Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Grégory Doucet et les nouveaux guignols de la mairie de Lyon

Le nouveau maire EELV de Lyon Grégory Doucet entame son mandat par des mesures clivantes, telles que l’adoption de l’écriture inclusive et l’interdiction de la patrouille de France pour le 14 juillet, regrette l’essayiste Anne-Sophie Chazaud.

 

Dans un contexte particulièrement sinistré, perturbé, entre crise sanitaire majeure (faussant fondamentalement la sincérité du scrutin), décompensation sociétale et crise de confiance voire totale défiance des citoyens à l’égard du politique, une petite poignée de grandes villes françaises a profité d’un taux d’abstention record (souvent supérieur à 60 %) pour passer sous la houlette de listes d’unions de gauche, opportunément mobilisées pour exploiter cette « fenêtre » et regroupées derrière l’étendard de l’écologie politique en vogue comme souvent dans les scrutins intermédiaires.

À Lyon, le nouveau maire EELV, Grégory Doucet, dont l’équipe a fait campagne pour s’emparer de ce qui fut présenté comme un fief de la Macronie (quand bien même Gérard Collomb a fini par s’y opposer avec une certaine force), applique finalement les mêmes méthodes que ce qu’il prétendait combattre, un dégagisme ne faisant jamais qu’en remplacer un autre : un scrutin certes légal mais fondamentalement illégitime au regard du très faible taux de représentativité des votes exprimés (19 % des inscrits !), et une équipe qui, loin de chercher le consensus et l’humilité que ces chiffres devraient naturellement produire, assène sitôt son arrivée des mesures clivantes, violemment symboliques, dépourvues de concertation et peu respectueuses des équilibres antérieurs non plus que d’un quelconque esprit de concorde.

On distingue mal en quoi l’une des premières mesures nouvelle municipalité de Lyon devait se porter sur l’adoption de l’écriture inclusive.

Si l’on peut comprendre qu’une part grandissante des habitants des grandes métropoles, gentrifiées et culturellement boboïsées, aspire légitimement à une amélioration de la qualité de l’environnement urbain, si l’on peut volontiers soutenir des mesures visant à rendre les mobilités plus douces, la circulation plus aisée, la qualité de l’air meilleure et la vie plus agréable, on distingue mal en quoi l’une des toutes premières mesures de cette nouvelle municipalité devait urgemment se porter sur l’adoption de l’écriture inclusive, sauf à considérer que la masculinité dite toxique contenue prétendument dans la langue de Molière produise des émanations de CO2 peut-être discernables à l’œil nu par Greta Thunberg, qui sait…

Cette écriture se caractérise principalement par son charcutage de la langue française, la rendant illisible, lourde, pénible, fastidieuse, tournant, dans une ostentation un peu ridicule, le dos, au nom d’une prétendue égalité hommes-femmes, à plus de mille ans de construction linguistique. Son utilisation a du reste été judicieusement interdite dans les textes officiels et administratifs par le gouvernement d’Édouard Philippe ainsi que sanctionnée par l’Académie française. Cela suffit sans doute pour donner à ses adeptes le petit frisson de la transgression qu’ils recherchent tant, qu’ils espèrent et désirent de tout leur être, dans ce pesant et interminable conformisme de l’anticonformisme : choquer le bourgeois, voilà bien une idée blafarde et jaunie du vieux monde agonisant.

Comme tout ce qui a trait au langage, nous sommes là dans le registre du symbolique.

On doute que l’adoption de cette écriture cryptique, errant quelque part entre le javanais et le Linéaire B, et particulièrement complexe à manier pour ceux qui sont le plus en difficultés d’apprentissage ou cognitives (mais l’idéologie de l’égalitarisme se fiche bien des inégalités réelles qu’il produit, du moment que les enfants d’une caste culturellement nantie peuvent se faire narcissiquement plaisir avec le frisson d’un progressisme de pacotille) contribue à améliorer la qualité de l’air lyonnais.

Comme tout ce qui a trait au langage, nous sommes là dans le registre du symbolique : peu importe le réel, ce qui compte c’est le message que l’on adresse, aussi illisible soit-il ou, précisément parce qu’il est illisible et, derrière lui, le spectre de l’idéologie qui remplace la souplesse et la fluidité du verbe et du parler communs : ce qui importe, c’est précisément que vous ne vous y retrouviez pas. On va leur montrer, à ces bourgeois mais aussi à ces populos lyonnais, de quel bois l’on se chauffe, nous qui sommes tellement à l’aise avec les mots, avec la culture, nous les gagnants de la mondialisation à qui rien ne fait peur… Et l’on attend avec impatience la traduction en langage inclusif du fameux Littré de la Grand’Côte, à l’usage de ceux qui veulent parler et écrire correctement, rédigé en 1894 par ledit Nizier de Puitspelu sous l’égide de l’Académie du Gourguillon, ou encore la rédaction en écriture inclusive de la Plaisante sagesse lyonnaise, rédigée en 1920 par ledit Catherin Bugnard, secrétaire perpétuel de l’Académie des Pierres-Plantées... Ne faudrait-il pas même d’ailleurs tout bonnement censurer certaines de ces plaisantes et célèbres maximes populaires connues de tous les Lyonnais en raison de leur évident sexisme :

« Si te montres trop ta femme et tes pécuniaux, te risques beaucoup qu’on te les emprunte. Et pour ce qui est de les ravoir, y a des chances qu’elle te revienne plus vite qu’eux »… ?

Contrairement à ce qu’elle prétend être, l’écriture inclusive est un pur signe de distinction, de domination culturelle et donc d’exclusion, dans le sens bourdieusien du terme, car seul celui qui maîtrise tous les codes peut se payer le luxe de les déconstruire pour son amusement comme d’autres jouent aux mots-croisés afin de tromper leur ennui. L’écriture inclusive dit à celui qui est contraint de la subir : voyez comme je sais mieux que vous ce qu’il faut dire et penser et comment il vous faudra désormais l’exprimer !

Lire l’article entier sur lefigaro.fr

Comme prévu, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bon article du Figaro, très bien écrit avec une syntaxe "exclusive" de la bêtise dominante.


  • #2503248

    Les lyonnais ont choisi ! Qu’ils aillent tous se faire enc... !

     

    • #2503264

      Exactement ! Et les absents sionistes sont tout aussi responsables ! Lyon n’est plus la capitale de la quenelle mais du plug anal !


    • Je suis lyonnais et je ne l’ai pas choisi. Merci de ne pas mettre tout le monde dans le même sac.


    • Cher Phiddipidès,
      Aucunement intéressé pour aller me faire enc…, je préfère laisser cette pratique à la tribu de sodomites qui peuple nos jolis quartiers de Lyon, je pense que ce loisir leur est plus destiné à eux qu’à moi.
      Attribuer l’idée de choix quant aux résultats d’élections locales et en déduire que la "communauté" lyonnaise, dans son ensemble, valide cette intronisation aux manettes de la ville est à proprement un manque de réflexion.

      Depuis quand une élection représentative (quelle soit locale ou même nationale) détermine un vainqueur électoral légitime ?

      Le plateau de candidats proposé aux inscrits est déjà tronqué puisque mijoté par les partis politiques et ce, en interne.

      De plus, l’abstention énorme n’est pas seulement le signe de personnes soudainement atteinte de paralysie des membres inférieurs qui les empêche de ce déplacer aux urnes, c’est aussi le résultat de la médiocrité de ce plateau électoral qui détourne les inscrits ne se sentant pas représentés par cette brochette de guignols (et à Lyon, c’est le cas de le dire ! ).
      Je rappelle également que les bulletins blancs et nuls glissés dans l’urne ( rituel que j’effectue à chaques élections) sont, justement, comptabilisés dans le camps abstentionniste.

      Conçue comme elle est conçue, l’élection sur son format classique n’est, en aucun cas, la digne volonté populaire ni légitime vis-à-vis de son taux d’abstention record maintenant récurrent.

      Mais les tenants du pouvoir le savent très bien et se gargarisent sur ce constat : même avec toutes ces anomalies, ces magouilles d’alliances, leur faible crédibilité électorale, ces derniers s’octroient bel et bien les clés du pouvoir, leurs avantages sociaux et avantages en nature, les outils juridiques et municipaux pour mener à bien leurs objectifs ; tout ceci aux nez et à la barbes des contribuables qui, grâce à la fiscalité indécente goulument avaler par nos élus, participent malgré eux et très souvent à leur destructuration sociétale.

      Le lyonnais n’ont rien choisi, ils se sont fait imposer un CLAN vainqueur d’une élection illégitime avec un taux d’abstention historique (de déshérence ?) fruit du mécanisme de la démocratie représentative qui est, à elle seule, la plus grosse arnaque de notre actuelle Ripoux-blique.


    • #2503654

      "Les lyonnais n’ont rien choisi, ils se sont fait imposer un CLAN vainqueur d’une élection illégitime avec un taux d’abstention historique ..."
      Désolé cher ami mais, par définition, plus de 6 Lyonnais sur 10 ont choisi de ne pas choisir ! Donc, ils ont bien choisi de laisser les autres choisir pour eux. Certes, le mode de scrutin est sans doute perfectible, mais il n’en demeure pas moins que le pouvoir va à ceux qui ont obtenu la majorité des votants qui ont daigné se déplacer.
      Quand les français, en général, comprendront que personne n’ira "au combat" à leur place, sans doute les choses iront-elles mieux !


    • "Ça, c’est vrai" comme disait la mère Denis ou plutôt le père Denise...


  • Pour voir ce dont sont capables les écolos, faire un stage à Grenoble. Edifiant.
    Mais réélu quand même le Piolle.
    Pour ceux qui ont encore de l’espoir....


  • Les lyonnais l’ont voulu, ils l’ont. Et tant pis pour les trouillards qui ne sont pas allé voter à cause du vilain covid.
    Quelques années de gauchisme accéléré et de déconstruction forcée leur fera le plus grand bien.


  • Pire qu’un gauchiste ? Un écologiste.


  • Pourquoi pas l’écriture inclusive ?? C’est une connerie comme une autre !
    En écologie les coccinelles nous débarrassent des pucerons, les hirondelles des moustiques, les couleuvres des campagnols, etc ...mais quel prédateur naturel nous débarrassera de la bêtise humaine ?
    Quand dans la nature un parasite prolifère exagérément, il meurt asphyxié par ses propres déchets, ou se suicide collectivement (comme les campagnols) ... je pense que si l’être humain n’échappe pas à l’ordre naturel, l’apocalypse est pour bientôt .


  • Le vert Cohen Bandit Pédophile doit être en érection.


  • Dans une démocratie, si moins de 50% des habitants votent, le vote doit être invalidé.

     

  • Tous les politiciens et journalopes en disant "françaises, français" utilisent le parlé inclusif par pur clientélisme. Le masculin l’emportant sur le féminin dans la grammaire française, toutes les générations précédentes comprenaient fort bien que le simple vocable" français" incluait tout le peuple français les hommes et les femmes, pas les chiens ni les poules.

     

    • #2503453

      Oui mais là, c’est une politesse envers ces dames. On leur baise la main d’abord. On serre ensuite la pogne à monsieur. C’est gentil, c’est courtois.
      Il y a un sens bienveillant à ce "Françaises, Français". Quand on est vraiment fort, on respecte et honore la délicatesse de ces êtres féminins pas toujours charmants ; ou tout simplement le dévouement qu’on attend des mères présentes et futures.
      L’écriture inclusive est au contraire agressive et méprisante. C’est une grosse dame qui vous pousse pour avoir la seule place restée libre dans le métro. Puis elle y met ses grosses fesses et triomphe en obligeant par prise de territoire indue, le pauvre manspreadeur à côté a serrer les genoux comme une pucelle.
      L’écriture inclusive est aussi un masque grimaçant imposé à notre merveilleuse langue française.
      Tout cela est signé. Malheur aux villes dont le vilain prinzzz est un LGBTQ, alias ekolo pas rigolo..


    • Absolument pas !

      En écriture inclusive, ce serait Françai-s-e-s, absolument imprononçable, d’où le fait qu’il ne s’agisse que d’écriture, si tant est que l’on puisse employer ce mot pour une aberration intellectuelle de ce genre.

      Par ailleurs, quand on parle "des Français" - quel que soit leur genre - il faut toujours y mettre une majuscule. ;-)

      Quant à l’écriture inclusive en français, c’est une co****ie de plus, inventée par des brèles minables et nuisibles, qui n’ont de Français que le nom", et dont la prétention n’a d’égal que l’indigence intellectuelle dont ils font preuve.

