Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Faut-il manger en fonction de ses origines ethniques ?

« Mangez en fonction de votre génétique » : une vidéo de Frédéric Delavier.

 

Prolonger la vidéo avec Kontre Kulture :

Frédéric Delavier, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1917354

    Pourquoi donc ? En partie. Il y a des céréales que les européens devraient choisir, l’avoine pour les pays du nord (j’en prend tous les matins avec du miel), l’orge pour la Gaule. Le blé est une très mauvaise chose, pauvre en protéines et en sels minéraux.
    Mais personnellement je ne cuisine qu’indien ou chinois, mon choix est celui du régime végétarien BIO, très riche en légumes et en fruits, jamais de plats préparés. Depuis que j’ai arrêté tout laitage, mes cheveux qui étaient entièrement blancs commencent sérieusement à reprendre leur couleur noire. En effet, les laitages sont connus pour neutraliser les anti-radicalaires comme la vitamine E, le sélénium, la curcumine ou le Q10 pour ce citer que les principaux. Le lait de vache est un facteur de diabète, de cataracte, de risque cardio-vasculaire, de cancer

     

    • #1917380

      Informations très intéressantes ! Pourriez-vous m’indiquer depuis quand vous avez arrêté tous les laitages, svp.

      Merci d’avance


    • #1917389

      Faute de ma part : "prends".
      Pour compléter ce que j’écrivais : vidéo fatigante et péremptoire, lieux communs et aucune étude scientifique. Les lunettes de soleil de surcroît sont extrêmement pénibles, comme le blouson, et on doit regarder l’auditeur droit dans les yeux.


    • #1917415

      Vidéo intéressante de F. Delavier, et votre post est plein de bon sens, aussi. Je mange bio, et végé, également.

      Juste une petite précision pour la vidéo : le lait, chez les asiatiques, est consommé dans pas mal d’endroits : dans le sud est, et l’Inde utilise beaucoup le lait, même dans les nombreuses sauces alimentaires, systématiquement dans le thé, et aussi dans leur fameux beurre, appelé ghee, les patisseries, 1 ou 2 fromages. Le lait est un aliment sattvique (pur) en Inde, il est conseillé en ayurveda.
      Evidemment, ils ne font pas du fromage comme nous, et donc ils ne font pas d’excès de lait.

      Je pense que tout est une question de mesure, n’abuser de rien, il n’est quand même pas normal qu’un allemand se prend un infarctus à 70 piges à cause des charcuteries... donc, même adapté à la longue de façon génétique, il y a des limites à avaler trop de choses scientifiquement douteuses.

      Il y a des scientifiques qui inventent des modes pour vendre des bouquins, oui, mais en dehors de ces gens là, il y a aussi des études scientifiques sérieuses qui expliquent le problème du gluten, de boire trop de lait, que les pesticides sont plus répandus et nocifs qu’on le croyait, qu’il y a des perturbateurs endocriniens partout, etc.

      Mon médecin va à l’essentiel, de façon très intelligente, il me dit :

      - mangez bio ou trouvez un moyen d’éviter les pesticides au maximum
      - évitez la nourriture en conserves, c’est TRES mauvais, plein de saloperies, il faut cuisiner soi-même, du frais !
      - évitez les produits surgelés, ça cause de l’arthrose et un tas de saloperies, là aussi, cuisinez soi même !
      - la viande doit être mangée de façon modérée, sinon, maladies.
      - mangez peu ! on a tendance, partout dans le monde, à beaucoup trop manger. Si on mange modérement, les maladies s’éloignent.
      - faire du sport, ça élimine les toxines et les excès
      - un p’tit jeûne de temps en temps, c’est très favorable.
      - les OGM, même si ça permet de produire en énormes quantités, c’est très douteux, se méfier et éviter quand même.
      - modération en tout.
      - très bon le persil plat !

      Pour le curcuma, gingembre, etc, il suffit d’être modéré, et on évite ce dont parle Delavier.

