Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Petite Histoire – La tragédie du radeau de La Méduse

En 1816, un fait-divers va bouleverser la France de la jeune Restauration : l’échouage de la frégate La Méduse. Partie de Bordeaux, dirigée par un capitaine royaliste incompétent, La Méduse va venir s’échouer sur les bancs de sable au large de la Mauritanie, obligeant l’équipage à s’embarquer à bord de canots de sauvetage. Moins chanceux, environ 150 hommes vont devoir s’entasser sur un radeau de fortune où, livrés à eux-mêmes avec peu de vivres, ils vivront un véritable cauchemar. Seuls 15 d’entre-eux en réchapperont.

 

 

Redécouvrir l’histoire avec Kontre Kulture :

La Petite Histoire, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce drame a été causé par l’incapacité d’un noble qui a été choisi par d’autres nobles imbéciles non pas pour ses compétences, mais pour sa "naissance", et cela en 1816, un an seulement après la chute de Napoléon dont les officiers n’étaient promus qu’au mérite .

     

    • #1931443

      Si un bon sans-culotte peut faire un bon soldat il y a peu de chance qu’il fasse un bon marin ! Tous les officiers de la prestigieuse Royale étaient nobles. Une partie d’entre eux avaient émigré et, rappellés sous la Restauration, avaient perdu la main, comme le commandant Chaumareys, autrefois brillant marin.
      À noter la thèse de médecine du rescapé Savigny en 1818 : « Observation sur les effets de la faim et de la soif éprouvées après le naufrage de la frégate du roi La Méduse, en 1816 ».


  • " Cette impossibilité d’arriver aux grandes places, à moins que d’être gentilhomme, est une des absurdités les plus funestes, dans presque tous les pays . Il me semble voir des ânes défendre les carrousels et les tournois aux chevaux ". (Chamfort) .


  • En 1816 Louis XVIII a viré presque tous les cadres et officiers des armées de Napoléon pour reconstituer une armée et une marine formée d’aristos incompétents, c’est ainsi que le commandant de la Méduse, le bonapartiste Ponée, a été remplacé par l’aristo de Chaumareys qui n’avait pas navigué depuis l’Ancien Régime... Après le drame où il a révélé toute sa lâcheté, cette nullité n’a été, noblesse oblige, condamné qu’ à 3 ans de prison . Il mourra en son château, criblé de dettes au point que son fils et héritier se suicidera... Un bel exemple de dégénérescence .


  • #1931865

    Je vous conseille de voir l’épisode de l’excellente collection Palettes (diffusée en son temps par La Sept et Arte) consacré à ce superbe tableau et surtout d’aller l’admirer au Louvre, rien ne vaut la confrontation avec la toile en corps à corps (7 mètres sur 5, ça colle les miquettes et fait se sentir tout petit).


  • #1932144

    Petit commentaire sans grande importance : tenant compte de la légendaire superstition des marins, c’est curieux qu’un navire ait été baptisé "La Méduse".

    Ce n’est pas vraiment un nom qui inspire un sentiment de robustesse...

     

  • #1933301

    Ce fait divers plus que sordide aura permis à Géricault de réaliser une œuvre picturale planétaire géniale, véritable métaphore de la condition humaine sur cette planète. Surtout que le tableau se décompose parallèlement (la composition de la peinture fait qu’ elle n’ est sèche qu’ en surface et qu’ elle s’ assombrit de plus en plus au fil du temps) à la pourriture grandissante de notre civilisation occidentale.