Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

Il est où, le réchauffement climatique dû aux hommes ?

L’article de rfi.fr date de 2008 mais en histoire, une décennie, c’est une goutte d’eau. Une goutte qui justement arrosait ce qui n’était pas encore devenu le « désert du Sahara » il y a quelques milliers d’années...

- La rédaction d’E&R -

 


 

Aujourd’hui, le Sahara recouvre une superficie comparable à celle des États-Unis. Il serait devenu le plus grand désert chaud de la planète il y a quelque 2 700 ans, non pas de manière abrupte comme l’avançait une théorie en 2 000 mais à la suite d’un très lent changement climatique, selon des travaux publiés dans la revue américaine Science datée du 9 mai [2008]. Il y a six mille ans, le Sahara était très vert, couvert d’arbres, de savanes et comptait de nombreux lacs. Cette vaste région, plus grande que l’Australie, était aussi habitée, précisent les auteurs de l’étude.

 

La plus grande partie des indices physiques témoignant de l’évolution de la géographie du Sahara ont été perdus. Mais en étudiant les couches de sédiments prélevés au fond de l’un des plus grands lacs sahariens restant, le lac Yoa, situé à Ounianga Kebir à quelque 1 000 kilomètres au nord-est de N’Djaména, la capitale tchadienne, cette équipe européenne, canadienne et américaine de scientifiques a pu reconstituer l’histoire de la région au cours des 6 000 dernières années.

Les chercheurs ont effectué des tests géochimiques et examiné les indicateurs biologiques comme les pollens provenant des arbres et plantes qui se trouvaient tout autour avant que le désert ne s’installe, les spores et les micro-organismes aquatiques retrouvés dans les sédiments du lac.

« Les résultats de ces travaux vont à l’encontre de la théorie selon laquelle le Sahara est devenu un désert il y a environ 5 500 ans et ce en quelques siècles, marquant la fin de la période humide africaine, quand des pluies saisonnières comme des moussons s’abattaient régulièrement sur la région », explique Stefan Kröpelin, un géologue de l’Institut d’archéologie préhistorique de l’Université de Cologne en Allemagne et principal auteur de l’étude.

 

En 2 000, des données justes mais « mal interprétées »

Les chercheurs sont arrivés aux conclusions d’un assèchement progressif du climat, dû à une évolution des pluies de mousson, elle-même due à un bouleversement dans l’activité du Soleil, qui aurait provoqué l’arrivée d’une grande quantité de poussière de sable dans le Sahara il y a un peu plus de quatre mille ans.

Lire l’article entier sur 1.rfi.fr

 

La science contre les fantasmes
sur Kontre Kulture

 

La théorie du réchauffement battue en brèche, sur E&R :

 






Alerter

69 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1828585
    Le 28 octobre à 09:34 par Louis Delga
    Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

    Une fois de plus, je vois que certains ne veulent pas entendre l’enjeu colossal qu’est la propagation des thèses du réchauffement climatique anthropique ; fort heureusement bon nombre de commentaires prouvent que d’autres se sont informés et ont compris la fumisterie. Tout ceci n’est que propagande pour instiller la peur, la culpabilisation des peuples et surtout instaurer des taxes (les assurances ont déjà annoncé une hausse des cotisations pour 2018 "à cause du réchauffement climatique..."), ainsi que pour graisser bon nombre de personnes au sein du GIEC et dans d’autres organismes engagés, qui, comme par hasard, sont souvent établis chez nos amis helvètes, et pilotés par des personnes... dirons nous, influentes...

     

    Répondre à ce message

  • #1828615
    Le 28 octobre à 10:49 par EPHATA
    Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

    Une chose m’échappe dans ce thème qui voudrait que l’homme ne soit pas responsable du réchauffement climatique.

    Quel intérêt ? Nous dire que les états nous mentent ?
    Peut être nous dire qu’il est donc injuste de taxer les gros pollueurs ?
    Responsables ou non de ce réchauffement, peu importe l’origine ici ; à moins qu’il ne faille penser également que les gros pollueurs ne polluent en fait pas ?
    Et que la pollution n’existe pas ?

