Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Jacques Attali sent le vent du boulet de la réconciliation nationale

Dans sa dernière livraison hebdomadaire à L’Express, Jacquou-le-mondialou a frôlé la descente d’organes : la grande peur des bien-pensants se précise et se nomme réconciliation nationale. Oh, les deux mots ne sont pas prononcés, ils sont quasiment tabous chez nos coucous de dominants.

 

Non, ce qui est prononcé, c’est la congruence entre trois grandes forces, ces trois forces qui font peur à l’élite, le national, le social et les réseaux sociaux (et nationaux !) qui sont en train de les cimenter. Honnête, Jacquou ne s’en cache pas, et prévient ses acolytes : la domination va être plus difficile que prévu.

Nous nous sommes permis de commenter les paragraphes du prophète du mondialisme. Il commence par évoquer ces forces qui « menacent la démocratie » :

« A priori, rien que de très normal : trois forces, a priori sans rapport les unes avec les autres, et relativement impuissantes séparément, sont en train de prendre le pouvoir par leur alliance, implicite dans un premier temps, explicite quand cela devient possible.

La première force rassemble tous les tenants des droites nationalistes, hostile à la classe dirigeante taxée de mondialisme effrénée, xénophobe (ou, au moins, hostile à toute présence non européenne sur leur sol), partisans d’un gouvernement fort, volontiers proches des milieux les plus menacés par la modernité, s’appuyant sur des mouvements régionalistes.

La deuxième force rassemble tous les tenants des gauches les plus radicales, hostiles au capitalisme, aux élites financières, aux technocrates supposés à leur service, à la mondialisation effrénée des marchés, s’appuyant sur des mouvements mondialistes hostiles au capitalisme, tels que les mouvements des droits de l’homme et les mouvements écologistes.

La troisième force est d’une nature fort différente, puisqu’elle rassemble, sur les réseaux sociaux ceux qui, le plus souvent à l’abri de l’anonymat, insultent, agressent, calomnient, moquent, injurient, menacent, tous ceux qui, de près ou de loin, ont la moindre once de pouvoir, de célébrité, ou d’influence. »

Bonne nouvelle, notre sympathique élite est au courant que ce qui a été séparé par la force se réunifiera naturellement, et toutes les forces oligarchiques n’y pourront rien. Jacquou n’utilise pas notre glossaire mais le cœur y est, ou plutôt n’y est plus. La droite des valeurs et la gauche du travail sont faites pour s’entendre, et l’histoire le montrera.

Certes, les choses ne se font pas toutes seules, et chez E&R on est bien placés pour le savoir. Mais la fusion est inévitable, malgré les coups tordus de la dominance : régression sociale, conflits triangulés, provocations raciales, répression sous forme d’attentats terroristes, intensification de la propagande...

« A priori, ces trois forces n’ont rien à faire ensemble. Elles s’opposent sur les sujets essentiels, tels l’attitude à l’égard de l’argent et de la démocratie, du capitalisme, des migrants, de l’écologie, de la mondialisation, de la xénophobie.

Et pourtant, de plus en plus, on les trouve alliées, et triomphantes, dans des circonstances variées. Formant ce que je nomme ici “le triangle des extrêmes”. »

Et de citer les (mauvais) exemples de l’Amérique, de la Grande-Bretagne, de l’Italie, de la Hongrie et de la Pologne, priant pour que la France ne soit pas la prochaine sur la liste. Jacquou ne cache pas son angoisse :

« Et demain ? Ces pouvoirs continueront-ils à s’opposer, à s’insulter de toutes les façons ? Ou s’uniront-ils de plus en plus ouvertement ? De fait, s’ils sentent qu’ensemble ils peuvent en finir avec ce que chacun d’eux nomme indistinctement « le système », ils s’uniront, espérant, en leur for intérieur, que les deux autres ne soient, pour eux, que des “idiots utiles”. »

L’expérience prouve que les « idiots utiles » sont en général à gauche et les vrais vainqueurs en général à droite. En réalité, dans tous les cas, les vrais vaincus, ce sont les régimes démocratiques.

Par ce que, au fond, ce qu’ont vraiment en commun ces trois forces, ce n’est pas seulement la haine des classes dirigeantes, mais la haine de la démocratie et ce qu’elle implique : le compromis, la demi-mesure, la nuance, la tolérance du point de vue des autres.

Bravo pour l’inversion accusatoire sur la haine du bas pour le haut, alors que le haut écrase la gueule du bas depuis des lustres.

Inutile de traduire en termes plus prosaïques ce que recouvre l’expression « régime démocratique » dans la bouche d’un Jacquou... C’est exactement le même concept communautaire que « la République » dans la bouche, déformée par la rage et la soumission, d’un Manuel Valls après l’affaire Dieudonné en janvier 2014.

Décidément, à tous les étages, c’est le règne du faux drapeau.

Pour comprendre la vision attalienne du monde,
chez Kontre Kulture :

 

Les derniers oukases du mage Attali, sur E&R :

 

Plus nécessaire que jamais, militer pour la réconciliation nationale avec Dieudonné et Alain Soral :

 






Alerter

61 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2015323

    Pour étayer votre article, j’ai trouvé en lien avec l’une de mes connaissances professionnelles, les tweets d’un ex-PDG (promotion voltaire à l’ENA) qui s’oppose vertement à Attila. Voilà ce nous dit ses 2 tweets. Le premier « Son analyse de ce qui s’est passé avec la consultation des salariés est fausse : non il n’y a eu aucune capitulation et je n’ai rien cédé, contrairement à ce qui se pratiquait dans le passé, M Attali. En même temps juger de la situation actuelle avec des schémas des années 80.... » quant au second cet ex-PDG souligne « Que M Attali nommé il y a 30 ans Psdt d’AF grâce à son frère par le seul fait du prince, ayant laissé la Cie en quasi faillite après avoir creusé les pertes et gonflé la dette, se permette aujourd’hui de donner des leçons de gouvernance et de management est proprement ahurissant ».

    S’affrontent les énarques, X, Mines, polytechnique aux membres de la confrérie des pantalons à une jambe. Dans l’émission de ce jour (30/7) sur TVL, P. Jovanovic précise que les fondations « bancaires » vacillent. Je pourrais rajouter pour pimenter le propos de Jovanovic qu’une lutte clanique s’écharpe. Ainsi dans cette guerre à distance des scènes médiatiques et des gueux, se joue l’épine du pied ou pas au NOM. Dans son livre HG Wells sur le Nouvel Ordre Mondial (p. 163) emploie une formule lapidaire « nous devons garder à l’esprit la détresse d’au moins une génération de mécontents dont beaucoup de gens aux belles manières » (en l’occurrence celles ENA, X..) puisque « notre objectif de guerre » s’enracine par leur arme de destruction massive "les LOIS" (PMA, GPA, privative de liberté (expression (fake news, de programmation sécuritaire)...).

    Pour enfoncer le clou et plomber l’ambiance, les échos ont fait un article récemment sur KPMG. L’auteur précise que ce gros cabinet deviendrait le commissaire aux comptes des administrations françaises. Qui dit KPMG dit faillites en chaîne en maquillant bien évidemment les comptes à la demande de ses clients (ex du groupe Sud-Africain Steinoff dont l’une de ses filiales Conforama est en attente de la date de sa mort prochaine).

    Les événements français récents nous confirment que les plaques tectoniques des luttes entre confréries sont en mouvement => je pense que le feu d’artifice nous promet d’être grandiose et nous, nous serons que spectateurs de ce désastre.

     

    Répondre à ce message

  • #2015326

    Je me reconnais bien dans cette 3e force. Que ça fait plaisir de savoir que ma capacité de nuisance est enfin reconnue et crainte !

     

    Répondre à ce message

  • #2015386

    Jacquou : quand comprendras-tu que lorsque l’on tire trop sur l’élastique, à un moment, il pète ?
    et il va te revenir dans la tronche !
    Traduction :
    - l’élastique c’est la patience de ceux qui produisent de la valeur ajoutée.
    - trop tirer : c’est prendre trop de marge bénéficiaire (taxes) sur cette création de valeur.
    - Toi et tes amis dépendez du fruit du travail de ceux qui sont divisés entre droite et gauche et c’est pas le contraire ! d’où le retour de manivelle...
    Je ne crois pas en l’alliance des partis représentatifs, mais je crois en l’alliance de circonstance (presque inconsciente) de ceux qui se croyaient représentés par tes amis (serviteurs serait plus juste) aux gouvernements.
    La vitesse de circulation de l’’information va plus vite que tes capacités à la dominer. Grâce aux réseaux sociaux, tu peux voir ton inconsistance, car tu as toujours été inconsistant. Avant les réseaux sociaux, tu faisais de la psy de comptoir à raz des pâquerettes, mais tu ne voulais pas le savoir, les sunlights des plateaux télés sont tellement grisants.
    Tout est illusion, Jacquou, mets-toi à la psychologie quantique, ça t’occuperas ! Comme personne ne la comprends, tu pourras continuer à faire le beau.

     

    Répondre à ce message


  • L’expérience prouve que les « idiots utiles » sont en général à gauche et les vrais vainqueurs en général à droite.




    Ah bon, à gauche de quoi et à droite de quoi ? Parce que la "droite des valeurs" prend tellement cher aussi, il reste plus grand chose et le rouleau compresseur avance, tandis que côté "gauche du travail" y’a encore de beaux restes...

     

    Répondre à ce message

  • #2015616

    Quelqu’un a dit : « dans les gares on croise des gens qui ne sont rien »

     

    Répondre à ce message

  • #2015644

    Jacques Attali, comme Henry de Lesquen à l’opposé, c’est le mathématicien raté qui a mis son cerveau au garage de collection : il ne sait plus trop quand il doit le sortir ni pourquoi. Et son cerveau devient alors incapable de reconnaître qu’il a tort devant les faits malgré sa très grande mesquinerie, qui n’est pas de l’intelligence. Et non, le Q.I. ne fait pas tout. Place aux jeunes !

     

    Répondre à ce message

  • #2015769

    La troisième force n’existe pas en tant que telle, elle a des contours indéfinis et ses composants indéterminés n’ont pour point seul commun que de remettre en cause la vérité officielle, et de s’arroger le droit d’avoir une opinion divergente et personnelle. Si elle existe, elle est le prolongement numérique des deux autres forces, et ce que Jaquouille le Mondiablouille veut dire par là c’est qu’il faut contrôler sévèrement et se donner la capacité de museler toute forme d’expression divergente sur internet.

    Quant aux termes « démocratie » et « république » il faut s’entendre sur leur signification réelle dans la bouche du personnel politique, et rappelons-nous que le modèle c’est la démocratie grecque et latine dans laquelle 10% de citoyens règnent sans partage sur 90% d’esclaves et de métèques sans droits politiques. La révolution dite française aboutit, dans une situation de prolétarisation de 90% de la population de France, à un régime censitaire où moins de 10% de la population a le droit de vote et dans lequel les femmes sont exclues de la vie politique.

    En France, la démocratie, c’est-à-dire la prise en compte des intérêts du peuple et de l’existence d’un bien commun au-dessus des intérêts personnels dans les orientations politiques et économiques a existé, noblesse oblige, jusqu’en 1789 où elle a bourgeoisement disparu, puis a reparu à travers les travaux du CNR de 1944 à la seconde révolution dite française de 1968 où l’atomisation narcissique a hissé l’intérêt personnel au rang de prérequis de la démocratie, depuis, forts de cet abrutissement organisé, tous les pouvoirs politiques n’ont œuvré qu’à son érosion et à son arasement.

     

    Répondre à ce message

  • #2015772

    Quand ils parlent de démocratie, pour les dirigeants politiques et économiques « le démos » ce sont les 10% de la population qui forment l’oligarchie et ses prolongements ploutocratiques, et pas le peuple français dans son ensemble.
    Pour comprendre la différence entre la « République » et « la France », il faut bien tendre l’oreille et réécouter les discours de Hollande et Valls qui sont symptomatiques et révélateurs, en prenant soin de noter quand ils parlent de « la France » et quand ils parlent de « la République ».

    La République, doit être comprise dans son sens originel, celui de 1789, dans le discours politique la République c’est le pouvoir coercitif de la chose publique uniquement dans son acception maçonnique de préservation de l’ordre établi. Lorsque les révolutionnaires déclarent la République en danger, c’est de l’ordre maçonnique mis en place au mépris de la volonté du peuple qu’il s’agit, et contre lequel « la France » dans son ensemble s’insurge.

    Lorsque le peuple doit se sentir concerné et consentir à toute décision de la République sans se poser de question, on utilise le mot « France ». Par exemple c’est la France qui a été victime du terrorisme et qui doit en contrepartie renoncer à ses libertés individuelles, et c’est la France qui intervient en Lybie et en Syrie en dehors de toute forme de légalité alors qu’en réalité on ne lui a jamais demandé son avis dont on se passe très bien.

     

    Répondre à ce message

  • #2017684

    Merci pour la clarté, c’est tout à fait lumineux ! .. La domination gentille des élites à la Attali aura bientôt fait son temps, avant que le pays ait fait faillite sous le poids des volontés et des désirs de ces élites qui veulent voir sa disparition pour faire place au ghetto global où régnera une paix définitive, globale et éternelle, paraît-il ! ...

    Le même genre de félicité que celle qu’était supposé apporter la mondialisation, le commerce international et l’abolition des frontières ! ...

    Quand, en fait, la seule chose qu’ait accompli le mondialisme soit une explosion spectaculaire des inégalités sociales et à la création d’oligarques au dessus des lois, dont les pouvoirs sont en tous points semblables à ceux des rois d’antan ! ...

    Mais les populations, pas si bêtes, commencent à comprendre le manêge, et Attali et ses collègues, comme Soros, Rockfeller, Rothschild et compagnie, auront fort à faire pour ne pas se retrouver un jour dans la situation de devoir ouvrir leurs palais aux touristes pour payer le chauffage ! ..

     

    Répondre à ce message

  • #2021042

    En toile de fond : le Relay pour Soral et la Brioche Dorée pour Attali. Correct. ***

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents