Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Petite Histoire – Louis XIV et la fake news de la monarchie absolue

On entend souvent dire, pour ne pas dire tout le temps, que Louis XIV a instauré un État surpuissant qui règne sans partage sur la France. Rien de plus caricatural et de plus faux.

 

 

Redécouvrir l’histoire avec Kontre Kulture :

La Petite Histoire, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • A 23 ans Louis 14 décide donc de gouverner sans premier ministre, mais il prend une décision capitale : il fait arrêter Fouquet . Au bout de 3 ans de procès les magistrats condamnent Fouquet à la confiscation de ses biens et au bannissement . Louis 14 fait un véritable coup d’Etat judiciaire : il casse le jugement et envoie Fouquet pour le restant de ses jours dans la forteresse de Pignerol où il mourra 16 ans plus tard, en 1680 . Tout le monde a compris en France qu’il fallait se tenir à carreau, et c’est en quoi on peut tout de même parler d’un monarque absolu : il s’est assis sur la décision de ses propres magistrats .

     

    • Vous devriez sérieusement envisager de plutôt prendre le pseudonyme de Pipeau : la buse de l’Histoire. Vous occultez, comme à votre habitude, de nombreux faits quand à la culpabilité de Fouquet et la gravité des exactions qui lui étaient reprochées et qui furent prouvées. Il se servait notamment dans les finances publiques et il a ruiné l’Etat en faveur de ses amis et clients. Et bien sûr en sa propre faveur. Ça s’appelle du détournement de fonds publics. Ensuite, Louis XIV a usé de son droit de grâce pour transformer sa peine, comme il en avait le... droit. La Monarchie, ça n’était pas la république et c’était tant mieux. Les Rois de France n’avaient aucune complaisance envers les traîtres, les magouilleurs et les pilleurs de la Nation. Vous conviendrez que votre démocratie d’opérette, elle, est plutôt arrangeante sur ces points là, entre autres.
      Quand à vous, essayez, un jour, de faire preuve d’un minimum d’honnêteté lors de vos interventions, ça devient lassant d’avoir toujours à vous reprendre et corriger vos erreurs grossières, vos inventions et vos omissions. On pourrait croire que vous le faites exprès.


    • Clio répond au débile prétentieux Warox : Louis XIV a eu raison de frapper fort au début de son règne, il a réussi à imposer son autorité d’un seul coup, et pour tout son long règne .


    • @ Warox
      Bravo, tout est dit
      Il est évident que monsieur Fouquet n’aurait pas pu se payer ce châteaux somptueux juste avec son traitement.
      La corruption était répandue au 17ème siècle, et le roi a sonné la fin de la récréation.


    • #1925691

      Tout les biens de Fouquet n’ont pas été confisqué : Ceux qu’il a reçu par héritage de ses parents ont été conservé, et sont passés à ses enfants qui, de plus, conservèrent leur poste d’officiers dans l’armée royale (avec le traitement, bien sûr).
      Pareil pour la dote de son épouse.

      Seule la partie "enrichissement foudroyant" a été repris.
      Est-ce que la république se comporte avec autant de mansuétude ?

      Inversion accusatoire.


  • Oui, la démocratie était très vivace à certains niveaux à l’époque.
    Le maire de Strasbourg se fait élire depuis 1400, les Capitouls de Toulouse pendant je sais pas combien d’années...
    Certes c’était les riches qui votaient, mais dans les petits villages, il y avait de la démocratie et tous les habitants se rendaient au conseil municipal, décidaient de la nomination de l’instituteur, des policiers, du garde-champêtre, etc...
    Il y a ce fameux épisode où malgré la peste, à Nîmes, les habitants ont tenu à faire leur conseil municipal, ils se sont donc réunis de part et d’une rivière !
    Témoin du caractère naturel et fort de la démocratie au niveau local à l’époque.
    Malheureusement, Michelet est passé derrière...


  • C’est très louable de réhabiliter la monarchie mais Christopher omet d’expliquer que Louis XIV s’inscrit dans la lignée des rois s’alliant avec la bourgeoisie contre la noblesse féodale (et avant lui Philippe le Bel, Louis XI ou Henri IV qui furent des "rois modernes").
    Molé, Séguier, Pomponne de Bellièvre, Colbert et son fils Seignelay, Le Tellier et son fils Louvois sont tous des bourgeois. Seuls La Rochefoucauld et Fénelon sont nobles.
    La noblesse est réduite à son rôle militaire (Condé, Turenne). Quant à la cour, elle n’est que la spectatrice obséquieuse du "Roi soleil". Elle n’exerce aucun rôle politique. L’État centralisé s’oppose à la noblesse rurale, méprisée et moquée. C’est de cette époque que date l’antagonisme entre Paris et province.
    Cette alliance du pouvoir royal avec la bourgeoisie contre la noblesse féodale rurale débouchera logiquement sur la Révolution qui ne sera que l’institutionnalisation du pouvoir réel de la bourgeoisie parisienne.
    En s’alliant à la bourgeoisie contre la noblesse, les "rois modernes" ont précipité la ruine du Royaume de France.

     

    • @ Emilien Chaussure

      Un élément d’explication, à peine évoqué ici, est le traumatisme qu’a vécu le jeune Louis avec la Fronde.


    • Intéressant comme lecture !
      Merci.


    • @Paysan Breton
      En liant la Fronde au "traumatisme" du jeune Louis, tu adoptes un point de vue psychologisant qui est d’une moindre force explicative que le point de vue social et politique. La Fronde est une manifestation de cette lutte entre noblesse féodale et pouvoir royal.
      Allez, un peu de Guénon pour la route :
      « Si le roi ne se contente plus d’être le premier des Kshatriyas, c’est-à-dire le chef de la noblesse, et de jouer le rôle « régulateur » qui lui appartient à ce titre, il perd ce qui fait sa raison d’être essentielle, et, en même temps, il se met en opposition avec cette noblesse dont il n’était que l’émanation et comme l’expression la plus achevée. C’est ainsi que nous voyons la royauté, pour « centraliser » et absorber en elle les pouvoirs qui appartiennent collectivement à la noblesse tout entière, entrer en lutte avec celle-ci et travailler avec acharnement à la destruction de la féodalité, dont pourtant elle était issue ; elle ne pouvait d’ailleurs le faire qu’en s’appuyant sur le tiers-état, qui correspond aux Vaishyas ; et c’est pourquoi nous voyons aussi, à partir de Philippe le Bel précisément, les rois de France s’entourer presque constamment de bourgeois, surtout ceux qui, comme Louis XI et Louis XIV, ont poussé le plus loin le travail de « centralisation », dont la bourgeoisie devait du reste recueillir ensuite le bénéfice lorsqu’elle s’empara du pouvoir par la Révolution. »
      « À la lutte de la royauté contre la noblesse féodale, on peut appliquer strictement cette parole de l’Évangile : « Toute maison divisée contre elle-même périra ». »
      Autorité spirituelle et pouvoir temporel


  • Je vous invite à lire ce texte de François Bluche qui corrobore cette vidéo de Christopher Lannes : http://www.viveleroy.fr/La-monarchi...


  • qq’un sait pourquoi Alain Soral n’est pas invité sur TVL ? (désolé pour le hors sujet mais je me pose la question, merci)


  • Non, cher Christopher, la Monarchie absolue n’est pas un fake. Le pouvoir royal était bien absolu, ce qui ne veut (voulait) pas dire tout-puissant, mais sans lien, délié. Il n’a pas besoin d’être légitimé par un contrat social ou une morale, mais s’impose de lui-même à tous parce qu’il est voulu par Dieu.

     

  • Les partisans de la monarchie héréditaire devrait réviser l’histoire des débuts de l’Empire Romain : après Auguste c’est une très rapide dégringolade : Tibère (les esclaves aux murènes) , Caligula (mon cheval sera sénateur) , Claude (finit par faire exécuter son épouse-putain Messaline) , Néron (fait assassiner sa mère et tue son épouse enceinte d’un coup de pied dans le ventre) . Ces descendants d’Auguste n’ont rien à envier aux empereurs du Bas-Empire . Aucune dynastie n’a échappé à la dégénérescence-décadence .

     

    • Oui, c’est une question à poser à ceux qui veulent une monarchie, qui plus est absolue : pour quelle raison devrait-on garder un roi dégénéré travaillant pour l’ennemi et se le farcir pendant 70 ans, si des hommes providentiels du peuple se présentent pour redresser le pays ?
      On devrait rester dans la merde pendant 70 ans et s’empêcher de redresser le pays, et subir 70 années d’humiliation, de vol et de violence de la part d’un ennemi pour lequel le roi travaille par exemple, juste car ’’Dieu a voulu’’ que ce monsieur soit roi ?


    • La monarchie française a duré près de 1500 ans. Elle a connu pas moins de 5 dynasties et s’est renouvelée en permanence. Avant de faire la leçon sur l’histoire romaine, révisez l’histoire de France.


    • @ aaa

      "roi dégénéré travaillant pour l’ennemi".

      Un exemple dans l’histoire de France pré-républicaine ?


    • @ Aaa

      Arrêtez d’attendre "l’homme providentiel" car attendre, c’est se laisser massacrer sans réagir, faites votre part du boulot maintenant et faites votre devoir (voir et revoir le film Valkyrie). Dieu nous en fait baver pour que l’on se sorte les doigts du cul.

      La monarchie est un système de gouvernance autoritaire QUI S’ASSUME (le roi ne se cache pas). La république est un système autoritaire QUI NE S’ASSUME PAS (dictature franc-maçonne déguisée)

      Vous voulez renverser un mauvais roi ? Commencez d’abord par renverser la mauvaise république (pléonasme) actuelle.


    • @ paysan breton,
      il faudrait (re)lire la correspondance du roi Louis le XVIè et de son épouse avec l’ennemi qui était alors massé à notre frontière...


    • ce n’était pas l’ennemi mais la famille élargie : toutes les familles royales européennes avaient des liens familiaux très étroits.


    • @ om

      L’ennemi n’est pas toujours l’étranger, le loup était en l’occurrence déjà dans la bergerie...

      On peut certes l’accuser de n’avoir pas su réformer la monarchie, mais pas d’avoir laissé sciemment l’étranger agir contre les intérêts de la France. Encore en septembre 1791, il fait part aux agents diplomatiques en Espagne de son "désir que les puissances étrangères ne se mêlent pas des affaires intérieures de la France." (E 3984)


    • Paysan breton, je vous cite : "L’ennemi n’est pas toujours l’étranger, le loup était en l’occurrence déjà dans la bergerie..."

      En l’occurrence, l’union sacrée des révolutionnaire s’est constituée contre l’ennemi qui était à nos portes !


  • "Ta soeur la jacobine"...excellente ! :-D


  • Je ne suis pas historien, mais me semble t’il un roi qui décide de faire des guerres sans qu’on ne l’est agressé lui ou son peuple, ne se cherche que gloire et puissance. La France ou les français en avait ils besoin de ces guerres sans fin de ce roi dit soleil ?
    *Simple question de bon sens sans aucun à priori républicain ou autre.