      Voilà, je crois que Delavier aurait dû insister sur le côté néfaste du monde moderne et nos excès de riches, car nous ne mangeons pas comme nos ancêtres, les gens bouffent beaucoup trop de conserves et de surgelés, et nous mangeons bien plus de viande que nos ancêtres, c’est pas comparable !


    • votre message me redonne espoir , moi même ayant déja des cheveux blancs à 2à ans mais pourtant ne buvant pas de lait et évitant les produits laitiers !


    • #1917452

      Ma réponse à "de passage".

      J’ai arrêté les laitages il y a environ deux ans. J’adore pourtant le fromage de chèvre, cependant il faut faire des choix.
      Mes cheveux ont commencé à redevenir noir il y a environ deux mois seulement et cela progresse de manière surprenante. Je pense qu’il n’y a pas que le laitage en cause, car je prends régulièrement des compléments alimentaires naturels : calcium + D3, Biotine, acide hyaluronique, sélénium et Q10. Je pense que c’est un effet holistique favorisé par la suppression du lait. J’étais gris à 35 ans, presque totalement blanc à 55, et mes cheveux renoircissent à 62 : déjà noirs sur les tempes et totalement noir sur la nuque.

      Parlant des compléments alimentaires et bien que végétarien, les chirurgiens m’avaient affirmé que je ne marcherai plus jamais à 40 ans, suite à un accident aux genoux. Je suis resté plusieurs années sans possibilité de me mettre debout. Après 20 ans de glucosamine et de chondroïtine (issus de peau et de cartilage de poisson et de coquillage), je remarche tout-à-fait normalement, et je me suis même remis au ski et pas doucement.

      Un autre bon complément semble-t-il : VM-75 de chez Solgar. Tous les minéraux y sont chelatés pour pouvoir être assimilés. Le thé vert est un excellent antioxydant à condition de ne pas verser de lait dedans, ni de sucre.


    • #1917457

      arrêter les laitage est une abération , surtout pour les femmes qui ont enfanté, allez en asie du sud est, culturellement, personne ne mange de laitages et tous les vieux ont des problèmes d’arthrose et les jambes arquées,ils ont tous du mal à se déplacer.et c’est encore plus prononcé chez les femmes.
      l’homme est un omnivore, avant d’arrêter un produit, réfléchissez bien avant. de même pour les purs végérariens (les indiens n’ont pas une santé excellente par excès de nitrogènes).
      quand on y réfléchit bien la cuisine la plus saine du monde est la japonaise et elle est omnivore

       

      • #1917555

        Les problèmes d’ostéoporose sont d’autant plus développés dans un pays que la consommation de produits laitiers y est importante. Et ce n’est pas un problème d’espérance de vie : l’ostéoporose est presque inexistante au Japon, où traditionnellement on ne consomme pas de laitages.


    • #1917529

      la couleur noire dont vous parlez, est-ce votre couleur originelle ? y a t’il des reflets au soleil ? je vous pose cette question pour savoir si ce sont vos pigments de jeunesse qui reviennent, ou autre.
      Cordialement


    • #1917611

      pour fanfan1926

      Non, bien noir. Mais je doute que ça revienne comme avant, ce serait un miracle. Si ça se confirme, je montrerai des photographies. J’imagine la tête de ma coiffeuse !


    • #1917814

      J’ai des cheveux blancs depuis l’age de 11 ans, j’ai grandi en Normandie et je me suis toujours gave de beurre, de creme fraiche et de lait, et je n’en suis pas mort. Je suis tres content d’avoir eu des cheveux blancs tres tot et je n’ai aucune envie de retrouver des cheveux bruns.
      Si les questions de nourriture vous angoissent tant de que ca, allez faire un tour a Gaza, a Alep ou au Yemen, vous serez sur de ne pas trouver de lait, de ble, de viandes, de conserves, et de plats prepares


  • #1917379

    Sur le lait et les laitages en général, on lira avec profit les livres de Thierry Souccar, notamment Lait, mensonges et propagande, très sérieux et entièrement sourcé comme tous les autres livres de l’auteur, ou encore Santé, mensonges et propagande, qui l’a précédé et aborde bien le sujet, même s’il en traite beaucoup d’autres.


