Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Éducation : Jacques Attali (X, ENA) est-il un modèle de réussite ?

« Bien plus que de l’école, la réussite des enfants dépend de leur famille. Pierre Bourdieu l’avait démontré, en son temps, en se penchant sur le destin des étudiants. Plus de 50 ans après “Les Héritiers”, le constat reste d’actualité, comme le relève aujourd’hui France Stratégie : un enfant né d’un père cadre supérieur a “4,5 fois plus de chances” qu’un enfant d’ouvrier d’appartenir aux 20 % les plus riches du pays. D’abord parce que les plus aisés anticipent les règles de l’école à la maison et surtout parce qu’ils déploient, dès le berceau, des trésors d’ingéniosité pour que leur enfant réussisse. »

« Les stratégies de ces parents qui font réussir leurs enfants », c’est un article du Figaro qui tombe à pic : de plus en plus de parents font de moins en moins confiance aux écoles, majoritairement publiques, pour faire réussir leurs enfants. Pas d’affolement : il ne sera pas question ici de dire si vouloir faire réussir ses mômes c’est bien ou mal, mais de comprendre les déterminants de cette problématique. Car c’en est une : d’abord pour ceux qui ne réussissent pas, au sens admis par tous ou presque, puis pour les parents réussisseurs, acceptons le barbarisme, car c’est une gageure, et enfin pour les enfants sous la pression de la réussite.

 

La crise économique qui a raréfié le travail et diminué les rentrées des foyers des classes moyenne et inférieure (mais les cadres vont beaucoup passer à la casserole fiscale sous Macron) met une pression grandissante sur les familles qui ne veulent pas voir leur progéniture subir le déclassement. Et pourtant, c’est une réalité. On a diffusé un article dernièrement qui montrait une institutrice qui comparait son sort économique avec celui de ses parents, également instituteurs : il n’y avait pas photo. Dégradation tangible des conditions de vie, malgré des rentrées théoriquement supérieures. Mais l’argent en euros constants est une chose, la réalité en est une autre.

La réalité, elle a été étudiée par Bernard Lahire, prof de socio à Normal Sup. Il sort une enquête de 1 200 pages basée sur le travail de 16 chercheurs sur 4 ans de vie de 35 enfants de 5 ans issus de toutes catégories sociales (les CSP des parents), à partir de la maternelle. Les stratégies de réussite – ou de non réussite, car tout le monde n’a pas accès à la réussite – des familles y sont décortiquées. Nous allons diffuser quelques-uns de ces cas qui recouvrent une réalité sociologique, c’est-à-dire qu’ils sont emblématiques d’un groupe plus étendu.

Premier exemple, le haut du panier :

La fillette est scolarisée à l’école publique dans le VIIe arrondissement de Paris, un quartier tellement favorisé que l’enseignement public offre le maintien de « l’entre-soi de la bonne société de la bourgeoisie parisienne ». Ses parents, momentanément au chômage, étaient auparavant directeur financier d’une PME et responsable ressources humaines.

Les jeunes filles au pair qui gardent Valentine sont uniquement des anglophones d’Amérique du Nord : « On trouvait ça bien d’avoir quelqu’un d’un peu lointain, plutôt que l’Angleterre », raconte la mère. Chaque été, ils partent à l’étranger plusieurs semaines, à New York, à Chicago, en Suède. Et visitent souvent des amis à l’étranger. L’idée est de connaître d’autres cultures et « de pratiquer l’anglais », atout professionnel indispensable. De fait, la petite fille commence à faire des phrases en anglais. « C’est tout un ensemble de dispositions de l’élite internationale qui s’intériorise, où le capital de la famille conduit à avoir des relations un peu partout dans le monde (…). »

La fillette, qui pratique déjà la natation, le tennis et la danse, est soumise à un apprentissage parfait de l’autocontrôle. Les dessins animés, rares, sont toujours choisis par les parents, les écrans interdits, les bonbons fortement limités. Pas de récompenses pour la fillette car son bon comportement est « normal ». Pas de punitions non plus, dans cette famille où l’autorité s’exerce en douceur. Le soir, sa mère lui lit un livre sur la mythologie grecque, insistant sur la guerre de Troie… Valentine, qui manie déjà l’usage du passé simple, est bien sûr une bonne élève.

 

Ensuite, comme on n’a pas le droit de mettre trop de contenu d’un article, car on est déjà mal vus dans la profession (et pourtant on nous pompe un nombre impressionnant de contenus, d’angles et d’analyses), on va résumer les autres « classes ».

Mathilde, c’est la fille de la classe moyenne. Ses parents corrigent son langage au moyen d’un dictionnaire, sa mère lui emprunte des livres sélectionnés à la bibliothèque municipale, les trois rejetons de la fratrie sont dans un établissement public à Nantes mais les parents commencent à lorgner sur le privé « qui représente pour eux une certaine garantie de tri social ». La petite Mathilde est éduquée dans un esprit assez rigoriste, et fait partie des très bons élèves de sa classe.

 

On se permet une petite incise : ça sent le vote de gauche qui se prend le mur de l’immigration ou de la mixité sociale en plein visage et qui change en douce ses enfants de bahut. Beaucoup de parents électeurs de gauche font ce calcul séparatiste honteux. L’école privée en France n’arrive plus à absorber toutes les demandes des familles, mais le rapport public/privé reste encore de 80/20. Pourtant, les bons établissements privés croulent sous les demandes et les parents se rabattent sur les établissements privés de moindre réputation, en cascade.

Le dernier cas proposé est celui d’Aleksei, originaire de Toulouse, pour qui les parents refusent toute compétition. Ils privilégient son bien-être, donc pas de stress sur les notes ou la réussite. Il est bon, dans un sujet sur la réussite, d’avoir un contrepoint.

Dans leurs choix éducatifs, tout en choisissant, par exemple, ses lectures avec soin, les parents d’Aleksei montrent le refus de toute compétition, aucune volonté affirmée de « réussir ». Réussir leur vie est plus important que « réussir dans la vie ». Sa mère imagine très bien qu’Aleksei puisse devenir jardinier comme son propre père, là où d’autres parents feraient tout pour éviter à leurs enfants « l’indignité sociale » des métiers manuels. Elle n’a pas souhaité laisser son fils à la gymnastique parce que « ça bascule beaucoup dans la compétition. Je ne veux pas rentrer là-dedans ».

 

Étude d’un modèle de réussite

Tout ceci nous fait penser au parcours d’un Jacques Attali qui est entré 43e au concours de l’X et sorti major, ce qui veut dire premier. Il est sorti en outre 3e de l’ENA et incarne ce qu’on appelle la réussite républicaine à la française, même si son papa avait une belle affaire dans le XVIe à Paris. Son frère jumeau, Bernard, considéré comme aussi brillant, fera Sciences Po puis l’ENA. Pendant que Jacques était le conseiller numéro un, le sherpa de Mitterrand, Bernard enfilera les postes de PDG, notamment d’Air France. Les deux ont enseigné dans des écoles prestigieuses comme l’X ou l’ENA.

Ceci étant dit, les délires mondialistes d’un Jacques Attali montrent les limites d’une hyperréussite : si l’intelligence c’est vouloir d’un gouvernement mondial à Jérusalem 100 % israélienne, alors les 99,99 % du habitants du monde sont des cons. Mais ça ne semble pas monter au cerveau de Jacques, qui poursit inlassablement sa propagande socialo-sioniste dans les médias. Ça, c’est pour les cons. Pour les autres, il y a les dîners.
Jacques organise chaque dimanche un grand dîner somptueux (pour 10 à 12 convives) entre grands de ce monde dans sa grande maison de Neuilly, où il a justement présenté un jour le jeune Macron au grand François Hollande.
Extrait du Point du 23 octobre 2014 :

« Nathalie Kosciusko-Morizet joue au flipper dans le salon. Anne Lauvergeon bouscule Hubert Védrine, Steve Ballmer et Carole Bouquet pour atteindre le buffet. Guillaume Sarkozy s’ennuie ferme, Jean-Claude Trichet devise avec Alain Minc non loin de Matthieu Ricard et, dans la cuisine qui lui sert de loge, Christophe Barbier, en petite tenue, se change avec sa troupe : ce soir, il jouera du Feydeau. Mais le clou du spectacle est sans doute au jardin, où sous l’œil inquiet de ses camarades, qui le savent doué pour tout sauf pour le barbecue, un énarque au grand front tente de faire griller des saucisses. Cet homme, c’est Jacques Attali. Ces gens, ce sont quelques-uns de ses innombrables “amis”, et cette scène reconstituée pourrait être une de celles, nombreuses du genre, à s’être déroulées à Neuilly, dans cette drôle de maison à trois étages où l’inusable conseiller-banquier-essayiste-musicien reçoit, depuis trente ans, avec une constance et un éclectisme sans équivalent à Paris. »

Steve Ballmer, PDG de Microsoft de 2000 à 2014,
avait pronostiqué la faillite d’Apple au moment de la sortie de l’iPhone...

 

Tout le gratin français, et même international, se presse aux gueuletons du sherpa, qui aime marier les « talents ». Mais il y a un petit hic, c’est encore Jean-François Kahn qui met son grain de sel dans les saucisses de Jacquou :

« C’est très sympathique, dit Jean-François Kahn, plusieurs fois convié. Mais ce sont des gens qui vivent entre eux, du beau monde qui parle de façon civilisée, vous n’y verrez jamais de radicaux, de subversifs, c’est le concept même du Tout-Paris, bien-pensant et complètement déconnecté des réalités. »

C’est là où l’on voulait en venir : cette réussite que beaucoup de parents veulent pour leurs enfants mène à un formatage social, par le haut certes, mais qui n’est pas forcément bon pour le pays. Il l’est pour l’élite qui en profite, pas toujours pour les autres.

Le formatage « X-ENA » donne d’excellents gestionnaires qui ont réussi... à foutre le pays par terre, en le revendant à la découpe. Parce qu’Attali ne fait pas que dans le mariage de talents ou l’humanitaire, le microcrédit dans le tiers-monde, il fait aussi dans la fusion-acquisition, comme Macron chez Rothschild, et c’est Macron qui a déglingué Alstom, ce fleuron stratégique de l’industrie française.

Tout ça pour ça, aurait dit Claude Lelouch.

 

Les choix catastrophiques pour la nation de nos génies Macron & Attali,
sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

54 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Triplés sans couché


  • Il faut être un modèle de réussite pour diriger la France depuis 40 ans sans jamais être élu !

