Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Libre Antenne #12

L’éducation

La Libre Antenne est une émission d’ERFM désormais animée par Alex et Béa. Elle donne la parole aux militants, adhérents et sympathisants d’Égalité & Réconciliation.

 

État des lieux de l’éducation nationale, école à la maison : pour ce douzième numéro de La Libre Antenne diffusé en exclusivité le 9 juillet 2019 sur ERFM, Alex et Béa recueillent les témoignages de deux professionnelles, Évelyne et Carmen.

 

Pour écouter et télécharger l’émission en podcast,
rendez-vous sur le site d’ERFM !

 

Vous souhaitez passer à l’antenne ?

Pour participer à la libre antenne d’ERFM, envoyez-nous un courriel à libreantenne@erfm.fr en explicitant d’une manière courte et précise le sujet que vous aimeriez évoquer.

 

 






Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2237620
    Le 12 juillet à 14:20 par compris
    La Libre Antenne #12

    Bien beau discours : Paris a des profs super diplômés, etc. Le 93 n’a que des nuls, etc.
    La vérité : les gens du 93 chassent eux-mêmes du terrain les bons profs.
    Heureusement pour ces profs, qu’ils/elles sont repérés et se retrouvent à enseigner ou dans le privé, ou dans de bonnes écoles à Versailles, ou à Paris.
    On va tout de même pas priver de bons profs Paris, Versailles et les écoles privées parce que le "93" veut la justice sociale.

     

    Répondre à ce message

    • #2238167
      Le 13 juillet à 01:11 par mondialisto-sceptique
      La Libre Antenne #12

      Assez d’accord avec vous. La première intervenante, Evelyne, semble ranger un peu trop de monde dans la catégorie péjorative de "l’élite" : être des parents exigeants signifie-t-il passer dans la case des parasites du haut ? La seconde invitée, Carmen, incarne manifestement cette exigence (j’ai beaucoup apprécié le passage sur l’éducation sexuelle) sans pour autant rouler sur l’or. Evelyne s’exprime très bien et dit un certain nombre de choses justes (dans le seconde partie de l’entretien), mais j’ai assez vite eu la sensation d’un discours à tendance syndicaliste qui m’a dérangé, et je me suis senti conforté dans cette intuition quand elle a recommandé aux gamins d’adhérer à des syndicats lycéens...

       
  • #2237628
    Le 12 juillet à 14:29 par Emeric L.
    La Libre Antenne #12

    L’émission est excellente, une fois de plus !

     

    Répondre à ce message

  • #2237786
    Le 12 juillet à 17:27 par David
    La Libre Antenne #12

    Nous avons fait l’école à la maison pour notre enfant de niveau CE2. L’établissement "d’enseignement catholique" de notre quartier se dégradait fortement au niveau de l’instruction mais pas que... C’était l’époque de Charlie et de l’ABCD de l’égalité.
    Une année d’instruction à la maison, c’est 3 ou 4 heures maximum concentrées dans la matinée pas plus. Par contre nous lui avons enseigné les matières fondamentales avec des leçons et des exercices calqués sur nos cahiers scolaires des années 90. Lignes d’écriture, copie, grammaire, conjugaison, orthographe, dictée, calcul mental, Histoire (la vraie), géographie (avec cartes et relief)... c’était une instruction à l’ancienne. Nous avons été contrôlés en fin d’année par 2 inspectrices de l’EN. Aucunes remarques négatives, tout au contraire, tenue des cahiers parfaite, niveau d’écriture optimal, connaissances largement acquises voir en avance sur le programme. L’année suivante, nous avons déménagé et nous avons réinscrit notre enfant dans une école de campagne privée catholique. Résultat, celle-ci est arrivée première sur une classe de 25 élèves au premier trimestre. Pourtant moi et mon épouse n’avons rien fait d’extraordinaire. Nous nous sommes juste concentrés sur l’essentiel, sans superflus. Je conseille aux parents en détresse, s’ils le peuvent de franchir le pas, au moins une année. C’est réalisable et leurs enfant les remercieront.

     

    Répondre à ce message

  • #2238281
    Le 13 juillet à 10:45 par Montparnasse
    La Libre Antenne #12

    J’ai été personnellement dans le collège affilié au lycée international de St Germain en laye dont parlait Evelyne . Cependant c’était il y a 20 ans, les classes etaient mixées, je n’etais bilingue d’aucune langue mais etait dans une classe où il y avait des franco-allemand néerlandais et italien . Tous n’etaient pas d’une élite et a part sur la langue propre il n’y avait pas d’heure en plus ( des matières etaient cependant enseignées dans la seconde langues ) .
    Est ce que cela a beaucoup changé depuis ?

    Par ailleurs, Evelyne parle d’un outil " Calcul@tif " mais je ne trouve aucune info et sur google je tombe sur ’’ les chiens ont ils souvent le cancer des testicules ’’ ( veridique )

     

    Répondre à ce message

    • #2238453
      Le 13 juillet à 14:31 par mondialisto-sceptique
      La Libre Antenne #12

      Il s’agit de calcul@tice . Mes plus jeunes enfants aiment bien y aller, mais je dois être trop vieux jeu car je ne suis pas convaincu par la chose, en particulier parce-que ça les colle devant un écran.

       
  • #2238487
    Le 13 juillet à 15:31 par Lillie62
    La Libre Antenne #12

    J’ai été lors de ma scolarité dans du public et du privé.

    Il y a des avantages et des inconvénients.

    Le problème du privé c’est qu’en fonction du lieu ce n’est pas forcément plus coté sur le marché du travail qu’autre chose alors que c’est payant (j’ai eu un baccalauréat professionnel secrétariat).

    En plus, ou j’etais le problème était surtout la mentalité bourgeoise des élèves alors que les enseignants je trouve étaient compétents. J’ajouterais même que globalement ceux qui enseignaient les matières professionnelles étaient parfois d’anciens travailleurs du privé ayant la connaissance de la réalité du terrain donc c’était intéressant et formateur ; j’ai retrouve ceci lors de mon titre professionnel en comptabilité par contre en BTS j’etais en public que des enseignants n’ayant fait qu’enseigner donc que de la théorie...

    Honnetement, j’ai plus appris en formation pendant six mois que pendant deux ans en BTS tellement ce n’etait pas concret ....

    Je sors un peu du sujet mais c’est pour témoigner qu’au lieu de valoriser absolument un niveau d’études on devrait plutôt tenir compte de compétences/ savoir obtenu à la fin.

     

    Répondre à ce message

  • #2238966
    Le 14 juillet à 13:06 par Oliveb2a
    La Libre Antenne #12

    Chaque personne doit avoir le droit de travailler dans sa région. Les Corses doivent pouvoir rester en corse et vivre de leur travail. Nous sommes déjà payé moins cher et la vie chez nous est très cher.
    Sinon c’est la gentrification et la perte de l’identité régionale.
    Le nationalisme national au service du nationalisme régional.

     

    Répondre à ce message

  • #2238968
    Le 14 juillet à 13:07 par Oliveb2a
    La Libre Antenne #12

    Chaque personne doit avoir le droit de travailler dans sa région. Les Corses doivent pouvoir rester en corse et vivre de leur travail. Nous sommes déjà payé moins cher et la vie chez nous est très cher.
    Sinon c’est la gentrification et la perte de l’identité régionale.
    Le nationalisme national au service du nationalisme régional.

     

    Répondre à ce message

    • #2239945
      Le 15 juillet à 18:05 par GJ
      La Libre Antenne #12

      Je dirais même que l’engagement c’est le travail et l’enracinement, c’est-à-dire faire ce qu’on aime à l’endroit où l’on vit, c’est ce qui fait un esprit équilibré, une conscience vraie, saine, et permet la vie sociale, une vie de famille équilibrée...

      Mais bien sûr il faut l’expérimenter pour constater ce que je dis, aujourd’hui tout le monde est habitué a bougé, se soumet au "bougisme", adopte une mentalité de cosmopolite...

      Si vous faites un travail chiant mais là où vous vivez, ça se passera beaucoup mieux.

      Le lieu de vie, le village, la commune, la ville, c’est primordial, car il faut déjà s’enraciner dans un lieu pour s’engager, s’élever ! (parabole de la graine à l’arbre)

      Beaucoup ont oublié certaines évidences, ils éprouvent un mal-être mais sans pouvoir l’expliquer.

      Ça commence jeune quand le gamin est obligé de changer de ville pour aller à son lycée parce que la spécialité qu’il a choisi n’est pas disponible là où il a grandi. Alors on trouve ça logique, nécessaire, mais humainement c’est catastrophique : ça détruit les repères qu’il s’est constitué avant !

       
  • #2238970
    Le 14 juillet à 13:08 par BRUNO
    La Libre Antenne #12

    Chaque personne doit avoir le droit de travailler dans sa région. Les Corses doivent pouvoir rester en corse et vivre de leur travail. Nous sommes déjà payé moins cher et la vie chez nous est très cher.
    Sinon c’est la gentrification et la perte de l’identité régionale.
    Le nationalisme national au service du nationalisme régional.

     

    Répondre à ce message

  • #2238973
    Le 14 juillet à 13:11 par OlivebAjaccio
    La Libre Antenne #12

    Chaque personne doit avoir le droit de travailler dans sa région. Les Corses doivent pouvoir rester en corse et vivre de leur travail. Nous sommes déjà payé moins cher et la vie chez nous est très cher.
    Sinon c’est la gentrification et la perte de l’identité régionale.
    Le nationalisme national au service du nationalisme régional et inversement.

     

    Répondre à ce message