      Vive la langue française, que le masculin continue de l’emporter sur le féminin - au moins grammaticalement - et que ce féminisme absurde et provocateur autant qu’inutile et outrancier aille se faire voir chez Plumeau !!


  • "On va leur montrer de quel bois l’on se chauffe, nous qui sommes tellement à l’aise avec les mots, avec la culture"
    Expression d’encouragement très importante et sans arrogance puisque réelle, contre notre époque de déconstruction du langage, de la culture et du logos.


  • #2503431
    le 14/07/2020 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Grégory Doucet et les nouveaux guignols de la mairie de Lyon

    "l’adoption de l’écriture inclusive"

    sauf qu’effectivement, c’est illisible

    déjà que la plupart des gens ont une orthographe à chier...
    et probablement les élus eux-mêmes

     

  • Les veautes sont truqués, en plus le choix ne peut se porter que sur des partis autorisés par le système. Sinon le RN, seule opposition, a fait un très petit score. Et donc les habitants sont heureux ainsi, qu’ils ne viennent pas se plaindre après.


  • Ce qui est loufoque, et quelque peu une manifestation de folle tyrannie c’est de faire intervenir l’autorité publique (un maire et ses adjoints !) dans un domaine qui relève foncièrement des usages, des coutumes. Lesquelles ont pour avantage d’évoluer lentement, sagement, et sans faire de mal.

    Vaugelas lui-même écrivait : "Ce ne sont pas ici des lois que je fais pour notre langue de mon autorité privée ; je serais bien téméraire, pour ne pas dire insensé, car à quel titre et de quel front prétendre un pouvoir qui n’appartient qu’à l’usage, que chacun reconnaît pour le maître et le souverain des langues vivantes ?"

    Chose plus étonnante encore : là où l’usage devrait être complètement aboli, à savoir l’organisation de l’état, les règles constitutionnelles, on voit réapparaître des ... usages, un droit coutumier invasif ! Ainsi le pouvoir du "président" de démettre le premier ministre est né de l’usage, alors que la constitution est contraire, ou tout au moins est silencieuse, car la France n’est pas une monarchie et que le chef du gouvernement n’a de comptes à rendre en principe qu’aux représentants du peuple. Nous sommes passés en monarchie d’usage.

    On peut conclure que l’ami d’une langue, c’est l’usage. Que ses ennemis, se sont les petits chefs et cheffesses arrogant(e)s et ignorant(e)s qui ne voient rien de mal à s’asseoir sur la constitution écrite..


  • On mesure l’erreur d’avoir accordé le droit de vote aux femmes. Si elles ne votaient pas, tous ces petites couillons de maires ne feraient pas de démagogie minable pour les flatter et tenter d’avoir leur voix.

    Le premier à avoir joué avec les règles du français au profit de la démagogie, c’est De Gaulle avec son fameux "françaises, français !" qui à l’époque faisait s’esclaffer les gens cultivés. Mais c’était une bouffonnerie de mess d’officier et lui même ne prenait pas cela au sérieux. Il riait sous cape. Le drame, c’est que des microcéphales qui lui ont succédé ont pris ensuite cela au sérieux.

    Merci, De Gaulle ! A sciences-po, on enseigne le "je vous ai compris" comme étant de la haute politique, machiavélique à souhait. Macron a fait une thèse sur Machiavel d’ailleurs. Macron, le machiavélisme "de papa" ...

    Mais une chose importante : le parler "inclusif" est destiné aux discours officiels et journalistiques et ne prend pas dans le parler courant. Lequel reste relativement hors d’atteinte sinon pur de toutes ces couillonnades.

     

    • #2504024
      le 15/07/2020 par L’avenir de l’homme
      Grégory Doucet et les nouveaux guignols de la mairie de Lyon

      C’est bien pour ça que les femmes ont le droit de vote et sont de plus en plus représentées partout ! Ce sont de bon petits soldats dociles du système ! Dans les entreprises, pareil : obéissantes et disciplinées. Vous constaterez que ce sont les plus nombreuses à porter le masque ! Et toujours prêtes à vous faire une réflexion si vous n’êtes pas dans les clous ! Des championnes également de la consommation et du gaspillage ! Un marché colossal, les femmes ! Elle réagissent à l’émotion et aux sentiments : un réservoir inépuisable de voix pour les démagos, même les plus nocifs !


    • #2505596

      Bonjour Listener,
      Vous devez savoir que le droit de vote pour les femmes a longtemps été refusé par la gauche de peur d’avoir un vote "clérical", ces dames allant plus souvent à l’église que leurs hommes qui préféraient le bistrot...

      Quand au général de Gaulle, dites vous bien que la démagogie lui était totalement étrangère, que son expression "françaises, français" n’était pour lui que l’élémentaire courtoisie que l’on doit aux dames (il se levait toujours de son siège quand une femme entrait dans la pièce où il se trouvait, y compris pour tante Yvonne) !

      Je suis d’accord avec vous à propos de l’écriture dite inclusive, mais ce qui m’inquiète, c’est que nos français étant occupés à bien d’autres soucis, ils ne vont pas réagir à cette couillonnade comme vous dites si bien ?


  • Que cette écriture dite inclusive est visuellement laide, intellectuellement stupide, et pitoyablement imprononçable !

    Si les pseudo féministes d’aujourd’hui - hystériques et outrancières - n’ont rien de mieux à faire que de lancer cette aberration intellectuelle qu’est l’écriture inclusive, c’est qu’elles n’ont vraiment pas grand chose à faire...

    Par ailleurs, c’est un manque totale d’intelligence - au sens premier du terme qui est de comprendre - que de ne pas se rendre compte que c’est précisément en gardant les mots au masculin que l’on arrive vraiment à l’égalité en terme de construction intellectuelle.

    Comment peuvent-elles, en effet, être assez stupides pour ne pas être conscientes que de créer un mot spécifiquement féminin - pour parler des professions - dévalorise le mot en en faisant un métier "de femme", alors que garder le mot au masculin prouverait bien qu’une femme Directeur/Maire/Président ou auteur/écrivain/pompier s’est hissée jusqu’au poste masculin pris dans son sens premier ?!

    Et lorsque l’on sait que ce sont les éditions Hatier -actuellement dirigé par Célia Rosentraub depuis 2009... - qui ont édité le premier manuel à destination des CE2 en 2017, employant cette nouvelle méthode - féminiser les mots en plaçant, entre des points-milieu, la terminaison du féminin - peut-être faut-il se demander si nous ne sommes pas en passe d’être réduits à la "novlangue" d’Orwell, dont le but est l’anéantissement de la pensée, la destruction de l’individu devenu anonyme, et l’asservissement du peuple...

    Quant à cet écolo-là, on savait déjà que - de façon générale - ce n’est pas l’intelligence qui est la qualité première des membres de leur parti mais leur arrivisme forcené - genre DCB ou l’actuelle Ministre... - mais là, lui, avec cette mesure, il atteint VRAIMENTdes sommets dans la c******* à l’état pur : BRAVO ! :-D

     

    • Un fait fera immanqualblement échouer cette couilloinades montées par des zozos et des démagogues incultes et des hystériques nymphomanes américanisées : le fait que la langue française est particulièrement "sexuée", justement, que les mots (au désespoir des étrangers) sont ou masculins, ou féminins. Que les mots neutres, contrairement à l’allemand notamment, sont extrêmement rares (il y a notamment les titres et les mots faussement qualifiés de masculins alors qu’ils sont neutres. Etude à faire).

      Le résultat, c’est qu’en avançant, cette réforme de l’orthographe va devenir impossible. Pourquoi dire "la" république et faire de ce mot un nom féminin ? Il faut dire "La (Le) République". Pourquoi "le" gouvernement". Il faut dire le (la) gouvernement (e). Et tous les mots "sexuées risquent de devenir motif de querelle. Barnum américain partout.

      Il faut laisser la langue aux usages et tout est réglé.


  • Les cavaliers de l’apocalypse mondialiste ( les sionistes , les lgbt, les écolos, et leur monture " le virus " !! )


  • #2504829

    Et puis bientôt, plus de quenelles, plus de bouchons, plus de pots, et pour finir, plus de lyonnais...

    Hé ho, les gones, réveillez-vous !


  • Un courrier administratif ou un arrêté utilisant l’écriture inclusive est nul de plein droit.

    La langue de la République est la langue française, et le bon usage de la langue française et de son orthographe sont réglementées par l’Académie française.

    Donc écrire en écriture inclusive n’est pas écrire en français.


Commentaires suivants