Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La Petite Histoire – Les tentatives d’assassinat contre Napoléon

Au cours de son règne, Napoléon aura été la cible d’une multitude d’attentats et de tentatives d’assassinat. Sous le Consulat comme sous l’Empire, de la part de ses opposants royalistes ou républicains, les conspirateurs ont usé de bien des moyens pour en venir à bout. Lors de l’attentat de la rue Saint-Nicaise en 1800, le futur Empereur sera même visé par le premier attentat à la bombe de l’histoire ! Mais aucune de ces tentatives n’a jamais abouti, comme si une étoile veillait sur la vie de Napoléon afin qu’il accomplisse son destin jusqu’au bout. Retour sur un règne agité où, pour certains, Napoléon aura toujours été l’homme à abattre.

 

L’empereur, sur E&R :

 






Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Finalement, la City of London l’empoisonna à Sainte Hélène. Napoléon Bonaparte avait encore beaucoup à faire. Comme Adolf Hitler du reste dont la mort reste toujours mystérieuse. Et j’ai lu quantité de bouquins là-dessus...

     

    Répondre à ce message

  • #2750842

    Cet attentat est d’ailleurs enregistré comme premier attentat terroriste.
    Comme les Gugusse ont inventé la Terreur au préalable la République (française) a beau jeu de vouloir nous mettre en garde.

     

    Répondre à ce message

  • #2750852

    Si ça avait réussi on aurait évité des millions de morts, l’Europe ravagée, la défaite de waterloo et la Bérézina et la perte de la Louisiane qu’il a vendu comme un con une bouchée de pain aux américains ! Et si ce con de louis XV n’avait pas acheté la corse que personne ne voulait, on aurait évité pas mal d’emmerdes !

     

    Répondre à ce message

    • Pas faux ! Le bilan géopolitique de Napoléon est catastrophique ! Loin d’avoir empêché la constitution de l’Allemagne, il a ligué l’Europe entière contre la France. C’était un homme doué militairement parlant mais inapte à la politique profonde. .

       
  • Napoléon a fait tuer tous ses soldats . Il disait qu’il était "riche d’une rente de 30 000 hommes par mois" . Il en a effectivement fait tuer 3 000 000 en dix ans, environ mille par jour comme en 14-18 . Il est forcé d’abdiquer après Waterloo car il n’a plus de soldats ! Il a tué la France en 1815, et elle n’est plus que l’ombre de ce qu’elle fut : "la Grande Nation", la Reine de l’Europe depuis La victoire de Rocroi (1643) . Il a brisé l’élan démographique de la France qui ne comptera que 40 millions d’habitants en 1914, contre 65 pour l’Allemagne . S’il avait été assassiné après Austerlitz, l’Angleterre aurait-elle renoncé à ourdir des coalitions contre la première puissance de l’Europe continentale ? That is the question...

     

    Répondre à ce message

  • Au fond les royalistes étaient des lâches, ils voulaient bien assassiner Napoléon, mais sans prendre de risques . On est loin de Ravaillac ou même de Princip . Un homme qui est prêt à faire le sacrifice de sa vie pour tuer un tyran est redoutable . Et même une femme : voyez Charlotte Corday .

     

    Répondre à ce message

  • #2750927

    Petit rappel . En 1795 la Convention va se séparer car les élections approchent . Mais avant de se séparer la Convention va prendre le DECRET DES DEUX-TIERS : il prévoit que les 2/3 des prochains députés devront obligatoirement être ... des conventionnels de l’assemblée actuelle ! La prochaine assemblée sera donc la même à 66% ! Enorme farce . La convention a pris ce décret car elle savait que les royalistes, redevenus majoritaires dans le pays, allaient gagner l’élection . Du coup des royalistes se sont insurgés et Napoléon Bonaparte a été chargé de la répression . Elle sera féroce, il fera charger ses canons à mitraille et les royalistes seront mitraillés aux environs de l’église Saint Roch (200 morts) . On voit l’abscence totale de moralité de Bonaparte : il a massacré des gens justement indignés par un "coup d’état électoral" . Ce fut la première étape décisive de l’ ascension du "général vendémiaire" . Un authentique salaud .

     

    Répondre à ce message

    • #2751025

      Nooonn !! Ils trafiquaient déjà les élections par des moyens détournés à l’époque ?
      Le scrutin majoritaire ou le référendum de 2005 n’étaient donc que des continuités ?

       
    • ... C’est ainsi que Bonaparte devint l’homme fort du Directoire . 9 jours après ce mitraillage décisif Joséphine de Beauharnais, agée de 33 ans et qui voulait "faire une fin" avec un homme lui assurant confort et luxe, se faisait présenter à Bonaparte, d’autant plus que maîtresse dispendieuse de Barras, elle sentait que celui ci voulait la refiler à quelqu’un d’autre . Napoléon ébloui et fou d’amour . Elle, s’en foutant, ne voyait que son intérêt . Dans la corbeille de mariage il y eu le commandement de l’armée d’Italie . Pendant qu’en Italie Bonap risquait sa peau et faisait des prodiges, l’autre pouffiasse ne pensait qu’à se faire sauter par le jeune (22 ans !) et beau capitaine de hussard Hippolyte Charles, et refusa pendant des mois de rejoindre son époux . Le hussard devait en avoir une plus grosse que Bonap ... A quoi ça tient ! Toutes des salopes .

       
    • #2751738
      Le 24 juin à 15:48 par lemecnormal n°174
      La Petite Histoire – Les tentatives d’assassinat contre Napoléon

      Bonaparte était un enfant de la Révolution.

       
  • « Oh ! Il change de ton, depuis que tant de fiers Républicains qui voulaient à tout prix la liberté ou la mort viennent se prosterner à ses pieds, depuis que des prêtres, des Royalistes nous abandonnent pour aller à lui ! [...] Oui oui, il change de ton, son pouvoir l’enivre... ce petit homme que j’aurais pu étouffer entre mes bras. Oh ! Il ne m’engageait point à prendre du service, il commandait, il ordonnait, il parlait en maître. Pacification, amnistie, tout cela n’est qu’un leurre. Attendons, et bientôt nous serons sous les verrous. »

    Georges Cadoudal apres avoir rencontré napoléon le Le 25 février 1800.

     

    Répondre à ce message