    Tout cela m’échappe, peut être que quelqu’un pourra m’éclairer.

    MERCI

    MARIE

     

    Répondre à ce message

    • #1828637
      Le 28 octobre à 11:39 par Mister X
      Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

      La vraie raison de tous les maux du monde : le pétrole.

      Le pétrole provoque la guerre, la dette, les inégalités. Expliquons ça correctement au peuple, il en a rien à battre.

      Alors on a inventé une romance qui est le réchauffement climatique, c’est le classique de la politique mentir au peuple pour son bien. Son bien supposé, je dis pas le contraire. Surtout en faisant du fric pour son bien.

       
    • #1828690
      Le 28 octobre à 13:00 par The Médiavengers
      Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

      Quelque chose m’échappe dans votre commentaire : depuis quand le CO2 est-il considéré comme un polluant ?!

       
    • #1829576
      Le 29 octobre à 20:43 par Philippe
      Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

      à The Médiavengers ... parfaitement exact et bien vu ... le co2 est le carburant des plantes, qui l’absorbe par leurs feuilles qui sont son estomac, on sait qu’à travers l’histoire les hausses de co2 ont été accompagnées par de bonnes récoltes et une croissance des forêts supérieure ... c’est juste logique, et la nature étant parfaite, elle compense les hausses de co2 par une hausse de la photosynthèse via les plantes, et donc une augmentation du co2 stocké dont la quantité va alors se stabiliser puis redescendre. Arrêtons de polluer chimiquement, le terre et la nature réguleront ... si on intervient pas (déforestation massive entre autre).

       
  • #1828639
    Le 28 octobre à 11:41 par dixi
    Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

    Ce sont des preuves accablantes, comme quoi le réchauffement climatique dû à l’humain est une fumisterie .Le réchauffement climatique est une rumeur lobbyiste pouvant rapporter des fortunes .Mais on voit très bien que leur supercherie se fait rattraper par l’histoire de notre planète, preuves à l’appui par des donnés scientifiques et étouffée par les lobbyistes . Comme quoi une rumeur ou propagande peut rapporter beaucoup d’argent, il suffit de bien employer la méthode .

     

    Répondre à ce message

  • #1828678
    Le 28 octobre à 12:33 par Homoursporc
    Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

    Ça recoupe ce qu’en dit Claude Bourguignon :
    https://youtu.be/SGbnqiy29sc?t=52m20s

     

    Répondre à ce message

    • #1828765
      Le 28 octobre à 15:13 par Hacène AREZKI
      Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

      1/2
      Il raconte n’importe quoi. « C’est le sol qu fait le climat » ! Climat tempéré au Maghreb, jusqu’au sud du Maroc, le climat méditerranéen en Mauritanie…
      D’abord, ce serait bien de ne pas ignorer les variations paléoclimatiques. À l’époque romaine, il y avait ce qu’on nomme l’Optimum romain, plus chaud qu’aujourd’hui (et l’Optimum médiéval entre les deux). Ce qui est synonyme de plus humide.
      Ensuite, il serait tout aussi bien de ne pas avoir une vision ridicule de ce qu’est le climat méditerranéen, caractérisé par une dynamique atmosphérique et non par des montants globaux de précipitations. On trouve en climat méditerranéen des régions à 300 mm et d’autres à plus de 1000 mm, voire le double sur certains sommets. Qu’il y ait une péjoration climatique (refroidissement) et que les précipitations baissent n’implique pas un changement de régime pluviométrique. Ce que décrit Claude Bourguignon, passer au Maghreb d’un climat qu’il dit tempéré à un climat méditerranéen, ce n’est rien d’autre qu’une péjoration climatique qui conduit à passer, pour nombre de plantes sous un seuil de satisfaction hydrique ; on a alors une végétation plus sclérophylle.

