Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Enterre-moi, mon amour", le jeu vidéo qui retrace le parcours d’une migrante

Malgré les tentatives désespérées de quelques universitaires débiles, le jeu vidéo reste incapable de véhiculer de la propagande pour la simple et bonne raison qu’il n’est pas un média. Par conséquent, nous sommes à peu près certains que cette nullité n’aura ni succès ni impact idéologique et pouvons nous attendre à ce que sa production ne puisse être rentabilisée qu’avec l’aide des conseils régionaux en vue d’une diffusion dans les collèges et les lycées.

Adrien Sajous pour E&R

 


 

Le jeu Enterre-moi, mon amour, développé par The Pixel Hunt, co-produit par Arte et Figs, et édité par Playdius, sort aujourd’hui sur PC et Nintendo Switch.

 

Un « jeu du réel » qui retrace le parcours risqué et non sans embûche d’une jeune migrante syrienne en route vers l’Europe.

 

Aidez Nour à accomplir son voyage vers l’Europe

Enterre-moi, mon amour est un jeu à la portée humaniste, tentant d’offrir un regard différent sur la crise des réfugiés. Déjà primée plusieurs fois dans sa version sur smartphone, cette fiction interactive proposant une immersion dans le parcours vers l’Europe d’une jeune migrante syrienne est désormais disponible sur PC depuis Steam, mais aussi sur l’eShop Nintendo Switch.

 

 

Lire la suite de l’article sur clubic.com

Retrouvez Adrien Sajous sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 






Alerter

58 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2123268

    Malgré quelques tentatives de piratage idéologiques des compagnies de jeux AAA, le jeux-vidéo reste le seul divertissement apolitique. Il très difficile de flinguer un jeu politiquement, parce qu’ils prennent tellement de temps à finir que le temps que le joueur le finisse, le producteur enchaîne quenelle sur quenelle sans qu’ils s’en rendent compte. Le Jeux-vidéo est le cinéma de l’avenir.

     

    Répondre à ce message

  • #2123270

    Malgré quelques tentatives de piratage idéologiques des compagnies de jeux AAA, le jeux-vidéo reste le seul divertissement apolitique. Il très difficile de flinguer un jeu politiquement, parce qu’ils prennent tellement de temps à finir que le temps que le joueur le finisse, le producteur enchaîne quenelle sur quenelle sans qu’ils s’en rendent compte. Le Jeux-vidéo est le cinéma de l’avenir.

     

    Répondre à ce message

  • #2123294

    BHL & Kouchner ont fait une version suprématist-LDJ
    Et quand tu traverses la Libye, tu peux vendre des noirs comme esclaves pour le BTP au Qatar, ou des jeunes filles comme esclaves sexuelles, et si elles font mal les passes, tu peux leur prélever, des organes, que tu rapatries par de fausse ONG écran, puis les revendre à de riches malades, en Israel
    Une version offerte avec son White Helmets et sa valise Y.S.L diplomatique en option

     

    Répondre à ce message

  • On ne peut pas mettre sur le même plan les films interactifs et les autres jeux.

    Des jeux comme "life is strange" ou "super seducer 2" pourront véhiculer une idéologie. Pour "Tetris" ou "pacman" par contre ce sera plus compliqué...

     

    Répondre à ce message

  • Je voulais y jouer pour m’amuser un coup mais c’est payant en plus !?

     

    Répondre à ce message

  • A quand le jeu " Tu m’abandonnes sous les bombes pour les aides sociales en Europe " ?

    J’ai un début de concept. Un paumé qui, selon Fabius, fait du "bon boulot" vend femme et gosse à un esclavagiste lybien (ou bien les prostitues ) pour ensuite se payer le passage jusqu’au côtes grecques ou italiennes.
    Arrivés en Europe, le "migrant" ( déporté volontaire, déserteur, profiteur... peu importe l’adjectif ) que l’on représente est accueilli par des membres du style "israAid" qui vous remettent argent, smartphone, plan de route et moonboots si vous choisissez de passer par les Alpes. Ensuite, suivant la destination que vous choisissez, le parcours varie...
    Mode facile pour aller en France et en Allemagne, moyen pour l’Angleterre et pour les plus téméraires, atteindre la Hongrie.

    Ca fait plus réel et c’est pédagogique... ;-)

     

    Répondre à ce message

    • #2123523

      « ...argent, smartphone, plan de route et moonboots... »

      Petit manque à la panoplie du parfait envahiss...migrant : le manuel sur « Les positions qui font plaisir aux blanches », car il ne faut pas oublier l’épilogue du jeu, à moins que ce soit prévu en DLC.

       
  • « Enterre-moi mon amour ».
    Ben si c’est demandé aussi gentiment, moi je dis banco ! Si on peut rendre service, pas de problème.

     

    Répondre à ce message

  • #2123447

    Cela fait déjà un moment que les jeux vidéos s’alignent sur la propagande gauchiassique actuelle. Si les grosses boites comme EA, Ubisoft, Activision ou Bethesda commencent à réaliser que lécher le cul des mondialistes leur coûte la peau du leur, les gamers étant essentiellement les derniers à décider de ce qu’est un bon jeu (revoir les retours sur le dernier Battlefield ou l’on essaye de nous vendre qu’une femme estropiée fait partie des héros de guerre ou la polémique sur Red Dead Redemption qui, malgré un côté historique assez correcte se voit fustiger par la presse pour son coté oppressant les femmes, quid des passages censurés ou modifiés à la volée avant sortie du dernier Senran Kagura et qui ont tué le jeu dans l’œuf sur certaines plateformes), les petits branleurs qui coproduisent des daubes pareilles avec ARTE, sûrement payés par l’argent public, comme le cinéma de propagande, n’ont aucune chance de passer sinon dans les médias qui les payent.

     

    Répondre à ce message

  • Intéressant cette propagande pour les "réfugiés syriens". Pas étonnant que ce soit Artung qui cofinance ce projet.
    Sinon dans un autre registre, j’ai joué à un jeu qui s’appelle Syrian warfare, un jeu de stratégie en temps réel développé par un obscure studio russe. C’est le point de vue syrien, c’est à dire du gouvernement syrien, du conflit qui est adopté. On y incarne une escouade de l’armée syrienne en lutte contre les milices islamistes sponsorisées par l’étranger entre 2012 et 2016. Les développeurs russes ont clairement pris position en faveur de l’armée syrienne et russe et ne s’en cachent pas.

    Le jeu est loin d’être parfait et il faut se montrer indulgent avec les moyens limités du studio The Cat who Plays mais j’ai pris du plaisir à y jouer. Je le recommande à tous les amateurs de jeux de stratégie. Vous le trouverez sur Steam.

     

    Répondre à ce message

  • Médiocre jeu de mots sur entre en moi. 2 sur 20. Ma générosité me perdra.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents