Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Italie : convergences et divergences entre le M5S et la Ligue

Comment concilier deux partis qui semblent si éloignés ? D’un côté la Ligue, produit de l’extrême droite transalpine, parti régionaliste qui s’est nationalisé depuis quelques années pour tenter d’imiter le Front national français. De l’autre le Mouvement 5 étoiles (M5S), ovni politique que l’on a cru au début de gauche populiste avant de constater ses positions très à droite et « anti-système » sur certains sujets.

[...]

Les points de division

Ils concernent principalement des questions financières.

- Le revenu citoyen
C’était la mesure phare du M5S. Un revenu citoyen universel de 780 euros par mois. Il a été fortement critiqué par la Ligue, qui y voit une nouvelle mesure « d’assistanat ». Le parti d’extrême droite dénonce le coût exorbitant de la mesure. Selon la presse italienne, un compromis aurait été trouvé pour reporter à l’année prochaine l’examen de cette mesure. La Ligue pourrait en accepter le principe sous condition et en l’échange d’obligations.

[...]

Les points d’accord

[...]

- L’immigration
Le M5S a depuis longtemps adopté une attitude de fermeté face à la question migratoire. Beppe Grillo, l’ancien leader historique du M5S, a ainsi régulièrement tenu un discours très ferme, s’exprimant par exemple contre le droit du sol. Le mouvement soutient la politique du gouvernement sortant visant à contenir les migrants sur les côtes africaines et plaide pour une meilleure coopération internationale visant à améliorer le niveau de vie des pays sources de migrants. La Ligue, elle, va plus loin. Elle a emprunté au Front national son slogan en l’adaptant : « Les Italiens d’abord » et son leader dénonce une « invasion » du pays. Elle a promis de renvoyer des centaines de milliers de migrants vers leur pays d’origine. Reste à savoir où sera placé le curseur entre les deux.

[...]

- Politique étrangère et l’Europe
Comme tous les partis d’extrême droite, la Ligue affiche ses sympathies pour des régimes autoritaires, et notamment la Russie de Vladimir Poutine. La ligne du M5S, typique d’un parti attrape-tout, fluctue en fonction du moment, mais tend en général en direction d’une plus grand souverainisme. Un point peut rapprocher Ligue et M5S : la critique de l’Europe. Le M5S ne prône plus une sortie immédiate de l’Europe et de l’euro mais plutôt une réforme de l’intérieur, tout en critiquant les institutions en place. La Ligue, elle, souhaite renégocier les traités européens.

Lire l’article entier sur lefigaro.fr

Populisme et contre-populisme dans une Europe fracturée,
lire sur Kontre Kulture

 

Le tremblement de terre italien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le job de M5s est d’empecher qu’on pose la question de la sortie de l’UE ; le reste est anecdotique...

     

    • En effet, réformer l’UE étant impossible il leur faudra désobéir aux traités mais ça ne semble pas faire partie du programme non plus. Donc sans sortie, aucune des mesures annoncées n’est applicable. Toujours le même cirque.


    • #1965974

      Tandis que les parti eurosceptiques français restent profondément divisés ne s’accordant que sur une chose : laisser le pouvoir à Macron ; les italiens eux, au moins, essaient de changer les choses. Certes, ce n’est pas parfait, mais vu où en sont les français et notamment la dissidence française, je pense que vos leçons de morale, vous devriez vous les garder vous autres les je-sais-tout dont la sagesse n’a pas été fichue de convaincre les gens de faire gagner un seul leader souverainiste en 40 ans. Viva Italia et à bas les râleurs qui n’en foutent pas une !


    • À Matrix...

      Vous êtes bien naïf -où fou- de vous fier et au m5s et à aux politiciens italiens, en général...

      Je vous le répète : le seul motif à la création d’un mouvement comme le M5s, à l’initiative d’un clown comme Beppe Grillo, est bel et bien de paralyser la vie politique italienne pour le jour où se poserait la question de la sortie de l’UE...

      le le système est plus malin que vous et moi et joue toujours avec plusieurs coups d’avance. Voilà pourquoi il ne perd jamais....


    • #1966421

      @ Le King

      Désolé mais je n’ai pas lu votre texte ; tout ce que je dis et que je répète c’est que l’on a ZERO commentaire à faire sur la politique italienne quand on a Macron comme président et des Marineluchon comme opposants. Désolé. Les dissidents n’ont pas su convaincre la majorité de voter correctement, donc, qu’on arrête de commenter et surtout de faire la leçon aux autres. On a plus aucune crédibilité pour ça.

      Et encore une fois, aux italiens qui me liront : Viva Italia ! On espère que vous donnerez l’exemple aux autres. De la France en tout cas, il n’y a plus rien à attendre. Gracie Mille !


    • A Matrix...

      Je maintiens ce que j’ai écrit plus tôt.
      Qui vivra verra !!!


    • #1973032

      @ Le King

      Hélas, tout le monde s’en moque de ce que vous écrivez, tout le monde.


  • “Le M5S ne prône plus une sortie immédiate de l’Europe et de l’euro mais plutôt une réforme de l’intérieur, tout en critiquant les institutions en place. La Ligue, elle, souhaite renégocier les traités européens.”

    Ouais donc en gros des escrocs qui mentent comme ils respirent. Le fameux couplet d’une "autre Europe" rabâché encore et encore. C’est facile de taper sur les noirs et les arabes, c’est plus dur d’aller à la source du problème, de porter ses cojones et de claquer la porte à Bruxelles pour retrouver une souveraineté pleine et entière (y compris sur le plan des frontières).