       
    • #1828767
      Le 28 octobre à 15:18 par Hacène AREZKI
      Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

      2/2
      J’en ai discuté avec un chercheur retraité il y a trois ans, qui me parlait de sa publication la plus citée : l’installation du climat méditerranéen en Afrique du Nord au cours de l’Holocène, d’après les diagrammes polliniques. Je lui ai expliqué ce que je viens d’écrire et il était bien emmerdé. Il y a chez bien des chercheurs un postulat implicite dont ils n’ont pas même conscience : si le climat est méditerranéen, la végétation est méditerranéenne. Or, ce n’est le cas sur aucune des limites de l’aire méditerranéenne : au nord, alors que le climat est encore méditerranéen, on passe à une végétation "atlantique", parce que les pluies deviennent suffisantes ; au sud, alors que le climat est encore clairement méditerranéen, on passe à une végétation "aride", de type steppique, parce que les pluies deviennent insuffisantes pour la végétation méditerranéenne. Pour faire coller les deux en toutes circonstances (climat et végétation méditerranéens), il faut introduire des trucs contestables, aussi variés qu’il y a d’auteurs, du style "en-dessous de tant de mm, on est plus en méditerranéen" et même "au-dessus de tant de mm non plus", ce qui conduit à des aberrations franchement pas scientifiques (au pied de la montagne c’est méditerranéen, en haut non).
      Le palynologue que j’évoquais étudiait l’installation du climat méditerranéen par la végétation, mais le point de départ était l’évolution naturelle du climat. Claude Bourguignon, lui, considère qu’il n’y a pas de variation naturelle, c’est l’Homme le moteur de l’évolution climatique à l’époque, par altération de la végétation. Je le répète, c’est n’importe quoi.

       
  • #1829264
    Le 29 octobre à 10:54 par STEF de MARS
    Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

    Je ne crois pas en l’existence du Sahara.

     

    Répondre à ce message

  • #1829384
    Le 29 octobre à 14:19 par ed
    Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

    Comment peut-on confondre topologie et géo-climatique ?

    Comment peut-on nier la corrélation entre l’explosion démographique urbaine globale et la même croissance exponentielle de toutes les courbes (CO², acidification, érosion, déforestation, qualité de l’air et des eaux, hausse de la température) ?

    Comment expliquer aux faussement sceptiques que le pétrole a forcément une utilité là où il est, que le pomper et le cramer ou le transformer en substances synthétiques ingérables, c’est Maaal ?

    Bon, c’est sûr aussi qu’avec un Allègre lobbyiste qui explique gentiment au peuple français que s’exposer au soleil est presque plus dangereux qu’une centrale nucléaire.... c’est un peu confusionnant.

     

    Répondre à ce message

  • #1829754
    Le 30 octobre à 09:52 par Tôme
    Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

    "Claude Bourguignon, lui, considère qu’il n’y a pas de variation naturelle, je le répète, c’est n’importe quoi"
    "Non ! Vous êtes dans l’erreur. Mais peu m’importe, vous y semblez très à votre aise ".

    Vous ne répondez à aucuns de mes arguments et vous mentez. Les Bourguignons ne confondent jamais les évolutions naturelles de notre climat avec la destruction massive de notre environnement. A mon aise ? Mais vous dites dans votre livre que le complot climatique sert à faire paniquer les gens . Je suis donc selon vous angoissé car des "méchants" m’ont mis dans la tête que nous allons bientôt tous mourir.

    Vous, par contre, vous y êtes bien, à l’aise, dans la théorie du complot, puisque vous voulez faire parler de votre bouquin ( ce sont les interviews et les conférences qui paient...).

    Vous accusez donc la science, la politique, le GIEC de vouloir apeurer les gens pour les manipuler, et se faire un max de fric ou on ne sait trop quoi. Vous prétendez détenir la vérité, aller à contre-courant de la pensée unique en balançant toutes sortes de chiffres, des analyses de températures et on doit vous croire car vous êtes géographe et passionné de Nature. Vous prétendez même prouver, schéma à l’appui le contraire du réchauffement, cad un refroidissement climatique en mettant en cause les éruptions du soleil ou pourquoi pas une saute d’ humeur de notre galaxie ? Dans 100 ans, le retour des mammouths ? Vous avez malgré tout la modestie de dire que vous n’êtes pas prophète et que vous pouvez vous tromper !

    Au final, on se moque bien du réchauffement ou du refroidissement planétaire et de vos petites mesures ridicules de températures. Ce qui compte, c’est le Vivant et la survie de l’humanité. Comprendre les raisons qui mettent cela en péril est essentiel. Je les ai résumées plus haut (microbiologie, rôle fondamental des arbres, etc). Dès qu’on a compris, tout peut s’inverser. Au lieu de dégrader, on agrade, en copiant le modèle de la Nature.

    La preuve : un homme sans formation scientifique, sans outils et sans argent, peut transformer rapidement, tout seul, le désert en jungle d’abondance (voir "L’homme qui arrêta le désert"). C’est autre chose que d’écrire un bouquin conspirationniste à deux balles.
    Cela s’appelle permaculture, et ça marche, même si vous dites que c’est n’importe quoi.
    La perma est une conspiration des plantes pour conquérir la planète grâce à nous. Je vous laisse vous amuser avec votre thermomètre, moi je vais planter des arbres.

     

    Répondre à ce message

    • #1830103
      Le 30 octobre à 20:23 par Hacène AREZKI
      Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

      1/4
      Commençons par les arguments qui n’en sont pas : les attaques ad hominem. Bien pratiques quand on n’a plus rien à opposer et que l’on se cache derrière un pseudo.
      Je serais donc ici pour faire parler de moi et vendre mon livre. Accusation pitoyable et surtout ridicule, sachant que je n’en fais jamais mention, qu’il n’est plus vendu sur Kontre Kulture et qu’en conséquence E&R n’en fait pas la publicité, et que de toute façon il est presque épuisé et donc difficile à trouver. Quant à dire que les interviews et les conférences paient… Déjà, c’est faux, ça ne rapporte rien, et d’autant moins en ce qui me concerne qu’il faut chercher pour en trouver. Le livre est sorti fin 2010, soit il y a presque sept ans, durée pendant laquelle j’ai donné deux interviews, une fin 2010 et l’autre cette année, et fais une seule conférence, gracieusement évidemment, l’an dernier, auprès de gens pour la plupart déjà convaincus (de formation scientifique) et ayant généralement déjà lu le livre. J’ai refusé certaines interventions, car c’est un exercice que je ne goûte guère.

       
    • #1830105
      Le 30 octobre à 20:25 par Hacène AREZKI
      Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

      2/4
      Vous dites avoir lu mon livre, mais affirmez : « Vous prétendez détenir la vérité […] et on doit vous croire car vous êtes géographe ». Il ne faut surtout pas me croire. La manière dont vous formulez cette remarque montre que vous vous appuyez sur l’interview donnée cet été à lameteo.org. Une interview n’est pas un livre. Cela peut éventuellement être un point de départ pour aller plus loin, rien de plus. Si l’on est convaincu par ce qu’on y lit, c’est qu’on est crédule, si l’on pense que c’est tout ce que l’auteur a à dire de son sujet, c’est qu’on est bête. Il ne faut surtout pas me croire sur parole, pas plus que Jouzel et compagnie. J’ai d’ailleurs toujours invité chacun à lire tout le monde, y compris les gens avec lesquels je ne suis pas d’accord. C’est le meilleur moyen de savoir quoi penser et de savoir sur quoi on s’appuie pour soutenir cette opinion. Il y a plus de 300 références dans mon livre. Vous pouvez être en désaccord, mais encore faut-il dire en quoi. Mais peut-être n’avez-vous en fait pas lu le livre, justement parce qu’il est nul (« conspirationniste à deux balles »).
      Plus loin, vous écrivez : « Vous prétendez même prouver, schéma à l’appui le contraire du réchauffement, cad un refroidissement climatique en mettant en cause les éruptions du soleil ou pourquoi pas une saute d’ humeur de notre galaxie ? » Nous avons bel et bien vécu un réchauffement, c’est très clair dans le livre, de même que dans l’interview. Le refroidissement éventuel, qui me paraît très plausible (et prévu par certains depuis la fin des années 1970) concerne l’avenir, les prochaines décennies. Apparemment, vous mélangez encore beaucoup de choses.

