Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La fondation Obama invite Assa Traoré pour "construire des ponts dans la lutte contre le racisme"

Invitée par la Fondation Obama, Assa Traoré s’est livrée lors d’un entretien personnel. La militante s’y attaque au modèle français et défend la nécessité de « construire des ponts » entre la France et les États-Unis dans la lutte contre le racisme. Un exercice parfaitement rodé d’influence idéologique, selon François-Bernard Huyghe. Analyse.

 

« Elle est très intelligente ou très bien conseillée, elle répond exactement à ce que les Américains attendent. Ils doivent être très content d’elle », analyse avec une pointe d’ironie François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l’Iris et auteur de l’ouvrage L’art de la guerre idéologique (éd. Le Cerf). Depuis plus de trente ans, il dissèque les stratégies d’information et les offensives idéologiques qui façonnent les bouleversements culturels et politiques. À l’en croire, le discours d’Assa Traoré relève du cas d’école.

 

 

Dans une interview accordée à la Fondation Obama, Assa Traoré s’est livrée sur son engagement de militante contre les violences policières depuis la mort de son frère Adama, en 2016. Un entretien intimiste avec l’« Obama Leader » Maïmonatou Mar, au cours duquel les deux femmes évoquent leur « combat » pour la « justice, l’égalité et la dignité des personnes de couleur en France ». Dans l’objectif attendu par la Fondation Obama, selon François-Bernard Huyghe, de prêcher la bonne parole de la « culture ouverte, woke et progressiste » des États-Unis et d’aligner une France perçue comme réfractaire à l’imaginaire multiculturel américain.

 

(vidéo en anglais non sous-titrée)

 

Story telling et success story

Fond et forme confondus, l’entretien donné par Assa Traoré à la Fondation Obama reprend tous les codes américains du story telling et de la success story, selon François-Bernard Huyghe. Son passé d’« enseignante spécialisée », venant en aide aux jeunes des banlieues, arrêté net par la mort de son frère. Puis la « force » trouvée par la militante de contenir « son indignation, sa douleur et son angoisse dans l’action ». Ou encore « la traversée de l’Afrique » à destination de la France par son père à l’âge de 17 ans - « une partie de mon histoire », précise-t-elle au cours de cet échange.

« Elle évoque son enfance, sa souffrance face au racisme et aux violences policières. Sa fierté de ses racines maliennes et la fratrie à laquelle elle appartient et sa réappropriation de cet héritage oublié. Elle dit même que ce sont ˝des soldats˝ et que leur nom veut dire ˝guerrier˝ ! Un discours qui joue parfaitement sur le registre de l’émotionnel à l’américaine, à la fois de la souffrance et de l’« achievement [la réussite, ndlr.] », décrypte au micro de Sputnik François-Bernard Huyghe.

De quoi satisfaire « un public américain black » ou des « élites blanches urbaines diplômées imprégnées de l’esprit woke et démocrate » qui a déjà fait d’Assa Traoré son égérie, son « héroïne guerrière black identitaire courageuse » selon Huyghe. Une manière également, par plusieurs rappels dispersés par la militante du passé colonisateur la France, pour lequel « il n’y a jamais eu de véritables excuses », de nourrir l’image fâcheuse du pays de la laïcité aux États-Unis.

Lire la suite de l’article sur fr.sputniknews.com

 

À revoir :
l’analyse d’Alain Soral sur la famille Traoré !

Qui finance le comité Adama ? Voir sur E&R :

Le TraoréGate, sur E&R

 






Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • " l’imaginaire multiculturel américain"
    en effet, ce multiculturalisme est un imaginaire, depuis plus de 200 ans aux USA, et depuis 60 ans en France.

    Et si l’on élargit dans le temps et l’espace, dans un état donné, le multiculturalisme n’a jamais réellement existé, il y a seulement eu des périodes ou les tribus de la culture dominante toléraient les tribus minoritaires.

     

    Répondre à ce message

  • "Quand la canne a sucre ne rapportera plus, faudra penser a les faire danser"...

     

    Répondre à ce message

  • #2735915

    ce qu’il y a de bien c’est que maintenant les clivages sont affichés clairement... Black Liv Matter financé par la Fondation Ford, Assa Traoré financé par la Fondation Obama... Les pauvres noirs qui sont enjoints de s’identifier à de la racaille sous-développée, inculte, et haineuse comme Traoré ou Floyd : c’est un racisme bien sournois...

    En tous cas, le front anti-impérial est maintenant clairement dessiné. Et la bataille culturelle peut être menée sans arrière-pensée. Nous défendons notre territoire, notre vie et notre culture contre une attaque de type militaire (guerre hybride). Tous les coups sont permis. Nos ennemis sont animés par la haine et le goût du lucre. Ils défendent Mamaon. Leur empire est celui du diable bancaire anglo-américain.

    Nous remporterons la victoire car notre cause est juste. Et les ennemis de la France seront vaincus, abattus jusqu’au dernier dans leurs repaires immondes.

    Je précise que la fracture n’est pas raciale mais idéologique. De nombreux noirs sont de notre côté. Alors qu’une partie des blancs (gauchistes et mondialistes) sont contre nous.

     

    Répondre à ce message

  • Là nous voyons bien que la France est en guerre face à des organisations dites antiracistes, comme si les Français étaient racistes, des "anti-fa"venant semer la haine, en tabassant, en cassant , un gouvernement ballonnant le peuple, le harcelant en permanence par des restrictions abracadabrantes, tabassant celui ou celle qui oserait ouvrir sa gueule .Ils sont en train de foutre se pays sens dessus dessous, mais, jusqu’à quand ? On voit bien qu’ils cherchent l’étincelle qui mettrait le feu .Ils la veulent cette révolution, c’est leur but .Ils n’attendent que cela .

     

    Répondre à ce message

  • Plus c’est gros, plus ça passe disait le Dr. Goebbels !
    Depuis quand Obama est-il une référence de paix ? Il a donné 4200 ordres officiels d’assassinats, exécutés par des drones, pendant sa présidence...

    Son invitation pour GITMO ne devrait plus tarder...

     

    Répondre à ce message

  • La dignité de la famille Traoré n’aurait peut-être jamais été entachée si le père avait déjà commencé à respecter la loi française et une bonne part de sa descendance de mères multiples, aussi. Du frère décédé dont on cause, Wikicafteur nous renseigne d’un papier de Valeurs Actuelles précisant ceci : « il est inscrit dans les fichiers de police pour recel, violences volontaires contre les forces de l’ordre, outrages, extorsion avec violences, menaces de mort, conduite sans permis, usage de stupéfiants et vol à la roulotte. L’un de ses amis d’enfance confirme qu’« Adama a toujours eu des problèmes avec la justice, pour des bagarres, des vols ». Il est incarcéré à deux reprises, de septembre 2012 à juillet 2014 puis de décembre 2015 à mai 2016. L’on négligera l’accusation de viol. Etc. »
    Autrement dit, le lascar ne s’est pas engagé dans la Légion étrangère pour offrir à la terre d’accueil de son daron, une exemplarité à toute épreuve, préambule à toute dignité : une partie de sa fratrie, itoo...
    Donc un peu de devoirs avant les droits les gugusses, sinon VFC.

     

    Répondre à ce message

  • Ils ont fait la même chose dans les années 80/90 avec les Nord africains avant de les mettre à l’écart en brandissant la barbe, le voile et les bombes lorsque ceux ci étaient juges incontrôlable à leur gout. Le jour où l’ omniprésence des africains sera considérée dangereuse par ceux qui tentent de les contrôler, ce jour la ils nous montrerons à la tv la machette et les épuration ethnique, et reproduiront la chose avec une autre population.

     

    Répondre à ce message

  • Leur fond de commerce est tellement juteux qu’ils ne veulent laisser personne sortir de leur boutique et de leur plantation. Il suffit de voir qui leur sert de relais pour connaître leur véritable nature. Sur le fond, des monomaniaques stupides et pervers doublés de crapules.

     

    Répondre à ce message

  • J’adore Obama il est vraiment trop fort ! Le mec il vient de nul part, et devient un des présidents les plus va-t-en guerre et meurtrier du pays le plus genocidaire de la planête ! Le plus fort c’est qu’il est majoritairement vu comme "Mister Cool", le nouveau Sammy Davis Jr, il danse bien, il est photogénique, il est noir (mais pas trop), etc.... et même nobélisé (Ça en dit beaucoup sur la valeur de ce prix, un peu comme le fion de hamster) , En facade il coche toutes les cases du "bioutifoul pipol", mais factuellement il est, puissance 10, exactement ce que reprochaient falacieusement les démocrates à .... Trump ! L’nversion accusatoire fonctionne bien, pour preuve, maintenant il racialise en prétendant combattre le racisme...ça sent le 2ème nobel !
    Mais bordel, les gens ont de la m... dans les yeux, pour gober des c.....eries pareilles ! Je crois que malheureusement la majorité des gens ont décidé de ne plus réfléchir par eux-même, mais préfèrent déléguer leur réflexion à des âneouna,bartes et cie. On est pas rendu !

     

    Répondre à ce message

  • L’outrecuidance de ces parasites pourrait laisser pantois s’ils n’avaient déjà de longue date prouver ce dont ils étaient capables. L’on peut déplorer que ces capacités n’aillent pas jusqu’à construire le pays dont ils se sont enfuis pour aller donner des leçons dans ceux qu’ils phagocytent. Une rencontre qui ne manque pas de sel, ils vont pouvoir compter les interpellations des uns, et les tonnes de bombes des autres, une façon très particulière d’aborder la ’’philanthropie’’...Mais, à chacun selon son dû.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents