Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Hausse de la facture d’électricité : le poids des énergies renouvelables

Les Français devront payer plus cher leur électricité. Outre le confinement ou la régulation du marché exigée par l’Europe, le poids de la transition énergétique est prépondérant dans la hausse des taxes sur l’électricité. Fabien Bouglé, connu pour ses prises de positions anti-éolien, dénonce un jeu de dupes dont sont victimes les contribuables.

 

La facture énergétique des Français va s’alourdir en 2021. En cause : les augmentations des tarifs régulés de l’électricité (afin de préserver la concurrence exigée par Bruxelles), ainsi que celle des taxes prélevées. Notamment via la Contribution au service public de l’électricité (CSPE), qui n’a eu de cesse d’augmenter et qui est destinée au financement de la transition énergétique.

À cela s’ajoute un investissement de 100 milliards d’euros sur 15 ans de RTE et Enedis, afin de renforcer le réseau face à l’essor des énergies renouvelables, comme le soulignait le 22 décembre le quotidien Les Échos. En effet, la démultiplication de centrales éoliennes et photovoltaïques qui se déclenchent et se déconnectent de manière intempestive tend à fragiliser la structure du réseau électrique, bâti autour de centrales nucléaires et hydroélectriques qui fournissent la majorité de l’énergie du pays (environs 75 %, avant la fermeture de Fessenheim) et ce de manière continue. Cet investissement sera répercuté sur le Tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité (TURPE) que les Français règlent sur leur facture, à hauteur d’environ 500 euros par an et par foyer chauffé à l’électricité actuellement.

 

Éoliennes : machines à cash pour les industriels

Une situation totalement ubuesque aux yeux de l’essayiste Fabien Bouglé, auteur du livre Éoliennes : la face noire de la transition écologique (Éd. du Rocher, 2019), qui dénonce une « schizophrénie électrique ». Dans son collimateur, le « en même temps » du chef de l’État. Récemment encore, celui-ci réaffirmait devant les caméras de Brut son attachement au nucléaire.

 

 

Le nucléaire, cet outil industriel qui permet à la France de produire « une des électricités les plus décarbonnée au monde », affirmait Emmanuel Macron, tout en insistant sur la nécessité « de faire plus de renouvelable ».

Parallèlement, sa ministre de l’Écologie conserve le cap d’une réduction à 50 % de la part du nucléaire dans le mix énergétique tricolore d’ici 2035, comme promis en 2012 par François Hollande. Du « pur opportunisme » électoraliste aux yeux de notre intervenant, qui juge les deux modèles fondamentalement « incompatibles ».

« Malheureusement, la politique énergétique de la France, qui devrait être une question de souveraineté, d’unanimité nationale, fait l’objet de tractations politiques qui sont extrêmement nuisibles à notre pays. En particulier sur les éoliennes et le photovoltaïques, des énergies intermittentes loin d’être aussi vertueuses qu’on le pense, qui ne servent qu’à faire du "greenwashing". »

La fameuse CSPE, qui depuis a explosé ces dernières années, permet notamment de faire face aux dépenses des pouvoirs publics engendrées par le « rachat à un prix bonifié de l’électricité d’origine renouvelable » auprès des industriels. Or, cette « bonification » est, dans certains cas, particulièrement généreuse. Dans son ouvrage, notre interlocuteur épingle le cas des six centrales éoliennes off-shore qui doivent voir le jour sur le littoral français d’ici 2023 à Yeu-Noirmoutier, Courseulles-sur-Mer, Fécamp, Saint-Nazaire, Tréport ou encore Saint-Brieuc.

En 2014, Ségolène Royal, alors ministre socialiste de l’Écologie, avait garanti aux industriels gestionnaires de ces sites un prix de rachat à hauteur de 221,7 euros par mégawattheure. Soit « quatre fois plus cher que le prix de marché projeté à 53,7 euros en 2022 », comme le soulignait dès 2017 Le Figaro. Le quotidien estimait alors à 2,7 milliards d’euros par an la somme d’argent public appelée à partir dans les caisses de groupes privés (majoritairement étrangers) pour une production énergétique qui ne couvre que 3 % des besoins électriques du pays. Une « gabegie » que s’entreprend à régulièrement dénoncer Fabien Bouglé.

