Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Dunkerque : plaidoyer pour un (vrai) cinéma français

"C’est aux Français de faire des films sur les Français"

Le dernier film de Christopher Nolan n’était pas encore sorti qu’il faisait déjà polémique… Dans Dunkerque, le réalisateur britannique revient sur un événement majeur de la Seconde Guerre mondiale : l’évacuation de Dunkerque. Au cours de ces quelques jours, les forces alliées avaient résisté héroïquement aux armées allemandes avant d’évacuer la ville. Sauvant le gros de leurs armées, les Anglais purent ainsi continuer le combat, ce qui donne à l’événement toute sa valeur.

Mais beaucoup de Français se sont émus du fait que ce film anglais, réalisé par un Anglais, joué par des Anglais, produit par des Anglais, s’adressant à un public anglais, ne laisse que peu de place aux… Français. Naïvement, beaucoup ont pensé qu’un film sur le « 18 juin anglais » ferait la part belle à l’héroïsme des Français.

Effectivement, le film tourne presque à la réécriture, tant il minimise le rôle des Français pendant ces quelques jours. Mais l’exactitude historique ne fut jamais l’objectif de ce long-métrage. Nolan l’a expliqué : il voulait montrer des Anglais face à leur sort, leur bravoure, leurs peurs…

On peut effectivement regretter que le film ne montre pas le sacrifice héroïque des Français. Qu’il ne parle pas des 8.000 Français tombés, tels les courageux soldats de la 12e division, combattant jusqu’à leurs dernières cartouches, préférant brûler le drapeau français plutôt que le laisser aux mains ennemies. Oui, il est regrettable que l’héroïsme français ne soit pas reconnu par les Anglais.

Mais ce qui est encore plus regrettable, c’est qu’il ne le soit pas par les Français eux-mêmes. Qu’on se le dise : ce n’est pas à un réalisateur anglais d’écrire notre roman national. C’est aux Français de faire des films sur les Français. Et à personne d’autre.

Lire la suite de l’article sur bvoltaire.fr

Des films français à découvrir chez Kontre Kulture :

 

Sur le cinéma français, voir aussi :

 






Alerter

62 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1778288
    Le 3 août à 21:49 par houlala
    Dunkerque : plaidoyer pour un (vrai) cinéma français

    Comment dire... :

    Il y a peu, c’était la fête de la ville du Havre (500 ans).
    Premier ou 2eme port de France (selon ce qui est mesuré), 5eme (ou 6eme avec Marseille) port européen, à 90% rasé par bombardement anglais complètement inutiles (la ville n’avait qu’une petite garnison allemande retranchée sur les hauteurs).
    Le but : supprimer la concurrence pour les ports anglais.

    Machin Phillippe, actuel 1er ministre de l’ex-France, était l’ancien maire du Havre et à donc validé l’organisation de cette "fête".

    Concrètement :
    Un délire anglo-saxo. Un présentateur homo habillé en draqueen, que des chansons anglaises "I love New York" (cherchez l’erreur), par exemple.
    Rien sur l’histoire de la ville, rien sur le bombardement anglais (évidemment), rien sur la culture française, si peu sur les havrais (en fait un défilé avec des photos sur les havrais issus de l’immigration récente. Pour les autres, qui ont construit la ville depuis 500 ans, faudra repasser)

    Je vous relate ceci car ça va parfaitement de concert avec ce film anglais écrit et joué par des anglais pour des faits déroulés en France (au Nord également), et dont les français sont niés et volontairement omis de la réalisation... exactement comme pour la fête des 500 ans du Havre.

    Consternant.
    Jetez la télévision, consommez local si vous le pouvez et votez intelligent quand c’est possible.
    Et surtout continuez de ré-apprendre la vraie Histoire et de la diffuser. Merci ER.

    Cordialement.

     

    Répondre à ce message

    • #1778361
      Le 4 août à 00:24 par SuperDoudou
      Dunkerque : plaidoyer pour un (vrai) cinéma français

      Merci, commentaire d’une justesse qui fait chaud au cœur. J’essaye d’appliquer les conseils...

       
    • #1778468

      Le Havre, j’y vis.
      Je ne me suis pas déplacé pour assister aux "festivités" dont parle Houlala mais j’en ai eu un aperçu de chez moi... pas trop le choix...
      A un moment, une voix de tafiole a crié "Happy birthday, Le Havre !" comme au temps du bon roi François je présume...
      J’ai eu également droit aux hurlements de Catherine Ringer. Sais plus si elle a joué "Le p’tit train" mais si j’en crois la presse locale, elle a fait un four...
      Pour ce qui est des bombardements de 44, je pensais créer une association visant à les faire reconnaître comme crime de guerre. Qui a dit que ce serait du révisionnisme ?...

       
  • #1778299
    Le 3 août à 22:19 par Georges 4bitbol
    Dunkerque : plaidoyer pour un (vrai) cinéma français

    Dunkirk, litles ships de la BBC, excluait déjà la part principale et héroïque de l’armée Française lors de l’évacuation du corps expéditionnaire britannique à Dunkerque.
    Les Français sont quasiment absents et secondaires, les Allemands fourbes et criminels. Des excécutions groupées de soldats ennemis par la werhmacht ont réellement eu lieu mais en 44/45 lors de l’opération des Ardennes et les victimes furent américains.
    Par ailleurs, beaucoup de personnes croient que les petits bateaux réquisitionnés emmenaient des soldats en Angleterre alors qu’il s’agissait d’embarquer les hommes des plages vers les navires au large. Les plages de Dunkerque, Malo les bains, Malo terminus, et ses environs sont des plages de sable fin en pente douce, marées d’ampleur.
    Les installations portuaires de Dunkerque détruites, sous le feu ennemi et les bombardements, les navires stationnaient au large, il fallait un va et vient de petits bateaux entre les plages et les navires.
    D’apres les souvenirs de ma famille, tous Dunkerquois, Rosendaëliens, l’avis d’évacuation urgente de la ville comme zone de guerre a été dramatique.
    Concernant la destruction de Dunkerque, comme pour ST Nazaire, la part des bombardements américains est loin d’être négligeable.

     

    Répondre à ce message

  • #1778320

    Personnellement j’ai trouvé le traitement des français sur Dunkerque très correcte. C’est clairement un film anglais, avec un côté « pont de la rivière kwai » mais c’est de bonne guerre parce que... c’est un film anglais.

    Si vous voulez des films français de guerre va falloir remonter a l’immense pierre schoendoerffer et son chef d’oeuvre la 317eme section (avec un budget a 3 patates) voir un long dimanche de fiançailles de jean-pierre jeunet.

    Pour ce qui est des français dans Dunkerque :

    (Attention pour ceux qui ne l’ont pas vu)

    - La scène de début dévoile des français qui sont les seuls à combattre sur terre les allemands sur un barrage avec un plan sur les visages que j’ai trouvé très héroïques : visages à la fois désespérés et déterminés. Court mais honorable.

    - plusieurs mentions des français qui tiennent le périmètre défensif.

    - le fuyard français est sur le même plan de couardise que les anglais mais avec la présence d’esprit de sauver ses camarades anglais.

    - les anglais en prennent énormément pour leur grade, les fantassins sont terrifiés et cherchent par tous les moyens a fuir.

     

    Répondre à ce message

  • #1778392
    Le 4 août à 01:59 par goy pride
    Dunkerque : plaidoyer pour un (vrai) cinéma français

    Dunkerque ce n’est pas une des villes française qui a été littéralement rasée par les alliés sans considération pour la vie des populations autochtones ?

     

    Répondre à ce message

  • #1778399
    Le 4 août à 02:46 par Iskandaar
    Dunkerque : plaidoyer pour un (vrai) cinéma français

    Les anglais savent faire des films et des séries, les français il faut croire que non. Pour entendre parler des français ou de leur histoire il faut donc attendre que des anglo-saxons en fassent un film. Lorsque les anglo-saxons veulent parler de leur histoire ils le font et savent le faire, avec des séries historiques comme the last kingdom par exemple : on peut attendre longtemps pour avoir l’équivalent français, ce ne sont pourtant pas les thèmes qui manquent pour la nation historique phare de l’Europe.. Mais faudrait-il déjà apprécier l’histoire de son propre pays pour commencer. Le problème est sans doute idéologique à la base.

    Même pour parler de Louis XIV ce sont les autres qui s’y collent, la série Versailles mondialement visualisée (135 pays...), qu’on peut trouver de mauvais goût, mais au moins ils le font, c’était à des français de le faire (avec plus de profondeur et de réalisme poétique, la french touch comme ils disent). Cerise sur le gâteau, la thématique se « vend » bien ; lu dans le parisien : « Je travaille pour plusieurs compagnies, la BBC, ITV ou Endemol, et je n’ai jamais vu une série se vendre aussi rapidement », observe la Londonienne Caroline Torrance, directrice de la fiction chez Banijay Rights, qui gère la vente de « Versailles » à l’international.

    Le dernier film encore flatteur pour l’esprit et l’histoire de France c’était il y a 17 ans... « le Roi danse », en français, acteurs français... mais là encore c’est un Belge ( Gerard Corbiau) qui s’y colle... Même la musique : ce fut bien un orchestre allemand (musica antiqua köln) qui ré-interpréta les musiques pourtant bien françaises de Lully, puisant même parfois dans un répertoire du grand compositeur laissé à l’abandon. Ce travail culturel reviendrait à qui en principe...

     

    Répondre à ce message

  • #1778403
    Le 4 août à 03:21 par Francois Desvignes
    Dunkerque : plaidoyer pour un (vrai) cinéma français

    Boulevard Voltaire est un organe de propagande petit bourgeois REPUBLICAIN.

    Un canard de primaires supérieurs typique de la neo République des instituteurs ou de l’ex bourgeoisie bien pensante dont vous trouverez l’équivalent idéologique dans Radio Courtoisie et TV Libertés.

    C’est la même famille idéologiquement paupérisée pour avoir toujours voulu réconcilier la Croix et le diable pour ses petits avantages : proto républicaine et simili française.

    Comme ici, où ils ne voient pas que le film anglais fait par des Anglais sur des Anglais pour des Anglais sur un épisode héroïque de notre histoire qui est donc aussi la leur et à cause de cela, à leurs yeux nationaux et patriotes, d’abord la leur

    est donc en creux un réquisitoire contre l’idéologie mondialiste.

    Mais ce n’est pas cela le plus important de relever, c’est ceci :

    - De même que le Christ avait trois ennemis Anne Caiphe et Judas, ( idéologique, institutionnel, fraternel) la France a ses trois ennemis, (idéologique, institutionnel ET sociologique ) : les mondialistes, la république ET la gauche aux couleurs de la droite ie la droite aux couleurs de la gauche, ie TOUT LE PERSONNEL REPUBLICAIN. : quand comprendront-ils que français ou républicain, il faut choisir ?

    - A la différence du Christ, car nous ne sommes pas Dieu et notre destinée n’est pas de racheter mais de témoigner, partout où le mondialisme a voulu imposer sa loi de chaos et de sang, partout la résistance et la contre offensive s’organisent. Donc partout, SAUF dans la république, mère idéologique du mondialisme.

    C’est dans cette perspective que nous devons voir le film : si la résistance vient de faire sa jonction avec le 7 ième art , c’est que la résistance au mondialisme a DEJA gagné sa première bataille, la plus importante : celle préalable des idées.

    CE FAIT EST IRREVERSIBLE.
    (à cause d ela Croix mais c’est un autre sujet...quoique...)

    Donc je maintiens que la république et les républicains (embourgeoisés) sont des cons en plus d’être des traitres.

    Et qu’ils ne sont donc pas FRANCAIS

    B Voltaire n’est pas français : il est républicain.

    C’est-à-à dire anti mondialiste en carton soit mondialiste compatible
    Soit antichristique donc antifrançais

    La preuve par l’ exemple : quand ils manifestent contre le mariage pour tous, c’est pour jouer à l’engagé (mais sans rien casser) et promener leur chien.et les enfants.

    C’est cool.

    Quand ils baisent, ils mettent un kleenex pour pas salir les draps.

    Dieu les vomit.

     

    Répondre à ce message

    • #1778593
      Le 4 août à 14:10 par BlutchCaporal
      Dunkerque : plaidoyer pour un (vrai) cinéma français

      C’est plutôt la vieille bourgeoisie hystérique de droite des campagnes, pleutre, traitre et germanolâtre.
      Le genre de vieux con qui préfère se faire baiser par un allemand et voir son pays se faire détruire par une Union Européen blanche que de serrer la main à un compatriote guadeloupéen noir qui a servi dans les forces françaises et qui mouille le maillot pour son pays.
      Et puis je suis désolé mais j’ai du mal à voir la différence entre un petit bourgeois republicain et un petit bourgeois catho. Les catho tradi, après avoir soutenu le traitre Fillon, se sont pour beaucoup rabattu sur le vote Macron avec la bénédiction de la hiérarchie ecclésiastique française.

       
    • #1778642
      Le 4 août à 15:07 par Francois Desvignes
      Dunkerque : plaidoyer pour un (vrai) cinéma français

      @blutch

      C’est la République qui t’a enseigné que le Christ et donc les catholiques étaient des bites molles.

      Dieu vomit les tièdes

      Et les tièdes sont peut-être consulaires ou vaticanesques mais certainement pas catholiques

      J’ai téléphoné à Saint Pierre

      Il me l’a confirmé :

      " Il suffit qu’ils se disent républicains pour servir de merguez à Satan : ici, on n’aime pas les gens doubles et les tièdes"

      Tu vois : ceux que la République t’a désignés comme "catholiques" nous on les appelle "Judas" :

      Ils sont à vendre et à louer, c’est à cela qu’on les reconnait.

       
  • #1778408
    Le 4 août à 04:23 par ignace
    Dunkerque : plaidoyer pour un (vrai) cinéma français

    La morale de ce film est quand-même positive : des anglais qui galèrent pour quitter le continent européen afin de ne pas être broyés par les allemands et qui y arrivent, non sans mal, à la fin. Je ne sais pas vous, mais moi, ça me fait penser à cette grandeur de ce peuple Britannique lors du vote pour le Brexit ; cette grandeur qui, dans le fond, est la même que celle qui l’a fait tenir face aux bombes allemandes en 1941.

     

    Répondre à ce message

  • #1778442
    Le 4 août à 08:36 par bébert
    Dunkerque : plaidoyer pour un (vrai) cinéma français

    le problème en France serait le choix des acteurs . on aurait droit à Kad Merad, Lelouch, Elmaleh, Elbaz, etc.....
    à revoir l’excellent film "week end à Zuydcoote" avec des acteurs français.

     

    Répondre à ce message

    • #1778479
      Le 4 août à 10:38 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Dunkerque : plaidoyer pour un (vrai) cinéma français

      Patrick Bruel dans le rôle du héros qui, faisant fi de ses intérêts personnels, du courage à revendre (ainsi que quelques pantalons à 1 jambe) sauve la Fronce !

      La Vérité si je mens ! 4 : Dunkerque, après j’t’explique !

       
  • #1778453
    Le 4 août à 09:08 par kantor
    Dunkerque : plaidoyer pour un (vrai) cinéma français

    Déjà que notre propre histoire officielle est réécrite par des historien/propagandistes à la solde de l’enseigne de grande distribution "Novus Ordo Seclorum"...alors , un film...

     

    Répondre à ce message

  • #1778464
    Le 4 août à 09:35 par Fabien
    Dunkerque : plaidoyer pour un (vrai) cinéma français

    Roger holeindre n’en parle t il pas dans son livre "réconciliation nationale"de la bataille de Dunkerque ?
    Me trompe-je ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents