Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Exclusivité : découvrez la vidéo du cours "Sociologie profonde (2021-2022)" d’Alain Soral

 

Depuis la saison 2018-2019,
Alain Soral dispense des cours exceptionnels de « Sociologie profonde »
dans le cadre de l’Université E&R

 

Découvrez en exclusivité
la vidéo du premier cours de « Sociologie profonde »
de la saison 2021-2022 d’Alain Soral !

 

La vidéo
(La vidéo dure 58 minutes mais le cours a duré 5 heures !)

Soutenez E&R avec odysee.com

 

Rendez-vous sur Kontre Kulture
pour vous procurer les cours d’Alain Soral !

 

Cliquez sur l’image pour vous inscrire à l’université E&R saison 2022-2023
et suivre les cours d’Alain Soral !

 

En lien, sur E&R :

 






Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Alain aka. "THE BRAIN".

     

    Répondre à ce message

  • Au bout d’un moment il va peut-être falloir sortir de votre utopie proudhoniste qui consiste à nous vendre un capitalisme moral. D’ailleurs je sais pas d’où vous sortez que Marx voulait moraliser le capital, au contraire, ce dernier voulais l’abolir. Le réformateur c’est Proudhon, pas Marx.

    Je vous invite à revoir le débat entre Francis Cousin et Etienne Chouard, ça vous éclairera peut-être votre lanterne.

     

    Répondre à ce message

    • "Au bout d’un moment il va peut-être falloir"... arrêter de péter plus haut que son cul ?!
      On ne sait même pas à quel argument ou intervention ton commentaire indigent répond tellement il est inconsistant et incohérent.
      Alors si tu la fermais plutôt pour aller t’instruire, Vinz ?
      Ce séminaire est justement là pour ça.
      AS.

       
  • Ben mon pote, ce que dit Alain Soral est loin d’être bête.

     

    Répondre à ce message

  • Merci pour le partage de ce brillant exposé, un de plus...
    Par souci d’exactitude, il faut préciser que si les premières traces d’écriture reconnues se trouvent sur des tablettes de comptabilité mésopotamiennes, on trouve des représentations de cercles et carrés sur des poteries plus anciennes.
    Les connaissances archéologiques à ce jour suggèrent donc une antériorité de la représentation géométrique sur la représentation numérique.
    Cela dit, le développement des mathématiques débute certainement avec la mise en place des bases d’une arithmétique permettant un commerce et une gestion administrative rationnels.

     

    Répondre à ce message

  • Effectivement, l’économie doit être cadrée et disciplinée par la religion, qui n’a d’autre objectif que de tempérer les ardeurs, dans tous les domaines.
    L’islam, par exemple, interdit strictement l’usure et enjoint les commerçants à fixer un juste prix à leurs marchandises, sous peine de châtiments le jour du jugement. Il y a d’ailleurs un chapitre dans le Coran qui promet l’enfer à tous ces commerçants "réducteurs", fraudeurs, qui, lorsqu’ils veulenr leurs dûs, l’exigent totalement, mais, lorsqu’ils ont eux-mêmes à peser ou mesurer pour les autres, trichent volontiers.
    En réduisant, en minimisant.
    Ça me rappelle tous ces assureurs qui veulent être payés plein pot tous les mois, et qui obligent tout le monde à cela. Et quand il y a un problème, ils rétorquent, en ayant le culot de dire que leur frauderie est légale et conforme aux clauses d’un contrat rédigé par eux-mêmes :
    "Oui, mais voyez-vous, on ne couvre pas ce genre d’incidents..."

     

    Répondre à ce message

  • Cours magistral. J’ai beaucoup aimé comment Alain Soral replace l’économie dans une société. En effet, on voit beaucoup de théories sur internet qui expliquent comment l’économie libérale fonctionne, mais il y a peu de questionnements sur sa moralité et sa légitimité. La fin du cours sur les mathématiques est grandiose.

    Merci à l’équipe d’Egalité Et Réconciliation. Merci Alain Soral.

     

    Répondre à ce message

  • Critique très pertinente du libéralisme.
    En effet si on laisse le marcher fonctionner "sans interférences" ce qui se passe c’est que le grand capital acquiert un poids politique monstrueux et lorsqu’il y aura une crise, les grandes fortunes font pression sur le pouvoir pour éviter la ruine et conserver leur position de domination. Tout ça sur le dos de la masse bien évidemment. La crise de 2008 en est la meilleure illustration.
    Quand à l’intervenant qui évoque le loto, je trouve que c’est très pertinent car, contrairement à ce que déclarent certains penseurs, il y a un idéal dans notre société, plus précisément un rêve que tout le monde a : c’est de mener la belle vie sans rien faire, la richesse sans efforts. Comment ? Par le loto, en devenant footballeur, chanteur, acteur ou en spéculant à la bourse.

     

    Répondre à ce message

  • Avec le cours de AS , je comprends mieux pourquoi le pardon du pape au Canada est une vraie mascarade. En fait ils avancent une marionnette en fauteuil roulant pour prendre le moins de coups possible ....