      Il n’y a rien de conspirationniste dans tout ce que j’ai écrit jusqu’à présent sur le sujet. En premier lieu parce que le réchauffement anthropique est d’abord une question scientifique et c’est en tant que tel qu’il est abordé dans mon livre.

       
    • #1830107
      Le 30 octobre à 20:26 par Hacène AREZKI
      Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

      3/4
      Vous dites que je ne réponds pas. Pas à tout, c’est vrai. Je me suis contenté du point sur la forêt et les précipitations. Je le répète, il est faux de dire que la forêt seule génère les conditions permettant les précipitations et donc que sans forêt, il ne pleut plus. Les grands massifs forestiers génèrent des aérosols biogéniques servant de noyaux de condensation, mais tous les noyaux de condensation ne viennent pas uniquement de là, très loin s’en faut. C’est un peu comme constater que la part anthropique des aérosols est importante, à cause de la pollution, et s’inquiéter de la disparition de cette dernière en craignant la sécheresse. Et dire cela ne plaide en rien pour la disparition des forêts.

      Quand je dis que vous mélangez tout, c’est parce que c’est vrai : évolution climatique, pollutions diverses, raréfaction des animaux en France (disons érosion de la biodiversité à l’échelle globale), disparition des forêts primaires.
      Encore une fois, j’aime bien Claude Bourguignon, sa verve et sa passion, les connaissances sur les sols qu’il apporte à tous, mais tout ce qu’il dit n’est pas parole d’Évangile. Vous rendez-vous compte de ce que représentent 4 milliards de désert créés, dont la moitié au XXe siècle ? L’agriculture aurait créé plus de deux Sahara au siècle dernier ? Presque les États-Unis plus le Canada. Voyons…
      Et votre exemple du brave gars (il nous en faudrait plus) qui transforme « rapidement, tout seul, le désert en jungle d’abondance » ne tient pas. Ou alors, il faut revoir toutes les définitions. Une zone défrichée, surpâturée et présentant finalement une latérite indurée par la faute de l’Homme peut bien sûr revenir à un stade antérieur, surtout avec un coup de main. Mais cela ne s’appelle pas faire verdir le désert. Avec de vrais déserts, vous pourrez faire ce que vous voulez, ils resteront des déserts. C’est la Nature qui les a fait ainsi et ce n’est pas l’Homme qui les changera. Par contre, oui, il y a bien des choses à faire au Sahel. Mais le Sahel n’est pas le Sahara, il est son rivage.

       
      • #1830138
        Le 30 octobre à 21:03 par Hacène AREZKI
        Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

        Correction :
        « Vous rendez-vous compte de ce que représentent 4 milliards d’hectares de désert créés, dont la moitié au XXe siècle ? »

         
    • #1830110
      Le 30 octobre à 20:28 par Hacène AREZKI
      Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

      4/4
      « Vous accusez donc la science, la politique, le GIEC de vouloir apeurer les gens pour les manipuler, et se faire un max de fric ou on ne sait trop quoi. » Eh ben non, pas la science, certains scientifiques ! C’est un peu bête d’aller sur ce terrain, pour ensuite louer le travail de Claude Bourguignon. D’aucuns pourraient vous dire qu’il joue sur les peurs, que l’INRA n’a pas vu d’un bon œil son travail et qu’il a même fallu qu’il en parte pour ne plus s’adresser aux seuls scientifiques, mais plutôt au grand public. Attention aux trucs en -isme à la mode, conspirationnisme et complotisme, ça peut parfois se retourner contre soi.

      Enfin, élément de plus montrant que vous partez dans tous les sens : en quoi a-t-il jamais été question de permaculture et quand aurais-je dit que c’est n’importe quoi ? Vous divaguez.

      Par contre, nous tombons d’accord : allez donc planter des arbres, c’est une saine occupation.

