (vade retro Joey). Omar Sy joue donc ici un chinoir, dans un film de propagande tribale, assisté d’un nain tiers-mondisé. Bienvenue dans la grande famille du cirqnéma (du portefeuille) à gauche.


  • On ne peut comparer Jamie Foxx avec Omar Sy .Jamie Foxx est un acteur avec de véritables référence et un grand artiste ,sachant se produire autant sur scène que sur un écran ,avec de grands rôles .
    Omar Sy est un amuseur ,rattrapé au vol sur Anal+ et balancé au cinéma pour une cause bien précise ,le noir des banlieue qui ,bla bla bla bla ,toujours la même litanie ,et qu’on érige sur un pied d’estale en le faisant passer pour une étoile qui vient de naitre ,alors qu’il n’en est rien .Si le niveau d’acteur en France est devenu ce qu’il est actuellement ,c’est en continuant de la sorte en nous fabriquant des pseudo-acteur ,qui ne durent que quelques temps ,en jouant souvent dans d’horribles navets .


  • Qui a vu la bande-annonce de Knock ? Hallucinant le jeu.
    Même F. Dubosc c’est Michel Simon à côté.

     

  • cela dit la scene de l’escapade dans Django Unchained est interessante, en effet, lorsque je discute de mes plans futurs avec les gens de mon entourage, ils font les mêmes gros yeux ronds que les deux esclaves devant Django qui prend sa liberté... on ne sait jamais qu’on est un esclave, pire on croit qu’on a de la chance... pour le coup c’est bien illustré :)


  • Pas d accord pour DJANGO !

    Tarentino dit que sur 1000, y a 1 Django.

    Rappelez vous la scène du chariot, quand les esclaves restent dans ce même chariot...

    Et pour les blancs, cette main d’œuvre gratuite source de profit illimité a signé leur PERTE (par le Monde de la FINANCE,,, ça bosse depuis le moyen âge.. À l époque où les seigneurs ne souhaitaient pas manipuler l usure...eh oui !)

    À méditer...


  • Vous auriez pu rajouter la vidéo de Mozinor ’’ le rieur ’’ qui en dit plus qu’un long discours .

     

  • La naissance de wall street était le marché des esclaves. À mediter


  • Juste bon à regagner le "sav dézémissioooons" qu’ il n’ aurait jamais du quitter. on voit bien le fonctionnement : on décide de prendre un blaireau (parmi d’ autres) on le montre...on le presse...on le jette...byebye....


  • Bravo à WCNews pour la critique à 5/5 étoiles sur allociné : "Une comédie bourrée de références au cinéma américain des années 1980, qui séduira les nostalgiques du genre."


  • Il ressemble à phantomas en noir.


  • Il ne faut pas se tromper de cible, c’est le mode fonctionnement d’un système qui doit être visé.
    Omar Sy a été choisi par ce système mais il en est pas la cause, si on vous offre des ponts d’or vous les refuseriez ?

    J’ai pas d’animosité pour ce garçon, c’est un type sympa embringué dans un système, faut juste qu’il ne tombe pas dans le piège de faire la leçon aux gens dans les invitations TV, maintenant ça gonfle tout le monde.

    Omar Sy s’éclate ? tant mieux, il aurait tord de s’en priver, tant mieux pour lui si le système est con.

    C’est le monde du cinoche français qu’il faut blâmer et les cons qui paient pour voir des daubes.

     

  • Nulle doute que notre Arsène Lupin d’origine sénégalaise sera autant un bide que Le Flic De Belleville.


Commentaires suivants