Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’interview calamiteuse du prince Andrew, mis en cause dans l’affaire Epstein

Ni remords ni empathie : interrogé par la BBC, le fils de la reine Elizabeth II s’est ridiculisé en défendant très maladroitement ses relations avec le financier américain, délinquant sexuel notoire décédé cet été en prison.

 

La reine Elizabeth II avait donné son assentiment du bout des lèvres. Les négociations avaient duré six mois, les conseillers royaux craignaient le pire. Et le pire est arrivé. L’interview d’une heure du prince Andrew par une journaliste de la BBC, diffusée samedi soir [16 novembre 2019], s’est révélée une catastrophe absolue, un désastre en termes de relations publiques. Le deuxième fils et troisième enfant de la reine s’est ridiculisé et discrédité en défendant maladroitement ses relations avec l’Américain Jeffrey Epstein. Ce dernier est mort à 66 ans en prison le 10 août à New York, déjà condamné pour délinquance sexuelle et alors dans l’attente de son procès pour trafic de mineures où il risquait la réclusion à perpétuité. Retrouvé pendu dans sa cellule, les médecins ont conclu à un suicide.

Il y a quinze jours, le conseiller en communication du prince Andrew, 59 ans, avait démissionné, en désaccord avec sa décision d’accorder cette interview qu’il jugeait dangereuse pour la réputation du prince et de la famille royale. Il avait raison. On pourrait rire, se moquer du prince Andrew, railler la succession de ses réponses ahurissantes à des questions pourtant précises. Critiquer son arrogance et ses excuses alambiquées. Ce serait oublier ces dizaines de jeunes femmes, jeunes filles, adolescentes et parfois enfants qui ont été violentées et fait l’objet d’un trafic par Epstein et ses acolytes. Mondain, souriant ou riant aux moments les moins opportuns, le prince Andrew ne semblait préoccupé que par sa situation personnelle. À aucun moment, y compris lorsqu’en fin d’entretien la journaliste Emily Maitlis lui a tendu une perche, il n’a exprimé le moindre remord, donné le moindre signe d’empathie pour les victimes d’Epstein.

La question était de savoir s’il faisait partie de la clique des abuseurs autour d’Epstein. Virginia Giuffre, alors appelée Roberts, a décrit dans des documents légaux avoir été au cœur d’un trafic comme esclave sexuelle par Epstein et forcée à avoir des relations sexuelles à trois reprises avec le prince Andrew, alors qu’elle avait 17 ans. « Je n’ai aucun souvenir d’avoir rencontré cette lady, absolument aucun », a-t-il affirmé. La photo où il apparaît souriant, collé et enlacé à la jeune fille, pourrait avoir été trafiquée, a-t-il laissé entendre. « C’est bien moi sur le cliché, mais est-ce que c’est ma main sur sa taille… ? » Virginia Giuffre a décrit comment le prince transpirait abondamment dans une boîte de nuit où ils avaient passé la soirée en mars 2010. « C’est impossible parce que depuis la guerre des Malouines et une overdose d’adrénaline lorsqu’on m’a tiré dessus, je souffre d’une condition médicale qui m’empêche de transpirer », a expliqué benoîtement le prince. Avant d’ajouter : « Ce n’est que depuis récemment que je transpire à nouveau. »

[...]

Lors de ses nombreux séjours dans les résidences d’Epstein, le prince Andrew a affirmé n’avoir jamais rien remarqué d’anormal, notamment pas la présence de très jeunes filles.

« Je vis dans une institution, à Buckingham Palace, où vous avez des membres du personnel qui circulent constamment, je ne veux pas apparaître pompeux, mais il y avait beaucoup de monde qui circulait dans la maison de Jeffrey Epstein. Pour moi, c’était du personnel. »

Lire l’article entier sur liberation.fr

À ne pas manquer, sur E&R :

L’ordure Epstein, sur E&R :

 






Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Curieux le titre du Monde : l’alibi pizza du prince Andrew ’’

    https://www.lemonde.fr/internationa...

     

    Répondre à ce message

  • #2324448
    Le 18 novembre à 17:40 par Élisabeth II Lévy de Buckingham
    L’interview calamiteuse du prince Andrew, mis en cause dans l’affaire (...)

    Sacré déconneur le prince Andrew, toujours le maux pour rire

     

    Répondre à ce message

  • #2324457

    Voir la chaîne de Shaun Atwood sur YT.....

     

    Répondre à ce message

  • #2324518

    Je ne vois pas ce que cette interview a de calamiteuse. Évidemment je ne viens pas ici dire que je le crois innocent, mais qu’il s’en tire plutôt bien et ces qualificatifs de "calamiteux", "fiasco", "désastre" et autres de la presse unanime, me font penser qu’après le cinéaste, la cordée est en train de lâcher le prince.

     

    Répondre à ce message

  • Ce prince Andrew m’est très sympathique. Il a été courageux de parler, alors qu’il n’y était pas du tout obligé et que le spécialiste en communication le lui avait fortement déconseillé. Les accusations de la "putain" professionnelle n’ont aucun intérêt et sont complètement déplacées, venant d’elle.
    Si la photo n’est pas truquée, cela la décrébilise d’autant plus, ELLE. Combien de fois, demande-t-on à une célébrité de poser avec un quasi-inconnu de lui ? Avec les milliers de photos de ce type du footballeur Ronaldo, on pourrait bâtir une saga digne de la "Comédie humaine" de Balzac. Il ne doit pas se rappeler du dizième d’entre-elles.
    Bref, ce prince, assez falot par ailleurs, a montré une certaine classe. Il avait accepté l’amitié du sémillant prolétaire juif Jeffrey Epstein, et il appréciait ce personnage, formidable génie du relationnel et escroc notoire, nul en finance, mais qui avait su ramasser une fortune colossale uniquement à la "tchatche" (voir comment sur Wikipedia, très bien documentée pour une fois).
    Conclusion, il est impossible de plaire aux jaloux.

     

    Répondre à ce message

  • #2324762

    Je suis désolé mais je trouve la prestation du prince Andrew très réussie et elle me paraît sincère. Selon moi il s’est intéressé à un personnage qui sortait de l’ordinaire. Il n’aurait pas du. Il aurait mieux fait de réagir en antisémite et se tenir à distance du petit Juif parvenu. Il n’a pas eu ce réflexe. C’est dommage. Il a été imprudent mais il ne se doutait pas des saloperies que ce Juif faisait. Il a été probablement un peu naïf et s’est laissé piéger, mais il me paraît de bonne foi. En plus, une photo c’est très facile à truquer. La manière de s’exprimer d’une prince britannique peut paraître distante ou affectée, compassée. Mais il faut aussi s’imaginer dans quelles conditions ces gens ont été élevés. Ce n’est pas leur faute. Non, en résumé, le prince Andrew m’a fait l’impression d’un type convenable. Peut-être pas très intelligent, mais ça on ne peut pas le lui reprocher.

     

    Répondre à ce message

  • #2324767

    La prestation du prince Andrew me paraît très convaincante. Il a été piégé par le petit Juif. Il aurait du agir en antisémite et garder ses distances. C’aurait été plus sage. Mais il s’est intéressé à un type sortant de l’ordinaire qui l’a piégé. Je suis sûr qu’il n’a pas participé à des orgies, en tous cas pas avec cet Epstein. Pour le reste je suis sûr que la photo avec la fille de 17 ans est truquée, et même si elle ne l’était pas, ça ne prouve rien. On peut bien prendre une verre avec des amis et s’il y a une jolie petite nana de 17 ans, lui passer le bras autour de la taille. So what ! Le témoignage de la fille est suspect. Autre point, bien sûr un membre de la famille royale britannique s’exprime de manière un peu spéciale, qui peut paraître distante, affectée, compassée. Il faut imaginer dans quelle ambiance ces gens vivent. Non, le prince m’a convaincu. Il est de bonne foi. Je pense que c’est un type convenable. Peut-être pas un génie, mais ça on ne peut pas le lui reprocher.

     

    Répondre à ce message

    • Wouhaou toute l’équipe de communication de la couronne britannique a investi le forum de commentaire d’ER..on a pas l’habitude de voir des commentaires de ce genre ici : bien pensants, structurés, orthographe parfaite, policés et tout et tout. Est-ce que c’est moi ou ça sent un peu le brûlé cette cuisine du prince Andrew ?

       
  • et pendant ce temps, en France, il se passe des choses immondes sur les enfants et tout le monde s’en tape :

    https://www.youtube.com/watch?v=tqj...

    Courageuse cette femme et ce qu’elle dit fait froid dans le dos.

     

    Répondre à ce message

  • Epstein, « le financier américain » ! Ils sont très forts dans les euphémismes ces journalopes. Financier ? Il finançait quoi au juste ? Avec quels fonds ? Provenant de qui ? Dans quels buts ? Les réponses après la pub :) !

     

    Répondre à ce message

  • #2325622

    Entre deux viols d’indiennes Mapuches, Epstein doit bien rigoler.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents