Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La double imposture du 11 Septembre

Partie 4 : L’hypothèse du « complot piraté » appliquée à l’assassinat de John F. Kennedy

Note de la rédaction

Le texte suivant a servi de base à Laurent Guyénot pour sa conférence du 14 septembre 2014 à Strasbourg.

[Lire la troisième partie]

 

IV. L’hypothèse du « complot piraté » appliquée à Kennedy

Dans les trois parties précédentes de cet article, nous avons énoncé plusieurs propositions. Certaines peuvent être considérées comme prouvées, d’autres restent des hypothèses de travail qui méritent d’être débattues. Ce qui me semble incontestable, c’est l’existence d’une « opposition contrôlée » à la thèse officielle du 11 Septembre, qui opère à deux niveaux : au niveau des médias alternatifs de gauche, et au niveau de la mouvance conspirationniste. Les mensonges et manipulations sont démontrés dans ces deux camps. Notre enquête ressemble à un scénario de thriller à rebondissements : le premier coupable identifié n’est pas le bon, mais le second non plus. Le paradigme de la « fausse bannière réversible », quant à lui, n’est qu’un concept imparfait, un point virtuel de perspective permettant d’embrasser ces différents niveaux de désinformation. Mais la réalité qu’il décrit est, je crois, assez bien établie. La notion de « complot piraté » est plus spéculative, et le restera tant qu’une véritable enquête criminelle ne sera pas ouverte. Elle a toutefois en sa faveur le fait qu’elle s’applique de manière satisfaisante à d’autres affaires que le 11 Septembre.

L’idée m’en est venue au moment de l’affaire Merah. Nous avons vu dans cette affaire, à quelques jours d’intervalle, deux faits divers de natures et de portées très différentes, dont le seul lien est le coupable désigné (opportunément éliminé par les services spéciaux). Dans le premier fait divers, trois militaires d’origine maghrébine sont abattus, et l’on soupçonne un groupuscule néo-nazi. L’affaire, un mois avant les élections présidentielles, est suspicieusement providentielle pour permettre au président Sarkozy, en difficulté dans les sondages, de rebondir par une propagande anti-FN. Mais voilà que, quatre jours plus tard, on nous fait croire que trois enfants juifs sont tués dans une école juive (sans témoin crédible et sans autopsie, puisque, pour d’obscures raisons religieuses, les corps sont expatriés illico à Jérusalem). On décrète aussitôt que les deux crimes sont du même auteur : ce n’est donc plus un raciste anti-arabe, mais un arabe antisémite que l’on cherche et que l’on trouve. Notre président n’a d’autre choix que de jouer ce nouveau script, qui implique d’envoyer son ministre de la Justice en Israël pour assurer le président Shimon Pérès et le Premier ministre Benyamin Netanyahou du soutien de la France dans la lutte contre le terrorisme et l’antisémitisme. Tous les candidats à la présidence mettent la kippa et jurent à leur tour de combattre l’antisémitisme et le fanatisme islamique.

Après quelques années de recherche, je suis également tenté de voir dans ce principe du « complot piraté » la solution aux mystères qui entourent l’assassinat de Kennedy. Les bases de cette théorie ont été posées par Gary Wean, dans son livre There’s a Fish in the Courthouse (1987), qu’ignorent tous les chercheurs à l’exception de Michael Collins Piper dans Final Judgment. En se fondant sur une source bien informée de Dallas (le sénateur républicain John Tower), Wean soulève la possibilité que la fusillade ait été mise en scène par la CIA sous la forme d’un assassinat raté, mais que l’opération ait été détournée en vrai assassinat par la Mishpucka (la « Famille » en hébreu, soit la mafia russe juive), dont Wean a appris à connaître le pouvoir tentaculaire en tant qu’enquêteur de la police de Los Angeles. L’investigateur Dick Russel renforce indépendamment cette thèse dans The Man Who Knew Too Much (1992), après avoir interviewé plusieurs exilés cubains persuadés d’avoir été manipulés.

Le principe du « complot piraté » est cohérent avec les faits bruts de l’assassinat : les balles tirées de derrière la limousine présidentielle, depuis le School Book Depository, ont manqué leur cible. Quelques secondes plus tard, Kennedy est touché mortellement par deux balles tirées depuis le grassy knoll, devant lui sur la droite. Oswald est arrêté dans l’après-midi et accusé d’avoir tiré depuis le depository où il travaille, et d’avoir agi pour le compte de Castro. Mais Johnson fait taire cette rumeur et impose la thèse du tueur solitaire. Deux jours après son arrestation, Oswald est réduit au silence par Jacob Rubenstein, dit Jack Ruby, membre de la pègre juive (la Yiddish Connection) et ancien trafiquant d’armes au profit d’Israël. Ruby était l’ami et partenaire de Mickey Cohen, associé et successeur du fameux Benjamin Siegelbaum, dit Bugsy, l’un des chefs de Murder Incorporated. Selon Gary Wean, Cohen était en contact avec Menachem Begin.

Oswald et Ruby sont les deux personnages clés de l’affaire : le premier est lié à la CIA, mais le second est lié au réseau criminel sioniste. L’avocat de Ruby, William Kunstler, écrit dans ses mémoires que Ruby lui confia avant de mourir avoir tué Oswald « pour les juifs », et plus précisément pour « protéger les juifs américains d’un pogrom qui pourrait résulter de la colère à cause de l’assassinat [1] ». Son rabbin, Hillel Silverman, qui lui rendit visite en prison, fit la même declaration [2]. On connaît un autre sioniste notoire qui a agit avec détermination pour empêcher que la vérité ne sorte : Arlen Specter, l’inventeur de la « théorie de la balle unique » (single bullet theory), qui attribue cinq blessures (deux à Kennedy et trois à Connally devant lui) à une seule balle. À sa mort en 2012, Specter, fils d’immigrés juifs russes, fut officiellement regretté par le gouvernement israélien comme un « défenseur infatigable de l’État juif [3] ».

