Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Europe, la Turquie et le Général

Les relations franco-turques à l’époque du Général de Gaulle (1958-1969)

« La volonté, c’est celle d’être soi-même l’artisan de son destin-autant que l’on peut, et on le peut bien davantage qu’on ne le croit communément. C’est de ne s’en laisser imposer ni dedans, ni dehors. C’est pratiquer une politique délibérée voulue précisément, que l’on définit soi-même ».

Maurice Couve de Murville.

La politique d’un État est dans sa géographie : « elle suggère comme la vue d’un portrait…l’impression d’une destinée » [1] écrit Charles de Gaulle (1890-1970) dans les premières pages de Vers l’armée de métier. C’est la vision d’un homme convaincu du sens tragique de l’existence. Mer de souffrances, impitoyable de dureté, l’Histoire forge le caractère des peuples et les entrainent vers la gloire ou la destruction. À la jonction des éléments, la France et la Turquie essuient le perpétuel ressac de la lutte entre puissances océaniques et continentales. L’enjeu demeure le contrôle de l’île mondiale : le Heartland, (Russie-Europe) et de son anneau périphérique le Rimland (Moyen-Orient-Asie).

C’est à cette double « pression du dehors » que se sont heurtées, la France « centre d’un Occident entre l’ancien et le nouveau monde » et la Turquie, « maîtresse des détroits entre l’Europe et l’Asie [2] ».

Le chef d’État français conteste l’ordre bipolaire hérité de Yalta et appelle de ses vœux une Europe européenne. La politique de la France en direction de la Turquie épouse les grandes lignes du dessein gaullien. Elle délivre un message d’indépendance nationale et d’émancipation des blocs. La nation, c’est le sentiment d’appartenir à une communauté de destin, pour assumer une mission universelle [3]

Une relation pétrifiée par la Guerre froide

La « petite Amérique »

En 1958, le monde sort de la phase la plus tendue de la confrontation Est-Ouest pour entrer dans une période de coexistence pacifique. Mais la Turquie reste sur le qui-vive [4] . Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’Union soviétique exige la restitution des vilayets orientaux de Kars et Ardahan, et un droit de regard sur les détroits. Ces sommations brutales scellent la décision d’Ankara. Les Turcs renoncent à l’autarcie kémaliste. En échange, le pays bénéficie du plan Marshall (1947). Ultime étape, l’adhésion à l’OTAN (1952) sanctionne l’intégration de la Turquie dans la stratégie d’endiguement des États-Unis.

Au cours de cette décénie et probablement à aucune autre époque de son histoire, la Turquie ne subit une telle osmose avec l’Occident [5]. Le système du parti unique est aboli. L’isolement rogue est abandonné, tout ce qui vient de l’Ouest est perçu comme bon. Et paradoxalement, retournant à ses pulsions profondes que la laïcisation kémaliste avait plutôt recouverte qu’annihilé, la Turquie revient au sacré [6]. On réouvre les mosquées, les écoles religieuses, la radio diffuse les appels à la prière, le pèlerinage à la Mecque est autorisé [7]. Face à l’ours soviétique, les élites républicaines allument les contre-feux de la réaction [8]. La survie du pays en dépend.

Lire l’intégralité de l’article sur stratpol.com

Notes

[1] Charles de Gaulle, Vers l’armée de métier, Paris, Plon, 1963, p .1.

[2] Charles de Gaulle, Discours et messages, Paris, Plon, 1970.p.343.

[3] Témoin du siècle, Ernst von Salomon (1902-1972), rejoint le Général lorsqu’il oppose le couple nationalisme-impérialisme. « Le nationalisme authentique, c’est la volonté d’un peuple de vivre selon ses propres lois, ce nationalisme est et sera toujours le véritable ennemi de l’impérialisme. C’est ainsi, et pas autrement, qu’il faut comprendre aujourd’hui le nationalisme des peuples d’Asie et d’Afrique : une lutte révolutionnaire pour l’indépendance », in Ernst von Salomon, Le destin de A.D, NRF, Gallimard, Paris, 1963, p.49.

[4] Feridun Cemal Erkin, Les relations turco-soviétiques et la question des détroits, Basmour Matbaasi, Ankara, 1968, pp.489-504.

[5] Georges Duhamel, La Turquie nouvelle puissance d’Occident, Paris, Mercure de France, Paris, 1954.

[6] Necip Fazil Kisakürek, Benim gözümde Menderes, [Dans les yeux de Menderes], Büyük Dogu Yayinlari, Istanbul, 2004.

[7] Jacques Benoist-Méchin, Le roi Saud ou l’Orient à l’heure de la relève, Paris, Albin Michel, 1960.

[8] Sevket Süreyya Aydemir, Menderes in drami, [Le drame de Menderes], Rengi kitapibi, Istanbul, 1979. p.154.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1082735
    le 10/01/2015 par Soliman
    L’Europe, la Turquie et le Général

    Avant d’adhérer à l’OTAN en 1952, les Donmeh de Turquie avait reconnu l’Etat Israel dès 1949, la Turquie étant le premier Etat musulman à le faire .

     

    • #1082847
      le 10/01/2015 par FRANCO
      L’Europe, la Turquie et le Général

      Pour info : la Turquie est un pays laïc comme la France.
      Arrêtez s’il vous plaît avec la Turquie Muslumane.
      La composition du peuple est majoritairement Musluman...
      Pour celles et ceux qui ont des notions de ’’Droit réel’’ feront la différence de ce que j’écris.


  • #1087935
    le 13/01/2015 par Evet (oui )
    L’Europe, la Turquie et le Général

    Totalement vraiment exact.
    Parfaitement expliquer.
    Merci