Parallèlement, ce rachat forcé par l’État de l’énergie éolienne par EDF contribue à plomber les comptes structurellement déficitaires de l’énergéticien (cinq milliards de pertes rien qu’en 2013 à cause de ces opérations). Des comptes régulièrement épinglés par Bruxelles qui exige son démantèlement en contrepartie du soutien financier de l’État français. Un comble lorsqu’on sait qu’EDF doit déjà brader 25 % de sa production nucléaire à ses concurrents.

« On marche sur la tête, c’est un scandale absolu ! Comment peut-on à ce point se laisser berner par les autorités allemandes et les lobbys installés à Bruxelles », s’indigne l’essayiste.

Pour ce dernier, la politique de la Commission européenne, actuellement présidée par l’ex-ministre de la Défense d’Angela Merkel, Ursula von der Leyen, n’est pas étrangère à la défense des intérêts industriels allemands. Afin d’appuyer son propos, Fabien Bouglé rappelle que le pilotage de la mise au vert de la production énergétique nationale s’effectue notamment depuis le ministère allemand de l’Économie, via l’Office franco-allemand de transition énergétique (OFATE).

Ce « lobby éolien », cofinancé par les ministères et les industriels qui en sont membres, dispose depuis quelques années également d’un bureau au ministère de la Transition écologique à Paris, et ferait selon Fabien Bouglé la part belle aux industriels allemands de l’éolien, du photovoltaïque et de la biomasse… mais pas seulement.

En effet, ces énergies étant par essence intermittentes, l’implantation de centrales thermiques est parfois requise en guise de « back-up ». Certains groupes énergétiques, spécialisés dans les hydrocarbures, n’hésiteraient ainsi pas à recourir à la promotion de l’éolien afin de justifier l’ouverture de centrales au gaz, au fuel ou au charbon, avance notre intervenant.

 

Les écolos, idiots utiles de l’industrie énergétique allemande ?

Des industriels allemands sont actuellement mis à mal dans leur propre marché domestique. En effet, dans un rapport publié à l’automne 2018, la Cour fédérale des comptes (Bundesrechnungshof) a sévèrement épinglé les dépenses effectuées dans la transition écologique, les estimant « complètements disproportionnées » au regard des résultats. Selon les comptables de Bonn, ce serait pas moins de 160 milliards d’euros d’argent public qui aurait été investi en seulement six ans outre-Rhin.

Ce mouvement avait été amorcé en 2011 par la chancelière Angela Merkel, qui décida de sortir du nucléaire. Il en résulta un bond de la consommation de charbon afin de répondre à la demande électrique du pays (40 % de l’électricité produite par l’Allemagne provient des centrales à charbon) et une facture qui a plus que doublé pour les ménages allemands.

En 2020, l’emprunte carbone du mix électrique allemand s’établit à 362 g CO2eq/kWh, contre 42 g CO2/kWh dans une France vice-championne d’Europe (derrière la Suède) de l’électricité verte… grâce à son parc nucléaire.

« L’Allemagne, qui émet près de 10 fois plus de CO2 que la France dans la création de son électricité, fait un lobbying d’enfer auprès des instances européennes mais aussi auprès du ministère de l’Écologie français via l’OFATE pour dicter la politique énergétique du ministère de la Transition écologique qui a récupéré le ministère de l’énergie », insiste Fabien Bouglé.

En tête de ceux qui font les affaires de l’industrie allemande en France selon notre intervenant : les écologistes. Et pas uniquement parce qu’ils ont historiquement les centrales nucléaires dans leur collimateur. Certains d’entre eux entretiendraient des liens privilégiés avec des acteurs industriels de l’éolien, selon Fabien Bouglé, qui s’interroge sur la sincérité de leur engagement politique. En guise d’illustration, il évoque le cas d’un candidat EELV aux dernières élections européennes, s’avérant être le fondateur de l’entreprise Valorem. Cette entreprise spécialisée dans les installations de production d’énergie renouvelable fut notamment membre du comité de pilotage de l’OFATE.

Le directeur général de Valorem, ex-président de France énergie éolienne, une association décrite comme le « porte-parole de la filière éolienne en France » par le fameux candidat EELV qui s’avère également en être le cofondateur, aurait d’ailleurs écrit à des députés afin de réformer la prise illégale d’intérêts, « délit qui selon-lui empêchait l’essor de l’éolien », écrit Fabien Bouglé dans son livre. Un lien entre entreprises privées et politiques publiques, sous couvert de sauver le climat, que voit d’un mauvais œil notre intervenant, habitué à traquer les prises illégales d’intérêts de maires dans l’installation de parcs éoliens.

« On comprend mieux comment EELV sert la soupe financière et industrielle des Allemands aux détriments des Français. Cette nucléorophobie distillée dans les médias n’a qu’une fonction : favoriser l’industrie allemande », accuse Fabien Bouglé.

Ce dernier évoque également dans son ouvrage le cas de l’ex-tête de liste d’EELV aux européennes. Yannick Jadot fut directeur des campagnes de Greenpeace France, qu’il quitta pour débuter son périple en politique. Toutefois, Fabien Bouglé tient à souligner que l’ONG, qui a milité contre la création de nouvelles centrales nucléaires en Europe ainsi que pour la libéralisation du marché de l’énergie, serait elle-même propriétaire de centrales éoliennes via sa filiale Greenpeace Energy et partenaire de la société danoise Vestas, leader mondial du marché de l’éolien (16,7 % des parts de marché en 2017). Comme quoi tous, en France, ne sont pas financièrement perdants dans le recul du nucléaire au profit des énergies renouvelables.

 

Comme prévu, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • j’espère que beaucoup de monde auront compris que la transition écologique est une arnaque monumentale .Voitures électriques, éoliennes , panneaux solaires et tutti-quanti
    Tout ceci est un attrape nigauds ,et maintenant il va falloir payer la note .Mais ils continueront à dire que c’est bien et écolo .Surtout pour leur porte feuilles .La connerie est un puits sans fond


  • Les écologistes seraient-ils les bolchéviques du capital financier international ?

     

  • Facture EDF : 52 % de taxes !

    Six ! C’est le nombre de taxes, visibles, que l’on trouve sur les factures : taxe sur la "Consommation finale d’Electricité", "Contribution au Service public d’Electricité" (CSPE), "Contribution tarifaire d’Acheminement Electricité" (CTA), TVA à 20 %.


  • Les éoliennes finirons comme les pantalons à une jambe d’Attali ,inutile sauf pour le marché et la finance.
    Pour les vaccin cela dépend des français ,cela sera comme le confinement ,pour la première salve 90 % vont se faire vacciner ,pour la deuxième salve cela descendra à 70% des français.

    Certain pense que la proportion de ce qui se vaccineront sera équivalent au sondage faux puisque il y a ceux qui ont moins de 18 ans cad 15 000 000 de personne eux c’est vaccin direct à cause de leur parents ensuite vous avez les mères (pourquoi pas ?) et par ricochet les pères (sinon dehors avec la bénédiction de l’état)

    Ceux qui ne vont pas se faire vacciner c’est ceux qui ont confiance en Dieu ,ceux qui croient en Dieu ,ceux qui n’ont pas peur de mourir ,ceux qui sont exceptionnels
    Oui c’est gens font parti de l’exception ,les récalcitrants ceux qui n’ont pas besoin de la loi pour se coordonner la famille Lefebvre par exemple l’exception qui confirme que la règle est pour la généralité et pas pour nous.


  • C’est Bruxelles qui exige que nous payions plus chère notre électricité au nom de la lutte contre la concurrence ! Et ceci à l’instigation du lobby allemand ! Nous privant ainsi d’un de nos rares avantages concurrentiels . Zemmour l’avait noté .


  • Un grand merci pour cet excellent article où nous apprenons que nous payons l’électricité des éoliennes QUATRE fois plus cher que la nucléaire et que l’Allemagne émet près de 10 fois plus de C02 que la France . Si Merkel a fermé les centrales nucléaires en Allemagne en 2011 c’est pour avoir le soutien des Verts, indispensables à son maintien au pouvoir ! Comme l’affirme Zemmour c’est d’abord une politicienne .

     

  • Avec le vol des contribuables à travers le Remdesivir (comme lors du H1N1), les Test PCR (près de 20 000 000 à 50 euros en France depuis mars, et c’est pas les 150 euros aux Etats-unis), les radars routiers, les autoroutes payées payantes, etc, une arnaque de plus avec celle de l’éolienne ne me paraît pas impossible.