     

    Répondre à ce message

  • Les libéraux prétendant qu’il n’est pas possible de contrôler critiquent rarement les partisants d’une politique de sanctions économiques contre certains pays (Iran, Corée du Nord, Russie).
    Or une politique de sanctions est toujours justifiée par des raisons d’ordres morale (untel pays déstabilise une région, menace ou agresse des voisins...).
    D’une certaine manière la morale est toujours au dessus de l’économie. C’est juste que sanctionner des profiteurs et des profiteurs de crises n’est pas une priorité pour nos dirigeants. En effet nos dominants s’enrichissent souvent à l’aide de crises économiques, parfois provoquées par eux même (à ce titre je recommande la lecture de la préface de Michel Drac des "Secrets de la réserve fédérale" de Mullins. En effet nos dominants s’inspirent de l’histoire de Joseph dans la Genèse qui grâce à une crise agricole permet au pharaon de s’accaparer toute la propriété des égyptiens - monnaie, troupeaux et terres agricoles - hormis celle des prêtres. Nos dominants comprennent juste qu’au lieu d’attendre les crises, ils n’ont qu’à les provoquer pour ensuite s’enrichir).
    Tout ça pour dire que dans notre société s’enrichir au dépends des autres n’est pas considérer comme immoral.
    Après je ne sais pas si Soral a aussi évoqué le chapitre "formation d’une mentalité capitaliste" du livre de Sombart.

     

    Répondre à ce message


    • D’une certaine manière la morale est toujours au dessus de l’économie



      Comment tu peux dire une ânerie pareille et citer le bouquin de Mullins juste derrière, qui, si tu l’as lu, explique justement que la question monétaire prévaut sur toutes les autres ?

      Les justifications morales ou idéologiques c’est pour endormir les gueux. En fait, on te demande même pas d’y croire...

      Les meilleurs alliés des Américains au Moyen-Orient d’ailleurs ce sont les Saoudiens wahhabites. Pourtant, idéologiquement, y’a pas plus éloigné du LGBTisme.

      Ça te met pas la puce à l’oreille ?

       
    • @Macarel
      Dans le monde occidental, les états n’ont rien d’impuissants face au "marché" et aux "riches", bien au contraire. Par exemple l’état français peut geler des comptes, dissoudre des associations mais toujours en l’habillant d’un prétexte juridique et d’une certaine manière morale.
      Si la classe politique ne s’en prend pas aux profiteurs, c’est que souvent ces derniers on des armées d’avocats et contrôlent des empires médiatiques susceptibles d’influencer l’opinion et donc les élections.



      la question monétaire prévaut sur toutes les autres




      Oui et non. Celui qui controle la banque centrale peut décider de modifier brutalement les taux d’intérêts et provoquer une crise et donc l’appauvrissement massif des "gueux" au bénéfice des dominants. Mais pour que le contrôle de nos dominants soit plus important, il faut aussi contrôler les médias (pour influencer les électeurs et intimider les politiciens). Après tu me dira racheter un grand nombre de médias n’est pas compliqué quand on contrôle une grande partie du capital.
      Mais c’est en grande partie par lâcheté et manque de dévouement aux intérêts du peuple que la classe politique ne s’attaque pas à certaines injustices sociales (parasites aisés et travailleurs misérables).



      Les justifications morales ou idéologiques c’est pour endormir les gueux




      C’est le cas partout et tout le temps, avec des dominants qui appliquent plus ou moins les principes moraux qu’ils ne cessent de professer. Les moments de "décadence" étant ceux ou les dominants appliquent le moins les principes moraux enseignés aux gueux.

       

    • Dans le monde occidental, les états n’ont rien d’impuissants face au "marché" et aux "riches", bien au contraire. Par exemple l’état français peut geler des comptes, dissoudre des associations mais toujours en l’habillant d’un prétexte juridique et d’une certaine manière morale



      Donc c’est ce que je dis la morale vient à posteriori, donc les intérêts financiers sont au dessus de toute considération morale.

      Quant au moyens politiques et juridiques, en réalité, on s’en fout.

      Il suffit de sortir une affaire Fillon, ou une affaire #MeToo pour que tout le monde se tienne à carreau.



      Oui et non. Celui qui controle la banque centrale peut décider de modifier brutalement les taux d’intérêts et provoquer une crise et donc l’appauvrissement massif des "gueux" au bénéfice des dominants.



      Qui tient les banques centrales ? Des intérêts privés.

      Relis Mullins.



      Après tu me dira racheter un grand nombre de médias n’est pas compliqué quand on contrôle une grande partie du capital.



      Eh...oui. Tu vois tu t’en rends compte toi-même.



      Mais c’est en grande partie par lâcheté et manque de dévouement aux intérêts du peuple que la classe politique ne s’attaque pas à certaines injustices sociales (parasites aisés et travailleurs misérables).



      C’est parce que l’économique et le financier a pris le pas sur le politique et la morale.

      AS l’explique lui-même dans son dernier bouquin.

      C’est le sens de ma remarque.



      C’est le cas partout et tout le temps, avec des dominants qui appliquent plus ou moins les principes moraux qu’ils ne cessent de professer. Les moments de "décadence" étant ceux ou les dominants appliquent le moins les principes moraux enseignés aux gueux.



      Les idéologies sont toujours des instruments de domination, mais à la limite c’est pas grave.

      Ce qu’il faut voir c’est si c’est fonctionnel/dysfonctionnel.

      L’idéologie dominante au Moyen-Âge, ça s’appelle la chrétienté et ça permet de bâtir des cathédrales.
      En 2022, ça s’appelle le mondialisme, et ça consiste à soumettre le peuple pour qu’il accepte de se faire grand-remplacer par des migrants égorgeurs.

       
  • Merci Alain, vous êtes toujours dans le juste. Votre analyse est excellente. En fait, vous donnez de la confiture aux cochons. j’ai fait des études (de merde) de commerce/marketing où on nous parle de "prix psychologique", d’élasticité du prix, de SONCAS, de 5 P et autres théories... mais en fait, tout ça, c’est du vent, c’est de l’absurdité théorique. La vérité, le concrêt, c’est : qu’est ce qu’on peut produire/donner et qu’est ce qu’on peut éventuellement recevoir en échange de ce qu’on donne. Tout le reste, c’est de la flûte. Le vrai prix, c’est ce qu’on peut donner d’équivalent à ce qu’on reçoit.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents