Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’école va mal, supprimons-la !

Tout a besoin d’une tare, d’un point aveugle, d’un degré zéro à partir duquel on peut composer une échelle de valeurs. McDo pour la gastronomie. Anna Gavalda pour la littérature. - 273,15° pour le froid. Et François Bégaudeau (photo ci-contre) pour l’éducation.

La fabrique de l’audace

L’inoubliable auteur d’Entre les murs, interprète de son propre rôle dans le film qui en a été tiré, ex-enseignant aujourd’hui en disponibilité, qui se répand de temps en temps en articles alimentaires et en livres insipides, vient d’égaler son propre record de nuisance avec une interview dans les Échos où il préconise sans complexes "une mesure très pragmatique, la suppression de l’école obligatoire, et son remplacement par un service d’éducation non obligatoire à partir de l’âge de huit ans. Jusqu’à cet âge, l’école a la vertu de soulager les femmes... Mais elle n’est pas une fabrique d’audace : elle est davantage faite pour discipliner que pour faire bouger les codes et créer des gens audacieux".

Seule l’instruction est obligatoire

Reprenons point par point. Primo, l’école n’est pas obligatoire : c’est l’instruction qui l’est. Moult parents font la classe eux-mêmes et, parmi eux, il en est des compétents, des fumistes et des illuminés, que des inspecteurs de l’Éducation nationale visitent régulièrement, tombant, au gré des cambrousses où certains se sont exilés, sur des pédagogues efficaces, des babas spécialistes du fromage de chèvre ou des membres de sectes folkloriques.

Quant à l’idée de la commencer vers huit ans, et encore sur le mode du volontariat, c’est sûr que ça facilitera la réduction de ces 18 % d’illettrés - chiffre en légère augmentation ces dernières années - qui entrent en sixième. Sans doute sera-t-il plus commode de ne pas les y faire entrer. Ils auront ainsi plus d’audace... Qui sait ? Ils en deviendront peut-être aussi intelligents que Bégaudeau.

Lire la suite de l’article sur lepoint.fr

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1031697
    le 17/11/2014 par Souch39
    L’école va mal, supprimons-la !

    On peut quand même penser qu’une mère au foyer pourrait mieux, ou en tout cas aussi bien, apprendre le français et le calcul à chacun de ses 1.9 enfants entre sa naissance et 8 ans, qu’une maitresse démunie par le pédagogisme et le multi-culturalisme, non ?

     

    • #1031733
      le 17/11/2014 par rectificateur
      L’école va mal, supprimons-la !

      Eh bien non, ou en tout cas pas n’importe laquelle. Contrairement à ce que peuvent croire ceux qui n’ont jamais eu à s’y coller, faire la classe est un métier difficile, un vrai métier, et encore plus difficile quand on s’adresse à ses propres enfants. Et puis pourquoi forcément la mère ? La féminisation du métier d’instituteur est déjà un vrai problème pour les petits garçons qui souffrent de n’avoir souvent aucun modèle masculin auquel s’identifier à l’école.

      Sinon, tout ce que dit Brighelli est très bien expliqué aussi par Michéa dans "l’enseignement de l’ignorance". Avec des mots féroces sur les pseudo-révolutionnaires de 68 qui n’ont fait la révolution pédagogique que pour tirer la couverture à eux, et se foutre pas mal du bien commun et de l’avenir des élèves et étudiants.


    • #1031745
      le 17/11/2014 par Hystero
      L’école va mal, supprimons-la !

      Personnellement, avant de rentrer en CP je savais lire, écrire, compter, et j’en remercie ma mère.
      Mais je vois jour après jour que les parents sont totalement déresponsabilisés, pour nos jeunes couples, si les enfants sont cons comme des balais et ne savent pas lire, c’est à cause de l’école et de la TV devant laquelle ils sont plantés. Je vois des parents chez eux qui critiquent leurs gosses " Regardes, il est encore devant la TV " et pourtant ils ne font rien pour les en empêcher.
      Et ce n’est pas le niveau social qui a influé dans mon cas, je suis issu d’une vrai famille de prolo, père manutentionnaire et mère au foyer, donc ce n’est aucunement une excuse pour ne pas inculquer les bases à vos enfants.
      Merde, prenez vos enfants en mains ! Quand même !


    • #1031774
      le 17/11/2014 par MDV
      L’école va mal, supprimons-la !

      Oui.

      Cela dit, il reste à voir combien de gens ont la pédagogie nécessaire pour transmettre de multiples savoirs à leurs enfants. Pour leur apprendre également le vivre en société en dehors du cadre bien douillet de la maison.

      Il faut réussir à distinguer combien de gens pensent avoir la pédagogie et le savoir, mais ne l’ont concrètement pas.

      Je suis intervenant dans une école, en musique. J’ai pu mesurer l’écart immense entre la théorie et la pratique.

      "Ouais, mes enfants, je vais tout leur apprendre moi-même". Ben, je te souhaite d’y arriver, mais bon courage, ce n’est pas gagné, je te le dis.


    • #1031781
      le 17/11/2014 par Etienne Marcel
      L’école va mal, supprimons-la !

      C’est vrai mais ce type de parent reste minoritaire.

      Je pense que ce genre d’agent culturel prépare le terrain aux corporations qui pourront proposer, entre TAFTA et TISA, cours à domicile par internet, cours payés par l’Etat etc. C’est vrai que la société numérique est différente, le besoins d’adaptation est évident tant l’enseignement généralisé présente des faiblesses. C’est le monde du futur où les Etats achètent éducation, sécurité, énergie, infrastructures.


    • #1031906
      le 17/11/2014 par Heureux qui, comme Ulysse...
      L’école va mal, supprimons-la !

      @ rectificateur

      Très juste, faire la classe à ses propres enfants est une mauvaise idée. Pour la figure masculine dans l’enseignement, j’irai plus loin et affirme que la profession devrait être interdite aux femmes ou en tout cas aux mères (désolé pour les antiféministes -féministes pour les gauchistes- du Mammouth). La perfidie de nos zélites étant sans limites, on a même facilité l’accès à la profession d’enseignant aux mères de trois enfants et plus...
      Une société mature fonctionne sur un équilibre qu’il ne faut pas rompre dans laquelle les rôles sont distribués selon des lois naturelles contre lesquelles il est imprudent de lutter.
      Quand le père (non réduit à sa fonction de géniteur jetable au gré de la quantité de Roros qu’il ramène ou non au foyer) est dans son rôle, il est celui qui instruit les enfants (mais cela en fait des citoyens, pas des consommateurs...) quand la mère est là pour les éduquer. Il est entendu que cela doit être le principe et qu’une certaine porosité existe entre les attributions de chaque genre.
      Le père aide aussi à l’expérimentation (il apprend aux enfants à faire du vélo), et introduit même la touche de transgression qui produit un esprit libre. Quand celui-ci regagne le foyer après la séance d’activités extérieures bien salissantes avec ses enfants, il sait que madame va simuler l’indignation parce que sa science de ménagère (l’économie réelle, celle qui protège et garantit l’avenir) impose un matérialisme nécessaire. Lui, il fera semblant d’être affecté par la remontrance de la madone. Ce jeu de dupe consenti entretient la complicité et la dualité des parents dans l’intérêt unique des enfants. Madame est en fait ravie que ses enfants puissent grandir en toute sûreté avec un père présent et protecteur et monsieur sait qu’une mère est la personne la plus indiquée pour poser les limites.
      Est-ce un hasard si l’Humanité fonctionne ainsi depuis toujours ? Cette saloperie d’égalité des sexes prônée par les ersatz de femmes est vraiment la négation de cette complémentarité vitale. Ces femelles dégénérées et frustrées de ne pas posséder de phallus en sont alors réduites à faire le tapin pour obtenir ce qu’elles n’auront jamais et compenser leur frustration par de la consommation compulsive, quel progrès en effet !
      Vive les femmes donc ! Je dois être "lesbien" en fait...


    • #1032567
      le 18/11/2014 par ben alors
      L’école va mal, supprimons-la !

      j’irai plus loin et affirme que la profession devrait être interdite aux femmes ou en tout cas aux mères (désolé pour les antiféministes -féministes pour les gauchistes- du Mammouth).

      Que les garçons aient besoin d’avoir face à eux une figure masculine, je veux bien mais votre solution radicale n’ a que peu de sens. Il n’est pas moins dommageable pour les jeunes filles d’avoir face à elles des messieurs assez avenants pour les amener à rêvasser plutôt qu’à bosser. « Dream in blue » vous connaissez ???
      Sinon chaque usager de l’ EN est aujourd’hui en mesure d’en brosser un tableau noir.
      Il faudra sans doute commencer par le B A BA quand il s’agira d’y remettre de l’ordre.


    • #1033968
      le 19/11/2014 par hunter
      L’école va mal, supprimons-la !

      @Souch39 : la réponse est malheureusement non ! la plupart des parents de nos jours, n’ont absolument pas le niveau pour enseigner leur langue maternelle, qui n’a rien à voir avec la langue française, qu’ils ne savent pas parler, ni écrire correctement. Et je ne parle pas de parents issus d’une quelconque immigration, mais de gens que l’on considère comme "de souche" !
      Idem pour le calcul !
      Je sais de quoi que je parle, car je donne des cours à des enfants de potes parfois, sous le système du troc :1 heure, un poulet ou des légumes, etc, etc.....
      Il est vrai qu’un certain nombre d’enseignants sont des nullités (on les recrute parfois avec 4/20 au concours), mais dans l’ensemble, ils sont tout de même un peu plus compétents que les parents moyens du XXIème siècle, incapables pour la plupart (je l’ai constaté), de résoudre un problème qui nécessite l’application d’une simple règle de trois !

      Après il ne faut pas s’étonner que leurs rejetons soient nuls :je ne suis pas généticien, mais des fois je me demande s’il n’y a pas un lien.....QUAND MËME !!!!

      Bref, le niveai général de la population française de souche, est incroyablement bas : en Français, lacunes énormes en vocabulaire, non-maîtrise de la grammaire (même les choses simples), peu d’aptitude au raisonnement abstrait, donc la solution de l’école est la moins pire : le crétin ou la crétine recruté(e) à 4/20 au concours, maîtrisera toujours deux ou trois bases qu’il/elle pourra transmettre, alors que les parents, à part gueuler sur leurs rejetons nuls, sans voir leur propre médiocrité, ne sont que des presse-boutons incultes... ;d’ailleurs une des seules choses qu’ils savent faire est d’appuyer sur la touche "1 " de la télécommande de la TV, pour offrir leur temps de cerveau (et celui de leur gamins) disponible !

      C’est dramatique de voir la chute globale du niveau de la population en France ! J’ai connu ça il y a 30 piges en Amérique du Nord, et quand je revenais au pays, j’avais l’impression d’être entourés de gens évolués et ça me ravissait.

      Mais bon, c’est terminé ! On les a rattrapés ! Un vrai désastre oh oui, un vrai désastre.....

      Adishatz

      H /


    • #1034619
      le 20/11/2014 par Souch39
      L’école va mal, supprimons-la !

      @hunter
      1/
      - je veux bien te croire, cela ne m’étonne pas
      - à l’hôpital je vois des courriers de médecind de 26-29 ans, avec des fautes grossières, et j’imagine les secrétaires qui corrigent ces courriers se disant : « j’suis p’têtre pas médecin mais je sais écrire correctement... »
      - ces fautes « essentielles » discréditent tous ceux qui les font
      - comme dit Zemmour pour certains politiques
      2/
      - je me demande si une maman au foyer devant « faire » la classe à son rejeton ayant des lacunes, ne finirait pas par « s’auto-évaluer » puis « rattraper » ces lacunes, en « parallèle » à son enfant en quelque sorte
      - par exemple, j’ai l’impression d’avoir appris réellement à lire de mes 18 à mes 25 ans : le fait, par mes études, d’avoir été « exposé » à mes lacunes m’a fait essayer de « combler » ces lacunes
      JE CROIS PEUT-ÊTRE AU PÈRE NOËL...
      EN TOUT CAS JE « REMERCIE » TOUS MES « INSTITITEURS-ENSEIGNANTS-PROFESSEURS » CAR CE N’EST CERTAINEMENT PAS UNE PROFESSION « SIMPLE » NI FACILE


  • #1031775
    le 17/11/2014 par petitemarie
    L’école va mal, supprimons-la !

    Ma petite fille qui aura bientôt 5 ans a appris a lire cet été , tout naturellement et de façon ludique : dans les soupes du soir , j’ajoute des petites pâtes- alphabet . Elle s’est amusee a les pêcher et a les aligner tout en tentant de déchiffrer et de former des mots ! Fou-rires et bonne humeur assurés ! Puis , heure du conte qu’elle ne zapperait pour rien au monde et tentatives pour déchiffrer toute seule ! En écrivant des cartes- postales a ses parents , pour raconter les vacances chez mamie , elle a peaufiné naturellement et dans la joie , les rudiments d’écriture ! En prime , elle a appris a jardiner et prendre soin de son petit potager !

     

    • #1032409
      le 17/11/2014 par Souch39
      L’école va mal, supprimons-la !

      Je me demande comment cela se passerait si on "obligeait" les enfants à rester un peu plus longtemps en famille avant d’être vraiment instruit
      - Les mamans et papas feraient le travail initial : "enseigner la curiosité", "rendre l’apprentissage "marrant" pour qu’il devienne "important"
      - les parents, faisant participer leurs enfants à leur quotidien à un "premier âge d’intelligence", leur feraient "découvrir" le monde (=au moins la vie quotidienne, avec son lot de tâches mais aussi d’interactions sociales)
      - L’école et ses maîtres interviendraient ensuite, pour instruire "du plus lourd"

      PS : d’autant plus que les enfants vivent, quand même il faut bien le dire, l’école comme un arrachement terrible au foyer, même si "les crises de larmes" s’estompent (c’est qu’ils s’habituent simplement à "ne plus appartenir qu’à leur propre famille")


  • #1031817
    le 17/11/2014 par Leïla
    L’école va mal, supprimons-la !

    @Rectificateur, en tout cas, mes enfants n’ont été scolarisé qu’à partir de 6 ans, et encore, je préférais les garder avec moi une partie de la semaine, je leur ai appris à lire, à compter, ils ont fait et font des études, ils sont cultivés et ne font pas de fautes d’orthographe.

     

    • #1032324
      le 17/11/2014 par rectificateur
      L’école va mal, supprimons-la !

      Je vous crois volontiers. Mais il faut penser à tous, et pas seulement à quelques-uns, qui ont la chance d’avoir des parents très capables.


    • #1033960
      le 19/11/2014 par Capello
      L’école va mal, supprimons-la !

      Vous devriez vous faire relire par vos enfants :-)...

      « ... en tout cas, mes enfants n’ont été scolarisé (= scolarisés) ... »


  • #1031830
    le 17/11/2014 par Arax
    L’école va mal, supprimons-la !

    C’est une bonne idée, à condition que ce service d’éducation soit professionnel et se fasse directement dans les usines Renault ou Saupiquet. On a beaucoup d’énergie à cet age, et on pourrait la canaliser en présentant la machine-outils dès l’enfance comme un jeu, comme un ami pour la vie. En plus, ça mange moins un gamin, ça fera des économie de cantine.


  • #1031975
    le 17/11/2014 par H.M.
    L’école va mal, supprimons-la !

    Que ceux d’entre-vous qui sont enseignants ( comme moi ) me disent ce qu’ils pensent de ce que je vais avancer maintenant.
    Je suis persuadé qu’aujourd’hui, aucun enfant d’enseignant n’apprend à lire et à écrire à l’école. Ils apprennent tous à la maison, avec papa et maman, qui savent de première main que s’ils laissent faire l’institution à laquelle ils appartiennent, leurs petits chéris auront rapidement les mêmes spectaculaires difficultés que les autres gamins en français.
    Combien d’entre-nous avons confiance en la capacité de notre institution à enseigner correctement le français ? Pas moi. Plus moi.


  • #1032047
    le 17/11/2014 par Robespierre
    L’école va mal, supprimons-la !

    Après Daniel Pinnauc, auteur à faire se pâmer les « enseignants de français » recrutés au rabais, François Bigoudi, de l’écurie France-Culcul.

    Si cela peut rassurer les parents, je sais qu’il demeure quelques véritables professeurs de lettres classiques — désormais privés de concours. La civilisation gréco-latine et ses langues, Madame, c’est optionnel — ou modernes, soucieux de transmettre une solide culture, selon des méthodes éprouvées. C’est-à-dire qu’ils transmettent, méthodes et connaissances, sans rêvasser lâchement sur la « production de savoirs sachant faire, co-produits par les acteurs cognitifs au sein de l’entité groupe-classe sur les bases d’un projet pédagogico-sensorialo-moteur. »


  • #1032060
    le 17/11/2014 par MagnaVeritas
    L’école va mal, supprimons-la !

    Pas le temps de lire un énième article sur le sujet. Tout est dans le bouquin de Tocquesaint.

    L’école, c’est bon pour la poubelle depuis des décennies, alors pourquoi ne pas se débarrasser de ce déchet ? L’école n’a pas besoin de réformes mais de se faire nettoyer de tous ces socialo pervers. L’école est une zone de non-droit et un lieu plus malfamé qu’un bordel de bangkok. La révolution de l’école avant ou après la chute complète, mais quoiqu’il en soit la révolution aura lieu.

     

    • #1032583
      le 18/11/2014 par Leïla
      L’école va mal, supprimons-la !

      @MagnaVeritas, je ne fais pas exprès d’être toujours d’accord avec toi ! Je vois les choses, d’une façon toujours expéditive en ce qui concerne la franc-maçonnerie, entreprise de démolition. Supprimons !


  • #1032265
    le 17/11/2014 par curtis newton
    L’école va mal, supprimons-la !

    "Je sui pa été a lécole du tou, et sa ma pa enpéché dête bon en franssais".

     

    • #1036942
      le 22/11/2014 par hunter
      L’école va mal, supprimons-la !

      @ curtis newton : vous êtes un précurseur : vous écrivez déjà comme il sera obligatoire de le faire dans 20 piges !

      Vous venez du futur ? vous avez voyagé dans le temps ?

      Adishatz

      H /


  • #1032555
    le 18/11/2014 par Chris_Hcmc
    L’école va mal, supprimons-la !

    Avant d’entrer en CP je savais déjà lire et écrire, merci maman.
    J’étais obligé de lire un livre par semaine. Et j’avais droit à deux dictées par semaine à la maison, une dictée de mots et une dictée complète d’une partie du livre en cours. Et pour que mon corps suive et/ou m’aide, à partir de 7-8 ans je faisais du sport. J’ai eu le droit d’essayer tous les sports que je voulais.
    Ensuite est arrivé, tout du moins dans la maison, la consommation de masse et ma chère maman s’est vue contrainte de travailler. Par chance j’ai toujours eu de formidables maitres ou maitresses. Et j’ai pu continuer pendant des années à ne faire que de la lecture, des dictées et du calcul mental.
    Je n’ai jamais perdu cela, seulement à la période adolescente, mais je lis, je calcule et j’écris tous les jours.
    Je ne sais pas ce qu’il faut faire exactement mais je sais que dans l’Education Nationale il y a d’excellents instituteurs et institutrices. Des hommes et femmes qui aiment leur métier et les enfants.
    Le problème est ailleurs, bien plus haut.


  • #1032706
    le 18/11/2014 par SOURIS
    L’école va mal, supprimons-la !

    Surveillez ce qu’ils apprennent à l’école à nos enfants :
    Explications :
    Mon fils en CP :
    Premier mot 1er jour d’école = chocolat (facile pour ces jeunes enfants)
    Je veux du chocolat
    Je mange du chocolat dans mon lit (? ??)
    ....
    Puis la sorcière
    "j’ai vu une sorcière qui tenait la main d’un garçon qui se balancait en haut d’une maison" ???? Suicide ?
    "j’ai lu dans la maison de la sorcière" (tout à fait naturel ?)
    Puis ils ont introduit le fantôme :
    "J’ai vu un fantôme et une sorcière qui prenait la main d’un garçon qui se balançait en haut d’une maison"
    Là cela a commencé à me chauffer.....
    Puis on est passé au monstre :
    J’ai vu un monstre aux longues dents qui dévorait un ver géant" (carnivore le truc)
    exercice à faire : dessinez un monstre, dessinez de longues dents
    Puis la syllabe MA :
    Les mots à apprendre sur une même ligne : Mal - malade - maladie - mamie (cherchez l’erreur) et arme
    La phrase dessous était : "Le malade va dans son lit à midi"
    .............
    Puis on est passé à : j’ai vu un espion couvert de boue sortir d’un égoût (Normal)

    Puis TOUJOURS DEPUIS LE DÉBUT, une phrase récurrente : J’ai vu XXXX mais personne ne m’a cruE
    Alors cru doit d’écrire sans le E sauf si c’est un femme qui parle (cherchez l’erreur)
    Et puis rentrer ds la tête des enfants personne ne m’a cru et cela depuis le début
    J’ai vu + personne ne m’a cruE = Ne croyez pas ce que vous voyez car personne ne vous
    croit......................................

    Maintenant c’est "Papa a une pipe" ?????
    La méthode parle de LULU un petit garçon.
    Voici une phrase qu’ils devaient recopier à la maison : Il a vu Lulu salir sa robe ??? Lulu est-il un homo ? Rien contre mais je préférerais le savoir !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Et j’en ai beaucoup d’autres...
    Alors SURVEILLEZ vos enfants car le conditionnement commence à l’école et ils ne se cachent plus !
    Il nous faut déprogrammer les mots et images insidieux que l’école publique véhicule
    SOYEZ VIGILANTS

     

    • #1033480
      le 19/11/2014 par Manue
      L’école va mal, supprimons-la !

      Ce dégage de toutes ces phrases de lecture et d’écriture, du moche, du désespérant, du flippant, du sordide. Comment peut-on proposer de telles ambiances à un gamin.
      Où est la poésie, la beauté de la nature, le reflet de la lumière sur les fleurs, les sources d’eau, le sourire de la petite fille à sa maman ?
      Je suis dans un milieu où les familles n’envoient pas leurs enfants dans les écoles de l’éducation nationale. Il y a alors deux solutions, soit l’école catholique hors contrat, qui coûte très cher, et demande beaucoup de sacrifices à la fois affectifs et financiers, soit l’école à la maison.
      D’expérience, c’est l’école hors contrat qui amène les meilleurs résultats, car se sont des prêtres dont c’est la vocation qui s’en occupent. Ils offrent un cadre qui permet à l’enfant de s’épanouir sur tous les plans, à la fois intellectuel, moral, spirituel, sportif, relationnel. Les enfants deviennent autonomes rapidement, il y a une émulation entre eux, et une camaraderie qui les poussent à se dépasser, et à se rendre service.
      L’école à la maison n’est pas l’idéal pour bien des familles. Je ne trouve pas les enfants particulièrement éveillés. Ils ne se concentrent pas très longtemps car il n’y a pas l’émulation qu’il y a dans une salle de classe. Le temps d’enseignement est très réduit car la maman a aussi d’autres enfants d’âges différents, plus la lessive, plus la vaisselle, plus les courses, plus, etc....
      L’école à la maison peut être une réussite selon la nature de l’enfant, et selon les compétences, et la disponibilité de la maman. Un enfant naturellement discipliné, qui a des bonnes relations avec sa maman, et où cette dernière a du temps à lui consacrer peut aboutir à de bons résultats. Sinon, si l’enfant est assez opposant, la maman va s’épuiser sans résultat, et la relation risque d’empirer. Il n’y a qu’à voir comment tourne la scéance devoirs du soir quand les enfants rentrent de l’école (en déflagration familiale dans certains cas), pour comprendre que l’école à la maison peut devenir mauvais pour la relation parent enfant.
      Offrir une bonne éducation à ses enfants demandent désormais d’énormes sacrifices.


  • #1032839
    le 18/11/2014 par Pegeen Mike
    L’école va mal, supprimons-la !

    Ce pédagogue-démagogue à tête de premier de la classe est un Macron de l’éducation !


  • #1032923
    le 18/11/2014 par Dupont
    L’école va mal, supprimons-la !

    S’il y a deux matières qu’il vaudrait mieux ne plus enseigner, c’est bien l’Histoire et l’Instruction Civique : ce ne sont plus que de la propagande sioniste . Plus d’Histoire du tout vaudrait mieux que ce lavage de cerveau hébraique .


  • #1043698
    le 29/11/2014 par Shélène
    L’école va mal, supprimons-la !

    Depuis plusieurs années maintenant l’école publique est devenue une véritable "poubelle". Je préfère nettement faire l’éducation de mon enfant à domicile. Pour ma part c’est une totale réussite.


Afficher les commentaires suivants