     

  • Seulement 35 ?

    Plutôt mince comme échantillonnage...


  • Déjà, un gosse que les parents appellent Kevin ou Ryan est foutu dès le départ !

     

  • Ah sacré Attali.....lui et les 316 propositions de son rapport

    https://www.michel-edouard-leclerc....

     

  • Un modèle de réussite pour moi c’est LF Céline . Il a fini dans l’opprobre et la dèche mais on parlera de lui tant qu’on lira le français, c’est un rédempteur, un "immortel", alors que trois ans après sa mort personne ne se souviendra du goujat sioniste .

     

  • Il ne s’agit en aucun cas d’éducation mais de cooptation. La seule éducation qu’ils reçoivent leur apprend juste à devenir des connards.
    C’est de l’entre-soi, du mépris de classe, de l’arrogance. Tout ce que vous voulez mais pas de l’éducation. Et encore moins du talent ou de la compétence.
    Cette espèce de clique qui pète plus haut que son cul ne sait rien faire. Le problème est qu’ils envahissent tous les corps de métier et institutions où ils cooptent d’autres parasites, si possibles encore plus cons.
    Parasites, c’est bien trouvé.

     

    • A Mzw,

      Connards ,certes,Parasites pourquoi pas..,
      En fait ces gens sont surtout des vaniteux devenus pervers
      avec l’âge .Ils sont pris par l’angoisse de leur décadence
      et la perspective de leur Néant .Et là ils deviennent très dangereux
      souhaitant toutes les catastrophes aux peuples qui vont leur survivre .
      En fait ,des crétins narcissiques laids et pervers.


  • Dans la paix, l’amour, et la vaillance avec les siens et ses semblables sous la bénédiction du miséricordieux, Dieu, peut se prévaloir de réussite. Comment pouvons nous prétendre avoir une élite qui massacre des milliers de nouveaux humains pas encore nés ! La finance ou le marxisme pour moi ne sont que des jeux pervers de domination de son prochain, les hautes écoles de n’importe quelle obédiences sont exactement à l’inverse du formatage pour le bien commun, leurs semblables à ces doués par la force du compte bancaire devraient être en dessous pour le mieux, mais juste leurs égaux dans le pire. C’est ces destins au dessus de toute clairvoyance, aveuglés par la matière dorée ou toute autre texture à condition qu’elle soit estampillée par le directoire comme made in noble dont nous devrions nous inspirer et faire cavaler nos enfants comme des chevaux de courses sans ligne d’arrivée, car la carotte du bien être total, à l’abri de tous besoins est toujours plus éloignée par nos oligarques véritables maîtres en équitation au dessus de notre dos à nous, les sans ce qu’ils ont. J’ai beaucoup, et bien plus encore que ces loutres tapineuses de directoire, j’ai ma famille, mes voisins, mes amis, et ils m’aiment malgré que je sois plus fauché qu’un artichaut dénudé, ça ne sera jamais, mais alors jamais leurs cas.


  • Non, Attali représente comme le dit Arnaud une espèce non pas évoluée mais invasive, qui stérilise son environnement, et donc en voie de disparition. Toute cette montagne d’érudition pour accoucher d’un petit rongeur digne de publier dans la revue Planète tout au plus est un gaspillage de ressources éhonté et inutile. Le successeur d’Attali pour la même clientèle aurait avantage à ne faire qu’un peu d’astrologie kabbalistique et à conspuer tout le savoir mainstream comme Youssef Ovadiah en Israël. Ce serait aussi délétère mais plus intéressant. Attali n’a pas été le Léonard De Vinci des grands de notre temps, ce que ces grands sont devenus bien inaptes à deviner et encore moins à apprécier, il a été une madame soleil pour happy few. Pour ma part j’aime mieux Margot.


  • Le système scolaire français jusque dans les années 60 était très bien ! On ne trompait pas les enfants des classes populaires en les incitant à faire des études à la con à la fac. Un gosse de paysan faisait paysan ou une profession apparentée, un fils d’ouvrier faisait ouvrier ou passait un CAP...et n’allait pas en fac de socio, de philo ou d’anglais se branler les couilles pour se retrouver au bout de 3 ou 5 ans au chômage ou à exercer un sous-job du tertiaire. A l’époque l’université c’était du sérieux, pas une usine à produire du fumeur de shit qui se croit intelligent par ce qu’ils fait des "études". Et pourtant à l’époque il y avait beaucoup plus d’enfants issus des milieux populaires qui parvenaient à entrer dans des écoles prestigieuses ! Pourquoi ? Parce qu’à cette époque on repérait les talents et on faisait tout ce qui était possible pour qu’ils puissent exprimer leur potentiel et ceci indépendamment de la classe sociale dont ils étaient issus. Cela commençait dès l’école primaire où les instituteurs repéraient les enfants doués et les prenaient sous leurs ailes. Mais on ne perdait pas de temps en dirigeant des élèves moyens ou juste bon dans des études longues. A l’époque on ne voulait pas produire des académiciens, ingénieurs des ponts et chaussée, polytechniciens, magistrat, doctorants, physiciens, mathématiciens...juste moyens ! On voulait des gens excellents ! Les gens ayant des aptitudes intellectuelles normales ou tout simplement disposant d’un tempérant ne les prédisposant pas à des activités intellectuelles d’un ordre supérieur pouvait exercer des métiers plus en adéquation avec leur profil. Mais aujourd’hui après avoir complètement modifié la structure de l’économie avec une hyper tertiarisation, on a d’une part complètement dévalorisé les métiers traditionnels, détruit le monde ouvrier et d’autre part saboter l’excellence de l’université pour en faire une crèche pour des gosses destinés soit au chômage à vie, soit à exercer des jobs précaires dans le tertiaire.


  • Par rapport aux parcours scolaires des trois enfants cités dans l’article, j’aurai tendance à penser comme les parents d’Aleksei : il me semble que ce sera un individu plus libre à l’avenir.


  • Je cite Attali, Tout les pays progressent sauf la France qui recule.... on se demande bien pourquoi !? Il donne un indice à la fin, « quartiers difficiles » lire quartiers d’immigrants, principalement maghrébins et africains !
    Mais c’est surtout une catastrophe car l’éducation nationale(soviétique) égalitarise de force ces jeunes là avec les français(les blancs) + ils les laissent foutre le bordel et la merde en permanence dans les écoles par « antiracisme » « stigmatisation/discrimination machin » du coup toute sortes de magouilles s’opèrent comme le fais de brader les diplômes à ces gens là voir de les vendre au niveau universitaire comme on l’à vue du coté de Perpignan... du coup logiquement/mathématiquement la moyenne du niveau général ne peut que s’effondrer !
    Et c’est idem avec le système de santé, la sécurité, la justice, le fonctionnariat et même les ministre et députés... tout de A à Z s’effondre en France et c’est directement lié avec une présence étrangère massive dans le pays + les élites complètements pourris et corrompus !(bonjour la franc-maçonnerie et on sait qui derrière) !

     

  • Bon inutile de s’attarder sur la notion de ’patrimoine symbolique’, on sait fort bien que le milieu culturel dans lequel baigne un môme lui permet comme une éponge de s’imbiber de tous les codes de la réussite ’sociale’.
    Il est loin le temps où j’avais un pote qui faisait polytechnique jouait au baby-foot avec nous dans un troquet populaire.
    Faut dire aussi qu’en ce temps là le niveau général était bien plus élevé qu’aujourd’hui .
    Si on pouvait donner un point positif au service militaire c’était bien le brassage social.
    De nos jours chacun est dans l’entre-soi, mais ce qui me désole le plus c’est le peuple d’en bas, majoritairement dé-conscientisé, on est bien loin de l’aristocratie ouvrière à laquelle j’étais plutôt fier d’appartenir, d’un niveau élevé à cette époque.
    Quand on voit tout ce qu’inflige la classe dominante au populo, je n’arrive toujours pas à piger comment des gens modestes vont glisser ventre à terre leur bulletin dans l’urne, sachant qu’à chaque fois dans cette mascarade il est l’éternel perdant, on lui demande pas la lune, mais cette simple chose qui si elle était suivie en masse, pourrait éventuellement, mettre forclos le système, mais rien à faire il ne pige pas et il ne le fait pas.


  • Le choix des prénoms est significatif : Selon que l’enfant est prénommé Joséphine ou Cynthia, Baptiste ou Kevin, tu en déduis automatiquement et presque toujours à coup sûr l’origine sociale de la famille...

     

    • et les Mamadou, Mehmet, et autres Mehdi ou Mirko, le permettent aussi, plus globalement d’ailleurs. Plus il y en a plus le niveau...


    • Et si tu t’appelles Charles-Henri ou Jean Eude, tu es stigmatisé ? Oui si tu est dans une école public de base mais non si tu es dans une bonne école privée.. Tout dépend du milieu où tu seras immergé. Cette histoire du prénom qui ferait que est juste idiote et pourtant il y en a des commentaires dans ce sens... Sinon, le mec qui se donne comme pseudo le King ne serait-il pas narcissique.. ?


    • Pourquoi Aleksei et pas Alexei ? C’est bien compliqué !
      Trop éduquer les enfants dans le bien-être n’est pas forcément souhaitable. La vie est dure, les gens peuvent être méchants ! L’enfant choyé, s’il le découvre trop tard, peut en perdre les pédales.
      Frapper les enfants n’est pas non plus souhaitable ; ce ne sont pas des animaux, ils comprennent les choses la plupart du temps, par d’autres méthodes. Dans certains cas graves, on peut ou doit flanquer une gifle, pour éviter que l’enfant ne tourne mal et montrer qu’on n’est pas content et que le pouvoir n’appartient pas à l’enfant. Les bambins de deux ou trois ans qui font des colères sont calmés souvent par une ou deux tapes sur les fesses. Sinon, ils continuent.


  • La France est un pays de castes, comme dit si bien F.Delavier, tout en haut les bobos-brahmanes, tout en bas les prolos-parias, ce n’est pas nouveau (faire un parallèle entre les Communards de 1871 et les GJ de 2018) et ce n’est pas prêt de changer, ce qui ne me réjouit pas mais alors, pas du tout.
    Seule une guerre civile pourrait éventuellement changer la donne et encore, mais ce n’est de toute façon pas souhaitable car les gagnants seront les mêmes qu’avant (faire encore un parallèle entre la répression impitoyable des Communards et celle, moins sanglante certes mais bien sauvage quand même, des GJ)
    Alors que faire ? je propose dans un premier temps de fuir les grands centres urbains si on peut bien entendu, c’est ce que j’ai fait en 2015 et aujourd’hui je me sens beaucoup mieux, même si ce n’est pas encore ça, comme on dit.
    Et après ? après, on verra mais surtout ne rien faire dans l’urgence ou la fébrilité.