  • Dans les années 5O, on a dit aux français :acceptez le nucleaire, car dans les années 2000, on aura tellement d électricité, qu’elle sera gratuite .Avec le compteur linky, pour la première fois de ma vie, j ai éxaminé ma facture en détail. IL Y A 2/3 de TAXES ? Est-ce légale ? On a aussi oublié le gouffre financier du CE, dont on ne parle plus depuis des décennies ? Suite à toutes les intempéries, il a été demandé d enterrer les cables ! Trop cher ?Que font-ils des milliards qu’ils encaissent ? Cette entreprises est un gouffre financier. Ils se défendent en prétendant qu’ ils sont les moins chers en Europe, mais ailleurs paient-ils 2/3 de taxes. ? Et en plus, je ne parle pas de leur centrale nucléaire" infinissable "


  • Écologie qu’on vous dit ? Préparez donc vos porte-monnaies... Grace à l’UE et aux réseaux écolos, vous financerez surtout l’industrie allemande et rien de plus !
    Vous n’aurez pas de diminution du sacro-saint CO2 dont on nous rabâche sans cesse comme étant le responsable du réchauffement climatique.
    Mais votre pognon va servir à financer tout ce bastringue énergétique inutile qu’il conviendrait surtout d’appeler "Capitalisme vert !" Et pas autre chose !
    En plus, grâces aux éoliennes et autres "fermes photovoltaïques", on transforme radicalement nos campagnes en sites industrielles au détriment de l’agriculture !
    Ceux qui ont voté Macron et déçus par ce dernier, sont aller voter écolos aux dernières municipales ont visiblement tout compris !
    L’écologie politique est une imposture !


  • Et puis il y a aussi le compteur linky qui a coûté une blinde et qui se repercute, alors qu’à cause de lui des milliers demplois seront non remplacés et quevidemment il ny aura pas de baisse malgre les economies sur le long terme...vu quils en profitent pour augmenter ...Parcequils ne peuvent pas faire autrement, ils ne vont pas s’amuser a rebaisser les tarifs l’an prochain. On va avoir pendant 4 ou 5 ans un excès d’employés payés à rien foutre, puis les départs en retraite seront non remplacés et la facture pour le petit peuple n’aura non seulement pas baissé mais elle aura même enflé. ..

    Les panneaux solaires et une incitation a en installer cest evidemment souhaitable. Il est stupide de changer de politique la dessus. En tout cas pour quiconque croit réellement en l’écologie et en la mecessite dautonomie énergétique


  • Une petite pensée pour les dizaines de milliers de riverains de ces machines gigantesques ?
    Pour info les dernières font 240m de haut et sont tjs installées à 500m des habitations, sans recours ni compensations réels, ceci avec la complicité scandaleuse d’une justice administrative aux ordres.
    Mais ça commence à coincer chez les ploucs...
    Bientôt des tracteurs face aux bulldozers ?

     

  • Effectivement tout ca est du business ! Et on peut rajouter que le soi-disant lobby du nucléaire en France peine à se faire entendre face au (vrai) lobby anti-nucléaire. Il n’a qu’à voir ce qu’on dans les librairies ou à la TV : on n’entend qu’eux ! Et ca interpelle personne ?
    Sans oublier que cette psychose anti-nucléaire fragilise à moyen terme notre Défense nationale (que ce soit les SNLE ou les Mirage 2000N) ; ce qui n’est peut-être pas complètement innocent....

     

  • Toutes ces manœuvres soi disant bonnes pour la nature ne sont qu’une mascarade. On va droit vers la privatisation de tous les secteurs énergétiques indispensables à tous, la modernisation, la mise en conformité européenne, le CO2 etc...ce n’est qu’un ’habillage, c’est à dire la rentabilité de ces entreprises afin de garantir aux futurs propriétaires un dividende certain lors des futures offres, comme nos autoroutes sauf le nucléaire voué à disparaitre, rien d’autres.


  • #2628204
    le 28/12/2020 par Câbles électriques sous-marins
    Hausse de la facture d’électricité : le poids des énergies renouvelables

    Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?
    1- on ne bazarde pas les éoliennes, ce n’est pas le mal en soit,
    2- mais on arrête d’en construire jusqu’à ce que les éoliennes les plus loins du centre (Espagne + Irlande) soient solidement rattachees au centre (France + Allemagne). C’est la condition pour qu’on n’ait pas d’interruption subite de la production quand le vent quitte le centre.
    3- Or la France est séparée de l’Irlande par la mer, il faut un câble de la Bretagne à l’Irlande. Pour l’Espagne, c’est en fait les éoliennes portugaises qui sont visées car le décalage horaire sera encore plus grand. Donc un câble de Bordeaux à Santander sous la mer, puis jusqu’au Portugal par la terre.

    Si on ne le fait pas, ça ne sera rentable que pour les financiers. Car on devra continuer à construire et des centrales à gaz/pétrole pour palier les arrêts des éoliennes du centre.


  • Je suis presque toujours très d’accord avec les articles d’E&R et très intéressé par leur contenu. En outre, j’apprécie particulièrement la qualité de la langue française utilisée par les intervenants d’E&R.
    Mon commentaire porte précisément sur le français utilisé, que je trouve critiquable ici pour l’emploi du franglais :
    — il est dit dans l’article : "la part du nucléaire dans le mix énergétique tricolore". La langue française, qui a 1 500 ans d’âge, n’a-t-elle aucun mot pour "mix" ? N’oubliez pas, en outre, que la langue étatsunienne est une langue nominative, il faut un nom pour tout, y compris pour le "commentage" que je fais actuellement. Le français recourt davantage aux verbes. Le fait d’avoir un nom pour tout appauvrit la langue. Car on met les noms en succession et on les unit par "être", "avoir" ou "faire".
    — il est dit tout au bas de l’article, dans la partie "comme prévu sur E&R" : "la France recourt au charbon et à l’import". Pourquoi ne pas dire "importation" au lieu du mot anglais "import" ?
    Bien à vous.

     

    • "la part du nucléaire dans le mix énergétique tricolore"

      " la proportion d’énergie nucléaire dans la production énergétique française".

      L’expression "la part (de marché) dans le mix" est du langage de stratégie commerciele, il s’agit de gagner des parts de marché.

      Les mot "tricolore" ou "hexagonal" ou "républicain" sont mis à la place de "français" qui renvoit à une nation, et qui est donc considéré comme nationaliste par des gens qui se veulent antinationalistes.


  • De toute façon quand on s’intéresse sérieusement au sujet on se rend compte que l’avenir énergétique de la France passe par

    1 - La sobriété énergétique (arrêter d’acheter des iphones chaque année)
    2 - Le nucléaire et surtout la recherche nucléaire (surtout les projets comme Astrid)
    3 - L’hydraulique
    4 - La géothermie pour le chauffage
    5 - Les transports en commun électriques
    6 - La consommation de fruits et légumes de saison
    7 - L’agriculture biologique
    8 - La capture de CO2 pour le stocker dans les couches profondes

    Bref ... tout ce qu’on ne fait pas !

    Je le dis et je le répète nos écolos sont des putains d’abrutis !


  • L’intérêt des éoliennes ce n’est pas tant le nombre de Kwh c’est l’autarcie des régions rurales éloignées des zones industrielles en cas d’effondrement global ou de débâcle militaire. Même si les éoliennes coûtent 4 fois plus que le nucléaire ou le charbon l’agriculture continue à produire si des terroristes appelés par Macron s’emparent de Paris et des grands centres de production. Évidemment, si la main d’oeuvre EDF locale n’est pas trop servile.


  • Dialogue de sourds comme d’habitude...

    Et le carburant du nucléaire, on le chope où en France ?
    Et les déchets nucléaires, on fait comment ? C’est "vert" le nucléaire ?

    Quant à reprocher à Greenpeace Energy d’avoir un business dans l’éolien, c’est comme reprocher à Casasnovas d’en avoir un dans les extracteurs de jus, si on croit en ce qu’on fait, pourquoi pas le vendre directement, auquel cas l’aspect financier ne sera que secondaire.

    Bref tout ça sont des discussions de comptables dont on se fout un peu en réalité.

     

  • C’est les bobos avec leurs voitures électriques qui vont être content


  • #2628927

    Ce qui va faire très mal au porte-monnaie, dans les prochaines années, c’est surtout le vieillissement de nos centrales nucléaires, parce que, quoi qu’il arrive, ça va coûter une blinde ! Arrêter les réacteurs et réparer ? Des milliards. Arrêter complètement et démanteler ? Des milliards. Et il falloir en construire d’autres, des centrales, parce que ce n’est pas l’éolien qui va compenser (et faut pas compter sur l’EPR de Flamanville, apparemment). Pensez à vous équiper de poêles à bois et de gazinières, en attendant.

     

    • La majorité des centrales existantes on été construites pour une durée de vie en sécurité de 30 ans.
      Plus de la moitié du parc mondiale a entre 40 et 50 ans.
      Des experts don’t on ne peut soupçonner qu’ils subissent aucune pressions ni corruptions allongent régulièrement la durée de vie autorisée.


  • Pour que la concurrence, qui est bénéfique aux consommateurs puisqu’elle entraîne une baisse de prix, puisse subsister, on augmente les prix.
    Logique !


Commentaires suivants