Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Eurovision, symbole de la pseudo-civilisation de l’Union européenne

La 60e édition du concours Eurovision vient de se terminer et fait encore une fois la une de la presse, après avoir monopolisé les esprits, les foules et surtout d’incommensurables budgets marketing.

Je dois bien l’avouer, je fais partie des gens qui n’ont jamais regardé un seul concours Eurovision, et il y a bien des raisons à cela.

Il y a tout d’abord l’illogisme culturel qui accompagne l’Eurovision. Si le concours est organisé par l’Union européenne de radio-télévision, il est ouvert à tous les pays membres et diffuseurs, soit des pays situés en dehors de la zone européenne, par exemple dans le Pacifique ou en Afrique. Pour cette raison sans doute, la quasi-totalité des chansons sont émises en anglais, dénaturant ainsi totalement le projet, qui d’européen à la base, est devenu un projet globaliste en langue anglaise. Sur les 16 dernières années, 15 des chansons gagnantes ont été interprétées en anglais.

Il y a aussi l’aspect politique qui accompagne, et chaque année un peu plus, cet événement. 2014 a été un grand cru concernant le délire permanent qui accompagne l’Eurovision, lorsque l’artiste Conchita Wurst, travesti allemand d’origine colombienne, a emporté la victoire. Dans le même temps et depuis le début de la crise ukrainienne, les artistes russes sont hués par un public visiblement bien éduqué par le mainstream médiatique tandis qu’il n’acclame que des artistes plus médiocres les uns que les autres.

Il y a surtout l’insupportable pression médiatique et marketing qui accompagne chaque année cet événement, dénaturant ce qu’il devrait être, à savoir un moment artistique. Comme la responsable des divertissements de France 2 vient de le soulever : il se pose la question de savoir si la France doit participer l’année prochaine à ce show, dont les résultats électoraux dépendent de plus en plus des fortes accointances géographiques et culturelles entre les pays. Ces tendances lourdes sont apparues dès les années 1970 lorsque des blocs politico-musicaux ont commencé à se former, entre Scandinaves d’abord puis par exemple entre États de l’ex-bloc post-soviétique.

Hormis la France, un autre pays se demande s’il doit continuer à participer à cet événement : il s’agit de la Russie. Les huées qui accompagnent les chanteuses russes, que ce soit la ravissante Polina Gagarina [photo ci-dessus], qui d’ailleurs aime la France, ou les sœurs jumelles Tomalchevy l’année dernière, sont visiblement la goutte de trop.

Certains commentateurs ont ouvertement remis en cause la nécessité pour la Russie de participer à un événement qui promeut une « culture globale asexuée, anglophone et antinationale ». Ce ton est révélateur des grandes et novatrices scissions qui s’opèrent entre les élites russes et occidentales alors que jusqu’à présent, la Russie avait toujours présenté des artistes de la scène rock/pop traditionnelle, et non issus de la puissante scène musicale patriotique que le pays connaît pourtant, que l’on pense par exemple au duo TATU en 2003.

Quoi qu’il en soit, l’Eurovision est symptomatique du malaise qui accompagne la politique que Bruxelles mène, que ce soit à l’égard de la Russie mais aussi de l’Europe. Peut-on imaginer un concours Eurovision 2016 sans la Russie et la France, mais avec par exemple l’Australie, la Tunisie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie ? Cela montre une fois de plus que les élites européennes et l’Union européenne ne font pas l’Europe mais le mondialisme.

À quand un concours Eurovision authentique organisé par Paris et Moscou, et qui promouvrait des groupes traditionnels chantant dans leurs langues nationales ?

Quelques suggestions de textes pour les prochains
candidats français à l’Eurovision, chez Kontre Kulture !

Garnir sa discothèque avec Kontre Kulture Musique :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • " Conchita Wurst " s’appelle en fait Thomas Neuwirth, il n’est ni autrichien ni colombien, c’est un Juif , comme Lucien Neuwirth , celui qui fit légaliser la pilule en 1967, ce qui fit commencer le déclin démographique des Blancs en France .

     

  • Pas question de regarder un Barnum pareil .


  • La France a été ,jusqu’en 82,la grande gagnante de l’Eurovision avec des chanteurs et chanteuses s’exprimant en français mais concourant sur divers pays (Monaco,Luxembourg,France)...Parce que le jury de pré-sélection n’a jamais eu de nez,ici et parfois a tenté en vain de se rattraper en sélectionnant une ancienne gagnante...Hors,personne n’a remporter deux fois le concours !!

    Depuis,c’est devenu n’importe quoi...De la merde en barre et en anglais !

    Je regarde,parfois les gagnants des années 60,70...la différence est criante !


  • Que des votes politiques et de "genre".
    Y a pas à dire, la chanson.... c’est le clou du spectacle.
    Mais quand un génocidaire obtient... le Prix Nobel de la Paix !! tout est possible. Voire l’Arabie Saoudite Présidente des droits de l’Homme (candidate pour le moment... mais ça se fera !).


  • Le fait que "Conchita Wurst" soit juif ou pas n’est pas le problème. Il pourrait être aussi bien javanais, tunisien ou suédois, ça reviendrait au même. L’Eurovision resterait un concours de propagande mondialiste grotesque et médiocre.
    Je pense qu’il y a des problèmes plus graves que l’introduction de la pilule sur le marché français. Perso, je suis plutôt content de pouvoir coucher avec une nana sans avoir peur de la mettre enceinte. Faire l’amour ne sert pas uniquement à avoir des enfants.

     

    • « Il pourrait », mais concrètement il ne l’est pas. ça ne revient pas au même puisque le cas que tu évoques n’existe pas.

      Tu es à genoux devant la pornocratie, tu es soumis à elle, tu la valides corps et âme, tu lèches le cul de la réification des femmes et tu oses te prétendre antimondialiste, en ayant en plus l’audace de t’exprimer ici péremptoirement. Imposteur !

      Et ne prétends pas « faire l’amour » alors que ne fais que t’adonner à des vils passions, espèce de minable suintant l’hypocrisie et l’inconséquence. Tu ne sais même pas ce qu’est l’amour, ça surpasse ton tout petit mental.

      En fait, les seuls résistants authentiques ont toujours été les Catholiques. Qui t’emmerdent bien sincèrement en passant.


    • Bah ça reste tout de même une circonstance "aggravante"...certains diront "encore eux" ou "ils sont partout", en l’occurrence, le hasard fait qu’ici cet homme trans qui fait sa propagande lgbt est aussi juif...curieux hasard, qui tombe pile pendant cette période malsaine promu par qui on sait...

      Pour ta dernière phrase, va falloir arrêter ce délire : SI FAIRE L’AMOUR sert uniquement à avoir des enfants et ce n’est pas parce que des gens ont réussis à noyauter son utilité principale pour les quelques secondes de bien être que te procure la jouissance que son utilisation change. Ceux qui disent le contraire son en général de l’autre coté de la barrière...Et je ne suis pas religieux...

      Sinon pour la pilule, ouais, t’es un mec parce que je suis pas certain que t’avalerais un médicament que le système entier t’a persuadé de prendre (qui fait plaisir au lobby pharmaceutique au passage) pour pouvoir user de ta capacité de jouissance....déréglé précisément par les mêmes qui te bourrent le crane de l’importance de la prise de ces médocs...

      Imagines, t’aurais pu finir dans un mouchoir...ou dans un "vagin stérile" si ta mère avait pris la pilule...


  • J’ai regardé l’Eurovision et surtout écouté les réflexions nauséabondes
    de Marianne James , vis-à-vis de la Russie ainsi que sur la chanteuse
    Russe qui pourtant était méritante , pour M.James il lui était insupportable
    qu’elle reste 1ère au résultat des votes et quand la vapeur s’est inversée ,
    elle était réjouie et ne se cacher pas d’en être très contente.... !

    Elle ne méritait pas gagner parce que Poutine ceci , Poutine cela....

    Voila l’état d’esprit de ces peoples ,la même pensée que le système.....
    même à l’Eurovision la politique s’applique...scandaleux !

    Une soirée abominable à écouter ses commentaires.....

    Et dire que cette même M.James ventait la chanteuse Française qui
    malheureusement ne cassait pas des barres , mais selon elle , elle devait
    gagner car elle avait un joli message à faire passer , devinez quoi.... ?
    " la mémoire " dommage les votants eue , ne l’on pas eue..... !

    Le répétitif tue....la corde est usée....

     

  • Ah Polina... y’a pas à dire, pour le coup la Russie a fait fort, premièrement parce que sa chanteuse sait chanter (elle n’est pas la seule, certes), sa chanson est objectivement l’une des moins mauvaise (ça reste de la guimauve, certes), et elle est canon ! :D

    Maintenant j’ai jeté un oeil par curiosité sur cette édition 2015, et au départ du décompte des points, la Russie avait pris la tête, de peu, mais à la fin la Suède est repassée devant. Et les commentaires de nos deux zigotos (Bern et James je crois) c’était insupportable. Notamment le "hein Vladimir ?"...

    Et l’Eurovision avec l’Australie, c’est quand-même marrant comme concept. De plus je m’étonne qu’Israël n’ait pas remporté le trophée d’ailleurs.


  • L’Eurovision, c’est de la merde, point barre. De toute façon, dès qu’il y a "euro" dans un mot, déjà, faut se méfier...

     

  • joli...belle analyse...pour quelqu’un comme moi qui suit un peu le truc je n’ai rien a redire sur les constats


  • Chaque année, je l’avoue, je regarde l’eurovision. cette émission est tellement kitch, que les mauvaises chansons ainsi que les costumes et les chorégraphies proposés me font rire. Et il faut l’avouer il y parfois de jolies perles comme la chanteuse russe.

    Je ne remets pas en cause le classement qui à mes yeux est plus ou moins correct. De toute façon c’est une chanson "passe-partout" qui a gagné (heros of our times : tout un programme). Et la chanteuse russe était trop émotionnée lors de la finale, elle chantait comme si elle avait déjà gagné, elle était au bords des larmes, dommage !

    Ce qui me dérange dans cette bouffonnerie, ce sont, depuis la guerre en Ukraine, les sifflets du public à l’encontre de la Russie lors des point accordés, malgré un rappel à l’ordre de fairplay d’une présentatrice.

    L’euro-vision est clairement de parti pris, il est politique depuis toujours et orienté mondaliste : invitation de l’australie pour les 60 ans de l’édition (demain les usa ?) Que dire alors de la présence d’Israël, dont personne ne s’offusque, qui ne reçoit aucun sifflet ou huée du public (de peur d’être taxé d’antisémite) mais au contraire des applaudissements d’un public ayant la mémoire courte par rapport au massacres des Palestiniens à Gaza.

    Pour éviter les commentaires télévisés orientés, j’ai regardé l’émission sur le poste belge, sans commentaire politique mais humoristique.

    Enfin, je trouve que la chanteuse de la Lettonnie, en plus d’être jolie, avait une voie magnifique et que sa chanson était envoutante.


  • Magnifique spectacle.
    La scène était un oeil avec une pupille de projecteurs qui flashaient sporadiquement. Belle pyramide inversée au début de la messe. De jolies pyramides sont apparues je ne sais combien de fois sur le fond du décors, quelquefois surmonté d’un oeil. Les rampes de projecteurs nous ont balancés comme un stroboscope, 7 à 13 raies concentriques formant me semble-t-il une pyramide. Et j’en oubli, pas eu le temps de tout analyser.
    Enfin, belle et jolie grande messe. A revoir, j’insiste.
    A décortiquer.

     

  • Cette manifestation est devenue un assaut mondialiste de plus.

    L’art, ou ce qu’il en reste, y est instrumentalisé au service du libéralisme-libertaire et de l’impérialisme qui en est indissociable.

    Il s’agit d’une des nombreuses façons de diffuser l’idéologie libérale-libertaire : dans ce cas, cela prend la forme de chansons soporifiques dans la langue du Maître anglo-saxon. La pointe extrême de cet aspect du libéralisme-libertaire est constituée par toute la production débile de l’industrie du divertissement états-unienne (le mass entertainment), tel le nouveau film de propagande de Disney (un sous-empire du mal) Tomorrowland.

    Il s’agit d’habituer lentement et insidieusement les Européens à la domination de la langue anglaise et à l’univers idéologique véhiculé par la culture anglo-saxonne.

    Preuves, s’il en faut, que c’est idéologique et non pas artistique : le dénigrement des chanteurs russes et l’hégémonie de l’anglais.


  • vous prenez l’Eurovision trop au sérieux. C’est une soirée trash en famille ou entre copains, quand on a rien d’autre à faire.... comparable à une soirée nanar du genre "mon curé chez les nudistes" + "mon curé chez les Thailandaises". Des chips, de la bière, en se marrant devant un niveau d’affligence internationale rarement atteint.


  • Les mondialistes, promoteurs hystériques et intéressés de " l’ anti racisme ", font huer des personnes en raison de leur seule origine , ici des Russes.
    Comme avaient été hués, en leur temps, sur les terrains olympiques, les sportifs serbes.
    C’est à ce genre d’actions que l’ on sait que l’ Occident n’ est plus dirigé par des vrais Occidentaux ayant le sens de l’ honneur et de culture chrétienne mais par des aliens oeuvrant pour leurs propres intérêts .


  • Les gens, l’argent, les frontières, le temps même mués en concepts virtuels perdent de leur saveur. L’Europe avec ses frontières terrestres on sait ce que sait mais sans elles ça ne veut plus rien dire. SI l’Eurovision de la Chanson coïncide avec avec une vision, elle n’a visiblement plus rien avoir avec de la musique.


Afficher les commentaires suivants