 

JPEG - 142.9 ko
La « Balle magique » qui, selon Arlen Specter, aurait causé cinq blessures à Kennedy et Connally

 

Le principe du « complot piraté » permet de réconcilier les trois thèses qui dominent la recherche sérieuse sur l’assassinat de Kennedy : 1) la thèse de la CIA, du Pentagone et du complexe militaro-industriel, 2) la thèse de Lyndon Johnson, et 3) la thèse d’Israël. Les auteurs défendant la première thèse (qu’on peut nommer Inside Job), comme David Talbotl [4], James Douglass [5] ou Mark Lane [6], pour ne citer que les plus récents, démontrent de manière irréfutable que la CIA et une faction de l’appareil militaire essayaient de déclencher une guerre contre Castro, et qu’ils étaient prêts à tromper le Président pour le mettre au pied du mur. Mais ils échouent à démontrer qu’ils étaient prêts à l’assassiner : de l’opération clandestine dans le dos du Président à la haute trahison et l’assassinat, il y a un abîme. Et l’on note que ces trois livres ne parviennent pas à identifier le comploteur en chef et se contentent d’incriminer le système. Le personnage de la CIA sur lequel pèsent le plus de soupçons est James Jesus Angleton, qui dirigea de 1954 à 1974 l’Israel Office de l’Agence (par lequel transitaient pratiquement tous les renseignements venant d’URSS). Son biographe Tom Mangold affirme :

« Les plus proches amis d’Angleton à l’étranger venaient du Mossad et il était tenu en très haute estime par ses collègues israéliens et par l’État d’Israël, qui lui décerna de grands honneurs après sa mort [1987] [7]. »

Angleton joua notamment un rôle primordial dans l’entrave à la vérité en s’imposant comme liaison entre la CIA et la Commission Warren.

Mais la faiblesse de la thèse CIA-Pentagone tient à mon sens surtout à cette contradiction flagrante : si la CIA a programmé la mort de Kennedy sous la forme d’un assassinat sous la fausse bannière de Cuba, pourquoi la guerre contre Cuba, qui était la fin visée, n’a-t-elle pas eu lieu ? Nos auteurs ne fournissent aucune réponse convaincante. Michael Piper, qui, seul contre tous, défend la thèse d’Israël, a quant à lui démontré de façon irréfutable qu’Israël avait un intérêt vital à la mort de Kennedy, car Kennedy était déterminé à empêcher Israël de mener à terme ses projets d’armement nucléaire. Il s’était également vigoureusement engagé en faveur du droit au retour des 750˙000 réfugiés palestiniens expulsés de leurs quartiers et villages en 1947-48. Deux choses intolérables pour Ben Gourion et les dirigeants sionistes. Il y en avait une autre encore : l’effort de Kennedy pour restreindre l’influence de l’American Zionist Council, précurseur de l’AIPAC, en l’enregistrant comme agent étranger soumis au Foreign Agents Registration Act de 1938. Pour toutes ces raisons, les sionistes voulaient la mort de Kennedy.

Johnson également. En fait, la thèse incriminant Johnson fusionne avec celle incriminant Israël dès lors qu’on prend conscience que Johnson est l’homme d’Israël. Il l’est depuis le financement de sa première campagne sénatoriale en 1948, financée par Abraham Feinberg, le parrain de la bombe atomique israélienne (qui au même moment, finançait également la seconde campagne présidentielle de Truman en échange de sa reconnaissance d’Israël) [8]. Son accession au pouvoir fut saluée avec soulagement à Tel-Aviv, comme on le lisait dans le quotidien israélien Yediot Aharonot :

« Il ne fait aucun doute qu’avec l’accession de Lyndon Johnson, nous aurons davantage d’opportunité d’approcher le Président directement si nous trouvons que la politique étasunienne va contre nos intérêts vitaux [9]. »

Un grand nombre de faits prouvent qu’en 1967, Johnson donna le feu vert pour la guerre préventive d’Israël contre l’Égypte et l’annexion de territoires qui en découla, et que, sous sa direction, la CIA fournit à l’armée israélienne les informations lui permettant de détruire en quelques jours toutes les bases aériennes de l’ennemi. Johnson a probablement aussi approuvé secrètement l’attaque du USS Liberty (un navire de la NSA) par des avions et torpilleurs israéliens le 8 juin 1967, une opération sous fausse bannière qui aurait été mise sur le compte de l’Égypte si elle avait réussie, c’est-à-dire si le navire avait été coulé et son équipage exterminé. En 2013, Associated Press a divulgué des enregistrements du Bureau ovale démontrant la « connection personnelle et souvent émotionnelle » de Johnson pour Israël, rappelant par ailleurs que durant la présidence de Johnson, « les États-Unis sont devenus le principale allié diplomatique et le principal fournisseur d’armement d’Israël ». Un article du 5 Towns Jewish Times publié sous le titre « Our First Jewish President Lyndon Johnson ? », évoquant le soutien de Johnson pour les juifs dans les années 1940 et 1950, puis son rôle dans l’élaboration de la Résolution 242 des Nations unies en faveur d’Israël, conclue :

« Le président Johnson a fermement orienté la politique américaine dans une direction pro-Israël. Dans un context historique, le pont aérien d’urgence vers Israël en 1973, le soutien diplomatique constant, l’assistance économique et militaire et les liens stratégiques entre les deux pays peuvent être mis sur le crédit des graines plantées par Johnson. »

L’article mentionne également :

« Des recherches dans l’histoire personnelle de Johnson indiquent qu’il hérita son intérêt pour le peuple juif de sa famille. Sa tante Jessie Johnson Hatcher, qui eut sur lui une influence majeure, était membre de la Zionist Organization of America. »

Et, dans une note additionnelle :

« Les faits indiquent que les deux arrières-grands-parents de Johnson du côté maternel étaient juifs. […] La lignée des mères juives peut être retracée sur trois générations dans l’arbre généalogique de Lyndon Johnson. Il fait peu de doute qu’il était juif [10]. »

Le seul chaînon manquant pour prouver la collusion entre Johnson et Israël serait la preuve que Ruby a agi sur les ordres de Johnson. Ce chaînon est en réalité fourni par l’ancien assistant de Nixon Roger Stone, qui déclara, dans une interview pour The Daily Caller, qu’en novembre 1963, en voyant Ruby à la télévision, Nixon l’avait reconnu comme étant « l’un des “boys” de Johnson », et que « Nixon a immédiatement reconnu que Johnson utilisait un de ses hommes de main pour faire le “nettoyage” après le meurtre de Kennedy [11] ».

 

JPEG - 261.8 ko
Le réquisitoire de Roger Stone contre Johnson

 

À la lumière de ce témoignage (de seconde main, il est vrai), il est intéressant de mentionner un mémorandum du FBI daté du 24 novembre 1947, qui décrit Ruby comme un homme de main de Nixon, mais qui est aujourd’hui reconnu par la plupart des chercheurs comme un faux. Ce mémo informe un comité parlementaire enquêtant sur le crime organisé qu’ « un certain Jack Rubenstein de Chicago […] remplit des fonctions d’information pour le personnel du député Richard Nixon, Républicain de Californie. Il est demandé que Rubenstein ne soit pas entendu comme témoin dans les auditions susmentionnées [12]. » Le caractère inauthentique de ce mémo a été démontré par deux anachronismes concernant Nixon et Ruby, et par le fait qu’il porte un zip code qui n’existait pas à l’époque. Quelqu’un a donc voulu brouiller la piste rattachant Ruby à Johnson, en le faisant passer pour l’homme de Nixon.

L’hypothèse que Ruby était secrètement missionné par Johnson est cohérente avec les déclarations étranges faites par Ruby à la Commission Warren : Ruby insista pour être conduit à Washington car, dit-il :

« Je suis le seul qui peux apporter la vérité au Président [...] Si vous ne m’amenez pas ce soir à Washington pour me donner une chance de prouver mon innocence au Président, alors vous allez voir la chose la plus tragique qui puisse arriver. »

Ruby indique en outre que cette « chose tragique » a un rapport avec le sort du peuple juif :

« Il y aura un événement tragique si vous ne prenez pas mon témoignage et si vous ne me disculpez pas afin que mon peuple ne souffre pas à cause de ce que j’ai fait. »

Il craignait, ajouta-t-il, que son acte soit exploité « pour créer une fausse idée sur certaines personnes de confession juive », mais cela pouvait être évité « si notre Président, Lyndon Johnson, apprenait la vérité de moi [13] ». Ruby semble vouloir adresser à Johnson, à travers les membres de la Commission, un message lourd de sous-entendus, qui semble contenir la menace de révéler l’implication d’Israël dans l’assassinat de Kennedy s’il n’est pas gracié par le nouveau président. L’impression se renforce si l’on compare le respect qu’il affiche pour Johnson, « notre Président, qui croit en la droiture et la justice », à l’accusation qu’il lancera en 1967 contre le même Johnson, traité cette fois de « nazi de la pire espèce » dans une lettre manuscrite [14]. Cela suggère que Ruby s’est senti trahi par Johnson ; sans doute espérait-il que Johnson le sorte de prison, tout comme, en 1952, Johnson était parvenu à éviter la prison à son tueur Malcolm Wallace, pourtant reconnu coupable de meurtre au premier degré [15].

 

Jacob Rubinstein accuse Lyndon Johnson en 1965 (vidéo en anglais) :

 

La déposition de Ruby à la Commission Warren fut obtenue et publiée par la journaliste Dorothy Kilgallen dans le New York Journal American du 18-20 août 1964. Kilgallen affirmait en outre avoir interviewé Ruby durant son procès à Dallas, et disait être sur le point de « dévoiler la véritable histoire » et publier « le scoop du siècle » dans un livre intitulé Murder One. Le livre ne parut jamais : Kilgallen fut retrouvée morte d’une overdose d’alcool et de barbituriques le 8 novembre 1965. Sa dernière phrase imprimée disait : « Cette histoire ne mourra pas, tant qu’il y aura un vrai reporter vivant, et il y en a encore beaucoup de vivants [16]. »

La thèse du « complot piraté » permet d’expliquer l’obstination stupéfiante du pouvoir exécutif à s’accrocher à la thèse du tueur solitaire, cinquante ans après. Elle permet aussi d’expliquer l’obstination des médias américains dans l’obstruction à la vérité. Les livres se focalisant sur la piste CIA-Pentagone nous répètent à l’envie que les grands médias sont sous le contrôle étroit de la CIA, à travers son opération Mockingbird ; c’est un mythe plus qu’une réalité, un mythe d’ailleurs entretenu indirectement par les directeurs des grands médias eux-mêmes, entre autres par la patrone du Washington Post Katherine Graham à travers sa biographe Deborah Davis. Davis prétend que Philip Graham (mari de Katharine et longtemps directeur du Post) ainsi que Joseph Alsop, l’éditorialiste le plus influent du journal, étaient « contrôlés » par la CIA [17], mais les faits indiquent plutôt leur loyauté envers Israël. Arthur Schlesinger, qui fut un proche assistant de Kennedy, rapporte que ce sont Graham et Alsop qui convainquirent Kennedy de prendre Johnson pour vice-président, dès qu’il apparut que Kennedy l’emporterait aux primaires sur Johnson [18]. Comme l’explique pour sa part Alan Hart, à travers Graham et Alsop, dont l’influence sur l’opinion publique était considérable, « ce sont les soutiens d’Israël qui ont forcé Kennedy a prendre Johnson comme vice-président [19] ».

Les grands médias ont largement contribué à orienter les soupçons des sceptiques vers la CIA, avant même l’assassinat. N’est-ce pas Arthur Krock, sioniste notoire, qui le 3 octobre 1963, écrit dans sa colonne quotidienne du New York Times, que « le développement de la CIA est “comparable à une maladie”, que même la Maison Blanche ne contrôlait peut-être plus, selon le très haut responsable. […] Si les États-Unis sont un jour le théâtre d’un Seven Days in May, cela viendra de la CIA [20]. » (Seven Days in May est un thriller politique publié en 1962, qui raconte un coup d’État contre le Président). Krock plante un panneau dirigeant à l’avance les soupçons vers la CIA, en laissant entendre que sa source est le Président lui-même [21].