  • Ca alors, le fonctionnaire Bernard Lahire, prof de socio à Normal Sup qui dénonce la stratégie de réussite d’un directeur financier alors que la pire prédation est celle des fonctionnaires de l’EN : non seulement ils ont la prédation standard, les "droits acquis" au revenu à vie sur prélèvements obligatoires, mais ils ont transformé l’éducation nationale en une machine qui multiplie par 50 les chances de leurs gosses d’accéder à la grande prédation -ENA, polytechnique, etc.- par rapport à ceux -les enfants des "classes défavorisées", comprendre les enfants d’Afrique- dont l’EN est censée rétablir les chances. Faut comprendre que 50x c’est démentiel comme facteur, c’est le niveau de solidité des lois de Newton, quand on vous met la terreur avec la viande qui donne le cancer c’est des facteurs à 1,2.


  • Qu’y a-t-il à réussir ?...
    Et qui décide qu’il y a réussite ou non ? Dans la mesure où on ne sonde ni les coeurs ni les âmes, cette notion ou ce tampon, cette étiquette de validité d’appartenance à un système - le Système -, est très subjective je trouve.

    On peut "avoir réussi", coché toutes les cases et faire le bonheur de son entourage dont les égos sont alors rassurés, et pourtant... n’être pas heureux - car comment l’être dans une société malsaine ?... - et même avoir la mauvaise pulsion de se foutre en l’air un matin, car finalement le modèle en vigueur s’avère être en fait une cage (j’ai pas dis camp de concentration !)

    C’est donc que cette personne-là n’aura pas réussi, oui sans doute, c’est ce que dira l’entourage dont les convictions et la foi inconsciente en Mammon trop ancrées pour se laisser surprendre par une quelconque empathie.
    Il faudra alors qu’ils cherchent du côté des explications fournies par le Système, qui a tout prévu sauf le bonheur.

    Bref pour moi, la "réussite" est d’abord pour soi le fait de trouver puis d’accomplir sa mission divine (ce pour quoi cette âme est descendue dans ce corps et pas un autre), et bien vérifier que cette mission ne provient pas d’un désir extérieur, mais correspond bien à Sa volonté pour nous...

    Qui aujourd’hui ne suit pas les injonctions du Système (métro-boulot-dodo du salarié-consommateur) insufflées dès le conditionnement hébraïsant de la petite école républicaine jusqu’à mort s’en suive, quand on sait que plus de 85% n’aiment pas ce qu’ils font - ils ne savent pas pourquoi ils se lèvent le matin hormis raisons de subsistance.

    Alors où est la réussite ? Dans mon cul, très bien. C’est un fiasco oui ! Individuel ET maintenant civilisationnel.

    La réussite dans le sens de l’accomplissement total (faire ce qu’on aime et en vivre) n’est tout simplement plus permise.

    Quand on parle de "réussite" on évacue de fait et avec soulagement les 4/5e de la population ! Les magazines ne vendent QUE la réussite.
    Je remercie néanmoins Laurence Ferrari d’avoir invité hier soir une femme d’agriculteur pour parler de la réussite en milieu agricole, dont le mari a réussi à se pendre - alors qu’il avait trouvé sa vocation...

     

  • l’EN est rouge depuis des lustres et sert d’anti chambre au formatage nécessaire et suffisant au clivage progressiste.

    Si réussite à la Attali, alors l’entre soi élitiste vous permettra d’influer dans la sphère libérale libertaire à la sauce French American Fondation.
    Sinon, si échec total, il vous faudra trimer en tant que néo esclave dans un servage s’abritant derrière l’étiquette du salariat, une différence de degré uniquement basée sur une capacité supérieure à s’endetter et donc d’avoir des emmerdes, surtout si vous pointez au chômage.

    Et entre les deux, car il ne faut pas être binaire, c’est le ventre mou, pas assez bon ou riche pour faire du Attali, pas assez nul ou pauvre pour emprunter lors d’un achat électro-ménager, ce sont eux qui ont voté Macron lors des dernières présidentielles.
    Pas assez puissants pour peser sur le destin de la nation, pas assez pauvres pour prendre le risque de se rebeller contre, cette classe moyenne qui reste l’objet de tous les fantasmes et de toutes les peurs, car c’est la plus manipulable.

    Hitler et en son temps, s’était même appuyé sur son déclassement pour sa doctrine nazie et non sur celui du prolétariat, la classe moyenne craignait les bolchéviques.
    C’est le krach de 29, donc le retrait des intérêts bancaires US qui favorisera le processus d’adhésion des élites de Weimar aux revendications de classe de la petite bourgeoisie, condition nécessaire et suffisante à la prise de pouvoir d’Hitler et l’effondrement d’Hindenburg.

    Juste faire remarquer que Jupiter a été élu suivant cette logique, candidat de la Banque et des élites, il s’est appuyé sur l’union de la bourgeoisie de droite et de gauche des grandes métropoles pour passer.

    l’ingénierie sociale et politique s’étant substitué aux effets d’un Krach boursier à situation non constante, certes.

    Pour l’instant.

    Au fait, cette réflexion est-elle enseignée ou débattue à science Po ?


  • On ne souhaite à personne des enfants comme Yann Moix ou Jacques Attali. Le premier semble être assez brutal de nature, le second plutôt de type lapin australien : envahit un territoire et l’herbe n’y repousse plus. Entré 43e, il ressort premier de l’X ? Avec sa tête de lapin trop fourré ? Voilà un parcours miraculeux, quand on connaît quelques polytechniciens compétents qui en ont bavé, ahanant tout seuls dans leur coin, comme il se doit.
    Le résultat de la cooptation des z’hellites et des immigrés, longtemps favorisés pour l’emploi sans que les compétences suivent ? De nombresuses entreprises se fichent aujourd’hui des CV et des diplômes. L’entretien porte sur la "personnalité" du candidat. A-t-il des scrupules ou non ? De l’empathie pour les autres plutôt que l’envie de tout démolir ? Un esprit sportif ? Est-il capable de logique et d’intuition ? Est-il bienveillant, équitable ? A-t-il une bonne culture générale, l’usage lettré du français ? Est-il capable d’émerveillement ? Est-il poli, considéré, avec un bon fond, comme on dit ? A-t-il l’amour du travail bien fait ? Est-il prêt à sacrifier quelque chose de son confort pour un but supérieur ?
    Sur de tels critères, la z’hellite et sa cohorte d’immigrés ignares ne se qualifie même pas pour surveiller des latrines : ces gens seraient capables de les salir au lieu de les nettoyer.
    Quelques tests suffisent. Attali en sortirait avec l’appréciation suivante : aptitude à se glisser partout, ténacité rare, capable de dire n’importe quoi sans ciller, capacités pour la vente de pantalons défectueux ou de yaourts passés de date en grande surface ou d’entourloupe et de tire-laine en foire du Trône ! Bien le surveiller, il a la main leste, et ne jamais croire ses prétextes pou prendre des congés maladie !

     

    • Bravo tatali,

      Je rajouterai juste au superbe de cette description la capacité "de nos élites" de toujours reluire encore et encore même à la tristesse du délabrement social français.
      De classe tout le monde veut une belle étiquette à porter,certains font la queue quand d’autres n’attendent pas car la vie presse et d’argent pour tous, à la porte du magasin de l’Histoire que retiendra t-elle de vertue,de courage,de symboles à la photo la Grande ?
      D’Attali à du con on se ressemble tellement qu’on a beau changer d’angle c’est toujours aussi dégueulasse à rêver pour peu qu’on est encore de l’amour à donner.

      Amen

      Nova


    • Je ne peux quand même pas laisser passer les insinuations très malveillantes de madame tatali à l’égard des lapins australiens. Comment pourrait-on, si l’on prétend être juste, reprocher aux lapins australiens les conséquences de l’absence de prédateurs ? Le comportement des lapins australiens a toujours été digne, à la hauteur des injonctions éthiques universelles de la Lapinité. Soyons sérieux, quand même !


  • Ici, le jacques ou un pote à lui estime que la flèche de N-D ne doit pas être remplacée telle qu’elle était, car la maîtrise du temps (les cloches qui donnaient l’heure) n’appartient plus à l’Église, mais aux marchands et aux gares.
    Un commentaire indigné au-dessous cite quelqu’un qui dit que c’est lui le responsable de l’incendie.
    http://www.attali.com/art-et-cultur...
    Il y a de quoi s’indigner en effet. Attali incendiaire ! On aura tout vu. Il se prendrait vraiment à fond pour Attila celui-là. Il lui manque quand même un peu de courage, les capacités du chef, et puis son canasson s’épuise.

     

    • Attali réduit les cloches des Eglises à leur fonction temporelle, mais il passe à coté du plus important : Les cloches ont une fonction symbolique pour souligner des instants de joie ou de gravité.

      Pâques, baptême, mariage, des rythmiques enjouées.
      Tocsin, glas, d’une grande tristesse.

      Le tout dans un partage commun d’un sentiment, dans la quasi immédiateté du son.


  • Etant moi même issu du sérail quand je vois mon neveu et les têtes blondes qui l’entourent il me vient la réflexion suivante, au lieu d’apprendre 36 langues ils devraient apprendre á courir. Vite. Ca leur sauvera peut être plus la vie que le chinois


  • Il est notoire que l’ENA filtrent les candidats sur des critères "autres". Attali est sans doute intelligent (pas plus que d’autres ENA/X) et ses succès il les doit d’abord à son appartenance communautaire. Quant à l’X, je voudrais bien savoir où il a été reçu apte aux EOR et combien d’hommes il a commandé comme Aspirant ? Je suis plus que perplexe sur ses aptitudes globales. C’est d’abord un politique "choisi" pour mener la France à sa perte. Si c’est cela "réussir"... ?

    Il est celui qui a déclaré que les gens devaient être euthaNaZiés à 65 ans parce qu’ils ne sont plus productifs et coûtent chers ! C’est indubitablement un cerveau malade !

    Il insiste pour une éducation renforcée à la maternelle ! Bien sûr, il faut formater les petits à la théorie du genre, la masturbation, la pédophilie comme normalité et en bonus pourquoi pas administrer en douce un vaccin qui agira comme un verrou mental ?

    Lui aussi sera inhumé au Panthéon (à une jambe) ?


  • L’école de Terssac était l’école publique et privée que j’ai connue dans les années 1960, c’était tout cela, ce qui est absolument incomparable aujourd’hui, c’est pour cela que nous avons des ignares aujourd’hui, et ce n’est pas Atalli qui va vous donner la solution bien au contraire , puisqu’il représente, la destruction, la décadence, la dégénérescence.
    Il n’y a pas 36 sortes d’éducation scolaire, ils ont tout essayé jusqu’à présent , pensant la révolutionner , et nous voyons le résultat aujourd’hui .Je serais même curieux de faire passer , rien qu’un un examen de certificat d’études primaires à un bachelier pour voir le résultat, à savoir que trois fautes sur une dictée étaient éliminatoires .
    À l’époque tout le monde avait ses chances .L’école, c’est la base pour un enfant


  • Bonjour,

    entre les vrais faux diplômes, je sais j’ai vu faire, étant étudiant j’ai travailler dans un e.p.s.t. où il y avait un service d’imprimerie digne de ce nom.
    Donc, entre ces vrais faux diplômes et les arrangements entre membres du jury pour satisfaire des demandes, non pas demandes, des exigences plutôt (le mot est plus approprié) de délivrer un meilleur classement à cet étudiant soutenant cette thèse ou une meilleure note générale à celui qui clôt un parcours d’ingénieur, je peux aussi témoigner de ça puisque j’en ai bénéficié... ah ca n’est pas très glorieux je sais mais c’est la réalité..,
    Alors attali major de promo alors qu’il est entre 43 eme au classement... laissez moi rire, dans sa promotion il y avait des individus aux niveaux largement supérieur et ce sur tous les plans...
    le jour où tout explosera, le réveil de la masse endormie et qui ne veut que la réussite -à tout prix- de sa progéniture... lol donc qui envie et reproduit ce système illusoire... ce réveil se fera de manière très très douloureux... la réalité sociale fait mal, les tricheurs sont légions, la corruption généralisée et la fin très proche.

    Bien à vous.


  • Avant tout les ATTALI, les MINC, LES BHL etc. sont des courtisans, d’extraordinaires courtisans.

     

  • Les chiens ne font pas des chats pour commencer.
    Ensuite en France en 2019 quand vous n’avez pas les moyens, vous vivez dans des quartiers de merde et comme il existe une carte scolaire d’un autre temps vos gosses iront en ZEP jusqu’à la fin du collège au moins autant vous dire que d’ici le contenu de la tête de vos chiards risquent de bien ramollir avec la nov langue ghetto notamment ...
    Pour finir le but de l’école républicaine public n’est pas de vous tirer vers le haut mais il s’agit plutôt d’une garderie pour enfant visant à vous ôter de toute spiritualité et de tout enracinement : interdiction des signes religieux, absence d’uniforme, venir le nombril à l’air est devenu possible aujourd’hui pour une lycéenne en chaleur, pas de lever de drapeau le matin, pas d’apprentissage de l’Hymne National etc ...
    L’école républicaine laic et franc-maçonne ne vous forme même au post bac où c’est la bérézina avec une grande partie des étudiants qui se retrouvent perdus soit dans des filières d’escroc soit ayant échoué à différents concours n’étant pas préparé à la guerre intellectuelle du secondaire ...


  • J’en ai côtoyé des étudiants. Il y a ceux qui veulent un diplôme pour valider des connaissances qu’ils mettront en œuvre, et il y a ceux, souvent des cumulards, qui font des études comme on accumule des lingots dans son coffre : sans finalité au moment de les faire puis pour peaufiner leur carte de visite et épater les couillons.

    Mais qu’est-ce qu’on appelle la réussite, l’argent accumulé dans sa vie ou la façon de le gagner ?

    Je pense que c’est exactement ça, le marqueur de la réussite actuel : à celui qui gagne un maximum d’argent sans avoir l’air d’y toucher.

    Remarquez que les chirurgiens voire les footballeurs à la retraite n’en font pas partie.

    Car n’oubliez pas que l’hyper-classe ne peut être d’aucune manière laborieuse. Si vous avez une valeur ajoutée quelconque qu’un autre exploite, vous n’êtes pas au sommet de la chaîne ou de la cordée comme dirait celui qui n’est rien. Pour être au sommet, il faut gagner en exploitant le savoir faire des autres, tout en n’ayant absolument rien d’exploitable à proposer.

    D’où le constat que ces crétins, qui délèguent tout en payant des gens, sont très souvent excessivement cons, n’ayant jamais à se confronter à des gens qui ne pensent pas comme eux d’un point de vue théorique, et fréquemment moches de par les mariages de raison dont ils sont souvent issus, une carpe et un lapin produisant souvent du dégénéré dans la descendance.

    Les seuls "talents" développés sont :
    - les intérêts biens compris,
    - l’absence totale de scrupules,
    - un petit vernis de culture pour celui qui chercherait à gratter !

    En conclusion, soyez un parfait parasite, un de ces nombreux trous du cul qui parlent d’opportunités quand il faudrait utiliser le terme d’opportunisme et on vous regardera, que dis-je, on vous adulera en parlant de vous avec des yeux de Chimène comme les goulues et autres vieilles catins qui pullulent dans les médias.


  • Toutes ces "zélites" françaises qui se cooptent et méprisent le "Peuple" ne sont ni plus ni moins que les aristocrates dégénérés et décadents du XVIIIe siècle qui ont mené à la révolution dite française. (Et je suis royaliste !)

    Mais il faut avoir fait comme moi une partie de sa carrière dans la fonction publique territoriale pour comprendre que la France est un pays de petites baronnies avec des castes provinciales qui se la pètent et par dessus tout une culture du secret à nulle autre pareille.Le "surtout pas de vague" et "taisons tout" est bien français.

    Cessez donc d’encenser le peuple français qui a aussi ses responsabilités dans le désastre civilisationnel qui nous touche. Peuple gauchisé s’il en est dont il sera difficile de remettre les idées en place.

    Les vrais gens du pays réel sont rares d’où la faiblesse intrinsèque du mouvement Gilets Jaunes qui à cause de cela a été récupéré par toute la gauchiasserie hexagonale.
    Je paraphraserai Céline en disant que le peuple français ne rêve que d’accéder à la place des zélites qui le gouvernent.
    On pourra m’accuser de pessimisme mais les chiffres de l’audimat des émissions d’Hanouna sembleraient me donner raison. Mais je peux me tromper...

    Le jour où les fils vont se toucher ça va faire très très très mal et il y aura de la casse.
    C’est pour cela que je pense que E&R représente la vraie dissidence française vraiment à gauche du travail et à droite des valeurs. J’y inclue aussi H. Ryssen, quelques natios et quelques vrais cathos purs et durs mais tout le reste c’est que du blabla, des petits marquis égocentrés ou des youtubeurs en quête d’immortalité.
    Même de Lesquen est à claquer avec sa destruction du Code du travail...

    LA REVOLUTION NATIONALE NE VA PAS ETRE DE LA TARTE...


  • "Souvent, il m’amuse d’imaginer ceci : je m’abandonne à rêver la résurrection de quelqu’un de nos
    grands hommes de jadis. Je m’offre à lui servir de guide ; je me promène avec lui dans Paris ; je
    l’entend qui me presse de questions, qui s’exclame ; et je ressens, par ce moyen naïf qui m’oblige à
    m’étonner de ce que je vois avec étonnement tous les jours, l’immense différence que la suite des
    temps a créée entre la vie d’avant-hier et celle d’aujourd’hui. Mais je m’embarrasse bientôt dans mon
    rôle de cicerone. Songez à tout ce qu’il faudrait savoir pour expliquer à Descartes ou à Napoléon
    ressuscités notre système actuel d’existence, pour lui faire comprendre comment nous pouvons
    arriver à vivre dans des conditions si étranges, dans un milieu qu’il trouverait certainement assez
    effrayant, et même hostile. Cet embarras est la mesure du changement intervenu."
    Le bilan de l’intelligence , Paul Valery .

     

    • #2280703

      Merci, un peu de culture... Cela dit Descartes l’illuminé et Napoléon le républicain... Est-ce que Valéry, certes embarrassé, aurait été jusqu’à comparer son époque et celle de sous la grande monarchie ?

      Je préfère la citation de Léon XIII, fin 19e :
      "La France reviendra aux traditions de saint Louis, ou elle périra dans la honte et la ruine"

      Que voyons-nous ? la France ruinée, vassalisée, et des gens qui s’enculent en pleine rue.
      Merci la république.


  • Attali, n’importe quoi qu’il faille plus de moyens dans les quartiers difficiles vu que l’on à mis des millions et des millions de francs et d’euros de moyens sans que cela ne change quoique ce soit. Par conséquent le probleme, n’est pas une histoire de moyens financiers mais d’éducation et de culture : éducation populaire + décommunautarisation c’est l’unique combinaison pour sortir de l’enfer !


  • Fixation sur la maternelle maintenant, alors que la solution est la mère à la maison (avec option J’apprends mieux à la maison ! Carmen Daudet). Éducation plus instruction, moins de chômage et moins de famille mono-parentale.


  • Bon, entendre cela de la part d’un incompétent notoire en la matière me laisse dubitatif a moins que .... car sachant que cet "homme" n’est pas dénué d’intelligence, cela ne soit du qu’a sont age qui conférerai selon la logique admise par une majorité non répertorier "la sagesse".Non cela n’est que calcul , que " suivez cette evidence et nous serons les maîtres".
    Pauvre petit "homme" sache que rien dans tes malversations n’échappe au regard de celui contre lequel tu ne peux rien.


  • Il n’y a vraiment rien à attendre de ces enflures. Après, infiltrer le milieu pour leur jouer de mauvais tours, pourquoi pas ? Aucun parti n’a les moyens de régler les vrais problèmes de la France, tout est foutu, alors autant s’amuser en torpillant les "winners" du système, il n’y a pas là de sentiments de jalousie ou de ressentiment : comment envier une réussite qui ne sert, tout compte fait, à rien, qui ne change rien aux problèmes fondamentaux ?


  • assurément....le nouveau président de la sncf est ingénieur des mines, alors que le précédent n’ était qu’ ingénieur des pines.

     

Commentaires suivants