  • Les bouchers jettent la graisse de boeuf.
    C’est un scandale !

    La graisse de boeuf est le SAINT GRAAL absolu qui apporte le bien-être, la force et la grâce (sans oublier le fer héminique de la viande rouge, le sel (iodure de sodium), les oeufs, un peu de riz basmati...).
    Seule la graisse de cheval est peut-être encore meilleure...
    Les infos sont rares sur cet aliment difficile à trouver.

    Toutes les huiles végétales sans exception (y compris la sacro-sainte huile d’olive et l’huile de coco) sont des poisons inflammatoires (calvitie, canitie, cellulite, obésité, mycose, acné...).
    Et le beurre, même clarifié, c’est pas clair.
    Le saindoux (graisse de porc) donne la nausée.
    La graisse de canard a un goût trop marqué et contient un peu trop d’oméga-6.

    La graisse de boeuf a un goût neutre, pas d’odeur et contient moins de 4% de graisses poly-insaturées (oméga-6), elle a un point de fumée élevé et ne devient donc pas toxique lors de la cuisson.

    Celui qui créera un business autour de la graisse de boeuf comme matière grasse pour la cuisson sera milliardaire dans les prochaines années...

    En attendant que sa distribution se démocratise, on peut en trouver ici : https://www.norddomicile.com/pure-g...

     

    • #1917608

      Je pense que bien au contraire il convient d’éliminer les graisses animales saturées (sauf celle de canard) et majoritairement hydrogénées, et de les remplacer par un large choix d’huiles végétales biologiques et de première pression à froid. Il faut savoir les utiliser pour leurs vertus extraordinaires (omégas 3, 6 ou 9) et faire les mélanges appropriés, ne pas confondre celles pour la cuisson et celles pour les salades.

      Sciences et Avenir n°817 : "Huile de chanvre, de lin, de cameline, de coprah, de pépins de cassis ou d’avocat... Un inventaire à la Prévert investit depuis quelques années les rayons des épiceries fines et magasins spécialisés en diététique. Beaucoup d’entre elles comptent bien concurrencer, sur le terrain des aliments santé, l’indétrônable huile d’olive, ambassadrice du régime crétois dont l’intérêt dans la prévention des maladies cardio-vasculaire et de l’hypertension artérielle a été démontré. Beaucoup de ces nouvelles venues mettent en avant leur richesse en oméga 3, des acides gras réputés pour leur implication dans la fluidité du sang et le développement cérébral".

      Personnellement j’utilise l’huile d’olive de Tunisie (plus protectrice de la santé), celle de colza, de sésame, de courge, de lin, de chanvre, de carthame, de noix. Chacune a un goût particulier et a ses propres vertus pour l’organisme humain.

      L’huile de germe de blé est extrêmement précieuse pour sa teneur en vitamine E.
      Quant à la graisse tirée de la viande, elle ne sert à rien si ce n’est encrasser l’organisme et entrainer la dégénérescence précoce ou le cancer. Ce gras-là, comme celui TRANS, ne saurait être protecteur, autant boire de l’huile de vidange.


    • La matière grasse à base de boeuf existe en bloc pour la friture.


  • J’ai commencé à m’intéresser à la bio vers 18 ans, depuis je remets un peu en question tout ça, j’ai rencontré des mecs qui récupéraient la bouffe dans les poubelles des grandes surfaces et qui ne s’étaient jamais servis de la carte vitale (10 ans après sa mise en route), ils n’avaient jamais été malade, moi je regardais les dates limites et je me disais, ils sont fous.

     

    • #1917476

      Moi je regardais toujours avant de traverser une route. Hé puis j’ai vu que certains qui ne regardaient pas ne se faisaient pas renverser. J’ai donc remis tout ça en question.
      Je plaisante bien sûr. Vous aussi ?


    • Non, pas du tout et vous ?
      Il y a des agriculteurs bio qui n’ont jamais mangé bio de leur vie, des bio qui produisent vers des centrales nucléaires qui fuient chaque année...., le bio ça peut rapporter gros !


  • Par les temps qui courent, il me semble qu’on devrait commencer par se poser la question : Pourquoi on mange ?
    La réponse me semble nettement plus prioritaire à : comment on mange ?
    En fait la réponse à "pourquoi on mange" permet souvent de répondre en grande partie au "comment on mange ?"
    Beaucoup d’humains sont dans une démarche de survie (même dans les pays dits "riches"), laquelle nécessite une réflexion et ensuite un/des choix de vie.
    Acceptons-nous notre situation d’esclaves en survie ("la servitude volontaire") dans un métier débile pour une consommation débile,
    ou entrons-nous en résistance ?
    De nombreuses personnes s’inscrivant dans des démarches et théories alimentaires plus ou moins fumeuses, s’inscrivent, en fait, plus ou moins consciemment, dans une forme de servitude volontaire.
    Dans les temps présents, la question essentielle que nous devrions-nous poser sur notre alimentation me semble : Est-ce que mes choix de consommation (alimentaire ou autres) s’inscrivent dans la résistance aux pouvoirs en place (qui me détruisent) ?
    Tout le reste ne me semble qu’une arnaque favorable à notre autodestruction.
    Dans cette logique, nos choix alimentaires s’inscrivent dans un raisonnement par rapport à notre lieu de vie .Par rapport au retour à notre autonomie.
    C’est le lieu de vie qui devrait définir notre alimentation. ça me semble du simple bon-sens.

     

    • #1917552

      Pour répondre à Serge :

      1) "De nombreuses personnes s’inscrivant dans des démarches et théories alimentaires plus ou moins fumeuses, s’inscrivent, en fait, plus ou moins consciemment, dans une forme de servitude volontaire". Mais la maladie n’est-elle pas elle-même une servitude ? N’est-il pas raisonnable de choisir une servitude plutôt qu’une autre qui a de fortes chances d’être pire ?

      2) "C’est le lieu de vie qui devrait définir notre alimentation. ça me semble du simple bon-sens". Si je vous suis bien, il faut que je déménage vers un autre pays si je préfère sa nourriture ?


    • @ pleinouest35
      1 :Tendre vers son autonomie ne me semble pas être le choix d’une servitude plutôt que d’une autre. Retrouver son autonomie c’est se libérer de toutes les servitudes.
      Qu’est-ce que la santé quand la vie s’inscrit dans une dépendance autodestructrice, nuisible au bien commun ?
      2



       :"C’est le lieu de vie qui devrait définir notre alimentation. ça me semble du simple bon-sens". Si je vous suis bien, il faut que je déménage vers un autre pays si je préfère sa nourriture ?



      Ce n’est pas ce que j’ai dit.
      Est-ce que ton alimentation participe à ton chemin vers l’autonomie, ou est-ce qu’elle s’inscrit dans une servitude aux pouvoirs en place ?
      En d’autres mots : es-tu en chemin vers ton autonomie alimentaire ? = production locale à laquelle tu participes pour te libérer des dépendances serviles et mortifères.
      Réussir son autonomie alimentaire, ne peut-être que local. Cela oblige à observer et prendre en compte la réalité du lieu où l’on a choisi de vivre.


    • #1917835

      Serge

      Pardonnez-moi, je vous ai effectivement lu trop vite.
      Votre analyse ne manque pas de bon sens.


  • #1917615

    Mange pas ci mange pas ça...pffff, c’est usant à la longue. Il faut manger de tout modérément et faire du sport. La santé de toutes façons, c’est la loterie ! Des bons vivants poivrots vont parfois mourir à 90 ans dans leur sommeil et des adeptes du bio succomber à un cancer foudroyant à 35 ans...J’ai connu les deux.

     

    • L’introduction de la vidéo va d’ailleurs dans votre sens puisqu’il dit bien que nous ne sommes pas « égaux » face à l’alimentation et ne réagissons pas tous de la même manière. C’est aussi ce que se tue à dire T.Casasnovas à sa manière pour que les gens trouvent ce qui leur convient et arrêtent de raisonner en ayatollah du ceci à l’exclusion de cela en mode « Ce qui est bon pour moi l’est pour toi ».


    • #1917840

      L’alimentation est une des causes premières de la maladie, mais il est vrai que le STRESS l’est plus encore, semble-t-il.


    • #1918227

      Tout à fait d’accord.
      Des pros-bio crèvent à 60 ans alors qu’ils/elles se sentaient invulnérables car "la santé,c’est dans l’assiette !" et des poivrots ou des ex soixante-huitards ex camés emmerdent le monde et les médecins jusqu’à 80 ans.
      Il faut manger de tout, notre corps réclame ce qui est bon pour lui, marcher, courir...et prendre le temps de préparer ses plats ou ses repas.
      Ne pas écouter les casses burnes avec leurs régimes sans trucs, sans machins et mon cul sur la commode....de toute façon, quand ton heure a sonné, faut y aller !


  • #1917851

    Le curcuma pourrait favoriser les hémorroides ?

    Je pensais à peu près le contraire, si quelqu’un a des infos, expériences ...

    Désolé, je n’arrive pas à écrire le tréma.

     

    • #1917931

      Jamais rien lu de tel. N’oubliez pas de mettre dedans du poivre pour augmenter l’efficacité de la curcumine. Environ 5 à 10%


    • #1918001

      Merci pleinouest35, je réagissais à ce que dit Delavier vers 26mn34s.
      Pour le gingembre qui est une épice relativement forte, je peux comprendre que cela ne réussisse pas à tout le monde mais pour le curcuma (très doux même associé avec un peu de poivre noir), cela me surprend.

      J’ai conseillé à mes parents d’en prendre quotidiennement, mon père ayant des hémorroides, je me dis merde si ça se trouve cela lui fait plus de mal que de bien ... Delavier ne l’a pas inventé cet effet secondaire ?

      Je vais lui demander d’arrêter une ou deux semaines afin de voir ce qu’il en est.


  • vidéo qui ouvre à des réflexions. Ce que l’on peut dire c’est que :
    1) La cuisine est une partie intégrante de la culture, mais les intestins ne suivent pas toujours. Les "indiens" n’existent pas, c’est un concept occidental. Au nord, dans l’Himalaya on déjeune de galettes, de viande et de beurre et au sud dans le Kérala on se fait des crêpes de riz au lait de coco avec des légumes.
    2) Les OGM pour nourrir la planète ? Les OGM sont une forme de production issue d’un système d’exploitation destructeur. Je doute qu’au final cela sauve qui que ce soit. Il faut un peu réfléchir au lieu d’accuser les autres de boboïsme.
    3) L’enjeu n’est pas tant dans les assiettes que dans les cerveaux. C’est de la manipulation intensive ininterrompue. Il vous faut voir qui écrit ces livres, qui les publie, qui en fait la promotion.

    Nous retrouvons le même phénomène dans l’industrie du coaching, du bien-être et de la spiritualité. Il s’agit d’une même idéologie trotsko-kabbaliste qui entend détruire les anciennes fondations occidentales et fondamentales de l’Etre, pour en faire un individu isolé, sans racines et sans avenir, balloté au gré du marché et de la mode. L’absurdité va même à le transformer en disque dur, libéré de la chair. La question qui se pose est : qui entretient et alimente les ordinateurs ? C’est Zion, la matrice


  • Moi, j’ai développé - comme bien d’autres - une intolérance au gluten. Du coup, je découvre des céréales comme le teff, la farine de châtaigne et bien d’autres aliments bien sympas. Des jus de légumes bio, curcuma et gingembre inclus. Contrairement à ce que dit ce monsieur, plus d’hémorroïdes et une pèche d’enfer. Plus de lait mais des fromages au lait cru de temps à autres....et tout ceci me coûte finalement moins cher qu’avant car je ne jette plus rien. Je n’achète plus d’eau en bouteille, mes jus compensent. Bref, je revis.

     

    • Le gluten ne me fait rien, par contre, je fais comme vous, farine de chataigne (excellente ! mais un peu chère), farine de riz, etc, c’est très bon et plus léger.
      J’ai remplacé le lait, par le lait végétal riz-coco, essayez, vous verrez, c’est excellent, et il existe même un lait riz-avoine-chataigne, en magasin bio, une vraie tuerie.

      Le persil est aussi une merveille absolue, j’en consomme tel que (sans le cuire, surtout). Du persil plat, un "super-aliment", comme on dit aujourd’hui, idem le curcuma et le gingembre.

      Et pas d’hémorroides non plus, et le médecin.... c’est quoi, ça, déjà, un médecin ? ^^

      Je pense que Delavier exgère un peu sur les impossibilités de s’inspirer des nourritures "étrangères", enfin, disons qu’il ne faut pas faire d’excès et tout ira bien.
      Mais bien sûr, si on se la joue à la mode "moderne", c’est à dire immature, en mode ayatollah qui change complètement de paradigme, alors là, oui, il a raison, c’est chercher la merde, mais autrement, la mesure évite les problèmes.


  • Un élément n’a pas été abordé dans la vidéo, le sucre.
    Le sucre est omniprésent dans toutes les préparations industrielles. Il a investi toutes les cultures, sauf les tribus isolées.
    Dès l’enfance il est fréquent que les parents donnent des sucreries aux bébés. En grandissant, ils deviennent dépendant du sucre. Ruée sur le Nutella et les sodas. Même chez les bobos. On m’a demandé sur quelle planète je vivais parce que je n’avais pas de Coca dans mon frigo.
    Il ne faut pas être grand clerc, pour savoir quelle est la source de l’obésité occidentale.
    Le choix d’une nourriture saine implique une prise de conscience de l’état actuel de l’agriculture/agroalimentaire et de ses conséquences. Donc, si possible, vivre à la campagne et être relativement autonome en fruits, légumes, viande, oeufs... Et se retrousser les manches.
    Pour le reste, il suffit de s’écouter raisonnablement.
    Une vision de l’avenir par Pablo Servigne :
    https://www.youtube.com/watch?v=Zsc...

     

    • #1919110

      Tout à fait la base des bases commence par éloigner de soi ce poison qu’est le sucre industriel, si un jour révolution il y’aura ces gens qui se sont enrichis sur la santé du peuple devront passer sous la lame. Commerçants de l’horreur et autres médecins.


  • #1918184

    Delavier semble ne pas avoir travaillé à fond son sujet le pain n’est actuellement surtout problématique par son taux de gluten qui est passé de 7 % à 18 % parce qu’il permet de faire du pain plus rapidement et le gluten (qui vient de glue) pose des problème aux intestins


  • #1918382
    le 12/03/2018 par johnny halidade
    Faut-il manger en fonction de ses origines ethniques ?

    Il est intéressant ce Delavier ;
    C’est une espèce de Leonard de Vinci du peuple...

    Delavier c’est :

    - La Maitrise du Corps et de son Alimentation (2 fois vice Champion de France de Force Athlétique).
    - La Maitrise du Mot écrit (10 ans rédacteur à la revue "Le Monde du Muscle").
    - La Maitrise du Dessin ("Guide des Mouvements de Musculation").
    - La maitrise (en cours) de l’Art Oratoire (Vidéos Youtube).

    Il applique le principe du "Il faut s’étudier Soi-même et tout découvrir par Soi-même" des Grecs Anciens.


  • Ce type s’écoute parler tout en balançant un sacré paquet d’approximations, rien n’est jamais sourcé... #caféducommerce


Commentaires suivants