Un mois après l’assassinat de Kennedy, c’est au tour du Washington Post de semer à nouveau le soupçon de l’implication de la CIA, en publiant un éditorial signé de l’ancien président Harry Truman, intitulé « Les États-Unis devraient confiner la CIA au Renseignement », où il affirmait l’urgence « d’examiner à nouveau le but et les opérations de notre CIA. […] Il y a des questions difficiles auxquelles il faut maintenant répondre. » « Cela fait quelque temps que je suis perturbé par la manière dont la CIA a été détournée de sa mission originelle. Elle est devenue un bras opérationnel du gouvernement, et dans certains cas détermine la politique. […] Je n’ai jamais pensé en créant la CIA qu’elle serait impliquée dans des opérations troubles et clandestines en temps de paix » au point d’être devenue à travers le monde «  [22] ». Truman faisait allusion à l’implication de la CIA dans le renversement ou l’assassinat de chefs d’État étrangers, mais, compte tenu du fait que l’assassinat de Kennedy était encore dans tous les esprits, son message ne pouvait qu’être perçu, au moins de façon subliminale, que comme une incrimination implicite de la CIA dans la tragédie de Dallas. Cet article fut largement commenté dans les années 70, et donne à Truman le rôle avantageux d’un whistleblower. Et cependant ce mea culpa n’est vraiment pas dans le style de Truman. Et pour cause : il n’a pas été écrit par lui, mais par son assistant et rédacteur principal, David Noyes. Truman ne l’a probablement pas lu avant publication et a dû le découvrir dans l’édition du matin du Washington Post ; c’est peut-être lui, en revanche (et non la CIA), qui exigea son retrait des éditions de l’après-midi [23]. Le role de Noyes comme « nègre » de Truman est bien décrit dans le livre de Sidney Krasnoff, Truman and Noyes : Story of a President’s Alter Ego (Jonathan Stuart Press, 1997), présenté par l’éditeur comme « l’histoire extraordinaire de la relation entre un baptiste du Missouri, sans éducation au-delà du lycée, et d’un juif originaire de Russie avec un doctorat ».

Dans les années 70, lorsque s’ouvrit une nouvelle enquête sur l’assassinat de Kennedy, la presse joua encore un rôle important dans l’orientation des soupçons vers la CIA. Le célèbre journaliste Edward Epstein (qui a encore récemment fait parler de lui en défendant la thèse d’un complot contre Dominique Strauss-Kahn), fit paraître une interview de George De Mohrenschildt dans laquelle ce dernier admettait que Lee Harvey Oswald lui avait été présenté par l’agent J. Walton Moore de la CIA [24]. Mais l’information est douteuse pour plusieurs raisons : premièrement, Moore était connu comme agent du FBI, pas de la CIA. Deuxièmement, De Mohrenschildt n’était plus en mesure de confirmer lorsque parut l’article : il fut retrouvé mort suicidé quelques heures après son interview, le 29 mars 1977 [25]. En fait, l’interview contredit formellement un récit manuscrit laissé par De Mohrenschildt de sa relation avec Oswald [26]. Enfin, le rapport de police indique que la santé mentale de De Mohrenschildt s’était détériorée, et qu’il se plaignait que « les juifs » et « la mafia juive » étaient après lui [27]. L’interview publiée par Epstein ne fait pas mention de cette inquiétude.

 

JPEG - 208.3 ko
George de Mohrenschildt

 

En réalité, dès le lendemain de l’assassinat, on peut soupçonner le réseau sioniste d’avoir orienté la dissidence vers la piste de la CIA, créant ainsi une seconde « fausse bannière » cousue sous la fausse bannière « Oswald-Castro ». Les mauvaises langues soupçonnent par ailleurs Mark Lane, le premier et le plus actif des conspirationnistes accusant la CIA, d’avoir cherché à cacher son appartenance à la communauté juive, en changeant son nom de Levin à Lane. Et il est bien connu que le producteur du film JFK (1991) d’Oliver Stone, qui déclencha un fort mouvement d’opinion et motiva l’ouverture de commissions d’enquête sur la CIA, est Arnon Milchan, décrit dans une biographie de 2011 comme « l’un des plus importants agents infiltrés du Renseignement israélien », très impliqué dans la contrebande d’armement nucléaire des États-Unis vers Israël [28]. Notons en passant qu’en 1978, Milchan produisait The Medusa Touch, un film décrivant un scénario similaire à l’épisode des Lone Gunmen mentionné plus haut, avec un avion télécommandé se crashant sur un gratte-ciel.

 

JPEG - 79.1 ko
Arnon Milchan, au centre, en bonne compagnie

 

JPEG - 75.4 ko
Affiche de The Medusa Touch, produit par Arnon Milchan en 1978

 

Pour terminer, il est également intéressant de noter que certains chercheurs tentent de charger Bush père dans l’affaire JFK. C’est notamment le cas de John Hankey avec son documentaire Dark Legacy [29]. À y regarder de près, l’idée d’une implication de Bush dans l’assassinat de Kennedy repose sur des conjectures, et probablement, encore une fois, sur un faux mémo top-secret. Les accusations sont les mêmes que celles lancées par Russ Baker dans Family of Secrets : The Bush Dynasty (2009) et par Webster Tarpley dans George Bush : The Unauthorized Biography (2004). Toutes ces attaques s’appesantissent sur les sympathies pro-nazi et l’antisémitisme présumé du clan Bush. En effet, Prescott Bush, le père de George H.W., codirigeait durant la Seconde Guerre mondiale la Union Banking Corporation, laquelle fut saisie en 1942 par le gouvernement de Roosevelt dans le cadre du Trading with the Enemy Act. Cette information est en vérité anecdotique, puisque jusqu’à l’entrée en guerre des États-Unis, une majorité d’Américains sympathisait avec Hitler, particulièrement dans les milieux industriel et financier WASP. De plus, comparé à l’antisémitisme militant d’un John Ford, celui des Bush était bien discret : ni Baker ni Tarpley ne peuvent leur attribuer un seul propos antisémite, ni d’ailleurs pro-nazi [30].

En résumé : La CIA et les exilés cubains qu’elle sponsorisent ont planifié une tentative ratée d’assassinat, prévue pour épargner Kennedy mais le forcer à engager des représailles contre Cuba. Israël ne s’intéresse pas à Cuba mais veut se débarrasser de Kennedy. Lyndon Johnson également. Il est d’ailleurs depuis toujours l’homme d’Israël et a été imposé comme vice-président à Kennedy par le lobby sioniste. Ensemble, la mafia juive et les hommes de Johnson à Dallas transforment l’opération de la CIA en assassinat réussi. Immédiatement après que le tireur de la CIA (Oswald ou pas) ait raté volontairement depuis le School Book Depository, les tueurs du clan Johnson-Sion (peut-être embauchés à Murder, Incorporated, une branche de la Mishpucka) explosent la cervelle de Kennedy depuis le grassy knoll. Jacob Rubenstein (alias Jack Ruby), un homme de main de Johnson finit le boulot deux jours plus tard, croyant à tort qu’il obtiendrait la grâce présidentielle. Il mourra en prison en 1967, en traitant Johnson de « nazi de la pire espèce » et confiant à son rabbin et à son avocat avoir agi « pour les juifs ». Une fois au pouvoir, Johnson force sous le chantage la CIA à renoncer à leur faux complot pro-cubain et adopter la théorie du tueur solitaire (il calmera la frustration du complexe militaire en leur offrant le Vietnam au lieu de Cuba). Arlen Specter, « défenseur infatigable de l’État juif », n’aura aucune difficulté à vendre sa « balle magique » aux médias complaisants, tandis que Mark Lane (né Levin) orientait la contestation sur la piste de la CIA avec un article du Guardian quatre semaines seulement après l’assassinat. Et durant cinq années, Johnson fera tant pour Israël, notamment en soutenant leur guerre d’expansion de 1967 (malgré le fiasco du USS Liberty), que la presse israélienne, fouillant son arbre généalogique, concluera : « Il n’y a aucun doute qu’il est juif. »

 

Laurent Guyénot

 

Notes

[1] William Kunstler, My Life as a Radical Lawyer, Carol Publishing, 1994, p. 158.

[2] Steve North, “Lee Harvey Oswald’s Killer ‘Jack Ruby’ Came From Strong Jewish Background”, The Jewish Daily Forward, November 17, 2013, http://forward.com/articles/187793/lee-harvey-oswalds-killer-jack-ruby-came-from-stro/?p=all#ixzz2oUwQ6vpx

[3] http://www.haaretz.com/jewish-world/jewish-world-news/prominent-jewish-american-politician-arlen-specter-dies-at-82-1.469977

[4] David Talbot, Brothers : The Hidden History of the Kennedy Years, Simon & Schuster, 2007.

[5] James Douglass, JFK and the Unspeakable : Why He died and Why it Matters, Touchstone, 2008.

[6] Mark Lane, Last Word : My Indictment of the CIA in the Murder of JFK, Skyhorse Publishing, 2011.

[7] Tom Mangold, Cold Warrior : James Jesus Angleton : the CIA’s Master Spy Hunter, Simon & Schuster, 1991.

[8] Alan Hart, Zionism, the Real Enemy of the Jews, vol. 2 : David Becomes Goliath, Clarity Press, 2009, p. 250.

[9] Stephen Green, Taking Sides : America’s Secret Relations With a Militant Israel, William Morrow & Co, 1984, p. 186.

[10] Morris Smith, “Our First Jewish President Lyndon Johnson ? – an update !!”, 5 Towns Jewish Times, April 11, 2013 : http://5tjt.com/our-first-jewish-president-lyndon-johnson-an-update/

[11] http://dailycaller.com/2014/03/14/why-jack-ruby-was-probably-part-of-the-kennedy-conspiracy/#ixzz2ywPjg9zr

[12] Reproduction sur http://www.jfkmurdersolved.com/nixonruby.htm

[13] http://www.Voir sur jfkmurdersolved.com/ruby.htm

[14] “This man is a Nazi in the worst order”, Nelson, LBJ : The Mastermind, p. 604-7.

[15] Nelson, LBJ : The Mastermind, p. 271-80.

[16] Talbot, Brothers, op. cit., p. 262-3.

[17] Deborah Davis, Katharine the Great, Harcourt Brace Jovanovich, 1979, p. 249.

[18] Arthur Schlesinger, Jr., A Thousand Days : John F. Kennedy in the White House, 1965, First Mariner Books, 2002, kindle empl. 1030.

[19] Alan Hart, Zionism, the Real Enemy of the Jews, vol. 2 : David Becomes Goliath, Clarity Press, 2009, p. 257.

[20] Douglass, JFK and the Unspeakable, p. 186, 196.

[21] Là encore, je dois avouer être moi-même tombé dans le panneau dans mon livre JFK-11 Septembre.

[22] « Harry Truman Writes : Limit CIA Role to Intelligence », cité dans Mark Lane, Last Word : My Indictment of the CIA in the Murder of JFK, Skyhorse Publishing, 2011, p. 246.

[23] Benjamin F. Onate, “What Did Truman Say About CIA ?” Studies in Intelligence Vol XVII/3, (Fall, 1973), p. 9-11.

[24] Douglass, JFK and the Unspeakable, op. cit., p. xxiii.

[25] William Kelly citant le rapport du HSCA, volume XI, p. 77-8, sur http://educationforum.ipbhost.com/index.php?showtopic=8515&page=2

[26] George de Mohrenschilldt, I am a Patsy ! sur http://jfkassassination.net/russ/jfkinfo4/jfk12/hscapatsy.htm

[27] Lire le rapport du Sheriff’s Office sur http://mcadams.posc.mu.edu/death2.txt

[28] Meir Doron, Confidential : The Life of Secret Agent Turned Hollywood Tycoon-Arnon Milchan, Gefen Books, 2011.

[29] Voir sur http://www.thedarklegacy.com/. Lire la critique par Seamus Coogan sur http://www.ctka.net/2010/hanky.html

[30] Là encore, le lecteur de mon livre constatera que j’ai changé d’interprétation, et considère qu’encore une fois j’étais tombé dans un panneau planté par l’opposition contrôlée.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1036578
    le 22/11/2014 par Barbabé
    La double imposture du 11 Septembre

    Il y a bien des ans le Figaro a publié un grand article au sujet du livre de Mémoires de la maitresse de Johnson, que celle-ci publia après la mort de Johnson : elle y raconte que Johnson lui avait révélé qu’il était l’auteur principal du complot visant à assassiner Kennedy, en ajoutant qu’elle serait assassinée si elle en pipait mot .


  • #1036586
    le 22/11/2014 par Le Chaton
    La double imposture du 11 Septembre

    1 critique contre cette théorie :
    Pourquoi utiliser Israël utiliserait :



    Jacob Rubenstein, dit Jack Ruby, membre de la pègre juive (la Yiddish Connection) et ancien trafiquant d’armes au profit d’Israël




    Il aurait été moins voyant de manipuler un WASP patriote ?
    Ou mieux un afro-américain qui aimait Kennedy car il défendait les noirs ?

     

    • #1036710
      le 22/11/2014 par Complotosaurus Erectus
      La double imposture du 11 Septembre

      Cette critique n’infirme pas la théorie.
      En outre, le mieux est souvent l’ennemi du bien : comme pour le 11 septembre, des questions de délais à respecter doivent avoir pour conséquences quelques invraisemblances que les forces d’occupation mentale ont pour mission de masquer ou de faire disparaitre...


  • #1036594
    le 22/11/2014 par saroumane
    La double imposture du 11 Septembre

    il y a une hypothèse de coupables qui est omise : celle de la FED (qui n’est pas incompatible avec les commanditaires supposés).

    Kennedy, premier et seul président catholique de l’histoire des USA, dont la famille était assez riche pour qu’il ait pu financer sa campagne électorale sans se vendre aux banques, avait signé peu avant son assassinat un décret présidentiel dont le projet d’application était de retirer à la FED, consortium de banques privées, le droit de frapper le dollar, afin de replacer ce droit comme prérogative exclusive de l’Etat américain.

    La toute première décision de son successeur, Lyndon Johnson, fut d’abroger ce décret, ce qui pour certains est un acte qui signe officiellement le mobile du meurtre.
    En gros, la question essentielle reste toujours : Qui bono ? A qui profite le crime ?
    Dans ce cas, il est indéniable que la FED a retiré un profit immédiat du meurtre de kennedy car cette décision immédiate de Lyndon Johnson perpétuait la main mise de la FED sur le dollar, et donc sur la nation la plus puissante et, par extension, sur le monde.

    Comme l’avait proclamé le baron rottschild : Donnez moi le pouvoir sur la monnaie et je n’aurai plus à me soucier de ceux qui font les lois.
    En voulant retirer à la FED le droit de frapper monnaie pour le compte des usa (contre rémunération sur chaque dollar imprimé), Kennedy aurait libéré son pays d’une domination d’intérêts privés.

    Cette association de banquiers privés, de confession exclusivement protestante et israelite, sert une vision sioniste conforme à ses vues religieuses, même si c’est pour des motifs divers.
    - Les sionistes juifs visent la domination mondiale d’israel, avec jerusalem comme capitale mondiale tel qu’Attali le rêve tout haut , et l’assujettissement des non juifs.
    - Les sionistes protestants, eux, visent le retour des juifs dans un état juif et avec un temple de salomon reconstruit afin de réaliser le signe annoncé du retour du christ.

    Comme l’affirmait récemment Lloyd blankfein, PDG de la Goldman sachs, la banque la plus puissante au monde : J’accomplis le travail de Dieu.
    Une chose est sûre étant donné sa confession juive, son Dieu n’est que celui du peuple élu et ne saurait servir les vues du nouveau testament.

    Il aurait été bien que cet article aborde cette hypothèse.
    Pourquoi cette omission ?

     

    • #1036648
      le 22/11/2014 par Le Chaton
      La double imposture du 11 Septembre

      Je ne connaissait pas cette théorie sur la FED !
      Merci pour l’information !
      http://en.wikipedia.org/wiki/Executive_Order_11110

      Mais une critique sur votre argumentaire :



      Les sionistes protestants, eux, visent le retour des juifs dans un état juif et avec un temple de salomon reconstruit afin de réaliser le signe annoncé du retour du christ.



      Les sionistes protestants n’ont aucun pouvoir aux USA !
      C’est un mythe et un masque créé par les sionistes pour cacher leurs pouvoirs !
      Les sionistes protestant sont anti-avortement, pro-prière à l’école, pro-Israël, anti-pornographie, anti-gay mais la seule revendication mise en pratique par les Présidents Républicains c’est la défense d’Israël
      Vous pensez vraiment que les élites WASP attendent le retour du Christ ?


    • #1036791
      le 22/11/2014 par Josef
      La double imposture du 11 Septembre

      Trois raisons à l’assassinat de Kennedy :

      1/ Publication de l’executive order No : 11110, autorisant le gouvernement US à frapper monnaie.
      2/ Volonté farouche de Kennedy d’empêcher Israël de construire la bombe atomique,
      pour préserver la stabilité au moyen Orient.
      3/ Dix jours avant son éxecution, Kennedy révèle, contre toute attentes, en direct sur toutes les télés,
      l’existence d’une conspiration au sein de l’appareil politique et militaro-industriel US.

      Ces trois raisons impliquent directement Israël :

      - La Fed, détenue en totalité par des banquiers juifs.
      - La bombe atomique refusée à Israël.
      - La révélation du complot judéo-maçonnique.


    • #1036798
      le 22/11/2014 par Josef
      La double imposture du 11 Septembre

      @ Chaton :

      la majorité des chrétien aux USA sont WASP (whites anglo-saxon protestants) et les communautés évangélistes sont sionistes, car elles défendent le retour du peuple juif en Palestine, tel que stipulé dans l’Ancien Testament.


    • #1036916
      le 22/11/2014 par Faraway
      La double imposture du 11 Septembre

      La piste de la FED ne tient pas. L’executive order 11110 de Kennedy n’avait pas une portée significative et ne menaçait aucunement la FED. Cette théorie, due à Jim Marrs, n’es pas convaincante et n’a convaincu aucun chercheur.
      Et Chaton a raison : les chrétiens sionistes sont un lobby influent, certes, mais pas tant que ça, et surtout, il est tout récent : ce n’est que depuis Reagan, et surtout depuis Bush Jr, que les évangélistes s’intéressent massivement à Israel (et ils commencent à revoir leur position). Christians United for Israel, par exemple, n’a été fondé qu’en 2006.
      Quant au fameux discours "conspirationiste" de Kennedy (27 avril 1961) signalé par Josef, il est toujours cité hors de contexte : ce n’est qu’un paragraphe (troublant, certes) dans un discours adressé aux directeurs de médias pour leur demander de ne pas révéler des secrets défense. L’argument, si on lit ou écoute tout le discours, est : "Aux US, on n’aime pas les secrets, mais je vous demande tout de même un peu de discrétion". Là aussi, méfions-nous des rumeurs.


    • #1037384
      le 23/11/2014 par francky
      La double imposture du 11 Septembre

      Excellent vous m enlevez l’eau de la bouche comme on dit. Et qui est derrière la FED ? La Banque d’Angleterre, dont le principal actionnaire n est autre que : La famille Rothschild
      En fait comme toujours dans ce genre d’attentat il y a deux commanditaires (les deux pinces comme dirait P Hilard) : Israel et Rothschild, mais cela devient une habitude....


  • #1036633
    le 22/11/2014 par spirit
    La double imposture du 11 Septembre

    à l’époque de la sortie du film JFK d’Oliver Stone, Hollywood avait produit un autre film défendant Jack Ruby et reconstituant la fameuse scène du meurtre d’Oswald à la sortie du commisariat de Dallas... !!!

    Ruby y est décrit comme un patriote admirateur de Kennedy voulant venger son assassinat... !
    Sa vie de maquereau édulcoré au possible en faisait plus un tenancier de cabaret qu’un membre de la mafia juive !

    Déjà,ça ressemblait à une commande précise de l’establishment mais sa vie romancé le faisait passé pour un militant antiraciste du PS,forcement de gauche !!!!

    Cette bouse n’a pas eu le succès escompté mais ce n’était pas son rôle...il ne devait sortir que pour empecher tout scénariste de se pencher sur le cas Ruby....et cela à fonctionner !


  • #1036667

    Enorme. Enorme. Enorme. Je ne sais pas quoi dire de plus.
    Prenez une équation, n’importe laquelle, avec une inconnue "x". Remplacez-là par "sioniste" et vous découvrez quasiment l’origine des mystères de l’univers !
    Trop facile ? Et pourtant, une fois qu’on a cette clé-lampe de poche, on ne tape plus la tête contre des murs invisibles. Surprenant, non ?

     

  • #1037010
    le 22/11/2014 par GTO no-planer du "forum" Reopen
    La double imposture du 11 Septembre

    Très belle synchronisation avec l’article d’Hicham Hamza :

    Découvrez le meilleur film sur l’assassinat de Kennedy, l’homme qui a « trahi » Israël
    http://www.panamza.com/221114-kenne...

    Nous assistons grâce à vos excellent travaux, à la libération de la parole longtemps prisonnière entre les balises imposées du "Truth mouvement", du Consensus Panel, et des trucs type "Reopen911".

    L’opposition contrôlée est désormais démasquée. Une quenelle dès plus savoureuse après pas mal d’années de mensonges par omission.

    Merci à vous 2 et le combat continue.

    GTO qui pense à l’Âne du forum Reopen, qui lui a permis de comprendre dès 2011 que les média sont au moins complices de meurtre.
    Un lien vers son site :
    http://annedebalam.free.fr/gerard_h...


  • #1037028
    le 22/11/2014 par Carl
    La double imposture du 11 Septembre

    Mr guyenot est tres brilliant, intelligent, documente, et qui sait relier les points. Je remarque que la presse francaise n’ est plus rien par rapport a ce genre d’ articles. Et c’ est pourquoi cette presse de propagande sioniste n’est plus achetee que par les grand naifs ou les personnes agees.
    Continuez mr guyenot et merci a ER.


  • #1037080
    le 22/11/2014 par Roultabille
    La double imposture du 11 Septembre

    Des que Johnson a pris le pouvoir il a fait tout le contraire de la politique de JFK,il a débloqué le nucléaire Israelien,alors que JFK l’avait bloqué ,la FED et la planche à billets sont restées aux mains des sionistes,alors que JFK voulait leur enlever ! Lindon Johnson était le parfait traître infiltré à la vice présidence par le lobby sioniste !!La lie de l’humanité que ces sionistes !!

     

    • #1046872
      le 03/12/2014 par Jojo l’Afreux
      La double imposture du 11 Septembre

      Sauf qu’en 1963 Israël l’avait déjà la bombe atomique. La bombe Israëlienne est Française, avant d’être Américaine et Russe. Elle a sauvé la peau des Israëliens en 1973, c’est la raison pour laquelle les Américains sont intervenus dans le conflit, pour qu’elle ne soie pas utilisé contre l’Egypte.

      La FED n’a pas un actionnariat exclusivement juifs, son actionnariat est un cartel bancaire anglo-saxon et le cartel bancaire anglo-saxon est avec le contrôle de l’approvisionnement pétrolier mondial et le pétrodollar, la clé de la domination anglo-saxonne sur le monde. Israël est le shérif du pétrole Américain avant d’être quoique ce soit d’autre.

      Pour DSK, nier qu’il y ai eu un complot contre lui est ridicule, si il n’avait contrarié personne en haut lieu, il aurait même pu la découper en morceau sa Nafisatou, personne n’en aurait jamais rien su. Dans la foulé, il est arrivé la même mésaventure à David Pétraeus qui après bien des bons et loyaux service a finit par devenir gênant pour l’establishment américain, establishment composé pour l’écrasante majorité de dynastie WASP richissime, dont les Bush sont de fier représentant. Il est ridicule de penser qu’on puisse faire chanter la famille Bush qui est la famille créatrice de la CIA et qui a ce titre a des dossiers sur tout les puissants du monde. Trouvez moi un seul juif qui ai dirigé cette institution...


    • #1052009
      le 07/12/2014 par julien2
      La double imposture du 11 Septembre

      "Sauf qu’en 1963 Israël l’avait déjà la bombe atomique." : exemple type de fausse spéculation dont l’auteur ne prend même pas la peine d’essayer d’apporter le moindre début de preuve (car bien entendu elle est inexistante en l’occurrence) alors que le formidable article de Guyenot en cite un nombre accablant contre Israël.

      Un Troll pro-sioniste démasqué de plus : continuez de cracher votre misérable prose propagandiste, ça marchera de moins en moins


  • #1037261
    le 23/11/2014 par Qwerty
    La double imposture du 11 Septembre

    Sur le 11/9, il semble que ça bouge un peu aux US.
    https://www.youtube.com/watch?v=oU7...
    En anglais, mais les "connaisseurs", et Laurent Guyénot tout particulièrement, apprécieront !

    En résumé, les quelques députés US ayant lu les fameuses 28 pages toujours classées ’Secret Défense" veulent que le secret soit levé et ont changé leur habitude de soutien inconditionnel à un certain Etat étranger...


  • #1037568
    le 23/11/2014 par coyoterevolte
    La double imposture du 11 Septembre

    Ils sont bons , les articles à Lolo Guyénot.
    Sur le film JFK : enfin, ce film anti système du système a trouvé sa place dans mon puzzle : merci.

     

    • #1037680
      le 23/11/2014 par Faraway
      La double imposture du 11 Septembre

      Milchan est aussi le producteur d’autres films judaïquement corrects comme 12 years a slave ou encore le récent Noé d’Aronofsky, film qualifié de crypto-kabbaliste par certains, en tout cas de "quintessentially jewish" par le quotidien Jewish Daily Forward : http://forward.com/articles/195386/....


    • #1037772
      le 23/11/2014 par Druide
      La double imposture du 11 Septembre

      Non seulement ça, Faraway : en 2013 le producteur Arnon Milchan a avoué publiquement avoir été agent au service du Mossad israélien depuis qu’il est tout jeune. Pis encore, le livre de Meir Doron et Joseph Gelman sur Arnon Milchan démontre que ce dernier a joué un rôle important dans le développement de l’arsenal nucléaire israélien. Arsenal nucléaire israélien dont les liens avec l’assassinat de JFK sont tout simplement ignorés dans le film "JFK" produit par l’agent Milchan lui-même.


  • #1037633
    le 23/11/2014 par Druide
    La double imposture du 11 Septembre

    L’auteur juif montréalais Maurice Philipps est l’un des seuls (avec Michael Collins Piper d’American Free Press) à souligner dans son livre "De Dallas à Montréal" les liens de l’avocat juif montréalais Louis Bloomfield, associé de Clay Shaw sur le panel de direction de Permindex, avec les Bronfman et les Rothschild. Voilà une autre piste qui pointe incontestablement, directement vers le rôle d’Israël dans l’assassinat de JFK. Guyénot n’en parle pas ici, mais cette connexion liant Permindex aux riches et puissants juifs Bronfman et Rothschild est centrale dans la piste israélienne.

     

    • #1038921
      le 24/11/2014 par somesecretsforyou
      La double imposture du 11 Septembre

      Le blog de recherche de Maurice Philipps encore présent sur blogspot regorge de connections et de pistes, à voir !

      Dans la même veine, quant à l’avant dernier paragraphe de la présente partie, un apport au puzzle :
      Reproductions de documents historiques quant au rôle d’éléments de la CIA dans le trafic de drogue mené initialement par d’anciens éléments des SS d’Italie, allant jusqu’à l’assassinat de Kennedy, voir à la page 134 un original de l’affidavit de Tyree. Les notes manuscrites semblent aux premiers abord douteuses, le reste se lit comme un roman :)
      http://cryptome.org/2014/11/armadeus.pdf


  • #1037735

    Merci à Laurent Guyénot (que je connais depuis sa "Mort Féerique" chez NRF)
    merci pour cet énorme travail, étayé et clair
    il faut vite en faire un (autre) livre !


  • #1040593
    le 26/11/2014 par Heureux qui, comme Ulysse...
    La double imposture du 11 Septembre

    Toujours la même approche (fausse) qui consiste à déterminer des pistes qui conduiraient à des hypothèses exclusives entre elles. Non, cela ne se passe pas ainsi. Comme dans tout système pyramidal, le cloisonnement est total entre les individus (pions) et est garanti par l’obéissance aveugle à l’échelon immédiatement supérieur. Donc, à part le sommet du sommet, personne ne sait ce à quoi il participe et quels sont les autres acteurs qui œuvrent en même temps. Le plus sionistes des sionistes croit qu’il est alors l’unique responsable du crime parce qu’il a placé son tireur à lui alors que marchand d’armes US pense que c’est le sien qui a bien travaillé !
    Il est donc impossible de comprendre tant que l’on ne possède pas la vision globale de la scène, tout le reste n’est que conjecture. Le seul point de départ de toute analyse est le recueil des faits... comme l’ogive qui nous est présentée et qui ne peut, par les lois de la physique, avoir "touché" plusieurs personnes et être dans cet état ! Et encore, je ne parle pas de l’authenticité du "document" montré ici car enfin, dans un dossier aussi sensible, on couperait grossièrement un mètre ruban à la graduation 10 (cm) pour avoir un zéro "photogénique" ?... Le système métrique étant, c’est bien connu, et a fortiori aux USA, le plus courant pour déterminer le calibre d’une arme !


  • #1041115
    le 26/11/2014 par Bruno
    La double imposture du 11 Septembre

    Une immense reconnaissance à Laurent pour son temps passé à rédiger avec une telle précision. Une seule question : "Où sont les passagers des vols ? " Ceux figurants sur les listes d’embarquement, pas dans les avions ...


  • #1042022
    le 27/11/2014 par Pierre Ghi
    La double imposture du 11 Septembre

    La philosophie de Wikistrike, c’est "Rien ni personne n’est supérieur à la vérité"...ah ouais ? Et le mensonge, alors, n’est-il pas démontré qu’il est supérieur à la vérité ? Rien ni personne, personne ? Pourtant, il y a bien les droits de l’homme, ne constituent-ils pas, à eux seuls, un énorme mensonge ?
    À l’adresse de Wikistrike, je veux dire que si la vérité est supérieure, elle ne le doit pas à l’homme mais que par contre, si l’homme est supérieur, il le doit à la vérité d’une norme située bien au-delà de la conscience de l’homme.
    Rien ni personne n’est supérieur à sa propre vérité mais maintenant, par le mensonge qui s’impose par la terreur, celui qui détient la vérité n’est ni celui qui terrorise, ni celui qui est terrorisé car, ni l’un ni l’autre ne sont libres, ni celui qui terrorise, ni celui qui est terrorisé.
    Ceci étant dit, la philosophie angl’haut-sa-queue-sonne, quand elle parle de la vérité, elle la souille pour valoriser le mensonge.


  • #1053379
    le 08/12/2014 par becalme59
    La double imposture du 11 Septembre

    La thése la plus probable de l’assassinat du Président KENNEDY, et celle d’israel pour obtenir l’arme nucléaire, et du coup, tous ou presque les KENNEDY finiront pas des liquidations et autres attentats dés que la menace sur israel est ressentie...


Afficher les commentaires suivants