      Je vous laisse la conclusion : « Au final, on se moque bien du réchauffement ou du refroidissement planétaire et de vos petites mesures ridicules de températures. » Eh bien !, si le sujet ne vous intéresse pas, cessez donc d’en parler.

       
  • #1830248
    Le 30 octobre à 23:39 par Tôme
    Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

    Hacène Arezki
    1/2
    Enfin des arguments plus ou moins valables ! Je veux bien que l’on ne soit pas d’accord avec moi, à condition de tenter de me montrer en quoi je me trompe. Et il y a une grande différence entre dire "je pense que vous vous trompez" et répéter sans arrêt "vous dites n’importe quoi" sans argumenter.

    Si j’ai parlé de votre livre, c’est pour souligner le fait que vous êtes engagé, que vous avez comme une cause à défendre et que vous bénéficiez donc d’une certaine écoute et notoriété. Il suffit de taper votre nom sur Google pour voir défiler les pages vous concernant. Vous intervenez donc sur cette publication en terrain connu, en tant qu’expert non déclaré (en effet, vous n’avez pas parlé de votre livre, raison pour laquelle moi j’en ai parlé, sans avoir jamais prétendu l’avoir lu) et vous avez donc un avantage sérieux pour orienter la discussion par rapport aux gens moins avertis qui suivent ce débat. Vous profitez de votre situation pour donner des leçons un peu faciles à tout lemonde et pour déclarer péremptoirement que ceux qui ne partagent pas votre opinion et doutent de votre théorie ou ont d’autres explications disent n’importe quoi ou mélangent tout. Si par ailleurs vous ne gagnez pas d’argent j’en suis désolé pour vous. C’est dommage d’investir tant d’énergie et de temps pour une cause sans pouvoir en vivre en tout ou en partie.

    Vous dites ne pas propager de thèse conspirtationiste et rester dans le débat scientifique (officiel donc ?). Mais le titre de votre livre "Climat, mensonges et propagande" fait quand même un peu complotiste.

    Et, encore une fois, je ne mélange pas tout. Je réfléchis aux rapports problématiques et antagonistes de l’homme et de son environnement à tous les niveaux : scientifique, religieux, historique, philosophique, poétique et métaphysique. Je crois au péché originel, je crois que l’homme est sorti de la Nature, qu’il a voulu la dominer et que les problèmes ont commencés dès ce moment-là. Je crois non seulement que l’humanité court à sa perte dans un avenir proche mais je pense également que cette situation peut mettre en péril l’avenir même de toute vie sur Terre.
    Je pourrais vous citer du Nietsche, Baudelaire, Dostoievski, Kierkegaard, Shakespeare, la Bible ou le Coran pour illustrer mon propos, mais je vais vous citer de mémoire Hubert Reeves, le poète de l’astrophysique :

     

    Répondre à ce message

  • #1830250
    Le 30 octobre à 23:42 par Tôme
    Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

    2/2

    l’histoire de l’univers est celle de la complexité. Des particules élémentaires aux atomes puis aux planètes. Des cellules de la soupe océanique primordiale aux neurones humains. Et du silex à la bombe atomique. Et la question qui se pose à nous est la suivante : est-ce que la complexité est viable ou pas ? Cette question se pose au niveau universel et ne nous concerne pas que nous. Cependant, Hubert Reeves dit que la modernité et la crise écologique actuelles nous amènent à devoir répondre à cette question. Et qu’il ne nous reste plus beaucoup de temps.

    Je suis convaincu de cela et m’opposerai donc viscéralement à toute tentative de minimiser l’urgence ou la gravité de notre situation. Et le climat, la disparition de la biodiversité et des forêts sont liés. Tout est lié. C’est un principe de la permaculture. La déforestation est la première étape vers la désertification, et inversement. Il y a plein d’autres exemples de déserts redevenus verdoyants en suivant ces principes, comme en Jordanie ou encore dans le désert du Colorado. Dans les années 30 ils ont fait un design, ils ont élevé quelques digues de terre et de pierres. Aujourd’hui, à cet endroit précis, c’est une forêt secondaire spontanée, et rien n’a été planté ni arrosé par personne. Et c’est toujours le désert tout autour.

    Mais je n’arriverai pas à vous convaincre de l’influence néfaste (ou positive) de l’homme sur son environnement et sur le climat. Et vous n’arriverez pas non plus à me convaincre du contraire. Merci néanmoins d’avoir pris cette fois le temps de me répondre.

     

    Répondre à ce message

    • #1830413
      Le 31 octobre à 11:36 par Hacène AREZKI
      Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

      Vous écriviez « vous dites dans votre livre que » et « un bouquin conspirationniste à deux balles », mais maintenant vous affirmez ne jamais avoir dit que vous l’aviez lu… Vous parlez donc de ce que vous ne connaissez pas.
      Vous écrivez « Enfin des arguments », alors que je n’ai fait que répéter ce que j’avais déjà écrit…
      Vous écrivez : « Vous profitez de votre situation pour donner des leçons un peu faciles à tout lemonde et pour déclarer péremptoirement que ceux qui ne partagent pas votre opinion et doutent de votre théorie ou ont d’autres explications disent n’importe quoi ou mélangent tout. » C’est faux. Je ne donne pas de leçon. Vous mélangez beaucoup de choses et je le dis. Comme le font bien souvent d’autres intervenants quand quelqu’un publie un commentaire s’apparentant au vôtre. Si je ne développe pas une affirmation, rien n’empêche de poser une question à laquelle je répondrai.
      Comme de toute façon vous avez un crédo (« Je suis convaincu de cela et m’opposerai donc viscéralement à toute tentative de minimiser l’urgence ou la gravité de notre situation »), rien ne sert d’argumenter. La Vérité n’est d’aucun bord. Vous êtes persuadé de la défendre, mais vous partez de la conclusion pour y revenir. Et si quelqu’un n’est pas d’accord avec vous, vous l’attaquez en tant que personne en portant un jugement. Vous êtes du côté du Bien et si l’on s’inscrit en faux contre certaines de vos affirmations, alors on ne se range pas de ce côté (pour ne pas dire que l’on est du côté du Mal). « Mais je n’arriverai pas à vous convaincre de l’influence néfaste (ou positive) de l’homme sur son environnement et sur le climat. Et vous n’arriverez pas non plus à me convaincre du contraire. » L’ennui, c’est que vous ne savez rien de ce que je pense de la place de l’Homme sur Terre, ce qui est bien normal, car contrairement à ce que vous affirmez, je ne suis pas là pour me montrer, ni (faire) parler de moi. Bref.

      Avez vous des liens sur les exemples que vous citez, à propos de déserts redevenus verdoyants ? (Il est déjà téméraire de parler de déserts en Amérique du Nord (sauf très localement), mais encore plus pour l’État du Colorado !)

       
    • #1830453
      Le 31 octobre à 12:29 par Hacène AREZKI
      Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

      Par désert du Colorado, vous entendez le delta du Colorado, entre Mojave et Sonora. J’étais parti sur l’État. La notion de désert en Amérique du Nord est très critiquable. Mais le désert du Colorado, de même que la Vallée de la Mort, peuvent y être rattachés (c’est quand même très local). Je suis donc d’autant plus preneur de références.

       
    • #1830696
      Le 31 octobre à 19:11 par Tôme
      Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

      Pas au Colorado, oups (je ne suis pas géographe après tout), mais bien en Amérique du Nord (Arizona, Californie). Le désert de Sonora donc (la plus grande zone désertique de l’Amérique du Nord ). Voici la vidéo de la forêt : https://www.youtube.com/watch?v=UOj...

      Bon, si vous discutez les termes et dites que zone désertique c’est pas le désert...peu me chaud ! Ce qui m’intéresse moi, c’est la petite forêt luxuriante venue s’installer là toute seule, au milieu d’une terre aride pleine de cactus. Juste grâce à une intervention minime de l’homme. Avec une intervention maximale, le résultat serait juste incroyable, cad à plus ou moins court terme la disparition totale du désert.

      Si je n’ai pas lu votre livre, je n’ai cependant pas manqué de lire des résumés, des compte-rendus, des interviews que vous avez données, bref, je me suis renseigné un minimum. J’ai donc pris connaissance de votre "dénonciation" du GIEC, du fait que vous relativisez à peu près toutes ses conclusions ( la montée des océans, le réchauffement du climat, etc).

      Mais pour moi le GIEC ne considère que la surface du problème. Il ne traite pas du conflit Nature/Culture, ni du péché originel, ni de la microbiologie des sols, ni du rôle des arbres, ni de la permaculture. Toutes les solutions qu’il propose ne sont donc pour moi que des sparadraps sur des jambes de bois. Cela ne m’intéresse pas.

      Comme je vous l’ai dit, je m’intéresse aux origines du problème et à ses solutions. Ma vérité étant effectivement que nous sommes la source du problème et que nous pouvons dès lors également en être la solution. Votre vérité étant toute autre, nous l’avons bien compris. Chacun restera donc sur ses positions.

      Mais voici quand même 2 exemples qui démontrent mon propos (il y en a bien d’autres) :

      - "Permaculture-Reverdir le Désert" : en Jordanie, près de la Mer Morte avec Geoff Lawton .
      http://www.permaculteurs.com/pin/re...

      - "Verdir le désert" : comment l’homme peut changer le climat, à la chinoise avec John D. Liu. Inimaginable, ce qu’ils ont fait les chinois et les résultats sont tout simplement miraculeux. Idem en Jordanie, au Rwanda, en Éthiopie, bref, le gars est invité partout. Cette vidéo montre aussi le lien entre la végétation, l’hydrologie, la biologie et le pouvoir extraordinaire des arbres sur le climat.
      https://www.youtube.com/watch?v=IDg...

       
      • #1830843
        Le 31 octobre à 23:17 par Hacène AREZKI
        Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

        Vous n’êtes pas dans l’erreur, l’expression désert du Colorado existe bel et bien. C’est un morceau du Sonora. Il me semble que les Américains distinguent les deux. C’est moi qui suis parti vers l’État du Colorado, justement parce que l’expression "désert du Colorado" est peu usité en français (il me semble) et peut conduire à quelque confusion (la preuve !).

        Je n’ai pas tout regardé, parce que 2 des 3 vidéos sont un peu longues et que je ne peux dans l’immédiat. En revanche, celle sur l’Arizona, justement, je l’ai vue.
        Je persiste à dire qu’on ne peut dire que l’on y fait verdir le désert. Justement parce que ce n’est pas un désert. Lisez Théodore Monod, il vous l’apprendra (puisque ce que je peux dire n’a guère d’intérêt). La région connaît deux saisons des pluies (la zone pluviogène passe dessus en allant vers le nord, puis en repartant vers le sud) : d’où la végétation (même si les Américains se plaisent à appeler ça un désert - puis à être abasourdis quand ils voient le Sahara) ; d’où aussi un écoulement de surface, intermittent. Le principe de mettre des digues sur certains chenaux, assez en amont, consiste donc à retenir une fraction de l’eau qui sinon ne ferait que passer. Évidemment, à cet endroit, le bilan hydrique est très modifié, favorable à une végétation plus hygrophile que les cactus et les buissons alentours. Les conditions climatiques sont toujours les mêmes, mais localement on retient de l’eau (qui soit dit en passant fera défaut en aval). En revanche cela montre que la constitution d’un bel horizon humifère peut être assez rapide.

        Je passe sur « votre vérité », vous illustrez ce que j’ai déjà dit.
        Merci quand même pour les liens, évidemment.

         
  • #1831239
    Le 1er novembre à 19:36 par ed
    Il y a 5 000 ans, le Sahara était vert et habité

    Et bla et bla et blaaaa, la ronde des contre-experts du Grand Rien.

    Principe de Précaution, pas Corruption, c’est pourtant simple à déduire ça, non ?

    Ça doit être souillant et avilissant de toujours de chercher à confondre les victimes et les coupables... ça mérite bien une petite contrepartie.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents